Source : Shireen Al-Adeimi, Consortium News, 05-10-2017

La guerre conduite par l’Arabie saoudite inflige un véritable carnage au Yémen avec les bombardements, la famine et les épidémies, pourtant, comme le souligne Shireen Al-Adeimi, les présidents Obama et Trump ont tous deux insisté sur le soutien à leurs « alliés » saoudiens dans leurs crimes de guerre.

Le Yémen continue de souffrir en silence tandis que le monde se détourne de sa misère. Malgré deux années et demi d’une guerre cruelle, l’Américain moyen ignore toujours la pénible vérité que les États-Unis ont aidé l’Arabie saoudite et les Émirats Arabes Unis à détruire un pays souverain qui ne constituait de menace pour personne.

Un quartier de Sanaa, la capitale du Yémen, après une frappe aérienne, le 9 octobre 2015. (Wikipédia)

Alors que les riches états arabes bombardent le pays le plus pauvre du Moyen-Orient et créent la plus grande crise humanitaire au monde et une épidémie de choléra sans précédent, le gouvernement américain (d’abord sous l’administration Obama puis sous celle de Trump) a continué de les appuyer non seulement par la vente d’armes, mais aussi par des ravitaillements en vol, du renseignement ciblé et autres soutiens logistiques.

La communauté internationale a trahi tant de fois les Yéménites – on peut citer par exemple la capitulation de l’ONU sous la pression saoudienne en la retirant de la liste des tueurs d’enfants et en autorisant la coalition menée par l’Arabie saoudite à enquêter elle-même (et se dédouaner) au sujet de tout acte répréhensible. Bien qu’une information sur les crimes de guerre au Yémen ait finalement été acceptée récemment, le mot « enquête » a été abandonné, reste à savoir quels « experts régionaux » composeront le comité.

Mais devons-nous, peuple américain, tourner le dos à la responsabilité de notre gouvernement dans la destruction du Yémen ? Les Yéménites ne cherchent pas refuge en Europe ou en Amérique parce qu’un blocus terrestre, aérien et maritime empêche de faire entrer nourriture et médicaments tout en bloquant les gens. A la différence de ceux qui fuient la guerre en Syrie, les Yéménites sont « loin des yeux, loin du cœur ». Alors ceux d’entre nous qui connaissent le calvaire des Yéménites peuvent se sentir impuissants ou ne pas savoir comment apporter leur aide. La vérité est que nous devons agir et que nous devons agir vite.

Nous ne pouvons plus longtemps rester là à regarder mourir les enfants yéménites de maladies curables comme le choléra (750 000 cas recensés) parce qu’ils n’ont pas accès à l’eau potable. Pas plus que nous ne pouvons rester là à les regarder mourir de faim parce que leurs parents n’ont pas de quoi acheter le peu de nourriture disponible alors que nos greniers regorgent de denrées.

Nous ne pouvons plus regarder les Yéménites, hommes, femmes et enfants, se faire tuer par les frappes aériennes saoudiennes et émiraties, soutenues par les États-Unis, et qui ciblent sans distinction les maisons, les écoles, les enterrements ou les hôpitaux. Nous devons regarder en face le rôle du gouvernement américain dans la création de cette « catastrophe à cause humaine » qui a poussé cette nation déjà ruinée à sa plus extrême limite.

Maintenant, après 30 mois de cette guerre sans but, les États-Unis ont l’opportunité de se retirer définitivement du Yémen. Le Congrès débattra et votera bientôt la « House Concurrent Resolution 81 », une proposition de loi soutenue par les deux partis déposée par les députés Ro Khanna (démocrate, Californie), Thomas Massie (républicain, Kentucky), Mark Pocan (démocrate, Wisconsin) et Walter Jones (républicain, North Carolina), et qui vise à mettre un terme au soutien par les États-Unis de la coalition menée par les Saoudiens au Yémen.

Cette loi pourrait épargner aux Américains d’avoir à regarder en arrière en se demandant ce qui aurait pu être fait pour sauver des millions de gens d’une mort certaine. Elle offre une chance de mettre un terme à cette guerre destructrice en exhortant les dirigeants politiques américains à cesser de soutenir la coalition menée par l’Arabie saoudite, un allié qui a travaillé avec des terroristes pour atteindre ses objectifs, qui a commis et continue de commettre de nombreux crimes de guerre au Yémen.

Shireen Al-Adeimi, un Yéménite Canadien Américain, candidat au doctorat et enseignant à l’université d’Harvard.

Source : Shireen Al-Adeimi, Consortium News, 05-10-2017

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

20 réponses à Couvrir les Saoudiens sur les atrocités commises au Yémen

Commentaires recommandés

WASTERLAIN Le 05 décembre 2017 à 06h56

L’aide apportée par les USA à ce massacre, véritable crime de guerre au regard du droit international, est scandaleuse et ne doit pas masquer l’implication de la France qui y participe indirectement avec ses fournitures d’armes et directement par l’aide apportée par la marine française pour organiser le blocus maritime et aérien. Autant que la guerre, ce blocus est responsable de la famine et de l’épidémie de choléra dont est victime la population yéménite.
A noter également que l’on n’entend pas les pleureuses habituelles comme BHL ou kouchner relayés complaisamment par la presse mainstream lorsqu’il s’agit de pourfendre les “régimes” qui ne servent pas les intérêts des “démocraties occidentales” !

  1. WASTERLAIN Le 05 décembre 2017 à 06h56
    Afficher/Masquer

    L’aide apportée par les USA à ce massacre, véritable crime de guerre au regard du droit international, est scandaleuse et ne doit pas masquer l’implication de la France qui y participe indirectement avec ses fournitures d’armes et directement par l’aide apportée par la marine française pour organiser le blocus maritime et aérien. Autant que la guerre, ce blocus est responsable de la famine et de l’épidémie de choléra dont est victime la population yéménite.
    A noter également que l’on n’entend pas les pleureuses habituelles comme BHL ou kouchner relayés complaisamment par la presse mainstream lorsqu’il s’agit de pourfendre les “régimes” qui ne servent pas les intérêts des “démocraties occidentales” !


    • Kesse Le 05 décembre 2017 à 15h00
      Afficher/Masquer

      Bon, d’une part, BHL a théorisé l’indignation sélective à objectif pragmatique dès le début de sa carrière, c’est comme si il s’était accroché un panneau ‘À vendre’ autour du cou … et vous savez quoi? Des gens ont acheté, les salauds.

      D’autre part, Shireen est un prénom perse féminin, faut sortir du périph de temps en temps …

      Enfin, faudrait pouvoir parler du conflit en cours de manière un peu plus docte: acteurs en jeu, mouvement politique, soutien de la population … et ensuite impact de l’intervention saoudienne … Sinon, j’ai un peu l’impression que l’on prêche dans le désert.

      Bref, je trouve l’article très léger pour une étudiante en doctorat à Harvard. C’est soit un billet de blog qui n’a pas vocation à être diffusé largement, une émotion du moment … soit l’équivalent des propagandes pro-occidentales: ‘Ah, ces méchants russes, ces méchants Baassiste, ce méchant Khadafi qui font rien qu’à tuer pour leur propres intérêts, voir pour leur plaisir.’ Ce genre de textes n’est pas très intéressant, et on doit éviter de les retransmettre sans contexte; pas par éthique journalistique, mais par respect pour l’idée de vérité.


  2. Galvan Le 05 décembre 2017 à 07h22
    Afficher/Masquer

    Entendu hier soir sur Europe 1 : « La guerre au Yémen, et ses 9000 morts etc… ». J’ai comme un gros doute sur ces chiffres, non pas que je sois fan des décomptes macabres mais j’aimerais juste que les médias aux ordres fassent un tant soit peu de journalisme. Je sais, je rêve ….


    • Alfred Le 05 décembre 2017 à 07h26
      Afficher/Masquer

      À ce niveau là il y a complicité de crimes contre l’humanité. Vous pouvez donc mesurer en direct le pouvoir corrupteur du royaume..
      (Ah non on le dit dans l’oreillette que le journaliste parlais des morts yéménites gauchers de plus de vingt deux ans et demi. Auquel cas il a raison. Ouf. On ne transige pas).


    • amer Le 05 décembre 2017 à 10h34
      Afficher/Masquer

      Tu as raison d’avoir des gros doutes sur ces chiffres; c’est la méthode de diviser par 10 ou 20 quand on est impliqué et multiplier par 10 ou 20 quand C’est l’ennemi qu’il faut accabler. Au Yémen depuis le début de la guerre jusqu’à aujourd’hui, il y a des dizaines de milliers de morts et autant de blessés; donc, les chiffres des médias occidentaux et alliés sont faux. Ces chiffres ne sont pas du tout crédibles.


      • Alfred Le 05 décembre 2017 à 11h40
        Afficher/Masquer

        Rien que: plus de 5500 frappes aériennes (dont une en deux fois (“double tap”) sur des funérailles nationales qui a fait des centaines de morts civils entre la frappe initiale et la frappe secondaire sur les secours). Même en supposant que les saoudiens (ou leurs pilotes mercenaires) sont nuls, ce chiffre implique des centaines de victimes civiles rien qu’à Sanaa et Taiiz.
        Et cela ne concerne que les combats contre les vilains houtis. L”anarchie dans le territoire “controlé” par l’arabie et ses alliés locaux et émiratis de fait aucun morts. Non non. Pourtant tout le monde se bat entre al qaida, isis (eh oui), les séparatistes du sud et les milices locales.
        Les différentes agences de l’onu sont incapables de s’accorder sur des chiffres mais elles parlent de 10000 morts civils “très probablement beaucoup plus”) depuis un an déjà. Chiffre qui ne varie plus (comme les 1500 morts du choléra alors qu’un million de personnes sont concernées..). Les gens sont bien soignés car les médicaments sont disponibles et les hôpitaux épargnés. Bien sur.
        De même la famine qui dure depuis deux ans fait mincir mais ne tue personne. L’embargo saoudo-émirati n’y est pour rien d’ailleurs.
        J’ai honte de nos ONGs qui font campagne pour les Rohingas et qui ferment les yeux sur le Yemen. Tu m’étonnes que les dons chuttent…


    • Chris Le 05 décembre 2017 à 18h56
      Afficher/Masquer

      Le congrès dans sa résolution 1265 parle de 15’000 victimes civiles.


  3. Christophe Foulon Le 05 décembre 2017 à 07h40
    Afficher/Masquer

    Encore un article “nous peuple américain”… c’est ridicule, 350 millions d’endormis face à 3 ou 4 milliards de personnes qui pensent différemment, même si ils mettent 100% de leur pib en armement ils ne sont plus crédibles, Trump l’a compris il voulait faire du business mais son administration est encore trop noyautée par les neocons.

    Pendant ce temps des civils meurent mais l’ONU est sûrement débordée !


  4. LBSSO Le 05 décembre 2017 à 08h42
    Afficher/Masquer

    “Le Congrès débattra et votera bientôt la « House Concurrent Resolution 81 “. L’article présenté aujourd’hui date du 5 10 17.
    Pour info le 14 11 17:
    “Le Congrès établit un contrôle sur le rôle des États-Unis au Yémen”…. après de nombreux rebondissements.
    https://www.yemenpeaceproject.org/blog-x/2017/11/16/congress-establishes-oversight-over-us-role-in-yemen


  5. passant Le 05 décembre 2017 à 09h09
    Afficher/Masquer

    Ah mais la menace iranienne! s’inquiètent nos stratèges de studio parisien ! Et de dénoncer cette “guerre civile” victime des ingérences iraniennes et tant pis si cette guerre civile est menée par des bombardiers saoudiens qui tuent indistinctement civils et rebelles et si un blocus étranger affame des millions de civils… La guerre civile vous dis-je, menée par des iraniens..


  6. christian gedeon Le 05 décembre 2017 à 11h02
    Afficher/Masquer

    Le Yémen,donc. Pour le moment le chiffre officiel des tués n’atteint même pas les dix mille,ce qui est évidemment un foutage de gueule absolument remarquable. Et les forces de la “coalition” (tiens encore une!) utilisent des moyens épouvantables dans cette “guerre “. Ceci étant dit,avoir une image en noir et blanc de ce qui se passe au Yémen est une erreur grave. L’élimination brutale de l’ex président Saleh à la suite de son changement de cap devrait donner à réfléchir. Les houthis ne sont pas les gentils qu’on se plaît à décrire. Et ils sont très très islamistes,mais de l’autre bord. Et de toute façon,et quels que soient les défauts et les tares du royaume saoudien,il ne pouvait pas accepter une menace aussi mortelle à sa frontière sud,que celle des houthis, qui nolens volens,sont soutenus par l’Iran,dans le cadre du combat à mort en cours. La situation est complexe,et en fait tout le monde se bat contre tout le monde,Al Qaïda et l’EI ayant aussi fait irruption sur cette scène.


    • WASTERLAIN Le 05 décembre 2017 à 18h38
      Afficher/Masquer

      Et où avez-vous donc lu dans notre presse mainstream que les houthis sont les gentils ? Et le Royaume saoudien ne peut accepter, je vous cite, une menace mortelle à sa frontière sud ! Si je vous comprends bien, les yéménites soutenus par l’Iran étaient prêts à envahir l’État saoudien ? Où peut-être que l’Iran se préparait à envahir l’Arabie saoudite via le Yémen ?
      Et quels sont donc les enjeux exacts de ce combat à mort dont vous parlez ? Et si je vous comprends bien, Al Qaïda et l’EI, qui ont surgis de nulle part, soutenus par personnes, sont venus perturber cette guerre “naturelle” dans laquelle ils n’avaient rien à voir au départ ? OUFTI ! Dans le but que tout le monde ne se batte plus contre tout le monde (on ne voit vraiment pas pour quel autre motif), heureusement que la coalition occidentale vient remettre de l’ordre dans ce foutoir ! ! !


      • christian gedeon Le 06 décembre 2017 à 13h38
        Afficher/Masquer

        J’ai pris le temps pour vous répondre. Pour ne pas être désagréable involontairement. Aussi ma réponse est purement de principe. Cette partie du monde est infiniment compliquée et vous essayez de plaquer une analyse occidentale sur un contexte à la fois religieux,tribal et ethnique. Le blanc et le noir. Et vous trompez gravement,je suis désolé de vous le dire. tant que les occidentaux essayeront de plaquer sur ce qui se passe là bas leur propre système de pensée,ils mettront toujours à côté de la plaque,toujours.Essayez d’admettre qu’il existe des systèmes de pensée différents des nôtres, qui ont leur propre logique. Vous aurez fait un grand pas.


        • WASTERLAIN Le 06 décembre 2017 à 16h24
          Afficher/Masquer

          Il n’y a effectivement aucune raison pour être désagréable !
          Je n’essaie pas de plaquer une analyse occidentale à cette partie du monde que je ne connais pas bien, même après y avoir séjourné plusieurs fois. Si j’ai pu donner à penser le contraire, merci de m’indiquer où et pourquoi. J’analyse simplement les faits en essayant de tenir compte de la complexité de cette région, ce qui n’est pas facile j’en conviens, et celle-ci ne rejoins tout simplement pas votre commentaire ; d’où mes questions auxquelles j’aurais aimé que vous répondiez.


  7. Fritz Le 05 décembre 2017 à 11h04
    Afficher/Masquer

    La mort de l’ancien président Saleh, hier, est passée inaperçue à France Inter. Qu’en est-il des autres médias français ? J’ai appris la nouvelle sur RT.


    • Alfred Le 05 décembre 2017 à 13h30
      Afficher/Masquer

      On en parle finalement.
      Ce qui me choque davantage c’est le tapis rouge déroulé sous les pieds de MBS qui semble avoir réussi son coup. Libé et l’immonde évidement mais la feuille de chou du vendeur d’avion évidement se surpassent.
      Sinon pour remettre les choses en perspective le conflit yéménite montre aussi que les systèmes us ne son déciment pas au point (lien indirect avec la Corée du Nord):
      http://www.nytimes.com/interactive/2017/12/04/world/middleeast/saudi-missile-defense.html


  8. Michel Ickx Le 05 décembre 2017 à 11h51
    Afficher/Masquer

    Le silence de nos medias est assourdissant


  9. leprincemiaou Le 05 décembre 2017 à 14h26
    Afficher/Masquer

    La personne à l’origine de ce texte est une femme.


    • LBSSO Le 05 décembre 2017 à 20h02
      Afficher/Masquer

      Merci pour elle.
      @leprincemiaou fait référence à la phrase suivante du billet “Shireen Al-Adeimi, un Yéménite Canadien Américain, candidat au doctorat et enseignant à l’université d’Harvard” qui doit être mise au féminin.


  10. christian gedeon Le 06 décembre 2017 à 14h21
    Afficher/Masquer

    J’ai décidé de ne plus réagir à tout ce qui concerne le MO. L’occidentalo-centrisme qui se manifeste sans arrêt dans les réactions,les “analyses “qui ne prennent jamais en compte ce qui se passe “là bas ” et pas “dans nos esprits” ,les commentaires basés sur le seul “anti empire ” ,bref une pensée finalement neo colonialiste à force de tout ramener à l’Occident,tout cela me fatigue vraiment. Il faut sortir de cet espèce de nombrilisme occidental,nom d’une pipe.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires