Source : Alternatine économiques, Denis Clerc, 09/11/2017

Il y a un an paraissait, sous la signature de Pierre Cahuc et d’André Zylberberg, un pamphlet à prétention scientifique, intitulé Le négationnisme économique et comment s’en débarrasser. Comme pour fêter cet anniversaire, une édition de poche de ce pamphlet– excessif, caricatural et partial – vient de paraître. Le titre et le terme « négationnisme » étaient d’une violence insoutenable. Si j’en crois les définitions qui font autorité, le terme désigne la « doctrine niant la réalité du génocide des Juifs par les nazis, notamment l’existence des chambres à gaz »(Larousse) ou le « déni de faits historiques, malgré la présence de preuves flagrantes rapportée par les historiens, et ce à des fins racistes ou politiques » (Wikipedia). Pour le moins inapproprié, ce terme appliqué à une controverse strictement intellectuelle revenait à accuser ceux qu’il visait d’être de dangereux ignorants, menteurs, vendus ou faussaires, à l’égal de ceux qui nient la dangerosité du tabac ou du réchauffement climatique (deux exemples cités par les auteurs).

Ce livre est moins une défense de la « science économique » qu’une construction idéologique partisane

Les deux auteurs, dans une postface à cette édition de poche, balayent la critique : le terme « négationnisme » serait devenu banal ! J’ai lu et relu avec attention ce livre. Tout n’y est pas faux. Mais trop d’affirmations reposent sur des bases fragiles, inexactes voire mensongères. J’ai donc entrepris de relever ces erreurs (dans le meilleur des cas), omissions ou manipulations pour montrer que ce livre est moins une défense de la « science économique » qu’une construction idéologique partisane. Par dérision, j’ai donc décidé de m’adresser aux deux auteurs de ce texte sous un même nom : « Pierrot la Science ». Un sobriquet qu’ils méritent largement, puisqu’une part de leurs affirmations est sans fondement sérieux.

Qui sont les aveugles ?

André Orléan, un spécialiste reconnu de l’analyse de la finance, directeur de recherche au CNRS (et, par ailleurs, ex-président de l’Association française d’économie politique), se voit taclé pour la phrase que voici (tirée d’une tribune publiée par Le Monde le 29 janvier 2015) : « Pendant vingt ans, l’efficience financière a été vendue urbi et orbi comme étant la“proposition économique ayant les fondements empiriques les plus solides”. » Pour preuve, Pierrot la Science, affirme que « des économistes parfaitement orthodoxes avaient souligné la forte probabilité d’une crise financière (…) ». Et il cite un peu plus loin deux noms : Raghuram Rajan (qu’il orthographie « Raghumar », ce qui peut indiquer soit une faute de frappe soit une ignorance des travaux de cet auteur. Je penche pour la deuxième solution), et Robert Shiller.

Parfaitement orthodoxes ? Certainement pas Shiller, coauteur avec George Akerlof de Les esprits animaux (un terme utilisé par Keynes pour désigner le comportement des investisseurs confrontés à l’incertitude1). Dans ce livre, ils écrivent notamment que « le processus de décision [des investissements] est intuitif et fonction du mental des décideurs ». Quant à Rajan, effectivement orthodoxe bon teint, la crainte d’une crise financière qu’il exprimait en 2005 visait uniquement la politique monétaire de Greenspan (l’ancien gouverneur de la Réserve fédérale des Etats-Unis) qu’il jugeait trop laxiste. Il ne mettait pas en cause l’efficience des marchés financiers, comme en témoigne le titre du livre qu’il a consacré à la crise (Crise : au-delà des marchés financiers).

Dans la grande famille des économistes sérieux, ceux qui ont vu venir la crise sont presque tous hétérodoxes, tandis que les orthodoxes sont restés aveugles

Contrairement à ce que suggère Pierrot la Science, parmi les rares économistes universitaires chevronnés qui tirèrent le signal d’alarme avant que la crise n’éclate, aucun ne faisait partie de l’orthodoxie néoclassique, à l’exception peut-être, de Dean Baker, ancien de la Banque mondiale et de l’OCDE. Mais, les autres ne le sont pas : ni, on l’a dit, Robert Shiller, ni Nouriel Roubini qui bataillaient depuis longtemps contre la théorie de l’efficience des marchés financiers, ni Wynne Godley (mort en 2010), Michael Hudson ou Steve Keen, trois post-keynésiens qui se situent dans la lignée d’Hyman Minsky. Dans la grande famille des économistes sérieux, ceux qui ont vu venir la crise sont presque tous hétérodoxes, tandis que les orthodoxes sont restés aveugles. Krugman, au moins, est franc du collier : à propos de la dérégulation financière qui a causé la crise, il écrit (dans Sortez-nous de cette crise…) que « les économistes ont constitué jusqu’ici un élément du problème, pas de sa solution ».

La thèse des marchés financiers efficients, c’est-à-dire allouant les ressources disponibles de la meilleure manière possible compte tenu de l’information existante, a été formulée principalement par Eugène Fama, « prix Nobel d’économie », et Michael Jensen, selon lequel « il n’est pas de proposition en économie plus solidement confirmée que l’hypothèse d’efficience des marchés financiers ». Leurs thèses ont régné quasiment durant plus de vingt ans au sein du courant majoritaire des néoclassiques, même lorsqu’ils étaient teintés de keynésianisme. Krugman avoue s’être fait avoir : « L’élégance et l’utilité apparente de la nouvelle théorie ont valu un chapelet de prix Nobel à ses créateurs (…), de gentils professeurs d’université se sont trouvés en position de jouer les savants de pointe pour Wall Street (…). Par souci d’honnêteté, il faut dire que les théoriciens de la finance n’ont pas adopté l’hypothèse d’efficience des marchés pour ses aspects séduisants, pratiques et lucratifs. Ils l’ont aussi étayée d’un grand nombre d’éléments statistiques, qui ont d’abord paru très convaincants. »

Dani Rodrik, dans Peut-on faire confiance aux économistes ? (éd. De Boeck-Supérieur), estime que « la plupart des économistes ont été incapables de saisir la dangereuse convergence de circonstances qui a généré la crise financière mondiale de 2007-2008 » et que les économistes font « trop de Fama et pas assez de Shiller ». Dans un discours de 2005, Greenspan s’émerveillait des « titres adossés à des actifs, des obligations structurées adossées à des prêts et des dérivés sur événements de crédit (CDS) qui permettent une meilleure dispersion du risque ». Et il concluait : « Ces instruments de plus en plus complexes ont contribué à la création d’un système financier bien plus flexible, efficace et donc plus résilient que celui qui existait voici à peine un quart de siècle. » Cette hypothèse de l’efficience des marchés fut reprise et généralisée à la macroéconomie tout entière par les « nouveaux classiques » Robert Lucas et Thomas Sargent (évidemment nobélisés eux aussi), sous le nom de théorie des anticipations rationnelles, puis élargie aux fluctuations cycliques par Finn Kydland et Edward Prescott (tous deux « nobélisés »). Bien peu d’économistes ont osé défier ou critiquer cette impressionnante galerie de chercheurs nobélisés pour leurs théories sur l’autorégulation des marchés. L’intervention publique en économie était devenue l’équivalent de l’irruption d’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Sauf que la casse est venue des marchés, pas de l’éléphant.

Aux yeux de Pierrot, ceux qui dénoncent l’aveuglement de la grande majorité des économistes ne sont que des charlatans

Tant qu’à vouloir donner un sens au « négationnisme économique », il aurait mieux valu que Pierrot dirige ses flèches sur Merton et Scholes, « nobélisés » en 1997 pour leurs travaux sur la valeur des produits financiers dérivés, ou sur Fama et Jensen. Les premiers, un an après avoir reçu le prix, ont été à l’origine du krach du fonds d’investissement LTCM (1 milliard de dollars de pertes), les seconds portent une lourde responsabilité dans la construction financière qui a fini par s’effondrer, provoquant la plus grande crise du capitalisme depuis 1930. Faut-il rappeler que, en 2003, devant l’American Economic Association qui l’applaudissait, Robert Lucas avançait que « le problème central de la prévention des récessions a été résolu à toutes fins pratiques »2. Mais, sous la plume de Pierrot, le fautif est Orléan, qui, dans une publication de 2009 (De l’euphorie à la panique : penser les crises financières) ou dans le chapitre 6 de L’empire de la valeur en 2011, soutient que les marchés financiers sont guidés par le mimétisme autant ou plus que par la rationalité. Aux yeux de Pierrot, ceux qui dénoncent l’aveuglement de la grande majorité des économistes ne sont que des charlatans. Pire : des « négationnistes ».

Qui sont les ignorants ?

Gaël Giraud, directeur de recherche au CNRS, « chef-économiste » de l’Agence française de développement, est accusé d’avoir écrit que la théorie économique était « une série de contes de fées ». L’auteur de l’expression « conte de fées » accolé à la théorie économique est en réalité Paul Krugman en 20113, qui dénonçait ainsi l’affirmation selon laquelle la réduction des dépenses publiques en période de récession était bénéfique, une expression que Gaël Giraud a eu le malheur de reprendre.

Philippe Frémeaux, éditorialiste et ancien PDG d’Alternatives Economiques, est accusé d’avoir « repris pratiquement mot pour mot » une expression de Frédéric Lordon sur les économistes orthodoxes « acquis dès le départ » au « camp dominant ». Sauf que l’article de Philippe Frémeaux avait été écrit et publié quatre mois avant celui de Frédéric Lordon4. Sous-entendu : à Alter Eco, ils ne sont même pas capables de penser, ils copient… Un journal qui, en plus, est accusé de déformer les jeunes élèves en économie : manifestement, Pierrot ne sait pas que les trois quarts de ses lecteurs sont d’âge actif…

La faute à l’Etat est un classique libéral. Mais Pierrot se trompe profondément. Deux phrases, deux erreurs

Pierrot la Science écrit, à propos de la crise des subprime, que « le responsable n’est pas le “marché” dans lequel les banques se seraient livrées à une lutte effrénée pour octroyer coûte que coûte des crédits douteux, le responsable est la dérégulation de ce marché. Dès lors que l’Etat jouait le rôle de prêteur en dernier ressort, peu regardant de surcroît, il n’y eut plus de limite à l’expansion des crédits immobiliers ». La faute à l’Etat est un classique libéral. Mais Pierrot se trompe profondément. Deux phrases, deux erreurs. D’abord, ce n’est pas l’accès au crédit qui a posé problème, mais la transformation des prêts en produits dérivés (la « titrisation »), qui permettait aux banques de restaurer leur liquidité (donc leur capacité à accorder de nouveaux prêts) et de réduire leurs risques (transférés aux acquéreurs des produits titrisés). S’est alors constituée une « finance fantôme » (shadow banking) pas du tout régulée et qui a été à l’origine de la crise, comme l’analysent les livres d’Elie Cohen (Penser la crise), de Reinhart et Rogoff (Cette fois, c’est différent), de Gaël Giraud (Illusion financière), de Raghuram Rajan ou d’Adair Turner (président de l’Autorité britannique des marchés financiers, auteur de Reprendre le contrôle de la dette). Deuxième erreur : la responsabilité de l’Etat par son laxisme dans l’octroi des prêts immobiliers. Krugman s’insurge contre ce qu’il appelle « Le Grand Mensonge » : « Dans leur grande majorité, les prêts à risque ont été consentis par des prêteurs privés (…). Les prêts subprime (…) ont, dans leur immense majorité été consentis par des firmes privées qui n’étaient pas couvertes par le Community Reinvestment Act, une loi censée encourager les prêts aux membres des minorités, ni supervisées par Fannie Mae et Freddie Mac, les organismes parrainés par l’Etat chargés de stimuler le crédit immobilier. » Dit autrement, ce n’est pas l’Etat qui a encouragé la multiplication des crédits à risque élevé, mais essentiellement les organismes privés…

Toujours à propos de la crise des subprime, Pierrot écrit que « la science économique n’est simplement pas capable de prévoir le futur d’un monde très complexe, où une multitude de facteurs interagissent, en particulier lorsqu’il s’agit d’événements rares survenant quelques fois par siècle ». Double bourde : il ne s’agit pas de prévoir le futur, d’abord, mais de surveiller le fonctionnement des marchés ; ensuite, il ne s’agit pas d’événements rares, puisque Reinhart et Rogoff ont dénombré depuis 1945 plus d’une centaine de crises bancaires dans l’ensemble des pays du monde, soit 3 tous les deux ans. Il importe donc de détecter les risques avant que la catastrophe n’arrive.

Qui sont les tricheurs ?

Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives Economiques, est accusé d’avoir écrit que les 35 heures avaient fait « deux millions d’heureux qui ont trouvé un emploi grâce à elles ». Mais Pierrot la Science oublie soigneusement d’indiquer que, quelques lignes avant, notre rédacteur en chef précisait bien : « Les 35 heures ne sont directement responsables que d’une partie de ces emplois – 350 000 selon l’Insee –, mais la baisse rapide du chômage a redonné confiance et dopé notre économie davantage que chez nos voisins. » Une citation tronquée et sortie de son contexte est une triche de bas étage.

Gilbert Cette, coauteur d’un livre défendant la réduction du temps de travail, est accusé d’avoir écrit qu’elle serait créatrice de nombreux emplois. Pour Pierrot, toutes les études « sérieuses »– celles reposant sur l’évolution de l’emploi dans des entreprises similaires, les unes ayant réduit la durée du travail, les autres ne l’ayant pas réduite – « aboutissent à la même conclusion : la réduction du temps de travail ne crée pas d’emplois ». Trois études sont citées (Allemagne 1984-1994, Québec 1997-2000 et France 1981), toutes caractérisées par une réduction de la durée du travail ayant engendré une hausse du coût salarial horaire. Pour la quasi-totalité des économistes (dont je suis), dans ces conditions, la disparition ou la réduction du nombre d’emplois dans les entreprises les plus fragiles risque fort de l’emporter sur les créations. Or, lors des 35 heures, on ne voit nulle part (en tout cas pas dans le taux de marge des entreprises) de hausse du coût salarial qui aurait réduit leur compétitivité. Grâce aux contre-feux mis en place : aides publiques, accords de modération salariale voire de gel des salaires, réorganisation du processus productif, définition de la durée effective du travail, réduction des cotisations sociales patronales jusqu’à 1,6 fois le Smic…

Pierrot joue sur les mots, attribuant l’ensemble des créations d’emplois à ces seules mesures, alors qu’elles étaient la contrepartie de la réduction de la durée du travail pour que cette dernière crée le plus d’emplois possible. La mauvaise foi est cependant patente lorsqu’il conteste le chiffre de 350 000 emplois créés par les 35 heures, sous prétexte que les auteurs de cette évaluation (tous statisticiens de l’Insee ou passés par son école de statistique, l’ENSAE) seraient parvenus à ce chiffre au doigt mouillé, alors qu’ils ont utilisé la méthode que Pierrot lui-même considère comme le juge de paix, celle qui consiste à comparer l’évolution de l’emploi dans des entreprises de taille et d’activité comparables, les unes ayant appliqué les 35 heures précocement, les autres ayant tardé.

Pierrot suggère que, grand patron à la solde des grands patrons, Louis Gallois a tenté– heureusement vainement – de convaincre l’Etat d’élargir le « crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi » (Cice) en fixant la barre du crédit d’impôt aux salariés percevant jusqu’à 3,5 fois le Smic. Et que, pour cela, il a commandé une étude bidon « prouvant » que cette extension serait bonne pour l’emploi. Quiconque connaît bien Louis Gallois sait à quel point il est personnellement désintéressé. Et s’il a une obsession, c’est celle de réduire l’exclusion sociale. Il préside la principale fédération d’associations œuvrant dans ce domaine, ainsi que le fonds d’expérimentation territoriale contre le chômage de longue durée. Pour accréditer sa thèse – un Louis Gallois, vendu au grand patronat, et prêt à tout, même à recruter des faussaires pour atteindre ses objectifs –, Pierrot la Science évoque les malversations d’un ancien président de la branche la plus importante du Medef, ainsi que les tricheries de l’industrie du tabac. Cette atteinte à l’honneur d’un homme honorable est insupportable.

La conclusion va de soi. Pierrot devrait se regarder dans la glace : le justicier qu’il croit être découvrirait alors que le glaive de sa balance lui sert en fait à couper les têtes de ceux qui ne pensent pas comme lui.

Denis Clerc, fondateur (et fier de l’être) du principal journal supposé négationniste

  • 1.Jean de Largentaye, le traducteur de La théorie générale, a préféré rendre l’expression de Keynes (animal spirits) par « enthousiasme naturel » plutôt que d’en retenir la traduction littérale (voir p.177 de l’édition française de1966). Le terme a été remplacé ensuite (peut-être par le même traducteur, mort en 1970) par « dynamisme naturel » (voir p. 173 de l’édition française de 1982).
  • 2.Cette citation a marqué : elle figure à la fois dans les livres de Dani Rodrik, de Paul Krugman et de James Galbraith (La grande crise, Le Seuil, 2015). Mais on ne la trouve pas l’opus de Pierrot la Science.
  • 3.Krugman, prix « Nobel d’économie », a repris le terme et l’analyse dans Sortez-nous de cette crisemaintenant ! (Flammarion, 2012).
  • 4.Une précision signalée par Christian Chavagneux (https://www.alternatives-economiques.fr/negationnisme-economique-laffaire-cahuc/0001214).

Source : Alternatine économiques, Denis Clerc, 09/11/2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

27 réponses à Lettre ouverte à Pierrot la Science, par Denis Clerc

Commentaires recommandés

Raphaël Le 04 décembre 2017 à 06h19

Beaucoup de gens ont déjà compris à leur dépend que toute remise en cause de l’histoire officielle actuelle et future (celle de ceux qui pensent pouvoir être les gagnants en écrasant le plus grand nombre) est taxée de la pire des insultes, le négationnisme, ou de son corollaire édulcoré pour gens bien éduqués, le complotisme, qui permet d’éviter de passer d’emblée pour un rustre. C’est même une bonne boussole inversée pour orienter sa pensée. L’histoire ne se répète pas, elle bégaye. Phrase à méditer par ceux qui brandissent le négationnisme comme arme rhétorique ultime à tout bout de champs. Il se pourrait que les négationnistes accusés à tort se mettent à perdre le sens des mots.

Sinon associer économie et science, comment dire…. Je préfère l’expression “capitalisme de connivence” de Sapir, pour rester poli.

  1. Raphaël Le 04 décembre 2017 à 06h19
    Afficher/Masquer

    Beaucoup de gens ont déjà compris à leur dépend que toute remise en cause de l’histoire officielle actuelle et future (celle de ceux qui pensent pouvoir être les gagnants en écrasant le plus grand nombre) est taxée de la pire des insultes, le négationnisme, ou de son corollaire édulcoré pour gens bien éduqués, le complotisme, qui permet d’éviter de passer d’emblée pour un rustre. C’est même une bonne boussole inversée pour orienter sa pensée. L’histoire ne se répète pas, elle bégaye. Phrase à méditer par ceux qui brandissent le négationnisme comme arme rhétorique ultime à tout bout de champs. Il se pourrait que les négationnistes accusés à tort se mettent à perdre le sens des mots.

    Sinon associer économie et science, comment dire…. Je préfère l’expression “capitalisme de connivence” de Sapir, pour rester poli.


    • Seraphim Le 05 décembre 2017 à 03h05
      Afficher/Masquer

      C’est vrai, mais c’est la rançon de la force de mensonge suprême attribuée au ‘négationnisme’. Un mot si fort qu’il est trop tentant de l’utiliser! Soit aussi rançon de la force de vérité finale attribuée à des “faits historiques” confortés de “la présence de preuves flagrantes rapportée par les historiens”. Dans un monde où par ailleurs toute notion de vérité est bannie (sans oser parler de Vérité).
      Le complotisme, lui, est issu de la commission Warren, pour bannir toute explication “alternative” de l’assassinat de JFK


    • Haricophile Le 05 décembre 2017 à 14h49
      Afficher/Masquer

      Le chic de ces ultra-libéraux ou ultra-je-ne-sais-quoi, ces extrémistes pour faire simple, c’est d’utiliser tout ce qui les qualifie ou qualifie leur actes pour les autres.

      Un peu comme les USA qui renversent des gouvernements démocratiques pour mettre des dictatures à leur place (le Honduras pour prendre l’actualité) et qui se prétendent “défenseurs de la démocratie”. Donc ils accusent de dictateur des gouvernants élus qui font des (vrais) référendums populaires, voire mettre en prison des flics qui tabassent des terroristes gentiment rebaptisé selon les maintreams NSAisés “opposant défenseurs de la liberté”.

      On pourrait aussi parler de l’accusation de Poutine qui aurait “traffiqué” les élections américaines, mais ça serait sombrer dans le ridicule tellement c’est gros de la part des USA qui ne cessent d’espionner tout le monde, de renverser des gouvernements, et d’intervenir militairement et d’assassiner massivement les “gêneurs” hors toute légalité et convention internationale dans le monde entier, ayant de fait l’entière et directe responsabilité de dizaine de milliers d’assassinats politiques et d’incalculables milions de morts depuis la création des USA.


  2. douarn Le 04 décembre 2017 à 08h57
    Afficher/Masquer

    Bonjour
    (2nd degré : ON) Quand j’ai envie de rire (ou pas en fait), je me repasse l’un de mes éconohumoristes préférés : Alain Minc, un conseiller politique, économiste (très) orthodoxe, essayiste et dirigeant d’entreprise pas assez reconnu à mon avis. Voici quelques morceaux choisis suivants du bonhomme au sommet de son art 😀

    Direct8, 08/01/2008 : “Cette crise est grotesquement psychologique” Wouah, c’est presque un aveux d’impuissance pour une science économique qui se voudrait dure : si cela ne marche pas c’est de votre faute, pas de la notre 😀

    France Inter, 10/10/2008 : “C’est quand même un univers (le système financier) au fond qui est très résilient, qui est très bien régulé”

    Direct8, janvier 2008 : “Il n’y a pas de modèles il n’y a qu’un modèle : il est allemand”

    Après les Chuck Norris Fact, c’est mes citations préférées. Faites vous plaisir, il y en a d’autres : http://loeildebrutus.over-blog.com/2015/11/petite-miscellanee-des-meilleures-citations-d-alain-minc.html


  3. Christian Gedeon Le 04 décembre 2017 à 13h11
    Afficher/Masquer

    En même temps,et puisqu’il faut dire les choses comme elles sont,faut vraiment être un peu naze sur les bords pour emprunter à taux variable non cape et intérêts only pendant cinq ans ,cent dix ou cent vingt pour cent de la valeur du bien acheté…les banques,oui,des voyous. mais beaucoup de consommateurs,de quoi pourrait on les qualifier? Allez je vais être gentil,d’irresponsables.


    • Jean Le 04 décembre 2017 à 16h02
      Afficher/Masquer

      On peut dire la même chose de toutes les escroqueries mais je ne pense pas que nous avançons dans le bon sens en considérant que la naïveté est un crime et que les victimes sont coupables.


    • kasper Le 05 décembre 2017 à 00h19
      Afficher/Masquer

      ces victimes d’escrocs se sont trouvees face a des sachants qui leur disaient que tout irait sur des roulettes, baignees dans l’ideologie du consumerisme et du volontarisme “quand on veut, on peut”. et toute remise en cause des sachants ou de l’ideologie vous fait immediatement traiter de conspirationniste, de negationniste, j’en passe.

      je pense qu’il est tres difficile d’elever un enfant jusqu’a l’etat d’adulte responsable dans un tel environnement.


    • Pinouille Le 05 décembre 2017 à 14h58
      Afficher/Masquer

      “mais beaucoup de consommateurs,de quoi pourrait on les qualifier?”
      A l’époque, la valeur des biens immobiliers US augmentaient significativement depuis plusieurs années. Donc même si l’emprunteur n’était pas en mesure de rembourser son crédit au bout des 5 ans, il vendait sa maison et pouvait repartir avec une plus-value non négligeable.
      Honnêtement, le discours était convaincant… Et puis le nombre de défauts a pris une telle ampleur que les prix ont chuté. Et cela a déclenché tout le reste.


  4. Vincent P. Le 04 décembre 2017 à 14h44
    Afficher/Masquer

    ” Ô Saint Marchééé, exhausse nous : régule toi ! Amen ! ”
    Et sinon, on le dit que ce que les Chicago boys de Friedman ont fait en Amérique du Sud à partir du début des années 70 nous est appliqué, à nous aussi ?
    En gros, on prévoit une Constitution pour l’asservissement total d’une nation et de son peuple au pillage et à la rente, et c’est tellement inacceptable qu’on met en place la dictature militaire répressive qui va avec.
    Bon, chez nous, ils sont sympas, ils le font par un lent process d’annihilation des souverainetés qui s’appelle l’U.E…

    A part ça, j’en ai marre que Keynes joue seul le rôle du “gentil” depuis toujours, ça devient franchement ridicule, autant qu’obsolète. Il serait un peu temps d’inventer d’autres références de “gentils” modèles macro-économiques, ou d’admettre que ça n’existe pas tant que la création monétaire est faite d’usure !! !

    Et sinon, lorsqu’un personnage de la valeur de Stiglitz écrit en 2010 “Le Triomphe de la Cupidité”, je pense que tout est dit, et que le négationnisme des économistes de tous bords se trouve résumé là en un seul mot.


  5. aladin0248 Le 04 décembre 2017 à 14h46
    Afficher/Masquer

    La “science économique” … un bel oxymore. Il y a quelques bons livres pour se remettre les idées en place : Misère de la pensée économique (Paul Jorion). Les trous noirs de la science économique (Jacques Sapir).


    • daniel Le 04 décembre 2017 à 21h02
      Afficher/Masquer

      Bernard Maris: “Anti-manuel d’économie” 2 tomes .Éditions Bréal 2003.
      Du même: “Lettre ouverte aux gourous de l’économie qui nous prennent pour des imbéciles” Éditions Point Seuil 2003. Dans cette charge contre la prétention des charlatans de l’ économie de se prendre pour des scientifiques (Science dure, pas moins!), Bernard Maris commet une petite erreur d’appréciation. Petite erreur, rien qui ne remette en cause sa perspicacité.


    • Galvan Le 05 décembre 2017 à 00h17
      Afficher/Masquer

      Il y a aussi l’excellent (bien que très technique) ouvrage de Steve Keen : L’imposture économique qui démonte par la démonstration mathématique toute la supercherie du dogme néolibéral et qui montre par l’exemple la nullité scientifique (et mathématique) d’une grande partie des économistes néolibéraux qui ne maitrisent pas les outils mathématique qu’ils nous jettent sans arrêt au visage comme preuves irréfutables de leur soit disant “science”. Ce livre est un vrai régal, mais il faut s’accrocher car certains chapitres sont très techniques. A contrario, l’auteur, lui, maitrise très bien les maths et a beaucoup d’amis physiciens qui l’ont aidé à modéliser certaines hypothèses.
      Comme quoi, quand on veut adopter une vraie démarche scientifique, la supercherie ne tient par longtemps …


      • Martin Le 05 décembre 2017 à 07h19
        Afficher/Masquer

        Steeve keen est physicien (théoricien des modèles)


    • Haricophile Le 05 décembre 2017 à 14h58
      Afficher/Masquer

      L’économie est une technique, pas une science dans le sens moderne et épistémologique. Dans le sens ancien, c’est une science comme la science de découper élégamment un poulet. Mais faire passer le découpage du poulet pour une “science dure” comme les mathématiques ou la physique, c’est de la pure escroquerie.

      C’est normal que ce soit une escroquerie d’ailleurs, le monde actuel étant dominé par des mafias qui se font passer pour des entrepreneurs ou des hommes politiques. Tout n’est que façade.


  6. Jean Le 04 décembre 2017 à 15h53
    Afficher/Masquer

    La véritable Histoire de la crise des subprimes c’est celles de banques américaines ayant accordées des crédits immobiliers à des ménages, qu’elles savaient non-solvables, en prévoyant de faire de l’argent avec la revente du bien hypothéqué lorsque l’emprunteur ne pourrait plus honorer les traites de son crédit. Seulement les prix de l’immobilier se sont brutalement effondrés et la revente des biens hypothéqués ne pouvait plus suffire à rembourser l’emprunt.
    Les banksters, pour refourguer à d’autre banques ces créances pourries, on inventés la titrisation qui consistait à rassembler ces créances pourries, avec d’autres qui l’étaient moins, sous la forme de produits financiers attractifs car bien notés par le Marché. Ce qui a entrainé la mondialisation de la crise des subprimes qui a finit par éclater en 2008.


    • Haricophile Le 05 décembre 2017 à 15h04
      Afficher/Masquer

      Bonne description de procédés mafieux et démonstration que ce sont bien des mafias et rien d’autre.


  7. Brigitte Le 04 décembre 2017 à 18h31
    Afficher/Masquer

    A savoir ce que l’avenir nous réserve avec les crypto-monnaies….Je suis vraiment stupéfaite de voir l’ascension du “bitcoin” sans aucune entrave sur le chemin des produits dérivés, et pourquoi pas des valeurs refuges tant qu’on y est, en remplacement de l’immobilier. A qui profite le crime?


    • Alfred Le 04 décembre 2017 à 22h06
      Afficher/Masquer

      Je suis comme vous. C’est une des choses qui me terrifie le plus. Les salauds ont vraiment de l’avance… Il l’ont toujours eue mais on l’impression de pouvoir la toucher du doigt et la mesurer avec ce bascullement des cryptomonaies.
      Vous pouviez mettre toutes vos économies en lingots physique si vous arriviez à mettre la main dessus maintenant vous avez droit à une portion de blockchain qui vaut…. tant qu’on produit du jus… Dans 20 ans plus personne n’echangera de physique que les ultra ultra riches et les ultra ultra pauvres; jusqu’à jour ou la lumière s’éteindra. Ma seule inconnue c’est l’échéance de temps.


      • Brigitte Le 05 décembre 2017 à 07h31
        Afficher/Masquer

        Je ne veux pas faire de complotisme par ignorance du monde de la finance, mais comme par hasard, cette cryptomonnaie a été créée aux USA. N’a t-elle pas un rôle à jouer, voulu dès le départ ou non, pour porter secours à la devise américaine? n’est-elle pas déjà et uniquement convertible en dollar?


        • Haricophile Le 05 décembre 2017 à 15h14
          Afficher/Masquer

          Il ne faut pas confondre les intentions de son inventeur quelques qu’elles soient avec la manière dont on l’utilise ensuite. Quelque soit la moralité de la chose concernant son (ses) inventeur(s), c’est un outil et rien d’autre. La moralité, la responsabilité est celle de ceux qui le manipulent.

          Il ne viendrait pas à l’idée de personne d’accuser un téléphone de commettre un délit, ce n’est qu’un outil puissant qui peut servir à commettre un délit. L’inventeur du téléphone avait très certainement l’intention d’en tirer un substantiel profit personnel en dehors de la pure gloire d’avoir inventé un outil génial, on ne peut pour autant lui prêter l’intention d’avoir voulu par la suite développer “Echelon” et l’espionnage généralisé ni même la bourse en ligne.


        • Pinouille Le 05 décembre 2017 à 17h09
          Afficher/Masquer

          Le bitcoin a été créé par une personne qui est longtemps restée anonyme. Aux dernières nouvelles, il semblerait qu’elle soit australienne.

          A ma connaissance, le bitcoin n’a pas pour vocation de porter secours au dollar. On peut même être tenté de penser le contraire (monnaie concurrente) puisque c’est une monnaie qui n’est contrôlée et contrôlable par personne: les transactions ne sont pas centralisées.

          Son cours ne dépend donc que de son attractivité, c’est à dire de la valeur qu’on veut bien lui accorder (marché, offre, demande, tout ça). Ce n’est pas grand chose, mais ce n’est pas très différent pour les monnaies officielles. Et les avantages (pas toujours avouables) qu’il procure semblent justifier cet attrait. A noter cependant que cette monnaie fait l’objet d’une spéculation effrénée –> rien ne garantit que son cours se maintienne.

          Si vous voulez en savoir plus: https://bitcoin.org/fr

          NB: Amha, le monde de la finance est en effet très complexe quand on rentre dans le détail, mais les principes qui le sous-tendent sont relativement simples à comprendre.


  8. Faribol Le 04 décembre 2017 à 18h40
    Afficher/Masquer

    C’est une critique d’un homme de gauche sur un ouvrage qui n’est pas conforme à sa propre idéologie. Bon, Le débat est cependant intéressant mais pourquoi être d’emblée méprisant en qualifiant Pierre Cahuc de “Pierrot la science “. Ce sont des insultes inutiles et stériles .


    • Karim Wilmotte Le 04 décembre 2017 à 21h56
      Afficher/Masquer

      “Il y a un an paraissait, sous la signature de Pierre Cahuc et d’André Zylberberg, un pamphlet à prétention scientifique, intitulé Le négationnisme économique et comment s’en débarrasse”


  9. martin Le 04 décembre 2017 à 18h51
    Afficher/Masquer

    La théorie néoclassique est morte mais pas enterrée. Ses jésuites et ses dominicains, les économistes orthodoxes, continuent à fustiger les Galilée qui pensent mieux qu’eux. Ils sont arrogants, pitoyables, et … vraiment bêtes.


    • Haricophile Le 05 décembre 2017 à 15h17
      Afficher/Masquer

      Il ne sont pas bêtes, ils pensent très court terme et “après moi le déluge”.

      Leurs actes ne sont jamais sanctionnés, l’irresponsabilités de ces gens est totale. Pourquoi ces psychopathes dépourvus d’empathie voudraient-ils changer quoique ce soit qui risquerait de remettre en cause leur statut intouchable et leur pouvoirs déments ?


  10. Caton l'Ancien Le 04 décembre 2017 à 22h01
    Afficher/Masquer
  11. DocteurGroDois Le 04 décembre 2017 à 22h36
    Afficher/Masquer

    “Ce livre est moins une défense de la « science économique » qu’une construction idéologique partisane”.

    La science économique découle nécessairement d’une construction idéologique partisane. Trouvez-moi un économiste qui ne soit pas marxiste, libéral, libertarien, etc.

    Regardez par exemple les théoriciens décroissants qui plongent leurs racines chez des classiques comme Malthus, moralisme chrétien y compris, dans l’écologisme d’Illitch, ainsi que dans la même science dure et les mêmes données qu’utilisent les libéraux, les marxistes, etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires