Les Crises Les Crises
31.janvier.201431.1.2014 // Les Crises

[Vidéo recommandée] Débat de fond Berruyer / Delamarche / Béchade avec Hervé de Carmoy chez Thinkerview

Merci 4
J'envoie

Je vous propose aujourd’hui un très intéressant débat que Delamarche, Béchade et moi avons eu avec Hervé de Carmoy, organisé par l’excellente chaine Youtube Thinkerview.

C’est un banquier, qui a été Directeur Général pour l’Europe de la Chase Manhattan Bank (ancienne banque d’affaires ayant fusionné en 2001 avec la J.P. Morgan, longtemps présidée par David Rockefeller). Mais il a également été un membre très influent de la Commission Trilatérale, ayant été Président de la Section Française puis Vice-Président de la Section Européenne et membre du Comité Executif mondial (1989-2004)

Il livre ici un très intéressant regard sur les dérives de la finance, sans langue de bois ni complaisance. Il faut savoir que ce genre de discours a été tenu par beaucoup d’anciens PDG de grandes banques Anglo Saxonnes depuis 2012 (cf Le Verbatim pour la scission des banques). Il n’y a qu’en France que le climat mafioso-bancaire a fait que presque aucun ancien grand banquier n’a pu user de sa liberté de parole…

Cet échange est donc d’autant plus savoureux… Bon visionnage !

Source de la photo : Preuve par l’image

67 réactions et commentaires

  • Fabien // 31.01.2014 à 04h22

    Bonjour,
    Effectivement, c’est une excellente vidéo et thinkerview est un think tank bien pertinent…
    Moi ce qui m’a marqué dans le discours de de Carmoy est sa mise en avant de la recomposition de la société américaine en des groupes sociaux de réflexions et d’actions locaux. Ces phénomènes auraient pu paraitre marginaux pour un ex patron de grande banque mondialisée… mais lui l’a remarqué et le mets en avant. Ça témoigne quand même d’une certaine vision…
    Salutations !

      +0

    Alerter
  • BA // 31.01.2014 à 08h25

    Il faudrait que ce genre de débat soit diffusé à la télévision à une heure de grande écoute.

    Bon, on peut toujours rêver, cela n’arrivera jamais.

    Dommage.

      +3

    Alerter
    • poilagratter // 01.02.2014 à 13h36

      Impossible. Y’a trop de monde qui regarde. (Coluche)

        +0

      Alerter
    • kasusbelli // 02.02.2014 à 15h41

      Y a t il une procédure pour qu’un blog soit déclaré d’Utilité Publique ???

        +1

      Alerter
  • Gibbus // 31.01.2014 à 08h45

    Une remarque:
    Je pense que la réflexion de M. De Carmoy (qui c’est très bien de quoi il en retourne) sur la façon de gérer son patrimoine “moi, je suis liquide à 100% depuis plusieurs années” démontre bien une certaine “fébrilité” du système financier!!!
    C’est plus ou moins ce que préconisent les pseudos-permas-pessimistes comme O. Delamarche. En faite les insiders savent très bien que le système vacille (voir est déjà en faillite), peut être qu’ils gagnent du temps????

      +0

    Alerter
    • Kiwixar // 31.01.2014 à 08h59

      C’est un peu contradictoire : si le système financier saute, les banques sautent, et les 100% liquide de M. de Carmoy se vaporisent. Ou alors… il garde tout en cash sous son matelas?

      Quand à O. Delamarche, on sait ce qu’il n’aime pas (les actions et obligations US/Europe/Japon) mais on ne sait pas exactement ce qu’il aime, il parle avec ses cartes très près du buste. Devises (NOK, CHF, AUD, NZD, etc)? … Obligations allemandes? … 20% d’or physique dans un coffre en Suisse ou Singapour comme Marc Faber?

        +0

      Alerter
      • Gibbus // 31.01.2014 à 09h36

        Je pense que c’est bien cela (en plus de terre et d’immobilier) un panier de devises dites sure et du métal, le tout planqué dans différents coffres.
        Je vous conseille d’allez écouter l’intervention de P. Dessertine chez S. Soumier se matin sur les conséquences probables des politiques monétaires des occidentaux: la fin de la mondialisation libérale… Qui fut aussi prophétisée par C. Gave aux experts de BFM Business il y a plus d’un an!!

          +0

        Alerter
      • Fund_touch // 31.01.2014 à 16h07

        Quand il parle de liquide, cela englobe quoi exactement ? Monnaie palpable et compte courant ? Avec l’option de les avoir sous différentes devises ?

          +0

        Alerter
  • jmeransaigne // 31.01.2014 à 08h52

    Bonjour,
    J’ai entendu à la radio que les jeunes en France trouvaient en moyenne leur premier cdi vers l’âge de trente ans, devant cela, une réflexion me vient, s’ils n’ont un premier cdi qu’à trente ans, et pour pouvoir avoir leur retraite en entier, ils devront donc travailler jusqu’à 74-75 ans!!!!
    Donc vivre pour travailler et uniquement, en plus avec les salaires français, en moyenne, on a de quoi payer ses factures , mal manger, mal se soigner, mal vivre.

      +0

    Alerter
    • Fund_touch // 31.01.2014 à 16h04

      On cotise également avec des CDD.
      Ceci dit, d’ici 30 ans ou plus, les retraites… hum…

        +0

      Alerter
  • Flury Guy // 31.01.2014 à 09h03

    J’aurais aimé que Hervé de Carmoy, connu à l’époque de la BCT Midland, tienne cette qualité de discours beaucoup plus tôt. Mais ne chipotons pas, c’est remarquable, une vraie leçon de réalisme dans cette analyse de cette nation si contrastée qu’est l’Amérique. Bravo aussi aux trois autres “débatteurs”. Très bons. Je vais le réécouter, crayon à la main.

      +0

    Alerter
  • Clive // 31.01.2014 à 09h52

    J’ai personnellement un léger petit problème avec le “beaucoup d’anciens PDG de grandes banques Anglo Saxonnes depuis 2012″…

    Comme si ces messieurs voulaient laver leur conscience devant l’échéance ultime.

    Il est très intéressant d’écouter M. de Carmoy, comme insider, il semble avoir une analyse juste et lucide de la situation, mais il a contribué par sa carrière, et avec ce que Jorion a appelé “la tolérance à la fraude” à construire le système qui lui a sans aucun doute assuré fortune pour lui et sa famille, ses semblables, sur plusieurs générations, ruinant par la spéculation et la fraude les 99% dont il semble se préoccuper sur le tard…

    Je précise que je suis le fils d’un banquier de province responsable de secteur d’une banque locale, qui étudiait les dossiers et se déplaçait chez ses clients pour définir la nature du financement qu’il avait la capacité et la responsabilité d’accorder à son niveau. Et qui vomissait ce que la banque est devenue, sous l’impulsion des banques qui ont offert sa carrière à M. de Carmoye.
    Banque locale qui au passage a été avalée successivement par le CCF, HSBC…etc et qui est aujourd’hui démantelée par la Banque Populaire.
    Alors non merci.

      +0

    Alerter
  • jmeransaigne // 31.01.2014 à 10h12

    La consanguinité conduit à un handicap plus ou moins grave……..mais définitif……(1 m 34)

      +0

    Alerter
  • Kiwixar // 31.01.2014 à 10h12

    A propos des “insiders qui savent que le système est en faillite mais qui essaient de gagner du temps” :
    – les coûts de prospection pétrolière des majors qui explosent ces dernières années, mais avec une production qui stagne + le mirage du shale oil US = les QEs permettent-ils de financer encore quelques années de production de pétrole à perte, en conservant un prix du baril “raisonnable” à 100$ ?
    – le temps pour les insiders de transformer le papier en choses tangibles (terrains, immobilier, métaux, jacuzzi)

      +0

    Alerter
  • Sud // 31.01.2014 à 11h15

    L’ennui pour les ” liquidités ” ultraliquides…du type des billets de banque sous le matelas, c’est ce qui se passe actuellement, là, sous nos yeux, en Argentine… et qui se passera inévitablement en France.

      +0

    Alerter
  • Thinkerview // 31.01.2014 à 11h51

    Bonjour et merci pour vos commentaires, vos encouragements,

    Nous allons refaire une ITW avec Hervé de Carmoy le 5 février avec en 2 eme partie de vidéo ancien gros trader qui a quitté les salles de marché pour des raisons d’étique.

    Si vous avez des questions, Thinkerview se propose de les poser pour les lecteurs de ce blog lors de la prochaine vidéo.
    Merci de les envoyer en MP sur notre page facebook , sans oublier de vous abonner à notre Youtube.

    PS: Thinkerview n’est pas un ThinkTank, c’est la contraction de Think+Hacker+Point of view. C’est un groupe de pote qui se sont rencontré sur la toile, avec des compétences complémentaires et un objectif commun, vulgariser et propager l’info.
    On s’ennuyait devant notre TV, on s’endormait dans les Thinktanks, on devenait “turbulent” face aux chefs économiste de tous partis confondus, on convulsait devant la langue de bois des journalistes et la passivité des institutions… On a donc décidé de créer une chaîne Youtube à notre façon, comme on monte une team en jeu en réseau, avec internet pour internet, : http://blogs.lesechos.fr/intelligence-economique/paroles-de-hacker-a5543.html
    Si vous avez aimé notre façon d’aborder l’information n’hésitez pas à nous partager, si vous avez des remarques, conseils ou envie de faire monter la mayonnaise avec nous, on est accessible sur notre page facebook.

    Bien @ vous l’équipe Thinkerview.

      +1

    Alerter
    • Bill // 31.01.2014 à 15h32

      Thinkerview
      Très bon débat et félicitations pour vos initiatives.

      Cependant pour être excellent il faudra inclure dans les questions les sujets suivants:changements climatiques, globalisation financière et corporatisme planétaire, pollution chimique, épuisements des ressources (énergie inclus), sur-pêche et acidification des océans, accroissement des disparités et injustices social, démographie galopante et plus encore, tout cela étant directement imputable au système économique actuel.
      Je n’ai pas senti une volonté réel de repenser le système parmi vos invités, mais plutôt encore de le relancer avec quelques modifications.

      Quand ces sujets seront intégrés, à partir de là on aura un tableau un peu plus complet.

        +0

      Alerter
      • G L // 31.01.2014 à 20h37

        Malheureusement les Etats-Unis servent de modèle au reste du monde.

        Le gaz de schiste illustre parfaitement le type de réponse que ce modèle est capable d’apporter à la question des ressources.

        La puissance économique des Etats-Unis est le résultat de l’exploitation la plus rapide et la plus intensive possible des ressources disponibles. Le pays est vaste et relativement peu peuplé, ce qui explique beaucoup de choses. Aucune objection concernant le long terme à propos des ressources n’y est recevable tant qu’il leur suffit d’aller chercher un peu plus loin au fur et à mesure qu’elles s’épuisent ou tant que le dollar et la puissance militaire leur permettent d’acquérir celles qui sont disponibles dans d’autres pays (en tant qu’ancienne puissance coloniale nous sommes assez mal placés pour leur donner des leçons…)

          +0

        Alerter
      • Thinkerview // 03.02.2014 à 00h45

        Bonjour,
        Vendredi l’équipe Thinkerview va faire une ITW de Bob Coen sur son dernier film documentaire :” Armes chimiques sous la mer “. Déjà bien connu après son film Anthrax War ou il montrait que les souches d’Anthrax venaient de laboratoire militaire…, Bob nous propose sa nouvelle enquête… Merci de nous faire remonter vos questions via MP sur la page Facebook de Thinkerview. Bien @ vous l’équipe Thinkerview http://fife.iledefrance.fr/toute-selection/armes-chimiques-mer

          +0

        Alerter
    • Vincent // 31.01.2014 à 19h53

      Merci pour le contenu, ça fait du bien d’entendre d’autres voix.

      Je me permet un petit reproche. Je suis cadreur et réalisateur dans la vie, pour de multiples chaînes de télévision. Je pense que la forme n’est pas au niveau du fond.

      Je sais que la grande idée (qui nous fait bien du tort dans nos métiers) c’est que tout le monde sait faire et qu’il n’y a pas besoin d’être pro pour ça (de quoi me faire regretter mes 4 années d’études, what a waste !!), mais la vérité, c’est que ceci n’est pas vrai.

      Honnêtement votre émission n’est pas bien cadrée (je parle du cadre de l’image), et le montage fait apparaître des coupes désagréables (des quasi plan sur plan parfois). Je pense que vous avez également un problème de son, même si je note que vous avez des micros cravates. Peut être ont ils été mal posés.

      Alors vous allez sans doute me dire, on s’en fout, c’est le contenu qui importe. On voit souvent ça sur le web, sur les vidéos au contenu pourtant intéressant. Je vais vous montrer pourquoi ceci n’est pas vrai : ci ge meuh mais a ekrir caume sa c painible ah lyre. C’est pareil pour l’audiovisuel : c’est une langue, ça s’apprend. Il y a une grammaire, une orthographe, des choses qui ne se font pas 🙂

      Bien à vous.

        +0

      Alerter
      • nono // 31.01.2014 à 22h56

        Vincent you’re Right… but who cares.
        Invitons Lars Trier pour la prochaine Table ronde (et non pas débat).

          +0

        Alerter
      • Thinkerview // 02.02.2014 à 02h58

        Oui Je suis d’accord avec vous, on a eu des soucis avec les micros cravate, une série pas au top, pour le cadrage on en à déjà parlé avec l’équipe, notre cadreur était en mode freestyle.
        Nous ne referons plus les mêmes erreurs.

          +0

        Alerter
    • amemar // 01.02.2014 à 16h36

      Bonjour,
      Génial votre truc et merci d’oser poser des questions qu’un français moyen aurait pu poser. J’aimerai demander à Monsieur de Carmoy, qui se soucie de l’intérêt général dans les cercles qu’il fréquente? Et la richesse gagnée par le travail de tous les citoyens de ce pays (et des autres), pourquoi ne peuvent-ils pas en profiter pour leur santé,leur culture et leur bien-être ? Qu’est ce qui autorise certains à n’avoir aucun respect pour des être humains qui tous les jours vont trimer pour permettre à une société de se nourrir, vêtir, se soigner etc…Pourquoi est-il simplement impossible que des gens qui gagnent tellement d’argent qu’ils ne pourront jamais le dépenser même s’ils vivent mille ans, ne peuvent-ils pas simplement admettre, que cela SUFFIT ! Pourquoi ces gens qui ont tout, le pouvoir, l’argent ne se rendent-ils pas compte qu’en continuant comme ça ils nous mènent à la dictature et à la guerre ?

        +1

      Alerter
      • poilagratter // 01.02.2014 à 17h09

        Il est probable que ces gens ne comprennent même pas cette question, qui sans doute ne leur est jamais venue à l’esprit. :/

        Mais très bonne question. L’un des invités du prochain débat aura t’il l’impertinence de la poser?

        Merci à tous ceux qui permettent ces échanges.

          +0

        Alerter
  • Fabrice // 31.01.2014 à 13h04

    Excellente table ronde, ce que je retiens ce sont la volonté politique qui manque et le retour de l’intérêt général qui fait défaut bref comme personne ne veut intervenir ou changer quoi que ce soit, nous boirons la coupe jusqu’à la lie.

    Le seul espoir c’est que l’information que vous Olivier et d’autres (comme les invités de ce reportage) finisse par se diffuser et rentrer de plus en plus dans la conscience collective pour que les intérêts particuliers n’aient plus l’ignorance comme pilier à leur situation. Qui sait peut être que l’économie réelle parviendra à reprendre le dessus sur la financiarisation, même si sera dur car cela nous arrangeait quand le fromage était partagé plus équitablement (et encore pour la partie occidentale du monde).

      +0

    Alerter
  • Un naïf // 31.01.2014 à 13h22

    Au passage, un autre banquier (Jean-Michel Naulot, ancien membre du collège de l’Autorité des marchés financiers (de 2003 à 2013), auteur du livre Crise financière – Pourquoi les gouvernements ne font rien (Seuil, 2013)) qui parle lui aussi “différemment”… seraient-ils de plus en plus nombreux ? Même si cela ne suffit pas à casser le consensus ploutocratique, saluons les paroles de ces gens qui me semble-t-il vont dans le bon sens…

    «L’interdiction des activités spéculatives des banques est une solution de bon sens»
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/01/29/il-est-stupefiant-de-voir-un-gouvernement-de-gauche-s-opposer-a-l-interdiction-des-operations-speculatives-des-banques_4356577_3234.html

      +0

    Alerter
  • Incognitototo // 31.01.2014 à 13h39

    Vraiment intéressant et vraiment dommage que nous n’ayons pas accès à ce type d’échanges à une heure de grande écoute sur une télé nationale… mais bon, il n’y a pas de hasard…

    Deux remarques :
    – Est-ce bien sûr que nous manquons des hommes qui aient les “burnes” pour dire “ça suffit” ? Ça, c’est effectivement ce qu’on peut constater… Mais la réalité c’est qu’on a surtout des peuples totalement lobotomisés qui n’exercent plus leurs devoirs démocratiques et des organisations d’opposition totalement divisées pour faire front commun au rouleau compresseur que constituent les establishments… Il y a donc une vraie réflexion à mener sur le pourquoi de nos propres divisions, si nous voulons un jour arriver à créer une vraie opposition à ces politiques du “toujours plus de la même chose”… sauf si on pense que seul le crash final pourra vraiment changer quelque chose, avec le risque non négligeable que les réponses qui en sortiront soient tout sauf ce que nous aurions pu espérer, notamment par rapport au risque totalitaire de plus en plus présent…
    – Quand tu dis Olivier que s’il y a 70 Md$ d’échanges commerciaux on devrait avoir à peu près l’équivalent en terme de couverture de change (au lieu des 5 200 Md$ actuels)… Non ce n’est pas comme ça qu’on assure le risque, parce que dans le réel économique on n’assure que le différentiel de change par rapport au risque qui varie généralement de 5 à 25 % ; et donc en tout état de cause si on a 70 Md$ d’échanges commerciaux, on devrait avoir à peine (si on prend une fourchette haute de 20 %, car en aucun cas on ne couvre jamais 100 % du risque de variation) 14 Md$ de couverture de change… C’est donc bien plus grave encore que ce que les chiffres déjà monstrueux nous disent, puisque tout le reste est donc de la pure spéculation de casino sur les variations monétaires et la conséquence directe du traitement des monnaies comme si elles étaient des marchandises (“merci” aux accords de la Jamaïque de nous avoir plongés dans un monde où la monnaie se valorise en fonction de “l’offre et de la demande”)… Donc, il faut aller jusqu’au bout du constat : tant que nous n’aurons pas réformé ce paradigme où le thermomètre ne reflète plus l’état économique d’un pays, mais varie en fonction des manipulations exogènes des opérateurs, aucune action monétaire ne sert à rien…

    Je continue à ne pas comprendre comment un Hervé de Carmoy (très intéressant par l’expérience de terrain qu’il apporte) qui fait partie de la trilatérale depuis 2004 n’ait pas plus d’influence que cela pour changer les choses… Double discours ou schizophrénie ?… Olivier (petit impertinent va 😉 ) lui a d’ailleurs posé la question et ses réponses n’ont vraiment pas été convaincantes…

    P.-S. : d’accord avec la remarque d’Ogent plus haut… à modifier par simple politesse…

      +0

    Alerter
  • Mario du 38 // 31.01.2014 à 13h41

    Remarquable débat !

    Je pense que cette vidéo est un excellent outil de rattrapage accéléré aux personnes qui sont encore de simple perroquet de la propagande des grands médias (soit environ 8 sur 10 selon mon sondage personnel) et qui n’ont toujours pas compris la réalité du monde actuel.

    Le témoignage de Hervé de Chamoy est une perle en plus !

      +1

    Alerter
  • yt75 // 31.01.2014 à 13h42

    Débat intéressant, mais ne pas oublier qu’à propos de la crise actuelle, il y a toujours un “elephant in the room” (suggéré lors du débat), c’est que la crise actuelle est aussi ou surtout un choc énergétique et choc pétrolier en particulier.
    Il serait quand même important d’être aussi conscient de ce graphe :
    http://iiscn.files.wordpress.com/2013/07/bp-oil-price-2013.jpg

    Et du fait que par exemple :
    “According to Mark Lewis writing in the Financial Times, “upstream capital expenditures” for oil and gas amounted to nearly $700 billion in 2012, compared to $350 billion in 2005, both in 2012 dollars. This corresponds to an inflation-adjusted annual increase of 10% per year for the seven year period.”
    http://ourfiniteworld.com/2014/01/29/a-forecast-of-our-energy-future-why-common-solutions-dont-work/

    Cela en rien pour “minorer” les problèmes purement financiers ou “bancaires” de la crise actuelle, mais plutôt pour rappeler que si dans les années soixante dix on était encore capable d’énoncer le terme “choc pétrolier” (ou maintenant quand on fait référence aux crises d’alors), il semble que, face à la gravité de la situation actuelle, ce ne soit quasi plus possible.
    Alors que de fait, on est de nouveau dans un choc pétrolier majeur (et le gaz ou pétrole de schiste, c’est surtout du gaz ou pétrole normal mais beaucoup plus cher à extraire, raison pour laquelle on le fait maintenant, il n’y a pas de vrais nouveautés techniques associées et les gisements sont connus depuis longtemps).

    La situation se caractérise plutôt par le fait que considérer la crise sous un angle principalement financier ou monétaire, est le reflet des montagnes de dettes actuelles (et des volumes délirants des transactions associées comparés aux transactions commerciales), montagnes de dettes par ailleurs héritées de la période “post deux premiers chocs”, pour retrouver la croissance d’avant … Ce qui fait de la crise actuelle un double choc pétrolier plus qu’autre chose.

    Sans oublier que contrairement à la “légende” : “premier choc pétrolier = embargo Arabe = géopolitique = rien à voir avec les contraintes géologique”, le premier choc était surtout la conséquence du pic de production des US ayant eu lieu fin 1970.
    Résumé en fin de post :
    http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/

    H de Carmoy dans le débat dit plus ou moins “les US sont maintenant energy independent), mais ne pas oublier qu’ils restent les deuxièmes (ou premier à égalité avec la Chine) importateurs net de pétrole.

      +0

    Alerter
    • jducac // 01.02.2014 à 06h48

      @yt75 Le 31 janvier 2014 à 13h42

      Débat intéressant, mais ne pas oublier qu’à propos de la crise actuelle, il y a toujours un “elephant in the room” (suggéré lors du débat), c’est que la crise actuelle est aussi ou surtout un choc énergétique et choc pétrolier en particulier.

      Vous avez mille fois raison de rappeler ce qui est à l’origine du développement des organismes vivants. Ils ne vivent, se reproduisent, et perpétuent leur espèce que parce qu’ils peuvent consommer de l’énergie. C’est elle qui alimente nos vies et celle de nos nombreux assistants sans lesquels il nous est bien difficile de survivre dans notre monde développé.

      L’argent, les monnaies, les dettes et autres instruments financiers, même les plus innovants, ne sont que des vues de l’esprit, dont les hommes se sont passés durant des millions d’années, ce qui ne les a pas empêchés de se développer tant qu’ils ont pu extraire de leur environnement l’énergie indispensable à leur vie et à leur survie.

      La finance n’est donc pas la cause première du problème qui se pose à nous. Il faut seulement attendre que les spécialistes de ce domaine et de la politique finissent par en prendre conscience. Olivier et ceux qui, d’une manière ou d’une autre, collaborent à son blog, y contribuent, puisqu’en dépit d’une focalisation de nos dirigeants sur des sujets secondaires, la question de l’énergie y est assez souvent abordée.

      Merci d’avoir contribué à faire émerger ce thème de réflexion et d’avoir fourni des liens très intéressants sur ce qui conditionne au plus haut point notre futur.

        +0

      Alerter
      • poilagratter // 01.02.2014 à 13h09

        Certes, il faut de l’énergie… Mais l’essentiel de celle que nous consommons est gaspillée.
        Compte tenu des technologies actuelles, peut être que – – avec un système économique adapté – – les seules énergies renouvelables suffiraient à faire tourner le monde à l’endroit…

          +0

        Alerter
    • titus Garfield // 01.02.2014 à 19h54

      les US produisent environ 8 millions de barils de petrole/ jour et en consomment environ 19.5 millions……ils leur manquent juste l”equivalent d’une Arabie Saoudite pour etre autosuffisant en petrole……quand j’entends le mot autosuffisance en petrole des USA ,je me marre doucement…….de plus leur production gaziere tend à plafonner (hé oui les puits de gaz de schistes sont tres vite en declin et faut en forer une foret rien que pour maintenir le debit)…..bref c’est mort pour les USA et leur soi-disante autosuffisance!

        +0

      Alerter
  • BA // 31.01.2014 à 14h24

    Pays émergents : cyclone financier à l’horizon.

    Vendredi 31 janvier 2014 :

    Emergents : l’incertitude politique vient aggraver la crise économique.

    http://www.romandie.com/news/n/FOCUSEmergents_L_incertitude_politique_vient_aggraver_la_crise_economique70310120141401.asp

      +0

    Alerter
  • Nanker // 31.01.2014 à 15h05

    “|les] personnes qui sont encore de simples perroquets de la propagande des grands médias (soit environ 8 sur 10 selon mon sondage personnel) et qui n’ont toujours pas compris la réalité du monde actuel”

    8/10? Ouille!
    Dis-donc ça va faire des mécontents quand le gros Tupolev de la finance mondiale va finir par s’écraser… Et lorsqu’il y a beaucoup de mécontents ça tourne souvent à la révolte populaire.

      +0

    Alerter
  • totor // 31.01.2014 à 15h36

    @OBerruyer
    Après le débat avec M. Esambert, même constat avec ce monsieur de Carmoy. Dès qu’on s’approche des gens qui ont vraiment de l’influence, on a beau leur mettre des constats sous les yeux, ils sont dans un déni consternant.
    L’autre jour, avec M Esambert qui appelait quasiment à une dictature de “techniciens” pour “faire les réformes nécessaires”, et là avec “nos banques universelles sont bien gérées” (ouais, on est les meilleurs!”) et: “la solution c’est plus d’Europe”, alors qu’on voit que l’euro est en train de détruire l’Europe du Sud et d’attiser la haine des peuples. Je suppose qu’en plus ces gens qui acceptent ce type de débat sont les plus ouverts d’esprit dans leur milieu, j’ose à peine imaginer le niveau de cynisme ou d’imbécilité ou de soumission (on en apprend de belles quand même sur le degré d’ingérence des USA dans nos institutions, dans cette vidéo…) qui règne à l’intérieur de l’élite qui nous gouverne. Ca va se terminer comment, ce délire?!

      +0

    Alerter
  • captain flemme // 31.01.2014 à 16h25

    Quand OD dit qu’il n’a rien a cacher face a la NSA, je le trouve un peu léger. Cette espionnage tout azimut permet déjà de faire chanter tel ou tel député ou ministre si son fils se comporte mal ou s’il a une maitresse.
    Et si la petite dictature qui se met doucement en place avance encore un peu, détruire tout mouvement contestataire qui émergerait Bonnet Rouge par ex, ou Parti comme la ND avant qu’ils aient un pouvoir de nuisance. Pas la peine de tuer les gens, juste les acheter … avec notre argent en plus …

      +0

    Alerter
  • Patrick Luder // 31.01.2014 à 16h33

    Intéressant et instructif, même si un peu longuet 😉 et le style “collaborations” est beaucoup mieux que les habituels styles “adversaires”, cela ajoute à la qualité du débat.

    A retenir pour les USA : Les Etats-unis se réinventent en permanence et ont toujours une longueur d’avance, par exemple BALL pour le commerce local qui laisse 5 à 6 fois plus de capitaux sur place que les habituelles centres commerciaux.

    Ah et puis Olivier, tu as entendu ton collègue de gauche, la folie financière n’est pas de la faute des banques => mais c’est la faute au SYSTEME !!!

      +0

    Alerter
    • nono // 31.01.2014 à 18h20

      Les banques font ce que le système permet, fraude comprise. C’est donc bien le système qui est en cause et non les banques.
      Pour entendre la vérité de la bouche des vrais acteurs, il faut attendre qu’ils ne le soient plus. Pas nouveau. Questions pertinentes sauf la cocaïne dans les salles de marché. Quel rapport avec un levier de 80?
      Sinon il est toujours agréable d’entendre tout ça exprimé calmement…
      ThankU Thinker.

        +0

      Alerter
      • Patrick Luder // 01.02.2014 à 02h49

        Ah, et “le système”, c’est qui, c’est quoi ???

          +0

        Alerter
        • TINA // 01.02.2014 à 10h56

          Le terme de “système” se réfère à un ensemble de relations évolutives entre composantes, également en changement.

          Il dépend également du niveau d’observation: Système nerveux, système financier, etc.

          Bien sûr, la signification du mot est aussi variable en fonction de l’objectif de ceux qui l’utlilisent, genre ultra droite par exemple, avec une acception très négative. C’est la base de la propagande, très classique.

          MAIS cela ne doit pas pousser à refuser son usage, juste parce que certains jouent sur la définition. Il y a bel et bien un “système financier” qui est constitué de relations observables entre personnes et structures en rapport avec la circulation de l’argent. Et ce système produit des choses. Il produit un accroissement de richesses pour certains. Il conduit à la production/destruction de lois et règlements, etc.

          Parce que chaque “système” est en relation avec les autres. Le système financier U.S. est en relation avec l’Européen. Les systèmes financier sont en relation avec les systèmes politiques (c’est peu dire) et avec les systèmes industriels (financement ou non, prises de bénéfices)…

          Etc.

            +0

          Alerter
          • poilagratter // 01.02.2014 à 13h19

            Il est bon de préciser que le boulot des politiques est précisément de définir le Système (financier, économique, social, …)

            Hélas, il y a belle lurette (40ans) qu’ils ont démissionné de leurs responsabilités, pour justement laisser le champ libre à… la Finance!

              +0

            Alerter
          • Michel // 02.02.2014 à 10h47

            @poilagratter “les politiciens ont démissionné”
            C’est marrant: c’est à peu près ce qu’a dit Billou Gates, à Davos: C’est aux politiciens de se bouger…

            Sauf que…

            Il y a des rapports de force entre systèmes, qui dépassent en puissance les capacités de quelques politiciens.

            Ainsi, le système financier (qu’on peut décomposer en sous-systèmes, en particulier la “tuyauterie” d’un côté et les (gros) détenteurs de capitaux d’un autre) est parvenu a prendre un poids qui “contraint” à faire passer ses intérêts avant les autres: il fait croire, en particulier grace à son idéologie sur mesure, qu’il est le plus important.

            Lorsque la société toute entière est conduite par l’argent et que l’on évalue tout ce qui existe en terme de fric, il est “naturel” que ceux qui en ont le plus se considèrent comme “naturellement supérieurs” et qu’ils fassent tout (ils ont les moyens pour cela) afin que le système politique les avantagent.

            Ils se sont rendus indispensables au fonctionnement général de la société. Ils ont fait passer leurs normes, leur mode de fonctionnement (prendre sa marge sur tout ce qui bouge) comme le mode de fonctionnement “naturel” de toute la société. Les boutiquiers ont tout simplement pris le pouvoir. Ils l’ont acheté…

            Le système économique a pris le dessus sur le système politique, grace, à la fois à la corruption directe ET à l’idéologie générale, qui crée des conditions prétendument “naturelles” à la généralisation de sa manière de fonctionner.

            Tout commercialiser, avec un peu de charité et de cocaïne, histoire d’évacuer la culpabilité, parce qu’à ce niveau, on sait ce qu’on fait…

            J’ai entendu il y a quelque temps le ministre (de l’économie je crois) de Haïti déclarer que son pays était en compétition avec… le Bengladesh. Franchement!

            La compétition (la célèbre com-pé-ti-ti-vi-té) est un moyen très simple, en plus de la dette, pour diviser les pauvres (et le système politique) et régner sur eux.

            Pour sortir de cette domination, il faut déjà remettre en question son idéologie, et pas simplement changer de politiciens (c’est d’ailleurs ce que l’on fait, mais sans succès… puisqu’ils ont la même IDEOLOGIE).

              +0

            Alerter
            • poilagratter // 02.02.2014 à 13h50

              Entièrement d’accord avec ce que vous dites, mais la conclusion que j’en tire est que le mode de sélection de nos dirigeants est à revoir.

              Notre système électif permet au Fric de présélectionner leurs poulains candidats, en assurant leur publicité médiatique et le financement de leurs campagnes…
              L’élection qui suit n’est donc qu’une mascarade.

                +0

              Alerter
          • Michel // 02.02.2014 à 12h59

            Et puis encore… (après j’arrête.)

            Le marché ne me semble pas en soi une mauvaise chose.

            Cela devient toxique lorsque :

            – le mode de fonctionnement du marché devient une norme absolue pour toutes les activités de la société.
            – l’accumulation de capital devient une maladie mentale.

              +0

            Alerter
          • Michel // 02.02.2014 à 22h03

            “L’élection qui suit n’est donc qu’une mascarade.”
            De fait…
            Le choix gauche/droite a au cours de l’histoire produit quand même des politiques vraiment différentes – cf 1936, mais si tous les camps ont la même idéologie, portée par des “contraintes organisées,” alors évidemment…

            Peut-être pensez-vous au tirage au sort comme autre posssibilité… En tout cas, moi j’y pense… 😉 Cela ne donnera pas nécessairement des résultats fantastiques, si le substrat de contrainte idéologique reste le même. Pour “sauvegarder les emplois” une assemblée tirée au sort pourrait prendre éventuelemment les mêmes mesures qu’une élue, qui sait… mais nous serions au moins débarrassés des promesses électorales et de tous ces discours creux….

            Ce qui me plaît bien avec l’idée d’Assemblée tirée au sort, c’est qu’on ne sait pas ce qui peut en sortir, et ça, c’est vraiment nouveau et intéressant. C’est faire le pari de l’intelligence, ce qui nous change pas mal.

              +0

            Alerter
          • Bill // 03.02.2014 à 00h19

            Michel
            Voici d’un autre angle une façon de voir la domination du système bancaire et financier.
            Le volume exorbitant et toujours en croissance de ressources nécessaire au fonctionnement du système actuel est directement imputable au cadre économique qui régit ce système, ce même système est dominé par le monde bancaire et financier exactement comme une tumeur cancéreuse agit dans le corps humain.
            Une tumeur, essentiellement, provient du fait qu’un groupe de cellule du corps se donne le statut d’organe essentiel, d’abord insignifiant puis de plus en plus imposant et autoritaire si bien qu’au fil de son évolution tout les organes utiles et nécessaires du corps sont mobilisé et soumis inconsciemment à la seule croissance de cette organe/tumeur toujours sans aucune fonction vital réelle. Sa domination devient telle qu’en bout de ligne il n’y en a plus que pour la tumeur privant l’ensemble du corps des ressources nécessaire à sa propre existence avec les conséquences que nous connaissons.
            Faire le lien de cause à effet avec le cadre économique actuel et la domination du système bancaire et financier est évident tellement les effets sont identiques. Le système bancaire et financier ne produit toujours absolument rien il ne fait que stimuler la production et inciter à la consommation par tout les moyens, eux-mêmes financés, et récolter sont dû à tout les niveaux et de façon maintenant exponentiel avec la même prétention d’être indispensable. Dans le corps humain le cerveau n’y voit rien et c’est la même chose pour nos gouvernements

              +0

            Alerter
  • TINA // 31.01.2014 à 19h19

    Que faire pour que ça change ?

    Et bien, déjà reconnaître que la vraie drogue, ce n’est pas la cocaine dans les salles de marché.

    La véritable drogue, c’est le FRIC.

    Et quand j’entends le banquier dire – à ce moment même où je tape ceci – qu’il faut que les politiciens “le veuille” pour que ça change, je cauchemarde.

    Le niveau de corruption permis par la montagne de FRIC est absolument considérable, et même au-delà.

    Et si les politiciens ne se font pas directement acheter via un compte à numéro à la Barbade, il reste la pression de l’idéologie, qui dit: “Les plus riches doivent être plus libres que les autres… puisqu’ils sont plus riches.” Corollaire secret à cette loi: “les plus pauvres doivent être endettés… auprès de ces mêmes riches, pour être sûr qu’on les tient mieux.”

    Il s’agit d’un rapport de force, d’une guerre que l’on ne peut arrêter via des simplismes du genre “il faudrait réformer telle ou telle structure,” ou “il faudrait des politiciens qui en aient”.
    Ceux-là, s’ils en ont, doivent se les couper sinon ils ne parviennent tout simplement pas au pouvoir. (“la finance n’a rien à craindre de moi” dixit François Hollande)

    Il n’y a pas beaucoup de possibilités. Je pense que la guerre pâtissière généralisée, systématique, le vol gracieux de tartes à la crème dans la tronche des pompeux parasites, corrupteurs et corrompus serait au moins quelque chose de rigolo, au moins un temps.

    Apprenons à ridiculiser le système.
    Rions déjà de lui, de ses absurdités.
    Rions avec finesse. En tapant juste… et pour cela il faut le bien connaître…

      +0

    Alerter
    • poilagratter // 01.02.2014 à 13h45

      Que faire pour que ça change ?

      Rien, si ce n’est:
      1 – attendre l’effondrement du système actuel,
      2 – dans le gros bordel qui suivra, faire en sorte que les citoyens reprennent le pouvoir, sous une forme qui se définira par la force des choses.
      Et ce n’est pas gagné.

      Y’a t’il de meilleure idée ?

        +0

      Alerter
  • JLJ // 31.01.2014 à 19h33

    Très intéressant comme d’habitude, mais que devons-nous (que pouvons-nous) faire, nous les petits, les sans grades, pour mettre à l’abri nos petites économies, voir même notre repas quotidien ?? J’ai mis repas au singulier car je suis très pessimiste de nature.

      +0

    Alerter
  • tchoo // 31.01.2014 à 19h42

    Excellent cet échange de point de vue, mais une remarque sur le fonds:
    -1h20 de constat, de diagnostic, dont, tous les lecteurs de ce blog connaissait plus ou moins la teneur. Ce n’est jamais inutile, mais compte tenu de la durée du débat 1h40 il restait que 20′ pour esquisser quelques actions à mettre en place, et encore parce Olivier Berruyer à mis cela sur la table sinon, vu le peu d’enthousiasme pour enfourcher cela, développé par P Béchade, et O Delamarche, je crains ce ne fut abordé.
    M le banquier, lui me fait penser, à ces éminents politiciens qui ont souvent de bonnes idées, une fois qu’ils ne sont plus au pouvoir, mais j’aurai tendance à partager les propos de Clive.
    Il reste néammoins intéressant de connaitre les propos d’un tel personnage.
    Bravo à Thinkerview, que j’ai découvert avec l’interview de Denis ROBERT ( a voir!)

      +0

    Alerter
  • TINA // 31.01.2014 à 20h21

    Que faire pour que ça change ?

    Et bien, déjà reconnaître que la vraie drogue, ce n’est pas la cocaine dans les salles de marché.
    La véritable drogue, c’est le FRIC.

    Et quand j’entends le banquier dire – à ce moment même où je tape ceci – qu’il faut que les politiciens “le veuille” pour que ça change, je cauchemarde.

    Le niveau de corruption permis par la montagne de FRIC est absolument considérable, et même au-delà, inimaginable.

    Et si les politiciens ne se font pas directement acheter via un compte à numéro à La Barbade, il reste la pression de l’idéologie, qui dit: “Les plus riches doivent être plus libres que les autres… puisqu’ils sont plus riches.” Corollaire secret à cette loi: “les plus pauvres doivent être endettés… auprès de ces mêmes riches, pour être sûr qu’on les tient mieux.”

    Il s’agit d’un rapport de force, d’une guerre que l’on ne peut arrêter via des simplismes du genre “il faudrait réformer telle ou telle structure,” ou “il faudrait des politiciens qui en aient”.
    Ceux-là, s’ils en ont, doivent se les couper sinon ils ne parviennent tout simplement pas au pouvoir. (“la finance n’a rien à craindre de moi” dixit François Hollande)

    Il n’y a pas beaucoup de possibilités, mais on peut ridiculiser le système.

    Rions de lui, de ses absurdités.

    Rions avec finesse. En tapant juste… et pour cela il faut le bien connaître…

      +0

    Alerter
  • peyo // 31.01.2014 à 20h43

    Bravo, pour ces excellentes informations qui confirment la fin non programmée de ce système pourri.
    où l’on voit également comment Hollande et le PS se couchent devant les financiers et les alimentent, en violation du mandat confié par les Français. Si vous n’existiez pas il faudrait vous inventer. L’intelligence rayonne sur votre blog. La révolution citoyenne est notre seul horizon, on peut rêver.
    Quand à passer cette vidéo sur une chaîne nationale on peut aussi rêver.

      +0

    Alerter
    • poilagratter // 01.02.2014 à 13h40

      Que le PS se couche devant les financiers n’est pas nouveau.
      C’est comme ça depuis Mitterand.

      Quand à l’UMP, c’est sa raison d’être.

        +0

      Alerter
  • Bernard // 31.01.2014 à 21h34

    Une grande déception pour moi, le fait que vous parliez des forages de gaz de schiste aux US sans en rapporter les conséquences environnementales.

    Je viens très souvent sur votre blog(J’avais cru que votre blog s’appelait les crises et pas la crise. Autant je vous ai trouvé pointu, affûté et mordant dans certains débats, autant je regrette que vous délaissiez l’aspect environnement de ces questions.

    En tout cas merci à vous d’avoir la force de tenir ce blog!

    Bien à vous

    Bernard de la Reunion

      +0

    Alerter
  • ludovic // 01.02.2014 à 10h38

    juste pour savoir quand ce débat a t’il été enregistré ? Il me semble qu’il date de quelques temps ( 2 mois ?)

      +0

    Alerter
  • TINA // 01.02.2014 à 10h44

    A propos de ce que dit Mr Delamarche: “je n’ai rien à cacher, je ne crains donc pas l’espionnage”.

    Ce point de vue est très répandu, mais il est absurde dans le contexte bien plus complexe d’aujourd’hui.

    Internet fait changer de dimension.

    1/ Si vous n’avez rien à cacher, gazouillez donc à quelle date votre petite famille part en vacance cet été. J’ai justement besoin d’un home cinéma.

    2/ Vous êtes journaliste? Tiens, justement, pendant que vous serez en vacance, les “services” vont passer chez vous histoire de placer une écoute… Un journaliste, c’est toujours intéressant à écouter… Ah mais non, suis-je bête! Pas besoin de se déplacer désormais. Trouver votre adresse IP suffira. Ensuite, un petit cheval de Troie bien placé… De toute façon, vous ne cryptez certainement pas vos messages, ce sera encore plus facile.

    Ah! J’ai failli oublier: il me faudrait aussi votre n° de carte de crédit. N’oubliez pas la date et le cryptogramme à l’arrière, bien sûr.

    Et puis, tiens, un de vos papiers n’a pas plu à quelqu’un de “puissant.” Ou votre beau-frère vous hait… Il trouve le moyen d’infiltrer votre ordinateur, votre mobile, y copie quelques images interdites et vous “dénonce.” Peut-être en sortirez-vous sans casse, mais en attendant, question emmerdements, ce sera 1000 fois la mise….

    Puisque vous n’avez rien à cacher.

      +0

    Alerter
  • poilagratter // 01.02.2014 à 14h11

    Question:

    Le système tient grâce à l’émission permanente de monnaie jamais remboursée, via les états.
    Et ça marche comme ça depuis 40 ans, avec une forte accentuation depuis 2008…
    En définitive, ce sont les 1% qui récupèrent cette monnaie, qu’ils convertissent en richesses physiques, ou entassent dans des paradis fiscaux. Et les 99% s’enfoncent dans la pauvreté.

    Qu’est ce qui pourrait faire que ça ne dure indéfiniment comme ça?
    C’est un système stable, non ? /Ö…

      +0

    Alerter
  • Renaud // 02.02.2014 à 16h03

    Ci-dessous, ce LIEN comportant un court et intéressant entretien avec Hervé de Carmoy le 17 mars 2012 à Paris au sujet de son livre écrit avec Alexandre Adler -Où va l’Amérique-.
    Compte tenu du parcours de Hervé de Carmoy et de ses fonctions et rôles ‘éminents’ qu’il a joué, en particulier à la commission Trilatérale, cet entretien donne très bien la -mouvance essentielle- (et d’ailleurs historique) à laquelle il participa dans la commission Trilatérale (Trilateral commission, TC, créée en 1973, laquelle est d’ailleurs issue du groupe de Bilderberg, lui, créé en 1954).

    Effectivement, dans cet entretien de ce LIEN ci-dessous, l’on y fait plusieurs fois allusion au -secret- indispensable à la réalisation de “projets mondiaux” qui ne doivent pas être connus des peuples et les sociétés; le non-dit est le suivant: sinon jusqu’au jour où ces derniers sont mis devant les faits accomplis à leur détriment…

    L’ “Europe de Bruxelles” est un échantillon de choix de cette gigantesque supercherie.
    Dans cet entretien rapide, les questions posées sont tout à fait appropriées et ont été très bien étudiées et préparées par ceux qui les posent et qui semblent connaître complètement le sujet et les enjeux des rôles tenus par Hervé de Carmoy. Les réponses de Hervé de Carmoy, et je pense qu’il est sincère ici, rendent bien compte du parcours du Monsieur. Ce parcours a d’ailleurs vraiment commencé avec son père (on trouve les informations sur internet sur son père sans lesquelles on comprend moins bien le fils et l’histoire occidentale des environ 80 dernières années) et l’on voit ici confirmé que, durant les années 20, avec le mouvement synarchique d’Empire, revu plus tard et réactualisé après la perte des empires coloniaux par la Grande-Bretagne, la France et le Portugal, que les forces financières mondialistes qui financèrent: et le communisme politique (1917), et le nazisme (années 30) sont les mêmes qui fourbirent l’ “Europe” actuelle (de Bruxelles) dont la germination date non pas des années 50, mais des années 20.

    Cette “Europe” où nous nous trouvons en ce moment est le hors d’œuvre du centralisme financier planétaire (qu’on peut nommer: l’impérialisme international de l’argent) qui est donc le hors-d’œuvre d’une union ayant pour base le triangle formé par: l’Amérique (d’abord du Nord), l’ “Europe” artificielle où nous nous enfonçons en étouffant avec son euro mal venu, et l’Asie au départ centrée sur le Japon. La commission Trilatérale fut donc créée en 1973 par Zbigniew Brzezinski sur une idée de David Rockefeller, aidé décisivement en cela par Henry Kissinger; ces trois personnes sont à l’origine de la commission Trilatérale en 1973.

    En très résumé, la commision Trilatérale avait pour doctrine celle du ‘containment’, c’est à dire contenir le communisme politique (à l’époque, l’Urss et ses pions) en développant le maximum de commerce avec lui. Les soit disant tensions Est-Ouest, entre 1949 et 1989 se sont révélées être du pipo pour l’essentiel. Évidemment, qui se plaindrait qu’il n’y a pas eu de guerre “Est-Ouest”… Mais la méthode consiste à sacrifier toute déontologie et toute morale dans ce type de commerce. En résumé, l’idéologie de ces milieux mondialistes financiers et d’affaire est donc: la “Paix par le commerce”. Ainsi, il s’agit de former l’ “unification mondiale”, et cette symbiose grandiose sera la “sortie de l’histoire”… Inutile de rappeler que ce “procédé”, sorti tout droit des plus grands cénacles capitalistes et financiers anglo-saxons, est devenu devant les faits accablants d’autant plus insupportable qu’à peu près rien ne fut détecté et que c’est la crise majeure ayant commencée, cette fois, sérieusement en 2008 qui est le déclencheur des
    -explications-… Auparavant, c’était du gâteau, on pouvait dire n’importe quoi et manipuler tout le monde pourvu que les “fondamentaux” fussent hors de portée de la compréhension de l’écrasante majorité des peuples et des sociétés qui se trouvent à présent lanternés.
    C’est pourquoi la présence de Hervé de Carmoy dans la vidéo de Thinkerview est d’un intérêt tout particulier, croustillant, de même le court, mais dense entretien du LIEN ci-dessous. Je ne suis d’ailleurs pas sûr que beaucoup de participants à ce blog aient eu les points de repères historiques des 100 dernières années, car les éléments historiques et d’actualité la plus brûlante se tiennent très bien.

    http://www.youtube.com/watch?v=xBY089QJ3G4

      +0

    Alerter
    • Renaud // 02.02.2014 à 16h07

      Curieux, je ne vois pas que le LIEN de mon précédent message soit sorti:

      http://www.youtube.com/watch?v=xBY089QJ3G4

        +0

      Alerter
    • poilagratter // 03.02.2014 à 12h54

      Exceptionnel ces apparitions de Hervé de Carmoy. Mais elles posent question:

      Qu’est ce qui le pousse à sortir de l’ombre, et parler aussi librement de cette commission Trilatérale ?

      Pourquoi ce revirement, après tant d’années ?

        +0

      Alerter
  • Renaud // 02.02.2014 à 16h13

    Sauf éléments inconnu de moi, je ne vois pas sortir le LIEN que j’avais mis.
    Si on veut le trouver: taper sur Google:
    – Hervé de Carmoy salon du livre Paris 17 mars 2012 youtube – et le lien sort

      +0

    Alerter
  • Beaugrand // 02.02.2014 à 19h25

    Pour rejoindre le propos de TINA et sans vouloir jouer de nouveau les Cassandre de service, soyez prudent Mr Berruyer. Comme dirait l’autre, “il faut savoir jusqu’où aller trop loin”. Ne vous laissez pas trop griser par votre audience (méritée) sur BFM. il est très facile de discréditer quelqu’un et depuis Staline, on sait même faire disparaître des photos officielles…

      +0

    Alerter
  • GUS // 03.02.2014 à 09h28

    “rester liquide” c’est très bien mais qu’est-ce que ça veut dire concrètement ? Qu’il ne faut pas avoir d’AV ?

      +0

    Alerter
  • step // 03.02.2014 à 17h26

    Félicitation à Thinkerview pour ses rencontres constructives, qui changent des règlements de comptes à base d’émotionnel pour les “face à face” mais aussi des monologues à base d’essences de bois dans les “face aux français”.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications