Les Crises Les Crises
29.janvier.201529.1.2015 // Les Crises

[Délation] Quand l’école trouve “insupportable” que les élèves posent des questions, et en dénonce 40 à la police pour leurs propos…

Merci 3
J'envoie

Honnêtement, je me dis toujours qu’à ce stade, plus rien ne m’&tonnera, mais ça m’étonne toujours…

“La gauche est une salle d’attente pour le fascisme” [Léo Ferré, 1971]


Najat Vallaud-Belkacem : “L’école est en… par LCP

Le 7 janvier dernier, sitôt la stupeur et l’horreur passées, les enseignants de toute la France ont très vite compris que l’école serait en première ligne pour réagir face à ces attentats, pour expliquer aux élèves l’inexplicable, et pour gérer leurs émotions et leurs réactions.

Et dans la foulée je leur ai en effet adressé une lettre leur demandant non seulement de faire respecter la minute de silence le lendemain, mais aussi de créer des espaces d’échanges et de dialogue. Ils l’ont fait, je les en remercie.

Ca ne s’est pas toujours bien passé. Des incidents ont eu lieu, ils sont même nombreux et ils sont graves et aucun d’entre eux ne doit être traité à la légère. Et aucun d’entre eux ne sera traité à la légère.

Vous me demandez combien nous sont remontés ? Je vais vous répondre. S’agissant de la minute de silence elle-même c’est une centaine d’incidents qui nous ont été remontés. Les jours qui ont suivi nous avons demandé la meme vigilance, et c’est une nouvelle centaine d’évènements et d’incidents qui nous ont été remontés.

Donc surement un bon milliers vu que la plupart des profs n’ont pas surement pas voulu les remonter – et encore, quand ils ont vraiment fait la minute de silence…

Parmi eux une quarantaine ont d’ailleurs été transmis aux services de police, de gendarmerie, de justice, parce que pour certains il s’agissait même d’apologie du terrorisme. Nous ne pouvons pas laisser passer cela.

Par des enfants ??? Traités comme une vidéo de recrutement d’Al Quaeda ?

Oui, l’école est en première ligne. L’école est en première ligne, elle sera ferme pour sanctionner, pour créer du dialogue éducatif, y compris avec les parents car les parents sont des acteurs de la coéducation.

Ah ben comme ça, elle va même être de plus en plus en première ligne !!!

L’école est en première ligne aussi pour répondre à une autre question car même là où il n’y a pas eu d’incidents, il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves, et nous avons tous entendu les « oui je soutiens Charlie, mais… », Les deux poids deux mesures. Pourquoi défendre la liberté d’expression ici et pas là ?

Ces questions nous sont insupportables,

!!!! arghhh !!! !

surtout lorsqu’on les entend à l’école qui est chargée de transmettre des valeurs.

Mais lesquelles ? Pas l’esprit critique au moins ????

Et il nous faut nous interroger sur notre capacité à le faire, c’est ce que le Premier ministre a fait devant les recteurs hier, c’est la raison pour laquelle je mobilise l’ensemble de la communauté éducative pour que nous ne répondions pas que par des discours mais par des actes forts. Merci.

Source : son site


Comme on y est :

François Hollande, la CIA ou Israël, les véritables responsables de l’attaque contre Charlie Hebdo et l’Hyper Casher de Vincennes ? C’est en tout cas le genre d’explications que des enseignants ont entendu, effarés, dans la bouche de leurs élèves suite aux attentats sanglants de la semaine dernière.

Un conspirationnisme qui explique en grande partie les quelques 200 incidents recensés depuis le 8 janvier dans des classes lors de la minute de silence organisée en hommage aux victimes, selon Najat Vallaud-Belkacem.

Interrogée sur RTL ce jeudi 15 janvier sur ce chiffre (qui n’est “pas exhaustif”), la ministre de l’Education nationale voit dans ce goût pour les théories du complot l’un des défis majeurs de l’enseignement.

Un problème d’autant plus difficile à combattre, selon elle, que les jeunes de 2015 forment d’abord leurs opinions sur la Toile, alors “qu’il y a 20 ou 30 ans, 90 % de ce qu’apprenait un élève venait soit de ses parents, soit de l’école. Aujourd’hui, la proportion s’est inversée“, assure la ministre.

Statistiques bétons du sondeur Nimportnawakos ?

Or que trouvent-ils sur Internet ? Ils trouvent notamment ces théories du complot qui sont en train, vraiment, de miner notre jeunesse.

Un jeune sur cinq aujourd’hui adhère aux théories du complot.

On est bien d’accord pour dire comme ça que “adhérer aux théories du complot”, cela ne veut rien dire du tout ? (beaucoup de théories étant contradictoires par ex). Et c’est la ministre de l’éducation qui parle…

C’est-à-dire la remise en cause des institutions de la République, de la crédibilité des hommes politiques, mais aussi des médias.

AHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH

 

Face à ce phénomène inquiétant, l’Education nationale a perdu une première manche, admet la ministre :

Ce que nous avons peut-être un peu raté jusqu’à présent à l’école, c’est de réussir à faire le pont entre ce que ce jeune découvre sur Internet, et qu’il ne sait pas trier (…) et ce qu’on doit lui apprendre pour l’aider à y voir plus clair et à se construire en citoyen.

…. soumis, citoyen soumis !

Source : Europe 1

La ministre a dit vouloir “profiter de la présence des médias”, venus au collège Jean Moulin de Pontault-Combault. Entourée d’une vingtaine de collégiens, et en présence du Premier ministre Manuel Valls, la ministre s’est alors interrogée: “Est-ce qu’il ne faudrait pas un journal télévisé d’actualité pour les enfants?”

AHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH.

On en reparlera justement…

Source : L’express

P.S. au passage, Giacometti a précisé que la ministre avait mal recopié le sondage :

Ce qui dit le sondage

Le sondage Ipsos (commandé par Fleuve Editions) portait sur la croyance dans les Illuminati et pas sur les théories du complot en général. Les résultats principaux ? Un Français sur cinq y croit. Et la croyance augmente chez les jeunes. Un tiers des 18-24 ans estiment que les Illuminati existent.Première remarque, la ministre a sous estimé le pourcentage des jeunes. Un jeune sur trois, c’est quand même inquiétant. Les données intégrales du sondage sont disponibles chez notre éditeur. Il suffit de contacter l’attachée de presse. Deuxième remarque : si la question avait porté sur une défiance envers les médias et les institutions, du genre « croyez-vous qu’on nous cache des choses », le chiffre aurait été beaucoup plus important. Un sondage Opinion way de 2012 révélait que 50 % des Francais se méfiaient de la parole officielle (et particulièrement les Français aux idées politiques… extrémistes).


En conclusion, elle a présenté son plan (plus de détails ici, le pdf là – je n’ai pas lu, si vous trouvez des trucs croustillants, mettez les en commentaire merci):



 

Commentaire recommandé

Kiwixar // 29.01.2015 à 05h54

Je vois toute cette histoire de “Charlie” comme une volonté de diviser les Français, un peu comme le mariage homo, avec des gens farouchement pour, d’autres farouchement contre, même si ça les concerne en fait bien moins que le chômage et l’arnaque 2008-2015 de la privatisation des gains bancaires et de la mutualisation des pertes.

J’ai l’impression qu’avec le CHF, les subprimes du gaz/pétrole de schiste US, le défaut de la Grèce, les pouvoirs politiques s’attendent à ce que la finance et les banques explosent à n’importe quel moment en 2015, et souhaitent s’assurer que les Français seront bien divisés et s’étriperont entre pauvres, au lieu de se tourner vers les 1% responsables de toute cette misère, des rideaux de banques fermés, et de la FAIM.

131 réactions et commentaires - Page 2

  • grub // 29.01.2015 à 15h03

    On va s’auto-flageller au Vel d’Hiv et on demande aux profs de dénoncer des élèves.
    Quels bandes de sombres idiots, comment veulent-ils que l’on ait le moindre respect pour eux ?

    Quant aux profs et directeurs d’écoles qui ont collaboré avec le gouvernement, j’aimerais bien savoir comment ils vont gérer ça vis-à-vis de leurs classes et de leurs consciences.

      +4

    Alerter
  • FL // 29.01.2015 à 15h43

    A lire absolument, je n’aime pas faire ce genre d’injonction mais ce texte de Noëlle Cazenave-Liberman est exceptionnel et devrait être lu et expliqué si besoin, par tous les professeurs du secondaire à tous les élèves de France (et d’ailleurs).

    http://www.ujfp.org/spip.php?article3802

      +3

    Alerter
    • Homère d’Allore // 29.01.2015 à 18h06

      Merci, FL, pour le lien.

      “Hier ist kein Warum” !

      Ce passage de “Si c’est un homme” m’avait frappé et de voir ce type de discours dans la bouche d’un ministre de la République me glace le sang.

        +4

      Alerter
  • Astrolabe // 29.01.2015 à 16h05

    La ministre voudrait affirmer que la “République” est une autorité qui a toujours raison ? Par exemple lorsque la IIIème initiait un procès contre le capitaine Dreyfus ? Il ne fallait pas douter ? L’accusateur avait raison puisque c’était la République ? Certains ministres devraient faire des études, d’histoire notamment.

      +2

    Alerter
  • boduos // 29.01.2015 à 16h26

    Najat est au cœur des basses œuvres du système.
    ça y est,la sanctuarisation de l’école prépubère est tombée,dernier obstacle au dépistage précoce (prôné par Sarkozy et les doctrines totalitaristes ) avec destruction du dernier rempart : la cellule familiale ,les enfants dénonçant les parents et vice versa ,sur des phrases dites à table.
    p…..!je pensais pas voir ça un jour en France!

      +20

    Alerter
    • Kiwixar // 29.01.2015 à 20h34

      “les enfants dénonçant les parents”

      Pour le moment, les enfants dénoncent leurs parents malgré eux, puisqu’on trouve généralement dans leur bouche ce que les parents disent à la maison. Donc envoyer les enfants en taule pour des paroles, c’est bien s’attaquer à la “dissidence” des parents.
      Quand le “complotisme” (tout ce qui n’est pas la VO du gouvernement) sera un crime, les adultes seront très précisemment contrôlés via la parole de leurs enfants en classe.

      C’est “Minority Report” dans le sens “minority = mineur”.

        +12

      Alerter
      • bizmarco // 29.01.2015 à 20h55

        “les enfants dénonçant les parents”

        C’est aussi une belle référence à Orwell dans 1984…

          +4

        Alerter
        • Papagateau // 29.01.2015 à 23h11

          Citation Najat:
          “elle (l’école) sera ferme pour sanctionner, pour créer du dialogue éducatif ”

          Une virgule et 3 mots entre les 2.
          La sanction c’est du dialogue ?
          Pourquoi pas :
          “La guerre c’est la paix”
          Ou
          “La liberté c’est l’esclavage”.
          Discours Orwellien, mais aujourd’hui par une ministre s’adressant au parlement .
          Esprit critique ! Revient vite !

            +2

          Alerter
          • sadsam // 30.01.2015 à 13h28

            @oui Papagateau,

            Et ce qui est effrayant quand on regarde la video, après avoir d’abord lu le contenu, effrayant, du texte de l’intervention de la ministre, ce sont les applaudissements des élus et pour l’un, auquel la ministre semble particulièrement s’adresser, ses hochements de tête.

            Mme Cazenave-Liberman a magnifiquement exprimé ce que beaucoup ont ressenti confusément.

            Merci Olivier de nous faire parvenir toutes ces informations.

              +1

            Alerter
  • jacques beaudry // 29.01.2015 à 17h19

    Les politiciens sont pour la Liberté d’expression et pour notre sécurité ils nous interdisent la Liberté de penser. On assiste à l’écriture de lois et de règles augmentant le pouvoir des élites économiques et des politiciens contre les Libertés citoyens. Avant en démocratie, les lois assuraient les droits et libertés du citoyen.

      +0

    Alerter
  • Zarathousthra // 29.01.2015 à 18h36

    C’est au minimum une belle métaphore.

      +6

    Alerter
  • lemoine001 // 29.01.2015 à 18h49

    C’est toujours par les enfants qu’on manipule le mieux les parents. Angoisser les enfants, c’est angoisser les parents. Et ça marche à tout coup.

    Je me souviens qu’au moment de la guerre du golfe, alors que mes enfants étaient petits, les instituteurs avaient pour consigne de les faire sortir de l’école en courant et par petits groupes (comme sous la mitraille). Il fallait absolument être là pour récupérer l’enfant et le calmer.

    Résultat de tout cela : la preuve que les instituteurs sont les derniers en situation de faire comprendre aux enfants ce qui se passe car ils n’ont pour la plupart aucune conscience politique sérieuse, que le ministère peut leur faire faire ce qu’il veut. Les parents ne valent pas mieux puisque beaucoup pensaient que cette comédie pouvait être utile et protéger quelqu’un.

    Je précise que cela se passait au fin fond d’une banlieue inconnue en Irak et que Saddam Hussein à mon avis avait d’autres soucis que de faire peur aux petits enfants !

      +7

    Alerter
    • R.-M. Mukarutabana // 30.01.2015 à 13h21

      Donc, le lavage de cerveau et le conditionnement ont commencé depuis fort longtemps?
      Je me disais aussi…
      Rien d’étonnant, dans ces conditions, que si peu de gens semblent se douter de ce que tout cela n’est que manipulations.
      En fin de compte, vive les théories du complot.

        +0

      Alerter
  • V_Parlier // 29.01.2015 à 19h32

    Simple question de vocabulaire: On ne dit pas “complot” mais “projet”. C’est simple!

      +5

    Alerter
  • sadsam // 29.01.2015 à 20h16

    @merci Brigitte

    Lien sidérant en effet.

    Je suis intrigué par le lien établi entre “propagande djihadiste” et “théorie du complot”.
    Il existe bien des théories du complot en dehors de tout contexte djihadiste.

    Je n’arrive pas à comprendre les causes ou les buts de cette confusion djihadisme-théories du complot. Et pourtant il me semble qu’il y a là quelque chose de très important.

    J’attends avec impatience les commentaires des visiteurs du site plus subtils que moi.

      +2

    Alerter
    • R.-M. Mukarutabana // 30.01.2015 à 13h17

      Il est plus efficace, pour discréditer toute parole non conforme a la ligne officielle, de la taxer de “théorie du complot” après s’etre assuré que dans l’esprit du peuple, derrière toute parole dissidente se cache une “propagande djihadiste” – sur le modèle de “Tu n’es pas Charlie? Donc tu es djihadiste.”

        +1

      Alerter
    • Tanguy // 03.02.2015 à 20h58

      Un lien est le suivant :

      Le narratif du gouvernement est que les méchants djihadistes sont combattus par lui. Mais des gens affirment qu’il est documenté que le gouvernement soutient les djihadistes en Syrie, serait derrière “Boko Haram”, créerait des troubles, etc.

      Le gvt ne peut nier soutenir ces groupes, un ministre nommé Fabius ayant déclaré “Il font du bon boulot”….

      Il y a donc deux versions irréconciliables. Il n’est pas possible d’expliquer que le gvt soutient des gens contre qui il dit lutter.

      => Il faut décrédibiliser les personnes montrant la duplicité du gvt et on les qualifie de “complotistes”. Ceci étant censé ruiner leurs arguments…

        +0

      Alerter
  • Georges // 29.01.2015 à 20h35

    Il n’existe plus aucune réflexion politique digne de ce nom au sein des partis politiques mainstream, et ce depuis longtemps.

    Alors, quand ça prend l’eau, des réflexes à la va-vite sont mis en place, et il n’y a aucune réflexion sur les principes directeurs.
    Et la dérive, avec un réflexe de maintien coûte que coûte de sa place, est effectivement très dangereuse et nous y sommes.

    Ils sont déconnectés de la réalité, mais ils ont le pouvoir.
    ———————-
    Il faudrait qu’il y ait une loi pour interdire à tout gouvernement d’imposer une minute de silence à des mineurs.
    Respectons l’école, interdisons l’endoctrinement.

    Le jeune a été soumis à une position obligatoire et sans contradiction possible (même si certains ne s’en sont pas privés). L’école, c’est l’instruction, point.

    Le jeune était en droit de dire, par exemple si c’était un cours de français : “je suis venu pour un cours de français, vous n’avez pas le droit de me prendre par surprise pour m’imposer un discours convenu que je n’ai pas le droit de contredire et qui ne correspond pas à l’instruction pour laquelle je me suis déplacé.”

    Respectons nos enfants.
    ————–
    Qu’ils sont bien incapables de la moindre réflexion politique (au sens noble du terme) nos politiques “avec dents”.

    La politique ne semble être plus qu’une stratégie électorale.

    Et la liberté d’expression, en France, ne peut pas aller jusqu’à accepter un “oui Charlie, mais….” . L’heure est vraiment grave.

    Et qu’ils n’oublient pas nos politiques : référendum de 2005. Comment faire confiance ?

    Le respect ne peut pas s’imposer, il se mérite.

      +2

    Alerter
  • Louis Robert // 29.01.2015 à 21h52

    Chaque fois que pareilles choses nous étonnent et que nous nous étonnons d’en être étonnés… avouons-nous donc que, naïfs, nous nous berçons encore d’illusions quant à la société dans laquelle nous vivons… et qu’elle n’est pas du tout, mais vraiment pas du tout telle que nous la croyons être. — La lucidité est à ce prix.

      +0

    Alerter
  • Parano // 29.01.2015 à 22h04

    “Enfin, ce n’est peut-être qu’une théorie du complot.”

    C’est cadeau, pour commencer…:
    http://www.syti.net/Organisations.html

      +0

    Alerter
  • « Hier ist kein warum » (Ici, il n’y a pas de pourquoi), par Noëlle Cazenave-Liberman | ANTI-MONDIALISATION // 30.01.2015 à 04h07

    […] pourquoi), par Noëlle Cazenave-Liberman Publié le 30 janvier 2015 par Flux RSS Belle réponse suite à l’article d’hier… Lettre à Najat Vallaud-Belkacem « Je crois qu’il est fondamental que ces génocides […]

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications