Les Crises Les Crises
11.janvier.202011.1.2020 // Les Crises

Boris Johnson aurait perdu l’élection britannique avec un vote à la proportionnelle

Merci 228
J'envoie

Nous vous proposons ce monument de mauvaise foi.

Profitez en bien, vous ne lirez jamais ceci pour Macron – 24 % en 2017, 20 % en 2019

Source : Ouest-France, Fabien Cazenave, 16-12-2019

Le système électoral britannique est pensé pour donner des majorités stables au gouvernement. Boris Johnson a profité à plein du scrutin majoritaire à un tour lors des élections générales de jeudi 12 décembre en l’emportant largement. Les candidats conservateurs ont été beaucoup à empocher le siège de la circonscription alors qu’ils n’avaient obtenu que 35 à 40% des voix.

Des chercheurs du cercle de réflexion Electoral Reform Society ont démontré vendredi qu’avec un système de vote à la proportionnelle, les résultats auraient été tout autres.

Un parlement sans majorité

Les partis favorables au Brexit ont obtenu la majorité des sièges alors qu’ils n’ont obtenu que 46,8% des voix. Avec la proportionnelle, les conservateurs de Boris Johnson n’auraient obtenu que 288 députés (contre 365 actuellement), loin des 326 sièges nécessaires pour avoir la majorité. Mais on aurait probablement obtenu aussi un hung parliament selon la terminologie anglaise (un parlement suspendu), c’est-à-dire un parlement sans majorité.

Certes, les 216 députés travaillistes de Jeremy Corbyn (affiliés au groupe S & D au Parlement européen) auraient pu prendre le pouvoir grâce à une coalition très large, allant des Libéraux démocrates (70 sièges, lié au groupe Renew Europe de LREM) aux Verts (12), les indépendantistes écossais du SNP (28, qui siègent avec les Verts au Parlement européen) et d’autres élus régionaux. Mais les divergences politiques entre ces partis n’auraient probablement pas permis de former une majorité stable.

La proportionnelle favorable aux petits partis

En arrivant en tête et en présentant un camp uni, le parti conservateur a ainsi pu obtenir une très confortable majorité absolue de 365 députés. D’autant plus que le camp en face partait largement divisé. Avec un système à la proportionnelle, à savoir qu’on obtient des députés en fonction de son poids électoral, les troupes de Boris Johnson auraient eu 77 sièges de moins.

Autre parti qui a profité du système électoral actuel, les Écossais du SNP perdraient une vingtaine de députés.

Ce sont les partis les plus proeuropéens qui auraient profité au maximum d’un vote à la proportionnelle. Les Libéraux démocrates gagneraient alors 59 sièges, en passant de 11 à 70 eurodéputés. Les Verts gagneraient aussi onze députés, passant de 1 à 12 sièges.

Le Brexit Party de l’europhobe Nigel Farage aussi serait gagnant en obtenant 10 députés alors qu’il n’en compte aucun avec le système actuel.

Un choix politique

En France aussi, on privilégie un système de scrutin majoritaire, à deux tours. Régulièrement, les partis comme le Modem ou le Rassemblement national demandent l’introduction d’une dose de proportionnelle. Les écologistes d’EELV ont aussi été très longtemps dépendants d’un accord ou non avec le Parti socialiste pour avoir un groupe de députés à l’Assemblée nationale.

Le Parlement européen a longtemps été l’occasion pour ces petits partis d’obtenir des élus, du fait de son scrutin à la proportionnelle. Jean-Marie Le Pen, fondateur et dirigeant historique du parti de l’extrême droite française, a été élu européen pendant près de 33 ans.

En Europe, plusieurs pays utilisent le scrutin à la proportionnelle. C’est le cas de l’Italie, qui connaît une instabilité chronique à la chambre basse avec des grands partis très dépendants de petits partis pour avoir une majorité. En Allemagne, une prime est accordée au parti en tête, ce qui est censé lui donner une majorité et une plus forte stabilité. Mais avec l’effondrement électoral des sociaux-démocrates du SPD, mais aussi des conservateurs de la CDU d’Angela Merkel, le pays connaît désormais de nombreuses coalitions au pouvoir également.

Le choix du système électoral est donc important sur la composition de la future assemblée.

Source : Ouest-France, Fabien Cazenave, 16-12-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 11.01.2020 à 06h41

Oui effectivement, lors des élections avec Trump les journalistes souvent europhiles avaient contestés aussi de même manière le système américain, qui pourtant quelques années plus tôt avait élu Obama, le fair-play n’existe dans ce milieu que quand c’est leur camp qui gagne si c’était la proportionnelle qui avait porté johnson ils auraient fait un article prouvant le mérite du vote majoritaire.

Sinon toutes les bassesses et remises en causes seront acceptables car ils sont le camp du bien et de la vérité autoproclamé, ce sont les mêmes qui denieront le droit au RIC car le peuple pourrait remettre en place la peine de mort, il ne sait pas et n’est pas aussi éclairé que l’élite dont ils font parti.

57 réactions et commentaires

  • Fabrice // 11.01.2020 à 06h41

    Oui effectivement, lors des élections avec Trump les journalistes souvent europhiles avaient contestés aussi de même manière le système américain, qui pourtant quelques années plus tôt avait élu Obama, le fair-play n’existe dans ce milieu que quand c’est leur camp qui gagne si c’était la proportionnelle qui avait porté johnson ils auraient fait un article prouvant le mérite du vote majoritaire.

    Sinon toutes les bassesses et remises en causes seront acceptables car ils sont le camp du bien et de la vérité autoproclamé, ce sont les mêmes qui denieront le droit au RIC car le peuple pourrait remettre en place la peine de mort, il ne sait pas et n’est pas aussi éclairé que l’élite dont ils font parti.

      +72

    Alerter
    • Rd // 11.01.2020 à 06h58

      Le système électoral américain, aussi bien pour la présidentielle que pour les sénatoriale (où un état comme la Californie, 40 millions d’habitants, a le même poids politique que le Wyoming, ~600 000 habitants – avec un Sénat au pouvoirs démesurés pour empêcher l’adoption de nouvelles lois, la nomination des juges à la Cour Suprême, sans même parler de changement de la Constitution) est particulièrement injuste. Et il permet à un candidat minoritaire (Trump a eu nationalement 2 millions de voix de moins que Clinton, comme Bush Jr avait eu 500 000 voix de moins que Gore, et le cas inverse n’est jamais arrivé), tout comme il décourage les électeurs minoritaires dans un État (un républicain en Californie ou dans l’Etat de NY, un démocrate au Kansas ou en Alabama, n »importe quel autre parti politique dans tous les états) de voter puisque leur vote n’aura jamais aucune valeur. Sans parler du fait que l’organisation du vote est du ressort des États, sans le moindre recours véritable quand il décide arbitrairement des virer des centaines de milliers de votants des listes électorales d’un claquement de doigt, ou de rendre en pratique le vote impossible de certaines catégories (diminution des bureaux de votes où il faut faire la queue des heures pour voter, un jour ouvré, tracasseries administratives pour avoir des pièces d’identité – genre un bureau par état pour obtenir un ID, ouvert un jour par mois. etc).

        +17

      Alerter
      • Fabrice // 11.01.2020 à 07h54

        Le problème c’est quand on accepte un système de vote aussi imparfait soit il (un sujet avait été développé sur le vote le plus proche d’un choix démocratique par les crise.fr) on ne le remet pas en cause après selon que le résultat nous convient ou pas, avant cela ne me choque pas après c’est là que l’hypocrisie est flagrante.

        Si Johnson avait perdu le journaliste aurait loué le système démocratique britannique de même si Clinton avait gagné contre Trump on aurait mis à la trappe les failles du système américain 😉

          +52

        Alerter
      • Emile // 11.01.2020 à 09h17

        La Californie a 55 grand électeurs et le Wyoming seulement 3.
        https://www.humanite.fr/infographie-trump-elu-president-des-etats-unis-avec-279-grands-electeurs-clinton-218-620145

        Le nombre de grands électeurs des états dépend de la population. Évidemment, les gens bougent et le collège électoral peut mettre du temps à s’adapter mais il ne faut pas non plus grossir le trait.

        Le système américain n’est pas parfait mais le notre non plus. Le système à 2 tours pousse les candidats à faire monter le RN pour gagner sans débat au 2nd tour.

        A chaque élection, quand le résultat ne convient pas aux éditorialistes, ils trouvent le moyen de remettre en cause le scrutin. Au moment de l’élection de Sarkozy, certains proposaient même la méthode de condorcet parce qu’elle aurait fait gagner leur candidat (Bayrou).

          +22

        Alerter
        • calal // 11.01.2020 à 11h45

          Le nombre de grands électeurs des états dépend de la population

          et c’est la que les us sont un pays interessant,car c’est un peu comme l’europe sauf que tous parlent la meme langue.Ainsi,il semble qu’actuellement,beaucoup de californiens quitteraient leur « pays » devenu trop cher et trop casse couille pour aller dans un autre « etat ».Une facon de « voter avec ses pieds » facilite par le fait que ces « migrants » n’ont pas besoin d’apprendre une nouvelle langue.
          De meme,beaucoup d’habitants du pays appelle « illinois » se barreraient dans un autre etat car leur administration serait en train de faire faillite et augmenterait les impots et taxes d’une facon importante.

            +4

          Alerter
      • LowCost // 11.01.2020 à 09h59

        Les deux assemblés au USA ont deux modes de représentativité différentes.
        Oui chaque état a le même poids au sénat, c’est ce qui fait accepter la fédération à tous justement, qu’il soit peuplé, riche, grand ou non. Ça donne une importance à l’expression majoritaire des états sans tenir compte de leur population. Ça évite que les 4 ou 5 états les plus peuplés puissent imposer leurs vues aux 45 autres.
        Par contre, le nombre de représentants est proportionnel au poids démographique des états à la chambre.
        Par exemple : Californie 53, Wyoming 1
        Aucun système électorale représentatif n’est parfait, ni ne s’en approche.

