Les Crises Les Crises
22.janvier.201622.1.2016 // Les Crises

Manuel Valls : “L’état d’urgence devrait être maintenu jusqu’à la défaite de Daech”

Merci 9
J'envoie

Ce qui est bien, c’est qu’ils ne se cachent même plus : l’état d’urgence à perpétuité, avant d’inventer pire…

Après, ce sera “jusqu’à la défaite de Daech ET des talibans en Afghanistan”, puis “jusqu’à ce que le terrorisme ait été éradiqué de la planète”…

Mais bon, il est vrai que c’est d’une efficacité remarquable :

(sachant que sans étét d’urgence, la justice serait sans doute arrivé pratiquement au même résultat contre les terroristes)

Manuel Valls à la BBC : “L’état d’urgence devrait être maintenu jusqu’à la défaite de Daech”

Source : L’Obs, 22/01/2016

Et si l’état d’urgence durait des années ? Interrogé par la BBC sur la durée envisagée de cette mesure, le Premier ministre français répond : “Le temps nécessaire.” Décrété lors de la nuit des attentats du 13 novembre par François Hollande, l’état d’urgence a déjà été prolongé de trois mois.

“Tant que la menace est là, nous devons utiliser tous les moyens”, dit-il, ajoutant qu’il devrait rester en place “jusqu’à ce que nous puissions nous débarrasser de Daech”, selon la traduction de la BBC, qui ne publie cependant pas l’extrait vidéo correspondant à ce passage de l’interview. Cela repousserait ainsi potentiellement sa levée à des mois, voire des années.

C’est à une guerre totale et globale que nous faisons face avec le terrorisme. La guerre que nous menons doit aussi être totale, globale et impitoyable.”

“M. Valls dit que la France cherchera à maintenir l’état actuel d’urgence jusqu’à ce que la ‘guerre totale et globale’ contre l’Etat islamique soit terminée”, interprète la BBC.

Mercredi, le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone affirmait que François Hollande jugeait “tout à fait probable” la prolongation de l’état d’urgence, qui doit normalement expirer le 26 février.

A la mi-journée, Matignon n’était pas encore joignable pour confirmer ou infirmer ces propos.

Source : L’Obs, 22/01/2016


Du grand Pascal Riché. Bon, en associant “courage” et Hollande, on voit vite ce qui va se passer…

EDITO. Avoir le courage de sortir de l’état d’urgence, par Pascal Riché

Source : L’Obs, 22/01/2016

Tout indique que, plusieurs semaines après les attentats, l’efficacité de l’état d’urgence s’essouffle. Pour ne pas abîmer la démocratie, le Président ne devrait pas le reconduire.

L’état d’urgence – attention, tautologie – doit répondre à une situation d’urgence. Il doit être exceptionnel et court, car il ne correspond pas au fonctionnement normal d’une démocratie : il déroge à la séparation des pouvoirs, il altère les libertés, il donne à la police des pouvoirs exorbitants. Il peut être, pour une durée limitée, un état nécessaire mais il n’est pas un état désirable.

Instaurer l’état d’urgence n’est pas une décision légère, le reconduire au-delà du 26 février l’est encore moins : c’est une lourde responsabilité. C’est celle que François Hollande s’apprêterait à prendre, à croire les confidences qu’il a faites mardi au président de l’Assemblée, Claude Bartolone. Une telle décision, s’il venait à la prendre, s’appuierait sur des mauvaises raisons, touchant plus au calcul politique qu’à l’efficacité de la lutte contre le terrorisme.

Lorsque l’Etat d’urgence a été instauré, dans l’effroi qui a suivi les attentats du 13 novembre, il s’agissait de gagner quelques précieuses heures dans la traque des terroristes. Le Premier ministre lui-même avait alors parlé de “réponse à court terme” aux fins “d’aller vite pour démanteler les groupes susceptibles d’agir et pour neutraliser les individus au comportement menaçant”. Il y a eu plus de 380 assignations à domicile et plus de 3 000 perquisitions, essentiellement pendant les jours qui ont suivi les attentats, celles-ci n’ayant débouché que sur une poignée de procédures judiciaires concernant le terrorisme – quatre selon la Ligue des droits de l’homme.

Il y a eu de nombreuses dérives : personnes perquisitionnées à tort, portes enfoncées alors qu’il suffisait de tourner la poignée, militants écologistes assignés à résidence sans autorisation d’un juge, et une fillette blessée.

Il y a eu enfin un rapport d’étape, présenté par la commission des lois à l’Assemblée le 13 janvier, montrant que l’efficacité de cet outil policier s’essoufflait et que son arrêt n’altérerait pas la protection des Français.

Il y a deux semaines, une source haut placée sur les questions de sécurité nous assurait, off the record, que l’état d’urgence “ne serait probablement pas prolongé car il n’y avait plus aucune raison qu’il le soit”. C’est ce que l’Elysée laissait alors penser.

Si François Hollande décidait de le maintenir, ce serait donc pour d’autres raisons que l’efficacité. Ce serait sans doute parce qu’il jugerait que “l’opinion ne comprendrait pas, en cas de nouvel attentat, qu’on ait baissé la garde”.

OB : Alors que s’il y a encore un attentat, “l’opinion” demandera quoi (et comment d’ailleurs, je n’ai pas le 06 de l’Opinion pour ma part) ?

L’état d’urgence ne sert plus aujourd’hui à traquer des terroristes, mais à rassurer symboliquement la population. Et faire la soudure avec la nouvelle loi antiterrorisme en préparation, qui entend transférer au préfet une partie des compétences du parquet et faciliter pour la police la surveillance, les perquisitions nocturnes, la fouille des véhicules, les retenues de quatre heures sans avocat.

L’histoire de la gauche, les convictions de ses militants, les avis quasi-unanimes des organisations de défense des droits de l’homme… tout devrait pousser François Hollande à la cessation de l’état d’urgence le 26 février. Mais pas les sondages. L’opinion, y compris à gauche, est massivement favorable à sa prolongation, même si les experts assurent que son efficacité est aujourd’hui faible et ses dérives nombreuses. Or le pouvoir ne tient pas à aggraver davantage la fracture avec sa base électorale, qui ne cesse de s’élargir.

Pour François Hollande, qui a échoué sur le plan économique et social, la carte “lutte contre le terrorisme” est devenu son atout politique le plus précieux, pour le pas dire le seul. Il se présente désormais comme le président-bouclier et on peut comprendre que l’interruption de l’état d’urgence lui soit politiquement coûteux. Il se grandirait pourtant à remettre la France sur ses rails démocratiques normaux : lorsque les libertés publiques sont en jeu, on n’attend pas d’un homme d’Etat qu’il se détermine sur des sondages ou des calculs électoraux.

Pascal Riché

Source : L’Obs, 22/01/2016


Après on a les dirigeants – et la Liberté – qu’on mérite…

C’est un discours modèle, d’un peu moins de trois minutes, prononcé par du chef du gouvernement norvégien de l’époque, Jens Stoltenberg, lors d’une conférence de presse, quelques heures après les attentats qui avaient touché l’île d’Utoya et Oslo le 22 juillet 2011. Anders Behring Breivik venait de tuer plus de 70 personnes avec une bombe près du siège du gouvernement puis une fusillade sur l’île d’Utoya, avant d’être arrêté.

«J’ai un message pour celui qui nous a attaqué et pour ceux qui sont derrière tout ça: vous ne nous détruirez pas. Vous ne détruirez pas la démocratie et notre travail pour rendre le monde meilleur.»

«Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance.»

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Vénus // 22.01.2016 à 16h24

Evidemment la vrai raison de l’état d’urgence n’est pas DAESH. L’Etat d’urgence peut être utile en prévision d’une grande crise, on est en pleine période de récession économique, le prix du pétrole est en chute libre, il suffit d’une moindre panique boursière pour que tout le système financier s’écroule comme un chateau de cartes. L’état d’urgence peut être utile pour faire passer le TAFTA, enfin. Pourquoi pas ce printemps ou été? Il peut être utile pour des réformes très impopulaires qui se mettent déjà en place, tant dans le domaine de la santé, que de l’emploi, allocations sociales.

64 réactions et commentaires

  • anne jordan // 22.01.2016 à 15h16


    Si François Hollande décidait de le maintenir, ce serait donc pour d’autres raisons que l’efficacité. Ce serait sans doute parce qu’il jugerait que “l’opinion ne comprendrait pas, en cas de nouvel attentat, qu’on ait baissé la garde”.

    ah bon ?
    et , justement , s’il est prolongé et qu’il ya un nouvel attentat , on dira quoi ?
    qu’il est totalement inefficace !

      +60

    Alerter
    • Spectre // 22.01.2016 à 16h38

      “et , justement , s’il est prolongé et qu’il ya un nouvel attentat , on dira quoi ?
      qu’il est totalement inefficace !”

      Ça permettra de passer à l’état de siège, et l’on nous expliquera qu’il faut mettre en place une dictature “jusqu’à la défaite de Daech” !

        +60

      Alerter
    • Crapaud Rouge // 22.01.2016 à 17h13

      et , justement , s’il est prolongé et qu’il ya un nouvel attentat , on dira quoi ? qu’il est totalement inefficace !” : ce n’est pas ça le problème. Qu’il soit efficace ou pas, Hollande s’en fiche. Son problème, c’est juste de pouvoir dire : “on a fait tout ce qu’on a pu” et de pouvoir annoncer de nouvelles “mesures”. La phrase de Vall, “Tant que la menace est là, nous devons utiliser tous les moyens”, montre bien que c’est pour eux une aubaine ! La “menace” leur laisse les coudées franches, alors que mettre fin à l’état d’urgence reviendrait à lancer un “signal” désastreux de leur point de vue : car si la “menace” ne justifie pas l’état d’urgence, on peut se demander si elle justifie Charlie, Vigipirate, les lois liberticides et tout le reste.

        +17

      Alerter
      • fouineur // 22.01.2016 à 22h45

        “La phrase de Vall, “Tant que la menace est là, nous devons utiliser tous les moyens”, montre bien que c’est pour eux une aubaine !” … de la à ce que …

          +11

        Alerter
    • Deres // 22.01.2016 à 17h44

      Autrement dit, de la bouche même de l’intéressé, il ne déclare l’état d’urgence que pour des raisons communicationnelles. Et après il se demande pourquoi les français ne lui donne plus aucun crédit … C’est exactement la même stratégie idiote que pour la déchéance de nationalité, où ils soutiennent une mesure pour des raisons politiques et de communication. Et ils espèrent que l’on ne verra pas qu’ils n’ont jamais réfléchi aux tenants et aux aboutissants de leurs actions.

        +12

      Alerter
      • Deres // 22.01.2016 à 17h45

        On comprend bien la logique de nos politiques : elle n’est aps d’agir mais de montré que l’on agit. L’état d’urgence est une muleta pour le peuple français destiné à faire semblant d’être grand et fort, mais il n’y a rien derrière.

          +10

        Alerter
  • Pascalcs // 22.01.2016 à 15h17

    Si la logique de suspension de l’Etat d’urgence est liée à l’éradication de Daech, autrement dit du terrorisme islamique dans l’esprit de nos “grands hommes responsables”, on est parti pour des dizaines d’années de plomb vu que cela fait maintenant 15 ans voir plus que nous menons la guerre contre le terrorisme avec les résultats que l’on connaît.

      +39

    Alerter
    • FifiBrind_acier // 22.01.2016 à 20h37

      Pascals

      Ma petite entreprise ne connaît pas la crise…

      ” Ces pays vendeurs d’armes qui profitent de l’instabilité du monde et du regain des tensions”

      http://www.bastamag.net/Le-commerce-international-des-armes-est-florissant-a-quand-plus-de-controle-et

        +6

      Alerter
    • fouineur // 22.01.2016 à 22h56

      La “lutte contre le terrorisme” telle qu’elle est pratiquée par les USA depuis 15 ans – et dans son sillage, par l’un de ses états satellites les plus notoires, la France – revient un peu à verser du kérosène sur le feu pour l’éteindre. J’étais versé à croire que c’était par incompétence. Mais comme le dit fort justement le proverbe : Errare humanum, perseverare diabolicum. C’est tout sauf fortuit : cette guerre qui n’est pas faite pour être gagnée fait faire des affaires aux marchands d’armes. Et sert les intérêts géopolitiques de certains (toujours les mêmes d’ailleurs et cela devient très lassant)

        +13

      Alerter
    • lvzor // 22.01.2016 à 23h47

      ” suspension de l’Etat d’urgence est liée à l’éradication de Daech”

      Donc on compte sur Poutine pour sortir de l’état d’urgence… 😀

      A part ça, la question de la prolongation sine die de l’état d’urgence est bien utile pour démasquer des gens qui s’avèrent radicalement, viscéralement ou congénitalement fascistes…

        +14

      Alerter
  • James Whitney // 22.01.2016 à 15h19

    Boucle infinie :

    Intervention militaire au monde musulman (civils tués et nouvelles recrues pour Daech) -> attentats au monde occidental (civils tués et états d’urgence donc terminé les libertés) -> intervention militaire au monde musulman (civils tués et nouvelles recrues pour Daech) -> …

    Trou noir.

      +22

    Alerter
    • Deres // 22.01.2016 à 17h48

      Le problème vient aussi du fait que l’état français est aussi faible en interne qu’il est fort en externe. Alors que les bombardements sans pitié s’enchaînent à l’extérieur contre ceux qui ne vont pas dans le droit chemin, la même attitude a toujours été traité avec laxisme chez nous. Il n’est pas étonnant que les terroristes se retrouvent dans des petites frappes connaissant bien notre système judiciaire mais ayant toujours bénéficié de sa générosité.

        +2

      Alerter
      • FBH // 22.01.2016 à 22h10

        Je ne suis pas sûr de comprendre le sens des “petites frappes connaissant bien notre système judiciaire”.

        Si votre souhait c’est toujours plus d’état d’urgence contre les personnes racisées et vivant dans les banlieues, et subissant constamment la violence policière avec la bénédiction des médias dominants, soyez tranquille ; cela existe.

        http://lmsi.net/Une-bavure-mediatique

        Je ne saisis pas le sens de la force que vous souhaitez à nos dirigeants pour l’intérieur du pays.

        Concernant la force que vous supposez de notre État à l’extérieur, s’il s’agit du pouvoir de bombarder des populations sans discrimination, hommes, femmes, enfants, animaux, j’aurais tendance à appeler ça de la lâcheté.
        Avec les défaites de 39-45, d’Indochine ou d’Algérie j’ai du mal à apprécier la force française. (sans justifier par ces exemples les massacres français en Indochine et en Algérie)

        Quant à la générosité de notre système judiciaire, elle profite en premier lieu à ceux qui légifèrent, à ceux qui ont les moyens d’acheter l’action judiciaire
        http://www.acrimed.org/Tentative-de-baillonner-la-critique-des-sondages-un-observatoire-menace
        et enfin à ceux qui sont le bras armé, les policiers et les militaires.

          +21

        Alerter
  • Eric // 22.01.2016 à 15h22

    Pour rappel sur les dangers de l’État d’urgence permanant…

    http://puissantsetmiserables.fr/2015/11/16/hitler-democratie-et-etat-durgence/

      +8

    Alerter
  • Spectre // 22.01.2016 à 15h32

    Tiens donc ! Comme par hasard, juste quand le mouvement social commence à se réveiller avec de multiples luttes en cours (Goodyear, éleveurs, taxis, etc.).

    Quant au prétexte de “c’est l’opinion qui le veut,” ça me fait bien rire. On ne lui a rien demandé sur la prolongation de l’état d’urgence, pas plus qu’elle n’a été consultée pour la réforme de la Constitution. Les sondages bidon réalisés sans le moindre débat public n’ont aucune valeur. Chiche de faire un référendum pour voir si on retrouve bien les prétendus 94% de pour ??

      +50

    Alerter
  • Ananass Romanoff // 22.01.2016 à 15h39

    Pour des raisons électorales et de sondages? Suis pas dans les secrets, mais je suis sûr que Le Nouvel Obs n’explore pas toutes les raisons « cachées »… Au moins, en Tunisie, les choses sont carrément claires: http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/tunisie-couvre-feu-nocturne-dans-toute-le-pays-56a21c9a3570b38a584b8264

      +8

    Alerter
  • Charlie Bermude // 22.01.2016 à 16h03

    Si l’état d’urgence dure jusqu’ à la défaite de Daesh , on est pas prét d’en voir le bout . D’autant que je soupçonne que ce ne soit qu’un prétexte .
    C’est une guerre longue et couteuse , il faudrait 1 million de $ par téte de djihadiste , alors qu’un terroriste ne coute que 400$/mois ( avec quelques acotés ).Bien que réduit de moitié il s’en renouvelle , 3 fois plus que l’armée Syrienne n’en trucide ,pourtant elle se surpasse , et vu la surnatalité des surnuméraires qui a sévit dans les pays Arabes , y a une bonne réserve .
    Une solution , fermer les frontiéres , inconvénient çà passe par les émirs et Saoud , ou çà se deverse en Europe , auquel cas c’est plus une urgence mais une situation longue .

      +5

    Alerter
  • Louis Robert // 22.01.2016 à 16h10

    Courage, citoyens!

    Cela n’a pour but que de donner aux citoyens français un avant-goût du NDAA (National Defense Authorization Act) impérial, qui autorise l’utilisation des forces armées pour procéder à l’arrestation et à la détention de tout citoyen américain soupçonné d’être un terroriste ou complice d’actes terroristes, sans procès et indéfiniment, à savoir jusqu’à “la fin des hostilités”.

    (” “The military can indefinitely detain without trial any U.S. citizen deemed to be a terrorist or an accessory to terrorism. And suspects can be shipped by the military to our offshore penal colony in Guantanamo Bay and kept there until “the end of hostilities.” It is a catastrophic blow to civil liberties. “)

    Chris Hedges, “Why I’m Suing Barack Obama”

    http://www.truthdig.com/report/item/why_im_suing_barack_obama_20120116

    Et pourtant… comment s’en dire surpris? Tout cela se prépare depuis si longtemps, au su et au vu de tous et à nous en crever les yeux chaque jour: conflits permanents, guerre perpétuelle… état d’urgence à perpétuité. Oh! l’impeccable cohérence!
    .
    Coraggio !

      +34

    Alerter
  • caliban // 22.01.2016 à 16h21

    Récapitulons : on a un monarque qui part en guerre contre la Syrie qui ne lui a rien fait et qui du coup fait de sa propre population une cible. En guise de remède, une mise entre parenthèse de la démocratie, de la séparation des pouvoirs.

    Le capitaine de pédalo navigue à vue et espère accoster en 2017. Cela ressemble furieusement à une politique d’amateurs…

      +10

    Alerter
    • FifiBrind_acier // 22.01.2016 à 21h03

      caliban
      Mais pas du tout! Tout cela est parfaitement normal, l’ Occident éclaire le monde de sa bienveillance, il veut répandre la démocratie partout, enfin, pas à Kiev, ni au Qatar, ni en Arabie Saoudite, ni en France, ni en Turquie, faut pas pousser quand même…

      Et pour cela il faut soutenir “l’opposition démocratique” qui combat Assad, c’est logique.
      D’accord, ils sont un peu excessifs parfois, ils décapitent , ils balancent les homosexuels du haut des immeubles, ils refilent les armes qu’on leur livre à des vrais méchants, pas démocrates du tout, ceux là; mais sinon, ce sont de grands démocrates… , c’est la vraie opposition en Syrie, puisqu’on vous le dit, et que la prochaine réunion de Genève la semaine prochaine doit faire ” Assad partir “…

      Et voilà que cet abruti de Poutine nous bombarde “nos démocrates à nous” ? Halte là!
      Déjà qu’il met du polonium dans les tisanes, qu’il mange des enfants au petit déjeuner, il vient nous mettre le boxon dans nos projets démocratiques ?

      Maison Blanche :
      ” Les frappes aériennes russes sont assez efficaces pour mettre le plan de paix en danger “.
      Et la paix, ben c’est comme la démocratie, l’Occident y tient beaucoup.
      Et vous êtes priés de n’en point douter, sinon, on vous colle une fiche S. Voilà.

      Syrie-repositionnements de fin de partie
      http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6773

        +17

      Alerter
  • Vénus // 22.01.2016 à 16h24

    Evidemment la vrai raison de l’état d’urgence n’est pas DAESH. L’Etat d’urgence peut être utile en prévision d’une grande crise, on est en pleine période de récession économique, le prix du pétrole est en chute libre, il suffit d’une moindre panique boursière pour que tout le système financier s’écroule comme un chateau de cartes. L’état d’urgence peut être utile pour faire passer le TAFTA, enfin. Pourquoi pas ce printemps ou été? Il peut être utile pour des réformes très impopulaires qui se mettent déjà en place, tant dans le domaine de la santé, que de l’emploi, allocations sociales.

      +75

    Alerter
  • Crapaud Rouge // 22.01.2016 à 16h55

    Mazette ! On n’aura jamais vu une telle détermination de la part d’un gouvernement !!!

    “Tant que la menace est là, nous devons utiliser tous les moyens”” : Il ne nous reste plus qu’à convaincre nos politiques que nous sommes aussi menacés par, (au hasard), la finance, les multinationales, l’UE et son euro, et notre bien aimé gouvernement utilisera “tous les moyens” pour nous en protéger. Bref, son truc prouve par A plus B qu’il faut tuer des gens pour être “écouté”.

      +16

    Alerter
  • Crapaud Rouge // 22.01.2016 à 17h00

    On voit bien qu’ils nous enfument et entubent dans les grandes largeurs. Parce que l’on savait depuis le début que “la menace” n’allait pas disparaître en 3 mois. Alors, pourquoi ce délai de 3 mois ? Pourquoi n’ont-ils pas immédiatement discuté d’une durée devant se compter en années ? Parce qu’ils savaient que ce serait “inacceptable”. Alors, pourquoi prolonger ? Parce que, maintenant, c’est déjà un peu plus “acceptable”. A ce train-là on cassera bientôt “de l’arabe” au fond des commissariats, tout le monde le saura, personne ne pourra rien dire, et personne ne dira rien.

      +17

    Alerter
  • step // 22.01.2016 à 17h00

    Du confort malsain de l’état d’urgence… On voit aussi tout le courage de nos politiques qui n’osent plus en sortir pour ne pas risquer de se faire reprocher un quelconque laxisme avant le prochain attentat (qui aura lieu, état d’urgence ou pas). Preuve aussi si il en est qu’aucune décision politique n’est à l’abri de polémiques politicardes, y compris celle de rendre à la population les libertés dont elle avait été privée.

      +4

    Alerter
  • Nicolas Anton // 22.01.2016 à 17h10

    Je crains que les Valls, Hollande ou Sarkozy existent encore pour longtemps. Une fois encore avec l’état d’urgence le système se défend.

    Ils sont là pour maintenir un système qui forme des citoyens dont l’échelle des valeurs – quelques soient les affaires, le niveau de corruption, la mauvaise foi intellectuelle, le désastre économique et social, les ministres voleurs ou trafiquants, l’endettement, les guerres chez les autres, la misère chez les autres et les sponsors du PSG – ne se trouve jamais perturbée.
    Je suppose que notre éducation nationale y est pour beaucoup dans cette fabrique de population, 15 millions* peut-être, qui ferme les yeux sur tout ça.
    J’imagine assez leur personnalité faite de déni et d’indifférence pour protéger leur moi, électeurs superficiels et légers en quête d’un mensonge qu’ils pourraient croire le temps d’un vote.

    *Sur 45 millions d’électeurs inscrits, 65% votent au présidentielles, soit 29 millions et parmi eux 51% votent système, soit 15 millions.

      +19

    Alerter
    • Mlle Spin // 22.01.2016 à 17h54

      Être gouverné

      « Être gouverné, c’est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, réglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estimé, apprécié, censuré, commandé, par des êtres qui n’ont ni le titre, ni la science, ni la vertu… Être gouverné, c’est être, à chaque opération, à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, licencié, autorisé, apostillé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé. C’est, sous prétexte d’utilité publique, et au nom de l’intérêt général, être mis à contribution, exercé, rançonné, exploité, monopolisé, concussionné, pressuré, mystifié, volé ; puis, à la moindre résistance, au premier mot de plainte, réprimé, amendé, vilipendé, vexé, traqué, houspillé, assommé, désarmé, garrotté, emprisonné, fusillé, mitraillé, jugé, condamné, déporté, sacrifié, vendu, trahi, et pour comble, joué, berné, outragé, déshonoré. »

      Pierre-Joseph Proudhon, Idée générale de la Révolution au dix-neuvième siècle, 1851.

        +21

      Alerter
  • benoi31 // 22.01.2016 à 17h11

    Pour ceux qui veulent faire quelquechose, il y a une manifestation le 30 Janvier contre l’état d’urgence permanent : http://paris.demosphere.eu/rv/44383

      +23

    Alerter
  • Subotai // 22.01.2016 à 17h11

    J’ai juste une question:
    Quel sont les critères de la défaite de DAESH ?

    Parce qu’on se souvient tous de “Mission Accomplished !”

      +17

    Alerter
  • christian gedeon // 22.01.2016 à 17h22

    je me fous comme de l’an 40 de l’état d’urgence,attendu que l’état n’a de toute façon plus les moyens d’assurer un ordre minimum… dans les zones à risques. Ce qui me fait marrer,c’est jusqu’à la défaite de Daech… ah boooooon? Et pas de Nosra,et pas de Jound el Cham,et pas Ahrar el Cham? et pas de tus ces groupes qui dans l’horreur n’ont as fait moins que Daech? Plaisantin,va!

      +16

    Alerter
    • Spectre // 22.01.2016 à 17h48

      Ben non ! Al-Qaïda, ce sont les gentils “modérés” que les méchants Russes bombardent à tort, dixit notre ministre cumulard M. Le Drian. Eux ne posent pas problème et n’ont jamais organisé d’attentats en France dans les locaux d’un journal. Faut suivre un peu !

        +14

      Alerter
    • Chris // 22.01.2016 à 19h10

      Les criminels que vous mentionnez sont pompeusement invité aux pourparlers de changement de régime en Syrie.
      En d’autres termes, AL QAIDA (et l’EI, car il s’agit bien d’eux) est invité par les Occidentaux pour régler la succession de Bachar Al Assad !!!
      A se taper la tête.

        +8

      Alerter
  • grub // 22.01.2016 à 17h23

    Bon je ne vais pas me répéter sur la dictature rampante qui s’installe dans notre pays mais sinon il n’y a que moi que ça choque de lire une guerre impitoyable ?
    C’est fini, on a plus ni respect ni pitié pour nos ennemis ?
    Si c’est ça les nouvelles valeurs de la république c’est sans moi, merci.

      +13

    Alerter
  • TuYolPol // 22.01.2016 à 17h27

    Donc, état d’urgence tant que Valls et réciproquement.
    Pas fatigué, le bougre. Il ne reste pas grand monde à sa droite.
    Mais est-ce que les gens ont envie d’autre chose ? Non, finalement, tant que l’anxiété est entretenue ça passe. Ce n’est au fond que la suite logique du doux babil du JT et de l’intoxication permanente.

      +14

    Alerter
  • tom joad // 22.01.2016 à 17h43

    Bon je sais, “comparaison n’est pas raison “, mais “merde, quand même”, Goebbels, sors de ce corps : https://www.youtube.com/watch?v=Ps4uGMLOqj4

      +15

    Alerter
  • Alain // 22.01.2016 à 18h22

    La logique est donc aussi de suspendre Shengen pendant la même période et donc ipso-facto la mort de Schengen que certains estiment devoir entraîner l’UE elle-même

    Et l’Europe montera -t-elle au front contre une telle décision comme elle est vent debout contre la Pologne? Ou démontrera-t-elle une fois pour toute que la France et l’Allemagne peut tout se permettre quand les autres pays sont sous tutelle?

    La France pourra se vanter d’avoir bien contribué à vaincre l’UE à défaut de vaincre daech

      +4

    Alerter
  • Emmanuel // 22.01.2016 à 18h26

    Un enquête préliminaire pour des faits liés (supposément) au terrorisme sur 3021 perquisitions ça fait 0,03 %, de quoi louer l’état d’urgence, en effet.
    Remarquez, si François Hollande pouvait faire baisser le chômage de 0,03 % chaque mois, ce serait déjà un progrès.

      +13

    Alerter
  • Nicole // 22.01.2016 à 18h36

    La manoeuvre est cousue de fil blanc en effet , je suis d’accord avec Deres :” l’important n’est pas d’agir mais de montrer qu’on agit” . Il est à craindre que nos zigotos n’aient en effet l’inconscience et l’indécence de prolonger l’état d’urgence.

    Je me pose une question importante : en cas de problème majeur comme à Cologne la police sera t’elle aussi débordée et dans l’incapacité d’agir qu’elle l’a été en Allemagne ? Et si oui aura t’on le culot de nous dire que c’est parce qu’elle était déjà mobilisée ailleurs, dans le cadre de l’état d’urgence, justement ?

    Cologne est un révélateur impitoyable sur le plan politique et sur le plan idéologique : quel choix de société vont être faits, quels mots seront employés pour les définir et les défendre (on espère que ce ne sera pas : “taisez vous ??”), quels moyens seront pris ? Et cet épisode , qui fait déjà date dans toute l’Europe, révèle aussi au grand jour la gravité des conséquences des faiblesses et des compromissions précédentes.

    Mais c’était juste une question, bien sûr. Des choses beaucoup plus graves occupent ces messieurs . Ils font la guerre, eux, ce sont là des affaires graves et des affaires d’hommes !

    Je pense donc que les femmes vont devoir se saisir de la question et obliger à la traiter à un niveau transversal international, en établissant des alliances reposant sur des valeurs partagées et non sur des jeux de pouvoirs ou de partis. Formidable défi , qui transcende les minables querelles actuelles .

      +7

    Alerter
    • fouineur // 23.01.2016 à 05h38

      “Ils font la guerre” ? Le colonel retraité ex commandant de base aérienne (aurait il gardé des contacts auprès d’officiers en activité qui lui auraient filé l’information ?) Régis Chamagne, nous dit qu’ils bombardent des casernes vides (voir son interview de décembre 2015 sur Méta TV). On ne va tout de même pas casser le jouet commun de ceux qui arrosent notre pays de pétrodollars et de nos Maîtres du Monde à la Destinée Manifeste, Stratèges du Chaos de leur état. Quand même !

        +3

      Alerter
  • Ardèchoix // 22.01.2016 à 19h02

    Afin de rassurer les passagers du Titanic, le capitaine a décidé de maintenir l’état d’urgence jusqu’à la fonte total de l’iceberg .

      +27

    Alerter
  • Charlie Bermude // 22.01.2016 à 19h20

    Un fait , comme quoi , en politique , tout se vend . Pour autant attendez la chute avant de vous pendre .
    A Bucarest il existe un projet pour construire la plus grande Mosquée d’Europe , dans le quartier résidentiel , avec espaces verts et tout çà . Je suppose que les commissions pour politiques sont en rapport . Bien qu’il n’existe pas de musulmans en Roumanie , mais çà peut venir avec ces vagues d’immigrés . La chute , c’est que çà passe mal dans l’opinion publique déjà échaudée par un autre éléphant blanc , le Palais de Ceaucescu , qui représente le quart de la dette du Pays , un boulet pour le long terme et dont on ne sait pas quoi faire . Il se pourrait que çà ne passe pas du tout , d’autant que le premier ministre socialiste a quelques pb de soupçons de corruption qu’il n’arrive pas à régler . Je me demande si en fin de compte ils ne sont pas plus avancés que nous , au sens de camembert , avancé . Avec les asticots dedans .

      +5

    Alerter
  • SanKuKai // 22.01.2016 à 19h23

    Pour juger de l’efficacité de la methode de lutte contre le terrorisme, il suffit de se rappeler qu’après le 11 septembre 2001, George Bush, les USA et leurs alliés ont officiellement déclaré la guerre au terrorisme avec pour but “officiel” de l’éradiquer de la planète.

    On voit le résultat…

      +9

    Alerter
  • loki // 22.01.2016 à 19h30

    Depuis l’état d’urgence voici une anecdote que m’a racontée une copine prof : dans un lycée provincial, un des 2 accès à la cantine a été empêché de l’extérieur. Pour ceci la clenche extérieure d’une porte donnant sur un hall peinturluré (dans lequel les étudiants ont une petite zone de repas et de travail abritée) a été enlevée. Cela oblige ainsi le terroriste moyen à affronter la porte d’entrée principale pas spécialement surveillée.
    Aux heures de repas pourtant, le flux allant à la cantine doit emprunter les 2 accès. Alors la porte condamnée est ouverte et coincée à l’aide d’une chaise pendant en gros près de 2 heures car on ne peut plus utiliser la clenche de l’extérieur. Les étudiants qui mangeaient dans le petit hall ou ils faisaient leurs devoirs ont dénoncé à leur Direction cette situation aberrante de chauffer une pièce dont l’issue est ouverte au moment où ils y séjournent dans les courants d’air et le froid polaire actuel. La réponse solennelle faite sans rire par la Direction que “au regard des contraintes de protection à l’égard des attentats blabla” peut laisser songeur ceux dont l’esprit critique se manifeste.
    Si l’état d’urgence persiste, le nombre des enrhumés va augmenter au même rythme que l’émission excessive de CO² !

    Quand on pense qu’à la place des voeux d’année nouvelle au personnel la ministre de la rééducation nationale a juste mailé les liens vers les sites web aidant les profs à parler des attentats ! Sic transit Gloria Mundi !

      +6

    Alerter
  • Varenyky // 22.01.2016 à 19h36

    Le prolongement de l’état d’urgence permettra de justifier les mauvais résultats économiques et l’augmentation du chômage, et d’ici 2017 de mettre en place des taux de corrections sur les chiffres basés sur ” l’embellie économique” constatée juste avant le 13/11/16 et qui n’a pu se poursuivre à cause des attentats.
    Ainsi sera présenté le menu complet,
    nous vous avons protégé et nous avons remis en route l’économie, malheureusement des événements extérieurs, ont fossé la donne.

    Vous connaissez la blague qui se raconte entre les anciens élèves des grandes écoles sur la différence entre HEC, Sciences Po et l’ENA qui ont formaté nos “élites”:
    HEC forme à tromper les gens,
    Sciences Po forme à tromper les gens et leur dire que c’est de leur faute,
    l’ENA forme à tromper les gens, leur dire que c’est de leur faute et qu’il doivent en être heureux.

      +7

    Alerter
  • Louis Robert // 22.01.2016 à 19h39

    “Tant que la menace est là, nous devons utiliser tous les moyens”

    +

    Observations anodines:

    1. Et faire la paix, alors?
    2. Et négocier un règlement global, acceptable par tous et durable (avec désengagement), alors?
    3. Et négocier une trêve permettant la réalisation de 2 puis de 1, alors?

    S’il n’est jamais question de 1-3, comment peut-on prétendre sérieusement utiliser “TOUS les moyens”?

    Si les seuls moyens utilisés sont guerriers en quel sens sont-ils “TOUS les moyens”?

    Et s’il était absurde d’utiliser, encore et toujours, les seuls types de moyens qui ont échoué (et parader le Charles de Gaulle en plus… ) dans le fol espoir de vaincre?

    Nous agonisons de ne pas parvenir à nous renouveler politiquement.

      +6

    Alerter
  • jules // 22.01.2016 à 20h33

    L’état d’urgence c’est comme la dette. La dette alimente la dette, donc impose la nécessité de toujours plus s’endetter (sous-entendu : pour alimenter le service des intérêts). — La lutte contre le terrorisme alimente le terrorisme, donc impose la nécessité de toujours plus lutter, de toujours plus état-urgentifier (sous-entendu : pour alimenter la coercition, la mise sous séquestre de l’ensemble des libertés).

    Dans un cas comme dans l’autre, le but n’est qu’un moyen, on renverse la cause et la conséquence et on dissimule l’objectif réel ou, pire, on le vend comme une sorte de dégât collatéral incontournable, une fatalité publique, un peu comme le principe du péché originel ou la face cachée de la lune.

    Non seulement ce type est un crétin hystérique, non seulement ce type est une crapule, non seulement ce type est bouffé par l’arrivisme débridé typique de la haine noire et du ressentiment le plus crasse, mais encore ce type est un fou dangereux. En deux mots : un facho.

      +5

    Alerter
  • Kiwixar // 22.01.2016 à 20h53

    “Pour François Hollande, qui a échoué sur le plan économique et social, la carte “lutte contre le terrorisme” est devenu son atout politique le plus précieux, pour le pas dire le seul.”

    A mon avis, les élections de 2017 ne sont pas uniquement le but recherché, et j’ai du mal à croire qu’Hollande puisse rêver d’avoir une chance quelconque, même en magouillant pour se retrouver face à MLePen au second tour. On voit aux USA de grosses surprises (Trump, Sanders, Hillary qui risque de ne pas être nominée), et on aura le même rejet de la bouillie Narko-Juppé-Hollande en France où la situation économique atteint des niveaux catastrophiques au point que le gouvernement n’essaie plus de sauver les emplois mais tente (avec ses petits bras cassés) de faire survivre les entreprises (ah, une prime de 2000 euros pour le recrutement d’un SMIC, le Graal attendu par TOUTES les entreprises qui n’attendaient que ça, voilà LA solution).

    Le problème est de tenir jusqu’en 2017 en terminant tranquillement de vider la cave à vin de l’Elysée avant de tirer sa révérence et de revenir à son niveau de compétence (notable de province, ou club de ping-pong de Corrèze) : l’état d’urgence permettra de mettre Cantona au trou pour “terrorisme” (mettre en danger le système bancaire en faisant peur aux déposants), et de faire des perquisitions “administratives” chez tous les meneurs sociaux quand le rideau des banques sera fermé et que la population demandera des comptes à tous ces traîtres ayant vendu la France à l’oligarchie transnationale.

      +20

    Alerter
  • Alberto // 22.01.2016 à 21h21

    Une pétition contre l’état d’urgence permanent :
    http://www.nousnecederonspas.org/
    C’est toujours mieux que rien et on aura l’impression d’être moins seuls à se faire avoir.

      +6

    Alerter
  • TienTien // 22.01.2016 à 22h12

    Il se murmure déjà que l’état d’urgence sera prolongé jusqu’en juillet 2016 sous le prétexte de l’Euro2016. Si, par malheur, un attentat terroriste devait avoir lieu dans le courant de cette année, on passera allègrement à l’état de siège. Ils en rêvent, ne vous faites aucune illusion !

      +6

    Alerter
  • Olympi // 22.01.2016 à 22h13

    Le problème avec les deux, Hollande et surtout Valls, c’est qu’ils se prennent vraiment au sérieux.
    J’ai envie de lui dire « Vas-y pète un coup, ça ira mieux mon gars ».
    On parle quand même que d’une centaine de mort alors qu’une bonne grippe ça tue plus de 10.000 personnes par an ! C’est malheureux 100 morts mais c’est pas ça qui empêche un état de fonctionner et une population de vivre.

    Et pour se détendre : https://www.youtube.com/watch?v=-Wbc9xoIOR8

      +2

    Alerter
    • Kiwixar // 22.01.2016 à 23h37

      “On parle quand même que d’une centaine de mort”

      Oui, mais au niveau juridique, la mort d’une seule personne par manquement ou négligence du gouvernement peut amener le Sinistre de l’Intérieur ou le 1er Sinistre devant les tribunaux (voir l’affaire du sang contaminé). Ils sont donc quelque part obligés d’en faire un peu plus que nécessaire pour pouvoir arguer d’avoir pris toutes les mesures.

        +2

      Alerter
    • Catherine // 23.01.2016 à 13h12

      Et les morts par médicaments 10 000 ( et 130 000 hospitalisations/an), par erreur médicale 20 000,
      par cancer 150 000.

      Oui on peut relativiser les menaces.

        +3

      Alerter
      • Patrick Luder // 23.01.2016 à 20h46

        Mortalité en France (540’000 en 2010) :
        27% , 150000 : cancer
        26% , 140000 : maladies cardio-vasculaire
        11% , 95000 : drogues
        10% , 55000 : obésité
        6% , 32000 : diabète
        etc.
        etc.
        etc.
        1.5% , 8000 : radiations
        0.03%, 200 : terrorisme

        => Bon alors ou sont les priorités ???

        source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mortalité_en_France

          +3

        Alerter
  • Philibert // 22.01.2016 à 23h54

    L’état d’urgence sera utilisé contre le Peuple français. Il pourrait durer au moins vingt ans, comme le plan Vigipirate qui a été mis en place en 1996 pour le résultat que l’on sait. Nous étions dans un régime de monarchie constitutionnelle et nous nous dirigeons tout droit vers un régime de dictature constitutionnelle.

      +11

    Alerter
  • FifiBrind_acier // 23.01.2016 à 06h27

    Sauf que dans le même moment Macron balance la fin des 35 heures, je suppose que les salariés sont davantage concernés par ce sujet qui les touche directement.
    Et le Gouvernement peut faire passer la prolongation pour 3 mois ou 6 mois…
    C’est la stratégie du choc de Naomi Klein.

      +3

    Alerter
  • matamaure // 23.01.2016 à 07h39

    Prolonger l’état d’urgence “jusqu’à la défaite de Daech” revient à l’instituer de manière définitive. Tout simplement parce que le terrorisme de l’Etat Islamique, tant bien même il sera battu militairement au Levant dans les prochains mois va se poursuivre pour des dizaines d’années sur toute la planète..

    Je n’évoque pas les rhizomes actifs en Libye, Nigeria, Yemen, Somalie qui sont bien entendu un danger pour l’avenir. Ce que je dit c’est que l’Ei s’inscrit désormais comme un mythe mobilisateur pour les générations futures qui rêveront de “pureté” islamiste. Et comme tout les mythes celui ci ne mourra pas, entrainant avec lui des centaines de djihadistes de parking, de terrasses, d’écoles…Hélas.

    Nous sommes entré dans une nouvelle histoire maudite : l’Ere de l’Etat Islamique. Seuls les morts verront la fin de l’Etat Islamique.

      +0

    Alerter
  • Macarel // 23.01.2016 à 09h51

    Plus un pouvoir est faible, plus sa légitimité s’effrite, moins il maîtrise la situation, plus il sombre dans l’autoritarisme.

    Et qu’est-ce qu’il y a finalement derrière tout cela : la peur, la peur de cet animal aux réactions imprévisibles, que l’on appelle le peuple.

      +8

    Alerter
  • Anton // 23.01.2016 à 11h31

    De la démocrature à la Tyranocratie…

      +5

    Alerter
  • Moshedayan // 23.01.2016 à 14h48

    Bonjour, à tous les visiteurs du site , courage, courage !
    Il fut un temps les socialistes français s’offusquaient, s’indignaient de “l’état d’urgence” en Pologne, et d’un général aux lunettes noires… qui finalement accepta le dialogue pacifique, discret mais efficace pour sortir son pays de la crise profonde…
    En France, nous avons maintenant un Président qui se croit général en chef, qui ne dit rien d’autres comme solution que “Non à Bachar..” “Oui aux bombes… et à “l’armement d’une “opposition démocrate en Syrie… “démocrate !!!” … et qui fut un temps aimait à se balader en “scooter” pour aller “voir sa belle” en mode “dolce vita”… Alors réfléchissons ! sur ces “socialistes” assez prétentieux pour donner 24h sur 24h des leçons de démocratie. Vive Moshe Dayan ! Courage, courage !

      +1

    Alerter
  • Patrick Luder // 23.01.2016 à 20h33

    ” une guerre totale, globale et impitoyable ” sans ennemis définissables …

      +0

    Alerter
  • Andrae // 23.01.2016 à 21h09

    *A la limite*, si Daesh représentait une force externe et interne avec bcp d’armes et de pouvoir, style à faire exploser des bons francais de souche n’importe quand et à répétition, on pourrait être d’accord avec cet ‘état d’urgence.’ Bon, cela se discute.

    Malheureusement, ce qui s’est passé à Charlie Hebdo, et dans les attaques à Paris, est pour le moins qu’on puisse dire, pas clair. Seul le Gvmt. et les médias incriminent dar-dar des ‘islamistes’.

    Qui ils sont, d’où proviennnent leur motivations, l’argent, les armes nécessaires, n’est jamais élucidé. Ils ont tués par des masses de policiers (SWAT teams aux USA) ou oubliés ou… Le folklore prend: ce sont des djihadistes fous. Dans quel réseaux ils tirent du support (fréquenter une mosquée n’a rien à voir), etc. est toujours laissé dans l’ombre. C’est l’ennemi invisible qui rode…pour faire peur…

    Amedy Coulibaly a été recu à l’Elysée, a rencontré Sarkozy.

    http://tinyurl.com/msmo5v2

    Cherif Kouachi a paru à la télé style ‘jeune super des quartiers’

    https://www.youtube.com/watch?v=eIM2pB2jb0Q

    pas n’importe qui! Des mecs avec un certain bagout, connus, fiers…et connus donc de tous les services…Merah est un autre mystère…

      +2

    Alerter
  • Qwazerty // 23.01.2016 à 21h25

    Bonjour
    La vidéo semble avoir été remise en place sur le site de la BBC… ça vaut des points
    http://www.bbc.com/news/world-europe-35375303
    Haut les cœurs.

      +0

    Alerter
  • Denis Monod-Broca // 24.01.2016 à 17h36

    “l’opinion ne comprendrait pas, en cas de nouvel attentat, qu’on ait baissé la garde”.

    Eh oui, s’il y a un dernier jour de l’état d’urgence il y a un premier jour d’après l’état d’urgence, et nul ne sait ce qui peut se passer ce jour-là.

    Ferdinand Loppe voulait supprimer la dernière voiture des rames de métro.

    Nos dirigeants veulent supprimer le dernier jour de l’état d’urgence…

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications