Je l’avais loupé en décembre, je me rattrape donc…

Source : L’Express, 09/12/2016

Alex Karp, cofondateur et DG de Palantir. L’entreprise a signé un contrat avec la DGSI en France. REUTERS/Mike Blake

La DGSI n’a pas les moyens d’analyser l’ensemble des données récoltées par le biais de ses systèmes de surveillance. Elle va déléguer à Palantir, cofondée par un membre du cabinet Trump, le traitement de ces données.

Il n’est pas suffisant de voter des tas de lois antiterroristes et renseignement imposant la surveillances des réseaux télécoms. La quantité de données amassée par ces grandes oreilles numériques est énorme, et il faut par la suite pouvoir les traiter.

Or, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) s’est rendue compte qu’elle ne possédait pas les moyens suffisants pour le faire. Paris-Match a révélé que l’agence française avait signé un contrat avec la firme américaine Palantir, pour la seconder dans ses missions d’anti-terrorisme.

Une solution financée par la CIA

Palantir, société très secrète basée dans la Silicon Valley, financée à son lancement par la CIA et qui serait valorisée aujourd’hui 20 milliards de dollars, est spécialisée dans l’analyse big data et travaille pour des clients tels que le FBI et la NSA. Elle aurait, dit-on, contribué à localiser Ben Laden en 2011.

D’après les services, la France n’a pas eu le choix, et dû faire appel aux services d’une entreprise étrangère. “Ils sont les seuls à disposer de cette technologie qui nous est nécessaire”, explique à Paris Match un agent de la lutte antiterroriste. “Avec Palantir, les services US vont disposer d’une fenêtre grande ouverte sur des informations sensibles et notre lutte antiterroriste. C’est un moindre mal, mais il ne faut pas être dupe”.

“Des problèmes de souveraineté nationale”

Des informations tellement sensibles qu’en février dernier, alors interrogé par L’Express, le ministère de l’Intérieur indiquait: “utiliser une solution américaine, de surcroît financée par la CIA, pose des problèmes de souveraineté nationale”.

Le problème se pose avec d’autant plus d’acuité que l’un des co-fondateurs de Palantir est Peter Thiel, seul soutien notable de Donald Trump dans la Silicon Valley, désormais membre du cabinet du président élu.

Source : L’Express, 09/12/2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

67 réponses à Les renseignements français cèdent à l’américain Palantir la surveillance du web

Commentaires recommandés

Alfred Le 10 mai 2017 à 00h58

Je suis peut être débile mais derrière le sabir pseudo-opérationel je ne vois rien d’autre (mais absolument rien d’autre) qu’une trahison bien grosse et bien grasse qui mériterait la geôle pour réponse. Ce ne peut être QUE cela, de la trahison, tellement le principe en lui même est stupide!
Quel est l’intérêt de collecter des milliards de données si on ne peut les analyser sois même? Autant les laisser dans la nature. Ou bien les collecter et accepter de n’en faire qu’un traitement partiel et peut être inutile et trop tardif. Le temps d’investir dans la recherche. Mais ça! Une verrue commerciale de la CIA (palentir) peut le faire? Alors qu’ils se chargent eux même de collecter les données et de nous espionner.
J’imagine l’orgasme collectif dans quelque direction américaine:” Et ils vont nous filer eux même les données? Ouiiii. Et ils vont payer en plus! Sacrés français.”
Sacré young leader surtout. Allo il y a des patriotes à la dgsi?
Je suis prêt à vivre dans la peur des attentats et qu’on me dise que la dgsi n’avait pas eu les moyens de recouper ou d’extraire des infos, mais ça c’est une logique qui me dépasse.

  1. Greg Le 10 mai 2017 à 00h45
    Afficher/Masquer

    Les mêmes qui ont accepté ce contrat vont se plaindre du manque de “Google à la française” ….


    • sparks Le 11 mai 2017 à 13h54
      Afficher/Masquer

      L’avantage, c’est que le gouvernement Français n’aura jamais les moyens de surveiller les français, et donc aura bien du mal à créer une vraie dictature avec une vraie stazi en France. Et ça, c’est bien.


  2. Philvar Le 10 mai 2017 à 00h57
    Afficher/Masquer

    Nous pourrions céder le complément à la Russie et le tout à Merkel aussi. Au moins cela ferait rentrer des sous.
    Blague à part c’est vraiment la perte totale de l’indépendance.


    • Laurence Le 10 mai 2017 à 08h48
      Afficher/Masquer
      • Franc-Parleur Le 10 mai 2017 à 23h37
        Afficher/Masquer

        Deux articles très éloquents en effet. C’est le moment de se rappeler que la fonction de la DGSI est la composante de nos anciens RG et DST. La DST c’est le contre-espionnage. En cédant les données DGSI aux US, on les invite à un espionnage no limit puisqu’on se désarme de toute protection. En terme de pouvoir et même en terme commerce national c’est simplement un anéantissement. Autant donner direct les restes: Dassault, Airbus, tout quoi, sans parler de la vulnérabilité des français opposants à la politique américaine ou à celle des alliés proches des États-Unis. On a pas vu cela depuis Vichy. Chanter le chant des partisans, pour Macron et Hollande, dans ces conditions c’est de la novlangue.


      • UltraLucide Le 11 mai 2017 à 11h26
        Afficher/Masquer

        Merci @ Laurence pour ces infos sur Peter Thiel.
        Ce type est un dangereux cinglé hélas muni d’un QI exceptionnel.
        Un de ceux qui nous emmènent vers la dictature technologique mondiale organisée au profit d’une minorité de gens bénéficiant d’un pouvoir absolu et de moyens financiers illimités. C’est en route. Ou plutôt en marche! Elysium nous voilà…


    • UltraLucide Le 11 mai 2017 à 11h06
      Afficher/Masquer

      “Un problème de souveraineté nationale”, trop drôle!
      Mais la France n’est plus souveraine du tout et est bien partie pour cesser d’être une nation.
      La France va être partitionnée en douce et devenir un Liban ou une Yougoslavie, mais de façon plus discrète et progressive, sans trop de violences, enfin si le plan des mondialiste fonctionne correctement jusqu’à son terme. L’Histoire comporte bien des aléas….


  3. Alfred Le 10 mai 2017 à 00h58
    Afficher/Masquer

    Je suis peut être débile mais derrière le sabir pseudo-opérationel je ne vois rien d’autre (mais absolument rien d’autre) qu’une trahison bien grosse et bien grasse qui mériterait la geôle pour réponse. Ce ne peut être QUE cela, de la trahison, tellement le principe en lui même est stupide!
    Quel est l’intérêt de collecter des milliards de données si on ne peut les analyser sois même? Autant les laisser dans la nature. Ou bien les collecter et accepter de n’en faire qu’un traitement partiel et peut être inutile et trop tardif. Le temps d’investir dans la recherche. Mais ça! Une verrue commerciale de la CIA (palentir) peut le faire? Alors qu’ils se chargent eux même de collecter les données et de nous espionner.
    J’imagine l’orgasme collectif dans quelque direction américaine:” Et ils vont nous filer eux même les données? Ouiiii. Et ils vont payer en plus! Sacrés français.”
    Sacré young leader surtout. Allo il y a des patriotes à la dgsi?
    Je suis prêt à vivre dans la peur des attentats et qu’on me dise que la dgsi n’avait pas eu les moyens de recouper ou d’extraire des infos, mais ça c’est une logique qui me dépasse.


    • Gonzo Le 10 mai 2017 à 07h18
      Afficher/Masquer

      Le même probleme existe avec la PNIJ

      Ne pas oublier egalement le cout exorbitant de Balard, les budget étant fini ce dernier a aspiré a lui longtemps et souvent, au demeurant la DRM a l’air elle de bien fonctionner.


      • Alfred Le 10 mai 2017 à 07h36
        Afficher/Masquer

        C’est ce que je m’étais dis, bien que je n’y connaisse rien, en écoutant le patron de la drm parler de daesh et des americains devant une commission parlementaire. Au moins un qui fait son boulot correctement. La suite logique c’est qu’il soit remplacé par un nul. L’armée aussi est noyautée. Un commandant de SNA à fait partie des yuong leader à ma connaissance (maintenant de patron d’un SNLE ? Super indépendance française!). Ce n’est peut être pas le seul. Sans compter les recrutements moins visibles.
        À quand notre indépendance ? Les Algériens l’ont fait et pas nous? Quelle ironie.
        Il est vrai qu’etre un protectorat et pas une colonie de peuplement est plus confortable.


    • Philippe30 Le 10 mai 2017 à 07h53
      Afficher/Masquer

      Pourquoi une société Américaine ?
      Ca ne pose pas de problème de secret ?

      Par contre si on envisage une société Russe , je pense que le sujet aurait fait du bruit …..


    • Haricophile Le 10 mai 2017 à 14h33
      Afficher/Masquer

      Je ne vois pas ou est la trahison. C’est pas normal pour une colonie de confier la gestion de sa sécurité à l’Empire ?


      • UltraLucide Le 11 mai 2017 à 11h08
        Afficher/Masquer

        Tout-à-fait.
        Certes, vivre sous un parapluie vous protège de la pluie (pas des tempêtes..) mais du coup vous ne voyez plus le soleil. C’est un choix. Nos concitoyens ont choisi.


    • Bouddha Vert Le 11 mai 2017 à 00h27
      Afficher/Masquer

      Peut être l’article n’est il pas assez précis et que “seules” les donnée relatives au terrorisme sont sous-traitées.
      Cela modifierait substantiellement l’impression que donne cette prestation de service!


    • Dominique Le 12 mai 2017 à 15h00
      Afficher/Masquer

      « je ne vois rien d’autre (mais absolument rien d’autre) qu’une trahison »
      Ça tombe bien, ce crime a disparu de la constitution il y a peu.


  4. grumly Le 10 mai 2017 à 01h08
    Afficher/Masquer

    On sous-traitait déjà l’analyse des renseignements à des sociétés privées avant, comme Intelligence Notebook rachetée par IBM. C’est d’ailleurs probablement pour ça qu’on n’a plus assez d’analystes. Donc forcément on sous-traite à nouveau.

    Extrait d’une interview de 2015 sur Thinkerview avec Eric Filiol, ancien de la DGSE, qui mentionne cette histoire à 1:04:57. https://youtu.be/fmgxfvbAMK8?t=1h4m56s


    • kriss34 Le 10 mai 2017 à 08h56
      Afficher/Masquer

      >Intelligence Notebook
      La société s’appelait I2, leur produit Analyst Notebook. Rien à voir ceci dit, en terme de capacité d’analyse, vs Palantir.


    • madake Le 10 mai 2017 à 16h16
      Afficher/Masquer

      C’est sous Nicolas Sarkozy que l’on a viré plus de 11% du personnel de renseignement.
      Le gros problème de ce genre de mesures, c’est que lorsqu’il faut retrouver les compétences très particulières dont dont s’est débarrassé, on est confronté à plusieurs difficultés:
      1) retrouver ces compétences spéciales soit parties ailleurs, soit mise en retraite ou pré-retraite… eh oui car lorsqu’on réduit, on vire les anciens.
      2) On a perdu dans le 1) l’expérience, souvent irremplaçable, acquise durant des années de pratique.
      3) Il faut construire à partir de rien, ou reconstruire des réseaux humains de connaissances, qui sont souvent liés à des historiques, entre personnes de confiance, où des expériences en commun ont créé des relations de confiance.
      4) Créer une confiance mutuelle pour assurer la cohérence et la coopération opérationnelle entre l’ancienne génération et la nouvelle.
      5) Intégrer les nouvelles entités sans créer des rivalités entre elles.
      6) Assurer la cohésion globale des services de renseignement pour que la collecte, les traitements, synthèse et remontée d’informations ainsi que les actions entreprises soient efficaces et pérennes.


      • Alfred Le 10 mai 2017 à 16h58
        Afficher/Masquer

        Le problème est bien connu dans l’industrie et la recherche. Il est tellement connu que quand un tel désastre se produit dans des fonctions régaliennes ou des industries stratégiques je ne peux pas m’empêcher d’y voire un sabotage délibéré et l’oeuvre de petits commis de nos amis qui nous veulent du bien. Ces gens ont des noms qui sont inconnus du grands public (hormis les têtes d’affiche de la FAF et certains élus) et je me prends parfois à rêver que dans certaines entreprises et administrations on fasse un peu plus circuler vers le.grand public les voies et moyens de ces sabordages.


  5. Olivier Le 10 mai 2017 à 01h12
    Afficher/Masquer

    Ce qui me laisse également sans voix c’est que cette information que l’on ne peut pas qualifier d’anodine, est sortie dans les médias traditionnels (Express, Télérama, Paris Match…) depuis plusieurs mois et … rien. pas de débat public, pas de questionnement sur la politique des services de renseignement en France, tout le monde s’en fout ! Plus personne ne fait son boulot, politique, journaliste, société civile.
    Je préfère me marrer, sinon je vais finir par faire un burn-out citoyen.


    • Patrice Le 10 mai 2017 à 17h01
      Afficher/Masquer

      Ce genre d’information fait généralement l’objet d’un unique article, court factuel. Les MSM peuvent ainsi dire “si si, on a donné l’information, mais ça n’intéresse pas les gens”.
      Pour LeMonde par exemple, Vault7 et les “drones papers” ont été relégués dans la rubrique “pixels” entre deux jeux vidéos.
      Voir aussi l’entete de l’article “je l’avais loupé en décembre…” – ben oui, c’est étudié pour! Pareil pour le Yemen, où on nous explique que “ça n’intéresse pas les gens”.
      Voir aussi Chomsky/Herman, “La fabrication du consentement”


  6. Raoul Le 10 mai 2017 à 01h40
    Afficher/Masquer

    Dans le renseignement, les données collectées ne sont pas l’élément le plus précieux. Les thèmes de la surveillance sont considérés comme extrêmement confidentiels car ils révèlent vos sujets d’intérêt. Et, bien entendu, il faudra fournir ces éléments à la société Palantir. Autant dire que nous n’aurons plus de secrets pour les États-Unis.

    Par ailleurs, il faut signaler que le renseignement pratiqué par les États-Unis porte, en grande partie, sur les sujets économiques, ceci pour obtenir des avantages concurrentiels et connaître les sujets sur lesquels travaillent les industriels et les centres de recherche des autres pays.

    Pour obtenir ces données, les États-Unis ont mis en œuvre Échelon, puis tout un ensemble de mécanismes pour surveiller Internet. Maintenant, c’est plus simple, on leur apporte les données sur un plateau !

    Faut-il parler de candeur, de crétinerie ou de trahison ?


    • madake Le 11 mai 2017 à 01h35
      Afficher/Masquer

      Je pense qu’on peut parler des quatre
      candeur
      crétinerie
      trahison
      et l’alibi artistique qui exonère tout: restrictions budgétaires.

      Mais la question de la souveraineté est centrale…
      Sauf lorsqu’on ne bat plus monnaie,
      lorsque 80% des lois viennent de la Commission Européenne,
      lorsque le droit européen prime sur le national,
      lorsque l’OTAN décide des conflits autorisés.

      Arrivés à ce stade, toutes ces guerres sont d’un autre temps, mon bon monsieur, avec l’UE plus de guerre, alors externaliser les services de renseignement, c’est de la gestion vertueuse, et de la saine économie… J’ai un budget à tenir moi monsieur, parce que la commission, elle ne rigole pas…


  7. gher Le 10 mai 2017 à 02h09
    Afficher/Masquer

    ……..Il faut avouer que leur supériorité technologique est d’une rare efficacité… voir comment ils ont pu éviter les attentats des tours jumelles, grâce à cette supériorité…………….sans compter que le cout de cette trahison ne nous permettra certainement plus d’investir dans nos propres procédés ou de renforcer nos propres services de renseignement…..non, mais , des fois , on se demande……..!


  8. EnMarchequonseledise Le 10 mai 2017 à 02h31
    Afficher/Masquer

    des problèmes de souveraineté national
    On parle de la France ?

    je crois que ca existe plus, c’est de l’ancien temps. Le président est un agent revendiqué de l’étranger limite…


    • LBSSO Le 10 mai 2017 à 07h46
      Afficher/Masquer

      “Qu’on sente que la France existe autrement qu’à la remorque des Etats-Unis”

      Edgar Morin ,hier soir, dans l’émission spéciale “C Politique”
      ici à 1h 37 https://www.france.tv/actualites-et-societe/politique/137117-speciale-c-politique.html


    • RGT Le 10 mai 2017 à 20h20
      Afficher/Masquer

      Ça fait déjà un bon moment que la France a totalement perdue son indépendance et qu’elle​ PAYE MÊME pourque ses “alliés” acceptent de bien avoir la générosité d’examiner les informations critiques.
      Le tout dans la “transparence” la plus totale et sans le moindre débat.

      Le “Chi” avait certes de très nombreux défauts mais au moins il privilégiait l’intérêt national en se faisant une joie d’emmerder notre “grand frère” quand il en avait le loisir.
      Souvenez vous de sa réaction suite au scandale de l’espionnage des entreprises françaises dans le cadre du programme Echelon de la NSA : Libération totale des clés de chiffrement en France, ce qui avait rendu les américains fous de rage.
      Désormais notre armée se retrouve pieds et poings liés avec les backdoors de Micro$oft directement au sein des systèmes de défense nucléaires…
      Chapeau… Le gouvernement peut aussi confier aux USA la malette de contrôle et les codes d’activation pendant qu’on y est…
      Oh pardon, le prochain a déjà prévu de les “mettre en sécurité” dans sa banque fétiche…
      Ce n’est plus de la trahison, c’est carrément un génocide !!!


  9. K Le 10 mai 2017 à 02h50
    Afficher/Masquer

    Information a mettre en relation avec le super-contrat que le ministere de la defense a signe avec Microsoft pour equiper tous ses ordinateurs du systeme d’exploitation Windows (trufe de portes derobees). Et alors que la gendarmerie dispose de son propre Linux maison.
    Ce scandal avait fait l’objet d’un numero de ‘Cash Investigation’ d’Elise Lucet.


  10. Gordion Le 10 mai 2017 à 03h40
    Afficher/Masquer

    La question est maintenant de savoir si une solution “nationale” sera développée pour se passer de Palantir.
    Il est vrai que Cazeneuve a été discret sur ce scandale, en tant que Ministre de l’intérieur et PM. Quant au pingouin à scooter, silence radio..

    Concernant la collecte de renseignement extérieur en Afrique, l’armée utilise toujours, si je ne m’abuse, des drones américains Predator B avec senseurs non nationaux, et l’exploitation et surtout le debriefing post-mission relève au mieux d’une gestion commune franco-américaine..

    İl n’y aura pas de solution nationale pour des drones stratégiques- trop chers… – et peut-être une solution européenne, donc avec risque de fuites vers la CIA via l’Allemagne.

    Indépendance nationale, vous avez dit ?


  11. koikoi_koi Le 10 mai 2017 à 03h48
    Afficher/Masquer

    C’est tellement rassurant de savoir que nos données personnelles sont collectées et transmises à un pays étranger, qui a la réputation de fabriquer de fausses preuves pour imposer sa politique.
    N’y a t-il pas une close dans la constitution européenne qui nous protège de ce genre de trahison?


    • Homère d'Allore Le 10 mai 2017 à 07h41
      Afficher/Masquer

      Il n’y a pas de Constitution européenne. Il y a, en revanche, une série de traités dont certains comme le TUE (Lisbonne) dans son article 42, prévoient la vassalisation à l’OTAN…

      Donc, bien au contraire, la trahison est encouragée.


  12. LBSSO Le 10 mai 2017 à 07h13
    Afficher/Masquer

    Magazine Challenges :
    “Au-delà du personnel, il existe des outils logiciels d’analyse automatique des données. Les solutions les plus performantes sur le marché sont celles du géant IBM (I2 Analyst’s Notebook) et de Palantir, une start-up américaine très bien financée, notamment par la CIA, les services secrets des Etats-Unis.”
    (Challenges=Groupe Perdriel dont la revue Historia avait demandé à un candidat à la Présidence de retirer un article sur les relations entre CIA et UE)
    https://www.challenges.fr/challenges-soir/attentats-le-renseignement-francais-en-retard-d-une-revolution-numerique_52681

    Même ,le New Yok Times en fait part:
    ” Presque personne dans le monde du capital-risque n’a été d’accord sauf In-Q-Tel, le fond de capital risque du C.I.A., qui a donné 2 millions $ à Palantir”
    https://www.nytimes.com/2014/06/01/business/unlocking-secrets-if-not-its-own-value.html?_r=0

    Il suffit d’aller sur le site In-Q-Tel.
    En faisant défiler les “logos” des différents partenaires vous trouverez dans la colonne la plus à droite celui de Palentir technologies.
    https://www.iqt.org/portfolio/


    • LBSSO Le 10 mai 2017 à 07h16
      Afficher/Masquer

      Se posent alors les questions :
      -de la sous-traitance de cette d’activité à une entreprise privée.
      -de la sous-traitance de cette d’activité à un pays étranger.
      -de l’affaiblissement de l’Etat
      -des grands projets européens.
      -de la haute fonction publique dont on ne parle que trop peu comparativement aux politiques.


    • Gonzo Le 10 mai 2017 à 07h33
      Afficher/Masquer

      Fort intéressant. je me pose une question, et Balard dans tout cela?
      la DRM s’y trouve, bien qu’un partenariat avec microsoft ai été fait, il existe au demeurant des divisions isolé.
      Ici avec la DGSI, ne serait ce pas là un moyen pour rapidement rattraper son retard ou au contraire l’évidente preuve d’une soumission atlantiste?


  13. Ardéchoix Le 10 mai 2017 à 07h49
    Afficher/Masquer

    Pourquoi on a pas donné aux russes ce marché . Parce que c’est eux qui ont analysés les données récoltés pour les élections us en faveur de Trump.?
    Quel merdier .


  14. Rem Le 10 mai 2017 à 08h25
    Afficher/Masquer

    Rien que le nom devrait alerter.
    Un palantir est, dans “Le seigneur des anneaux” l’oeuvre de Tolkien, une ‘pierre de vision’ qui permet de voir des lieux éloignés aussi bien dans l’espace que dans le temps. Dans ce roman, Saroumane le plus puissant des magiciens, celui qui devait conduire la lutte contre le mal, voit son esprit empoisonné par l’utilisation d’un palantir. Car les palantiri sont sous la domination de Sauron, seigneur des ténèbres, et ils ne montrent que ce qui va dans l’intérêt de leur maître.
    Voilà, vous aurez été prévenus…..


  15. Sido Le 10 mai 2017 à 08h31
    Afficher/Masquer

    On s’amusera du nom choisi par cette société, le palantir étant dans l’œuvre de Tolkien une sorte de boule de cristal permettant à son possesseur de voir des lieux éloignés dans l’espace et le temps. Ironie de la chose, c’est en utilisant cet objet, que le magicien Saroumane a été corrompu par Sauron (le vilain méchant pas beau).
    Une belle allégorie avec notre propre situation.


    • anne jordan Le 11 mai 2017 à 15h54
      Afficher/Masquer

      mais oui , et ce n’est pas du second degré !
      tout ce gloubi boulga ésotérico satanique est assumé , pleinement , comme la vision pyramidale de notre macro président !
      même pas peur puisqu’on a maintenant le Décodex qui fera le ménage…


  16. patrick Le 10 mai 2017 à 08h50
    Afficher/Masquer

    bof , on vient bien de sous-traiter la présidence de la république à une filiale de la FED et de Goldman Sachs 🙂


  17. Fburg Le 10 mai 2017 à 09h30
    Afficher/Masquer

    Arrêtons d’être naïf; depuis Sarkozy l’exécutif français est depuis un moment complice et la trahison d’un Cazeneuve vaut celle de notre nouveau “président” avec – par exemple, l’affaire Alstom.
    Epelboin, entre autres, en 2014 nous avait déjà expliqué ou on en était et vers quoi on allait:https://www.youtube.com/watch?v=QVBRC9MmZJk
    (il y a dans la suite youtube des videos sur Palantir)
    Videos éducatives sur la façon dont on peut “élire”désormais un président:
    https://www.crashdebug.fr/informatik/93-securite/13568-le-big-data-ou-la-recette-secrete-du-succes-d-emmanuel-macron
    https://www.youtube.com/watch?v=Tu-1Jks8XN8
    Difficile à l’heure actuelle de savoir comment on va manœuvrer avec cette saloperie technologique sur le dos..
    Sans compter la monnaie numérique exclusive qui est dans les tuyaux.


  18. Czerny Le 10 mai 2017 à 09h41
    Afficher/Masquer

    La France n’est ni indépendante ni souveraine.Les français ne l’ont toujours pas compris ,d’où les réactions outrées à des articles comme celui-ci.Ceci dit, elle n’est pas seule dans cette position ,la chape de plomb américaine s’étendant sur toute l’Europe .La réalité que laisse entrevoir les médias et les pseudos processus démocratiques toujours en vigueur, ne sont que des filtres masquant la vérité .L’avenir de notre continent se décide à Washington,et s’exécute par Bruxelles interposé.


    • Alfred Le 10 mai 2017 à 12h36
      Afficher/Masquer

      Une “petite” nuance. La question n’est pas seulement de l’avoir compris ou pas mais surtout d’en être outré ou pas. Tant mieux pour vous si vous l’acceptez. Il me semble sain que nous soyons si nombreux à ne pas en accepter l’idée.
      Je suis toujours étonné du nombre de personnes qui vénèrent De gaule et vomissent Pétain et dans le même temps (“en même temps..”) vous expliquent qu’il ne faut pas se faire des noeuds au cerveau ou à l’estomac, qu’il faut accepter notre sort et notre soumission, et que la mondialisation est inéluctable ainsi que l’hégémonie américaine.
      Au pire des traitres fiers de l’être, au mieux des pétainistes qui s’ignorent voilà ce que sont nos élites qui diffusent leurs idées défaitistes dans la population. Toutes les nations sont en compétition, il ne faut pas en faire un drame. Et tous les empires ont une fin. La question centrale est comment allons nous traverser, en tant que peuple français, la fin de l’empire contemporain quand elle arrivera. Car elle arrivera.
      Alors merci de noter plutot que certains français l’ont bien compris mais ne l’ont toujours pas accepté.


    • Alfred Le 10 mai 2017 à 13h06
      Afficher/Masquer

      Ma réponse devait être très politiquement incorrecte pour ne pas passer la modération alors que je ne men prenais pas à vous.
      Alors en version allégée: Les réaction outrées viennent peut être simplement de ce que cet état de fait n’est pas incompris mais pas accepté.
      Il m’est très inconfortable de devoir hésiter ainsi à exprimer une idée banale dont je crains qu’elle ne passe pas la modération. Pourquoi ne peut on pas écrire: On parle en France beaucoup de De Gaule mais on se comporte davantage comme Pétain: Au prétexte (ou peut être dans l’idée de) de sauver le pays on le désarme et on accepte sa disparition.
      Tout est dans l’acceptation ou non de la situation.


      • Czerny Le 10 mai 2017 à 13h22
        Afficher/Masquer

        Il y a ceux qui ne comprennent pas et ceux qui ,comme vous ,ne l’acceptent pas .J’aurais dû nuancer mon propos ,mais malheureusement le constat reste le même .Cela étant ,lorsqu’on rrefuse un état de fait ,on le combat, et là s’ouvre un nouveau débat sur la manière de le faire .La récente mascarade électorale ayant fait la preuve du rapport de force en place dans le pays .


    • Paul Le 10 mai 2017 à 16h52
      Afficher/Masquer

      Czerny.

      il est 16h 30 High tea time à la City ; mini sandwichs , scones , petits-fours .
      xérès anyone ?


      • Alfred Le 11 mai 2017 à 09h15
        Afficher/Masquer

        On ne comprends pas trop si vous êtes un “house slave” en cravate ou vraiment désolé. Sans compter vos allusions pour initiés (renardssss) dont on peine à comprendre le but.
        Je ne connais que de mondes ou l’on se comporte de la sorte (la maladie des blagues pour initiés visibles de tous): celui de l’argent (c’est juste l’expression d’un bête besoin de domination), et celui des anciens soldats (qui peinent à redevenir d'”inutiles” et ternes quidams).
        Dites moi si je me trompe.


  19. joe billy Le 10 mai 2017 à 10h49
    Afficher/Masquer

    Je vois autour de moi des gens que j’apprécie me regarder avec des yeux réprobateurs lorsque j’ai le malheur de prononcer le mot “souveraineté” (qui est gros mot devenu). C’est pareil avec plein d’autres termes qui vous feront au mieux passer pour un crétin, au pire pour un facho pro-russe. Alors allez leur expliquer que confier nos données à Palandir ou que mettre du Windows dans nos tanks, c’est pas bien, moi j’ai abandonné. J’irais bien demander l’asile aux suisses, tiens.


    • madake Le 11 mai 2017 à 01h48
      Afficher/Masquer

      Il y a un gros facteur tempérant:
      Comme nous allons vivre une époque passionnante du point de vue historique, vous assisterez à une révolution des valeurs, comme de la sémantique.
      Il est alors des gros mots aujourd’hui tombés en désuétude, qui retrouveront alors un lustre passé.


  20. A. F. Le 10 mai 2017 à 11h06
    Afficher/Masquer

    Un nouveau palier est franchi dans notre asservissement à l’Empire.


  21. Gwen Le 10 mai 2017 à 11h10
    Afficher/Masquer

    Bon sang…. Quel merdier. Quand bien même on aurait quelqu’un désirant vraiment que notre pays devienne indépendant, il aurait un boulot monstre à faire pour que cela devienne réél.

    Vivement que les russes viennent nous libérer.


  22. Vincent P. Le 10 mai 2017 à 12h41
    Afficher/Masquer

    Effectivement, quand on sait que l’Hexagone Balard de SarkoBouyguesVinciEiffage est entièrement équipé Windows, et que donc tous les terminaux de la Défense Nationale sont déjà autant de portes ouvertes à des agences américaines nationales et/ou privées, je dirais qu’il n’y a pas vraiment de quoi être surpris.
    Être inquiet, c’est autre chose, mais c’est un peu tard.

    Face à l’inexorable puissance démographique, industrielle et monétaire à venir de l’UEE et la dé-dollarisation en cours, je ne vois aucun autre possible pour l’Occident Atlantiste que la guerre pour vainement masquer son déclin total.
    Et puis il y a une dette à effacer, et un souci démographique à solutionner…

    Gageons que le fichage généralisé des opposants à l’Empire -sous couvert de sécurité- n’est donc que l’un des nombreux prémisses inévitables; tout comme la manipulation des masses en vue de mettre au pouvoir celui qui servira le mieux les intérêts impérialistes et ses vues à court terme.
    Il faut s’y faire: nous avons déjà fait tous les mauvais choix, et vue la puissance des algorithmes, les “espaces d’autodéfense intellectuelle” sont autant de zones à risques.


  23. SanKuKai Le 10 mai 2017 à 12h57
    Afficher/Masquer

    Quand on regarde les actions de la France en politique étrangère depuis des années, cette décision est plutot cohérente.
    Le vassal donne ses informations à son souverain/empereur/seigneur, c’est plutot une suite logique.

    Le pauvre De Gaulle doit faire la toupie dans sa tombe.


  24. Perret Le 10 mai 2017 à 13h48
    Afficher/Masquer

    L’équivalent de Palentir était en cours de mise au point en 2005 par l’un de nos services. Efficace et pas cher. Mais il y a un CMI (complexe militaro machin) et les concepteurs ont été convoqués, comme toujours, à une réunion où les représentants d’au moins deux sociétés du CAC 40 leur ont expliqué que leur bricolage pas cher bien que très efficace allait être remplacé par un super bidule très cher, peu efficace, mais conforme aux intérêts des actionnaires. Et comme d’habitude, rien n’est sorti, alors il a fallu aller acheter sur étagère et on avait le choix entre les US (Palantir) et Israël (Verint). On n’a pas forcément choisi le meilleur, car Verint semble plus performant et l’Allemagne l’a choisi parce que les Israéliens sont moins intrusifs que les US.
    C’est une règle que de planter l’innovation française. Nombre de start-up innovantes de l’armement ont été volontairement coulées (coupure, sur influence, des crédits bancaires) ces dernières années et leur brevets rachetés par des sociétés américaines avec des soutiens hauts placés en France. Vous avez dit trahison ?


    • madake Le 11 mai 2017 à 01h55
      Afficher/Masquer

      A votre avis, pourquoi le crime de haute trahison a-t-il été retiré discrètement de la constitution par Nicolas S.
      L’homme des coupes sombres dans le personnel du renseignement?
      Quelle urgence pouvait-il bien avoir à supprimer ça?


  25. serge Le 10 mai 2017 à 15h15
    Afficher/Masquer

    Ben ouais mais il faut aussi regarder les conditions de recrutement des analystes censés bosser sur les données. Soit des contrats de type CDD (au max 36 mois) indexés sur des grilles de cadre B ou A- de fonction publique (voir les sites comme l’APEC ou emploipublic), soit des concours avec une lente patience de montée d’échelon (voir les postes ouverts et procédures de concours chaque année), soit des transversales issues des meilleurs cerveaux d’ex militaires (fin de contrat) mais qui ont dû avant être militaires (pas sûr que tout un chacun ait envie de se taper un parcours de saut en parachute/marche de nuit/garde en milieu hostile…). Bref, sauf en des périodes de vaches très maigres (un peu en ce moment mais est-ce suffisant?), pas de quoi mobiliser les foules. D’autant qu’il y a quand même du HNO, des astreintes, etc…


  26. Paul Le 10 mai 2017 à 15h24
    Afficher/Masquer

    Perret, c’est un vrai regal de te lire…..
    Quoi que, d’un autre coté ,ne devrai-je pas le faire savoir,car il me semble que nous ne sommes pas trop nombreux à avoir senti les traces de Renardsssss..;

    Cdlt


  27. bizmarco Le 10 mai 2017 à 15h56
    Afficher/Masquer

    Cher Olivier,

    vous mentionnez en début d’article que vous aviez loupé l’information de cette article en décembre 2016 mais je tiens à vous signaler que l’information en question avait été relayée dans la revue de presse du 04/02/2017 http://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-04022017/ par l’article suivant :
    http://www.telerama.fr/medias/palantir-big-data-renseignement,153229.php

    N’hésitez pas à consulter les RDP de votre blog car on y trouve beaucoup d’informations pertinentes en général 😉


  28. Un_passant Le 10 mai 2017 à 18h33
    Afficher/Masquer

    On comprend mieux pourquoi Dassault tend à délaisser la Défense (ils se contentent de faire le minimum nécessaire pour conserver le plus de compétences possibles : prototypes, programmes de tests). S’il fallait véritablement lancer la 6 génération de chasseurs, il n’y aurait plus personne de disponible au niveau politique. Les politiciens, par inconscience (je n’ose envisager la trahison délibérée) ont totalement déserté ces questions, sans même comprendre le véritable enjeu, le véritable risque. La dimension financière et les économies d’échelles ont pris le pas sur toute autre considération. Alors même que rien n’est fait pour une défense européenne.

    Trump a totalement raison quand il dit que l’UE devrait se réveiller et se prendre en main. Non seulement on est en train de perdre notre souveraineté, mais le mécanisme à l’oeuvre est une privatisation de la Défense, entièrement sous tutelle des multinationales américaines (phénomène à aussi à l’oeuvre aux USA).


    • Alfred Le 10 mai 2017 à 19h08
      Afficher/Masquer

      Ça fait quelques années que je me dis ça (depuis la mort du PDG de total en fait même si ça n’a presque rien à voir): attendez un peu que que pépé passe l’arme à gauche et vous verrez les héritiers prendre leur mise et terminer leur lignée dans un coin pendant que le joyau national sera “européenanisé” avec la bénédiction de politiciens félons et d’un management mercenaire (si ce n’est pas le cas le ménage sera peu à peu fait). On osera nous dire qu’on a pas les moyens et que c’est le seul moyen de résister à la Chine ou une c.. du style. On en viendrait presque à regretter l’oligarque national avec sa feuille de chou aux ordres et ses méthodes politiciennes un peu grossières…


  29. jpcd Le 11 mai 2017 à 02h45
    Afficher/Masquer

    Paris-Match est revenu sur le sujet le mois dernier pour constater que le logiciel Palantir fonctionne si mal qu’il faut faire appel aux services canadiens (??) et aussi qu’il faut payer toujours plus : http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Qui-veut-la-peau-de-la-DGSE-1233242

    Mais Palantir est loin d’être le seul problème de nos services. Lire à ce sujet les recommandations à Macron de l’ex-espion-blogueur Abou Jaffar (très atlantiste, certes) sur la désorganisation des services, leur manque d’objectifs, de méthodes, de direction… http://aboudjaffar.blog.lemonde.fr/2017/05/05/monsieur-fernand/


  30. georges glise Le 11 mai 2017 à 13h27
    Afficher/Masquer

    ce n’est évidemment pas la dgsi toute seule qui a cédé à patantir le traitement des données du web, mais bien le gouvernement français, hyper-atlantiste!


  31. Delecroix Le 11 mai 2017 à 15h03
    Afficher/Masquer

    C’est une très bonne affaire pour Palantir ils vont être payés pour faire ce qu’ils font déjà pour d’autres clients ! FBI, Russie, Anglais …et peut être d’autres Arabie Saoudite, …
    Questions : combien paiera la DGSI ? Qui pourra consulter les données ? Qu’en pense la CNIL ?


  32. Gigi Le 12 mai 2017 à 06h00
    Afficher/Masquer

    Salut,
    Palantir ne sert pas qu’à ca. Ca sert a peu pres a tout…
    Je ne retrouve pas les video d un cours de science po sur ces sujets.
    Bref c est big brother en vrai :o)
    @+ G


  33. thierry sornette Le 12 mai 2017 à 11h21
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    Soyons pratique: je connais une société qui pourrait faire le même travail que ces américains en restant national; ils ont une techno très avancée et nous pourrions recruter des employés en France pour traiter toutes ces informations; ce serait beaucoup mieux non?
    Si ca intéresse quelqu’un je peux donner plus de détails sur cette boite qui est basée en Amérique du sud, qui travaille dans de multiples pays sans restrictions de l’Otan et avec des prix très raisonnable.


  34. ThierryC Le 14 mai 2017 à 02h38
    Afficher/Masquer

    Quand on voit que l’armée n’est même pas capable de réaliser un logiciel de paye qui marche (Louvois) malgrès des centaines de millions dépensés, on peut se dire que c’est finalement pas une mauvaise idée que d’acheter une solution sur étagère qui fonctionne bien.

    A noter que Palantir ne sert pas que pour le renseignement. Il a par exemple été choisi par Airbus pour optimiser la production: http://www.frenchweb.fr/airbus-fait-appel-a-palantir-pour-reduire-ses-couts-de-production-de-la350/276093

    De toute façon, quasiment toute les technologies numériques (micro-processeurs, routeurs, logiciels d’analyse de données, IA, … ) sont développées aux USA ou en Chine. Le problème de souveraineté nationale est là.


  35. BH Le 16 mai 2017 à 14h59
    Afficher/Masquer

    Peu d’hommes politiques français estiment que le renseignement est décisif dans le choix de leurs orientations. Si le renseignement a pesé quelquefois sur les décisions politiques, cela n’a été que rarement, presque fortuitement et, en tout cas, dans un climat toujours empreint de suspicion. Cherchant à se préserver, les services de renseignement, de leur côté, se sont parfois soumis plutôt que de montrer du doigt les décisions inopportunes, inadéquates ou irrationnelles du pouvoir. De son côté, le pouvoir n’a pas cherché, loin s’en faut, à informer ses services de renseignement, sur ses besoins, ses ambitions ou ses stratégies. Il s’est refusé également à leur donner des orientations claires et à exercer un contrôle efficace.
    Cette défiance a aussi conduits les hommes politiques à commettre des erreurs. Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris les ont malheureusement mises en exergue.
    Les hommes politiques aiment depuis toujours, et c’est humain, que l’opinion publique reconnaisse et évalue leurs réussites. Or les écueils évités, les mesures judicieuses prises ou les économies réalisées grâce aux services de renseignement sont difficiles, voire impossibles à quantifier…
    En conclusion, je pense que c’est surtout cette inadéquation entre les hommes politiques et les services de renseignement qui a conduit à faire ce choix scandaleux.


Charte de modérations des commentaires