Je ressors ce billet du coup… L’AFP finit par dire clairement la vérité sur l’Ukraine, mais plus d’un après…

Il me semble que je n’ai pas dit grand chose de plus que ce qu’il y a de décrit ici et qui m’a valu tant de quolibets…

========================================================

Je vous avoue que j’attendais ce moment depuis un an et demi.

Vu la personnalité de Svoboda, j’attendais le moment où nos médias finiraient par cracher la vérité, en reprenant en gros ce que nous disons sur ce blog depuis le début.

Eh bien c’est fait – et de quelle manière avec LCI TF1 ici (qui fait un copier coller d’une dépêche AFP). Bon, il faut encore décrypter, mais c’est un bon début…

Ce qui démontre que nos médias sont capables de dire la vérité – mais uniquement quand elle arrange le gouvernement – bref, c’est Chomsky de base. CQFD

“Dans une société bien huilée, on ne dit pas ce que l’on sait, on dit ce qui est utile au pouvoir” [Noam Chomsky]

Source : Alexandre Decroix, pour LCI/TF1, le 31 août 2015.

Mis en cause dans les violences de lundi devant le Parlement à Kiev, le parti Svoboda est un mouvement d’extrême droite autrefois connu pour son antisémitisme avant de s’illustrer dans les protestations du Maïdan et les combats contre les séparatistes prorusses.

Parmi les centaines de manifestants réunis devant le Parlement, les membres de Svoboda étaient de loin les plus nombreux. Tous étaient là pour protester contre le projet controversé de révision constitutionnelle visant à octroyer davantage d’autonomie à l’Est rebelle prorusse, une trahison à leur yeux parce que synonyme d’abandon de la souveraineté de Kiev sur une partie des régions orientales industrielles.

Après les affrontements qui ont fait un mort et une centaine de blessés, le ministre de l’Intérieur Arsen Avakov a immédiatement mis en cause Svoboda. Selon lui, l’homme qui a jeté une grenade de combat en direction des forces de l’ordre et des journalistes a ainsi avoué après son arrestation être un militant de ce parti nationaliste et un volontaire du bataillon Sitch, qui participe aux combats contre les rebelles prorusses dans l’Est.

Créé l’an dernier après le début du conflit armé avec les séparatistes, ce bataillon est composé de volontaires de Svoboda. Il a ensuite été intégré aux forces du ministère de l’Intérieur. Oleg Tiagnybok, chef incontesté de Svoboda, diplômé en chirurgie et en droit et qui s’est illustré dans le passé par des propos antisémites, a pour sa part rejeté ces accusations et fustigé une “provocation organisée par le pouvoir”.

Selon des photos diffusées sur les réseaux sociaux, plusieurs manifestants ont toutefois passé à tabac un membre des forces de l’ordre devant M. Tiagnybok, qui a observé la scène sans intervenir. Des journalistes de l’AFP présents sur place n’ont par ailleurs vu aucun protestataire blessé, même si une trentaine d’entre eux ont été interpellés par la police.

Un mouvement clé du Maïdan

Créé en 1991 sous le nom de “Parti social-national”, avant de devenir Svoboda (Liberté en ukrainien et en russe) en 2004, ce parti revendique 20.000 membres et s’est engagé dans la bataille contre les séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine ces seize derniers mois. Dix-neuf de ses membres ont été tués dans les combats, selon son site internet officiel.

Le mouvement, bête noire de Moscou qui qualifie ses militants de “fascistes”, avait déjà pris début 2014 une part active dans les protestations pro-européennes du Maïdan, qui avaient débouché sur le renversement du régime prorusse après une sanglante répression.

Bien entendu, on ne parlera pas des enquêtes occidentales (pas françaises, évidemment, pas de danger) montant qu’une partie des morts a été causée par des manipulateurs, et que la “sanglante répression” a aussi fait officiellement 1 130 polciiers blessés, dont 200 par balle dont 17 morts.

Svoboda y avait perdu 16 de ses militants, nombre record parmi tous les mouvements politiques impliqués dans la contestation. Un des dirigeants du Parti, qui était vice-président du Parlement à l’époque, avait été filmé par des journalistes en train d’aider à porter des brancards sur lesquels étaient allongés des protestataires blessés au plus fort de la tuerie.

Populaire essentiellement dans l’ouest nationaliste, cette formation n’a réussi à entrer au Parlement ukrainien qu’une seule fois en obtenant 10% des voix aux législatives de 2012 quand beaucoup ont vu dans ce parti un moteur de la résistance au régime prorusse. Des députés de Svoboda n’hésitaient pas alors souvent à en venir aux mains avec leurs collègues prorusses dans l’hémicycle même.

À la faveur du Maïdan, des membres de Svoboda ont obtenu divers postes ministériels dans le gouvernement de transition qui a suivi la fuite du président Viktor Ianoukovitch

LOh, pas grand chose, juste le Vice Premier-Ministre, la Défense, l’Éducation, l’Agriculture, la Jeunesse, l’Écologie… Ah donc, on a une belle révolution démocratique qui met donc des ministres d’extrême-droite au gouvernement, d’un parti avec un leader antisémite et anti-Russes, et pas un seul représentant des russophones de l’Est. Merci, je n’avais pas bien entendu en 2014. Bon, il est vrai que ce genre d’attitude peut évidemment avoir des conséquences graves dans certaines région du pays, mais bon…

, puis l’ont progressivement quitté avant et après leur défaite aux élections législatives d’octobre 2014.

Battus quand même par d’autres nationalistes, hein… Mais pour savoir ça, il faudra attendre 2018…

Le parti nationaliste avait également un temps obtenu la direction du Parquet ukrainien, chargé notamment d’enquêter sur les morts survenues pendant la contestation pro-européenne.

Enquête qui a été menée de main de maitre, comme on se rappelle, toutes les pièces ayant disparu…

Malgré une montée de patriotisme en Ukraine depuis la chute du régime prorusse et le déclenchement du conflit avec les séparatistes, Svoboda n’a obtenu que 4,7% aux législatives de 2014 et ne compte actuellement que deux parlementaires élus à titre individuel. Ce parti a cherché à se rendre respectable après des années marquées par de nombreuses déclarations antisémites.

En 2004, le chef de Svoboda avait été exclu d’un groupe parlementaire plus modéré après avoir évoqué dans un discours public la lutte de l’Armée insurrectionnelle d’Ukraine (UPA) “contre les russkofs, les Allemands, les youpins et autres canailles”.

Le passé et le passif de l’UPA pendant la Deuxième Guerre mondiale est une question controversée en Ukraine, les uns la considérant comme un mouvement armé antisoviétique au sens où elle se battait pour l’indépendance de l’Ukraine, les autres leur rétorquant qu’elle a collaboré avec les nazis.

Et aussi qu’elle a un peu massacré 80 000 civils Polonais, mais on c’est un petit “point de détail” de la seconde guerre mondiale, non ? Mais il est vrai que l’humanité des Russes et d’autres sous-hommes est assez controversée en Ukraine…

Svoboda a en outre maintes fois protesté contre l’organisation de gay prides en Ukraine.

On les voit en effet protester ici contre les homosexuels :

Une vieille habitude, comme quand ils furent “réprimés” par la police Ukrainienne (enfin, je crois) :

Et à l’automne 2011, le parti avait organisé un défilé contre l’arrivée massive de juifs hassidiques (ultra-orthodoxes), qui effectuent chaque année en Ukraine un pèlerinage sur la tombe d’un célèbre rabbin.

Son programme prévoit toujours l’interdiction des avortements, sauf pour raison médicale ou grossesse due à un viol, ainsi que la nationalisation des entreprises “stratégiques”.

Il prévoit d’autres trucs pas mal, le mieux étant quand même les armes nucléaires, mais bon…

* * *
Mais comme l’a dit Laurent Fabius le 11 mars :

“Le parti Svoboda est un parti plus à droite que les autres, [mais il n’est pas] d’extrême droite” [Laurent Fabius, 11 mars 2014, France Inter]

Fabius (à droite), face à l’antisémite d’extrême-droite donc (à gauche) :

9 réponses à AFP : “Svoboda, un parti d’extrême-droite rodé aux affrontements”

  1. Chris Le 04 février 2016 à 10h51
    Afficher/Masquer

    Oui, on constate un timing parfait qui corrobore l’hypothèse de Karine Bechet :
    http://russiepolitics.blogspot.ru/2016/02/p-moreira-et-les-masques-qui-tombent.html
    ” Si l’Ukraine veut faire partie de “l’Europe officielle”, elle doit faire peau neuve
    Ceci implique qu’un comportement en temps de guerre ne peut être acceptable en temps de paix. Or, le processus de paix est en cours, les milices nationalistes et groupes paramilitaires tant utiles pour permettre la prise de pouvoir, doivent maintenant disparaître du paysage politique et rentrer dans les rangs. Et pour que le message soit clair, il est rendu public: vous extrémistes êtes devenus trop voyant, on vous a vu, on vous montre.
    Le conflit s’est déplacé vers le Moyen Orient, la Turquie a pris le rôle de l’Ukraine, il faut solder, mais sans que personne ne perde la face”
    Ces “attaques” médiatiques font suite à la récente visite de Biden qui a dit très carrément que les enfantillages post-révolutionnaires devaient cesser.

    Sinon, comment faire des affaires ?…


    • Charles Michael Le 04 février 2016 à 12h13
      Afficher/Masquer

      Salut Chris,

      Je vois ça un peu différement

      Le train fou UE Express avec son équipage Bruxelle Polit-Bureau ne peut s’arréter, c’est parti pour le grand déraillage et l’Ukraine est en faillite
      Mais ça ralle sec sur les sanctions couteuses

      Le FMi change ses règles sur ordre US mais ne lâche plus les sous
      Les USA renforcent d’une dérisoire brigade blindée les forces Otaneuses

      En fait plus personne ne veut de l’Ukraine et personne ne sait comment se débarasser de la patate chaude

      [modéré]


  2. theuric Le 04 février 2016 à 11h08
    Afficher/Masquer

    Ce ne sont pas les seuls événements me faisant dire que quelque chose se passe en ce moment, politiquement en France.
    Divers forces semblent discrètement se confronter avec, de plus, l’impression du frémissement d’un revirement politique.
    Quoi qu’il en soit, nous ne pourrons en avoir une idée plus nette que quand les choses se seront établies et, surtout, bien plus visibles, pour l’instant, nous ne pouvons être sûr de rien.


  3. Astrolabe Le 04 février 2016 à 13h19
    Afficher/Masquer

    Au fond, notre ministre-déjà-presque-plus-ministre est sincère, voire honnête: l’extrême droite c’est quoi ? Quand on est un supporter d’Al Nosra, qu’y a-t-il plus à sa droite,……. à part quelques autres membres du gouvt; dont certains ont déjà un ton presque plus à droite que le FN, alors vous pensez, tout ça est très relatif. D’ailleurs lui, comme d’autres, s’en foutent totalement…


  4. Andrae Le 04 février 2016 à 20h24
    Afficher/Masquer

    Le vent est en train de tourner contre l’Ukraine, Kiev. Ses sponsors ne savent absolument plus quoi faire.

    Kiev (oligarches veruex exploitant nationalisme et néo-fascime, quoique ce dernier ne dérange pas l’extérieur) n’a pas pu triompher. Pas pu:

    -> Aggresser la Russie, rentrer en guerre, ouverte ou larvée. Même simplement tenir la frontière! Que… des boycotts et autres actions symboliques

    – Subjuger le Donbass militairement (garder le pays ‘unitaire’, même si génocide), l’aventure militaire est finie (sauf invasion de pouvoirs extérieurs, etc.)

    – Réformer pour permettre la rapine ordinaire, la privatisation massive (agriculture etc.), l’implantation de Cos. étrangères: le niveau de corruption, d’insécurité légale et physique (transports p. ex.), n’est pas gérable même par les plus déterminés (Joe Biden et son fils)

    – Manager ‘la dette’ (désastre économique hallucinant) pour la faire paraitre respectable, écraser les petits, la population

    – Empecher la Russie de prendre du territoire / augmenter son influence: Crimée!! Un choc terrible, pas digéré, pas admis, laissé dans l’ombre, le silence, en espèrant conserver ‘ce qui reste’ … maladroitement…

    – Et à la fin, de ne pas accepter un compromis, Minsk II, qui est à la limite acceptable pour les USA, car en principe il faut maintenir le contrôle central, sinon, Pschiiit. Ne pas pouvoir dominer les forces anti-Etatiques, ou manquer les instrumentaliser ‘comme il convient’, est pathétique, un signe de faiblesse terrible, comme vu par les USA/UE.


  5. Nicole Le 05 février 2016 à 00h01
    Afficher/Masquer

    Bravo pour avoir tenu bon depuis le début et nous avoir donné des clés au fur et à mesure pour permettre de comprendre ce qui se jouait. C’est presque un miracle d’avoir vécu ça au jour le jour avec le blog et de voir toutes ces infos cachées sortir maintenant . Soit dit en passant ( mais peut être suis je cynique?) on comprend mieux pourquoi Canal + a diffusé le documentaire, qui arrivait pile juste dans le bon sens et au bon moment … Mais tant mieux de toute façon ! Il va falloir lutter pour maintenir la liberté de s’informer sur internet . On comprend mieux pourquoi les politiques tiennent tant à museler la toile et nous maintenir dépendants et crédules .


  6. Lysbeth Lévy Le 05 février 2016 à 00h09
    Afficher/Masquer

    Oui le vent tourne, et c’est Benoit Viktine qui s’y met après avoir bâché Paul Moreira de façon indigne, il “dénonce la corruption” : http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/02/04/a-kiev-le-poison-de-la-corruption-au-sommet_4859335_3214.html

    Tiens je croyais que tout aller bien mieux après le Maidan ? Il parait qu’un nouveau maidan se prépare dans les coulisses selon “un initié”, lu sur la page facebook de Benoit Vitkine : “”Les français présents en Ukraine, comme le peuple ukrainien, commencent à perdre aussi beaucoup d’illusions”.. Un 3ème Maidan se prépare. Il sera beaucoup plus radicale que le dernier..””
    Cela fera le troisième donc ..la démocratie est bien longue à s’installer…Et Karine Bechet a de l’intuition en plus d’un bon jugement…


    • chb Le 06 février 2016 à 11h08
      Afficher/Masquer

      Un « nouveau Maïdan », oui, mais dites donc ça sonne curieusement faux, comme la nouvelle « démocratisation de la Lybie » attendue d’un moment à l’autre dès les stocks de bombes atlantistes seront rétablis.
      Et puis en Afghanistan et ailleurs, les troupes étrangères « enlisées dans le bourbier » traînent à établir la Démocratie à notre sauce ; elles ratent aussi l’éradication du terrorisme puisqu’elles constituent elles-mêmes la principale force brutale qui terrorise, via drones et imposition de « valeurs ».
      Notre gouvernement fait du Bush-bis, el Blancocaudillo transformant même le P’S’ en extrême droite, à force de terreur instrumentalisée. C’est patent aussi sur le plan social, avec fourre-tout Macron et casse du Droit du Travail, avec la contestation muselée et la stigmatisation des immigrés.
      Même si le futur patron du Conseil constitutionnel (!) assène le contraire, Svoboda est trop à droite pour que l’on se félicite de son existence contre le péril rouge ; et Al Nosra est terroriste; et l’hégémonie US et la troïka imposent des contraintes idéologiques iniques ; et la presse est l’instrument de ses financeurs. Etc.
      Beaucoup d’indices s’amassent de ce que seul un bouleversement peut rattraper ça : une bonne guerre, peut-être ?


  7. christian gedeon Le 05 février 2016 à 12h32
    Afficher/Masquer

    Ah quand même…mais cher Olivier ne criez pas victoire trop tôt… devant l’évidence,ils ont été obligés en quelque sorte…mais c’est UNE intervention…il en faudrait des dizaines…vous vous souvenez de Timisoara…des grands titres pendant des semaines et des mois,et pour finir,quelques entrefilets pour dire que ce n’était ,peut être pas, vrai…même démarche,même hypocrisie… nos ennemis(et je dis bien ennemis,sans reculer) sont malins,très malins,très pervers. L’assassinat du couple Ceausescu a préfiguré celui de Moammar el Khaddafi… et la bien singulière mort de Milosevic en prison. Et que dire du lamentable Gorbatchev soumis aux désidératas de son épouse,et qui mené l’ex URSS à une catastrophe humaine,alors qu’il passe passe pour un héros en Occident? Mais continuons sans cesse a nous battre pour dire les choses…


Charte de modérations des commentaires