Valls ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnait.

Source : Libération, Laure Bretton, 05-02-2016

Valls à l’Assemblée : il faut réviser la Constitution «par respect pour les Français»

Ouvrant le débat parlementaire sur la réforme constitutionnelle, le Premier ministre en a appelé au «rassemblement» face «à toutes les déchirures de notre société» . Cécile Duflot, elle, juge cette révision «inutile et dangereuse».

On pourrait résumer les vingt-huit minutes du discours de Manuel Valls devant l’Assemblée nationale, ce vendredi, à l’occasion de l’ouverture de l’examen de la révision constitutionnelle, à une formule unique : les Français nous regardent. Pour emballer ce match parlementaire, le Premier ministre place droite et gauche sous le regard de leurs concitoyens, plantant le décor dès ses premiers mots dans l’hémicycle, en évoquant une menace terroriste «inédite, globale et durable». Il faut donc inscrire l’état d’urgence dans la Constitution ainsi que la déchéance de nationalité des terroristes condamnés. «Ce que les Français nous demandent, c’est une unité, une unité sans faille, plaide le chef du gouvernement devant des rangs plus que clairsemés. Face à la menace, face à toutes les déchirures de notre société, face au risque de tensions, nous devons être forts donc unis.» Dans son esprit, celui qui ne vote pas la révision constitutionnelle affaiblit donc la France. CQFD.

Après six semaines de circonvolutions politico-juridiques, Valls ne s’embarrasse pas trop de détails, même s’il confirme le compromis bricolé cette semaine avec la majorité : on ne mentionne plus binationaux et on parle de déchoir les Français «quelle que soit l’origine de leur appartenance à la Nation». C’est-à-dire tout le monde. Et dans la loi d’application, il n’y aura pas de formule interdisant l’apatridie, même si le Premier ministre ne prononce le mot à aucun moment. En termes de formule magique, «Houdini n’est pas dépassé», tacle le radical Roger-Gérard Schwartzenberg, pour qui la déchéance de nationalité est un «encombrant» auquel il ne faut trouver «aucun stockage».

La balle dans le camp de la droite

Pour Valls, «cette révision constitutionnelle est un moment exceptionnel qui se déroule dans un contexte exceptionnel». En meilleur rempart de François Hollande, le Premier ministre explique que cela exige, de «tous, de la hauteur. Par respect de la parole du chef de l’Etat, par respect pour les Français, par respect de leur courage. Cette impressionnante force de caractère doit être pour nous un commandement, une injonction à se rassembler».

La balle est dans le camp de la droite : sur fond de primaire présidentielle et d’opposition, les dirigeants de Les Républicains prendront-ils le risque de ne pas voter une mesure plébiscitée par les Français ? L’exécutif fait le pari, risqué, que non. Et Valls prend un malin plaisir à rappeler le Congrès de Versailles du 16 novembre et l’unité nationale qui s’en était dégagée. «Moi, je garde cette image, ce moment, où l’ensemble des parlementaires étaient tous debout applaudissant le président de la République, le président de tous les Français, lance-t-il sous l’œil de la quinzaine de députés installés à droite. Ce moment solennel nous engage. Cette sincérité de chacun, cette évidence ne doit pas s’évanouir.»

Le tout est dit sur un ton volontairement conciliant, une voix savamment maîtrisée. Mais les interventions des écologistes Cécile Duflot et Noël Mamère vont réveiller le chef du gouvernement, pour qui socialistes et écolos n’ont «plus grand-chose à faire ensemble». Les deux députés ont déposé une motion de rejet et une motion de renvoi, ce qui leur permet de bénéficier d’un temps de parole important pour s’opposer à la révision constitutionnelle. Lors de la discussion générale, qui doit se poursuivre dans l’après-midi, tout est très minuté et les orateurs sont choisis par les présidents de groupes parlementaires. Au PS, les antidéchéance ont ainsi pu être privés de micro.

Pour l’ancienne ministre du Logement, qui livre un exposé de 25 minutes solidement étayé en droit et en citations historiques, «on voit bien que la gauche, en voulant mettre un adversaire dans l’embarras, a jeté aux oubliettes nos valeurs». La révision constitutionnelle est «inutile et dangereuse», estime Cécile Duflot, approuvée sur les rangs de la droite. A ses yeux, avec cette déchéance de nationalité, la gauche fait du Front national: «nous empruntons le chemin de nos ennemis qui rangent les Français dans des catégories». Dans son discours, refusant tout «déterminisme social» aux terroristes, elle attaque quand même Manuel Valls de front. Après les attentats de janvier 2015, «vous avez eu des mots de très forts. Vous avez parlé d’apartheid. Mais au choc des mots a succédé le vide des actes, pourquoi?», interroge la dirigeante verte qui ne veut pas réviser la Constitution, mais réinventer la République.

Laure Bretton

Source : Libération, Laure Bretton, 05-02-2016

Examen du projet de loi de révision constitutionnelle : discours de Manuel Valls à l’Assemblée nationale

Passe d’armes entre Manuel Valls et Cécile Duflot sur la déchéance de nationalité 

 

Discours de Cécile Duflot (recommandé)

73 réponses à Valls à l’Assemblée : il faut réviser la Constitution « par respect pour les Français »

Commentaires recommandés

cyril Le 06 février 2016 à 03h19

c’est etrange comme le mot dictature n’apparait nulle part,et pourtant……. nous assistons a la mise place de ce type de regime. la democratie n’etait qu’un leurre,maintenant ils y vont cash,sans fioriture,sans cache sexe pseudo humaniste. ils feront tout pour que le betail humain ne se revolte pas. on en appelle toujours au peuple dans ces circonstances. la situation est tres grave et il y a de quoi avoir peur du fanatisme,atlanto europeiste,qui n’est en fait qu’une forme de fascisme.

  1. cyril Le 06 février 2016 à 03h19
    Afficher/Masquer

    c’est etrange comme le mot dictature n’apparait nulle part,et pourtant……. nous assistons a la mise place de ce type de regime. la democratie n’etait qu’un leurre,maintenant ils y vont cash,sans fioriture,sans cache sexe pseudo humaniste. ils feront tout pour que le betail humain ne se revolte pas. on en appelle toujours au peuple dans ces circonstances. la situation est tres grave et il y a de quoi avoir peur du fanatisme,atlanto europeiste,qui n’est en fait qu’une forme de fascisme.


    • Macarel Le 06 février 2016 à 10h35
      Afficher/Masquer

      Souvenez-vous d’une chose : ils font cela pour notre bien, car nous sommes simples d’esprit, et que nous ne comprenons rien à rien. Et puis nous sommes si facilement manipulables, nous tombons si facilement sous le charme des complotistes qui pullulent sur le web. Tout ce qu’ils veulent c’est nous protéger, ils veulent notre bonheur. La démocratie, c’est trop compliqué pour des esprits simples.


      • caliban Le 06 février 2016 à 11h37
        Afficher/Masquer

        @Macarel

        Le gouvernement diffuse une page web “ontemanipule.fr”
        http://www.gouvernement.fr/on-te-manipule

        L’iconographie style années 50 en arrière-plan est assez amusante. On y trouve aussi bien des extra-terrestres que des signes maçonniques, le kukuxklan, Elvis Presley …. et le tout souvent en anglais. Vous avez dit manipulation ? Cela commence où exactement ?

        Ontemanipule.fr … à prendre au pied de la lettre 🙂


        • Macarel Le 06 février 2016 à 15h11
          Afficher/Masquer

          Testons le détecteur ce complots du gouvernement, sur : “Y-a-t-il un complot islamiste contre la France ?”

          Passons en revue les hypothèses du détecteur, dans l’ordre :

          1 : les extraterrestres ? Non, car à part le vert des petits hommes verts quel lien avec l’islamisme ?
          2 : sociétés secrètes ? Non, car la plupart des mouvances ont leur agence de pub.
          3 : complot mondial d’une communauté religieuse ou nationale ? Pas vraiment, car tout musulman n’adhère pas à la démarche.
          4 : conspiration remontant au passé ? La secte des Hashīshiyyīn a disparu depuis longtemps, même si le haschisch se fume encore beaucoup aujourd’hui.
          5 : l’hypothèse du complot est-elle cohérente ? Non pas du tout
          6 : l’hypothèse du complot repose-t-elle sur une source sérieuse ? Ben non puisque c’est moi qui l’ai formulée.
          Donc, il n’y a pas de complot islamiste contre la France, dès lors, pourquoi maintenir l’Etat d’urgence au delà du raisonnable, vouloir déchoir des Kamikazes qui se fichent de perdre leur nationalité, et vouloir à tout prix réviser notre constitution pour institutionnaliser l’Etat d’urgence ? On se le demande.


          • Eric83 Le 06 février 2016 à 16h06
            Afficher/Masquer

            Suite à une lecture récente, je reprends une expression qui me semble parfaitement appropriée à la politique conduite par le gouvernement français : la tyrannie-providence.

            Sous l’habillage d’une communication d’Etat providence-protecteur du peuple, le trio Hollande –Valls-Cazeneuve mène une politique intrusive, coercitive, liberticide…etc…contre le peuple.

            Pour ma part, l’extrait de l’ouvrage mentionnant la tyrannie-providence me semble tout à fait d’actualité et je certifie au Ministère de la Pensée que je n’ai pas trouvé l’extrait, que je reproduis ci-dessous, sur un site Internet complotiste-conspirationniste.


            • Eric83 Le 06 février 2016 à 16h42
              Afficher/Masquer

              « Du moins si nous abstenons, d’ici là, de nous faire sauter en miettes.
              En vérité, à moins que nous ne nous décidions à décentraliser et à utiliser la science appliquée, non pas comme une fin en vue de laquelle les êtres humains doivent être réduits à l’état de moyens, mais bien comme le moyen de produire une race d’individus libres, nous n’avons le choix qu’entre deux solutions :

              Ou bien un certain nombre de totalitarismes nationaux, militarisés, ayant comme racine la terreur et la bombe atomique, et comme conséquence la destruction de la civilisation ( ou, si la guerre est limitée, la perpétuation du militarisme )

              Ou bien un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant du progrès technologique rapide en général et de la révolution atomique en particulier, et se développant, sous le besoin du rendement et de la stabilité, pour prendre la forme de la tyrannie-providence de l’utopie. On paie son argent et on fait son choix. »

              Source : Préface d’Aldous Huxley réécrite en 1946 de son livre « Le Meilleur des Mondes » écrit en 1931.


          • caliban Le 06 février 2016 à 16h10
            Afficher/Masquer

            @Macarel

            Votre rigueur vous honore !

            Le comique embauché par Matignon aurait dû être soumis au même contrôle … car il vient d’être fiché conspirationniste par Le Point (visiblement cette tare est rétroactive)

            http://www.lepoint.fr/politique/kevin-razy-l-erreur-de-casting-de-matignon-06-02-2016-2015938_20.php#xtor=CS3-190

            M’est avis que Matignon est victime d’un complot anti-crédibilité 🙂


            • Lysbeth Lévy Le 06 février 2016 à 16h18
              Afficher/Masquer

              Bah, la preuve que les fameux “complotistes” sont partout y compris dans la “pub” “anti-complotiste” du gouvernement. Grave quand même et le SIG nous prévient de la meilleur façon de lutter contre les “complotistes” :
              http://www.siglab.fr/fr/deconstruire-le-conspirationnisme donc messieurs dames croyez dans toutes les versions officielles, c’est pas difficile quand même, on vous explique tout dans les médias officiels, “hommes et femmes de peu de foi, pourquoi doutez vous” ?

              verset du N. T dont je ne connais pas le numéro, désolée…


          • Macarel Le 06 février 2016 à 18h13
            Afficher/Masquer

            On se le demande… Pourquoi un tel acharnement liberticide ?

            Voilà une explication, genre dessous des cartes :

            Avec le pic pétrolier, nous avons passé le pic des libertés !

            Par Benoît Thévard

            http://www.avenir-sans-petrole.org/2016/01/avec-le-pic-petrolier-nous-avons-passe-le-pic-des-libertes.html

            Extrait :
            Voilà plus de quarante ans que le club de Rome a alerté le monde sur les limites physiques de la biosphère, mais un grave handicap de la perception semble affecter certains technocrates qui pensent encore que la construction d’un aéroport sur une zone humide, juste après la COP21 et en période de choc énergétique majeur, va améliorer le sort des populations. Ce sont malheureusement ces victimes de troubles graves qui nous gouvernent aujourd’hui.
            Évolution réelle du nombre de chômeurs en France. Source: https://www.contrepoints.org/

            Évolution réelle du nombre de chômeurs en France. Source: https://www.contrepoints.org/

            Dans ces circonstances, il y a trois possibilités pour elles -les victimes qui nous gouvernent- : admettre leur échec et démissionner, se faire démissionner à terme par une population qui se révolte, ou devenir autoritaires. Elles ont choisi la troisième.

            Aucune théorie du complot là dedans, juste une analyse froide de la situation énergétique, en particulier, et de la psychologie un peu perturbée des gens de pouvoir.


          • Ynes Le 06 février 2016 à 23h11
            Afficher/Masquer

            Le pire ennemi de l’Etat de Droit est l’état d’urgence


      • caliban Le 06 février 2016 à 22h17
        Afficher/Masquer

        Bourdieu nous manque “cruellement”.

        Lui aurait su démonter, façon puzzle, les jeux de pouvoir qui sont à l’oeuvre derrière ces anathèmes que se renvoient les acteurs lorsqu’ils s’accusent mutuellement de complotistes ou de comploteurs.

        Les journalistes notamment, incapables de remettre leurs pratiques en question, leurs routines, leur complaisance plus ou moins consciente vis à vis des puissants, … ils véhiculent la doxa en étant de simples trieurs de dépêches d’agence, des chasseurs de scoops et d’images, de simples employés au service d’actionnaires / de banquiers désireux d’augmenter les ventes et les clics.

        Bref, la caste des journalistes se croit investie d’une mission d’information et au quotidien fait tout le contraire. C’est dans ce contexte que les journalistes sont les premiers à dénoncer les théories du complot, comme s’ils savaient mieux que tout le monde parce qu’ils côtoient les puissants et ont une carte qui leur sert de certificat de probité intellectuelle.

        Ben non, messieurs les plumitifs patentés, l’info n’est pas que dans les couloirs du pouvoirs ou dans les dépêches de l’AFP. Elle est même surtout pas là.


    • Crapaud Rouge Le 06 février 2016 à 12h55
      Afficher/Masquer

      maintenant ils y vont cash,sans fioriture,sans cache sexe pseudo humaniste” : oui, mais pas sans les grands mots. Trop facile du reste, le premier clampin venu est capable de parler “d’unité sans faille”, “d’être fort”, de “contexte exceptionnel”, de “respect”, de menace «inédite, globale et durable», etc. etc.


    • Homère d'Allore Le 06 février 2016 à 14h40
      Afficher/Masquer

      Comme l’écrit très bien Jacques Sapir dans son dernier opus, il s’agit plus de tyrannie que de dictature.

      En effet, la tyrannie n’est pas légitime même si elle peut être légale.
      La dictature n’est pas légale même si elle peut être légitime.


      • wen Le 06 février 2016 à 17h42
        Afficher/Masquer

        Faux ! c’est bien parce que la dictature peut-être prévue par un texte constitutionnel et dès lors que celui-ci est approuvé par le souverain, qu’elle peut être légale ; tandis que par définition, la tyrannie n’est jamais légale alors qu’elle peut être légitime, sans quoi on parlerait en lieu et place de royauté. C’est aussi pour cette raison de légalité constitutionnelle que Vichy fut un régime légal et reconnu comme tel par le monde d’alors. De même, enfin, que la dictature est une magistrature exceptionnelle prévue avec celle du maître de cavalerie par l’ancienne constitution de la république romaine ( exceptionnel ne signifie pas illégal ), et que les nombreux recours à celles-ci montrent assez qu’elle était dans l’ordre des choses ; et c’est par son biais, d’ailleurs, que César et Auguste purent assurer la transition de la république à l’empire, même si, à leur époque, le recours à cette magistrature tombée en désuétude sentait la mauvaise foi politique.


        • Ailleret Le 06 février 2016 à 18h27
          Afficher/Masquer

          La tyrannie est illégale mais elle peut être légitime (le tyran Pisistrate). C’est tout simplement un pouvoir usurpé.
          La dictature est légale (Cincinnatus) mais elle peut devenir illégitime et même illégale (Sylla puis César ont été nommés dictateurs à vie).

          Aujourd’hui, une certaine confusion règne entre ces vocables car on a oublié leur origine grecque ou romaine. Et la propagande occidentale les utilise indifféremment lors de ses minutes de la Haine, par exemple contre le dictateur-tyran-qui-massacre-et-gaze-son-peuple Adolf Bachar Hitler al-Assad.


        • Homère d'Allore Le 07 février 2016 à 15h25
          Afficher/Masquer

          “On appelle tyrannie un pouvoir illégitime. Il convient de ne pas la confondre avec la dictature. Cette dernière est, en réalité, partie prenante de l’espace démocratique. Cette vérité s’impose avec le débat qui a lieu en France en novembre 2015 autour de l’Etat d’urgence.
          Une dictature est un pouvoir légitime mais non légal dont le but est justement de rétablir un ordre légal qui soit légitime. C’est, par exemple, le cas de la France Libre et du Général de Gaulle du 18 juin à la mise en place de l’assemblée consultative provisoire d’Alger en novembre 1943.
          À l’opposé, une tyrannie est un pouvoir qui peut être légal mais qui est dépourvu de toute légitimité, par exemple par exemple par l’usage qu’il fait des normes légales. Cela correspond tout à fait au régime de Vichy.”

          Jacques Sapir. Souveraineté, Démocratie et Laïcité.


    • vlois Le 06 février 2016 à 21h55
      Afficher/Masquer

      Tout ceci me fait penser à la Novlangue et l’utilisation travestie du language, pour cacher la maladie et le crime.

      Petite digression pour réfléchir sur le language et son illustration par les nazis et son utilisation commune par le pouvoir :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/LTI_%E2%80%93_Lingua_Tertii_Imperii
      https://www.youtube.com/watch?v=MUsBJyMtrFs


    • Dagobah Le 06 février 2016 à 22h25
      Afficher/Masquer

      @Cyril

      “ils y vont cash”

      Moi j’aurais plutôt dit: “Ils y vont franco”.


    • Sébastien Le 06 février 2016 à 23h36
      Afficher/Masquer

      Il serait très intéressant de faire des doubles écrans de discours de dictateurs et de discours “républicains” et d’observer les différences ou les points communs. Beaucoup tomberaient de haut.
      Il suffirait par exemple de reproduire les discours des dictateurs désignés par l’Occident (Chavez, Ahmadinejad, Assad, Poutine, Khadafi) en face de ceux de Sarkozy, Hollande, Valls et autres Obama, Bush, Clinton….
      Comme l’a pertinemment fait remarquer un certain Alain S. (je n’ose même pas écrire son nom ici), personne ne prétend gouverner au nom du mal et de l’oppression.


      • dcembre Le 07 février 2016 à 02h00
        Afficher/Masquer

        Oui, ComparonsLesDiscours.com …. Ça pourrait fonctionner..!


    • dervan Le 07 février 2016 à 09h45
      Afficher/Masquer

      A quoi j’ ajoute que j’ ai rarement vu un dirigeant politique dire autre chose que ” c’ est pour le bien du peuple” même Hitler pour se débarrasser d’ individus jugés indésirables le justifiait par ” le bien du peuple”;; C’ est dire…


  2. Ailleret Le 06 février 2016 à 03h44
    Afficher/Masquer

    Une constitution est faite pour être respectée, pas pour être adaptée au goût du jour par les gouvernements. C’est ce qu’ils font sans vergogne depuis 1992 (depuis le traité de Maastricht, comme par hasard). Aujourd’hui, Valls allègue une menace terroriste “exceptionnelle”. Ah bon ? 130 morts un soir de novembre, c’est terrible en effet, mais c’est ce que divers pays ont subi chaque jour ou presque : Algérie, Colombie, Irak, Syrie…
    On peut parler de dictature, car celle-ci est un régime d’exception où les pouvoirs sont concentrés. Celle-ci repose sur la peur et l’ignorance : la peur instillée par Valls et compagnie (“nous sommes en guerre”), l’ignorance de nos concitoyens sur les responsabilités occidentales dans l’expansion du djihadisme.


  3. Charles Le 06 février 2016 à 04h07
    Afficher/Masquer

    Je commence à savourer les 13 vidéos de Henri Guillemin rassemblées sous le titre “l’affaire Pétain”. Je n’ai pu m’empêcher de faire le rapprochement. Evidemment, nous n’y sommes pas encore, mais les socialauds préparent par opportunisme et lâcheté le terrain du fascisme.
    Les vidéos de Guillemin sont un bijou: http://wp.me/s5oNrG-74755


    • vincent Le 06 février 2016 à 04h41
      Afficher/Masquer

      J’en ai vue pas mal de Guillemin, il est excellent, on dit de lui que c’est un partial de gauche quand il fait ses exposés,pourtant j’ai trouvé ses démarches intéressantes. Il dit quoi? La révolution de 1789 est une révolution Bourgeoise à la Maïdan d’aujourd’hui, la garde national servant de catalyseur de la colère du peuple, garde nationale que l’on veut réinstaurer; Quand il expose le déclenchement de la première guerre mondiale par les Français on retrouve le même genre de tactic, et la même mauvaise foi qui anime la diplomatie française aujourd’hui.
      De même quand il parle de la colonisation et que l’on fait le parallèle avec aujourd’hui il y a un sentiment de déjà vue.

      Sans parler de tout le monde des affaires et du buisness de l’époque qu’il décrit très bien et ressemble à s’y méprendre à celui d’aujourd’hui.
      Il a vu juste sur beaucoup de chose, et quoi qu’on dise de lui, ce qui se passe de nos jours confirmes ses thèses


      • Macarel Le 06 février 2016 à 10h30
        Afficher/Masquer

        Oui mais sans la colonisation, sans le capitalisme, sans le marché, comment nos pays auraient-ils pu devenir si riches, que tout le reste du monde veut y affluer aujourd’hui.
        Est-ce que cela ne prouve pas la supériorité de notre civilisation. Nous qui avons remodelé le monde à notre image, tel Dieu dans sa puissance démiurgique. Nous qui sommes capables de modifier le climat de notre planète ! Quelle ivresse de puissance, nous qui par nos armements pourrions mettre fin à la vie sur Terre, nous qui irons coloniser toutes les planètes habitables de la Galaxie et au delà, nous qui allons devenir immortels grâce au transhumanisme !


        • vincent Le 06 février 2016 à 13h03
          Afficher/Masquer

          Non bizarrement j’y voit beaucoup de faiblesse, faiblesse du refus d’accepter la mort telle qu’elle est dans la vie. Faiblesse du profit immédiat à n’importe quel prix plutôt que d’accepter une difficulté pour l’intérêt de tous. Faiblesse intellectuelle aussi de penser Descartes, et sa citation, “L’homme dois se rendre comme maître et possesseur de la nature” de l’avoir penser comme une preuve de la domination de l’homme sur son environnement, alors qu’il aurait fallut le penser comme l’homme aussi puissant et créateur que la nature, son égale et non son supérieur.
          Je vois aussi une faiblesse du refus de la réalité, quand on écoute Attali on entend un homme qui vit dans un monde onirique, gouvernement mondial occidental basé à Jérusalem. Finalement l’occident est aussi faible que les habitant de l’île de Paque, qui au lieu de repenser totalement leur société, on préféré cédé à la folie car c’est plus simple, et on finit par disparaître.


          • vincent Le 06 février 2016 à 13h04
            Afficher/Masquer

            Alors non cette “puissance” n’est que l’aveu de faiblesse d’une partie de la population du monde qui ne veut pas accepter sa chute et préfère mourir en amenant le monde avec elle.

            Bon après ce n’est que mon opinion


          • Macarel Le 06 février 2016 à 23h16
            Afficher/Masquer

            @Vincent

            Votre remarque entre en phase avec ce billet de l’astrophysicien François Roddier :

            La grande illusion

            http://www.francois-roddier.fr/?p=59


          • dcembre Le 07 février 2016 à 02h13
            Afficher/Masquer

            On dit que nous serions “affligés” de deux tares génétiques qui, dans la vie de tous les jours se traduisent en Domination – Ségrégation ….

            On peut compter sur l’homme pour transformer ces deux mots en milliers de façons de voler, torturer, violer, asservir, mettre en esclavage, tuer…etc…et il n’y a qu’un seul remède à ces deux tares de notre ADN, l’amour…..

            Hors, on découvre que l’amour ne semble pas être capable d’arrêter la folie d’un psychopathe paranoïaque qui domine et tue son frère qu’il perçoit comme un ennemi…. …..juste une opinion….


          • madake Le 07 février 2016 à 06h33
            Afficher/Masquer

            Je laisse Macarel expliquer sa vision, que je pense grinçante, car c’est bien d’hubris qu’il s’agit.
            L’hubris n’est pas une force, c’est une énergie qui porte en son sein, les germes de la destruction.
            Descartes réduit la nature à “une étendue géométrique inerte” dont l’homme doit se rendre maître et possesseur.

            Penser que l’on peut s’exclure et se placer au dessus d’un système qui nous est indispensable pour vivre est LA Bêtise, mère de nombreux vices.
            C’est la voie royale vers un libéralisme axé sur le profit, dans le mépris absolu des conséquences.
            Manuel Valls, en est un bon exemple, il donne toujours l’impression qu’il chemine à marche forcée, vers un objectif qu’il n’a pas défini, et avec des arguments emprunté à d’autres.
            Cette instrumentalisation de la constitution est insupportable, car l’état d’urgence n’a aucune vocation à être prolongé indéfiniment. Ce n’est n’est pas à l’honneur de la république française ni des français. Quand au respect des français, venant des politiques, il y a longtemps qu’il n’est qu’une caisse de résonance.
            Et je parle bien au niveau acoustique, d’un volume creux, pas de raisonner.


        • Furax Le 06 février 2016 à 16h40
          Afficher/Masquer

          Contresens historique.

          Pour l’essentiel, la colonisation succède à l’enrichissement bien plus qu’elle ne le précède.

          L’historien Jacques Marseille a montré que l’essentiel de la colonisation française lui avait plus coûté que rapporté.

          L’Espagne a été infoutue de bien utiliser à son bénéfice les gigantesques ressources qu’elle a pillées puis prélevées de son immense empire colonial.

          Prenez l’empire britannique. La seule colonie qui comptait, c’était l’Inde. Là oui, le Royaume-Uni a tiré des richesses gigantesques en saignant quasiment à mort l’Inde pendant plus d’un siècle et demi. Vous imaginez l?enorme coup de boost quand vous pouvez piller un pays riche et 20 fois plus peuplé que vous ?

          Pour le reste, c’est pour l’essentiel le commerce version mercantiliste et les productions esclavagistes qui ont donné un gros coup de boost aux puissances occidentales.

          Les îles sucrières ont été les seules colonies rentables, très rentables.


          • Macarel Le 06 février 2016 à 20h14
            Afficher/Masquer

            @Furax

            Contre sens historique ???

            Les colons américains, allaient bien que je sache, aux Amériques car ils fuyaient la misère en Europe, ils y allaient pour s’enrichir, et ils s’enrichirent. Pas tous également, mais les USA sont devenus le pays le plus riche matériellement du monde. Spirituellement, c’est une autre histoire.

            La conquête Espagnole, de l’Amérique du Sud c’est autre chose, les espagnols n’ont jamais développés une industrie comme les anglo-saxons, ils se sont contentés de vivre des rentes que leurs procuraient leurs colonies. C’est ce qui a causé leur perte.

            Les uns protestants, les autres catholiques.

            Quant aux pays européens en général, ils se sont sabordés par leurs propres fautes, en se livrant entre eux des guerres fratricides. Qui engloutirent bien plus de richesses que leurs colonies ne pouvaient leur en fournir.


        • Sébastien Le 06 février 2016 à 23h44
          Afficher/Masquer

          Il s’agit d’un combat matérialisme contre spiritualité, ou la dualité du bien et du mal. Si vous voulez faire passez l’un pour l’autre, à votre guise.
          Ce qui en étonnera plus d’un, c’est ce que la religion Catholique (et surement d’autres) a décrit et prévu dès son origine.
          L’actualité donne raison à ce que les religions ont “théorisé” tous les jours….
          D’ailleurs que certains “matérialistes” puissent essayer de faire passer pour de la religion des gens qui se font sauter avec des innocents en dit long sur l’inversion des valeurs.
          Si c’était vrai, alors pourquoi ce type d’acte n’existe que depuis que la guerre des religions a été ranimée? Ranimée par qui et dans quels buts. Je vous laisse le soin de faire votre propre enquête, loin de toutes “théories du complot”.
          Je laisse le soin au gouvernement de m’expliquer pourquoi et qui exactement “nous manipule”. J’en rit d’avance en tant que “manipulateur” donc…..


        • Subotai Le 07 février 2016 à 04h54
          Afficher/Masquer

          Ya juste un petit problème: les Restes du Monde sont plus nombreux que nous.
          Et croyez moi, ça compte au final…


      • anne jordan Le 06 février 2016 à 23h11
        Afficher/Masquer

        a propos conspis … Guillemin , génial , m’a été révélé par Chouard !
        vous avez dit ” conspis ” ?

        oui , oui , tout comme ” Les Crises ” , Le Grand Soir et… Reporterre !
        un homme d’état belge avait dit : ” Je préfère être un idéaliste sans illusions , qu’un illusionniste sans idéal ” .


      • Lt Anderson Le 07 février 2016 à 04h31
        Afficher/Masquer

        Son exposé sur la Commune de 1871 est exemplaire. A voir absolument.
        De même que “L’Autre Avant-Guerre” sur les évènements qui ont mené à la 1ère Guerre Mondiale. Édifiant.
        Tous ses exposés sur la RTS :
        http://www.rts.ch/archives/dossiers/henri-guillemin/


  4. Non Croyant Le 06 février 2016 à 04h12
    Afficher/Masquer

    Ce cirque est vraiment le visage de la décadence.

    Ça ressemble aux méthodes de management qu’on voit dans les grands groupes: Un discours sur les valeurs et le sacrifice devant le danger qui menace et des actions en totale contradiction. toujours plus de politique toujours moins de capacité a prendre des décisions qui ont un effet positif dans le réel . Parce que les non décisions, les décisions de symbole, ont des effets sur le terrain vraiment importants : le n’importe quoi qui se généralise. Il y a qu’a voir comment ce gouvernement traite les hôpitaux et le budget de la justice pour faire face aux prochains attentas.

    Pour déchirer le tissu de la société, il y a pas mieux.

    A ce titre Valls devrait logiquement faire l’objet de sa propre proposition selon sa propre définition.


  5. De passage Le 06 février 2016 à 04h39
    Afficher/Masquer

    Une constitution ou un traité que l’on détricote pour un oui pour un non, au gré des intérêts des uns et des autres ne peut servir de “marbre” pour graver durablement ce qui fait le socle d’une société stable. A ce propos, je vous livre cette délicieuse blague qui circule dans les milieux politiques anglo-saxons :

    Un étudiant américain de passage à Paris et désireux de se documenter sur notre pays, entre dans une grande librairie parisienne :
    – Bonjour monsieur, je cherche un exemplaire de la Constitution française.
    – Ah, désolé Monsieur, mais nous ne vendons pas les périodiques.

    Bonne journée à toutes et à tous ! 😉


  6. Bordron Georges Le 06 février 2016 à 08h26
    Afficher/Masquer

    Mr Vals,
    “par respect de la parole du chef de l’État”? Comment respecter cette parole qu’il ne respecte pas lui-même?”
    “Par respect pour les français”? Posez leur la question! Faites un referendum!
    Par respect pour les français, arrêtez (avec accent circonflexe), votre théâtre (encore un accent circonflexe), arrêtez vos discours pleins de confusion et d’hypocrisie, faites un referendum!


  7. rouille Le 06 février 2016 à 08h28
    Afficher/Masquer

    Valls est en train de dérouler des bobines de fils de fer barbelés autour du camp de concentration France en braillant à qui veut l’entendre que ce sont des simples guirlandes de Noël.


  8. Fabrice Le 06 février 2016 à 08h40
    Afficher/Masquer

    En fait plus ça va plus j’ai l’impression qu’en fait cette offensive au niveau législatif est un révélateur de l’impuissance sur le terrain et l’impossibilité de mettre de vrais moyens financiers l’incapacité de faire face aux interventions qui ont entraîné ce désastre.


    • madake Le 07 février 2016 à 07h04
      Afficher/Masquer

      Ce manque de moyens est à croiser avec les billets d’Olivier sur comment l’€urope met la Démocratie Kaput:
      http://www.les-crises.fr/voyez-comment-la-france-est-sous-administration-de-bruxelles-5/
      Voyons: le coût des plans vigipirate et sentinelle, sans oublier les opex en Syrie et au Moyen-Orient, Mali, etc…
      La logistique de l’armée et des polices est tirée au maximum, la dette pèse, l’€urope grogne, les finances baissent, le chômage monte, et la croissance est une espèce en voie de disparition.
      Maintenir un état d’urgence “faciliterait” le vote de crédits spéciaux, et justifierait à l’€urope les déséquilibres budgétaires.
      Mais sérieusement, où va-t-on?
      L’étape suivante sera quoi? une bonne guerre? Car c’est toujours ainsi qu’on l’annonce:
      “victorieuse et brève”.
      Que disait Machiavel?
      On fait la guerre quand on veut, on la termine quand on peut.


  9. DUGUESCLIN Le 06 février 2016 à 08h52
    Afficher/Masquer

    Mais que font les antifas?
    Le fascisme s’installe insidieusement mais sûrement et on ne voit pas beaucoup de banderoles clamant: “le fascisme ne passera pas”.
    A moins que le fascisme de gauche soit souhaitable et celui d’un autre bord condamnable.
    Mais le fascisme n’en reste pas moins le fascisme.


  10. Pascal Vedel Le 06 février 2016 à 09h53
    Afficher/Masquer

    Et dans la même logique
    – il faut réviser notre orthographe par respect des français (pour qu’ils fassent moins de fautes en écrivant )
    – il faut soutenir toutes nos propositions par respect des français (pour ne pas leur donner l’impression qu’ils ont voté pour des nuls )
    – il faut qu’on démissionne par respect des français (car ils sont majoritaires à ne plus avoir confiance )


  11. maboiteaspam Le 06 février 2016 à 10h40
    Afficher/Masquer

    http://www.dailymotion.com/video/x3m1run_le-top-5-des-theories-du-complot-en-ligne_news

    des perles comme ça, qu’il faudrait croire sur parole, sans argumentation aucune, juste une série d’assertion sur ce qu’il est mauvais de penser.


  12. thmos Le 06 février 2016 à 11h07
    Afficher/Masquer

    ” par respect pour les français ” … formule de communiqueux pour déformer les faits, censurer la contestation, construire un état policier, abrutir une population vieillissante alimentée par la peur. Les sociaux démocrates labélisés s’adonnent aux classiques techniques de propagande validées par le marché et amplifiées par les médias de masse. Après l’état d’union national ( 0+0 ) l’état d’urgence ( déjà instauré par la loi de surveillance dans l’indiférence et l’ignorance généraale ) Vals s’attaque évidemment à la constitution. Gouverner dans le chaos impose une rigoureuse déconstruction. Colèrique, violent, illégitime a-t-on connu un Premier si extrème ?


  13. Olympi Le 06 février 2016 à 11h26
    Afficher/Masquer

    M. Valls : « Par respect de la parole du chef de l’Etat, par respect pour les Français, par respect de leur courage. Cette impressionnante force de caractère doit être pour nous un commandement, une injonction à se rassembler »
    Manuel Valls est continuellement dans l’argument d’autorité, c’est le chef qui l’a dit, ce sont les français qui le veulent, mais monsieur Valls, vous serez-t-il possible de réfléchir en homme libre, de décider de faire ou de ne pas faire suivant la raison ? Comment est-il possible qu’un homme qui décide suivant les autres ai pu un jour avoir son bac, c’est impensable de stupidité.

    Mais bon il ne faut plus s’étonner, il a aussi dit qu’il ne fallait pas réfléchir :
    «pour ces ennemis qui s’en prennent à leurs compatriotes, qui déchirent ce contrat qui nous unit, il ne peut y avoir aucune explication qui vaille. Car expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser».

    Il correspond a la définition de l’idiot, je le dis sans volonté d’insulter, mais bien me basant sur la définition du mot :
    Personne considérée comme étant sans idées, sans connaissances, sans intelligence.
    Et je rappel la définition d’intelligence : Faculté de comprendre, de ne pas se méprendre sur le sens des mots, la nature des choses et la signification des faits.

    On a tous le droit d’être idiot, un peu moins lorsqu’on est premier ministre.


  14. FifiBrind_acier Le 06 février 2016 à 11h30
    Afficher/Masquer

    J’ai entendu Valls sur la chaine parlementaire, expliquer qu’à plusieurs reprises le Gouvernement avait par le passé utilisé la déchéance de nationalité, elle existe déjà dans le code civil.
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/02/05/decheance-de-nationalite-pour-robert-badinter-une-revision-constitutionnelle-n-est-pas-necessaire_4859815_3232.html

    Ce qui fait peur aux terroristes, ce sont plutôt les bombardements de la Russie et de l’armée syrienne, ” Ciel nos rebelles, arrêtez donc de les bombarder ! !”

    Pendant que ce débat surréaliste a lieu, Daesh perd du terrain chaque jour un peu plus en Syrie, “nos gentils rebelles coupeurs de têtes modérés” sont dans les choux.

    ” Le camp du Bien en mode panique”.


    • Anouchka Le 06 février 2016 à 12h32
      Afficher/Masquer

      Quel peut être en effet l’intérêt de chercher à modifier la constitution alors que l’appareil législatif actuel permet de recourir à la déchéance de nationalité (moyennant petites retouches par rapport à cette question des binationaux) ?
      J’avoue que je ne comprends pas bien quel calcul politique se cache derrière cette obsession de Vals de procéder à une révision constitutionnelle.
      Est-ce juste pour des questions de communication? Pour séduire potentiellement des électeurs du FN?


      • Georges Le 06 février 2016 à 21h46
        Afficher/Masquer

        @Anouchka

        Le débat sur la déchéance supprime les statistiques du chômage, les données sur la dette et le commerce extérieur et d’autres problèmes

        Ca évite aussi un mauvais rappel des promesses du candidat désormais président.

        Que de changements en presque quatre ans.

        Et curieusement il supprime également le débat sur l’état réel de la menace, son estimation par les RG, et les politiques à mettre en oeuvre pour enrayer le problème.

        C’est du grand n’importe quoi, et devant l’assemblée nationale. Honte aux députés prêts à accepter des discours aussi vides, des discours de propagandes et non pas d’exposés et d’analyses.


      • madake Le 07 février 2016 à 07h22
        Afficher/Masquer

        Je n’ai pas le lien sous la main, mais depuis 2012, six déchéances de nationalité ont été faites, c’est déjà possible.
        Il faut arrêter avec cette prestidigitation à 2 roupies, d’agiter la déchéance de nationalité, ou l’état d’urgence, pour ne pas aborder les problèmes du pays.
        C’est de la diversion politicienne inutile, ni l’état d’urgence permanent, ni la déchéance n’arrêteront les terroristes.
        Par contre modifier la constitution sous la pression et dans l’urgence, et supprimer les droits citoyens, donnera du grain à moudre aux recruteurs de Daesch.
        Regardez, ils modifient encore leur constitution serpillère, et ils y ajoutent l’état d’urgence, voyez comme nous sommes puissants et comme notre doctrine contraint les occidentaux décadents.


    • Micmac Le 06 février 2016 à 14h21
      Afficher/Masquer

      Ça me fait pensé, au sujet de la Syrie, il y a un élément de langage, peut-être utilisé depuis longtemps, mais que je n’avais pas remarqué. Les mots m’ont fait bondir au journal de 12h30 de France Cu aujourd’hui.

      C’est le délicieux concept de “rebelle modéré”. Ça veut dire quoi? Ils sont modérément rebelle? Ils se battent modérément contre le pouvoir? Modéré par qui? Ils sont modérément quoi, si le mot “modéré” ne se rapporte pas au mot “rebelle”?

      C’est une véritable mise en abyme que ces termes… Les deux mots accolés n’ont bien sûr aucun sens. Sauf si on considère qu’il ne faut pas lire ou entendre “rebelle”, mais islamiste. Les islamistes modérés, donc, qui coupent modérément les têtes et assassinent modérément, que bombardent le méchant Poutine, pas modéré du tout, lui.

      Le bon chasseur, le mauvais chasseur, toussa…


      • bigglop Le 06 février 2016 à 18h07
        Afficher/Masquer

        Vu dans un dessin humoristique
        “Un rebelle islamiste modéré assomme sa victime avant de la décapiter.”
        C’est très halal


  15. Inox Le 06 février 2016 à 12h08
    Afficher/Masquer

    “Par respect pour les Français”

    Qu’ils fassent un référendum si ils veulent parler de respect. Une révision de la constitution, ce n’est pas rien. Que les Français choisissent, et quel que soit le résultat, on pourra parler de respect.

    Là, pour la énième fois, on se fout de notre gueule. (désolé pour le vocabulaire). Notre pauvre démocratie est dans un état pitoyable.


    • Anouchka Le 06 février 2016 à 12h59
      Afficher/Masquer

      Y a-t-il eu d’ailleurs des sondages sur le sujet récemment ?


    • Bozi la mouche Le 06 février 2016 à 16h35
      Afficher/Masquer

      Et pourquoi ils goûteraient pas de notre gueule ??? Qui peut les en empêcher ? Que risquent -ils? La demoçratie nous a anesthésiée…on est mené par des sociopathes….le salut ne viendra pas de France vieux pays vieille population assez réactionnaire….verrouillé par trois formations dont des deux grands partis institutionnels et un parti nouvellement adoubé ….le changement est ailleurs…et il nous sera imposé..et ce n’est finalement pas plus mal..


  16. Louis Robert Le 06 février 2016 à 12h39
    Afficher/Masquer

    Tout ce que l’on parvient à nous imposer parce que nous sommes devenus si volontairement serviles, nous étant convaincus que la réalité était l’opposé de ce qu’elle est!

    Ces générations perdues, d’avoir trop chanté “La guerre, c’est la paix”!

    “War is peace”

    Ces peuples anéantis d’avoir cru que “La liberté, c’est l’esclavage”!

    “Freedom is slavery”

    1984-2016


  17. Crapaud Rouge Le 06 février 2016 à 13h06
    Afficher/Masquer

    Grands mots et mauvais remèdes. Faut-il rappeler que les attentats de Charlie et du Bataclan avaient été précédés d’alertes extrêmement sérieuses ? Mais flics et magistrats n’ont pas été foutus de les traiter.


  18. Grim Le 06 février 2016 à 14h13
    Afficher/Masquer

    Une des fonctions d’une Constitution est de protéger les citoyens des abus de pouvoir des gouvernants, le fait que ces mêmes gouvernants puissent la modifier sans consulter le peuple est une aberration.

    Alors Monsieur Valls pourquoi ne pas consulter les français s’ils sont d’accord avec cette réforme ça ne devrait pas poser de problème ? De toute façon on en a déjà bouffé à toutes les sauces des débats sur ce sujet, on pourrait trancher la question au moins.


  19. Furax Le 06 février 2016 à 14h43
    Afficher/Masquer

    Tout ce débat parlementaire est condamné à n’être qu’un pitoyable théâtre d’ombres.

    Il n’y aura pas de majorité pour voter le projet de révision constitutionnelle dans les mêmes termes à l’Assemblée nationale et au Sénat.

    La gauche, majoritaire à l’Assemblée nationale, n’accepte de voter le texte qu’à condition de pouvoir transformer des mononationaux nés français en apatride (ce qui est très logique pour la partie de ce camp qu’Elisabeth Lévy a fort justement rebaptisé “le parti de l’Autre”).

    La droite, majoritaire au Sénat, refuse de faire des apatrides.

    Larcher et Retailleau ont clairement indiqué que le Sénat voterait un autre texte que celui du gouvernement.

    Bref, tout cela va finir en eau de boudin ridicule. Soit les députés de gauche hollando-vallsiens vont être obligés de voter le texte adopté par la droite sénatoriale, et de briser pour de bon la gauche. Soit la procédure de révision sera abandonnée en cours de route faute d’accord.


  20. Alain Le 06 février 2016 à 17h15
    Afficher/Masquer

    Il est bon de rappeler que tout ça est parti de la volonté d’un homme seul – même si il est président de la République – qui n’a consulté personne avant de révéler cette décision dans un discours. Que ne crierait-on à l’immonde dictature si Poutine avait procédé ainsi !!! Mais Hollande c’est le respect des Français qui n’ont pas été consultés et qui n’y auraient jamais pensé d’eux-mêmes

    Comme tout cela n’empêchera pas un nouvel attentat, quelles seront les mesures “big brother” suivantes ???


    • Macarel Le 06 février 2016 à 22h42
      Afficher/Masquer

      Article 16 de la Constitution : état de siège et pouvoirs exceptionnels.


  21. mescalito22 Le 06 février 2016 à 20h15
    Afficher/Masquer

    Faites circuler sur tous les réseaux sociaux:
    # FASCHOCIALISME


  22. Lysbeth Lévy Le 06 février 2016 à 20h45
    Afficher/Masquer

    Donc par respect pour tous les français, tous les “mauvais français”, terroristes divers, auront droit à la déchéance de la nationalité, aux dernières nouvelles : http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2016/02/05/25001-20160205ARTFIG00105–l-assemblee-manuel-valls-confirme-la-decheance-pour-tous.php a propos de l’apatridie, (quel intérêt à avoir des apatrides ??)

    “Le premier ministre a ajouté que la Convention des Nations Unies de 1961 sur l’apatridie serait ratifiée. Une sorte de gage donné aux opposants au texte, qui concernera donc à la fois les Français binationaux et détenteurs d’une seule nationalité””

    J’avoue ne rien y comprendre, a part que la déchéance de la nationalité était un “voeux” de la droite (Sarkozy ) et la pseudo-gauche avaliserait le projet Quels seraient les droits et devoirs des apatrides ? …..


  23. theuric Le 06 février 2016 à 22h24
    Afficher/Masquer

    La sottise fit bien plus pour détruire les empires que toute autre chose.
    J’avais pressenti, après les tueries de fin 2015 et la mise en place de l’état d’urgence, que le président et son gouvernement ne devais plus agir de quelque façon que ce soit, ne juste faire que de la gestion.
    Ces gesticulations actuelles ne peuvent que leur être gravement préjudiciable, ne serait-ce qu’en séparant le P.S. d’avec les bobos, soit ses électeurs les plus importants.
    L’erreur (?) de Monsieur Valls qui avait empêché Monsieur Hollande d’avaler le L.R. et l’U.D.I. aurait dû être suivit d’une reculade sur la déchéance nationale, puis de se faire oublier par les électeurs.
    Le P.S. détruit, les U.D.I./L.R. affaiblis, l’U.P.R. a beau jeu, surtout avec l’accord transatlantique, le F.N. marque des points, certes, mais un renversement politique se fait toujours par l’élite intellectuelle, soit ici les bobos, les P.G., P.E.P. et autres n’en ramassant que les miettes.
    Dans la série balle dans le pied…


  24. Sébastien Le 06 février 2016 à 23h53
    Afficher/Masquer

    L’Euro et les traités européens: impossible de les modifier et d’en sortir sous peine de déclencher la fin du monde.
    Par contre la Constitution du pays, vous pouvez vous torcher avec et vous en servir comme bon vous semble, c’est fait pour çà….
    C’est complotiste d’affirmer que ceux qui nous dirigent ont décidé de détruire les pays au profit d’un gouvernement mondial?
    Les 500 citations qui vont dans ce sens, je les ai inventé?


  25. Lysbeth Lévy Le 07 février 2016 à 13h39
    Afficher/Masquer

    Allez hop la suite des couillonnades, Valls a décidé d’enfermer les fichés S au Centre de rétention Saint-Jacques Lalande a Rennes :

    http://www.20minutes.fr/societe/1747599-20151209-manuel-valls-demande-avis-conseil-etat-interner-personnes-fichees
    En plus d’être déchu de leur nationalité ? Ci joint le projet de texte sur Scrib ….A suivre ..


  26. Long Jone Silver Le 07 février 2016 à 20h00
    Afficher/Masquer

    Bonsoir,
    La France est moribonde. Pour la sauver le gouvernement ne trouve rien de mieux que d’affaiblir la démocratie. La dictature n’est pas loin. La cible visé pour commencer: Les terroristes. Ensuite en douceur se serra les gens qui nuisent et qui ne suivent pas la ligne du pouvoir en place. Avec des campagnes de presse et des actions de faux drapeau on arrivera certainement à nettoyer la France de tous ceux qui rêvent de liberté ou qui sont différents.
    Au lieu de résoudre les problèmes, on les étouffes et en créer des problèmes encore plus grands. Le navire coule.
    Les femmes et les enfants d’abords.


  27. Pierre Le 08 février 2016 à 18h28
    Afficher/Masquer

    Vu de l’Est, je viens de capter une émission de RTL et le commentaire sur l’offensive de l’Armée légale de Syrie laisse apparaître que la consigne officielle de votre Président est de critiquer cette offensive, d’espérer peut-être même que les terroristes de Daesh recevront des “renforts” pour résister à cette offensive, appuyée par les Russes… Pour faire court : qu’aurait-on dit si en 1945 une Radio française s’en serait pris à l’Armée soviétique pendant l’offensive sur Berlin en mettant en avant le malheur des civils… Malheureusement l’histoire est faite de pages douloureuses et il faut savoir choisir son camp ! Alep libérée par Assad vaut mieux qu’Alep sous le joug de Daesh ! A l’Occident certains aiment le mensonge et l’hypocrisie…


  28. thmos Le 09 février 2016 à 21h33
    Afficher/Masquer

    le .gouv est vraiment comique, mais peut être est-ce un bug des Monthy Pytons ? le “hoaxbuster” d’état vaut son pesant de fayots, à écouter sans modération.
    “et toi Kevin es-tu manipulé ? ”
    ” oh non ! j’ai déjoué les conspirationnistes de mon lycée et je les ai dénoncé à la police du vivre-ensemble et maintenant je suis en terrasse ! “


Charte de modérations des commentaires