        Et pour ce qui est des électeurs virés des listes, il me semble qu’un pays francophone d’Europe de l’ouest comptant environ 65 millions d’habitants n’est pas exempt non plus de ce genre de problème.

          +16

        Alerter
      • Maud // 13.01.2020 à 00h27

        ……

        C’est du ressort des états effectivement comme bien d’autres sujets, l’éducation nationale qui n’existe pas aux USA est du ressort des états, la justice (sauf certains crimes fédéraux), le permis de conduire, les taxes à la vente sorte de TVA et j’en passe. Il s’agit d’un Etat Fédéral et le mode de scrutin a une histoire que bien peu connaisse. Sans toutes ces prérogatives jamais les treize premiers états n’auraient accepté cette union fédérale. Pour les européens et d’autres ce mode de fonctionnement semble étrange et pourtant elle a sa raison d’être que cela nous conviennent ou pas.
        Pour l’anecdote notons qu’il existe aussi en France une élection qui permet de gagner avec moins de voix que son adversaire : pour les municipales à Paris Lyon Marseille on vote par arrondissement. C’est ainsi que Delanoe est devenu maire de Paris avec moins de voix que Philippe Seguin. Qui s’en ait soucié à l’époque. Personne

        …………….3

          +3

        Alerter
      • Marion // 13.01.2020 à 11h52

        On ne peut pas avancer l’argument que Trump a obtenu moins de voix que Clinton en 2016, et trouver cela injuste, pour la simple raison que Trump n’aurait pas fait la meme campagne avec un systeme purement proportionnel.

          +3

        Alerter
    • Alexandre Clement // 11.01.2020 à 20h57

      Le problème n’est pas le même Obama a eu plus de voix que son rival, ce qui n’est pas le cas de Trump qui comptait 3 millions de voix de moins que la Clinton

        +0

      Alerter
  • Rd // 11.01.2020 à 06h43

    Dans le cas présent, l’auteur est peut-être d’absolue mauvaise fois, il n’empêche que le système de scrutin uninominal à 1 tour est le pire qui soit en terme de démocratie « représentative » (et pas seulement qu’au RU), puisqu’il fait marcher à plein l’effet « vote utile », et favorise le maintient artificiel du bipartisme des partis historiques, et fait vouer à l’échec toute tentative de vouloir sortir du carcan de ces deux partis traditionnels « majoritaires ». La dernière fois qu’un parti majeur a perdu son statut, c’est dans les années 30 au RU (et dans les années 1850 aux USA), ce qui réduit considérablement la vraie offre démocratique (il faut voir comment ont été qualifiés les supporters de Jill Stein, et elle-même lors de l’élection de 2016 pour avoir oser faire perdre quelques voix à Hillary Clinton – typiquement de marionnette russe), et à notamment contribué à l’échec de Corbyn, forcé à cohabiter avec l’aile néo-libérale européiste du Labour (on peut dire la même chose de Sanders/AOC avec Biden et les autres néo-cons de l’aile droite du parti démocrate)

      +9

    Alerter
    • Dominique65 // 11.01.2020 à 12h57

      « le système de scrutin uninominal à 1 tour est le pire qui soit en terme de démocratie “représentative” »
      Sauf si l’assemblée est proportionnelle, non ?

        +7

      Alerter
      • Clem // 12.01.2020 à 00h03

        Par défaut le scrutin uninominal à un tour ne peut pas être proportionnel.

        Le problème de ce scrutin est que le candidat qui gagne n’a besoin que d’être en tête. Même si 70 ou 75% des électeurs ont voté pour un autre candidat.

        Le scrutin uninominal à deux tours est plus juste (je n’ai pas dit ideal) car il oblige à avoir une majorité absolue au premier tour. Pour la suite ça dépend des adaptations : soit une majorité simple, soit une majorité absolue, auquel cas il est procédé à autant de tours que nécessaire. L’élection présidentielle française est particulière en ce qu’elle élimine nécessairement tous les candidats sauf deux à l’issue du premier tour, en l’absence de majorité absolue, ce qui conduit à voter par calcul.

        Parmi les modes de scrutin les plus intéressants il y a, je crois, le vote unique transférable. Il implique d’élire plusieurs candidats, en pondérant les résultats en fonction de la façon dont les électeurs les ont classé. L’inconvénient par rapport au scrutin proportionnel de liste étant qu’il est plus complexe à mettre en place et à appréhender pour les électeurs. L’avantage étant que les partis ne peuvent alors pas distribuer les plages éligibles aux copains (un fléau des élections européennes par exemple).

          +1

        Alerter
  • Santerre // 11.01.2020 à 07h46

    Chaque système électoral a ses tares. Mais là, il est clair que les tories avaient quand même la majorité. De la même manière, même si Macron a été le plus mal élu de l’histoire, sa majorité parlementaire est là, indiscutable. Et que ceux qui restent à la maison plutôt que de voter ou refusent de « salir leur bulletin de vote » ou encore ne vote pas pour LREM mais contre le diable, qu’il soit LFI ou RN et bien que tous ceux là aillent….

      +16

    Alerter
    • Omelette // 11.01.2020 à 08h45

      … aillent s’organiser par et pour eux-mêmes sur les ronds points, les ZADs, les piquets de grève, les assemblées populaires en débordant les partis traditionnels ? Autant le rejet absolu et inconditionnel de l’outil électoral me semble peu conséquent, autant l’inverse, la diabolisation des concitoyens abstentionistes, l’est tout autant. « la démocratie c’est une construction quotidienne, pas une abdication tous les cinq ans ».

        +14

      Alerter
      • Santerre // 11.01.2020 à 09h29

        Le problème est que l’immense majorité de ceux qui ne votent pas ne militent pas plus.

          +9

        Alerter
        • Madudu // 11.01.2020 à 13h27

          Conclusion logique : les gilets jaunes n’existent pas, ils n’ont jamais existé.

          À moins que la prémisse soit fausse.

            +6

          Alerter
    • Damien // 11.01.2020 à 20h01

      Ce n’est que très récemment que l’on a fait correspondre les élections présidentielles avec les législatives, ce qui fausse complètement ces dernières. Et il n’en demeure pas moins que la gauche est clairement sous-représentée. Je ne parle même pas du Sénat qui n’a connu une majorité à gauche qu’à peine une année depuis 1958.

        +1

      Alerter
    • dismuter // 14.01.2020 à 01h05

      Non justement, les tories n’ont pas eu la majorité absolue en voix. C’est tout le sujet de l’article que vous commentez !
      Le Brexit qui passe sans au minimum un 2ème référendum est anti-démocratique, compte-tenu de la majorité qui a voté pour les partis promettant un 2ème référendum, ou l’abrogation pure et simple du Brexit.

        +0

      Alerter
  • SanKuKaï // 11.01.2020 à 07h56

    A noter que pour les présidentielles, il semblerait que la France aussi ait maintenant un scrutin uninominal à 1 tour,

      +21

    Alerter
    • Fritz // 11.01.2020 à 08h23

      Ce fut très net en 2002 et 2017. il fallait éliminer Fillon puis Mélenchon pour assurer la victoire de Macron, et traiter par le silence et le mépris les « petits candidats ». En 2002, la campagne électorale s’est arrêtée à la radio (France Inter) après la surprise du 21 avril.

        +20

      Alerter
  • D’Aubrac // 11.01.2020 à 08h03

    En septembre 1992, du fait de l’approbation du Traité de Maastricht, et à l’insu de la quasi totalité de sa population, y compris la plupart des électeurs favorables à la ratification, notre pays changeait de régime politique, conséquence de la perte de sa souveraineté monétaire et budgétaire. (Car sans les garanties constitutionnelles dont bénéficient d’autres états, l’Allemagne notamment).

    Ce vote considérable, dont on peut dire -28 ans après- qu’il a fait imploser les équilibres internes de notre nation, fut acquis, dans des conditions de propagande et de tension émotionnelle extravagantes (*), avec un peu plus de 400000 voix d’écart, soit 51,04% de oui.
    Nul opposant au traité, même parmi les plus lucides quant aux funestes conséquences du scrutin, (Philippe Séguin, Jean-Pierre Chevènement, Philippe de Villiers), ne contesta sa légitimité… Ces républicains furent exemplaires, comme se doivent de l’être des républicains.

    Notons, pour le contraste, que les partisans du non furent -eux- copieusement et éhontément insultés (ces ploucs, ces demeurés incapables d’accéder au nirvana bruxellois) au lendemain du scrutin, par les médias européistes, qui avaient senti passer de très près le vent du boulet du Non…

    (*) En 2005, on put enfin lire dans Libération, cet aveu de taille:  »Une semaine avant le scrutin, en sortant de l’hôpital Cochin, le chef de l’État (Mitterrand) annonce souffrir d’un cancer de la prostate. Personne ne soupçonne alors que la maladie a plus de dix ans d’âge. De là à parler d’instrumentalisation ».

      +19

    Alerter
    • Fritz // 11.01.2020 à 08h27

      Inutile d’attendre 2005. Je me rappelle fort bien le mercredi 16 septembre 1992, lorsqu’un médecin a annoncé le cancer de François Mitterrand. Quatre jours avant le scrutin, le bon moment pour faire pleurer dans les chaumières donner un coup de pouce au OUI.

      Je m’honore de vivre dans une commune où le NON à Maastricht l’a emporté à près de 55 %.

      Et je demande qu’on vote à nouveau sur ce traité. Qu’en pensez-vous, messieurs-dames de Ouest-France ? Et tous ceux qui prétendaient que les Anglais regrettaient leur vote pour le Brexit.

        +25

      Alerter
  • calal // 11.01.2020 à 08h28

    Ne vous en faites pas, des ordinateurs ultrapuissants calculent a tout moment les probabilites des resultats des elections.Et des que ces probabilites deviennent defavorables, une reforme electorale,un nouveau decoupage  » pour le bien general » est mis en place… En france la proportionnelle se met en place simplement parce que le scrutin majoritaire devient incapable de contrer la montee des populistes…

      +8

    Alerter
    • Barbe // 11.01.2020 à 08h38

      Une seule solution: que le peuple vote les textes, et ne se contente pas d élire.

        +17

      Alerter
      • RV // 13.01.2020 à 14h33

        Une seule solution : que le peuple écrive et vote les textes, ou du moins qu’il puisse en avoir l’initiative

          +1

        Alerter
  • Fritz // 11.01.2020 à 08h39

    Le titre que vous lirez bientôt à la une de Ouest France :

    François Mitterrand aurait perdu le référendum sur Maastricht avec des médias honnêtes

    Titre qui doit paraître le 1er avril prochain, ou le 35 juin 2220.

      +17

    Alerter
  • sergeat // 11.01.2020 à 08h59

    Le problème que nous avons en France est dans notre nouveau système de quinquennat: et de majorité à deux tours le législatif et l’exécutif normalement indépendant se retrouvent tous les deux sous contrôle de Macron,Cette situation donne TOUS les pouvoirs à une personne qui a été élu sur des promesses et qui arrivé au pouvoir continue à agir comme si la France était un monopoly à distribué au monde financier au détriment du peuple et de la nation.
    « le nouveau monde » ressemble plus à un conseil d’administration de banquiers internationaux qu’à un gouvernement soucieux de son pays et soucieux de ceux qui produisent les richesses.

      +18

    Alerter
  • Brigitte // 11.01.2020 à 09h21

    Ouest-rance….pas une bulle d’objectivité entre les pages de ce journal social-libéral Macronien. Johnson aurait échoué à la proportionnelle. Quel sens comptable!
    Eux qui ont créé le site très profitable « le Bon Coin » et l’ont ensuite revendu à un groupe norvégien….pour un peu de trésorerie… Leur sens de l’économie nationale en dit long sur leur religion. Alors pensez, la sortie de l’UE est un concept aussi impénétrable pour eux que les voies du seigneur l’étaient pour Staline…
    En plus, leur argumentaire se mord la queue. Il ne veulent pas admettre l’élection de Johnson mais considère quand même que la proportionnelle permet à des petits partis, comme le FN, d’être représentés, ce qui n’est pas non plus pensable pour eux. Hé oui, la proportionnelle appliquée en France et patatras, LREM ne serait pas majoritaire à l’assemblée.
    Difficile de transposer des résultats d’un système électoral a un autre. Une élection c’est un vote à un instant t et avec des codes préétablis.
    C’est vrai, aux dernières élections européennes, les partis pro-Brexit ne sont pas majoritaires mais le taux d’abstention est élevé parmi les brexiters précisément. Donc ce n’est pas une bonne comparaison, en particulier le faible score des conservateurs est aussi une sanction pour T. May.
    Le référendum est le seul vote démocratique qui compte et légitimise Boris Johnson comme représentant du peuple pour exécuter le Brexit.

      +11

    Alerter
  • KelKON // 11.01.2020 à 10h12

    Et avec une proportionnelle intégrale le RN gouvernerait la France 😉

      +7

    Alerter
    • Emile // 11.01.2020 à 14h55

      Justement non. Ils auraient 30% des sièges et peu de marge de manœuvre pour former une coalition.
      Parmi les 70% restants, il y a des partis qui peuvent s’entendre pour former un gouvernement.

      Les systèmes parlementaires à la proportionnelle favorisent le centre parce qu’il peux s’allier avec d’autres partis plus à gauche et à droite. Contrairement à un système majoritaire, il faut mettre de l’eau dans son vin. Il n’est quasiment jamais possible de gouverner seul.

        +4

      Alerter
  • petitjean // 11.01.2020 à 10h59

    Le mode de scrutin britannique est parfait : pas de magouille entre partis politiques !
    et si on avait en France la proportionnelle* pour les élections aux parlements nationaux et régionaux, la représentation des assemblée serait tout autre…..
    Jamais une étude comparative des modes de scrutins n’est faite pour éclairer les citoyens des pays de l’UE et notamment des français.
    Ce qui compte n’est pas la stabilité politique, mais la représentativité des sensibilités politiques du peuple
    Un exemple frappant c’est le nombre de députés du RN par rapport à son score électoral, à comparer avec le PC et les Verts
    Mais bon, nous savons tous que la France n’est plus une démocratie…………………..
    *cette proportionnelle est effective dans la plupart des pays européens

      +9

    Alerter
    • kasper // 11.01.2020 à 11h22

      Nigel Farage a convenu de ne pas présenter de candidats face au parti de B. Johnson, justement parce que dans chaque circonscription le premier prend tout et que séparer les voix des candidats brexiters aurait favorise les remainers. ( https://www.wsj.com/articles/nigel-farages-brexit-party-gives-boris-johnson-an-election-boost-11573476551 )

      Il y a donc bien des magouilles entre parti même avec un suffrage a 1 tour.

        +7

      Alerter
      • petitjean // 11.01.2020 à 13h24

        @kasper
        l’exemple que vous prenez n’est pas pour moi une « magouille » , mais un acte de responsabilité ! Farage et B. Johnson sont d’accord sur l’essentiel

          +9

        Alerter
        • kasper // 11.01.2020 à 15h52

          Chacun ses goûts en matière de vocabulaire… C’est amusant de lire ça juste en dessous d’un article évoquant la mauvaise foi dans les commentaires politiques (^_^)

          Soit, c’est un acte d’un grand courage. Mais des âmes moins nobles pourraient tout aussi bien magouiller exactement de la même façon, ce qui est ce que je voulais souligner.

            +1

          Alerter
      • jjb79 // 11.01.2020 à 17h13

        Il n’y a pas eu de magouille, Nigel Farage n’a eu aucune contre partie, il a simplement fait passer ce qu’il défend en premier : quitter l’UE. Contrairement aux castes qui nous gouvernent, les intérêts particuliers n’ont pas été défendu par Nigel Farage.

          +9

        Alerter
        • Narm // 11.01.2020 à 22h23

          oui, c’est assez exceptionnel, ici, ils auraient préféré garder leur poste

            +4

          Alerter
  • kasper // 11.01.2020 à 11h12

    « Le choix du système électoral est donc important sur la composition de la future assemblée. »

    Lumineuse conclusion ! Il parait aussi que l’eau chaude mouille.

      +5

    Alerter
    • herve_02 // 14.01.2020 à 11h16

      tandis que la froide non. un truc de dingue.

        +0

      Alerter
  • nouvelle grille // 11.01.2020 à 11h22

    En tout cas, si le système anglais était différent, la stratégie des différents partis aurait aussi été différente (Farage, qui a gagné les européennes haut la main) aurait présenté bien plus de candidat, il a fait le choix stratégique de s’effacer au profit du parti conservateur… L’article est très intéressant mais omet cet aspect je crois…

      +9

    Alerter
  • Benoît // 11.01.2020 à 11h46

    En Belgique nous avons la proportionnelle. Des élections tous les quatre ans. Et un gouvernement de temps en temps…

      +13

    Alerter
  • renaud // 11.01.2020 à 12h37

    La France est un cas unique en Europe

    http://i.imgur.com/pSiD9mj.jpg

    Seule la France et le Royaume-Uni n’ont pas de proportionnelle lors de leurs élections législatives.
    En France, il s’agit du scrutin majoritaire à deux tours, tandis qu’en Grande-Bretagne, il n’y a qu’un seul tour.

    https://www.ouest-france.fr/elections/legislatives/proportionnelle-comment-ca-se-passe-ailleurs-en-europe-5059387

      +2

    Alerter
  • Jean-François91 // 11.01.2020 à 12h48

    Le système uninominal donne la pire représentation des choix des électeurs. Avec un parti A à 53%, un parti B à 47% il permettrait même dans le pire des cas que le parti B ait zéro élu. Celui à deux tours n’est guère meilleur. Ces systèmes empêchent toute remise en cause des partis établis en rabotant >>la plupart du temps<< l'émergence de groupes alternatifs.
    Mais ils ont un effet pervers bien plus pernicieux avec cette menace SI ON NE VOTE PAS DANS LES CLOUS de "perdre son vote" ou même de faire élire "contre ses préférences".
    Le résultat est que les électeurs ne votent pas avec sincérité pour leurs préférences mais selon des stratégies faussées que leur DICTENT les médias et leurs sondages. C'est le dernier clou sur le cercueil de la démocratie.
    La proportionnelle permet la sincérité des votes et facilite le renouvellement des groupes élus. S'il faut limiter l'éparpillement total, un seuil de ~5% pour avoir des sièges y parvient assez bien. Juste un exemple en aparté : la sensibilité "écologiste" (quoi qu'on en pense…) a à peu près autant de partisans en Allemagne, en Autriche, au RU, au Canada, aux Etats-Unis; elle est représentée équitablement en Allemagne ou en Autriche, elle est quasi ABSENTE des parlements des trois derniers pays.

      +7

    Alerter
  • Anfer // 11.01.2020 à 13h02

    Il n’existe pas de système électoral parfait.

    Dans le cas américain, ce qui est intéressant, c’est la séparation des pouvoirs, qui est beaucoup plus net qu’en France.

    Un système intéressant pour moi serait:

    – Séparation des pouvoirs net avec un exécutif et un législatif élus avec une temporalité différente.
    – Séparation des pouvoirs, ne signifie pas égalité des pouvoirs, la hiérarchie doit être la suivante: Le législatif contrôle et peut enquêter sur les autres pouvoirs. Pour le contrebalancer, il est dilué dans une assemblée.
    – Systeme monocamerale, l’assemblée législative devrait avoir 3 modes de nomination: députés élus à la proportionnelle à un tour qui formeront 2/3 de l’assemblée, le tiers restant est divisé en 2, avec des « sénateurs » elus a l’uninominal à un tour (jugement majoritaire) 1 par département. Et des citoyens tirés au sort pour la dernière partie. Le renouvellement se fait tous les 2 ans.
    – Un conseil constitutionnel composé de représentants de l’exécutif du législatif et du judiciaire pour 1 tiers, l’autre tiers composés de juristes, avocats, professeurs de droit constitutionnel tirés au sort sur des listes professionnelles, le 3ème tiers composés de citoyens tirés au sort.
    – L’exécutif est composé d’un collège élu, il s’agirait d’une élection à un tour au scrutin du jugement majoritaire.
    – Élections tous les 2 ans, et vote (RIC) tous les an, le jour du vote/élection est férié, rémunéré, le vote est obligatoire, les blancs sont comptabilisés comme tels.

      +1

    Alerter
    • Anfer // 11.01.2020 à 13h10

      L’exécutif étant indépendant, pas d’instabilité.

      Le risque de blocage entre législatif et exécutif, ou l’impossibilité de degager un consensus sur une loi est annulé par le referumdum annuel, car tout sujet qui n’arrive pas à dégager une majorité est mis à referumdum,

      Il faut que la constitution ne puisse être modifié que par voie référendaire.

      Les modalités du RIC proposé par Olivier avec un nombre de sujet maximum et pas de seuil me paraissent très bien, je les reprends. J’ajoute que l’exécutif comme le législatif peuvent proposer des referumdum eux aussi. Et qu’au niveau local ça doit être pareil.

      Le gros défaut que je vois, c’est que ça risque de faire beaucoup de sujets sur lesquels voter en un jour, plus l’élection, il faudrait limiter le nombre de questions à poser.

        +1

      Alerter
      • Calal // 11.01.2020 à 15h59

        Exécutif indépendant et instabilité gouvernementale ça donne une technocratie,un  » deep state » tout puissant…
        Y a pas de bon système, y a que des moins mauvais que d’autres.

          +1

        Alerter
  • fox23 // 11.01.2020 à 13h05

    Si ma tante….

    Ce genre de sophisme peut-être étendu au monde entier et ne veut strictement rien dire. La base de la victoire, c’est de l’obtenir avec les règles en vigueur, certains appellent même ça la démocratie…
    Si l’opposition britannique avait été un peu moins empêtré dans ses propres contradiction, son résultat aurait sans doute été moins catastrophique.
    C’est plus facile de faire reposer sa défaite sur des éléments extérieurs valables pour tous que de parler des divisions internes sur le Brexit, le soutien inconditionnel ou non à la politique fasciste d’Israël et autres points qui fâchent !

      +5

    Alerter
  • Christian Gedeon // 11.01.2020 à 13h07

    Et si ma tante en avait on l’appellerait mon oncle ! Je rappelle à ce monsieur que le vote est fait pour représenter tous les territoires et pas seulement ceux de bobo et gaucho land! Les régions surpeuplées par les europeistes ont été vaincues par le vote des territoires. Poing( le g n’est pas erreur)barre. Et le «  petit peuple » a voté Boris. Allo la vraie gauche. Ou es tu que fais tu ?

      +8

    Alerter
    • Renard // 11.01.2020 à 17h34

      La vraie gauche en Angleterre, après avoir subi la razzia idéologique des années 90, se reconstruit petit à petit via le Blue Labour. Et dans toute l’Europe cette reconstruction se fait, trop lentement peut être, et en se prenant beaucoup de bâtons dans les roues : Kuzmanovic en France (qui s’est fait dégager de LFI), Sarah Wagenknecht en Allemagne (qui s’est fait dégager de Die Linke), Fassina en Italie, un certain nombre d’individu de Podemos en Espagne, Zoé Kostantopoulos en Grèce,..

      Des individus donc, pas de mouvement de masse, parfois même pas de parti. Mais c’est en marchant que l’on fait le chemin..
      La situation du socialisme (le vrai) aujourd’hui est quasiment ce qu’elle était au départ au 19e siècle : une idéologie inconnue, porté par des individus plus que par des partis, exclue du système en ce qu’elle ne reconnait pas le faux clivage gauche/droite mis en place par la bourgeoisie.
      Mais une idéologie promis à une expansion rapide, parce qu’elle dit vrai, parce qu’elle met des mots sur les maux du siècle : l’asservissement économique, la destruction de la civilisation par la logique marchande, la mise en concurrence des peuples, etc..

      Dans les années 90 les puissants pensaient avoir exorcisé le fantôme du socialisme mais celui-ci est revenu.

        +4

      Alerter
    • fox23 // 11.01.2020 à 18h02

      Très drôle !
      On pourrait aussi évoquer notre beau pays peut-être ? Majorité absolue macronesque à l’assemblée nationale avec guère plus de 25% des voix, ça cachera le début des années Mitterrand, où, avec des conditions de vote aussi contraires, le Peuple berné avait obtenu une majorité à la même assemblée. Un programme qui plait est suivi, les valses hésitations sont toujours sanctionnées
      Ça ne tient toujours pas compte de ce qu’on propose M’sieu Gedeon ?
      Au fait, c’est quoi la vraie gauche siou plé ?

        +0

      Alerter
      • Christian Gedeon // 11.01.2020 à 18h41

        M’sieu Gédéon vous rappelle que si M à été élu avec 25 pour cent des voix au premier tour de la présidentielle, rien n’empêchait le électeurs des lui mettre une baffe aux législatives. En lieu et place de quoi ce fut une caresse! Quant à la vraie gauche, c’est celle qui s’occupe vraiment des problèmes sociaux et pas des byzantinismes communautaires des « avancées societales ». Ce serait un bon début.

          +4

        Alerter
  • petitjean // 11.01.2020 à 13h41

    C’est curieux !
    quelque soit notre vote, depuis des décennies nous subissons la même politique !
    Et le parlement, élu pourtant par le peuple, ne représente même plus le peuple. Il est, sous le contrôle de l’exécutif !
    Des explications ?

      +6

    Alerter
  • Dbon // 11.01.2020 à 20h15

    Macron ne serait pas président s’il n’avait pas gagné ! tandis que ses concurrents auraient pu le dépasser si ils avaient réussis convaincre plus des gens.!
    Sans compter les abstentionnistes qui auraient pu voter pour les uns ou les autres.
    Voilà une analyse digne des écoles de journalisme actuelles.
    Ceci dit journaliste chez ouest France c’est comme cuisinier chez mac Donald

      +2

    Alerter
  • Alexandre Clement // 11.01.2020 à 20h55

    Pourquoi relier un post aussi stupide ? L’idiot de service suppose que les travaillistes auraient voté tous en bloc pour le Remain ? Dans la victoire de Johnson il y a la base que les britanniques voulaient le Brexit. On peut tordre les résultats autant qu’on veut, c’est de la littérature. Supposer une coalition qui irait des travaillistes aux libéraux est particulièrement tordu

      +1

    Alerter
  • Maud // 13.01.2020 à 00h32

    On peu toujours discuter du mode de scrutin quand le résultat vous déplait mais le mode de scrutin choisi, qui a sa raison d’être, détermine la majorité. A la proportionnelle, Macron n’aurait pas un telle majorité. Nous sommes les seuls en Europe a voté pour le parlement avec un élection à deux tours.
    On change de mode de scrutin, on change la majorité. Alors c’est quoi la majorité ?
    Variable en fonction du mode de scrutin ? Donc interchangeable d’où la nécessité d’une solide constitution qui oblige à respecter l’opposition.et surtout avoir en tête qu’une majorité cela n’existe pas. Il s’agit d’une simple convention.

      +1

    Alerter
  • Marion // 13.01.2020 à 11h51

    On ne peut pas avancer l’argument que Trump a obtenu moins de voix que Clinton en 2016, et trouver cela injuste, pour la simple raison que Trump n’aurait pas fait la meme campagne avec un systeme purement proportionnel.

      +0

    Alerter
  • Raoul // 14.01.2020 à 17h10

    Justin Trudeau aussi, mais vous n’avez pas relevé la chose…

    Parti libéral (Trudeau) 5 915 950 voix 33,07 % 157 sièges
    Parti conservateur 6 155 662 voix 34,41 % 121 sièges

    Si le système électoral était proportionnel, Trump/Johnson aurait fait une autre campagne (ne pas ignorer la Californie par exemple où le gagnant (50%+1 une voix) remporte tous les grands électeurs).

    Le système canadien/britannique qui est le même (élection à un tour, le premier l’emporte) est basé sur l’idée qu’il faut représenter toutes les régions (rien ne sert à gagner des majorités monstrueuses dans certaines régions ou certaines villes) afin d’éviter de voir des régimes qui ne représentent que certaines régions et donc de voir apparaître des velléités de sécession. Les conservateurs canadiens ont ainsi eu des résultats staliniens dans les Prairies mais cela leur a rapporté peu de sièges comparés aux libéraux dont le vote est mieux réparti dans le pays. Je ne dis pas que le système est parfait.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications