5Source : Youtube, Thinkerview, 19-02-2016

natacha-polony-600

Interview de Natacha Polony : Trahison, chien de garde, luttes des classes, cercle de pouvoir, Bilderberg, Trilatérale, Comité Orwell, mouvement violent, propagande, Etat d’urgence, Patriot act, Police de la pensée, Politique étrangère, Terrorisme, mouvements migratoires, Guerre d’Irak, Libye, éclatement des nations, radicalisation, Snowden, ACRIMED, presse écrite, préconisations.

Source : Youtube, Thinkerview, 19-02-2016

66 réponses à [Vidéo] Natacha Polony : Police de la pensée, journalistes en laisse ?

Commentaires recommandés

asheloup Le 06 mars 2016 à 09h08

Quand je vois comment elle a accueilli des invités comme Monique Pinson-Charlot lorsqu’elle était chez RUQUIER (ONPC c’est pas l’émission la plus normative du Paf ?) on se dit que la police de la pensée a plusieurs visages…

Elle est du genre à défendre sa classe sociale de petite bourgeoise qui se sent attaquée dès qu’on ose parler de lutte des classes. Polony, c’est la droite réac’ dans ce qu’elle a de plus odieux, car sous couvert de subversion, elle défend systématiquement l’ordre social bien établi (au Figaro et ailleurs). Prétendument anti-système mais de quel système parle-t-on ?

Ruffin, lui, est l’ambassadeur du journalisme qui se démerde et qui se bat avec ses faibles moyens, loin des hautes sphères médiatico-politiques. Et qui arrive à remotiver, à rendre enthousiaste. Allez voir son film, “Merci Patron !”, ça vaut mieux que l’intégrale de la pensée de la pseudo-anti-système Polony.

  1. Vladimir Le 06 mars 2016 à 07h48
    Afficher/Masquer

    Je remettais, je remettais et voilà que j’ai trouvé 1 heure et des poussière et je ne le regrette pas.
    J’étais assez méfient envers cette jolie fille, malgré son prénom qui sonne nostalgique pour moi. Mais là, ça va mieux. Elle se la joue, certes, mais elle dit aussi des choses justes en omettant de temps en temps d’appeler le chat par son prénom, mais on suit facilement son regard. L’intervieweur doit sortir “la kacha” chaude de ça bouche et se donner la peine d’articuler un peux mieux pour ceux qui comme moi ne sont pas des FDS (Français de souche), la langue c’est viscéral, on a beau étudier et vivre longtemps au pays, parfois on n’y arrive pas.


  2. asheloup Le 06 mars 2016 à 09h08
    Afficher/Masquer

    Quand je vois comment elle a accueilli des invités comme Monique Pinson-Charlot lorsqu’elle était chez RUQUIER (ONPC c’est pas l’émission la plus normative du Paf ?) on se dit que la police de la pensée a plusieurs visages…

    Elle est du genre à défendre sa classe sociale de petite bourgeoise qui se sent attaquée dès qu’on ose parler de lutte des classes. Polony, c’est la droite réac’ dans ce qu’elle a de plus odieux, car sous couvert de subversion, elle défend systématiquement l’ordre social bien établi (au Figaro et ailleurs). Prétendument anti-système mais de quel système parle-t-on ?

    Ruffin, lui, est l’ambassadeur du journalisme qui se démerde et qui se bat avec ses faibles moyens, loin des hautes sphères médiatico-politiques. Et qui arrive à remotiver, à rendre enthousiaste. Allez voir son film, “Merci Patron !”, ça vaut mieux que l’intégrale de la pensée de la pseudo-anti-système Polony.


    • AlainCo (@alain_co) Le 06 mars 2016 à 10h41
      Afficher/Masquer

      ou elle est juste pas d’accord avec vous?


      • asheloup Le 06 mars 2016 à 11h35
        Afficher/Masquer

        Et c’est son droit le plus strict.

        Ma critique ne portait pas là dessus.

        Aujourd’hui les néo-réacs se présentent comme anti-système alors qu’ils possèdent des relais énormes dans la presse. Finkie, Polony, Zemmour, Elisabeth Levy, Rioufol ont pignon sur rue.

        Citez moi un seul journaliste de la gauche critique (je devrais simplement dire : de gauche, car toute personne de gauche est nécessairement critique vis à vis du gouvernement) qui ait autant de relais qu’eux… Schneidermann et Mermet, pour ne citer qu’eux, ont été chassés des grands médias et se retrouvent exclusivement sur internet alors qu’ils faisaient un travail remarquable.


        • Furax Le 06 mars 2016 à 12h49
          Afficher/Masquer

          Ceux que vous comme le nouvel observateur et les Linderberg et autres dinosaures de l’ultra-gauche internationaliste, appelez “néo-réacs” sont ni plus ni moins que des gaullistes, des vrais.

          Gaullistes de droite ou de gauche, d’ailleurs. Polony vient d’une certaine gauche. Pas la vôtre certes, voilà tout.

          Et contrairement à ce que vous affirmez avec cette presse système dominante, ces néo-réacs n’ont pas des énormes relais. Ils ont très peu de relais hormis internet mais ce qu’ils disent correspond tellement à la réalité et à ce que pense la majorité des gens que tout le bruit médiatique des relais ultra-dominants des cercles de la raison et autre cercles de la gauche internationaliste sont devenus inaudibles, inopérants.


          • asheloup Le 06 mars 2016 à 15h42
            Afficher/Masquer

            Être Gaulliste dans les années 60, c’est être conservateur.

            Être Gaulliste cinquante ans plus tard, c’est être réactionnaire et dans la nostalgie de la “France d’avant”. Être progressiste, c’est vouloir au contraire que la France passe à autre chose et reprenne les rails du progrès (même si la sortie de route est violente !).

            Vous m’apprenez que le Nouvel Obs est devenu un journal de gauche (sans doute ce matin de bonne heure ?), je suis très heureux de l’apprendre… Mieux que cela, ils seraient internationalistes ! C’est pas dommage ! Moi qui pensait que c’étaient des sociaux-libéraux dans la stricte tradition du PS.


            • Furax Le 06 mars 2016 à 15h52
              Afficher/Masquer

              Sans blague ? Être pour une Europe intergouvernementale c’est être réactionnaire ? Penser que la nation est le seul cadre possible d’exercice de la démocratie c’est être réactionnaire ? Penser que le rôle de l’Etat est de faire prévaloir les intérêts du pays et non de le soumettre à des intérêts extérieurs (allemands, américains ou euro-machino-affairistes), c’est être réactionnaire ?

              En effet, selon vos termes, la majorité des français est aujourd’hui gaulliste et réactionnaire. Si gaulliste vous paraît suranné, vous pouvez dire souverainiste.

              Et enfin, je ne vois guère d’intérêt à dénier à la gauche libérale sa qualité de gauche. Que le PS ne soit plus socialiste c’est une chose mais il reste bel et bien de gauche.


            • asheloup Le 06 mars 2016 à 16h54
              Afficher/Masquer

              La vision de gauche de la souveraineté : Le peuple est le seul cadre d’exercice possible de la souveraineté. L’enjeu de la souveraineté ça n’est pas de la restituer au monarque présidentiel, mais au peuple.

              La vision de droite : la nation est le seul cadre d’exercice de la souveraineté. D’où la cinquième république qui est une structure quasi-monarchique dont le caractère démocratique est réduit à peau de chagrin, pour ne pas dire carrément dénié

              Et jusqu’à preuve du contraire, l’européisme est un souverainisme qui veut constituer une nouvelle nation, l’union européenne. Tout comme des nationalistes de leur temps ont voulu constituer l’Allemagne ou les USA, qui ont amené chacun à des désastres (impérialisme allemand et guerre civile américaine…)

              En ce qui concerne ce que pense la majorité de la population, je n’ai pas la prétention de le savoir, et finalement ça n’a que peu d’importance, je ne cherche pas le consensus.


            • Furax Le 06 mars 2016 à 17h33
              Afficher/Masquer

              L’esprit de la 5ème république c’est que le president se fait chaque fois que nécessaire relégitimer par le peuple en lui faisant valider par référendum les décisions les plus importantes et en dissolvant ou en démissionnant s’il a perdu le soutien du peuple. Ce n’est ni de gauche ni de droite. C’est du césarisme démocratique si vous voulez et ça permet de faire des politiques de gauche ou de droite.

              Le seul problème, c’est qu’un homme de gauche carriériste a dévoyé l’esprit des institutions en jouissant de tous les pouvoirs de sa charge dans en assumer les responsabilités. J’ai nommé Mitterrand qui a fixé un nouveau modèle dans lequel ses successeurs se sont coulés avec délice. Le modèle du morpion qui s’accroche coûte que coûte, a recours à tous les coups tordus pour durer même quand le peuple les vomit et les méprise, et tenter de se faire réélire en sacrifiant l’intérêt fondamental du pays.

              Pouvoirs immense et irresponsabilité absolue, ce n’est pas de Gaulle. C’est Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande.


            • olivier M Le 06 mars 2016 à 19h26
              Afficher/Masquer

              @Furax

              “Penser que le rôle de l’Etat est de faire prévaloir les intérêts du pays et non de le soumettre à des intérêts extérieurs (allemands, américains ou euro-machino-affairistes), c’est être réactionnaire ?”

              Oui, c’est reactionnaire dans un monde globalise, car irrealiste.

              Internet a cree un Monde collaboratif, le monde de la competition inter-nations est moribond.

              La robotique et l’impression 3D vont permettre la relocalisation des productions. Les idees ne connaissent pas les frontieres.

              Mais en effet, je l’avoue, vos idees ont des chances de provoquer une derniere guerre mondiale avant qu’un vrai liberalisme ne naisse.


            • Sum Tam Le 06 mars 2016 à 23h26
              Afficher/Masquer

              Vous dites: “La vision de gauche de la souveraineté : Le peuple est le seul cadre d’exercice possible de la souveraineté.”
              Vous avez parfaitement raison, c’est bien la vision de la gauche moderne et la source de nos malheurs.
              En effet le peuple n’est jamais souverain. Le peuple peut etre sujet sous une monarchie de type droit divin. Sinon il est meute ou il est une addition d’individualites. Ainsi il ne peut exercer aucune souverainete.
              On le remarque tres bien ujourd’hui ou le peuple oscille entre esprit de meute (l’esprit charlie par exemple) et defense acharnee de ses droits individuels. Pas facile de formuler une pensee collective dans ces conditions. Une meute ne pense pas et une pensee collective viendra toujours s’ecraser contre les interets individuels.
              Sans conscience collective la seule souverainete qui peut s’exprimer est celle du monarque.
              Sans la nation il n’y a donc pas de souverainete du peuple puisque c’est elle qui permet de passer de la pensee individuelle a la pensee collective et donc a la souverainete.
              La gauche moderne a detruit la nation. Je precise “la gauche moderne” puisque le nation n’a pas toujours ete l’ennemi du PS et du PC, loin de la!
              Dorenavant les puissants peuvent donc agir en monarques.
              C’est la souverainete du plus fort.


        • Surya Le 06 mars 2016 à 13h24
          Afficher/Masquer

          zemmour pignon sur rue ? Alors qu’il s’est fait virer d’i télé et que sa chronique sur rtl s’est réduite à peau de chagrin ? Le seul espace médiatique qui lui reste c’est une émission sur paris première que personne ne regarde.


          • asheloup Le 06 mars 2016 à 15h48
            Afficher/Masquer

            Entre RTL, Le Figaro Magazine, et son émission EN SON NOM sur Paris Première, on aura connu plus malheureux. Sans compter ses bouquins qui lui assurent une exposition médiatique considérable parce qu’il est invité sur tous les médias.

            Zemmour marche aux polémiques, il en a fait son fond de commerce. Et les médias s’en emparent à chaque fois qu’une nouvelle polémique surgit…


          • Dono Le 08 mars 2016 à 09h33
            Afficher/Masquer

            Perso je me marre ou je pleure quand j’écoute le réac Zemmour…il semble parfois si ridicule et décalé face à la réalité sociologique du pays…Certes il agite des peurs mais au final cela nous infantilise et favorise les votes à droite (conservateurs républicains ou FN)…Redevenons adultes et mâtures…le vrai sujet c’est d’abord la lutte contre la pauvreté!


        • Artiste Le 06 mars 2016 à 19h31
          Afficher/Masquer

          Mermet un fameux diseur de conneries sur la propaganda staffel du ps et de la nomenclatura qui gouverne ce pays.


  3. Da Viken Le 06 mars 2016 à 09h17
    Afficher/Masquer

    Pour confirmer tout ça…

    Vendredi dernier, 4 mars 2016, Mohammed ben Nayef Al Saoud, prince héritier et vice-Premier ministre d’Arabie saoudite depuis le 29 avril 2015, était en visite à Paris. Ce grand démocrate est fait grand officier de la Légion d’honneur par François hollande pour tous ses efforts dans la région et dans le monde pour la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme (source wiki)
    En avez-vous entendu parler ?


    • De passage Le 06 mars 2016 à 10h45
      Afficher/Masquer

      Pas étonnant dans un pays où il y a de plus en plus de récipiendaires pour la légion et de moins en moins d’honneur !


    • RAS Le 06 mars 2016 à 11h27
      Afficher/Masquer
    • LEFEVRE Le 06 mars 2016 à 11h46
      Afficher/Masquer

      Oui sur “Russie Aujourd’hui” où l’on trouve une excellente caricature qui met en parallèle l’EI et notre “chère amie” l’Arabie saoudite.
      Non seulement, il est bon à rien mais il déshonore la France, il nous déshonore…


      • vlois Le 06 mars 2016 à 12h04
        Afficher/Masquer

        Et il nous coûte cher ce président-fainéant comme lui ont signifié les agriculteurs lorsqu’ils étaient entourés et protégés de 5 cercles de garde du corps – 30 gorilles au minimum, parodie de monarque absolu.
        La légion devient une marque d’appartenance au club des prédateurs… tout comme le prix Nobel de la Paix. C’est une grosse inflexion qui date de Sarko et de l’accession aux pouvoirs des néoconservateurs.


    • Nerouev Le 06 mars 2016 à 11h51
      Afficher/Masquer

      On l’a appris par Sputnik. Il faut savoir aussi que la légion d’honneur à été offerte à Paul Kraig Roberts en 1987 par Edouard Balladur, une autre époque.


    • EAUX TROUBLES Le 06 mars 2016 à 13h34
      Afficher/Masquer

      Une excellente interview de Frédéric Pichon sur Russia Today :

      https://francais.rt.com/opinions/16708-france-sunnite

      “La rencontre entre le prince saoudien Mohammed ben Nayef Al Saoud et François Hollande a été ignorée par les médias parce que ce dernier ne veut pas faire plonger sa cote de popularité déjà très basse, estime le chercheur Frédéric Pichon.”

      Vraiment à lire…


    • hellebora Le 07 mars 2016 à 02h33
      Afficher/Masquer

      @Da Viken
      Je n’ai pas vérifié moi-même mais il parait que cela n’apparaît pas sur le site .gouv ni dans le JO (à vérifier). La lèche, oui, mais faire en sorte que cela ne se sache pas trop surtout


  4. Eric83 Le 06 mars 2016 à 09h22
    Afficher/Masquer

    Natacha Polony tient des propos de bon simple bon sens et pose un regard objectif sur les crises locales et globales, des vertus qui sont malheureusement particulièrement en voie de disparition chez les journalistes.

    Le propos et le terme surprenant qu’elle “lâche” à la fin de l’interview n’est, à mon sens, pas anodin du tout : “sa fascination pour le survivalisme”.

    La question de l’effondrement économique et financier et leurs conséquences incommensurables ne se pose plus, la question est quand… et comment tenter de s’y préparer si tant est que l’on puisse s’y préparer.


  5. philbrasov Le 06 mars 2016 à 09h48
    Afficher/Masquer

    N Poloni anime une émission sur paris première et s’intitulant polonium…
    un des derniers épisodes concernant la crise des migrants ( on y echappera pas cette annee..) est tout a fait hallucinant…Face a face deux pro-migrants et 2 anti-migrants. Outre le fait que le représentant d’amnistie internationale, trouve l’épisode de Cologne comme un détail dans cette crise…( passons…) la fin est surréaliste.
    extraits du dialogue :
    Promigrant : Y a juste une “solution” ( a la crise des migrants) que l’on a pas aborde. Beaucoup de ces gens( migrants) trouvent du travail en France. Allez sur toutes les plateformes du batiment , ( acquiescement du représentant de amnistie internationale,) on trouve que des syriens, que des moldaves…et on les prend… a 10 euro/heure. les 3/4 des gens travaillent…
    poloni : mais pardon , vous donnez raison au medef et a merkel..pour faire pression sur les salaires…( petite lucidité dans ce débat )
    réponse du pro- migrant : pardon ils prennent pas de travail aux français… la preuve je m’occupe d’une famille moldave.. depuis qu’ils sont français ils trouvent pas de travail…
    surréaliste…
    je regrette que Poloni n’ai pas insiste… tellement c’était gros.
    http://rutube.ru/video/6b6423319770391226a95b840d105a55/?ref=logo

    a la 23.40 eme minute…


  6. lanQou Le 06 mars 2016 à 09h58
    Afficher/Masquer

    Pas grand chose d’intéressant dans ce thinkerview malheureusement, où j’ai plus eu l’impression d’assister à la construction savante et artificielle de l’image de “rebelle” de Mme Polony qu’à un débat de fond sur le journalisme dont les constats sont ici plus que communs.
    Un récit trop centré sur la mise en scène de soi et pas assez sur les idées à mon goût.


    • Kiwixar Le 06 mars 2016 à 10h30
      Afficher/Masquer

      “construction savante et artificielle de l’image de “rebelle” de Mme Polony”

      “Pour contrôler l’opposition, il suffit d’être l’opposition” (Lénine).
      D’où la mise en avant de pseudo-opposition soigneusement calibrée (Mélenchon, FN) qui garantissent que “si on gagne, on va discuter avec l’UE”… ouais, comme Tsipras…. il a longuement “discuté”, ils ont dit “nein”, alors il a baissé son froc, préférant le sort à la $ingapour que le sort à la JFK.
      Polony, Tsipras, Mélenchon, le FN, ce sont des soupapes de sécurité pour s’assurer que les moutons restent soigneusement bien dans les paddocks avant de se faire tondre. Il n’y a rien à attendre d’une “opposition” qui est en tête de gondole dans les merdias. La solution est ailleurs, boycottée, annihilée par Wikipedia.


      • Christophe Vieren Le 06 mars 2016 à 12h01
        Afficher/Masquer

        Elle est où selon vous la solution ? Pas chez Mélenchon et FN. OK. Alors : ND ? LO ? NPA ? UPR ? PCF ?Ensemble ? Où tout “simplement” dans une insurrection du peuple (dont je rêve tout les soirs). Mais une fois l’insurrection terminée, que construire ? Avec qui ? Comment empêcher qu’une oligarchie (re)prenne le pouvoir sur fond de carriérisme politique ?
        Pour ma part, la 6e république est inévitable. Qu’y mettre ? Au peuple, éclairé, de décidé grâce à une constituante. Hélas, ca se bouscule pas autour du M6R pour se saisir de l’opportunité afin de préparer l’insurrection PUIS de partir sur de nouvelles bases réellement DEMOCRATIQUES. Je ne sais si cela surviendra avant ou après le grand chaos qui se prépare, mais je ne vois hélas pas d’autres hypothèses pour ne pas désespérer. Car :
        ” L’homme est devenu trop puissant pour se permettre de jouer avec le mal. L’excés de sa force le condamne à la vertu “ (Jean Rostand*, Inquiétude d’un biologiste, 1967) et le capitalisme, néolibérale a fortiori, est loin de promouvoir la vertu, hélas.


        • Kiwixar Le 07 mars 2016 à 06h47
          Afficher/Masquer

          Je ne sais pas où est la solution, peut-être dans la prise de conscience générale de toutes les arnaques (faux bipartisme, démocratie représentative, EURSS, euro, syndicats achetés, PCF-pro-capitalisme). Cette prise de conscience générale avance cachée, dans une lente maturation de tous les esprits, et permettra (je l’espère) une totale remise à plat d’un coup, sur un incident mineur, où les sans-dents diront “basta”.


      • Pepin Lecourt Le 06 mars 2016 à 14h02
        Afficher/Masquer

        Ce qui tue régulièrement la gauche c’est que lorsque vous prétendez être de gauche, il y aura toujours quelqu’un pour vous reprocher de ne pas être assez à gauche et de servir d’alibi à la droite, une course à la surenchère permanente qui en fait entretient la division et la parcellisation permanente de la gauche…pour le plus grand bonheur de la droite !

        A titre d’exemple la République Espagnole en 1936 en est morte, les Républicains étaient attaqués par les communistes qui étaient attaqués par les anarchistes tout en devant lutter contre les Franquistes qui ont amplement profité de ce que leurs adversaires s’entretuaient pour gagner la guerre civile.


    • asheloup Le 06 mars 2016 à 11h52
      Afficher/Masquer

      Une critique partagée par le (presque) journaliste d’Acrimed Martin Coutellier qui gratifie Polony d’un texte ironique et délicieusement acide :

      http://www.acrimed.org/Pourquoi-George-Orwell-aurait-adhere-a-Acrimed-par-Natacha-Polony


  7. sergeat Le 06 mars 2016 à 10h18
    Afficher/Masquer

    “les journalistes devrait lire ….”,ils devraient lire”l’histoire antique,romaine,du Péloponnèse…”.Ces quelles-que phrases démontrent le vide éducationnel de nos “guides”.
    La partie intéressante est dans l’explication de la “laisse économique” et de l’uberisation du journalisme,par contre les liens incestueux entre politique et journalisme n’est pas abordé surtout dans les lanceurs de “vecteurs d’idées” je pense aux Ocrent/Kouchner, DSK/Anne Saint-claire,Glucksman junior/Léa,Fabius/Baylet……


    • AlainCo (@alain_co) Le 06 mars 2016 à 10h52
      Afficher/Masquer

      l’incompétence journalistique je l’ai testé, et d’ailleur aussi l”ego fragile des académiques…

      Mon sujet c’est les LENr… vous aimez ou pas, mais quand les echos a fait un article sur le sujet j’aurais espéré qu’il creusent dans les regiostres du commerces anglais, pour analyser la structure du capital, les classes des actions, le prix de parts que Woodford fund a acheté , les projets NEDO japonais de Nissan/Toyota/MHI, le splans d’Airbus …

      mais non, il interview Biberian et un physicien à Tokamak et fait un articles.

      au moins le gars de La Tribune il a interviewé une dizaine de gars, même s’il a ignoré tout ce dont je parle.

      qur le génocide indonésien de 1965 j’ai le même style d’écho.

      je ne crois pas que ce soit seulement l’uberisation du journalisme (en fait l’article de la tribune est justement développé par une plateforme journalistique à la uber, mais plutot coopérative, et c’est l’un des seul bons articles sur le sujet)., mais un problème de culture éthique et de compétence.

      les journaliste francais sont idéologues et litéraires.
      les journaux sont idéologisés et ont l’honêteté de la Pravda sous Brejnev… il y a un peu de concurrence intélectuelle, mais le paysage idéologique francais est amputés d’une partie (rigolez pas, les libéraux… à pas confondre avec les néolibréaux qui sont des capitaliste de corruption et de rente adorateur de la puissance publique qui sauve leurs pertes et assure leurs monopoles en échange de financement politiques).


  8. Alae Le 06 mars 2016 à 11h00
    Afficher/Masquer

    Très bonne journaliste, intelligente, honnête, attachée à la déontologie du métier, pleine de bon sens et d’humanité, ce qui suffit à la faire traiter de “réac” par certains. Comme l’avait dit un jour Clémentine Autain dans un lapsus mémorable, “le bon sens, c’est une valeur de droite.”


  9. Fred Le 06 mars 2016 à 11h00
    Afficher/Masquer

    Dès les première secondes apparait cruellement l’impasse Polony – Orwell. Ce mental de journaliste français qui considère que quelques centaines ou milliers de followers et des “pairs amis de la corporation” sont un un succès incroyable.
    Cette totale séparation entre eux et le peuple lecteur auditeur non mentalisée par eux dans leur tour d’ivoire s’imaginant des élites indispensables et de grande qualité.

    Désolé, mais même si Polony dit des choses, et est bien entendu un peu différente des pires de ses pairs, le JOURNALISME comme vecteur d’information et d’analyse, comme contre pouvoir, et ce qu’elle ne peut comprendre comme pouvoir en soi nécessitant contre pouvoir, ne sortira pas de sa crise essentielle avec les journalistes, les Polony les Plenel ou que sais je.

    Le JOURNALISME renaitra de ses cendres à partir des et grâce aux non journalistes, et de leur public, dit autrement un peuple.

    Du coup, Thinkerview devrait peut être accélérer dans ce sens… Et songer à TED.


  10. tachyon Le 06 mars 2016 à 11h37
    Afficher/Masquer

    “Intervieweur” arrogant, prétentieux et donneur de leçon :

    Citations à partir de 38mn24s
    -la caste journalistique ne sait pas chiffrer ses mails
    -la caste journalistique a une connaissance parcellaire, voire vaporisée du milieu numérique
    -j’ai beau discuter avec eux la confidentialité, que vous pouvez mettre en danger toute une salle de rédaction avec une demi clé USB … y sont complètement à l’ouest
    -j’connais 2 journalistes dans le numérique qui font correctement leur boulot et on leur manifeste not’e respect
    -et (à 47mn 20s) il faut que la presse et les médias disparaissent (ouais à 100% ajoute-t-il), et d’ajouter encore “je vais délayer…”

    En conclusion :
    Monsieur l’intervieweur sait tout sur internet, sait tout faire sur internet et vous les journalistes vous êtes nuls….
    Ce genre de comportement et de jugement péremptoire est absolument contre productif quant au but visé (une information de qualité)


    • Thinkerview Le 06 mars 2016 à 13h55
      Afficher/Masquer

      Bonjour,

      On a bossé avec Jean Marc Manach ainsi qu’une chiée de journalistes,hackers,patron de boite dans le numérique, RSF, whistleblower, pour apprendre aux journalistes des techniques afin d’avoir 15 minutes de vie privée par jour… Le tout sponsorisé par un des plus gros groupe de presse Allemand. Pourquoi ? Pendant des années on a poutré pour le plaisir !

      Alors oui cette caste est à l’ouest, et oui nous on peut leur dire droit dans les yeux.
      On aide régulièrement des journalistes “d’investigations”, du moins ceux qui font correctement leurs taffs, d’ailleurs vous allez bientôt voir sur votre TV une nouvelle fine équipe endurcie et armée par nos soins…

      2% savent rester sous le radar, le reste sont des touristes.

      On dit et on fait les choses, à notre façon, et cela semble beaucoup plus productif pour faire évoluer cette caste.

      https://www.youtube.com/watch?v=EOnSh3QlpbQ

      https://www.youtube.com/watch?v=1I9vsm5BREo

      Thinkerview.

      Merci Tachron.


    • Thinkerview Le 06 mars 2016 à 14h04
      Afficher/Masquer

      J’ajoute qu’on a encore le temps d’aider des petits journalistes qui essayent de faire leur taff : https://www.kickstarter.com/projects/1587081065/nothing-to-hide-the-documentary/description

      Merci


    • vincent Le 06 mars 2016 à 14h34
      Afficher/Masquer

      Ah oui ils sont un peu brute, surtout lui, j’ai vu pas mal de leur vidéo, ils ont tendance à être cash. Cela me deplait aussi, mais bon cela n’enlève rien à l’intérêt de la vidéo


    • Olysh Le 06 mars 2016 à 14h37
      Afficher/Masquer

      N Polony ne dément pas le constat de l’intervieweur, elle le confirme et explique qu’elle même ne sait pas chiffrer ses mails.

      D’autre part elle acquiesce à deux reprises les propos de l’intervieweur, quand il cite Jean Marc Manach et quand il évoque qu’une demie clef USB peut mettre en danger toute une salle de rédaction.

      Je rajouterai qu’un post-it affichant les mots de passe de la rédaction de TV5 Monde devant les caméras des journaux télévisés suffit à montrer l’incompétence d’une grande partie des journalistes en matière de sécurité informatique.

      https://reflets.info/piratage-de-tv5monde-loperation-cyber-pieds-nickeles/


    • Pierre Le 06 mars 2016 à 15h13
      Afficher/Masquer

      Avant de travailler dans le spectacle, j’ai travaillé pendant 10 ans dans les réseaux informatiques. A titre informatif, je disposais en 1994 d’un accès à internet au sein de l’entreprise où je travaillais de 2 Mbit/s. Aujourd’hui encore je constate une ignorance assez généralisée face au fonctionnement des réseaux de données. Le ton de l’interviewer peut être considéré comme arrogant, c’est votre droit le plus strict, il n’empêche qu’il est loin d’avoir forcément tord. Ce n’est pas parce qu’on sait à peu près conduire une voiture que l’on est capable de monter une boîte de vitesses ou refaire une segmentation


  11. Zahir Le 06 mars 2016 à 11h50
    Afficher/Masquer

    Duperie et duperie, les deux faces d’une meme monnaie, d’une meme valeur dirais je! Tout en etant partie prenante et composante intégrale du systeme et particulierement de sa version méta-politique, elle feint s’en détacher et s’en démarquer, la polony est bien un petit produit de la sous-culture de duperie généralisée..qui arrive bientôt à expiration


  12. Olysh Le 06 mars 2016 à 12h04
    Afficher/Masquer

    Résumé de la première demi heure :

    – Le problème dans les écoles de journalisme ? Rien sur le parrainage par TF1 des écoles ou l’idée qu “on vend des journaux comme on vend des carottes” qui inonde les écoles.
    – Denis Robert ? Rien à dire sur l’indépendance des journalistes ou le journalisme d’investigation.
    – Paul Moreia sur l’Ukraine ? Rien sur la nécessaire pluralité d’opinion des médias.
    – Les intellectuels médiatiques ? Rien sur le déclenchement de 2 guerres et le va-t-en-guerre intellectuel médiatique.
    – Comment améliorer l’information ? Rien sur les chaînes Youtube comme celle qui l’invite, sur les sites d’information comme Les-crises.fr, la presse de combat (Fakir ou CQFD), les suggestions du Monde Diplomatique pour changer la presse etc.
    – La démocratie ? Pas un mot sur l’absence de représentation du peuple ou sur l’autoritaire Commission Européenne.
    – L’état d’urgence ? Déchéance de nationalité ? Rien à dire sur l’islamophobie.

    Natacha Polony n’est pas journaliste. Elle est agrégée de lettres modernes et ex prof de l’éducation nationale. Elle fait de belles phrases. Creuses et plates.


  13. John V. Doe Le 06 mars 2016 à 12h26
    Afficher/Masquer

    Ces gens ont des postes importants, des tribunes et relais innombrables voire des postes de direction d’émission dans des radios et journaux nationaux à grand tirage et ils se plaignent d’être muselés ? C’est réellement… orwellien.

    La liste des fondateurs se trouve dans un de leurs articles : “Benjamin Masse-Stamberger, Natacha Polony, Jean-Michel Quatrepoint, Alexandre Devecchio, Franck Dedieu, Emmanuel Lévy avec la participation de Guillaume Bigot.” http://comiteorwell.net/2015/11/22/comite-orwell-ne-pas-refaire-les-memes-erreurs-quapres-charlie/

    J’en prend un au hasard : “Jean-Michel Quatrepoint a notamment travaillé au journal Le Monde pendant onze ans, puis a dirigé les rédactions de l’Agefi, de La Tribune et du Nouvel Économiste avant d’animer, quinze années durant, La Lettre A” (wikipedia). Un vrai réprouvé, non ?


  14. John V. Doe Le 06 mars 2016 à 12h36
    Afficher/Masquer

    Tiens, le lien de 11h56 vers la délicieuse satire du comité Orwell par Acrimed vient de disparaître. Ce doit être une erreur de manipulation. En attendant que son auteur se manifeste, je le remet : http://www.acrimed.org/Pourquoi-George-Orwell-aurait-adhere-a-Acrimed-par-Natacha-Polony


    • Imagine Le 06 mars 2016 à 20h24
      Afficher/Masquer

      +2 John doe. J’ai déja eu sur ce site des difficultes a faire passer des posts doutant de l’idole polony. Je vois dans cette opération une manip de recup de la jacquerie anti main stream. OB fasciné par NP lui sert une fois de plus la soupe. C’est à cela qu’on voit les limites de la conviction. Polony, Orwell, Chomsky, cherchez l’intrus.


      • John V. Doe Le 07 mars 2016 à 19h31
        Afficher/Masquer

        On se calme !

        Je préférerais que les commentaires se fassent moinsser plutôt que jeter mais faut vivre avec.

        L’argument que j’ai entendu comme quoi le modo (qui n’était pas OB) n’a pas trouvé le lien drôle me semble léger mais pas de quoi en faire un scandale. D’autant que le mien qui le reprenait n’a pas subi les foudres de ce même modo qui s’est donc rangé à une opinion réitérée.

        Et rappelons-nous que ceci n’est pas un forum. Si les commentaires doivent être utiles pour ne pas se faire dégager, je trouve ça normal. Si le propriétaire des lieux a une opinion, il a tout a fait le droit de la défendre proprement. A nous de lire d’autres sites pour d’autres opinions.

        Merci à Olivier, à Dia Crisis et aux contributeurs pour ces articles. Merci aux modo qui se décarcassent pour nous laisser un fil lisible. D’autant que vos rétributions ne sont constituées que de nos “merci”.


  15. bluetonga Le 06 mars 2016 à 13h09
    Afficher/Masquer

    J’avais visionné l’interview il y a une semaine, le ton m’avait paru lucide et peu louvoyant. Je remarque pas mal de commentaires négatifs, qualifiant madame Polony de représentante du système à visage masqué, hypocrite et opportuniste voire manipulatrice.

    J’estime pour ma part que le ton est rafraîchissant, qu’on a affaire à une personne intelligente mais tiraillée entre deux mondes, celui d’un journalisme-caviar où on peut briller avec un joli minois et un zeste d’impertinence, et celui moins glamour du journaliste-terrassier où gratter la vérité ne rapporte qu’un salaire improbable, peu de reconnaissance et la perspective des tribunaux. Venant d’où elle vient, le simple fait de tenir les propos qu’elle tient ici devrait être porté à son crédit. Sa tartine est plutôt beurrée de l’autre côté, elle prend plus de risques à parler que nous à écrire.

    Par ailleurs, et également à son crédit: https://www.youtube.com/watch?v=58GcPBIiQcg


    • bluetonga Le 06 mars 2016 à 13h52
      Afficher/Masquer

      J’avais laissé un lien d’interview Polony – Phillipe de Villiers, sur l’émission Polonium. Il a été sucré par la modération, mais il suffit de le googliser. L’intention était simplement de montrer que Polony ne s’était pas contentée d’un bref éclat insurrectionnel isolé dans son interview à Thinkerview, mais qu’elle pouvait tenir ce type de raisonnement ailleurs, en faisant l’interview.


      • Blackisto Le 06 mars 2016 à 15h51
        Afficher/Masquer

        Merci Bluetonga pour votre commentaire qui résume bien ma pensée.

        J’ajouterai que pour être capable de s’unir contre le pouvoir et la bien-pensance dominante il faut être capable de reconnaître ses amis, ne pas être sectaire, ne pas discuter la forme et s’intéresser uniquement au fond – argument contre argument.


  16. Theoltd Le 06 mars 2016 à 13h54
    Afficher/Masquer

    Je ne supporte pas le ton de l’interviewer, et depuis, j’evite thinkerview. On aurait dit qu’il n’est la que pour se mettre en avant, racontant ses propres interviews passées, et posant des questions sur des livres qu’il est le seul a avoir lu (juste avant l’interview, évidemment). Aucune question directe, et des que ca devient intéressant, il zappe comme par hasard. Simplement énervant.


    • thmos Le 06 mars 2016 à 19h29
      Afficher/Masquer

      Cet interviewer en effet se “met en avant” maladroitrement mais on peut lui céder çà. Thinkerview est précieux, passionnant, divers, ouvert… si rare. La visibilté de leurs vids est regrettable comme négligée, leur site web abandonné… Mais ces débats sont passionnants (après les avoir enfin trouvés) bravo à leur travail, c’est exactement la télé de service publique qu’on nous refuse. Temps d’expression nécessaire, casting parfaits, sujets riches. Dommage que les-crises ne nous prévienne pas systématiquement de chaque nouveauté thinkerview.


      • Yanka Le 06 mars 2016 à 20h54
        Afficher/Masquer

        On est au courant si on les suit sur les réseaux sociaux (FB pour moi). Il est possible aussi de s’abonner à leur chaîne Youtube.

        Il y a effectivement à redire de l’agressivité de l’intervieweur avec N. Polony, alors qu’il est tout sucre avec un Denis Robert, par exemple. On sent bien qu’il en tient enfin une du camp adverse, qu’il a pour elle une certaine curiosité, un soupçon d’intérêt (à cause d’Orwell, mot magique ?), alors il la cuisine sans guère lui laisser le temps de développer sa pensée, chose pourtant indispensable avec elle, comme avec Lordon dans un autre genre, ou Finkielkraut ou Onfray (temps court du journaliste vs temps long du philosophe). On ne cuisine pas Natacha, voilà.

        Mais les entretiens de Thinkerview sont d’un grand professionnalisme et d’une qualité son/image rare pour un média du Net, et généralement passionnants, notamment ceux sur l’économie, la finance, tel celui de novembre dernier avec un quatuor de choc : Charles Gave, Artem Studennikov (Ministre Conseiller de l’Ambassade de Russie), Hervé de Carmoy et Olivier Berruyer. Et un autre plus ancien (2013) avec Hervé de Carmoy encore, Philippe Béchade, Olivier Delamarche et déjà Olivier Berruyer.

        La chaîne Youtube de Thinkerview :

        https://www.youtube.com/channel/UCQgWpmt02UtJkyO32HGUASQ


  17. MBO-CH Le 06 mars 2016 à 20h02
    Afficher/Masquer

    L’interview est intéressante jusqu’au moment, vers la fin, ou l’interviewer part dans un délire complet avec des questions totalement inconsistantes et hors sujet.


  18. thmos Le 06 mars 2016 à 20h14
    Afficher/Masquer

    Après avoir fait tant de louanges sur Thinkerview, cette fois c’est une erreur, (comme de polluer un super débat sur le moyen Orient entre Pierre Conessa, Eric Filiol (ex dgse) ET un vieux je-suis-charlie de Rance télévision ).. ici : Polony !!! non ! la fausse Zemmour sans la culture ni le courage, la révoltée de chez Bolloré, la passionaria du Figaro Madame, l’idiote utile de leur tentaculaire Pravda … Thinkerview reprenez-vous !


  19. Pic Le 06 mars 2016 à 21h10
    Afficher/Masquer

    Il me semble que sur le principe de Peter, c’est Natacha Polony qui a raison, et pas le journaliste assez pédant. Pour moi, ce principe, c’est la notion de seuil d’incompétence que l’on est tous amené à voir et affronter, et qu’il faut déceler avant de le dépasser, et pas le placement aux hauts postes des incompétents. Bref le principe de Peter s’applique à soi-même, et est un appel à la lucidité sur sa propre intelligence. Quelqu’un pour confirmer ?


  20. YpLee Le 07 mars 2016 à 08h19
    Afficher/Masquer

    Un autre point de vue sur excellent blog Hashtable par le non moins excellent h16

    http://h16free.com/2016/02/25/46845-thinkerview-interroge-natacha-polony-qui-parle-tres-bien-delle-meme-en-parlant-des-autres

    extrait

    Malheureusement, ce qu’elle raconte ensuite est teinté de cette révélation qu’elle raconte, finalement, exactement la même chose, d’une façon à peine différente, que ses collègues journalistes qu’elle fustige pourtant à grand coup de cuillère à pot.

    D’ailleurs, à plusieurs reprises, elle montre très clairement n’accorder qu’assez peu de sens critique et de capacité d’analyse aux téléspectateurs, aux auditeurs et aux lecteurs des différents médias disponibles en France. Là encore comme 99% de ses collègues, elle n’a pas de mal a estimer que le peuple est tenu dans l’ignorance en jouant sur sa paresse et sur les ficelles de la société de consommation (qu’elle critique en détail, là encore comme 99% de ses collègues).


  21. Astatruc Le 07 mars 2016 à 08h36
    Afficher/Masquer

    Bonjour asheloup (Le 06 mars 2016 à 09h08),
    Je trouve fort dommage qu’en installant la comparaison avec Rufffin, le débat se ferme irrémédiablement.
    Moi aussi j’ai tiqué avec Natacha Polony, j’ai pensé qu’elle pouvait être le “bouffon utile”, “à la mode” comme on dit, un outil d’exorcisme, un prisme de plus sur lequel diriger notre révolte, notre colère, etc….
    Ceci ne doit en aucun cas m’empêcher de l’écouter, de faire la part des choses.
    Je trouve qu’il est facile de chercher à la mettre dans un camp et bien plus difficile de se dire qu’elle a peut-être son propre camp et n’est aucunment obligée d’adhérer à un autre.
    En la plaçant de ci de là, on lui enlève au fond ce qui la rend différente et c’est bien dommage.
    Peut-être qu’elle fait de la promo, peut-être?
    Je la trouve pertinente sur plusieurs points.et pis aussi, j’ai pas l’impression qu’elle me prenne pour un con, ça compte ça.


  22. Perret Le 07 mars 2016 à 09h21
    Afficher/Masquer

    Comme toujours dans les commentaires un débat sémantique assez comique. En effet, ceux qui se veulent de gauche utilisent le mot comme un synonyme de bon, bien, vrai, beau, tandis que ceux qui se veulent de droite utilisent le mot comme un synonyme de bon, bien, vrai, beau. Or, il s’agit juste de la position dans l’hémicycle d’une majorité de rencontre : on est toujours à la fois la gauche et la droite des autres.
    Misère du débat politique français ! Ne pouvez-vous penser quelque chose par vous même, sans vous obliger à dire “d’un point de vue de gauche/droite” ? C’est votre point de vue personnel qui est intéressant !
    Je vous recommande la lecture de ce remarquable texte de Simone Weil mis en ligne par Etienne Chouard :
    http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Simone_Weil_Note_sur_la_suppression_generale_des_partis_politiques_1940.pdf


  23. valles Le 07 mars 2016 à 09h39
    Afficher/Masquer

    «Ce ne sont pas les réseaux sociaux qui font la loi de la République» Mr Placé
    au moins nous, on est d’accord avec lui sur la nature des réseaux qui gouverne la France
    http://www.liberation.fr/direct/element/jean-vincent-place-ce-ne-sont-pas-les-reseaux-sociaux-qui-font-la-loi-de-la-republique_32180/


  24. Gérard LE STER Le 07 mars 2016 à 12h31
    Afficher/Masquer

    La France est assujettie à sa dette …. à l’Arabie , aux US , et par écueil à l’Otan , l’UE , l’Euro…


  25. fouineur Le 08 mars 2016 à 18h18
    Afficher/Masquer

    Mme Polony,

    je croirai à la sincérité de votre démarche lorsque vous inviter dans votre club Michel Drac, Pierre Hillard, Michel Vernochet, Wayne Madsen, David Ray Griffin, Webster Tarpley, Jesse Ventura, Sibel Edmonds, Susan LIndauer (ex CIA), Annie Machon (ex MI6), et j’en passe et de nombreux autres qui ont des choses intéressantes à dire sur des évènements marquants de ces 15 dernières années, ne serait-ce – si vous ne les croyez pas sur parole – que pour avoir un véritable débat contradictoire …


  26. Sinoué Le 10 mars 2016 à 11h21
    Afficher/Masquer

    Je trouve cette journaliste, très médiatisée, courageuse de faire simplement son métier.

    Aucun journaliste médiatique n’a eu le cran de dire ne serait-ce que trente secondes de cette interview d’une heure!

    Elle est donc la seule dans les médias à le faire ce travail de journalisme.

    Bien sûr il y en a d’autres, malheureusement marginalisés par ce système pour limiter leur impact.

    Donc chapeau bas à Natacha Polony, suis impressionné!


Charte de modérations des commentaires