Belle réponse suite à l’article d’hier

Lettre à Najat Vallaud-Belkacem

« Je crois qu’il est fondamental que ces génocides ne soient pas occultés pour montrer jusqu’où peut amener la haine, les discriminations… alors ça commence très doucement en général, par de simples discriminations pour des postes, des fonctions, la carte d’identité des choses comme ça, et puis de montées en montées on convainc la population qu’il faut s’en débarrasser : s’en débarrasser c’est d’abord dans des camps simplement, et puis ensuite c’est de tuer. » Simone Veil1 Récente rediffusion (http://www.rfi.fr/emission/20150124-pologne-liberation-auschwitz-deportation-genocides-camp-concentration/)

« Attendez un peu et l’impensable devient inéluctable, l’impossible devient ordinaire. » Edward Bond2 En commentaire du Crime du XXIe siècle (« La raison d’être du théâtre » in La Trame Cachée, L’Arche Editeur, 2003). .

Madame la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche,

Vous avez déclaré :

« L’école est en première ligne aussi pour répondre à une autre question car même là où il n’y a pas eu d’incidents il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves, et nous avons tous entendu les “oui je soutiens Charlie, mais…”, Les deux poids deux mesures. Pourquoi défendre la liberté d’expression ici et pas là ? Ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école qui est chargée de transmettre des valeurs. »3 Depuis http://www.najat-vallaud-belkacem.com/2015/01/14/najat-vallaud-belkacem-je-mobilise-la-communaute-educative-pour-repondre-par-des-actes-forts/

Depuis que j’ai eu connaissance de cette déclaration, je n’arrive plus à respirer correctement, je n’arrive pas à dormir, je suis comme alourdie par une envie de vomir qui ne se déclarerait pas. Et comme je n’ai pas tout de suite trouvé ce qui me malmenait autant, aussi violement l’esprit et les tripes, vos mots n’ont cessé de tourner en boucle, de taper dans mes tempes. Je n’arrêtais pas de me les répéter pour tenter de les exorciser. Et puis, hier soir, j’ai retrouvé.

Je ne vous ferai pas l’affront de vous indiquer d’où vient la citation, mais pour les lectrices et lecteurs j’ajouterai cependant en note la source de ces lignes :

« Et justement, poussé par la soif, j’avise un beau glaçon sur l’appui extérieur d’une fenêtre. J’ouvre, et je n’ai pas plus tôt détaché le glaçon, qu’un grand et gros gaillard qui faisait les cent pas dehor vient à moi et me l’arrache brutalement. “Warum ?” dis-je dans mon allemand hésitant. “Hier ist kein warum” (ici il n’y pas de pourquoi), me répond-il en me repoussant rudement à l’intérieur. »4 Primo Levi, Si c’est un homme (1947), Paris, Julliard, 1987.

Ces mots, qui fondent – avec les témoignages sur Hiroshima – un des basculements majeurs du XXe siècle, suffisent à me rendre à ma lucidité et à ma liberté, les offrir en réponse me libère du poids atroce qui n’avait plus quitté mon crâne et mon estomac depuis que je vous avais lue. Je pourrais m’arrêter à ces mots, et vous dire seulement que de tout ce qui nous a été donné d’entendre depuis le 7 janvier, de tout le fatras infécond que les médias et la classe politique déversent sur notre dignité en un torrent d’immondices satisfait de lui-même, votre déclaration gouvernementale est la chose la plus grave, la plus dangereuse, la plus dégénérée, la pire des choses que j’ai eu à avaler. Et que si je ne la digère pas, au sens propre du terme, c’est que votre déclaration, vos mots, viennent de nous faire entrer dans le totalitarisme.

Mais pour qu’il soit clair que je ne verse pas ici dans une fascination abstraite et maniérée pour le « point Godwin », et pour que vous sachiez de quel ordre est la responsabilité que vous venez de prendre en direction de l’institution « éducation nationale », du corps enseignant français, et des enfants de France (je dis enfants pour mineurs, est-il besoin de le préciser ?), je vais dire quelle construction au contraire bien rationnelle m’a fait entendre Auschwitz dans vos propos. Et m’appuyer pour ce faire sur le travail d’un auteur dont l’éducation nationale a proposé l’étude, trois années durant, dans le cadre de l’enseignement de spécialité théâtre du bac littéraire.

Edward Bond est dramaturge et théoricien du théâtre. Il est né à Londres en 1934. Dans un poème autobiographique, il écrit :

« Comme tous ceux qui vivaient au mitan de ce siècle ou qui sont nés plus tard / Je suis un citoyen d’Auschwitz et un citoyen d’Hiroshima / De ce lieu où les méchants ont fait le mal et de ce lieu où les bons ont fait le mal ».

Ainsi Auschwitz et Hiroshima interrogent-ils à égale part la « barbarie » de l’idéologie du nazisme et de celle de nos démocraties, et placent l’humanité devant la question, inexorable, que porte toute l’œuvre de l’écrivain : comment devenir humain ?

Edward Bond est l’auteur de Sauvés (qui fit tomber la censure royale en Angleterre en 1966), des Pièces de guerre, de Café (des soldats se font du café pendant le travail d’extermination par balles devant la fosse de Babi Yar), du Crime du XXIe siècle… parmi plusieurs dizaines de pièces. La raison pour laquelle l’éducation nationale avait inscrit les Pièces de guerre au programme du « bac théâtre » réside sans aucun doute dans ce que l’écrivain dit lui-même du singulier rapport qui s’établit entre des élèves – des mineurs donc – et son écriture :

« Je constate, par exemple, que souvent beaucoup de jeunes gens réagissent mieux à mes pièces que le reste du public. C’est parce qu’ils sont dans une situation où ils comprennent mieux que les adultes ce dont je parle. Nous ne sommes pas nés pour faire du profit mais pour créer la justice. Les jeunes gens sont encore proches de leur gravité existentielle et ils en ont certainement besoin si leur vie future ne veut pas être plongée dans le chaos. Ils savent encore que tout ne peut pas s’acheter et se vendre. C’est une chance d’écouter les jeunes, de les voir faire, de découvrir comment ils sont en train de créer leur propre monde. Ils ont une grande proximité avec les questions les plus importantes. Et on a tendance à l’oublier. Le problème de leurs parents reste de payer les factures, les traites. Eux se demandent ce que sera leur vie, comment ils vont construire leur vie… Quand ces questions sont oubliées, les choses se meurent. Les jeunes vous rappellent toujours à la question de la valeur des choses. Et ils le font de manière très créative. À cette étape de la vie, on est en mesure de créer. C’est très important d’entrer en contact avec cette capacité de conscience que les jeunes possèdent, car si elle n’est ni reconnue ni encouragée, elle tourne à la destruction. Il n’y a pas d’alternative. »5 Extraits depuis « Le théâtre d’Edward Bond » in Numéro spécial du Journal de la Colline, http://www.theatre-contemporain.net/spectacles/La-Flute/ensavoirplus/idcontent/22356, http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/PN-472831/lart-de-la-democratie-472831#.VMXOFGOK6t5 et http://www.humanite.fr/node/274268

Bond écrit pour la jeunesse, et c’est un acte pour l’humanité à venir. Or, le théâtre qu’il écrit à l’attention des jeunes sert à demander « pourquoi ». Parce qu’en demandant « pourquoi », les enfants construisent, pour leur psyché propre, une carte du monde et que dans ce monde, le monde, ils y recherchent la justice :

« Pourquoi est une question que seuls les êtres ayant une conscience de soi peuvent poser. Un lion qui attend la proie escomptée a conscience de sa faim quand la proie ne se présente pas à temps. Mais le lion ne saurait demander pourquoi elle ne se présente pas. Il préférera attendre ou rejoindre un autre point d’eau. Une renarde peut contraindre ses petits à ne pas chahuter quand il est temps d’aller chasser. Mais elle n’aura pas à se demander pourquoi les petits chahutent pour répondre ensuite : c’est parce qu’ils sont vilains. Le sens moral ne voit le jour que lorsque vous êtes en mesure de demander pourquoi. »

« Notre “site” est l’univers, et c’est pourquoi nous demandons pourquoi. Les réponses que nous apportons à ces questions décident de notre degré d’humanité ou d’inhumanité. »

« L’enfant doit pouvoir penser qu’il a le droit d’être chez lui dans le monde. Autrement dit, qu’il a le droit de vivre. S’il en est incapable il tombe forcément dans un fonctionnement autiste. Son esprit ne peut plus fonctionner, son pourquoi est pris au piège et il perd alors son moi. S’il ne peut pas demander pourquoi, il n’a pas d’autres questions à poser, et il n’y a plus de réponses – le moi et le monde n’ont plus de sens. Autrement dit, ils n’ont pas de valeur. Les valeurs ne viennent au monde que lorsqu’on peut demander pourquoi. »6 Extraits de « Notes éparses sur la justice » in La Trame cachée.

Madame la ministre garante des valeurs de la République, la République est inégalitaire. En plus d’être économiquement inégalitaire, elle est ethniquement inégalitaire. Et c’est à une partie de la jeunesse, socialement marquée, ethniquement marquée, que vous venez d’interdire de demander pourquoi.

Si un 27 janvier, les soviétiques ouvraient les portes d’Auschwitz, ce n’est pourtant pas cette date qui pourra nous aider à comprendre « comment devenir humain ». La seule date qui pourrait nous servir, c’est celle qui a vu ouvrir la porte à l’existence d’Auschwitz : c’est le jour où il a été possible d’imaginer un lieu qui abolirait les « pourquoi ». Et nous y sommes.

Source : Noëlle Cazenave-Liberman, pour LMSI (Les Mots Sont Importants), 27/01/2015

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Notes   [ + ]

1. Récente rediffusion (http://www.rfi.fr/emission/20150124-pologne-liberation-auschwitz-deportation-genocides-camp-concentration/)
2. En commentaire du Crime du XXIe siècle (« La raison d’être du théâtre » in La Trame Cachée, L’Arche Editeur, 2003).
3. Depuis http://www.najat-vallaud-belkacem.com/2015/01/14/najat-vallaud-belkacem-je-mobilise-la-communaute-educative-pour-repondre-par-des-actes-forts/
4. Primo Levi, Si c’est un homme (1947), Paris, Julliard, 1987.
5. Extraits depuis « Le théâtre d’Edward Bond » in Numéro spécial du Journal de la Colline, http://www.theatre-contemporain.net/spectacles/La-Flute/ensavoirplus/idcontent/22356, http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/PN-472831/lart-de-la-democratie-472831#.VMXOFGOK6t5 et http://www.humanite.fr/node/274268
6. Extraits de « Notes éparses sur la justice » in La Trame cachée.

55 réponses à « Hier ist kein warum » (Ici, il n’y a pas de pourquoi), par Noëlle Cazenave-Liberman

Commentaires recommandés

DUGUESGLIN Le 30 janvier 2015 à 08h05

Finalement, je me demande si je ne vais pas déménager dans un pays où toutes les religions sont représentées et se respectent mutuellement. Dans un pays où chacun est fier d’en être un citoyen.
Dans un pays laïc tout simplement, sans qu’il y ait besoin de discours vaseux, contradictoires, pour justifier telle ou telle position hypocrite antimachin ou antitrucmuche. Dans un pays qui s’inscrit dans une histoire et qui aspire à la paix qui respectent les autres nations, comme il demande à être lui-même respecté. Y en-a-t-il un? Oui, c’est la Russie. Celle qu’on veut abattre pour les raisons évoquées ci-dessus.

  1. meinführerjemarche Le 30 janvier 2015 à 06h23
    Afficher/Masquer

    Très bel article qui expose clairement une opposition saine au novlangue abject d’une classe politique presque totalement corrompue. Les exemples abondent. Il n’est pas, plus, besoin d’y revenir. De toute manière, le moment venu, la vague les emportera, tous. Nous reconstruirons alors sur de nouvelles bases, plus saines, débarrassées de TOUS CES… !!!

    Désolé, mais cette solution s’imposera d’elle-même et tous les prêchi-prêchas mielleux et hypocrites n’y pourront rien. Le point de non retour est depuis longtemps déjà depassé. Nous verrons alors s’ils auront le courage d’assumer leurs responsabilités.


    • gracques Le 30 janvier 2015 à 07h45
      Afficher/Masquer

      L’indignation et la révolte s’imposent ….. OK mais par quelles méthodes et dans quel but?

