Les Crises Les Crises
16.novembre.201916.11.2019 // Les Crises

[Forum de Paris sur la Paix] Macron accuse de “pudibonderie et d’hypocrisie” ceux qui refusent les critiques

Merci 150
J'envoie

Ont participé au Forum sur la Paix des dizaines de chefs d’États et de participants de marque.

C’est un beau succès de la Diplomatie française.

Nous en partageons les grands moments.

I. Le discours d’Emmanuel Macron

II. Critiques

Source : Orange, AFP, 12-11-2019

Emmanuel Macron a fustigé mardi la “pudibonderie” de ceux qui refusent de voir l’inefficacité des organismes internationaux, allusion à ses récentes critiques sur l’Otan, lors de l’ouverture du Forum de Paris sur la Paix dont il a défendu l’utilité.

“Nous avons besoin de plus de coopération”, a plaidé le chef de l’Etat en ouvrant la deuxième édition de ce forum qu’il a créé l’an dernier, où sont venus une trentaine de chefs d’Etat et de gouvernement, dont une douzaine d’Africains, mais sans dirigeants ni américain ni russe.

“Le risque est (…) de la paresse, de se dire qu’on a des organisations (internationales), on les aime bien, ne les questionnons pas, elles ont parfois perdu leur finalité, plus personne ne comprend où elles vont, cachons ce sein que nous ne saurions voir comme on dit dans Molière, et ça sera mieux”.

“Je ne le crois pas du tout, je l’ai montré parfois en heurtant certains dans cette salle il y a quelques jours. On a besoin de vérité. La pudibonderie ou l’hypocrisie ne marchent pas dans les temps qui courent, parce que nos concitoyens le voient. La paresse (…) n’est pas non plus une solution”, a-t-il insisté.

Le président français répondait visiblement aux critiques de la chancelière Angela Merkel et de la présidente désignée de la Commision européenne Ursula von der Leyen — présente dans la salle — à ses récentes déclarations contre l’Otan qu’il a jugé en état de “mort cérébrale”, en raison du retrait américain et de l’attaque turque en Syrie.

Le chef de l’Etat a aussi affirmé que ce Forum de la Paix, qui s’ajoute à de nombreuses autres réunions internationales, était utile car il réunissait des Etats, des ONG, des acteurs de la société civile des entreprises, seule réponse selon lui aux nouveaux défis, démographique, climatique, technologique.

Avant lui, la présidente désignée de la Commission européenne, le président congolais et le vice-président chinois avaient ouvert le forum par de grandes déclarations générales sur la paix et le rôle de leur pays ou organisation respective.

Emmanuel Macron a aussi répété vouloir éviter la division du monde autour de deux grandes puissances, Etats-Unis et Chine. “La répartition entre quelques puissances hégémoniques produit des frustrations” et n’est pas tenable à long terme, a-t-il dit.

Source : Orange, AFP, 12-11-2019


 

Le Forum de Paris pour la paix tente d’inventer une autre diplomatie

Source : Le Monde, Marc Semo 11-11-2019

Trente chefs d’Etat ou de gouvernement, mais aussi des ONG, participent à cette conférence diplomatique qui s’ouvre lundi avec un discours du secrétaire général des Nations unies.

Penser et concrétiser le multilatéralisme autrement. Le Forum de Paris pour la paix, pour sa deuxième édition, s’inscrit déjà comme le rendez-vous annuel d’une diplomatie atypique réunissant à la fois des chefs d’Etat et de gouvernement, des ministres, des dirigeants de grandes organisations internationales, d’ONG, des experts et des chefs d’entreprise. « Nous vivons une crise sans précédent de notre système international », avec une renaissance de « l’unilatéralisme parfois même chez ceux qui étaient les garants en dernier ressort de ce système international », a lancé mardi 12 novembre le président français, Emmanuel Macron, en référence aux Etats-Unis.

A l’occasion de l’ouverture de ce forum, à La Villette, le chef de l’Etat a balayé au passage les critiques suscitées par ses propos sur l’OTAN en état de « mort cérébrale », en fustigeant la « pudibonderie » devant l’inefficacité actuelle des organismes internationaux.

La crise du multilatéralisme a aussi été évoquée par la future présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui a promis d’initier « une véritable commission européenne géopolitique » et d’agir « pour une Europe davantage tournée vers l’extérieur ». Le vice-président chinois Wang Qishan, numéro trois du régime, a de son côté dénoncé « la montée de l’unilatéralisme, du protectionnisme, du populisme ».

« Salon de propositions »

Le Forum pour la paix veut répondre à ces défis. « Il s’agit à la fois d’un sommet, d’une conférence de haut niveau et d’un salon de propositions qui intègre des nouveaux acteurs non étatiques sans lesquels il est impossible d’affronter efficacement des questions telles que le réchauffement climatique, la gouvernance d’Internet, l’intelligence artificielle ou le développement », explique Justin Vaïsse, le directeur général du Forum. Il souligne que, « si cette énergie venant de la société est essentielle, les Etats continuent de jouer un rôle central sur la scène internationale, notamment sur la lutte contre la prolifération nucléaire ».

Source : Le Monde, Marc Semo 11-11-2019


[Géopolitique] Les trois points à retenir du discours sur la paix d’Emmanuel Macron

Source : La Marseillaise, Angelique Schaller, 15-11-2019

Un Macron qui se présente en leader de l’Europe voire en tête de pont du multilatéralisme : l’ambition du président français a essuyé des critiques.

L’Europe doit construire de nouveaux équilibres, avoir une voix propre et être un tiers de confiance entre États-Unis et Chine » : ainsi Emmanuel Macron a-t-il introduit mercredi le deuxième forum pour la Paix qui se déroule encore aujourd’hui à Paris. L’occasion de poursuivre sa stratégie visant à mettre sur pied une armée européenne. Stratégie qui ne fait pas l’unanimité.

1. Macron se voit comme le leader européen
Le président français a indéniablement de grandes ambitions européennes, à moins qu’il ne faille parler de grandes prétentions. La future présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen a beau être dans la salle et promettre d’initier une « véritable Commission géopolitique », « une Europe davantage tournée vers l’extérieur » et marteler que « seul, personne ne peut faire face », Emmanuel Macron a bien tenté hier d’incarner l’Europe.
Une stratégie construite. Dans le droit fil du voyage qu’il vient d’effectuer à Pékin dont il revient auréolé du statut d’interlocuteur privilégié des Chinois en Europe.
Dans la foulée de son impulsion d’une collaboration avec une dizaine d’États pour une Initiative d’intervention européenne (IEI), de la mise en place d’un fonds européen pour la défense – 13 milliards sur plusieurs années, une première – ou de partenariat plus précis avec l’Allemagne pour construire des chars ou des avions. Macron veut une armée européenne pour gagner en « autonomie stratégique », concept développé dès son discours de la Sorbonne en 2017.
Dans les discours, le couple franco-allemand est sur la même longueur d’onde. Dans les faits, moins. Mais c’est surtout dans le nord de l’Europe que l’initiative est critiquée, des pays craignant trop la Russie pour fâcher le protecteur américain.

2. Multilatéralisme à géométrie variable
« L’Europe doit être un laboratoire du multilatéralisme », a également dit Emmanuel Macron. Une idée que tous les participants ont applaudi, en l’absence flagrante des États-Unis à ce rendez-vous qui a réuni des représentants d’une trentaine de pays. Si dans le discours le président français aime à mettre en avant l’Asie ou l’Afrique – « longtemps objet du multilatéralisme mais qui est en train d’en devenir un sujet » – il s’est vu recadré par Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires étrangères russe. « Aucun pays ou groupe de pays ne peut plus gérer seul. Amérique latine, Chine, Afrique, Inde… prennent des forces. Nos amis occidentaux ne sont pas contents. Ils dominent depuis 50 ans et veulent freiner ce processus », a-t-il notamment déclaré avant de conclure : « L’Occident ne doit pas se présenter en juge suprême qui tranche tout. »

3. Critique de l’Otan et… des Nations unies
Le président Macron était singulièrement attendu sur la question de l’Otan après l’avoir qualifié d’en état de « mort cérébrale ». Il a enfoncé le clou, fustigeant la « pudibonderie » et l’« hypocrisie » devant l’inefficacité actuelle des organismes internationaux. Sauf qu’il met au même plan l’Otan, sans envisager une seconde d’en sortir, et les Nations unies : « Les enceintes de discussion actuelles sont bloquées et les Nations unies en font partie. » Là, c’est le vice-président chinois Wang Qishan qui s’oppose : « La Chine défend l’ordre international basé sur les Nations unies. »

Angélique Schaller

Source : La Marseillaise, Angelique Schaller, 15-11-2019

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

M.Smith // 16.11.2019 à 08h38

Tout le monde sait que Macron est la pierre de touche de la sincérité et de la vérité. Donc écoutons-le et suivons-le en toute confiance, heureux d’avoir un si bon maître.

Soyons juste Macron a énoncé une vérité : l’Otan est en état de mort cérébrale. Comment est-ce possible ? (Bien que le constat soit vrai depuis des décennies, Macron nous a néanmoins stupéfait). Quelques hypothèses :
– C’est une vérité accidentelle (tout comme une montre arrêtée donne l’heure exact deux fois par jour)
– Macron a pu accéder à cette vérité parce que le semblable connait le semblable (Macron et l’Otan partageant un même éléctroencéphalogramme)
– Ce ne sont que des mots qui ne traduisent aucune pensée (ce qui concorde avec l’hypothèse précédente)
– C’est purement instrumental pour nourrir son ambition européenne (pour lui la fin justifie les moyens et même de dire une vérité)
Si vous avez d’autres hypothèses pour expliquer ce miracle…

31 réactions et commentaires

  • M.Smith // 16.11.2019 à 08h38

    Tout le monde sait que Macron est la pierre de touche de la sincérité et de la vérité. Donc écoutons-le et suivons-le en toute confiance, heureux d’avoir un si bon maître.

    Soyons juste Macron a énoncé une vérité : l’Otan est en état de mort cérébrale. Comment est-ce possible ? (Bien que le constat soit vrai depuis des décennies, Macron nous a néanmoins stupéfait). Quelques hypothèses :
    – C’est une vérité accidentelle (tout comme une montre arrêtée donne l’heure exact deux fois par jour)
    – Macron a pu accéder à cette vérité parce que le semblable connait le semblable (Macron et l’Otan partageant un même éléctroencéphalogramme)
    – Ce ne sont que des mots qui ne traduisent aucune pensée (ce qui concorde avec l’hypothèse précédente)
    – C’est purement instrumental pour nourrir son ambition européenne (pour lui la fin justifie les moyens et même de dire une vérité)
    Si vous avez d’autres hypothèses pour expliquer ce miracle…

      +42

    Alerter
    • Fritz // 16.11.2019 à 09h38

      Je n’ai pas d’autre hypothèse. Mais qui sait ? En juin 2017, Macron avait dit que la France avait eu raison de s’opposer à la guerre d’Irak, et tort de faire la guerre en Libye.
      https://www.letemps.ch/monde/emmanuel-macron-leurope-nest-un-supermarche-leurope-un-destin-commun
      Extrait : « Avec moi, ce sera la fin d’une forme de néoconservatisme importée en France depuis dix ans. La démocratie ne se fait pas depuis l’extérieur à l’insu des peuples. La France n’a pas participé à la guerre en Irak et elle a eu raison. Et elle a eu tort de faire la guerre de cette manière en Libye. Quel fut le résultat de ces interventions ? Des Etats faillis dans lesquels prospèrent les groupes terroristes. Je ne veux pas de cela en Syrie. »

        +14

      Alerter
      • Owen // 16.11.2019 à 11h38

        Oui, je m’en souviens.

        Comme je me souviens qu’il a présenté des “preuves” de la culpabilité chimique d’el Assad et envoyé l’armée française bombarder des site syriens.
        Comme il a accusé Poutine sur l’affaire Skripal le lendemain de la déclaration de Benjamin Griveaux: “On attend des preuves”, “On ne fait pas de politique fiction”.
        Comme il fait nasser les GJ par ses sbires qui leur tire dessus, pendant qu’il continue à vendre les biens publics.

        Ici, la journaliste Angélique Schaller montre doucement la structuration du discours de Macron, qui détruit ses propos et intentions affichés:
        “Sauf qu’il met au même plan l’Otan, sans envisager une seconde d’en sortir, et les Nations Unies”.

        L’auteur de: “Révolution” n’écrira jamais son vrai livre: “Tout changer pour ne rien changer”. En attendant, il veut créer une armée européenne pour éradiquer toute souveraineté nationale.

          +38

        Alerter
        • Fritz // 16.11.2019 à 12h39

          Réitérée à Tunis, cette condamnation de la guerre otanesque en Libye a au moins deux avantages :
          1) elle met Macron face à ses contradictions
          2) elle cloue le bec à ceux qui prétendent que seuls les affreux complotistes, complices de Kadhafi et agents de Moscou, ont condamné la guerre de Libye.

            +8

          Alerter
      • s // 16.11.2019 à 17h44

        Villepin, dit-on, murmure ou a murmuré à l’oreille de Macron, peut-être un début de réponse ?

          +2

        Alerter
        • Ellilou // 17.11.2019 à 15h18

          Mais qui donc, à droite, ne murmure pas à l’oreille de ce margoulin incompétent? Après Sarkozy au tour de de Villepin…Misère de misère!

            +0

          Alerter
      • Gerard du Biolo // 17.11.2019 à 00h28

        Et le lendemain il dira le contraire.
        Bien fol qui donnerait crédit aux paroles d’une girouette, et s’appuierait sur ses déclarations pour bâtir le futur.

          +13

        Alerter
    • barbe // 16.11.2019 à 11h58

      Cette phrase, toute seule, peut aussi vouloir dire : je voudrais sortir l’otan de sa mort cérébrale, je voudrais le réanimer, pour mettre sur pied une armée eu.u.ropénne.

        +9

      Alerter
    • jjb79 // 16.11.2019 à 14h48

      J’ai une autre hypothèse. Prétentieux 1er a cru balancé une fake-news, as usual !
      Ach so, toutes mes excuses pour ce globiche :=)

        +5

      Alerter
    • Subotai // 16.11.2019 à 18h37

      N’oubliez pas ce que j’ai répété ici plusieurs fois: Macron est un REVOLUTIONNAIRE (à l’insu de son plein gré – càd de caractère)).
      Son formatage de financier ultra libéral est une chose, sa (in) conscience de classe Bobo30% (conviction culturelle de supériorité intellectuelle) est une autre. Le tout est exprimé dans un anti-conservatisme viscéral.
      Il est en train de tout miner (faire sauter) sourdement.
      Il espère certainement que le résultat sera conforme à sa vision du monde – vision que je me garderai bien de définir, cette vison se redéfinissant en permanence suivant les “nécessités”. En ceci il est comme tout le monde.
      Il y a juste que rien n’est écrit à l’avance et que le monde est ce que NOUS en faisons.

        +5

      Alerter
    • Renard // 16.11.2019 à 19h08

      Macron s’est juste rangé derrière la partie du Capital français qui souhaite un rapprochement avec la Russie (celle qui soutenait Fillon et qui a de nombreux relais au sein de la droite). S’il a changé d’avis, c’est que le rapport de force entre les pro-Otan et les pro-russes au sein du Capital français s’est modifié.

      Rien de subversif là-dedans, en Oceania les alliances stratégiques changent au gré des circonstances du moment. Mais effectivement c’est tout de même une bonne chose.

        +7

      Alerter
      • jc // 17.11.2019 à 15h38

        S’il a changé d’avis, c’est peut-être aussi parce qu’il lorgne pour 2022 sur l’électorat qui soutenait Fillon en 2017 (sondages: 25% pour Fillon le 10 janvier -avant l’affaire Pénélope sortie fin janvier 2017- contre 18% le 9 février, Macron passant de 19% à 21% entre ces mêmes dates). Sa sortie sur la mort cérébrale de l’Otan a sans doute pour objectif de caresser le même électorat dans le sens du poil.

          +1

        Alerter
        • Narm // 18.11.2019 à 01h14

          j’ai quand même l’impression que les “médias” ne sont plus derrière lui.

            +0

          Alerter
    • Jean-Do // 17.11.2019 à 06h50

      Il cherche juste à faire du bruit à l’international, comme il le fait à l’intérieur en relançant la peur du musulman/la laïcité avec l’aide des médias détenus par ses alliés, pour faire oublier sa politique intérieure de président des Riches. Et accessoirement pour noyer ce qui reste des GJ.

        +4

      Alerter
    • UnKnown // 18.11.2019 à 11h58

      Autre interprétation:
      Micron s’est rendu compte que sans armée, un pays n’est rien. Donc sans armée(s) comme à l’heure actuelle (à part les Armées françaises, Anglaises et Italiennes, bien que dans un piteux état), l’Union Européenne ne sera jamais rien d’autre qu’un marché à piller, inaudible et sans le moindre poids sur la scène mondiale.
      Les Européens se sont planqués en clandestin dans l’OTAN, bien au chaud derrière les troupes du suzerain Américain. A tel point qu’il n’ y a plus vraiment de pensée géostratégique ne serait-ce que nationale, on sert juste d’auxiliaires, et encore, des mauvais auxiliaires (saufs pour les plus fayots, comme la France et l’Angleterre).
      Et ça, pour un arrogant haut fonctionnaire fraôônçais, à un moment donné, ça chiffonne l’orgueil mal placé, à défaut de titiller la raison et de dépoussiérer une certaine idée de la France.

        +0

      Alerter
  • monsipoli // 16.11.2019 à 09h28

    Quelqu’un pourrait-il faire comprendre à Lotkhon 1er que quoi qu’il dise, pense ou fait tout s’annule dans l’instant même de sa production ?
    Ce président-fake brandissant la vérité c’est Judith présentant la tête d’Holopherne. La version de Cristofano Allori a ma faveur où, en arrière-plan, la dame qui n’en revient pas se demande si c’est bien sérieux tout ça.
    Qu’avons-nous fait pour mériter une telle punition ?…

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fd/Judith_with_the_Head_of_Holofernes_by_Cristofano_Allori.jpg/800px-Judith_with_the_Head_of_Holofernes_by_Cristofano_Allori.jpg

      +14

    Alerter
    • Miss Marple // 16.11.2019 à 09h54

      Il est un oxymore à lui seul ….c’ est un ” en même temps ” qui ne peut durer indéfiniment….,à un moment donné, il faudra choisir une direction ….il le sait , lui et son clan cherche à gagner du temps ( time is Money ) même s,’ il sait aussi qu’ ” on ne sort du doute qu’ a ses depents” ….,c’ est la vie ! On n’ a pas rien sans rien ….,un jour ou l’ autre , il faut payer ….

        +12

      Alerter
  • vert-de-taire // 16.11.2019 à 10h39

    Mais ses motivations triviales : relancer l’armement de l’UE.
    ça veut dire des commandes plein de commandes pour nos capitalistes.
    et des militaires pour mater les gueux.

    Le modèle des Etats-Unis est là pour montrer le chemin.
    Puissance militaire = puissance économique et politique = empire
    Et puis d’ici quelques temps l’UE aura besoin d’un vrai et unique chef militaire (on n’est pas crédible sans un chef incontesté ..), je veux dire un empereur …
    Souvenez-vous ce tropisme militaire dès son élection et la valse de ce général insoumis ..

      +16

    Alerter
    • moshedayan // 16.11.2019 à 19h24

      @vert de taire.
      je souscris à votre analyse, avec inquiétude d’ailleurs. L’hypothèse est plausible. Faute d’avoir une industrie civile suffisamment performante et concurrentielle, par rapport à l’Allemagne mais surtout à de nouveaux pays industriels (NPI ?) de plus en plus, votre ploutocratie mise sur l’armement pour imposer à nouveau sa loi sur l’UE.
      Il faut dire que j’ai noté quand même que certains de vos journalistes se sont enthousiasmés sur le fait que depuis 2 ans à chaque fois le budget de votre Défense dépasse celui de la Russie (incroyable ! pour vos journalistes, on sentait qu’ils jubilaient discrètement). Si les ambitions allemandes posent problème en Europe, conjuguées au dynamisme démographique de votre pays on peut se demander si le potentiel agressif ne se trouve pas aussi à moyen terme en France.
      Quant à dire l’OTAN dans un “état moribond”_ c’est une plaisanterie !
      Allez dire ça aux militaires russes qui surveillent en permanence leurs frontières dans la Baltique, en Biélorussie, et vers l’Ukraine. Renseignez-vous sur le nombre de sorties aériennes des forces de l’OTAN dont la France dans cette région. Régulièrement, des avions américains partent de Slovaquie orientale pour survoler l’Ukraine au nom de la défense des “valeurs démocratiques occidentales”… Que votre président n’ait pas du tout apprécié la sortie de la France en Syrie est une chose, qu’il enrage au point de dire des sottises sur l’OTAN en est une autre… (ps : ou alors que votre pays quitte celle-ci

        +11

      Alerter
  • Brigitte // 16.11.2019 à 19h49

    Je ne voudrais pas jouer les Cassandre mais si c’est comme la conférence de Paris sur le climat, les bonnes résolutions fondront plus vite que glace au soleil….
    A part ça, toujours les mêmes incantations sur le rôle de l’Europe entre les USA et la Chine.
    En allant voir sur le site la liste des intervenants, pas d’accès à celle des chefs d’état. Dommage. Par contre, dans celle des autres “acteurs de la gouvernance mondiale”, j’ai été très surprise de trouver Ingrid Levavasseur, la dissidente des Gilets Jaunes, avec comme dénomination: militante. Quelle promotion! Ce n’est plus de l’ascenseur social, c’est de la fusée …Bon, ne soyons pas mauvaise langue.
    A propos de langue, ne boudons pas notre plaisir d’entendre Macron s’exprimer en français, ainsi que la Présidente de la com UE, citant Victor Hugo. Notre langue surnage telle un iceberg dans l’océan de l’anglais.

      +6

    Alerter
    • Catalina // 17.11.2019 à 03h59

      Brigitte, Levasseur dissidente des gjs ? mouarf, je parie que pas un pour cent des gjs ne connait son nom !!! d’ailleurs aujourd’hui (hier en fait), sur plus de 300 gjs, aucun n’avait entendu parler d’elle ! peut-être chez les parigots ?

        +4

      Alerter
      • Brigitte // 17.11.2019 à 09h48

        Catalina, elle a été très médiatisée au moment où il était question de la représentativité des GJ et de constituer une liste pour les européennes. J’ai toujours trouvé très troublant que cette aide-soignante sans charisme particulier soit propulsée sous les feux de la rampe. je continue à m’interroger et vais essayer de creuser un peu le truc, car il y a couleuvre sous roche. dans la liste, le seul fait de la dénommer militante…de quoi? aucune précision…de rien donc.

          +5

        Alerter
    • channy // 17.11.2019 à 15h27

      Non mais vous avez lu sa dernière interview ou madame dénonce le mépris de classe..citant l exemple d une dame dans le 16 eme a Paris qui vient avec son bébé et sa nounou au café..la dame rencontre une amie, elles discutent un moment entre elles et Madame Levasseur s est indigné que l’amie n ai pas eu un regard pour la Nounou…consternant!

        +0

      Alerter
  • Guadet // 17.11.2019 à 07h15

    Il m’a fallu longtemps pour comprendre ce qu’on voulait dire par “multilatéralisme”. En fait il faut comprendre le mot à l’inverse de ce qu’il semble vouloir dire : il ne s’agit pas de donner la parole à chacun, en toute liberté et souveraineté, mais au contraire d’imposer au niveau mondial un seul modèle (américain), le néolibéralisme, et d’imposer la domination unique d’un grand marché mondialisé. Le prototype imposé est l’UE, qui n’a déjà qu’une seule langue et une seule culture, américaine, et où tout choix de politique économique est d’ores et déjà interdit.
    Ceux qui veulent faire entendre une voix indépendante sont accusés “d’unilatéralisme” jusqu’à ce qu’ils rentrent dans le rang. C’est simple en fait : il suffit de comprendre les termes au sens inverse de ce qu’ils semblent vouloir dire.

      +3

    Alerter
  • xavier37 // 17.11.2019 à 09h36

    “On a besoin de vérité. La pudibonderie ou l’hypocrisie ne marchent pas dans les temps qui courent, parce que nos concitoyens le voient.”
    Eh oui, Manu tout fini par se VOIR… et pas qu’à l’international.
    Même Mr Poutine ou Mr Xi sont observés.
    Action-Réaction comme dirait Galilée.

      +2

    Alerter
  • channy // 17.11.2019 à 15h32

    punaise un festival de foutage de gueule dans ce sommet
    @ Le vice-président chinois Wang Qishan, numéro trois du régime, a de son côté dénoncé « la montée de l’unilatéralisme, du protectionnisme, du populisme ”
    Déjà la il faut oser..après bon il défend les intérêts de son pays

    @Dans le droit fil du voyage qu’il vient d’effectuer à Pékin dont il revient auréolé du statut d’interlocuteur privilégié des Chinois en Europe”
    Alors la c est à se rouler par terre…la “melonite” est contagieuse… moi j ai plutôt eu l impression qu il a participer a un diner de con en Chine

      +2

    Alerter
  • guzy // 18.11.2019 à 14h08

    Ce type est involontairement génial, il y a du Trump en lui. Pudibonderie et hypocrisie, voilà des mots qui pourront être retournés contre tout ce qu’il a représenté et -continue de représenter. A moins d’être un hypocrite et un pudibon, comment continuer de traiter de facho à tout bout de champ, ceux qui :

    – mettait en cause le libre-échange intégral et la mondialisation heureuse (quelques grosses inflexions me semblent-il même si la doxa officielle n’a pas changé à Bruxelles)
    – critiquait la règle des 3%
    – voulait cesser la confrontation avec la Russie
    – émettait quelques doutes sur le bien-fondé de la décision allemande d’ouvrir les vannes de l’immigration (de manière totalement unilatérale d’ailleurs, hein Monsieur Micron) et plaidait pour une vrai politique assumée de l’immigration (quand on voit ce que la majorité actuelle est en train de voter, on aurait été traité de facho pour moi que ça il y a 10 ans)
    etc etc…

    Ha oui, il reste l’€, mais ça ne va pas durer

      +1

    Alerter
  • serge // 18.11.2019 à 15h44

    Ben, notre monarque en chef, s’il souhaite une meilleure vision pour la paix, il peut commencer par 2 choses:
    – Sortir de l’OTAN. Vu qu’il a dit que ce machin était en mort cérébrale, pas la peine de tenir le goutte à goutte.
    – Eviter d’apporter notre contribution à tout un tas de mauvaises décisions de l’UE (les sanctions économique par exemple) en exigeant de nos représentants à toutes les instances européennes de ne pas voter dans le même sens que tous les autres. Ce que la France fait systématiquement.
    Accessoirement, il peut revenir sur toutes les négociations actuelles pour marier avec nos voisins (à nos dépends bien sûr) nos industries à visée militaire, spatiale et sécuritaire.

      +0

    Alerter
  • tchoo // 18.11.2019 à 18h20

    Macron nous à prouvé qu’il ne faut jamais croire en ce qu’il dit
    Et que bien souvent il fait le contraire de ce qu’il dit.
    Il se voit en premier de cordée de l’Europe croyant peut être avec toute son arrogance de premier de la classe que lui devant tout le monde va le suivre.
    Toujours, indécrottablement infantile

      +0

    Alerter
  • lon // 19.11.2019 à 11h16

    Sacré Macron : l’OTAN en état de mort cérébrale ? C’est pas très gentil pour Jen Stoltenberg , lol

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications