Une info intéressante, à prendre certes au conditionnel, mais issue de Pierre Péan qui a généralement des biscuits dans sa besace.

L’intérêt de la chose ? Outre une illustration de la corruption au moins morale qui ravage le personnel politique, le fait qu’aucune enquête sérieuse n’ait été menée par les médias mainstream est éloquent, non ?

Et il semble y avoir un petit souci avec ce pays, non (un peu plus qu’avec la Russie il semble…) ?

D’ailleurs, si un volontaire a envie de faire cet été une synthèse de plusieurs livres sur le Qatar pour le blog, qu’il me contacte – merci

Dans “Une France sous influence”, un livre explosif, Vanessa Ratignier et Pierre Péan racontent comment la France est devenue le terrain de jeu préféré du Qatar. En 2008, Chirac serait même sorti de sa réserve d’ancien président pour prévenir Sarkozy qu’il fait alors fausse route en se rabibochant, grâce au Qatar, avec la Syrie de Bachar al-Assad. D’autant que circulent des rumeurs de corruption et de financement de son divorce par l’émirat. Un récit à découvrir dans “Marianne” cette semaine.

Le 14 juillet 2008, à la veille d’un sommet de l’Union pour la Méditerranée, Nicolas Sarkozy invite à sa tribune pour le défilé militaire, le carré des dictateurs de la Méditerranée : Bachar al-Assad, le Tunisien Zine El-Abidine Ben Ali, l’Egyptien Hosni Moubarak et l’émir al-Thani du Qatar. A l’époque, Bachar est traité en paria par la communauté internationale pour l’implication présumée de son régime dans l’assassinat de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri. Ce milliardaire a été en 2005 la cible d’un attentat-suicide commis par une camionnette contenant une charge explosive de 1 800 kilos. Les services de renseignement syriens sont vite montrés du doigt.

Deux ans plus tard, lors de la passation du pouvoir entre Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, c’est la question du Liban qui domine les échanges en matière de politique étrangère, expliquent Vanessa et Ratignier et Pierre Péan dans leur livre, Une France sous influence*. Chirac conseille alors à son successeur de rencontrer le fils de Rafic Hariri, chef de la majorité qui soutient le gouvernement libanais, et de rester ferme avec la Syrie.

Sarkozy fera la sourde oreille. A l’époque, le nouveau président charge très vite Claude Guéant de reprendre contact avec le régime Syrien. C’est l’émir du Qatar qui sera à la manœuvre de ce rapprochement dont le point culminant sera le défilé militaire du 14 juillet 2008. C’en est trop pour Jacques Chirac, ami très proche des Hariri, qui a quitté le pouvoir il y a un an. En août 2008, en vacances dans la résidence tropézienne de son ami milliardaire François Pinault, Jacques Chirac se rend au Cap Nègre visiter le couple Sarkozy-Bruni, prévenant le président qu’il fait fausse route et que « la France a tout à perdre à aller à Damas. Tous nos amis libanais sont furieux ».

L’ancien président raconte à son successeur que le Premier ministre du Qatar, Hamad Jassem al-Thani a même tenté de le corrompre, venant à l’Elysée avec des valises remplies de billets : « Nicolas, fais attention. Des rumeurs de corruption fomentée par le Premier ministre qatari te concernant circulent dans Paris…Fais vraiment attention ».

En effet, des bruits circulent notamment sur le financement par le Qatar du divorce de Nicolas Sarkozy avec Cécilia en octobre 2007. Certains suggèrent qu’il a été payé par un prélèvement effectué sur l’argent versé par le Qatar à la Libye, en échange de la libération des infirmières bulgares détenues par le régime de Kadhafi. Le Qatar aurait versé bien plus que le montant de la rançon réclamée par la Libye. Le tout sur des comptes en Suisse qui auraient notamment servi à financer le divorce de Nicolas Sarkozy.

En 2008, l’émir de Doha raconte que le président français en a même pleuré sur son épaule : « Sarkozy pleurait presque. Il m’a raconté que sa femme Cécilia lui demandait 3 millions d’euros pour divorcer. C’est moi qui ai payé », confie-t-il à l’ancien activiste libanais Anis Naccache, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en 1982 pour avoir tenté d’assassiner l’ancien Premier ministre du shah d’Iran, Shapour Bakhtiar.

Toujours est-il que Sarkozy contribuera à installer le Qatar comme une puissance incontournable du Moyen-Orient, ses dirigeants lui dictant même sa politique étrangère dans la région. D’autres responsables politiques rapporteront que le Qatar aurait pu être « la pompe à fric » de Sarkozy bien après avoir quitté le pouvoir, allant jusqu’à imaginer la création d’un fonds d’investissement dirigé par l’ancien chef de l’Etat, qui lui aurait rapporté 3 millions d’euros par an.

Source : Une France sous influence. Quand le Qatar fait de notre pays son terrain de jeu, Vanessa Ratignier et Pierre Péan, Fayard, septembre 2014

(extrait retranscrit sur Marianne Magazine)

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

21 réponses à [Reprise] Le Qatar a-t-il payé le divorce à 3 M€ de Sarkozy ?

Commentaires recommandés

Odile Le 05 août 2015 à 09h21

La France sous influence…
Encore un bouquin racoleur ne serait-ce que par le titre.
Oui le “régime” syrien a été montré du doigt après l’attentat de Hariri en 2005. Et pourtant rien ne le compromet dans cet événement. A l’époque le Liban a failli basculer de nouveau dans la guerre civile. Dans l’intérêt de qui? Surement pas des syriens qui ont retiré leurs derniers contingents du pays le lendemain de cet assassinat.
Assad, invité de Sarkozi, était peut être là pour contribuer à régler ses problèmes de fesses, ça se vend bien ça en France.
Assad a été invité ce 14 juillet 2008. Il lui a été demandé de se défaire de son alliance avec l’Iran et le Hezbollah libanais. Ce qu’il a évidemment refusé. Quelques mois plus tard a comencé ” le printemps syrien”, l’enfer sur terre, pour les syriens biensur, pas pour nous…

  1. Pampita Le 05 août 2015 à 06h58
    Afficher/Masquer

    Ca ne serait pas étonnant, le Qatar est prêt à tout pour faire passer son gazoduc par la Syrie…
    A propos, quelques nouvelles du Grand jeu énergétique : http://chroniquesdugrandjeu.over-blog.com/2015/08/tintin-au-pays-de-l-or-bleu.html


  2. Odile Le 05 août 2015 à 09h21
    Afficher/Masquer

    La France sous influence…
    Encore un bouquin racoleur ne serait-ce que par le titre.
    Oui le “régime” syrien a été montré du doigt après l’attentat de Hariri en 2005. Et pourtant rien ne le compromet dans cet événement. A l’époque le Liban a failli basculer de nouveau dans la guerre civile. Dans l’intérêt de qui? Surement pas des syriens qui ont retiré leurs derniers contingents du pays le lendemain de cet assassinat.
    Assad, invité de Sarkozi, était peut être là pour contribuer à régler ses problèmes de fesses, ça se vend bien ça en France.
    Assad a été invité ce 14 juillet 2008. Il lui a été demandé de se défaire de son alliance avec l’Iran et le Hezbollah libanais. Ce qu’il a évidemment refusé. Quelques mois plus tard a comencé ” le printemps syrien”, l’enfer sur terre, pour les syriens biensur, pas pour nous…


    • nightwings Le 05 août 2015 à 09h45
      Afficher/Masquer

      A noter que ces articles qui ne font que renforcer si ce n’est une collusion, un lien qui n’est pas des plus propices à la diplomatie Française, difficilement justifiable par une admiration mutuelle au vue des conséquences en Afrique et au moyen-orient.

      Le Liban qui a toujours eut des liens avec la France se serait largement passé de la déstabilisation de la Syrie qui un jour rebondira (si ce n’est déjà le cas) sur son territoire même si le passif est lourd entre les deux nations.

      Je ne parle même pas des conséquences de la déstabilisation de la Lybie qui n’a de cesse de disséminer des tumeurs de violence dans toute l’Afrique saharienne.

      Je doute qu’une alliance avec le Qatar puisse justifier ce résultat alors si collusion financière cela relève de la trahison (un des rares acte qui peut envoyer un ancien président devant le tribunal).


  3. Nerouiev Le 05 août 2015 à 10h44
    Afficher/Masquer

    La critique (justifiée) de Sarkozy cache sûrement la mise en valeur d’un autre probablement plus dangereux pour notre avenir.


    • reneegate Le 05 août 2015 à 12h29
      Afficher/Masquer

      + dangereux ! c’est très rare et je ne pense pas qu’il y en aura d’autre dans la décennie (nous avons eu Fabius aussi donc je pense qu’on a payé et j’espère que le peuple sera plus vigilant désormais)


      • Nerouiev Le 05 août 2015 à 13h14
        Afficher/Masquer

        … et celui qui est allé se former au Canada !


  4. Anne Le 05 août 2015 à 12h42
    Afficher/Masquer

    L’embrouille de l’affaire des infirmières bulgares, dont les dessous financiers sont opaques…c’est le moins que l’on puisse dire…(on avait sussuré et subodoré….que Cecilia Sarkozy avait été grassement payée par la croix Rouge en Suisse…)

    En France on présenté ça comme “une opération humanitaire”, avec en premier rôle le couple (en voie de rupture) “Cecilia- Nicolas Sarkozy”.
    Avec d’attendrissantes images à la clef… Comme il se doit…

    Comme quoi il faut toujours essayer de flairer ce qui sa cache derriëre la “philanthropie” ( …et il faut mettre un masque pour les odeurs pestilentielles…par précaution).


  5. Patrick Luder Le 05 août 2015 à 12h49
    Afficher/Masquer

    On ne peut acheter que ce qui est à vendre …


  6. ANDY8 Le 05 août 2015 à 14h04
    Afficher/Masquer

    Comme d’habitude Sarkozy est encore accusé d’une nouvelle turpitude . Preuves ? Témoin de moralité = Chirac !
    Le débat politique gagnerait à ce qu’il soit jugé sur son bilan et son projet
    Je pense que son bilan est mitigé et on attend son projet
    Il est déroutant car ses convictions sont fluctuantes ( mais que dire de Chirac et Mitterrand ? )
    Son point fort est sa capacité d’action en période de crise, je pense qu’il aurait pu désamorcer la crise ukrainienne


    • Renaud 2 Le 05 août 2015 à 14h39
      Afficher/Masquer

      On va supposer que c’est de l’humour…
      Etant donnés les liens très étroits entre la famille Sarkozy et la famille Bush, je vois mal Nicolas en bon médiateur de la crise ukrainienne…


      • Anne Le 05 août 2015 à 18h45
        Afficher/Masquer

        Oui c’est de l’humour noir… On y croit à Sarkozy faiseur de paix ;(

        Aprés s’être empressé de dénaturer les décisions des Nations Unies de tordre le droit international pour bombarder la Lybie…on y croit à ce “faiseur de paix”.. 🙁

        Je ne suis pas surprise par cet article, j’étais même bien étonnée que les questions n’aient pas été posées plus tôt…

        Mais cela est sans doute dû au vieux réflexe et à la “tradition” de la presse française et dans la lignée de “Mazarine fille de Mitterand, secret d’Etat” cachée au bon peuple de France.

        L’aide “humanitaire” de Cécilia en Lybie, et Nicolas (sa femme très impatiente de le quitter, parce qu’avec un autre depuis déjà un certain temps) Nicolas juste élu, c’était quand même une histoire sur laquelle il pouvait être légitime de se poser quelques questions, non ?

        Juste une question de transparence, car dans notre beau pays demander la transparence à notre président-monarque-autocrate-absolu…relève du crime de lèse majesté !

        L’humanitaire a parfois bon dos.

        Et il faut se méfier de la philanthropie, de certains porteurs de Rolex, assoiffés d’argent et de pouvoir.

        Les français semblent découvrir cette affaire, mais la Croix Rouge aurait peut être à nous donner des informations intéressantes sur les dessous de cette affaire des “infirmières bulgares”, et la façon dont Cécilia aurait pu être “récompensée” de ses “bonnes actions”…
        Je n’affirme pas, mais après tout une enquête serait quand même justifiée, sans bafouer la “présomption d’innocence” bien sûr….


    • Alfred Le 05 août 2015 à 17h11
      Afficher/Masquer

      On aurait pu comprendre si vous aviez parlé d’un bilan plus ou moins désastreux que celui de hollande, de Chirac ou de Mitterrand.. Mais mitigé? Je suis mystifié!
      Quand à sa capacité d’action vous voulez parler de sa “capacité” à “gérer” la crise de 2008? Cette capacité à sauver la mise à ceux qui avaient tout perdu en nous refilant (vous compris) l’addition? Cette capacité à mettre les problèmes sous le tapis jusqu’à ce qu’aujourd’hui ils deviennent 1000 fois plus gros?
      Rassurez vous n’importe lequel de ces zigotos (hollande compris) aurait fait “aussi bien”.
      On vous épargnera le detail de la “lubie”lybienne et la capacité d’action “a plat ventre mais le verbe haut” au sein du kouple franko allemand (dont on connait le membre actif), entre autres “succès”.
      Impayable.


  7. Eleutheria Le 05 août 2015 à 14h20
    Afficher/Masquer

    On ne peut clairement pas dire que je porte Sarkozy dans mon cœur, mais enfin question preuves, tout ceci est pour le moins léger !


    • Alberto42 Le 05 août 2015 à 15h23
      Afficher/Masquer

      Charasse en 1990 a posé les bases d’une France paradis fiscal du Qatar.
      http://www.impots.gouv.fr/portal/deploiement/p1/fichedescriptive_2100/fichedescriptive_2100.pdf

      Et Sarkozy en a remis une couche en 2008 :
      http://www.impots.gouv.fr/portal/deploiement/p1/fichedescriptive_4587/fichedescriptive_4587.pdf

      Et cela pour la bonne cause : le Qatar ne finance pas le terrorisme, juste le PSG, qu’on se le dise !


    • Crapaud Rouge Le 05 août 2015 à 17h58
      Afficher/Masquer

      question preuves, tout ceci est pour le moins léger” : certes, mais c’est quoi une “preuve” ? Un autre fait censé être avéré, et qui devrait donc être lui-même prouvé par d’autres “preuves” qui seront elles aussi mises en doute par les adversaires de la thèse. Dans ce genre d’affaires, et s’agissant d’un type comme Sarko qui a déjà une bonne douzaine de casseroles officielles, dont le p’tit jeunot de fiston s’est retrouvé catapulté au sommet de l’administration de la Défense, et qui est pote avec des tas de gens qui ont eux-mêmes des casseroles officielles aux fesses, dans ce genre d’affaire donc, la “rumeur” est probablement plus sûre que toutes les histoires soit disant “prouvées”.


  8. Emmanuel Le 05 août 2015 à 18h42
    Afficher/Masquer

    Avec un divorce à trois millions d’euros, comment voulez-vous qu’un homme obsédé par l’idée de “faire du “pognon” (http://www.lemonde.fr/politique/article/2008/05/05/nicolas-sarkozy-l-impossible-president_1041212_823448.html) n’éclate pas en larmes ?


  9. Charlie Bermude Le 05 août 2015 à 20h02
    Afficher/Masquer

    Finalement je sais pas quel est le pire entre Sarkhozy et Hollande . Sarkhozy fait beaucoup d’esbrouffe , c’est clair que si c’est pas son mariage , pour ce montant , peu étre plus , peut étre moins , y de fortes présomptions . Et puis y a pas que çà , y a la sombre affaire au Pakistan avant son élection , ses collusions douteuses avec Bush et le pétrole , au Texas , par le biais de son frére aussi , Bouygues , Khadafi , et d’autres encore pire , au Mexique , je ne me souviens plus du nom .
    Hollande c’est plus tranquille , normal , mais tout autant sinon plus aligné sur les mémes . Si c’est pas pour de l’argent c’est encore plus triste . Pour moi . Et puis les escapades en scooter …


  10. FifiBrind_acier Le 06 août 2015 à 06h39
    Afficher/Masquer

    Petit rappel, la France est dans l’ OTAN, et l’article 42 du TUE précise que la Défense et la DIPLOMATIE des pays européens sont soumises aux décisions de l’ OTAN.


Charte de modérations des commentaires