      Les moyens utilisés pour “renverser la table” conditionnera le résultat obtenu , obtenu et pas forcement voulu.
      Je sais que l’émotion , la rage est plus forte que la raison pour faire , mais gaffe a ne pas faire n’importe quoi.
      Hier je faisais une remarque sur le témoignage d’un contributeur qui nous écrivait qu’en Haitie les gens révoltés par la conduite des US dans leur pays croyaient que les Illumlnatis avaient envoutés Obama ….. on en rigole …. mais nous quelle vision du monde nos intellos nous donnent pour faire point d’appuis , pour guider notre raison et nos émotions afin que notre colère ne soit pas que catastrophique ou pire …. vaine ?


    • jmdest62 Le 30 janvier 2015 à 08h12
      Afficher/Masquer

      fin du discours de la belle Najat

      “…. Ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école qui est chargée de transmettre des valeurs. Et il nous faut nous interroger sur notre capacité à le faire, c’est ce que le Premier ministre a fait devant les recteurs hier, c’est la raison pour laquelle je mobilise l’ensemble de la communauté éducative pour que nous ne répondions pas que par des discours mais par des actes forts. Merci…”

      Un exemple d’acte fort :

      :http://www.les-crises.fr/ahmed-8-ans-convoque-pour-apologie-du-terrorisme/

      @+


      • Alae Le 30 janvier 2015 à 18h52
        Afficher/Masquer

        Arrêtez de dire que Vallaud-Belkacem “est belle”, SVP.
        Eva Braun était belle aussi. Et alors, ça change quoi ?


    • georges dubuis Le 30 janvier 2015 à 13h48
      Afficher/Masquer

      Dr Folamour est bien en pleine forme, mein got. Ce folamour est une relation, un rapport unique, primaire à …..la force et que l’on retrouve aussi, chez ceux qui font travailler les mots, la rhétorique tordue qui impressionne, le novlangue.
      Le travail ,commun à tous les animaux, n’est pas la liberté……. c’est le commerce, l’échange, relationship disent les anglois.
      Je m’active dans la recherche d’âmes bien mises, plus vulgairement,…… d’amis et çà marche, j’y mets toute mon âme et le temps meurt…..nom de dieu: chance. J’avais 28 ans quand j’ai utilisé mon vague devoir/droit de retrait du salariat, quel destin vertigineux à posteriori, jeu s”en étonne encore. L’absence de destin est tellement facile à instrumentaliser, enfin, produire, comme un film….nous y somment et nous commençons tout juste à comprendre qu’il faut un cadre…..pour ne pas partir encore plus dans le décor.
      De l’intime à l’estime…


  2. Sasha Le 30 janvier 2015 à 06h51
    Afficher/Masquer

    Ça faisait un moment déjà que j’avais une irrésistible envie de lui claquer le beignet. C’est fait. Merci madame.


  3. Old Ohm Le 30 janvier 2015 à 07h22
    Afficher/Masquer

    En résumé, lorsque un enfant demande “pourquoi” un adulte répond “comment”.
    Si la méthode se désolidarise de sa propre essence, l’existence est en péril.


  4. DUGUESGLIN Le 30 janvier 2015 à 08h05
    Afficher/Masquer

    Finalement, je me demande si je ne vais pas déménager dans un pays où toutes les religions sont représentées et se respectent mutuellement. Dans un pays où chacun est fier d’en être un citoyen.
    Dans un pays laïc tout simplement, sans qu’il y ait besoin de discours vaseux, contradictoires, pour justifier telle ou telle position hypocrite antimachin ou antitrucmuche. Dans un pays qui s’inscrit dans une histoire et qui aspire à la paix qui respectent les autres nations, comme il demande à être lui-même respecté. Y en-a-t-il un? Oui, c’est la Russie. Celle qu’on veut abattre pour les raisons évoquées ci-dessus.


    • bleurp Le 30 janvier 2015 à 08h21
      Afficher/Masquer

      cher duguesglin,
      pourquoi pas, vous nous raconterez.
      c’est un beau pays, avec une grande culture.
      y’a bien quelques inconvénients, mais ils ne vous dérangeront peut etre pas.
      si vous n’êtes pas concerné.
      http://www.lesinrocks.com/inrocks.tv/russie-milices-anti-gays-sevissent-en-plein-jour/
      allez, chiche !


      • Vallois Le 30 janvier 2015 à 10h33
        Afficher/Masquer

        En France, j’ai eu aussi l’inconvénient de vivre à Sevran butte Montceleux durant l’enfance et l’adolescence, je n’en n’ai pas de très bon souvenirs, menaces, coups, vols… bref un très bon cadre pour étudier et grandir, ca m’apprendra à être différent.

        Pourtant, je suis resté ouvert et infiniment confiant dans la majorité de l’espèce humaine contrairement à ceux qui créé les conditions propices au développement du mal (je pense à ceux qui nous gouvernent).


      • DUGUESGLIN Le 30 janvier 2015 à 10h45
        Afficher/Masquer

        Cher bleurp, Il se trouve que je vais régulièrement en Russie, où j’y ai de la famille et de nombreux amis.
        Les gens ne sont pas habitués à juger les autres pour leurs opinions ou leur religion. pour les russes avoir une religion est normal, et ne pas en avoir est tout aussi normal. Ils suivent l’actualité chez nous et ne comprennent pas nos complications. Ils ne comprennent pas non plus la propagande anti-russe, mais cela les conforte dans leur fierté d’appartenir à cette grande fédération quelle que soit leur origine ethnique ou religieuse.


      • rototo Le 30 janvier 2015 à 17h05
        Afficher/Masquer

        ah si seulement ils faisaient comme dans le monde libre et éclairé et les brulaient vifs ou les enterraient vivants, peut etre n’y verriez vous aucun inconvenient… Ou alors vous avez un sérieux probleme de myopie a regler…

        http://www.metronews.fr/info/le-fait-divers-du-jour-elle-tue-son-fils-parce-qu-elle-pense-qu-il-est-gay/mncC!aAjh3FVprfpS6/
        http://www.yzgeneration.com/3-ans-et-demi-pour-avoir-brule-vif-un-adolescent-gay/
        http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Condamnes-pour-avoir-enterre-vivant-un-couple-gay-145059
        etc…


      • stephp Le 30 janvier 2015 à 23h46
        Afficher/Masquer

        Si c’est dans les Inrocks alors… 😀 😀 😀 😀 😀


        • georges dubuis Le 30 janvier 2015 à 23h51
          Afficher/Masquer

          Personnellement, je préfère Paris Match, merci pour ce moment…stephp


        • bleurp Le 01 février 2015 à 15h24
          Afficher/Masquer

          allez faire un tour ici dans ce cas:
          https://www.youtube.com/watch?v=O0xKqYUKQuM


    • Julie Le 30 janvier 2015 à 16h50
      Afficher/Masquer

      Il y a l’Allemagne. Vous vous inscrivez à la mairie de votre domicile. Il y a un formulaire à remplir où la seule question personnelle est “quelle est votre religion”. Vous pouvez répondre aussi que vous n’en avez pas, auquel cas vous ne payerez pas l’impôt d’entretien de vos églises et les salaires de vos prêcheurs. Si vous mettez une religion, vous payerez alors un impôt annuel (assez cher, mais graduel, pour 40000 e par an de revenus, vous payez 550 e par an cf http://guide.munich-french-connection.net/Imp%C3%B4t_sur_la_religion cette page ne mentionne pas les bouddhistes, les musulmans et autres, mais ils sont concernés aussi.. on reconnaît là le côté franco-français du site en question dans toute sa splendeur)
      Au moins c’est parfaitement logique. Vu comment fonctionnent les sectes, si vous ne demandez pas aux gens de les sponsoriser dans la transparence, vous vous retrouverez avec des chiffres moins transparents et des financements de l’étranger.


      • Chris Le 30 janvier 2015 à 18h10
        Afficher/Masquer

        Même système en Suisse.


      • Mathieu Le 30 janvier 2015 à 23h17
        Afficher/Masquer

        en Belgique, tous les cultes reconnus sont financés (pas d’impôts spécifiquement liés), y compris les maisons laïques. Bon, je ne me rappelle plus comment est établie, et révisée, la clé de répartition…


  5. Sasha Le 30 janvier 2015 à 08h47
    Afficher/Masquer

    Cette pauvre Najat n’a rien à faire dans aucun ministère. Son costume est visiblement bien trop grand pour elle. Elle devrait retourner à l’école, jusqu’à ce qu’elle se rende compte de l’étendue de sa bêtise. Jusqu’à ce qu’elle réalise que sa bêtise est dangereuse. Que les gamins ont besoin d’éducation, pas de police. Et qu’elle est, justement, supposée être ministre de l’éducation. Nos politiques n’ont décidément plus aucun sens de l’histoire.


    • DUGUESGLIN Le 30 janvier 2015 à 11h12
      Afficher/Masquer

      C’est vrai la pauvre petite est dépassée par sa fonction. Inexpérimentée elle s’efforce de suivre l’idéologie à la mode, et finit par dire n’importe quoi sans même s’en rendre compte. Il y a peu son clan se battait pour défendre le droit à la différence, qui était un cheval de bataille. mais la mode a changé; maintenant, c’est tout le monde pareil, le nivellement qui efface les différences, qu’on appelle aussi égalitarisme, même si cette vision est dramatiquement inégalitaire, il faut ré-introduire la morale à l’école mais il faut être libertaire, il faut respecter l’autre mais ne pas interdire la liberté d’expression y compris l’injure, elle ne peut que s’emmêler les crayons. Tout le monde pareil, pensée unique, la moindre question devient suspecte. Bref, le totalitarisme au nom d’une pseudo morale républicaine quasi religieuse.C’est dure pour elle, mais elle fait ce qu’elle peut et donne satisfaction dans son soutien à la nouvelle idéologie-religion mondialiste.


      • hema Le 30 janvier 2015 à 12h20
        Afficher/Masquer

        J’aimerai pas être prof en ce moment. C’était et ça devient de plus en plus un sacerdoce. Si en plus d’éduquer les enfants il faut respecter les consignes de la ministre…
        “vous devez encourager la liberté d’expression, sans laisser la place aux questions douteuses, et surtout ne pas rire, enfin si rire quand même (on a le droit ou pas?), et puis merde, respectez les consignes, ou faites semblant, et démerdez vous pour l’éducation,….”
        La schizophrénie a déjà gravement atteint notre jeune ministre de l’éducation, et ça risque d’être contagieux pour le corps enseignant.


      • Sasha Le 30 janvier 2015 à 12h30
        Afficher/Masquer

        Le nivellement par le bas a commencé il y a maintenant une trentaine d’années. Nous sommes entrés dans la phase industrielle de l’abêtissement généralisé. Pendant qu’on bavarde, nos seigneurs et maîtres européens sont en train de finaliser les accords TAFTA & Co. D’ici peu on sera tous obèses, malades et lobotomisés. Ça règlera le problème de la différence. Et celui du niveau du débat avec. Allez voir aux US, ça fait franchement peur! La boîte de Pandore est à peine ouverte que déjà ça sent le rance à plein nez. Jamais de ma vie je n’ai entendu autant de conneries que depuis ces trois dernières semaines! “Vous êtes avec nous ou contre nous!” avait dit Deubeuliou après le 11/9. C’est sans s’en rendre compte ce que vient de dire en substance la mini-ministre! Honni qui n’est pas Charlie! Avec le grand orchestre de Bob Quibel, sous vos applaudissements… “Hier ist kein warum!” Franchement, ça fait froid dans le dos.


        • DUGUESGLIN Le 30 janvier 2015 à 12h40
          Afficher/Masquer

          O combien je comprends ce que vous dites Sasha.


