Vous m’y croiserez… 🙂

Source : Les Econoclastes, 11-11-2017

Le Jour d’après

Vers un nouveau paradigme économique et énergétique

Les Econoclastes ont l’honneur de participer à une conférence dans le cadre des « Evènements de l’Ecole de Guerre ».

La conférence sera divisée en deux parties :

  1. Olivier Delamarche et Pierre Sabatier décrypteront la situation économique actuelle et traceront les différents scénarii qui pourraient en découler.
  2. Nicolas Meilhan s’intéressera à la dépendance de nos économies au pétrole avant de se projeter dans l’après-pétrole.

L’Ecole de Guerre est heureuse de vous inviter le mercredi 6 décembre 2017 à la conférence des Econoclastes.

Inscription obligatoire avant le 29 novembre >>>> ICI

La conférence débutera à 19h00 et se terminera à 21h. Une carte d’identité vous sera obligatoirement demandée à l’entrée.
L’entrée est gratuite et l’accueil s’effectuera de 18h à 19h.

Ecole Militaire
Amphithéâtre Foch
5 place Joffre
75007 Paris

Plan d’accès :

Métro : Lignes 6 et 10, station La Motte Piquet Grenelle – Ligne 8, station Ecole Militaire

Bus : Lignes 80 – 28 – 87 – 92 – 82

Pièce d’identité obligatoire

Source : Les Econoclastes, 11-11-2017

15 réponses à Les Econoclastes : “Le jourd’après” Nouvelle Conférence le 06 décembre

Commentaires recommandés

Chris Le 14 novembre 2017 à 12h49

Une monnaie unique ne peut fonctionner qu’avec des économies strictement égales.
Ce n’est pas le cas de l’Eurozone.

  1. cessna62 Le 14 novembre 2017 à 09h23
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Cette conférence serat-elle enregistrée, car il serait intéressant de la visionner pour ceux qui n’habite pas la capitale et que cela intéresse.

    Merci


  2. BA Le 14 novembre 2017 à 10h14
    Afficher/Masquer

    En 1992, les bisounours nous avaient expliqué que les nations d’Asie du sud-est allaient détruire leurs monnaies nationales pour construire une monnaie unique : l’asiatico ? ! L’asio ? !

    En 1992, les bisounours nous avaient expliqué que les nations du Golfe arabo-persique allaient détruire leurs monnaies nationales pour construire une monnaie unique : le golfarabo ? ! Le golfarabopersico ? !

    En 1992, les bisounours nous avaient expliqué que les nations d’Amérique latine allaient détruire leurs monnaies nationales pour construire une monnaie unique : l’américo ? ! L’américolatino ? !

    25 ans après, le monde réel a explosé les rêves des bisounours.

    25 ans après, aucune nation n’a détruit sa monnaie nationale pour construire une monnaie unique.

    Tu m’étonnes !

    Il n’y a que nous, en Europe, qui avons fait cette expérience de tarés.

    https://www.romandie.com/news/Monnaies-uniques-la-fin-de-l-histoire/862966.rom


    • Haricophile Le 14 novembre 2017 à 12h20
      Afficher/Masquer

      La monnaie unique Européenne n’est pas une expérience de tarée en soi, je pense même encore que ça pourrait être une bonne chose. POURRAIT ! Parce que la monnaie unique est un outil, pas un objectif. Et pour mettre en place cet outil, il y aurait eu beaucoup de choses a mettre en place avant pour que ce soit viable. Et dans les choses à mettre en place, il n’y a aucune place pour la concurrence fiscale et sociale ! Une fiscalité forte et homogène, égalitaire mais sans échappatoire, des règles et protections sociales unifiées, des ambitions à long terme, le contrôle étatique des banques et de la création monétaire ou pour le moins une régulation stricte des banques, voilà ce qui aurait pu permettre de mettre en place avec bonheur la monnaie unique. Apparemment, c’est pas demain la veille.

      Pour moi la catastrophe n’est certainement pas la monnaie unique qui n’est après tout qu’un outil, c’est l’usage que des incompétents opportunistes, ploutocrates et sans vision, sans ambition de “servir” et s’en foutant du bien commun autant que les clientes de la place Vendôme se foute de la catastrophe humanitaire de Somalie en contemplant les rivières de diamants. Il n’y aurait pas eu de monnaie unique qu’ils auraient tout aussi bien fait plongé l’UE et sacrifié notre avenir à la convoitise infinie, béat devant le big-business et les grandes richesses autant que les clientes sus-citées devant leur rivières de Diamant.


      • Chris Le 14 novembre 2017 à 12h49
        Afficher/Masquer

        Une monnaie unique ne peut fonctionner qu’avec des économies strictement égales.
        Ce n’est pas le cas de l’Eurozone.


        • LS Le 14 novembre 2017 à 17h59
          Afficher/Masquer

          Tout dépend ce que l’on entend par “fonctionner”.

          Même avec une redistribution monétaire vers les zones en déficit (conformément à la théorie de la zone monétaire optimale), une seule monnaie et une totale ouverture économique implique une spécialisation et une concentration du système productif, même en étant égaux à la base, qui conduisent à terme à une dépopulation de territoires entiers.
          Dans le cadre d’une nation, ça peut passer (exemple : la creuse en France), mais quand le sentiment d’appartenance des peuples à cette “zone” est faible, cela risque de très mal finir.


      • herve_02 Le 14 novembre 2017 à 16h04
        Afficher/Masquer

        Oh, non pas besoin de tant de choses que cela. on peut même supposer que l’on peut garder la règle des 3% (pourquoi pas 5 ou 10 ? ou 0 ?) il suffit de rajouter une toute petite chose : impossibilité d’avoir une balance du commerce intra-européenne déséquilibrée, sinon le déséquilibre est taxé à 75 % (ou 50 ou 80 ou 90) et abondé au budget de développement de l’europe.

        Récupération des déséquilibres sur 10 ans en arrière à la mise en place ou sortie de l’europe du pays ne voulant pas

        Cette simple toute petite règle, règle TOUS les problèmes en même temps.


      • isidor ducasse Le 14 novembre 2017 à 23h38
        Afficher/Masquer

        L’euro n’est pas une monnaie unique, c’est à dire avec une banque centrale qui produit de la monnaie pour la zone euro, mais une monnaie commune, chaque état de la zone euro a gardé sa banque centrale. L’euro est une enveloppe dans laquelle se trouve les francs de la banque de France, ou si c’est la banque centrale Allemande, les deutschmarks de la bundesbank etc… chaque enveloppe euro s’échange à un taux de 1 dans la zone euro: l’enveloppe allemande est égale à 1 enveloppe française . Mais quand vous ouvrez l’enveloppe Française il y a 6.59 francs de créance vis à vis de la banque de France.


      • K Le 15 novembre 2017 à 02h53
        Afficher/Masquer

        Pour qu’une monnaie continentale marche sans asphixier certains de ses membres, il faudrait que les pays de la zone aient tous la meme productivite, la meme fiscalite, le meme commerce exterieur, le meme taux de chomage, le meme niveau de vie et la meme structure demographique. Et que chacun de ces indicateurs evoluent dans le meme sens et a la meme vitesse dans tous les pays, chaque annee.
        Autant dire qu’on est dans l’utopie la plus lunaire qu’il soit.

        Par exemple, les pays a faible fiscalite (Irlande ou autres) ne vont pas doubler les impots juste pour nous faire plaisir.
        Les pays a population agee (Allemagne) veulent des taux d’interets reels eleves pour remunerer l’epargne des retraites alors que les pays (relativement) jeunes (France) veulent des taux d’interets bas pour favoriser l’investissement.


      • Dufifi Le 15 novembre 2017 à 03h59
        Afficher/Masquer

        Ben oui, c’est un outil. Mais fait pour servir dans un espace comme vous le dîtes si bien, sans concurrence fiscale et sociale, avec des ambitions à long terme, un contrôle de banques et de la création monétaire, etc. : ça s’appelle un PAYS.

        Et l’Union européenne n’est pas un pays. C’est seulement une union de pays liés par des traités, qui plus est, réalisé à marche forcée, ou biaisée, sans que les peuples des dits pays soient réellement associés au projet.

        La monnaie “unique” a été mise en place comme on met une charrue devant des bœufs, en espérant que l’une allait traîner les autres.

        Cette “chose” n’a heureusement aucune chance de fonctionner un jour.


      • Louis St O Le 15 novembre 2017 à 09h52
        Afficher/Masquer

        @Haricophile
        « la monnaie unique qui n’est après tout qu’un outil, c’est l’usage que des incompétents opportunistes, ploutocrates et sans vision, sans ambition de “servir” ».
        Incompétents, sans vision vous êtes sûr ?
        opportunistes, ploutocrates d’accord.
        Par contre je pense que la fin de votre phrase est mal formulée, vous vouliez surement dire;
        avec ambition de “(se) servir” »


  3. Owen Le 14 novembre 2017 à 10h33
    Afficher/Masquer

    Le “Manuel de transition; de la dépendance du pétrole à la résilience locale”; écrit par Rob Hopkins, pour encaisser les crises à venir.

    C’est lui qui a initié les villes en transition. L’ouvrage explique les raisons matérielles et psychologiques à la dépendance et déroule la stratégie pour reprendre en main sa commune à partir d’activités entre soi.

    Le progressisme et le conservatisme ne font plus sens, encore moins la droite et la gauche. La différence est entre ceux qui font et ceux qui ne font pas, sachant que les premiers ne combattent pas les seconds, mais invitent à participer.

    Le cumul d’expériences dégage un parcours: parcelles agro-écologiques, mutualisation, conserves, épicerie avec le café, qui devient lieu de ressources documentaires et de rencontres-décisions.
    Ensuite une progression en étoile: transports, énergies, recyclage, monnaie locale, éducation, les ateliers de réparation et de fabrication…


  4. luci2 Le 14 novembre 2017 à 10h42
    Afficher/Masquer

    Tarés Nous…Nous Tous donc ?
    Non,grâce à Dieu et Jésus libérateur de l”Homme, ,à D.ieu dont l’Envoyé est attendu, et Allah.dont Mahomet son prophéte a parlé et écrit.

    Revenant à l’horizontale ,’les ras-de-pâquerettes” dit-on, nous sommes ,face aux peurs ,à l’Anxiété diffuse et seule réellement globalisée à l’échelle planétaire, en voie de repliement clanique accéléré/.
    N’en déplaise aux religieux de la mondialisation “obligatoire” d’un point de vue marchand ,du point de vue de l’ “Avoir” pour croire “Être’ ,
    l’Humain ,se réfugie à grande vitesse vers son hâvre de Paix : la Famille …Au sens large.
    Non point de nationalisme dans cette affaire !
    Seulement l’Essentiel pour Tout un Chacun : la Fraternité immédiate en Famille …pour ,normalement, aller ensuite s’enquérir des besoins des voisins… Tout cela venant du Cœur , Gratuitement.


  5. de Castelnau Marc Le 14 novembre 2017 à 15h36
    Afficher/Masquer

    Une zone monétaire unifiée sans transfert c’est une centrifugeuse sans forces de rappel. C’est comme si au moment du franc, on avait laissé les dettes s’accumuler entre la Corse et Rhône-Alpes.
    Les forces de rappel c’est la convergence des politiques fiscales, budgétaires, environnementales et sociales, sous l’égide d’hommes politiques partageant une vision commune et ayant un pouvoir d’entraînement des opinions publiques pour surmonter l’esprit de clocher.

    Pas vraiment l’épure de l’europe aujourd’hui !

    Résultat : les partenaires divergent économiquement, les opinions publiques écoutent les extrêmistes et la tentation de la sécession du repli sur soi ne cessent de progresser. Les fourmis se crispent sur leurs magots et font la leçon aux cigales qui s’enfoncent dans les difficultés…bref en lançant ce projet de monnaie unique, on a poussé tout le monde hors de l’avion mais plus personne ne se propose aujourd’hui d’ouvrir le parachute : l’europe pourrait bien finir comme la comète Shoemaker, disloquée par les forces de marée gravitationnelle (C’était en juillet 1994 et elle a donné 21 morceaux).


  6. Galvan Le 15 novembre 2017 à 19h24
    Afficher/Masquer

    L’euro est aux peuples des nations composant l’UE, ce que le marteau à bomber le verre est au vitrier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires