Les Crises Les Crises
4.décembre.20164.12.2016 // Les Crises

Armes nucléaires : en attendant l’accident, par Eric Schlosser

Merci 0
J'envoie

Source : The Guardian, le 14/09/2013

En juillet 1956, un avion s’est écrasé dans le Suffolk, au risque de faire exploser une bombe atomique. En janvier 1987, un camion de la Royal Air Force transportant des bombes à hydrogène a quitté la route dans le Wiltshire. D’autres accidents évités de justesse demeurent secrets. Quel est le risque réel pour les armements nucléaires britanniques ?

Le secret entourant les accidents d'armes nucléaires anglaises va bien au-delà du black-out américain. Illustration: Noma Bar

Le secret entourant les accidents d’armes nucléaires anglaises va bien au-delà du black-out américain. Illustration: Noma Bar

Eric Schlosser

Samedi 14 septembre 2013

En octobre 1983, Mick Jones venait de quitter the Clash, Roger Moore interprétait encore James Bond, Ronald Reagan était dans sa troisième année de présidence des USA, Margaret Thatcher venait de rempiler comme Premier ministre, et la Guerre froide venait d’entrer dans sa phase la plus dangereuse depuis la crise des missiles de Cuba. Un échange sur les dossiers nucléaires entre les USA, l’URSS et leurs alliés semblait possible. Cet été-là, Reagan avait présenté les Soviétiques comme “le diable du monde moderne, un empire diabolique” et son administration mettait en place un accroissement sans précédent de l’effort de guerre en temps de paix. Youri Andropov, le leader paranoïaque de l’URSS, en phase terminale de sa maladie, pensait que les USA pourraient programmer une attaque surprise. En septembre, le vol 007 de la Korean Airlines, un Boeing 747 transportant près de 300 passagers, avait été abattu après s’être aventuré dans l’espace aérien soviétique. Les USA allaient bientôt déployer deux nouveaux systèmes d’armes nucléaires : des missiles de croisière implantés sur le sol britannique et des missiles Pershing II en Allemagne de l’Ouest. Et ce 22 octobre, près de 250 000 personnes avaient manifesté dans Hyde Park contre de tels déploiements, la plus grande manifestation anti-nucléaire de toute l’histoire britannique.

Au milieu de ce climat inquiétant et apocalyptique, l’administration Reagan décida de construire de nouveaux missiles balistiques pour sous-marins. Le Trident D5 serait le missile le plus précis jamais transporté sur sous-marin, capable de lancer huit têtes nucléaires sur la moitié du globe pour détruire des “cibles dures” : des silos de missiles soviétiques et les bunkers de leurs dirigeants. Contrairement aux précédents missiles sur sous-marins, le Trident D5 n’était pas conçu seulement comme une arme de représailles, devant être utilisée après que les USA aient été l’objet d’une attaque nucléaire. Les nouveaux missiles pourraient être lancés sur l’URSS lors d’une première attaque des États-Unis.

Trente ans plus tard, la Guerre froide est oubliée, l’Union soviétique a disparu, Reagan et Thatcher sont morts – et un sous-marin anglais Trident se trouve constamment en mer, jour et nuit, attendant l’ordre de tirer ses missiles D5 et leurs dizaines de têtes nucléaires. Durant les prochaines années, la Grande-Bretagne devra décider s’il faut remplacer les quatre vieux sous-marins de type Trident. David Cameron veut construire quatre nouveaux sous-marins, à un coût d’environ 25 milliards de livres Sterling, afin qu’un au moins soit toujours en mer, à l’abri d’une attaque et prêt à lancer ses missiles. Le Labour party semble approuver cette stratégie : son secrétaire à la Défense virtuel, Jim Murphy, a récemment confirmé son soutien à une “force de dissuasion maritime continue.” Bien que les Démocrates libéraux ont critiqué la position de Cameron, leur préférence semble difficilement radicale : construire un, ou peut être deux, sous-marins en moins, histoire de faire des économies. Les trois principales parties sont toutes d’accord sur le besoin d’armes nucléaires. L’opposition la plus forte aux Trident provient des politiques écossais, là où sont basés les sous-marins. Alex Salmond, leader du SNP, a promis que si l’Écosse devient indépendante l’an prochain, sa nouvelle constitution interdira toute arme nucléaire. Ceci pourrait être désastreux pour la force de dissuasion nucléaire anglaise : construire une nouvelle base pour sous-marins et des installations de stockage des armes en Grande-Bretagne pourrait nécessiter plusieurs années et coûter des dizaines de milliards.

Le débat public au sujet des sous-marins Trident et leurs missiles s’est focalisé principalement sur les coûts à long terme et les bénéfices économiques en les remplaçant, le nombre d’emplois qui pourraient être créés ou perdus, la nécessité de patrouilles 24/24. Quelques questions fondamentales ont été oubliées. Comment un missile type Guerre froide, devant rester opérationnel durant 30 ans, pourrait être utilisé dans un conflit au 21e siècle ? Quelles cibles pourrait-il détruire et dans quelles circonstances ? Qui est-il supposé tuer ? Finalement, et c’est sans doute le point le plus important : le peuple anglais fait-il face à une plus grande menace d’être atteint par ses propres armes nucléaires, à la suite d’un accident ou une erreur, que lors d’une attaque surprise ?

A Grand Forks, Nord Dakota, en septembre 1980, un bombardier B-52, chargé de 12 bombes à hydrogène avec leurs têtes nucléaires, a pris feu. Il s'est consumé durant deux heures, alimenté par une pompe à carburant. Seuls des vents forts ont pu éteindre les flammes, et un pompier grimpant sur l'avion en feu a pu couper le circuit, évitant le désastre.

A Grand Forks, Nord Dakota, en septembre 1980, un bombardier B-52, chargé de 12 bombes à hydrogène avec leurs têtes nucléaires, a pris feu. Il s’est consumé durant deux heures, alimenté par une pompe à carburant. Seuls des vents forts ont pu éteindre les flammes, et un pompier grimpant sur l’avion en feu a pu couper le circuit, évitant le désastre.

“La crédibilité du Royaume-Uni en matière de dissuasion est cruciale,” a déclaré le Trident Alternatives Review (rapport sur l’alternative au Trident) du gouvernement en juillet cette année. Sur une seule page du rapport, les mots “crédible” et “crédibilité” sont utilisés sept fois pour décrire la stratégie britannique de “dissuasion minimum”. Mais le rapport ne dit jamais qui doit être dissuadé, ni ce que le R-U ferait réellement si la dissuasion par ses armes nucléaires échouait. Le Strategic Defence And Security Review de 2010 (rapport sur la sécurité et la défense stratégique) mentionne le risque de “terrorisme nucléaire” et “la possibilité qu’une menace d’attaque nucléaire majeure contre le R-U ré-émerge.” Cela implique la possibilité que la Corée du Nord, la Chine, le Pakistan, l’Iran ou la Russie veuillent un de ces jours faire disparaître Londres, en dépit des investissements de taille fait par certains de ces pays dans la cité. Mais le rapport de sécurité n’explique pas dans quelles circonstances les missiles Trident anglais pourraient être lancés, citant la nécessité de rester “délibérément ambigu”.

Depuis l’aube de l’ère atomique, cette sorte d’ambiguïté supposée essentielle pour confondre des ennemis potentiels a permis aux fonctionnaires du gouvernement d’éviter toute supervision et responsabilité. Il y a quelques semaines le parlement a voté pour empêcher Cameron d’autoriser une attaque relativement modeste sur la Syrie, alors même qu’un premier ministre puisse autoriser une attaque nucléaire qui tuerait des millions de personnes sans approbation publique ni débat parlementaire. L’intense secret qui entoure le plan de guerre nucléaire a dissimulé non seulement la dévastation infligée aux cibles, mais aussi les graves dangers et accidents sérieux sur la nation par ses propres armes. Et quand ces secrets nucléaires seront révélés, même partiellement, les plans qui étaient jugés “crédibles” par ces gens au pouvoir paraîtront non crédibles et presque incroyables à tous les autres.

Les armes nucléaires sont les machines les plus mortelles jamais inventées, mais la dissuasion qu’elles procurent est quelque chose d’indéfinissable. “Le but principal de la dissuasion… est psychologique,” comme l’expliqua une fois un rapport du Pentagone. “La mission, c’est la persuasion.” La destruction d’Hiroshima et Nagasaki a montré ce qu’une seule bombe peut infliger à une ville. Mais la répulsion générale au sujet des pertes humaines a poussé les USA à explorer l’utilisation des armes nucléaires sur des cibles militaires traditionnelles.

En 1946, les USA ont mené leurs premiers essais d’après-guerre d’armes atomiques. Le but de l’un de ces tests était de découvrir l’effet d’une explosion nucléaire sur une flotte de navires de guerre. Le résultat fut décourageant. Sur les 88 navires arrimés près du point de déflagration dans l’atoll de Bikini, seulement cinq ont coulé. L’Evaluation Of The Atomic Bomb As A Military Weapon (évaluation de la bombe atomique comme arme militaire), un rapport top secret envoyé à Harry Truman concluait que “les navires en mer” et les “corps d’armée” étaient des cibles médiocres. “La bombe est en premier lieu une arme contre la vie et les activités humaines dans des grands site urbains et industriels” avançait le rapport. De telles armes étaient utiles, principalement, pour tuer et terroriser des civils. Selon le rapport, certaines des meilleures cibles étaient “les villes marquées par une forte signification sentimentale.”

Le premier plan de guerre nucléaire américain, adopté en 1948 au nom de code Halfmoon, estimait à 50 le nombre de bombes atomiques devant être larguées sur l’Union soviétique. Leur nombre fut porté ensuite à 133, visant 70 villes. Leningrad devait être touchée par sept bombes, Moscou par huit. Il n’y avait, semble-t-il, aucune alternative à la menace de massacres de masse. Cette stratégie américaine fut désignée comme “le concept de massacre d’une nation.”

Durant une audition au Congrès en octobre 1949, les USA ont eu le débat de haut niveau le plus médiatisé à propos de l’éthique de telles cibles nucléaires. Un groupe d’amiraux condamna fermement le plan de l’US Air Force contre les Soviétiques. “Je ne crois pas aux massacres de masse de civils,” a témoigné l’amiral Arthur W Radford, alors que le vice-amiral Ralph A. Ofstie, qui avait visité les cités détruites au Japon, décrivait le feu atomique comme “un massacre aléatoire d’hommes, de femmes et d’enfants,” et disait que l’idée même était “impitoyable et barbare”, contraire aux valeurs américaines.

Au milieu des années 50, le plan de guerre américain avait été modifié. De plus de frappes sur les cibles (villes) “contreproductives” en destruction de cibles “antagonistes” (installations militaires). L’invention de la bombe à hydrogène a créé des armes nucléaires des centaines de fois plus puissantes que celle qui a détruit Hiroshima. L’Union soviétique avait alors ses propres armes nucléaires, et les détruire devint le but principal de l’Air Force.

En décembre 1960, les USA approuvaient son premier Single Integrated Operational Plan (Siop) [Plan Intégré Unique Opérationnel], qui spécifiait le moment et les cibles des attaques menées par les forces US et le UK Bomber Command (Commandement des bombardiers UK). Ce plan, sous une forme ou une autre, restera d’actualité pendant plus de trois décades. La plupart du SIOP reste secret, mais des mémos rédigés durant l’administration de JFK, au sommet de la crise de Berlin en 1961, donne une idée de l’ampleur de la destruction que provoquerait le SIOP. Il indique 3729 cibles, devant être frappées par 3423 armes nucléaires. Les cibles sont localisées en Union soviétique, Chine, Corée du Nord et Europe de l’Est. Environ 80% sont des objectifs militaires, le reste civils. Sur les “complexes industriels civils destinés à la destruction”, 295 étaient en Union soviétique, 78 en Chine.

Les estimations des dommages et victimes du SIOP était très restreintes. Elles étaient basées seulement sur l’effet de l’explosion, et excluaient le mal pouvant être causé par la radiation thermique, les incendies et les retombées radioactives, qui étaient compliquées à évaluer. En trois jours d’une attaque initiale par les USA et le R-U, la puissance totale du SIOP tuerait à peu près 54% de la population russe, 16% de la population chinoise: environ 220 millions de personnes. En plus des millions qui périront de brûlures et d’exposition aux radiations.

Les plans de guerre en Grande-Bretagne n’ont jamais été aussi conflictuels que ceux des USA. Après quelques semaines après la destruction d’Hiroshima, Clement Attlee a exprimé succinctement ce qui deviendra la philosophie britannique : “La réponse d’une bombe atomique sur Londres sera une bombe atomique sur une autre grande cité.” La grande Bretagne n’a pas les moyens de construire des armes nucléaires pouvant menacer des dizaines de milliers de cibles militaires en Union soviétique. Et la population anglaise n’est pas largement dispersée sur un grand continent. En 1955, un rapport secret de William Strath, un fonctionnaire au Central War Plans Secretariat (Secrétariat central des plans de guerre), concluait que si 10 bombes à hydrogène frappaient la côte ouest du Royaume-Uni, les incendies et la radioactivité consécutifs tueraient immédiatement environ 1/3 de la population. La plupart des terres agricoles du pays seraient inutilisable pendant deux mois, et l’eau potable serait contaminée. Même si la Grande-Bretagne arrivait plus ou moins à détruire la plupart des armes nucléaires en Union soviétique, une poignée d’armes soviétiques pourrait provoquer l’effondrement de la société britannique.

En 1958, le plan d’urgence du Bomber Command américain prévoyait la destruction de 44 villes russes. Une telle attaque aurait causé la mort d’environ 38 millions de personnes. Une bombe à hydrogène devait être lâchée sur chaque centre-ville, sauf Moscou qui devait en recevoir quatre et Leningrad deux. Si la Grande-Bretagne était entrée en guerre aux côté des États-Unis au début des années 60, elle aurait demandé au Bomber Command de détruire 25 villes russes supplémentaires. A mesure que l’Union soviétique améliorait ses défenses anti-aériennes, la Grande-Bretagne réduisait le nombre de centres urbains qu’elle souhaitait détruire de son propre chef. A la fin des années 60, les missiles embarqués par les sous-marins Polaris servirent de dissuasion stratégique à la Grande-Bretagne et n’étaient plus pointés que sur une petite douzaine de villes russes. Jusqu’à la fin de la Guerre froide, la destruction totale de la capitale de l’Union soviétique – connue sous le nom de “critère Moscou” – était le principal objectif du Royaume-Uni.

Le Joint Intelligence Committee a considéré que les plans de guerre soviétiques seraient encore plus brutaux. Selon son rapport sur “les probables cibles nucléaires au Royaume-Uni”, Londres serait touchée par huit bombes à hydrogène et deux bombes atomiques. Edimbourg serait atteinte par deux de chaque type, Glasgow par quatre bombes à hydrogène et une bombe atomique, tandis que les bases anglaises de sous-marins, en Ecosse, seraient atteintes par quatre bombes à hydrogène et quatre bombes atomiques. Au final, le JIC s’attendait, dans le cas d’une guerre avec l’Union soviétique, à ce que le Royaume-Uni soit touché par environ 300 armes nucléaires.

La base navale de Faslane, sur la Clyde. L'Écosse accueille les sous-marins anglais de type Trident et attire la plus forte opposition, avec le leader du SNP Alex Salmond visant à les supprimer si l'Écosse gagne son indépendance. Ceci pourrait être désastreux pour la force de dissuasion anglaise : construire une nouvelle base prendrait des années et coûterait des milliards. Photo: Murdo MacLeod.

La base navale de Faslane, sur la Clyde. L’Écosse accueille les sous-marins anglais de type Trident et attire la plus forte opposition, avec le leader du SNP Alex Salmond visant à les supprimer si l’Écosse gagne son indépendance. Ceci pourrait être désastreux pour la force de dissuasion anglaise : construire une nouvelle base prendrait des années et coûterait des milliards. Photo: Murdo MacLeod.

Un secret officiel strict a permis aux stratèges anglais et américains de choisir leurs cibles sans la curiosité du public. Cela a aussi facilité la gestion de l’opinion publique sur les armes nucléaires. Le rapport Strath a été supprimé, et Winston Churchill a ordonné à la BBC de ne pas diffuser d’information sur la bombe à hydrogène pour ne pas effrayer les gens. De la décision d’Attlee de construire une bombe atomique jusqu’aux négociations de James Callaghan pour obtenir des USA des missiles Trident, la politique nucléaire britannique a été menée sans beaucoup de supervision parlementaire. “Toutes les décisions clés ont été prises par un petit nombre de très vieux ministres du gouvernement, se rencontrant dans des comités ad hoc informels,” comme le soulignent les historiens John Baylis et Kristan Stoddart. “Ces décisions ont été gardées secrètes des principaux cabinets d’alors.”

Aux USA, les spécifications planifiées des armes nucléaires n’ont même pas besoin d’être secrètes. Selon le Atomic Energy Act de 1946, elles sont “nées secrètes”, classées aussitôt créées. C’est le simple bon sens de garder secrets les plans de l’arme nucléaire, mais le secret justifié par la nécessité de prévenir l’espionnage étranger est devenu une habitude, plutôt que de cacher les problèmes de sécurité, en cachant les accidents nucléaires et protégeant les bureaucraties de la Défense de l’embarras.

La liste des bavures et problèmes avec des armes nucléaires, qui auraient pu menacer le public, mentionne 32 accidents. Et encore, une étude de 1970 par un des laboratoires sur les armes nucléaires américaines, obtenue grâce au Freedom of Information Act, a recensé 1200 armes impliquées dans des accidents entre 1950 et 1968. La plupart de ces accidents était bénins, mais un nombre d’accidents sérieux ont en quelque sorte été oubliés de la liste du Pentagone. Et surtout le risque d’explosions nucléaires accidentelles n’a pas été entièrement compris par les stratèges américains jusqu’à la fin des années 60, et ce risque est en fait beaucoup plus grand que l’on pouvait s’attendre. Un crash d’avion, un incendie, une explosion de missile, un éclair d’orage, une erreur humaine, et même la chute d’une arme d’un avion parqué sur une piste sont des causes répertoriées d’une explosion nucléaire potentielle.

Deux parmi les pires accidents arrivèrent en un seul mois. Le 15 septembre 1980, un des réacteurs d’un bombardier B-52 prit feu à la base de l’Air Force de Grand Forks au Nord Dakota. L’avion portait quatre bombes à hydrogène et huit missiles à tête nucléaire de courte portée. Un vent fort éloigna les flammes des armes, et un pompier grimpa sur l’avion en feu, éteignit le feu et prévint un désastre. Trois jours après, un technicien fit tomber un outil dans le silo d’un missile balistique intercontinental Titan II près de Damascus, Arkansas. L’outil heurta le fond du silo, rebondit, frappa le côté du missile, perça la coque et causa une fuite de carburant. Le Titan II portait l’ogive nucléaire la plus puissante construite par les USA. Malgré un effort héroïque pour sauver le missile, il explosa, mais pas l’ogive nucléaire. Ces deux Etats auraient pu être détruits.

Les problèmes de sécurité avec les armes nucléaires américaines ont été tenus secrets jusqu’à la fin de la Guerre froide. Une étude financée plus tard par le Congrès donne une “note de sécurité” à chaque type d’arme nucléaire de l’arsenal national. Les notes étaient basées sur le risque potentiel d’une explosion accidentelle ou de dispersion de plutonium. Trois armes reçurent un A. Sept reçurent un B. Deux reçurent un C+. Quatre un C. Deux un C-. Et douze obtinrent un D, la note la plus basse.

Les problèmes de sécurité des armes nucléaires américaines ont des implications bien au-delà des frontières des États-Unis. Les forces de l’OTAN s’appuient sur beaucoup d’entre elles. Pendant des années, le nombre d’armes nucléaires américaines déployées en Grande-Bretagne excéda le nombre de ses propres armes. Selon l’historien John Simpson, en 1959, la RAF comptait 71 bombes atomiques britanniques et 168 bombes américaines. Dans les années qui ont suivi, le nombre d’armes nucléaires fabriquées en Angleterre atteignit, remarquablement, celui de celles fabriquées en Amérique, grâce au US-UK Mutual Defence Agreement (Accord Mutuel de Défense US-UK). La conception de “Red Snow“, le composant nucléaire au cœur de la première bombe à hydrogène anglaise largement déployée, était basé sur celui de la bombe Mark 28 américaine. En 1961, Harold Macmillan a été averti que le développement de l’armement s’était “presque entièrement limité à copier les modèles américains.”

Le secret entourant les accidents d’armes nucléaires a bien dépassé celui destiné à cacher les accidents américains. En juillet 1992, un rapport de Sir Ronald Oxburgh, conseiller scientifique en chef au ministère de la Défense, annonça 19 accidents arrivés avec des armes britanniques, entre 1960 et 1991. Le rapport Oxburgh suggérait qu’aucun de ces accidents n’était particulièrement tracassant, et selon le ministère de la Défense, le Royaume-Uni n’a pas enregistré d’accidents impliquant des armes américaines sur le sol anglais. Cependant, en cherchant les problèmes de sécurité concernant les armes américaines, je suis tombé sur une information à propos d’accidents très sérieux, non mentionnés dans le rapport Oxburgh.

Deux des accidents arrivèrent sur la base RAF de Lakenheath. En juillet 1956, un bombardier américain B-47 faisait des exercices de touch-and-go. L’appareil dévia hors de la piste et alla cogner contre un igloo de stockage contenant des bombes Mark 6. Un officier américain témoin de l’accident l’a décrit dans un télégramme classifié : “Le B-47 a déchiqueté l’igloo et tapé dans environ trois Mark 6. L’avion a alors explosé en une pluie de carburant en feu. L’équipage est mort. Une grande partie de la carcasse pivota sur l’igloo puis stoppa avec le nez juste en avant du quai de l’igloo, ce qui a maintenu l’incendie de carburant en dehors de l’igloo détruit. Des officiers démineurs ont fait un examen préliminaire et ont dit que c’est un miracle que l’un des Mark 6, dont les détonateurs ont été cisaillés, n’ait pas explosé. Les pompiers ont éteint l’incendie rapidement autour des Mark 6.”

Les cœurs nucléaires des armes étaient stockés dans un autre igloo. Si le B-47 avait heurté cet igloo, un large nuage de plutonium aurait flotté au-dessus de la campagne du Suffolk. Les poussières de plutonium sont mortelles quand on les inhale. Une fois dispersées, c’est très difficile de s’en débarrasser et elles demeurent actives pendant 24 000 ans.

Un autre accident arriva à Lakenheath le 16 janvier 1961. Les réservoirs de carburant placés sous les ailes d’un chasseur américain F-100D ont été largués par erreur quand le pilote a démarré son réacteur. Les réservoirs largables ont touché la piste et se sont fissurés, du carburant a pris feu, et une bombe à hydrogène Mark 28 montée sous l’avion a été noyée par les flammes. Les pompiers ont réussi à circonscrire l’incendie avant que la bombe ne soit gravement endommagée. Une erreur dans le câblage des bombes à hydrogène Mark 28, découverte plus tard, aurait pu permettre à une chaleur excessive de court-circuiter le mécanisme de sûreté de l’arme et entraîner une détonation nucléaire.

La sécurité des missiles Trident D5 a longtemps été source de débat. En décembre 1990, le Panel on Nuclear Weapons Safety (groupe de travail sur la sécurité des armes nucléaires), un groupe d’éminents physiciens rémunérés par le Congrès américain, a alerté que leur conception inusitée entraînait des risques significatifs. Pour gagner de la place, les multiples têtes nucléaires n’étaient pas montées au sommet du missile, elles entouraient le troisième étage du moteur de la fusée. Et le carburant class 1.1 à “haute énergie” utilisé par ce moteur de fusée avait plus de probabilité d’exploser que tout autre carburant. “Le problème de sécurité mis en avant,” a annoncé le panel, “est de savoir si un accident durant les manipulations d’un missile opérationnel – c’est-à-dire, transport, chargement – pourrait faire détonner le carburant qui, à son tour, ferait exploser les HE (explosifs à fort pouvoir de destruction) des têtes nucléaires, menant à la dispersion de plutonium, voire au déclenchement d’une explosion nucléaire.”

La décision d’utiliser le carburant ayant le plus fort pouvoir énergétique et les explosifs les plus instables fut prise au début des années 1980, pour augmenter la distance franchissable du missile Trident D5 et diminuer le poids des ogives. Le premier sous-marin britannique Trident est parti patrouiller en mer quatre ans après la découverte de ces risques, et le missile Trident D5 est supposé rester en service jusqu’en 2042. Le risque d’une explosion et de la diffusion de plutonium est le plus élevé quand les charges militaires sont chargées ou déchargées du sous-marin, ou transportées par route entre l’Écosse et l’Atomic Weapons Establishment à Aldermaston, Berkshire.

Le pire accident qui aurait pu survenir durant les manipulations d’armes nucléaires au Royaume-Uni, selon le rapport Oxburgh, est arrivé le 7 janvier 1987, quand un camion de la RAF a fait une embardée pour éviter un autre véhicule sur une route verglacée du Wiltshire. Le camion, qui transportait deux bombes à hydrogène, est sorti de la route et s’est couché sur le flan. Un camion de la RAF, derrière lui, transportant deux autres bombes, a également quitté la route. Aucune des armes n’a été endommagée. Mais des documents US récemment déclassifiés révèlent des détails au sujet d’un autre incident sérieux survenu au Royaume-Uni, et d’autres ont eu lieu sans aucun doute. Le 17 août 1962, dans une base de la RAF non précisée, quelque part en Angleterre, deux rétrofusées sur un missile Thor se sont déclenchées alors qu’il subissait un contrôle de routine. Le pas de tir a été évacué et quand les employés sont revenus, ils ont constaté que le cône du nez du missile, contenant l’ogive, n’avait pas été déplacé. L’ogive était environ 60 fois plus importante que la bombe qui a détruit Hiroshima. “La cause de l’incident,” annonce le rapport, “fut l’échec à suivre des règles de sécurité préétablies.”

Une étude américaine a déterminé des niveaux de sécurité pour chaque arme nucléaire au sein de l'arsenal national. 12 ont reçu la note D, la plus faible.

Une étude américaine a déterminé des niveaux de sécurité pour chaque arme nucléaire au sein de l’arsenal national. 12 ont reçu la note D, la plus faible.

Les USA ont grandement réduit le nombre de leurs armes nucléaires stratégiques, de près de 90% depuis l’ère Reagan. Le Siop a été remplacé par un autre jeu de cibles, connu comme l’Operations Plan (OPlan) 8010, plus particulièrement conçu pour utiliser les armes nucléaires face à la Russie, la Chine, la Corée du Nord, la Syrie et l’Iran. “Un plan adaptatif” permet de choisir des cibles dans d’autres pays à la dernière minute. En juin, l’administration Obama a publiquement diffusé la nouvelle Stratégie d’Emploi des Armes Nucléaires. Elle affirme que les USA utiliseraient les armes nucléaires seulement contre des cibles militaires et “ne visera pas intentionnellement des populations civils ou des équipements civils.” Une des erreurs avec une telle stratégie antagoniste est qu’elle peut transformer les armes nucléaires en armes légitimes à utiliser dans une campagne militaire. Même l’attaque nucléaire la plus précise entraînera des dommages collatéraux et des retombées radioactives mortelles.

Comme l’observait feu Michael Quinlan, ex-secrétaire permanent au ministère de la Défense, après la Guerre froide, les plans de guerre anglais semblaient avoir acquis un caractère très général de “à-ceux-qui-pourraient-être-concernés”. Le Strategic Defence and Security Review de 2010 confirma cette opinion : “Aucun État en ce moment n’a l’intention et la capacité de menacer l’indépendance et l’intégrité du Royaume-Uni.” Le rapport appela la politique britannique de dissuasion nucléaire minimum une “ultime police d’assurance” dans un “âge d’incertitude”, sans spécifier comment ou contre qui. Et il n’y a pas mention qu’une telle politique ait traditionnellement souligné la destruction de villes, non de forces militaires.

Il peut bien sûr être nécessaire de menacer des millions de gens d’annihilation pour dissuader d’une attaque au Royaume-Uni. Cet argument, cependant, devrait être basé sur plus que la confiance méritée de fonctionnaires élus. D’après les Accords de Nassau de 1962 qui garantissent au Royaume-Uni l’utilisation des bases sous-marines nucléaires américaines, ces armes devraient être employées seulement au nom de l’OTAN, sauf si le gouvernement anglais sent qu’il y ait un “intérêt national supérieur en jeu.” Le sens de cette phrase n’a jamais été expliqué, et aucun Premier ministre n’a décrit de situation plausible dans laquelle le R-U aurait à utiliser ses armes nucléaires unilatéralement, sans aucun support des USA ou des autres nations de l’OTAN. Une attaque qui détruirait Londres, par exemple, tuerait aussi 200 000 Américains. Durant la précédente décade, les USA ont financés deux guerres, au coût de 2 trillions de dollars, pour venger la mort de beaucoup moins de personnes.

Le seul mot utilisé plus souvent que “crédible” dans les rapports officiels anglais sur la dissuasion nucléaire, est “indépendance”. Mais les missiles Trident D5 dans les sous-marins anglais n’appartiennent pas spécifiquement au R-U. Ils sont fournis par un groupe anglo-américain, ils retournent aux USA pour leur rénovation et être remplacés par d’autres missiles. Il y a presque 50 ans, Harold Wilson a soulevé la question à propos “de la soi-disant dissuasion, soi-disant indépendante, soi-disant anglaise.” Ces questions n’ont jamais reçu de réponses appropriées.

Maintenir délibérément l’ambigüité sur les plans de guerre nucléaire est un bon moyen pour les responsables du gouvernement d’étouffer un débat significatif. Et alors que des problèmes nationaux plus pressants dominent l’actualité, celui-ci ne pourrait être plus important. La Grande-Bretagne n’a jamais eu un débat total et vigoureux au sujet de ses armes nucléaires, basé sur des faits. Alors que d’autres pays cherchent à s’équiper en armes de destruction massive, l’enjeu ne saurait-être plus élevé. Est-ce que les sous-marins Trident vont protéger la Grande-Bretagne ou compromettre son futur ? J’espère que le peuple anglais en décidera.

Source : The Guardian, le 14/09/2013

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Commentaire recommandé

Pierre T // 04.12.2016 à 03h43

Certes, je vous approuve totalement lorsque vous dites qu’une explosion nucléaire ne se déclenche pas comme un flacon de nitro-glycérine. Mais quand on voit que le “bouton nucléaire” est confié à des demeurés démagogues ayant des QI d’huîtres, il y a de quoi “flipper”, non ? Pour moi, cela revient à jongler avec des tronçonneuses..

33 réactions et commentaires

  • Louis // 04.12.2016 à 03h19

    Alors l’article peut faire un peu peur mais j’ajouterai pour pondérer la chose qu’une explosion atomique ça ne se déclenche pas “comme ça”.

    Ça date un peu mais mais à l’époque de la prépa on avait démontré en cours de physique que pour qu’un matériau radioactif “explose” il fallait qu’il atteigne une masse critique (en gros dans les équations y a une exponentielle et y a un facteur qui doit être supérieur à 1 à l’intérieur pour que ça parte en vrille)

    Et dans les missiles par principe la masse critique n’est atteinte que lorsque les différentes parties du matériaux (qui séparément n’atteignent pas la masse critique) sont mises en contact. Et ces parties sont à priori séparées par plusieurs mécanismes de sécurité.

    C’est comme les pains de C4, vous pouvez jongler avec vous allez pas vous tuer.

      +15

    Alerter
    • Pierre T // 04.12.2016 à 03h43

      Certes, je vous approuve totalement lorsque vous dites qu’une explosion nucléaire ne se déclenche pas comme un flacon de nitro-glycérine. Mais quand on voit que le “bouton nucléaire” est confié à des demeurés démagogues ayant des QI d’huîtres, il y a de quoi “flipper”, non ? Pour moi, cela revient à jongler avec des tronçonneuses..

        +27

      Alerter
      • Ovuef2r // 04.12.2016 à 07h36

        Pas si certain que vous, l’abruti(e) qui apuierait sur le bouton ne ferait que déclencher une chaîne de commandement qui ne comporte pas que des imbéciles : il a été recensé au moins deux occasions où un “sulbalterne” n’a pas obéi aux ordres évitant ainsi une catastrophe alors que de fausses informations laissaient croire à une frappe ennemie. Et la c*nnerie ne se conjiugue pas qu’au masculin…

          +11

        Alerter
        • Louis // 04.12.2016 à 14h00

          Tiens ça me fait penser à un film très sympa des années 80 que j’ai pas vu depuis bien longtemps et qui devrait plaire à Olivier vu qu’il a l’air de faire sa culture cinéma ces temps ci.

          Ça s’appelait Wargames et c’était justement sur les risques accidentels de guerre nucléaire.

          Docteur Folamour c’était plutôt le risque humain, Wargames c’est le risque “technique”. D’ailleurs y a une belle morale à la fin.

            +4

          Alerter
      • Egotonomiste // 04.12.2016 à 08h06

        Et encore! Vous semblez penser que l’on peut déclencher des frappes nucléaire comme cela. Hors là non plus cela ne peut pas se passer aussi facilement.

        Il existe des protocoles à suivre et une longue chaîne d’intermédiaires AVANT que le petit bouton rouge ne soit enfoncé.

          +6

        Alerter
        • Pierre T // 04.12.2016 à 10h43

          Bien d’accord avec vous deux, voir ma réponse à Gottfried dans l’article sur l’avion américain de 1961. Si ces protocoles n’existaient pas, il y a longtemps que l’accident nucléaire aurait eu lieu…

            +4

          Alerter
      • triari // 04.12.2016 à 11h36

        Les indiens et les pakistanais ont toutes les raisons du monde à se comporter en “demeurés démagogues” les uns contre les autres ; et pourtant, ils n’ont toujours pas appuyés sur le bouton.
        Pareil, Bush, Hollande, Sarkozy et toutes les cliques occidentales : toutes composées de “demeurés démagogues” n’ont toujours pas appuyés sur le bouton (hormis en 1945 quand l’équilibre de la terreur n’existait pas).

        Désolé, mais je pense que : avoir la bombe force à être plus malin que de ne pas l’avoir. L’URSS, la Chine & les U.S.A. ont eu maintes raisons de se faire la guerre…et elles ne se la sont pas faites, est-ce grâce à la bombe ? Peut-être, peut-être pas ! Je pense tout de même que si Bush n’a pas envahi la Russie lorsque Poutine remit à leur place les géorgiens en 2008 ; c’est parce que Russie & USA étaient mutuellement des puissances nucléaires.

          +8

        Alerter
      • marc // 04.12.2016 à 13h14

        ” le “bouton nucléaire” est confié à des demeurés démagogues ayant des QI d’huîtres”

        je n’y crois pas du tout… réfléchissez une seconde : si c’était vrai, ça aurait pété depuis longtemps

          +3

        Alerter
        • Thierry // 04.12.2016 à 13h57

          Entièrement d’accord. Un acte de guerre est envisageable mais infiniment moins probable qu’un accident.

          Si cela pète un jour, ce sera comme pour toute catastrophe au terme d’une chaine de dysfonctionnements successifs et cumulatifs.

          On pourra toujours en faire l’arbre des causes …

            +3

          Alerter
          • Pierre T // 04.12.2016 à 15h04

            Voyez donc l’avis de John Pilger sur la question
            http://www.investigaction.net/john-pilger-jai-fait-ce-film-pour-briser-le-silence-sur-la-guerre-nucleaire/
            Nous sommes entrés dans une phase où les guerres pour les ressources (telles que en Irak, Lybie, Syrie) vont monter en intensité.
            Et n’est-ce pas sur ce site que nombres de commentateurs craignaient la victoire de Mme Clinton en raison du risque de déclenchement d’une troisième guerre mondiale ?

              +6

            Alerter
            • Rémi // 04.12.2016 à 21h21

              Les guerres pour les ressources sont une immense erreure de réflexion.
              Cela part du principe que nous ne sommes pas capables de développer de nouvelles ressources.
              Il est dommage que ce genre de pensée soit répendue à l’époque de l’invention des nanites et de la robotique.
              Les robots vont nous permettre d’exploiter les ressources sous marines tandit que les nanites vont petit à petit se substituer à d’autres matières.
              Si nous avions investit la moitié du cout de la guerre en Irak dans ces recherches elles seraient matures.
              Mais là je rejoinds l’avis précédent sur le QI de nos dirigeants.

                +3

              Alerter
            • Pierre T // 05.12.2016 à 13h21

              @Remi. Tout à fait d’accord avec votre propos, il y a sans le moindre doute une dilapidation pharaonique des richesses. Par exemple, le chiffre de 5000 milliards de $ (de mémoire) a été avancé pour les guerres américaines depuis 2003, et ce rien que du côté américain ! Même au niveau alimentaire, nombreux sont ceux qui pensent que, correctement gérée, la terre pourrait largement nourrir les 7 milliards qui la peuplent. Mais lorsqu’on voit, qu’en terme de ressources renouvelables, nous consommons 1,6 fois ce que la Terre produit par an, il me paraît évident qu’il faut urgemment changer de paradigme, sinon le système se rééquilibrera de façon brutale et violente.

                +1

              Alerter
            • madake // 06.12.2016 à 01h47

              @remi
              Comme vous le pensez, il semble évident que l’argent employé à “rouler les mécaniques” pourrait être employé à meilleur escient, autant, il me semble, que vous sous-estimez gravement le poids du complexe militaro-industriel, qui a triomphé, jusqu’ici, de tous les obstacles sur son chemin.
              Le discours d’adieu d’Eisenhower reste d’une douloureuse actualité.
              Je vous renvoie au film d’Eugene Jarecki “why we fight”

              Mais sur les “guerres pour les ressources”, je crains que vous ne fassiez un assemblage chimérique entre ressources et énergie.
              Une ressource en matières premières réclame de l’énergie pour être exploitée. Le pétrole était précieux car pour le coût énergétique d’un seul baril, on en extrayait 100.
              Aujourd’hui les pétroles non conventionnels pour le coût d’1 baril n’en sortent plus que 3. Difficiles à extraire, il faut en plus en finir la “cuisson”.
              Que ce soit pour la robotique, ou les nanites, il vous faut non seulement de précieuses terres rares, du cuivre et du silicium mais aussi de la chimie moléculaire de pointe, et beaucoup d’énergie. Quelle énergie à haute densité proposez-vous?

                +0

              Alerter
  • calal // 04.12.2016 à 08h18

    j’aurai tendance a etre ” spartiate”:un agresseur attaquera plutot un gros riche desarme qu’un type maigre frugal et arme.
    il faut consacrer des credits a la defense. parce que l’europe est riche,grasse et agee. parce que l’afrique semble incapable de maitriser sa demographie.
    l’europe c’est la paix et la prosperite mais amha la paix venait surtout du fait qu’il restait des temoins vivants de la 2eme guerre mondiale. or ils ne sont quasi plus la. et comme par hasard,les tensions montent…

      +5

    Alerter
  • relc // 04.12.2016 à 08h58

    « Un échange sur les dossiers nucléaires entre les USA, l’URSS et leurs alliés semblait possible. »

    Ce n’est pas d’un « échange sur les dossiers nucléaires » qu’il est question, ce qui aurait été plutôt rassurant, et donc en contradiction avec le reste du texte (« Au milieu de ce climat inquiétant et apocalyptique »), mais d’un échange de coups, avec utilisation sans retenue et dans toute leur force des arsenaux nucléaires. (“all-out”)

    « An all-out nuclear exchange between the US, the Soviet Union and their allies seemed possible. »
    disons :
    Il semblait possible que survienne un échange de bombardements nucléaires déchaînés entre les USA, l’URSS et leurs alliés

    On pourrait peut-être aussi traduire en prenant “exchange” au sens de “an argument or quarrel”, une dispute, à voir.

      +3

    Alerter
  • Catalina // 04.12.2016 à 09h02

    ” parce que l’afrique semble incapable de maitriser sa demographie.”

    La moitié des enfants meurent avant 5 ans en Afrique, ….peut-on donc parler de gérer la démographie ?
    ou peut-être pourrait-on parler du fait de la misère que nous imposons à l’Afrique ? celle qui empêche les Africains d’avoir des infrastructures sanitaires par exemple ?
    Il est prouvé que plus le niveau de vie est bon, moins on fait d’enfants alors il me semble que parler de la difficulté de l’Afrique a gérer sa démographie est un peu fort de café.

      +22

    Alerter
    • kriss34 // 04.12.2016 à 10h41

      Ah, l’Afrique et ses dirigeants incorruptibles…

        +5

      Alerter
      • Raoul // 04.12.2016 à 11h03

        Il y a des dirigeants corruptibles et des pays corrupteurs (devinez lesquels). Quant aux présidents honnêtes, on sait comment les traiter (Sankara, Lumumba).

          +17

        Alerter
    • LS // 04.12.2016 à 18h31

      @catalina : Oui mais la transition démographique est un fait en Afrique. En Afrique comme partout ailleurs, on assiste à une baisse de la mortalité (y compris infantile) qui précède la baisse de la natalité. Comme partout ailleurs, cette transition verra une multiplication par 2 ou 3 de la population. Or l’Afrique n’a apparemment pas les ressources pour supporter cela, avec comme unique solution l’émigration.

      Responsable de leur misère ? Historiquement, c’est probable, mais pourquoi dans ce cas dire “nous” ? Je ne me sens pas redevable de ce qu’a commis mon grand père, même si je reconnais que cela se discute (si on accepte l’actif de nos aïeux, il faut accepter leur passif). Que nous soyons aujourd’hui et demain des acteurs actifs de leur misère, j’ai plus de doute. Est-ce que Boloré est français ? Non !

        +4

      Alerter
      • fulsi // 05.12.2016 à 15h13

        Est ce que vous vous sentez responsable de ce que font les politiciens et militaires de votre pays avec vos impôts ??

          +0

        Alerter
  • RGT // 04.12.2016 à 10h23

    La dissuasion nucléaire, c’est beau…
    Stanley Kubrick l’avait parfaitement décrit dans son film Docteur Follamour (Dr Strangelove) en 1964 (dèjà).

    Scène d’anthologie du largage de la bombe, à graver dans toutes les mémoires pour se souvenir de la connerie insondable des personnes impliquées…

    https://www.youtube.com/watch?v=snTaSJk0n_Y

    Et toujours dans le même film, la scène finale qui doit faire baver Killary et tous les néo-cons de la planète :

    https://www.youtube.com/watch?v=-gb0mxcpPOU

      +7

    Alerter
  • daniel // 04.12.2016 à 11h08

    J’espère que les anti-nucléaires militants sont plus doués.
    Finalement, l’info la plus importante de cet article est la dépendance totale des Brits envers les USA.
    Un détail amusant, la conception de la bombe H française a été accélérée grâce à des conseils brits, conseils glissés avec champagne et petits fours lors de réception diplomatique entre attachés militaires. C’était une des manifestations anglaises prouvant son attachement à l’Europe… Or l’article nous apprend que les Brits se sont contentés de copier les Américains. Le monde est petit.

    Ref:
    “Le renseignement anglais n’était pas indispensable, s’il est vrai qu’il a accéléré les choses en incitant à l’abandon immédiat de l’autre filière, non valable. Il n’est donc pas possible d’affirmer honnêtement que nous n’aurions jamais pu sortir des difficultés sans l’aide anglaise.”
    Bref, du temps et de l’argent gagnés or, de Gaulle s’impatientait des lenteurs..
    http://www.bombehlaverite.com/#L%27affab

      +4

    Alerter
  • Chris // 04.12.2016 à 11h17

    La seule chose que je retiens de la justification de l’usage de l’armement nucléaire est la suivante :

    “La bombe est en premier lieu une arme contre la vie et les activités humaines dans des grands site urbains et industriels” avançait le rapport. De telles armes étaient utiles, principalement, pour tuer et terroriser des civils. Selon le rapport, certaines des meilleures cibles étaient “des villes marquées par une forte signification sentimentale.”

    Voilà qui illustre parfaitement la nature psychopathe des élites qui phagocytent le pouvoir depuis des décennies.
    Se dire que sont les mêmes qui se font chantres et acteurs hyper actifs du néolibéralisme globalisant qui conduit les populations à leur décimation, mais dans un ralenti qui leur permet de s’enrichir démesurément entre-temps.
    Quel nihilisme civilisationnel !

      +10

    Alerter
  • khedron // 04.12.2016 à 11h38

    toutes les précautions sont prises mais le risque technologique ne soit pas être sous estimé.

    nous savons tous que le titanic était insubmersible ou qu’un accident majeur dans une centrale nucléaire moderne comme celle de Fukushima est improbable.

    “tout ce qui peut arriver arrivera” nous a dit l’ami Murphy

      +10

    Alerter
  • christian gedeon // 04.12.2016 à 12h29

    En attendant,on continue quand même à “moderniser ” les arsenaux nucléaires,n’est ce pas? mais le principal problème actuel des britanniques,comme des usiens,est la chasse dans laquelle leurs sas et leurs seals sont lancés. Quelle chasse? Ben la chasse à leurs “alliés ” de daech de nosra et autres “rebelles”…pour effacer les traces de l’implication des “occidentaux ” dans les guerres syrienne et neo irakienne…je l’avais déjà écrit il y plusieurs semaines,çà se confirme.Il faut vite faire monsieur propre pour éviter les scandales ouverts à venir,et qui viendront quand même…Al Nosra fait du bon boulot,hein?

      +7

    Alerter
  • Arcousan09 // 04.12.2016 à 12h57

    Je suis d’une sérénité absolue sur le sujet …
    L’ennemi contre lequel nous devons tous nous préparer c’est bien entendu la Russie à moins que ce ne soient les strumpfs bleus …
    Celui qui fera joujou avec ces cochonneries de bombes issues du “génie humain” s’attirera les représailles de l’assailli qui lui aussi expédiera ses bombes et alors l’humanité fera comme les dinosaures, elle disparaitra les représentants du “bien” tout comme ceux du “mal”.
    Conclusion: je pense qu’il faut encore et encore en fabriquer des bombes de plus en plus sophistiquées afin d’être sûrs de ne pas se louper ….

    Insondable débilité du “génie” humain surtout du “génie” politico-militaire

      +4

    Alerter
    • Arnould // 07.12.2016 à 02h18

      Même s’il y a 5 milliards de morts, ce qui semble beaucoup, pas de problème pour la suite de l’histoire de l’humanité puisqu’il y aura 2 milliards de survivants…

        +0

      Alerter
  • Diox // 04.12.2016 à 13h50

    déjà qu’on peut acheter sa bombe au marché noir, alors ne nous inquiétons pas bientôt il en pétera une.

    http://www.liberation.fr/medias/2001/11/26/vous-verrez-c-est-incroyable_385193

      +2

    Alerter
  • Krystyna Hawrot // 04.12.2016 à 14h13

    Merci pour cet article, excellent et factuel – j’ai appris plein de choses! J’en déduis qu’il est urgent pour les citoyens de se saisir de la question de la “dissuasion nucléaire” et de mener un débat sur “qui elles sont censés dissuader”. Surtout qu’aujourd’hui les peuples sont surtout menacés par les guerres menées par des milices payées, des “régime change” payés par des fondations étrangères et par des effondrements économiques menés par des banques et des agences de notations utilisant l’arme de la dette.
    Les missiles nucléaires ne sont d’aucun secours contre cela…c’est plutôt la diplomatie et le soft power qu’il faut réhabiliter. Quel est le soft power de la France?

      +4

    Alerter
    • Jeanne L // 04.12.2016 à 16h52

      Je crains que l’on ne table en haut lieu sur BHL comme soft power ! Il peut aussi être remplacé par Onfray ou bébé Glucksmann à l’occasion …

        +2

      Alerter
  • Toff de Aix // 05.12.2016 à 10h35

    Tous les partisans de la fameuse “dissuasion” oublient une chose fondamentale : il suffira d’une fois, d’une seule, pour que la race humaine parte en fumée (au mieux), ou s’éteigne dans une lente agonie (au pire). En effet, comment être stupide au point de nier cette épée de damoclès sur nos têtes à tous ? Une seule détonation, même accidentelle, et il y a de grands risques que le pays victime n’en reste pas là et riposte.. On connaît tous la suite.

    Alors quand je lis ça “Les estimations des dommages et victimes du SIOP était très restreintes. Elles étaient basées seulement sur l’effet de l’explosion, et excluaient le mal pouvant être causé par la radiation thermique, les incendies et les retombées radioactives, qui étaient compliquées à évaluer.” je me dis qu’on est vraiment vraiment mal barrés en tant qu espèce. Quelques bombes qui pètent, certains croient qu’ils seront à l’abri… Alors que l’hiver nucléaire, les contaminations en chaîne et tout le reste finiraient juste le travail. Pauvres de nous…

      +3

    Alerter
  • emmanuel // 05.12.2016 à 14h16

    tot ou tard, à cause de nos conneries, une arme de destruction massive tombera dans les mains d’un psychopathe. C’est d’ailleurs déjà arrivé en 1945.

      +1

    Alerter
  • JP4U // 07.12.2016 à 01h14

    cartes animées des essais nucléaires :
    https://www.youtube.com/watch?v=Gi1DrPZzxyU
    et http://www.arcgis.com/apps/Time/index.html?appid=b8540a8a2500472c8037bdd2a35c4be0

    et une carte avec la puissance des tirs effectués : http://www.laboiteverte.fr/wp-content/uploads/2009/12/carte-nucleaire-detonation.jpg

    – Diffusion: RTL-TVI, du 21 septembre 2013.de l’accident du B52 : https://www.youtube.com/watch?v=4QlfR6rfPM4

    Sans compter tous “incidents de manipulation ou autre, par exemple : https://www.dissident-media.org/infonucleaire/accid_criticit.html

    Le nucléaire n’a pas fini de tuer ou irradier…

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications