Un peu d’information à la source, pour que vous ayez de quoi vous faire votre propre opinion, en confrontant avec les autres versions…

La Conférence de presse du ministère russe de la défense du 21/07/2014

Intervention du chef de la Direction générale de la conduite des opérations, adjoint au chef d’Etat-Major des Armées de la Fédération de Russie, Andreï Kartopolov :

Mesdames et Messieurs les journalistes, Mesdames et messieurs,

Au sujet de l’écrasement le 17 juillet de l’avion civil “Boeing 777” de la compagnie aérienne “Malaysian airlines”, en provenance d’ Amsterdam et à destination de Kuala Lumpur, est apparue une très grande quantité d’informations contradictoires.

Pour cette raison, le ministère de la défense considère comme indispensable de présenter les données objectives à disposition de l’état major des forces armées de la Fédération de Russie.

Ce schéma montre le couloir aérien que devait suivre le Boeing 777. Remarquez que jusqu’à Donetsk, l’appareil suivait le couloir prédéfini, ensuite il a dévié de sa route vers le Nord. Ainsi, l’éloignement de la limite gauche du couloir a atteint 14 kilomètres.

Ensuite, on constate le retour du Boeing 777 dans les limites du couloir aérien prédéfini. L’équipage malaisien n’a pas eu le temps de terminer la manœuvre entamée. À partir de 17:20, on mesure une baisse constante de la vitesse de l’avion et à 17:23 – l’avion disparait des écrans radars russes. Ce qui a provoqué la sortie du couloir aérien – une erreur de navigation de l’équipage, ou l’exécution d’un ordre donné par le contrôleur aérien ukrainien en charge de l’espace aérien à Dniepropetrovsk – on ne pourra le dire qu’après le décryptage des enregistreurs de vol, plus communément appelés “boîtes noires”, et des enregistrements des conversations du contrôle aérien.

Selon nos informations, le jour de l’écrasement du Boeing 777 malaisien, le groupement de défense anti-aérienne des forces armées ukrainiennes à proximité de la ville de Donetsk comptait 3 à 4 groupes d’artilleries (plusieurs batteries) de missiles sol-air de type « Bouk M1 ».

Ces systèmes sont capables de frapper des cibles à une distance de 35 km et une altitude allant jusqu’à 22 km. Pour quelle raison et contre qui un groupement de défense aérienne aussi puissant a-t-il été déployé à proximité de Donetsk par les autorités ukrainiennes ? En effet, il est de notoriété publique que les rebelles n’ont pas d’aviation.

Sur la carte, on voit que la trajectoire du vol, de même que le lieu présumé où le Boeing a été abattu, tombent dans la zone d’opération du complexe anti-aérien « Bouk M1 » des forces armées ukrainiennes.

Nous avons en notre possession des photos satellites des emplacements où se trouvaient les éléments de défense aérienne de l’armée ukrainienne dans le Sud-Est du pays.

Les trois premières photos datent du 14 juillet 2014 :

La photo 1 montre les lanceurs « Bouk » dans la zone située à 8 km au nord-ouest de Lougansk.

Sur la photo vous voyez clairement une installation de tir automotrice et deux lanceurs fixes.

La photo 2 montre des stations radar à 5 km au nord de Donetsk. On voit sur la photo deux stations radars, ainsi que différents équipements et ouvrages techniques.

La photo 3 montre la position des matériels de défense anti-aérienne dans la zone située au nord de Donetsk.

Sur la photo on voit clairement une installation de tir automotrice avec le lanceur tourné, près de 60 unités de différent matériels militaires et engins spéciaux, des abris pour les équipements et d’autres ouvrages techniques.

Voici la photo de la même zone, réalisée le 17 juillet.

Remarquez que ledit lanceur en est absent.

Sur la photo 5, on voit que dans la matinée de ce même jour une batterie « Bouk » se trouve dans la zone de la localité de Zarochtchinskoyé, située à 50 km à l’est de Donetsk et à 8 km au sud de Chakhtersk.

Une question se pose : comment se fait-il que la batterie se soit retrouvée dans cette zone, à proximité du territoire contrôlé par les insurgés et juste avant la tragédie ?

Les photos de cette région, prises le 18 juillet dans cette même zone (photo 6) montrent que la batterie a quitté la position qu’elle occupait précédemment.

En outre, c’est justement au 17 juillet que l’activité des stations radar 9S18 « Koupol M1 » du complexe « Bouk » a atteint son maximum.

Sur cette diapositive, vous pouvez voir que le 15 juillet 7 stations étaient actives, le 16 juillet – 8, et le 17 juillet leur nombre était alors de 9. Cependant le 18 juillet, l’activité radar s’est brusquement réduite, et maintenant tourne autour de 2-3 par jour. Il reste encore à déterminer à quoi cela est relié.

Je souhaite par ailleurs vous présenter les données concernant la situation aérienne dans la région de Donetsk ce jour là.

Sur cette diapositive, vous pouvez voir les données du contrôle durant la période entre 17h10 et 17h30, heure de Moscou.

Durant cette période, se trouvaient dans les airs trois appareils civils accomplissant des vols réguliers :
Le vol Copenhague Singapour à 17h17
Le vol Paris Taipei à 17h24
Le vol Amsterdam Kuala-Lumpur

De plus, les systèmes de contrôle aérien russes ont repéré la montée en altitude d’un appareil de l’armée de l’air ukrainienne, probablement un Su-25, en direction du Boeing 777 Malaisien. La distance séparant le Su-25 et le Boeing 777 était de 3 à 5 km.

D’après ses caractéristiques, le Su-25 est capable d’atteindre rapidement une altitude de 10000 m. Son armement de dotation comprend le missile air-air R60, capable d’intercepter et de détruire des objectifs sur une distance de 12 km, et avec 100% d’efficacité jusqu’à 5 km.

Pour quelle raison un appareil de combat volait-il sur une route aérienne civile, pratiquement au même moment et au même niveau qu’un avion de passagers ? On aimerait obtenir une réponse à cette question.

Ces informations sont confirmées par les images vidéo du fonctionnement, pendant cette période, du Centre zonal de Rostov du Système unifié de gestion du trafic aérien. Elles seront commentées par le chef d’Etat-Major des Forces aériennes, le général-lieutenant Igor Yourevitch Makouchev

Commentaire du chef d’Etat-Major des Forces aériennes, le général-lieutenant Igor Makouchev

Mesdames, messieurs,

Aujourd’hui l’agence fédérale du transport aérien nous a fourni des informations provenant du contrôle du centre régional de Rostov, du système unifié de l’organisation du transport aérien.

Sur cet enregistrement vidéo, on voit l’information du contrôle aérien sur la situation du ciel dans la région de Donetsk, entre 17h19 et 17h25 (heure de Moscou), le 17 juillet 2014.

Dans le coin en haut à gauche, le point correspondant au Boeing 772 (ndt 777-200), sur la route Copenhague – Singapour.

Sous ce point, le point correspondant au Boeing 777, sur la route Amsterdam – Kuala Lumpur.

À droite, le point correspondant au Boeing 778 (ndt : 777-800), sur la route Dehli – Birmingham.

Ces trois appareils sont sous constante surveillance de trois postes radar du ministère de la défense de la Fédération de Russie.

Le Boeing 777 se déplace en direction de la frontière avec la Fédération de Russie, et doit la traverser au point « TONAK ».

Le contrôleur aérien, contrôlant au préalable le vol de l’appareil, interroge en permanence ses paramètres de vol et les compare avec les données affichées.

À 17h20, à 51km de la frontière avec la Fédération de Russie et avec un cap de 300 degrés, l’avion a commencé à brutalement perdre de la vitesse, ce qui est visible distinctement sur le tableau des caractéristiques de l’objet en vol.

À une vitesse réduite de 200km/h, à 17h21 minutes et 35 secondes, à l’emplacement de la destruction du Boeing, apparaît un nouveau point correspondant à un objet volant.

Cet objet particulier est surveillé en permanence par les radars USTB – DONETSK et BOUTOURINSKOE 4 minutes durant.

Le contrôleur, tentant d’interroger les paramètres de vol de l’objet nouvellement apparu, ne peut les obtenir, puisque très probablement, l’appareil n’était pas équipé de système d’identification secondaire, ce qui est caractéristique des avions militaires.

La détection de cet appareil n’avait pas été possible auparavant, car le contrôle de la situation aérienne était réalisée par une veille radar ne pouvant localiser à cette distance qu’un appareil volant à une altitude supérieure à 5000 mètres.

La découverte de cet appareil n’a été possible que lorsque celui-ci a pris de l’altitude.

Les modifications ultérieures des paramètres de vol de cet objet montrent qu’il patrouille aux environs du point de chute du Boeing 777 et observe l’évolution de la situation.

Auparavant, les officiels ukrainiens avaient communiqué que ce jour-là aucun avion militaire ukrainien ne se trouvait sur les lieux de l’accident. Comme vous le voyez, ce n’est pas le cas.

Merci.

Intervention du chef de la Direction générale de conduite des opérations, adjoint du chef d’Etat-Major des Armées de la Fédération de Russie, Andreï Kartopolov :

Une question à nos collègues américains. D’après leurs déclarations, les USA disposeraient de clichés satellites confirmant que le missile a été lancé en direction de l’avion malaisien par les rebelles. Mais ces clichés, personne ne les a vus.

D’après nos calculs, un satellite américain est effectivement passé au-dessus du sud-est de l’Ukraine, le 17 juillet entre 17 h 06 et 17 h 21 (heure de Moscou). Il s’agit d’un appareil du système expérimental « CTCC », destiné à la détection et au suivi des lancements de missiles de différente portée. Si la partie américaine dispose de clichés réalisés par ce satellite, nous lui saurions gré de les mettre à la disposition de la communauté internationale pour une étude détaillée.

Hasard ou non, mais l’heure de la catastrophe ayant frappé le Boeing malaisien et l’heure où le satellite américain effectuait l’observation du territoire ukrainien coïncident.

En conclusion, j’aimerais souligner que nos informations se basent sur les données objectives et fiables des différents moyens techniques russes, à la différence des accusations sans fondement portées à notre encontre. J’en veux pour exemple la diffusion dans les médias des images montrant le transport sur une plate-forme d’un lanceur « Bouk-M1 » depuis le territoire ukrainien vers la Russie. C’est une manipulation évidente des faits.

Les clichés ont été réalisés dans la ville de Krasnoarmeïsk, comme le confirme le panneau publicitaire au bord de la route, où est indiquée l’adresse d’un concessionnaire automobile : 34, rue Dnepropetrovskaïa. Quant à Krasnoarmeïsk, depuis le 11 mai il se trouve lui-même sous le contrôle de l’armée ukrainienne.

De ce fait, nous avons une série de questions. De quel lanceur s’agit-il ? Où le transportait-on ? Où se trouve-t-il maintenant ? Pourquoi est-il chargé d’un ensemble de missiles incomplet ? Quand a-t-il été utilisé pour la dernière fois ?

Je terminerai mon intervention en soulignant que la Fédération de Russie n’a fourni aux rebelles ni de systèmes de missiles sol-air « Bouk-M4 », ni d’autres types d’armes ou de matériels militaires.

Les documents préparés par le Ministère de la Défense de Russie seront transmis aujourd’hui aux experts des pays européens et de la Malaisie. J’espère qu’ils pourront aider à conduire une enquête objective sur la tragédie survenue le 17 juillet dans le ciel de Donetsk.

Le Ministère de la Défense continuera à communiquer les informations concernant les nouveaux faits qui seront identifiés en relation avec la catastrophe aérienne du Boeing 777 malaisien.

Traduit en équipe pour le site www.les-crises.fr

Source vo ; Source vidéo, Source Photos

Les 10 questions de l’armée russe

Le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov a formulé dix questions “simples” auxquelles Moscou attend des réponses de la part de Kiev et sur lesquelles les médias occidentaux gardent le silence :

1- Immédiatement après la tragédie, les autorités ukrainiennes en ont tout naturellement attribué la responsabilité aux forces d’autodéfense [des fédéralistes]. Sur quoi fondent-elles ces accusations ?

2- Kiev peut-il fournir tous les détails sur l’utilisation des lanceurs de missiles Bouk [un système de défense antiaérienne composé de missiles sol-air couplés avec un module complexe de radar permettant de suivre plusieurs cibles aériennes en même temps] dans la zone des hostilités ? Et – ce qui est essentiel – pourquoi a-t-il déployé ces systèmes [de défense antiaérienne] alors que les insurgés n’ont pas d’avions ?

3- Pourquoi les autorités ukrainiennes ne font rien pour mettre en place une commission internationale ?

4- Les forces armées ukrainiennes accepteraient-elles que des enquêteurs internationaux dressent un inventaire de leurs missiles air-air et sol-air, y compris de ceux qui ont été utilisées ?

5- La commission internationale aura-t-elle accès aux données sur les mouvements des avions de guerre ukrainiens correspondant au jour de la tragédie ?

6- Pourquoi les contrôleurs aériens ukrainiens ont-ils autorisé l’avion à s’écarter de la route utilisée normalement vers le nord et à s’approcher de la dénommée « zone de l’opération antiterroriste » ?

7- Pourquoi l’espace aérien sur la zone de guerre n’avait-il pas été fermé aux vols civils alors que cette zone n’était même pas entièrement couverte par les radars des systèmes de navigation ?

8- Que peut dire officiellement Kiev sur les commentaires postés sur les réseaux sociaux par un contrôleur aérien espagnol travaillant en Ukraine sur la présence de 2 avions militaires ukrainiens qui auraient volé aux côtés du Boeing 777 sur le territoire de l’Ukraine ?

9- Pourquoi le Service de sécurité d’Ukraine [SBU] a-t-il commencé à travailler sur les enregistrements des communications entre les contrôleurs aériens ukrainiens et l’équipage du Boeing ainsi que sur les systèmes de stockage de données des radars ukrainiens sans attendre la participation d’enquêteurs internationaux ?

10- Quelles leçons l’Ukraine a-t-elle tirées de l’incident similaire survenu en 2001, lorsqu’un avion russe [de ligne] Tu-154 s’était écrasé en mer Noire ? À l’époque, les autorités ukrainiennes avaient nié toute implication des forces armées ukrainiennes jusqu’au moment où une évidence irréfutable avait démontré officiellement la responsabilité de Kiev.

Washington ignorera les questions de l’armée russe

WASHINGTON, 22 juillet – RIA Novosti

Le département d’Etat américain n’envisage pas de répondre aux questions de l’Etat-major de l’armée russe relatives au crash du Boeing 777 malaisien dans l’est de l’Ukraine, a annoncé lundi aux journalistes la porte-parole de la diplomatie US Mary Harf.

Selon cette dernière, les déclarations publiques de la partie russe ne méritent aucune confiance, Moscou étant impliqué “dans la propagande et la désinformation”.

Selon la diplomate américaine, les Etats-Unis restent fidèles à leur position selon laquelle les insurgés ukrainiens “possèdent un missile sol-air SA-11 (Bouk), le tir ayant été effectué depuis le territoire contrôlé par les séparatistes”, a indiqué la diplomate.

Elle a de nouveau accusé la Russie de livrer aux insurgés de l’est de l’Ukraine des armements, y compris des systèmes de DCA, précisant que d’après les informations du département d’Etat, les insurgés avaient reçu le missile en question le 14 juillet au plus tard.

L’Etat-major russe a publié lundi ses données sur le crash du Boeing. Selon lui, l’avion a dévié de l’itinéraire initialement prévu et une activité excessive des radars ukrainiens a été constatée près de la zone de la catastrophe. Par ailleurs, selon l’armée russe, un avion de combat ukrainien évoluait dans le couloir aérien réservé aux vols de l’aviation civile peu de temps avant le crash du Boeing malaisien.

102 réponses à Crash du MH17 : la version des Russes

  1. Louis Le 24 juillet 2014 à 03h19
    Afficher/Masquer

    Ce qui serait intéressant c’est de rajouter à l’article le communiqué américain avec les documents qu’ils ont montré de leur côté.

    Du travail, toujours du travail ! 🙂


    • Louis Le 24 juillet 2014 à 03h20
      Afficher/Masquer

      Enfin j’imagine que c’est dans votre intention d’en faire un article à part ceci dit (au vu du titre de cet article).


  2. bm607 Le 24 juillet 2014 à 03h27
    Afficher/Masquer

    “Le département d’Etat américain n’envisage pas de répondre aux questions de l’Etat-major de l’armée russe relatives au crash du Boeing 777 malaisien dans l’est de l’Ukraine, a annoncé lundi aux journalistes la porte-parole de la diplomatie US Mary Harf.

    Selon cette dernière, les déclarations publiques de la partie russe ne méritent aucune confiance, Moscou étant impliqué “dans la propagande et la désinformation”.”

    Bon sang, que des QUESTIONS puisse recevoir comme “réponse” : “ne méritent aucune confiance” c’est devenu le fond du fond de la part des u$A. On croit rêver.

    Les américain$ font très fort pour réussir à faire gober toutes leurs inepties, ils doivent en sous-marin menacer des pires sanctions économiques les pays de l’UE pour réussir à obtenir une telle désinformation ; c’est flippant de se dire qu’on est en phase d’intoxication par l’information côté occidental du type “conflit” (éventuellement guerrier, d’ores et déjà économique), pour déjà diaboliser l’ennemi aux yeux des masses bêlantes.


  3. wesson Le 24 juillet 2014 à 03h34
    Afficher/Masquer

    (la contrib d’avant s’est validé incomplète et impossible à éditer).

    Le mutisme des Américains ressemble tellement à un naufrage que cela valide l’hypothèse d’une action délibérée.

    J’ai du mal à croire que les Américains ne disposent pas d’observations aussi précises que celles des Russes (qui à mon avis en ont encore largement sous la patate), ce qui me fait donc penser à une vérité inavouable. Parce que là franchement, la catastrophe de com’ est évidente, y compris pour le MSM

    Ça ne va décidément pas arranger mon esprit malade d’affreux conspirationniste.


    • odjo Le 24 juillet 2014 à 03h44
      Afficher/Masquer

      c’est dommage pour nous de se sentir si minoritaire ou tendance “conspirationiste” alors que les elements que nous avons soutiennent quand meme notre bon sens critique au vu de la tournure actuelle et des histoires precedentes ou helas les “puissants”nous entrainent d’un conflit a l’autre .
      Cette conference de presse est quand meme bien etaye en comparaison avec les soi-disantes preuves du regime a kiev qui restent sur du vent.


    • visiteur Le 24 juillet 2014 à 10h45
      Afficher/Masquer

      C’est une erreur commune de partir du principe que les moyens de surveillance et de détection des USA sont d’une ubiquité et d’une capacité absolues. Ce ne serait pas la première fois que les USA sont incapables de détecter une opération significative aux frontières, à priori très observées, de la Russie.

      Lors de la guerre entre la Géorgie et la Russie, personne n’avait détecté la concentration des divisions russes d’élite dans les semaines précédant le conflit — en particulier parce que les satellites, drones et avions radars américains étaient tous braqués sur l’Afghanistan, le Pakistan, l’Iraq et le Yémen.

      Il se pourrait donc bien que les USA aient été trop occupés à surveiller la Syrie, la Libye et l’Iraq pour savoir exactement ce qui s’est passé en Ukraine.

      Par ailleurs, je ne puis que répéter mon commentaire dans un message précédent de ce blog :

      “Un élément de réponse à votre question est donné par l’affaire de l’attaque au gaz en Syrie, il y a déjà une année de cela.

      Les accusations (“nous avons les preuves”) pleuvaient contre le régime syrien. Par la suite, tout reportage sur la Syrie mentionnait “le régime de Bachar el Assad, qui a récemment lancé une attaque aux gaz sarin contre la population civile”. Puis diverses personnes ont soulevé des objections techniques quant à l’origine des missiles au gaz. Puis tout s’est calmé petit à petit. Enfin, en décembre 2013 Seymour Hersh publiait dans le London Review of Books sont enquête “Whose sarin?” qui établissait que c’était l’une des multiples factions rebelles qui avait utilisé le gaz, ce qui expliquait pourquoi les USA (et la France, la Grande-Bretagne, etc) n’en parlaient plus. Mais c’est resté dans les pages du LRB, la presse n’en a jamais parlé.

      S’il se révèle que ni la Russie, ni les séparatistes n’étaient responsables de la destruction du vol malais, alors attendez-vous à un déroulement identique de cette affaire.”


      • moderato si cantabile Le 24 juillet 2014 à 14h34
        Afficher/Masquer

        Quand même, Visiteur, non seulement qu’ils ont des bâtiments de guerre en Mer Noire, à une encablure de la “zone”, mais la France a elle aussi envoyé là-bas sont meilleur bâtiment spécialisé dans la surveillance radio-électronique et il y en a aussi les avions AWACS de l’OTAN qui y patrouillent et qui ont été conçus, justement, pour la détection des missiles et aussi pour les empêcher par des contre-mesures d’atteindre leur cible. Ou alors….voulez vous dire que l’OTAN et sa grande technologie révolutionnaire, c’est du pipeau.


        • visiteur Le 24 juillet 2014 à 16h09
          Afficher/Masquer

          Il suffit que l’armada de bâtiments et avions espions fût plus intéressée par la reconnaissance de la Crimée et des bases russes qui s’y trouvent que par le trafic aérien commercial en Europe pour que les petites minutes où tout s’est joué leur échappassent.

          C’est une chose d’avoir des radars et des antennes qui couvrent le monde. C’en est une autre d’avoir des radars et antennes à très haute résolution qui permettent de distinguer les moindres détails — par exemple capturer la traîne d’un missile fonçant à 3000 km/h vers sa cible pendant moins d’une minute — Mach 3 est la vitesse normale du genre de missile incriminé.

          Considérez les images satellites fournies par les Russes : je veux bien qu’il s’agisse de lanceurs Bouk, mais moi tout ce que je distingue ce sont de petits rectangles flous qui pourraient être des camions quelconques ou des conteneurs.

          Les USA et les autres pays de l’OTAN n’ont pas un nombre illimité de super-satellites.. Si ceux dont ils disposent n’étaient pas braqués au bon moment vers le lieu du drame, les chances d’avoir des documents très détaillés et non-ambigus sont minces.


          • Olivier Berruyer Le 24 juillet 2014 à 16h41
            Afficher/Masquer

            Vous rigolez ? Un Bouk ça marche au radar, qui n’échappe pas à un AWACS !


          • moderato si cantabile Le 24 juillet 2014 à 19h02
            Afficher/Masquer

            cher M’sieu Visiteur, sachez que le contrôle des vols commerciaux (de ligne) est à la charge des radars et du radio-contrôle des compagnie civiles. Les avions militaires ont des systèmes de “protection”, disons “furtifs” qui empêchent d’être en totalité enregistrés par les “civils”…ben, oui, c’est beau la “démocratie de guerre”.
            Mais..ce n’est pas le cas pour l’armada de l’OTAN qui s’est déployée dans la Mer Noire et aux dessus des frontières ukrainiennes. Parlez de ce que vous connaissez, ou alors prenez le temps de vous informer.


            • visiteur Le 25 juillet 2014 à 10h26
              Afficher/Masquer

              Je me suis mal expliqué.

              Les Bouk fonctionnent avec _deux_ radars. L’un balaie le ciel pour trouver des cibles; ce signal est relativement facile à détecter. Le deuxième illumine la cible et ce signal est difficile à détecter, car d’une part il est très concentré (il faut illuminer une seule cible et éviter que le missile qui “suit” la réflection du signal radar n’en frappe une autre par erreur), et il ne dure que très peu de temps (le missile se déplaçant à 3000 km/h).

              Tous les avions militaires peuvent détecter, sans enregistrer, le second signal, s’ils sont illuminés. Pour détecter et enregistrer le signal sans être illuminé, il faut un équipement de type AWACS pas loin de la zone. S’il n’y en a pas, tout ce que le observateurs détectent de façon précise est la présence de plusieurs batteries Bouk actives (celles de l’armée ukrainienne et éventuellement celle des insurgés), mais difficile de savoir qui a tiré.

              Une autre possibilité est d’avoir un drone ou satellite avec senseurs infra-rouge / caméra thermique qui peut détecter la trace thermique d’un missile. Mais là encore, il fallait en braquer un vers le lieu du drame au bon moment.

              Si les Russes ou les Américains disposaient de ces informations précises, ils se seraient probablement déjà rués au Conseil de Sécurité de l’ONU, demandant la traduction des coupables au TPI comme criminels de guerre, et annonçant la livraison des données à la commission d’enquête internationale. Ils ne l’ont pas fait.

              Dans ces conditions, s’il s’agissait bien d’une attaque par missile sol-air, seuls des recoupements entre témoins oculaires, enregistrements des communications téléphoniques entre les batteries et postes de commandement, et contenu des boîtes noires de l’avion permettront de dévoiler la vérité. Mais je pense plutôt que tout finira en eau de boudin comme pour les attaques au gaz en Syrie.


        • Deres Le 28 juillet 2014 à 18h11
          Afficher/Masquer

          Les navires américains en mer noire naviguent au sud de la Crimée, ce qui fait assez loin de Donetz, 300 km au mieux. Du fait de la rotondité de la terre, les radars terrestres et les détecteurs de radar qui fonctionnent en visibilité directe (passons les subtilités) ont des portées limités même à haute altitude (200 km max si je me rappelle bien).

          Même pour un AWACS, la portée maximum théorique est de 400 km mais je doute qu’ils fassent des hippodromes en permanence depuis des semaines à 1000 km de la base OTAN la plus proche et 12 km des côtes russes … En effet, cela nécessiterait plusieurs AWACS à temps plein avec des ravitailleurs en vol plus une couverture de chasse conséquente étant donné la position précaire d’une taille mission !

          Les américains n’ont pas de porte-avion en Mer Noire qui sont eux conçus pour faire ce genre de permanence devant des côtes ennemis. De toute façon, le passage du Bosphore est interdit aux porte-avions. (C’est d’ailleurs pour cela que ceux des Russes étaient officiellement des croiseurs).

          Les satellites de reconnaissance volent sur des orbites basses ce qui n’assure pas la permanence de la surveillance même avec le grand nombre qu’en ont les américains. De plus, plus les images sont précises, plus le champ est faible. Ceux destinés à détecter des départ de missiles nucléaires sont dimensionnés sur la flamme de ceux-ci qui est beaucoup plus grande que celles des missiles sol-air (un SCUD est environ 10 fois plus grand qu’un BUK) et partent verticalement à très haute altitude (un SCUD fait son apogée vers 100 km de haut). Ceux de renseignement électromagnétique sont des système de renseignements qui fonctionne de manière très sporadique et pas des systèmes tactiques pour localiser précisément des radars en temps réelles. En effet, les armées ont des multitudes de telles systèmes aéroportés pour leurs zones de conflits.

          Il est donc fort probable que toutes les affirmations des américains soient du pipeau se servant juste de leur présumé capacité de super-héros. on ne verra jamais la moindre preuve de quoi que ce soit.


  4. Oiseau-Fou Le 24 juillet 2014 à 03h51
    Afficher/Masquer

    Washington qui ignore les réponses, c’est pathétique, du mépris même, tout simplement. Sa Majesté Obama en a décidé ainsi, je suppose avec les faucons qui le soutiennent.
    Ce n’est pas vraiment la grandeur de l’occident qui nous étouffe, encore moins celle de la France. Ah! nos valeurs où sont-elles donc passées? Englouties dans les mensonges de l’Europe entourées d’illusions? Certainement.
    Mais si les US ne veulent pas répondre, ou même l’Europe, je ne peux que penser qu’il y a quelque chose à cacher. Pourtant, il y a bien eu assez de temps pour fabriquer des “preuves”.
    En parlant de preuves, j’ai vu sur un site (russe) que l’Ukraine tentait de modifier celles-ci, mais à quel niveau, je ne sais pas. En tout cas pas les boites noires, ils ne l’ont pas peut-être au niveau des enregistrements de l’aviation civile ou militaire. J’ai lu trop vite, il faut que je retrouve l’article. Mais ça prouve que sur cette affaire ils sont aux aboies, et ça prouve surtout que des agents russes ne veulent pas se laisser avoir.


  5. Philou Le 24 juillet 2014 à 04h07
    Afficher/Masquer

    Choc frontal entre Peter Lavelle (de RT) et Chris Cuomo (CNN), incapable de répondre à aucune question de Lavelle sur l’absence de preuve du côté US, mais qui martèle sans cesse, obscénité !, la touche compassionnelle sur “les pauvres corps, l’altération des preuves sur la scène du crash, etc.”…

    . http://www.youtube.com/watch?v=92kG2tMBR40 .

    Cet échange devrait rester comme le symbole de cette crise et de la folie atlantiste qui veut nous pousser à une guerre horrible : oui, bientôt, des “conseillers” otanesques vont arriver par milliers en Ukraine ; on apprend que Poutine convoque le Parlement russe en session extraordinaire …c’est bientôt août (20)..14 !!


  6. blusky Le 24 juillet 2014 à 04h32
    Afficher/Masquer

    Merci pour cet effort !

    Voilà qui est clair et simple…

    Quand on s’appuie sur des évidences, pas besoin de gesticulation hystérique…

    Quant à la réponse ( journal irlandais) :

    http://www.rte.ie/news/2014/0722/632484-mh17/

    Du flou artistique…

    Mais Russie n’est pas mise en cause.

    Miracle !

    A peine les russes ont-il parlé et l’oncle Sam fait marche-arrière !

    Il sait que les Russes savent tout.


  7. Le Minotaure Le 24 juillet 2014 à 04h41
    Afficher/Masquer

    Je serais quand même extrêmement prudent avec les déclaration de la partie russe.

    J’ai été intéressé par les éléments donnés sur le camion BUK filmé, censé se trouver à Krasnoarmeïsk selon la partie russe. Cette thèse a été beaucoup diffusée sur les réseaux sociaux. On la trouve par exemple signalée chez Jacques Sapir : http://russeurope.hypotheses.org/2555

    Les Russes s’appuient sur la publicité apparaissant à gauche de l’écran, publicité d’un concessionnaire automobile : Богдан. Ce concessionnaire a des magasins dans toute l’Ukraine. Les Russes prétendent voir une adresse sur le panneau publicitaire : 34, rue Dnepropetrovskaïa, à Krasnoarmeïsk. Sauf que j’ai beau regarder, compte tenu de la qualité de la vidéo, l’adresse me semble impossible à lire.

    Un autre argument qui n’est pas repris dans la conférence, est la présence d’un toit rouge en fond d’écran, caractéristique des magasins Stomoi. Ce toit permettrait de situer l’adresse d’où la vidéo aurait été prise à Krasnoarmeïsk : 49 rue Gorki. Sur cet article (très critique quand à cette version), on peut voir une vue google map de l’endroit supposé : http://www.interpretermag.com/russia-this-week-lurid-anti-ukraine-propaganda-broadcast-on-state-tv/

    Les éléments ne me semblent pas probants. A l’inverse, des photos d’une rue de Lougansk, à l’est de l’Ukraine et en territoire insurgé, semblent correspondre beaucoup mieux à la vidéo : http://www.militaryphotos.net/forums/showthread.php?236054-Ukraine-discussion-thread-Or-the-original-Butthurt-thread&p=7295630&viewfull=1#post7295630 et http://i.imgur.com/vqZ5rqr.jpg

    Selon cette thèse qui me semble beaucoup plus fiable en l’état, les missiles seraient donc passés dans la rue Nechuya-Levyts’koho, à Lougansk (улица нечуя левицкого, луганск). Et ça ne plaide pas en faveur des rebelles.

    Si quelqu’un a d’autres éléments sur cet aspect de l’affaire, je suis preneur.


    • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 10h46
      Afficher/Masquer

      Minotaure: Zut! A quoi ça sert que je me décarcasse? Je viens de montrer que l’hypothèse Lopugansk est bidon. Des arbres, des lampadaires et des panneaux publicitaires, il y en a ailleurs. Ca ne peut pas être l’endroit indiqué à Lougansk pour les raisons que j’ai détaillées, dont la dernières suffit : L’Ukraine est dans l’hémisphère nord, et donc le soleil n’y est jamais au nord. Ni au nord-est, ni au nord-ouest, ni exactement à l’est, li exactement à l’ouest. On voit l’ombre du camion.


      • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 10h51
        Afficher/Masquer

        grr, on ne peut plus éditer les messages : Lopugansk ->Lougansk
        li exactement -> ni exactement
        Bon, j’espère qu’une bonne âme fera un travail correct en partant de mon machin tout moche, parce que l’hypothèse Lougansk sème le trouble y compris chez les rebelles (dont un des chefs disaient à la BBC qu’il était possible qu’un BUK apporté par les Russes ait fait une erreur)


      • Bidou Le 24 juillet 2014 à 18h21
        Afficher/Masquer

        Quelle ombre ? Il n’y a aucune source de lumière direct dans la vidéo, le soleil est soit couché soit couvert, l’ombre du camion est diffuse et n’a aucune chance d’indiquer la direction du soleil.


        • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 18h41
          Afficher/Masquer

          Derrière les nuages ya le soleil, si si. et l’ombre est beaucoup plus nette à droite du camion qu’à gauche. ‘fin bon, de toute façon comme l’a fait remarqué Prométhée enchaînée, le panneau du film est simple, le panneau “équivalent” de Lougansk est double.


          • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 18h42
            Afficher/Masquer

            Et pour finir, voici le panneau publicitaire qui aurait dû apparaitre sur le film, si ça avait été à Lougansk (celui du haut, double) https://evilmilker.livejournal.com/4379.html?thread=66587#t66587


            • Bidou Le 24 juillet 2014 à 19h50
              Afficher/Masquer

              Donc il y a exactement le bon panneau a lougansk mais en fait c’est pas ça ? J’ai bien du mal a vous suivre (a moins que le supposé panneau simple du film lévite bien sur, ça n’a pas l’air d’être votre fort la physique basique aujourd’hui )


            • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 20h00
              Afficher/Masquer

              Toi yen a pas comprendre.
              Film= panneau simple (pub Bogdan, et rien à sa gauche)
              Lougansk= panneau double (pub Bogdan, et encore une pub à gauche http://cdn.lc.lds.ua/thumbnails/levitskogo-chernomorskaya.jpg )
              Faut regarder avec les yeux, réfléchir avec la tête, pas avec le cul.


          • Bidou Le 24 juillet 2014 à 19h38
            Afficher/Masquer

            Et derrière un nuage, et bien la lumière devient diffuse et ne peux en aucun cas créer une ombre porté, si si. Dans ce cas c’est le ciel entier qui devient source lumineuse.

            Enfin bon, je crois que vous avez déjà tout prouvé et compris grace a “gogol” j’ai pas vraiment l’impression qu’il y est une discution possible …


            • Bidou Le 24 juillet 2014 à 20h10
              Afficher/Masquer

              Euh, vous avez quand même remarquez qu’un bosquet cache ce qui devrait être le deuxième panneau? Et qu’on devrait apercevoir un poteau central si le panneau était “simple ?

              Je vous renvoie donc a cette histoire de cul et de yeux.


    • moderato si cantabile Le 24 juillet 2014 à 14h38
      Afficher/Masquer

      parce que vous pensez que les spécialistes militaires russes regarde comme vous cette vidéo, sur youtube, en mettant de bonnes lunettes à la limite, ou alors auraient-ils un laboratoire d’analyse des données…quand même, ces barbares…


  8. casper Le 24 juillet 2014 à 05h03
    Afficher/Masquer

    “Selon cette dernière, les déclarations publiques de la partie russe ne méritent aucune confiance, Moscou étant impliqué “dans la propagande et la désinformation”

    Et hop, comme ca, d’un revers de main et sans contre argument. “Faites nous confiance, nous la propagande on y touche pas”. C’est tellement osé, tellement caricatural…

    Je n’arrive pas a m’imaginer un type qui se dit “pas besoin de contre arguments, meme bidons, contre les Russes. Je vais juste les traiter de menteur, et les gens ne se poseront pas de question”. Meme pas l’amour du travail bien fait.


  9. Charles Michael Le 24 juillet 2014 à 05h12
    Afficher/Masquer

    Ce qui est consternant c’est de voir les roquets de L’UE poursuivre sur leur lancée le Poutin bashing.
    d’un autre coté, ça donne à Hollande des vacances.


  10. odjo Le 24 juillet 2014 à 05h38
    Afficher/Masquer

    sur RT dans cross-talk du 23 Juillet a environ 11 minutes il est question d’un exercice militaire dans cette region des balkans de Nato qui finit le 17 Juillet . Le nom de l’exercice est sea breeze ou breeze 2014 et comprenait 200 US militaires specialistes en electronic warfare et monitoring le traffic des avions commerciaux dans la region , et les americains ne peuvent ou veulent pas nous montrer leurs evidences ?


    • odjo Le 24 juillet 2014 à 05h53
      Afficher/Masquer

      les infos ci-desus dans cette emission cross-talk commencent a 8mn30s


  11. Nicolas Le 24 juillet 2014 à 06h33
    Afficher/Masquer
    • Guillaume CHANE Le 24 juillet 2014 à 09h14
      Afficher/Masquer

      Je pense aussi tant qu’a faire, autant que notre travail serve…
      D’ailleurs, pourquoi je n’arrive pas à poster des liens ?


      • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 10h03
        Afficher/Masquer

        D’autant plus qu’on a déjà 2 commentaires de personnes qui ne comprennent pas que les russes écrivent en russe. Si vous êtes en forme, il y a un petit truc à changer : Le code du Copenhague-Singapour est СА351 en russe mais SQ351 en lettres latines. J’avais laissé CA 351 (alors que j’aurais dû translittéré en SA 351, mais peu importe).


    • Pavlo Le 24 juillet 2014 à 09h34
      Afficher/Masquer

      le code du vol Copenhague-Singapour serait plutôt SA351 non?


      • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 09h52
        Afficher/Masquer

        Bien vu Pavlo, j’ai fait une erreur de translittération. СА->SA bien sûr, je suis allé trop vite.


      • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 09h54
        Afficher/Masquer

        Ah attendez, vous parlez de la carte originale. Elle est en alphabet cyrillique, donc СА est correct.


    • Olivier Berruyer Le 24 juillet 2014 à 10h49
      Afficher/Masquer

      MERCI !!!!!!!!!!!!!!!!!!


      • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 11h00
        Afficher/Masquer

        Avec plaisir (c’est la 3ème ou 4ème fois que Guillaume Chane et moi signalons cette carte, mais ya tellement de commentaires que c’est passé inaperçu :la rançon du succès). Il y a juste un petit problème, j’ai laissé le code russe pour Singapour Airlines CA351, le code en lettres latines est SQ351.
        Au besoin, et si quelqu’un est chaud pour transposer le texte sur l’image, je peux faire une traduction complète de la “Carte de la répartitions des moyens de lutte anti-aérienne autour de la ville de Donetsk”.
        Si ça vous a échappé aussi, j’ai éliminé assez simplement (com de 9h37 ici même) l’hypothèse Lougansk pour la vidéo du BUK. Mon schéma est moche, faudrait quelqu’un habitué au dessin pour reprendre mes arguments http://oi58.tinypic.com/35mib85.jpg . L’argument le plus simple est en fait que le soleil ne se trouve jamais au nord, en Ukraine. On voit une ombre à 0:06 qui casse à elle toute seule l’hypothèse Lougansk.


        • Guillaume CHANE Le 24 juillet 2014 à 13h07
          Afficher/Masquer

          Allez y je vais voir ça tout à l’heure:

          la nouvelle version CA -> SA

          https://lh5.googleusercontent.com/-UIS_WlTBqeA/U9DoEwWliKI/AAAAAAAABLc/ZRAflVEQQjA/s900/mh17.jpg


          • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 13h10
            Afficher/Masquer

            Ah oui mais non, en fait en lettres latins, Singapour Airlines c’est SQ, désolé. Bon, je traduis la “Carte de la répartitions des moyens de lutte anti-aérienne autour de la ville de Donetsk”…


          • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 13h38
            Afficher/Masquer

            “Carte de la répartition des moyens de lutte anti-aérienne autour de la ville de Donetsk”

            Villes surlignées en jaune (sens de lecture) : Izioum, Lyssytchansk, Tchouguinka (à la frontière russe), Kramatorsk, Lougansk (en plus gros), Kommounarsk, Gorlovka, Grabovo (encadrée en rouge), Avdeevka (à gauche du dessin de l’avion de gauche, en petit), Snijne (juste en bas à droite de Grabovo), Torez (dans le couloir aérien, juste sous Grabovo), Zaroschenskoe (juste sous Torez, au milieu du couloir aérien), Donetsk (en plus gros), GRuzko-Zoryanskoe, Volnovakha. Dans le cadre de gauche: Dnepropetrovsk.
            Les régions, indiquées en gras: Oblast de Kharkov, Ukraine, Oblast de Donetsk, Oblast de Zaporijia
            En noir, souligné et pointant vers des cercles:
            Pointant vers les grands cercles : Zone d’impact des complexes antiaériens «S-300»
            Pointant vers les petits cercles : Zone d’impact des complexes antiaériens «BUK-M1»
            La légende:
            «Conventions de notation»
            Zone d’impact des complexes antiaériens «BUK-M1»
            Zone d’impact des complexes antiaériens «S-300»
            Complexes antiaériens «BUK-M1»
            Stations de radiolocation «Koupol»
            Point de contrôle de survol obligatoire
            Trajectoire de vol du Boeing 777
            Les villes indiquées dans le couloir aérien par les triangles violets (dans le sens ouest-est: Boulig, Makak, Avola, Goned, Tamak.
            Les 2 petits encadrés blancs:
            Zone supposée du point d’impact
            Zone de chute du Boeing 777
            Texte pointant vers le couloir
            Couloir de la voie aérienne internationale

            Et voilà! 🙂


            • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 13h41
              Afficher/Masquer

              GRuzko-Zoryanskoe -> Gruzsko-Zoryanskoe
              Désolé


            • Guillaume CHANE Le 24 juillet 2014 à 20h43
              Afficher/Masquer

              https://lh3.googleusercontent.com/-OaGA_S-BPUU/U9FRz5vOT0I/AAAAAAAABM8/05WIWY77OBc/s720/mh17_air-defense.jpg

              j’ai fait une version plus grande, il faut que je trouve un support


            • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 21h39
              Afficher/Masquer

              @Guillaume: Manque juste dans l’encadré de gauche l’oblast de Dnepropetrovsk et sa capitale Dnepropetrovsk, et ma correction “GRuzko-Zoryanskoe -> Gruzsko-Zoryanskoe”


            • Guillaume CHANE Le 24 juillet 2014 à 21h54
              Afficher/Masquer

              j’ai reposter la carte en grand dans une nouvelle réponse à la fin


            • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 22h04
              Afficher/Masquer

              @Guillaume: magnifique, espérons qu’OB la reprenne 🙂


          • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 15h06
            Afficher/Masquer

            Si vous êtes chaud, le truc top serait de mettre sur un joli dessin mes arguments contre l’hypothèse du “BUK à Lougansk” expliquées à 9h37. Avec par exemple 3 couleurs pour les points de vue envisagés, des petites croix au pied de chaque lampadaire (j’ai indiqué ceux qui comptent vraiment, on peut en ajouter quelques un pour être complet), des petits cadres expliquant pourquoi chaque point de vue envisagé est à rejeter, avec le détail du film correspondant (point de vue nord et au-delà : le panneau cache lintersection ; point de vue central: pas de lampadaire aligné avec le bord droit du panneau ; point de vue sud et en-deça le panneau publicitaires sont nettement distincts dans le film).
            On peut aussi ajouter un cadre pointant vers les 2 panneaux publicitaires, pour l’argument des proportions (qui exclut à lui seul tout point de vue à plus de 60 mètres du panneau de gauche, alors que le point le plus proche de l’immeuble est à 100 mètres, et ne correspond pas du tout), et enfin un petit cadre rappelant un principe très simple d’astronomie : au nord du tropique du cancer, le soleil n’est jamais au nord, au au nord-est, ou au nord-ouest…
            Un tel dessin bien fait pourrait calmer beaucoup de monde, par rapport à ce film.


            • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 15h10
              Afficher/Masquer

              Le top du top pour une diffusion massive serait de la faire en anglais… et d’ajouter la petite touche : Surprise, surprise! There are several crossroads in Ukraine with trees, lamp posts and ad billboards with buildings nearby.
              J’invite tout le monde à constater à quel point l’argument Maïdanite est vague : dans le coin ya des arbres, des lampadaires, des panneaux publicitaires et des bâtiments, sans se soucier de leur alignement. http://ukraineatwar.blogspot.nl/2014/07/russian-transport-of-buk-that-shot-down.html


            • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 15h13
              Afficher/Masquer

              (désolé, la toucher “éditer” a disparu, peut-être parce que j’en abusait et que ça surchargeait le serveur 🙂 ). Le dessin dont je parle, je le ferait bien moi-même, mais pour savoir comment tirer un trait droit sur Gimp il a fallu que je fasse une recherche sur internet. Donc ajouter des cadres, utiliser différentes couches, tout ça, pour moi, c’est exclu à moins d’y passer 2 jours.


        • Zino Le 24 juillet 2014 à 18h42
          Afficher/Masquer

          Nicolas, l’ombre est très faible et diffuse.

          On la devine aussi dans l’autre sens lorsque le camion s’éloigne. On peut avoir des ombres diffuses inversées si on a beaucoup de nuages. A mon avis, ce n’est pas l’argument définitif. Le mieux serait que quelqu’un aille sur place.

          Mais de toutes façons, le problème n’est pas là. Nous sommes très peu à nous intéresser aux “preuves”. Le rouleau compresseur médiatique dans tous les cas suivra son cours. Nous ne sommes dans une démocratie totalitaire, propre aux sociétés supra-globales. Tout cela a été démontré par le mathématicien et sociologue russe Alexandre Zinoviev.

          “Le processus d’uniformisation du monde ne peut être arrêté dans l’avenir prévisible. Car le totalitarisme démocratique est la dernière phase de l’évolution de la société occidentale, évolution commencée à la Renaissance.”
          http://blogs.mediapart.fr/blog/danyves/010514/quand-alexandre-zinoviev-denoncait-la-tyrannie-mondialiste-et-le-totalitarisme-democratique


          • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 18h54
            Afficher/Masquer

            Bon, laissons tomber l’ombre. Il y a le fait que les panneaux sont simple dans un cas et doubles dans l’autre (merci Prométhée!), les alignements que j’ai maladroitement montrés http://oi58.tinypic.com/35mib85.jpg ne correspondent pas, et les proportions entre les distance de la caméras aux 2 panneaux. Ca suffirait à faire un très joli dessin explicatif, si quelqu’un a la compétence et le temps de s’y coller.


            • Ledahu Le 26 juillet 2014 à 01h23
              Afficher/Masquer

              La il faire une car moi non plus je ne suis pas si sur la. Y t’il une colline? Le moment que quelqu’un peut pendre des photos de l’autre endroit, pour ça reste Lugansk aussi. J’ai ultitise s’un calcul pour les 4h 50 ça marche.


            • Prométhée Enchaîné Le 26 juillet 2014 à 20h42
              Afficher/Masquer

              Personnellement je n’ai pas vérifié les alignements. Mais j’ai découvert qu’en fait les panneaux doubles sont séparés par un espace. Le second panneau pourrait être masqué par la végétation. D’autre part, on voit bien le toit de la maison à droite et le toit de la bâtisse rouge… je ne comprenais pas très bien, mais du coup, je commence à douter.

              Cette vidéo est plus longue, on voit mieux le panneau au début :
              https://www.youtube.com/watch?v=PsbC8yDeGUw

              Et une photo plus précise du lieu :
              http://armscontrolwonk.com/wp-content/uploads/2014/07/Billboard.png


  12. A-J Holbecq Le 24 juillet 2014 à 07h30
    Afficher/Masquer

    ” À 17h20, à 51km de la frontière avec la Fédération de Russie et avec un cap de 300 degrés, l’avion a commencé à brutalement perdre de la vitesse, ce qui est visible distinctement sur le tableau des caractéristiques de l’objet en vol. ”

    Le cap n’est pas cohérent… erreur de traduction ?


  13. Gilles S. Le 24 juillet 2014 à 08h16
    Afficher/Masquer

    “Les clichés ont été réalisés dans la ville de Krasnoarmeïsk, comme le confirme le panneau publicitaire au bord de la route, où est indiquée l’adresse d’un concessionnaire automobile : 34, rue Dnepropetrovskaïa.”

    Information factuellement fausse. Le panneau ne “confirme” rien de tel – il suffit de regarder attentivement l’image pour ne pas y voir l’adresse prétendument indiquée. Depuis la conférence de presse, des recherches plus poussées ont été effectuées puis publiées sur internet, il est désormais public que la vidéo du char porteur des missiles sur une route ukrainienne a été tournée à Lugansk, au coin de la rue Korolenko et du boulevard Nechuya-Levitsky. Une source (parmi beaucoup) reprenant les éléments à l’appui de cette déduction est : http://avva.livejournal.com/2788606.html?thread=107533566#t107533566


  14. Nicolas Le 24 juillet 2014 à 09h37
    Afficher/Masquer

    APPEL à collaboration (peut-être que OB relaiera?): Besoin d’aide de personnes sachant éditer des images décemment… enfin, mieux que moi quoi.
    Suite à la publication de la vidéo d’un BUK, les pro-Maïdan ont cherché où, dans la zone rebelles, pouvait avoir été filmée la vidéo. Ils ont trouvé un endroit qui ressemble vachement : une route, 2 panneaux publicitaires, une intersection, des lampadaires… que des trucs rarissimes. Ils ont annoncé que ça avait été filmé à Lougansk, rue Nechouya-Lévitsikogo. J’ai personnellement été troublé par cette hypothèse. Et si ? Et si la Russie avait vraiment envoyé un BUK aux rebelles … sans que les satellites américains de le remarque (3 énormes camions, faut un bon camouflage).
    Alors j’ai passé du temps à chercher, à lire, à regarder. L’hypothèse Maïdanite est exposée ici. http://ukraineatwar.blogspot.nl/2014/07/russian-transport-of-buk-that-shot-down.html
    J’ai pris une image satellite de chez gogol maps ( https://www.google.com/maps/@48.5456224,39.2646332,179m/data=!3m1!1e3 ) pour chercher à comprendre si les panneaux publicitaires et les lampadaires peuvent correspondre. J’ai indiqué les lampadaires intéressants par des croix. J’ai envisagé 3 positions, pour l’emplacement de la caméra: http://tinypic.com/view.php?pic=35mib85&s=8
    On peut exclure le point de vue le plus lointain (le plus au nord) parce que depuis ce point de vue, le lampadaire qui se trouve à l’intersection est aligné avec le bord droit du panneau droit, alors que dans le film, ce lampadaire doit se trouver assez nettement à droite du panneau.
    On peut exclure le point de vue du milieu, parce que dans cette position, il n’y a pas de lampadaire aligné avec le bord droit du panneau publicitaire Bogdan.
    On peut enfin exclure la position la plus proche de l’intersection parce que dans cette position, le panneau publicitaire de gauche commence exactement au bord gauche du panneau publicitaire de droite, alors que sur la première seconde du film on voit qu’ils sont nettement espacés.
    Il y a d’autres éléments, mais pour chaque point de vue supposé, un seul élément différent permet d’éliminer l’hypothèse.
    Ces constatations simples nous épargnent d’aller chercher le détail des toits et de les comparer avec ceux de la vidéo
    Il faudrait que quelqu’un plus doué que moi fasse un travail correct avec l’image satellite de gogol (plus fraîche que l’image satellite de Yandex sur laquelle l’église est encore en construction), avec des explications de préférence en anglais pour diffusion.
    En tous cas, après avoir eu des doutes, cette petite analyse m’a convaincu que la vidéo n’a pas été tournée à cette intersection. C’est vrai que tous les éléments de la vidéo s’y trouvent : des lampadaires, des arbres, 2 panneaux publicitaires et même des bâtiments… mais pas exactement au bon endroit. Je crois savoir qu’il y a en Ukraine d’autres intersections avec des panneaux publicitaires, des arbres et des lampadaires.
    Un élément de plus à la réflexion: le temps est couvert, mais à 0:06, le camion projette une ombre à peu près perpendiculaire à la route, côté caméra. Cet élément à lui seul exclut lui aussi l’hypothèse des Maïdanite, puisque cela voudrait dire que le soleil est au nord. Dans l’hémisphère nord on n’a encore jamais vu ça. J’ajoute ceci surtout pour ceux qui voudraient chercher la position de ce camion à Krasnoarmeïsk, par exemple.


    • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 09h42
      Afficher/Masquer

      Je précise qu’une webcam de cet endroit montre la pub Bogdan sur le panneau qui aurait pu coller http://cdn.lc.lds.ua/thumbnails/levitskogo-chernomorskaya.jpg
      Lien direct vers mon image http://oi58.tinypic.com/35mib85.jpg
      Et j’ai oublié de préciser : on peut éliminer les positions plus au nord et plus au sud que celles que j’ai indiquées pour les mêmes raison qu’on peut éliminer les position nord et sud. Il n’y a pas non plus de position intermédiaire qui “colle”.


      • Prométhée Enchaîné Le 24 juillet 2014 à 11h18
        Afficher/Masquer

        Selon moi ça ne colle pas. C’est vrai qu’il faudrait faire un travail détaillé pour démonter ça.
        Premièrement, Le panneau visible sur la vidéo est un panneau simple, non un double, me trompé-je ? Et sur la photo, il n’y a qu’un panneau simple, et celui-ci ne semble pas correspondre, en recoupant avec la végétation qui n’a rien à voir, l’espèce de petit muret rouge et blanc de l’autre côté de la route absent de la photo, ainsi que la maison dont le toit est au niveau de la route (donc la maison est en contrebas). Cette maison suggère d’ailleurs que le terrain n’est pas plat comme il semble l’être sur la photo. D’ailleurs, l’horizon le suggère aussi.
        La prise de vue “streetview” est trompeuse aussi puisque déformée par le panoramique.
        Qu’en dites-vous ?


        • Prométhée Enchaîné Le 24 juillet 2014 à 11h20
          Afficher/Masquer

          Je précise que si c’est un panneau double, ça ne correspond pas plus… (muret rouge, végétation, maison, horizon, etc…)


          • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 11h28
            Afficher/Masquer

            Les Maïdanites s’en tirent en identifiant ce qui semble effectivement être un muret avec un toit, plus loin… mais pas dans le bon alignement. Ne parlons pas de la végétation : ça pousse, ça se coupe. A la première seconde du film ont voit un second panneau publicitaire. Il y en a aussi un à l’intersection, mais comme je viens de l’expliquer (11h23), pas au bon endroit. Ils sont beaucoup trop proches, par rapport à la vidéo. à la fois radialement et angulairement.


        • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 15h27
          Afficher/Masquer

          “Le panneau visible sur la vidéo est un panneau simple, non un double, me trompé-je ?”
          par rapport au panneau publicitaire : à la première seconde de la vidéo, on en vois un second, plus à gauche, nettement espacé angulairement, et beaucoup plus petit (donc ~54% plus loin). Cette histoire de panneaux à elle-seule exclut l’hypothèse maïdanite.
          Pour ce qui est de la vue streetview, vous avez raison, elle est plus susceptible de tromper par rapport à ce qu’on voit depuis une fenêtre, surtout en regardant depuis une route qui passe au dessus de l’autre, donc mieux vaut utiliser la vue satellite pour distinguer les alignements des lampadaires et des panneaux. C’est pas exactement les alignements qu’aura l’observateur à sa fenêtre, mais les remarques qui excluent les différentes suppositions ne sont pas “à un chouilla près, ça colle”, à chaque fois “c’est très net, ça ne colle pas”.


          • Prométhée Enchaîné Le 24 juillet 2014 à 16h20
            Afficher/Masquer

            Quand je dis un panneau simple je veux dire que pour un support il n’y a qu’un panneau. Or, sur la prise de vue, les deux panneaux semblent être des panneaux doubles (soit 4 panneaux). Il n’y a qu’un panneau simple dans la zone, et il ne semble pas correspondre non plus.


        • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 17h44
          Afficher/Masquer

          Ah, je vois ce que vous voulez dire ! On va essayer d’être précis pour savoir de quelle image on parle :
          1-Sur l’image de la webcam à Lougansk, on a 2 panneaux publicitaire doubles près de l’intersection suggérée par Maïdan
          2-Panneaux publicitaires doubles confirmés par l’image satellite google de la même intersection : les panneaux font ~13 mètres de long (je trouve 12,9 m), c’est pas du panneau simple.
          3-Au contraire, les deux panneaux publicitaires visibles dans le film montrant le BUK sont clairement simples (le panneaux de gauche n’est visible que pendant la première seconde du film).
          Bah voilà, un argument de plus qui montre que la vidéo n’a pas été tournée à Lougansk.
          Je veux pas dire, mais ça pourrait faire un bel article. Mine de rien, même des rebelles s’inquiètent de ce que ça pourrait être vraiment à Lougansk. Un article qui démonte cette théorie pourrait “buzzer”, pour l’instant je n’en ai pas vu.
          J’ai pas encore trouvé l’endroit réel, mais je pense toujours pour Dnepropetrovsk, ce qui serait une étape logique pour un BUK qui revient du front pour se planquer vers le centre de l’Ukraine. C’est pas aussi près du centre-ville que la rue de Lougansk “proposée” par Maïdan, mais avec 4 lampadaires, c’est pas dans la cambrousse. Ou alors, j’ai mal cherché à Krasnoarmeïsk, et la mention d’une rue de Dnepropetrovsk par les Russes était simplement pour signifier qu’il savait que le BUK se trouvait à ce moment là à Dnepropetrovsk.
          Quelqu’un connaît-il les tailles standards des panneaux publicitaires? A la louche je dirait 6m*9m pour le panneau du film, ça existe comme standard?


    • Olivier Berruyer Le 24 juillet 2014 à 11h01
      Afficher/Masquer

      Si quelqu’un connait un habitant sur place ce serait précieux…


      • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 11h23
        Afficher/Masquer

        Oui, ce serait radical, mais l’analyse de l’image suffit à éliminer totalement l’hypothèse. Je n’ai indiqué que des éléments évidents d’alignement, et le fai évident que le soleil n’est pas au nord. Si on regarde en plus les proportions : le panneaux de droite apparait 50% à 60% plus grand que le panneau de gauche (j’ai mesuré 54%, il faut bien sûr mesurer la hauteur). Les panneaux sont de taille identique, donc le panneau de gauche est 50% à 60% plus loin (approx tan x= x vraie à mieux que 1% pour un angle inférieur à 9 degrés). Il n’y a aucun point de vue qui convienne, et on en est loin. Il y a d’autres points concernant les proportions des lampadaires, mais la simple comparaison des panneaux publicitaires est radicales : on est très loin de pouvoir placer la caméra dans un immeubles. Il y a aussi l’écart entre les panneaux publicitaires, qui n’est jamais bon, où qu’on se place dans les immeubles. Chaque argument suffit séparément. En conclusion : Les Maïdanites ont font aussi bien qu’ils ont pu, ils ont troublés beaucoup de gens avec leur hypothèse, mais il y a plusieurs intersections en Ukraines qui ont des arbres, des panneaux publicitaires et des lampadaires. Le film a été tourné ailleurs.


        • Bebs Le 24 juillet 2014 à 12h23
          Afficher/Masquer

          Je ne comprends pas que l’endroit n’ait pas été identifié par les auteurs de la vidéo.
          Par ailleurs et sauf erreur de ma part, il me semblait que le lanceur de missiles était supposé rentrer en Russie. Or le site de tir est sensé être Snizhne. Pourquoi donc passer par Lougansk à 70 km de là et encore à 20 km de la frontière alors que Snizhne n’est qu’à environ 18 km de la Russie?


          • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 12h36
            Afficher/Masquer

            “Je ne comprends pas que l’endroit n’ait pas été identifié par les auteurs de la vidéo.”
            Si l’auteur de la vidéo est pro-Kiev, et qu’il a filmé un BUK de Kiev (mon hypothèse), c’est normal. L’endroit n’a pas été précisé pour laisser le soin aux Maïdanites, sur les réseaux sociaux, de trouver un emplacement adéquat. Si on ne regarde pas dans le détail, l’hypothèse Lougansk est suffisante pour convaincre les convaincu et semé le doute parmi les autres.
            “Pourquoi donc passer par Lougansk à 70 km de là”
            Si vous allez directement de Snezhnoe à la frontière russe, vous trouveriez actuellement des forces ukrainiennes. Enfin plus trop, maintenant, elles se font massacrées, mais le 18 juillet les kiéviens étaient encore nombreux dans la zone. Autre question : pourquoi rappatrier le BUK de jour ? Ca aurait été un peu idiot. Enfin bon, bref, mes considérations d’alignement, de proportions et d’astronomie suffisent à éliminer l’hypothèse Lougansk. En fait, chacune d’elles suffit par elle-même, sans avoir besoin de les combiner.


            • Remi Le 25 juillet 2014 à 22h31
              Afficher/Masquer

              Bonjour, j’ai regardé la vidéo une bonne centaine de fois (Je l’ai même stabilisé) et plusieurs chose me dérangent :

              – La camion passant derrière le panneau, celui-ci doit donc se trouver du coté droit de la route.

              – Il semblerait que le panneau soit un panneau “simple”, logiquement, le pied du panneau devrait donc se situer au milieu du panneau et descendre au niveau du sol ET toujours du coté droit de la route

              – L’orientation du panneau et sa hauteur par rapport a la route n’ont pas l’air de concordé entre la vue “normale” et la vue “zommée”

              – Le moment ou les rampes arrières de la remorque passe au niveau du panneau, on dirait qu’il y a un problème de parallaxe.


      • Photonik Le 24 juillet 2014 à 13h45
        Afficher/Masquer

        Une autre solution serait de connaitre l’agence de pub qui a fait l’affiche et avoir la liste de tous les panneaux ou elle a été installée. On pourrait en même temps avoir les dates d’affichage et donc une idée de quand date la vidéo.


        • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 13h57
          Afficher/Masquer

          @Photonik: cette agence est probablement à Kiev donc sous le contrôle soit du gouvernement, soit de Kolomoïsky. Déjà que Kolomoïsky a apparemment confisqué les enregistrement de la tour de contrôle, il est évidemment hors de question d’avoir une info pareille.
          Evidemment ça serait plus facile parce que mine de rien, des carrefours avec des lampadaires, des arbres et des panneaux publicitaires, yen a un paquet, en Ukraine. Surprenant, non? Je commence à croire que la vidéo n’a pas été tournée à Krasnoarmïsk (je ne trouve rien qui correspond) et que les Russes, en donnant une fausse adresse, ont fait passé un message personnel : non seulement on sait où a été tournée la scène (par exemple sur une rue Gorkovo, ou depuis un magasin Stroydom…) mais on connait un autre de vos affreux petits secrets. Juste des fois que le message subliminal soit porté par l’adresse “rue de Dnepropetrovsk, 34”, je ferai un tour (par cartes) à Dnepropetrovsk, ville contrôlée si je me souviens bien par Kolomoïsky, le plus sanguinaire des oligarques. Possible aussi que le message subliminal porté par “rue de Dnepropetrovsk, 34” soit simplement “nous savons que c’est Kolomoïsky qui a fait le coup”.


    • Flo Le 24 juillet 2014 à 19h54
      Afficher/Masquer

      Bonjour Nicolas,

      J’ai bien regardé toutes les images et la vidéo et pour moi c’est bien le même endroit (Lugansk).

      Concernant les panneaux publicitaires: dans la vidéo on ne voit que la moitié de droite du panneau double, la partie de gauche est cachée par la végétation.
      Pour le panneau qu’on apperçoit au tout début de la vidéo, c’est le deuxième panneau double de l’autre côté de la route (un peu plus en avant). Il parait plus petit car il est aussi partiellement caché par la végétation.

      Sur la photo le terrain “parait” plat car elle est prise de plus haut, alors que la vidéo est prise peut-être du premier étage. En réalité le terrain n’est pas plat puisque c’est une intersection avec un pont. Le magasin avec le toit rouge et la cheminée blanche se trouve plus bas que la route sur laquelle passe le “Buk” (la route devant le magasin passe ensuite sous le pont, alors que le Buk passe dessus).
      La partie blanche du magasin est un morceau de toit en tôle ondulée: on ne voit pas les détails sur la vidéo car la luminosité a saturé le capteur.

      Pour l’ombre, c’est de l’ombre diffuse et non de l’ombre portée, il y en a tout autour du camion.

      Voilà, c’est pas bien grave mais je pense que les Russes auraient mieux fait de ne pas parler de cette vidéo.


      • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 21h24
        Afficher/Masquer

        Pas mal vos hypothèses, Flo. Manque plus qu’à identifier le point de prise de vue en faisant correspondre les 4 lampadaires de la vidéo avec 4 lampadaires du décor. Ya un lampadaire sur la vidéo aligné avec le bord droit du panneau de droite, ça limite les possibilités.
        Euh, c’est Maïdan qui a parlé de cette vidéo, pas les Russes.


        • Flo Le 24 juillet 2014 à 22h31
          Afficher/Masquer

          Je voulais dire que les Russes n’auraient peut-être pas du réagir à cette vidéo sans connaitre exactement l’endroit.
          Le SBU avait donné un faux endroit au début, maintenant les Russes se trompent à leur tour.

          Mais cette vidéo ne prouve pas grand chose. Il me semble que Lougansk est très près du front qui n’est pas un vrai front car ce n’est pas deux armées qui se battent. Il est tout à fait possible que les ukrainiens aient fait une incursion pour “ballader” un buk dans le coin afin de montrer cette vidéo.


  15. A-J Holbecq Le 24 juillet 2014 à 09h47
    Afficher/Masquer

    Autre erreur … C’est le vol SQ 351 (Singapore Airlines) et non pas CA 351
    Vol Copenhague => Singapore.

    Je n’en tire aucune conclusion mais sauf erreur le MH 17 (à 33000 pieds) était quasiment au dessus du SQ 351 (à 29000 pieds) à 17 h 23 et très proche à partir de 17 h 20. Il aurait pu être visible du SQ 351.


    • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 09h59
      Afficher/Masquer

      Encore une fois, la carte des russes est… en russe! Les codes utilisés sont en alphabet cyrillique, donc S->C. Pourquoi le Q est devenu A, je ne sais pas, mais les codes utilisés en Russie ne sont pas forcément des translittération des codes IATA, ce qui de toute façon ne fonctionnerait pas : K et Q sont translittérées en К.


  16. chios Le 24 juillet 2014 à 09h47
    Afficher/Masquer

    http://scottlocklin.wordpress.com/2014/07/21/can-the-su-25-intercept-and-shoot-down-a-777/

    pour les spécialistes:discussion sur la possibilité d’une attaque air air par le SU 25


    • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 10h43
      Afficher/Masquer

      Mouais, son argument choc c’est que le SU-25 ne peut pas atteindre 10000 m. Je pense que les russes savent assez bien jusqu’où peut aller le SU-25. En tout cas, mieux que ceux qui se contentent de lire la page wiki et y trouvent le “plafond pratique” à 7000 m. évidemment qu’à 10000 m le SU-25 a une vitesse très réduite (les russes ont indiqué 400 km/h) mais ça a pu suffire pour approcher le MH17, en arrivant “en cloche”. Je pense que les Russes se feraient un plaisir de démontrer la possibilité d’arriver à 10000 m.


      • chios Le 24 juillet 2014 à 13h07
        Afficher/Masquer

        Il semble dire aussi que le “R60” qui est sur cet avion est trop “petit” pour détruite un gros avion de ligne

        Remarquez, Nicolas, je ne défends aucune thèse, je ne m’y connais pas assez.

        Et je crois que le buzz autour de l’avion est dépassé maintenant, les sanctions et tout ça, c’est pour que la Russie cesse de soutenir les rebelles de l’Est…


        • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 17h53
          Afficher/Masquer

          ” le “R60″ qui est sur cet avion est trop “petit” pour détruite un gros avion de ligne”
          Mouais, je préfère pas être dans un Boeing 777 le jour où une charge de 3kg d’explosif explose à la surface d’un des réacteurs. Et si le SU-25 peut tirer un R60, il peut en tirer 2…


      • Bidou Le 24 juillet 2014 à 19h21
        Afficher/Masquer

        La source c’est Sukhoi elle même http://www.sukhoi.org/eng/planes/military/su25k/lth/


      • Osperato Le 24 juillet 2014 à 19h29
        Afficher/Masquer

        C’est une piste essentielle à creuser…

        L’armée ukrainienne semble avoir plusieurs modèles de Sukhoï Su-25 (Su-25M1 par exemple).
        Quel est le plafond de ces appareils ?
        J’ai trouvé ces 2 liens :
        5.000-10.000 m http://www.redstar.gr/Foto_red/Eng/Aircraft/Su_25M1.html
        7.000-10.000 m http://uos.ua/produktsiya/aviakosmicheskaya-tehnika/84-cy-25 (http://translate.yandex.com/translate … pour l’avoir en français)


    • erde Le 24 juillet 2014 à 11h16
      Afficher/Masquer

      comme annoncé dans un autre fil de commentaires voici une vidéo pour le moins troublante :

      Voici la vidéo de CNN , montre le missile au milieu des débris de l’avion, reste à savoir si ce missile n’était pas là avant le crash.
      S’il y a des spécialistes en armement parmi les commentateur peut-être pourrions nous avoir la confirmation :link to edition.cnn.com

      Vers 1m40 dans la vidéo.

      On ne peut soupçonner CNN d’un montage et les officiels USA ferait bien de prendre leurs “sources” dans les bonnes vidéos !

      Et un article ici :

      http://lesmoutonsenrages.fr/2014/07/24/mh17-des-petits-impacts-suspects-decouverts-sur-le-fuselage-du-boeing/

      A explorer mais la possibilité d’un missile air-air n’est donc pas à exclure.


  17. Louve Bleue Le 24 juillet 2014 à 12h52
    Afficher/Masquer

    Ne pas répondre à ces questions est un aveu de culpabilité et de complicité.


  18. Louve Bleue Le 24 juillet 2014 à 12h56
    Afficher/Masquer

    Je ne suis pas capable d’interpréter personnellement toutes ces données. Mais je constate que les USA et l’Ukraine n’apportent aucune donnée ! Que des accusations dans le vide, des aboiements haineux aveugles…


    • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 14h02
      Afficher/Masquer

      “USA et l’Ukraine n’apportent aucune donnée”
      N’oublions pas, EN PLUS, la coupable dissimulation de preuves, une habitude, pour le gouvernement de Kiev. Les enregistrements des conversations des contrôleurs aériens semblent avoir été confisquées par Kolomoïsky (qui est un oligarque qui agit pour son compte, et peut-être pas content de ne pas être président)


  19. Madelaine Le 24 juillet 2014 à 14h27
    Afficher/Masquer

    Un lien aussi intéressant, avec sous-titrage en anglais:

    https://news.vice.com/video/exclusive-footage-of-mh17-aftermath-russian-roulette-dispatch-60


  20. DUGUESGLIN Le 24 juillet 2014 à 16h00
    Afficher/Masquer

    On peut remarquer que la Russie n’accuse personne mais pose des questions.


  21. Nicolas Le 24 juillet 2014 à 16h15
    Afficher/Masquer

    Pour ceux qui veulent comparer le parking militaire des photos 3 et 4 avec l’image Gogol, et savoir où c’est, https://www.google.com/maps/@48.0986287,37.7518514,361m/data=!3m1!1e3
    C’est vachement proche de Donetsk!


  22. Bidou Le 24 juillet 2014 à 19h14
    Afficher/Masquer

    Il y a pas mal de petits trucs qui cloche dans la version russe :

    -La vitesse du SU 25. C’est peut être une erreur de traduction mais a 10 000m la portance est terriblement réduite et un avion décroche beaucoup plus rapidement que près du sol (cf AF 447)
    Avec le peu de portance qu’a ce genre d’avion et a ce point au dessus de son plafond je ne suis vraiment pas sur qu’il puisse voler a cette vitesse.

    Le reste tient plus du rasoir d’occam mais :
    -Si l’avion a été abattu par un bouk Ukrainien, cela veut dire qu’il était forcément opéré par plusieurs personnes et constamment locké du sol. Le missile en fonctionnement limité ne peut pas reconnaitre un “ami” d’un “ennemi”, il y aurait donc trop de risque abattre son propre sukhoi qui est a proximité. Hors un “lock” ça se détecte, mais il n’en ai nullement fait état.

    -Si l’avion a été abattu par le su25, pourquoi utiliser ce modèle ? L’ukraine possède des intercepteurs bien plus adapté. Ni la vitesse max ni le plafond ne permette d’exécuter l’interception dans de bonne condition.

    -Pourquoi voler si haut ? La première raison est la même que pour n’importe quel avion commercial : ça consomme moins.
    La deuxième, puisque les rebelles ne sont pas censé avoir de bouk, c’est d’éviter les AA rebelles.

    En filigrane, j’ai surtout l’impression que les Russes racontent que le rebelle ont tiré un missile sur le Su 25 , mais en mode degradé (sans l’appui du radar au sol) et que le bouk c’est détourné sur le boeing.


    • fevil Le 24 juillet 2014 à 19h21
      Afficher/Masquer

      Les russes n’ont jamais dit que le su25 avait abattu le boeing.

      le su25 servait certainement de couverture aux nationalistes ukrainiens. Genre les separatistes ont voulu abattre notre avion et ils ont abattu le boeing. Or ce seraient les natiuonalistes qui auraient tenté une manipulation ici.

      De toute façon on va vite le savoir puisque les audios des boites noires sont disponibles aux enqueteurs.


  23. Bidou Le 24 juillet 2014 à 19h27
    Afficher/Masquer

    “le su25 servait certainement de couverture aux nationalistes ukrainiens. Genre les separatistes ont voulu abattre notre avion et ils ont abattu le boeing. Or ce seraient les natiuonalistes qui auraient tenté une manipulation ici.”

    Et donc tiré un missile du sol ? Comme dit plus haut ça ne colle pas.


    • fevil Le 24 juillet 2014 à 21h30
      Afficher/Masquer

      Ca colle puisque le mh17 a bien été détruit pasr un missile sol air alors que le su25 etait à coté.


      • Nicolas Le 24 juillet 2014 à 21h36
        Afficher/Masquer

        “le mh17 a bien été détruit par un missile sol air”
        Vous avez déjà lu le rapport d’expertise? Vous avez un lien?


  24. fouineur Le 24 juillet 2014 à 19h59
    Afficher/Masquer

    Préambule :
    suffixe (1) = appellations de l’article ci-dessus
    suffixe (2) = appellations Google Earth (si vous voulez les retrouver facilement par vous mêmes avec ce logiciel et pratique pour mesurer des distances mais malheureusement pas de StreetView dans le secteur),

    Bonjour, quelqu’un a t il trouvé une référence au concessionnaire auto apparaissant sur la publicité et qui se trouverait au 34, rue Dnepopetrovskaïa (1) à Krasnoarmiysk (2).

    Je pense que la rue Dnepopetrovskaïa (1) est la rue qui mène à Dnipropetrovsk (2), qu’en pensent les lecteurs de ce message ?

    Par ailleurs Krasnoarmiysk (2) est à l’ouest de Donetsk ce qui semble cohérent avec l’affirmation des russes selon laquelle cette zone est sous contrôle de l’armée ukrainienne, puisque des combats se déroulent dans les faubourgs ouest de Donetsk.

    Sur Google Earth, je n’ai pas toruvé cette route dite “Dnepopetrovskaïa” (1). La route qui mène à Dnipropetrovsk (2) porte le numéro E50 (étiquette rectanglaire verte) sur Google Earth.

    Il faudrait synthétiser les infos avec celles de l’excellent cartographie en ligne fournie ce jour par Paris Match.


  25. Guillaume CHANE Le 24 juillet 2014 à 21h46
    Afficher/Masquer

    La carte des défenses aérienne en plus grand.
    je me suis permis de modifier légèrement les traductions pour des raisons de lisibilité et j’ai changé les couleurs des zones de portée des Buk M1

    http://darkredemptor.free.fr/divers/images/mh17_air-defense.jpg


  26. chris Le 25 juillet 2014 à 00h05
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    Je trouve quand même cette théorie du SU-25 très peu crédible.
    Elle se base sur la vidéo du contrôle aérien, en tout cas, c’est la seule présentée à nos yeux, la vidéo semble être en temps réel, donc effectivement on voit un point apparaître à l’emplacement du B777 lorsque sa vitesse se réduit.
    Ben à mon avis, tout simplement, le B777 se disloque, plus rien ne fonctionne à bord, et le radar secondaire est coupé. Et le contrôle aérien voit pendant encore quelques minutes une partie de l’avion qui réfléchit l’écho du radar, le temps qu’il tombe…soit environ le temps qu’il passe de 10000 à 5000m (au moins).
    Donc cette théorie me semble vraiment fumeuse.


    • Ledahu Le 26 juillet 2014 à 01h34
      Afficher/Masquer

      Je pense pareil sauf si ils on vu le su 25 grimper au début, effectivement ça descends aussi’ donc la question comment est ce qu’ils savent que c’était un su 25? ( captage de radar???). Mais en même si la plupart de mh 17, la partie centrale à restée intact donc aussi ça se voit sur un radar.

      Perplexant


      • Ledahu Le 26 juillet 2014 à 02h03
        Afficher/Masquer

        Trouvée la réponse. Le vidéo montre un radar civile, que utlitise les plans des vols, donc le radar interroge les avions.. Un cercle. Si ça se trouve qu’il n y a pas de réponse, le radar signale le trajet inconnu, en forme d’un carré. Qu’on voit clairement sur les vidéos des russes. Ça c’est le trajet théorique. En réalité on voit la chute de l’avion.


        • Ledahu Le 26 juillet 2014 à 02h13
          Afficher/Masquer

          Deux types de systèmes radar sont utilisés actuellement : le radar primaire de surveillance (PSR) et le radar secondaire de surveillance (SSR). Si il y un disjonction entre les deux, une carré appairât sur l’écran est ça restera sur place pour quelque instant pour permettre le contrôleur aérien de faire des vérifications.

          Un truc que les russes ont oublier de dire aux journalistes. Enfumage???


  27. Ledahu Le 26 juillet 2014 à 02h36
    Afficher/Masquer

    La je demande pourquoi les russes se sont trompés de route sur leur cartes du briefing:

    Ils ont montrés celle de l69 mais mh 17 ne suivait pas cela!!!!

    http://skyvector.com/?ll=47.85175103689978,39.51049804986195&chart=304&zoom=3


Charte de modérations des commentaires