          • Sasha Le 30 janvier 2015 à 17h16
            Afficher/Masquer

            Et combien je comprends votre tentation de partir vers l’Est… Pourtant j’ai pour la France un amour indéfectible… mais également une très sévère gueule de bois…et je ne vois malheureusement pas beaucoup d’amélioration à l’horizon (joyeux euphémisme). Poutine disait récemment: “Vous (les Occidentaux) nous haissez car vous avez renié vos valeurs alors que nous les avons conservées”. Marrant comme les choses changent, non? L’herbe serait maintenant plus verte dans le Caucase? Aurait-on une meilleure chance d’y mener une vie simple et respectueuse de son prochain? Suis-je le seul à en avoir ras la casquette de l’occupation culturelle américaine? Je dis “occupation” car si la guerre a changé de forme, il s’agit bel et bien toujours d’une guerre, comme le disait Mitterrand. Etant Slave ET Bourguignon, j’ai la chance d’avoir la double culture qui me permet d’apprécier le différent point de vue de gens de l’Est sur la vie en général. Une vie autre que transformés en zombies consommateurs à la sauce yankee, idôlatrant l’argent comme valeur ultime de la modernité. Et détruisant tout sur son passage. Le Paradis n’est pas de ce monde, ni la perfection d’ailleurs, mais peut-être est-ce une solution. J’ai également gardé de cette culture le souvenir très présent de la dictature, de la police politique, des militaires partout, des délations et des micros dans tous les coins. Une odeur tenace de Stasi comme dans “La vie des autres”. Quelque chose qu’on oublie pas. J’ai également pu juger sur pièce de l’état de délabrement moral et culturel dans lequel se trouvent aujourd’hui les Etats-Unis. Je suis d’ailleurs à court de mots pour le décrire. Abyssal peut-être. Consternant tout du moins. Et c’est avec ça qu’on nous gave du matin au soir depuis des décennies. C’est ce qu’on nous vend et c’est par là qu’on s’en va. Personnellement je ne sais plus si j’ai envie d’élever mes gamins là-dedans. Lorsque l’on a eu droit à Sarkozy (notre Deubeuliou à nous!), j’ai vraiment cru qu’on avait touché le fond. C’est maintenant pire sous la présidence d’Hollande. Remarquez que la gauche, si ça veut encore dire quelque chose, trahit toujours le peuple qu’elle est supposée défendre. De toute façon, d’un bord comme de l’autre, ils sont aux ordres et ne font qu’appliquer les directives européennes. Et Junker l’a bien dit: on ne change RIEN à la feuille de route. Y compris le massacre des civils Ukrainiens sous les balles des neo nazis de Kiev dans un silence assourdissant, je suppose. It’s just good business. Business as usual. Et le business à tout crin, voyez-vous, ça commence à me courir sévèrement sur le haricot. La dernière parole digne de la France a été, à mon sens, celle de Villepin à l’ONU. Douze ans déjà. Depuis, silence radio et politiques en carton. Jusqu’à Najat Vallaud-Belkacem et Manuel Valls. D’un côté l’unité nationale, de l’autre de l’huile sur le feu. D’un côté la liberté d’expression, de l’autre des lois liberticides et des postures politiques plus que dangereuses. A moins que leur but ne soit de tout faire imploser. Ce ne serait pas la première fois que notre société en passerait par là, mais je me demande si cette fois on va pouvoir s’en relever. Je me demande avec amertume si mon pays que j’aime tant n’est pas dans un coma avancé, voire en mort cérébrale…


        • Julie Le 30 janvier 2015 à 16h54
          Afficher/Masquer

          Je constate ça aussi quand je vois la déco des cafés à Paris: partout des écrans plats gigantesques rendant les espaces d’une laideur insondable, diffusant des images tout aussi laides.
          J’ai lu que Transavia pensait relancer sa machine en ayant des stewarts qui feraient des annonces avec des blagues. Un peu comme le côté faussement détendu des idtgv avec leur “barista” et je ne sais quoi.
          Donc pour devenir une province américaine, il faudra que le français se transforme en gros lourdau, si j’ai bien compris. Les grosses têtes au pouvoir? leur vulgarité, leur sexisme, c’était tout ça aussi l’humour Charlie.


      • DUGUESGLIN Le 30 janvier 2015 à 12h33
        Afficher/Masquer

        Par contre je soutiens la bonne vieille morale républicaine(que je n’ai pas connue) des années 50.
        L’instit en blouse grise. Les élèves espiègles mais disciplinés (il fallait bien).
        A cet époque les radicaux socialistes de l’éducation nationale, (ils étaient nombreux dans l’EN à l’époque) avaient le sens du civisme et des valeurs républicaines. La marseillaise, c’était du sérieux. Je le sais pour avoir entendu des 78 tours d’époque, les discours feraient bondir nos progressistes d’aujourd’hui (héritiers ingrats de la sociale démocratie) devenus détenteurs de fausses valeurs celle de la bien-bien-pensance, à moitié bobo, à moitié libertaires soixante-huitards attardés et arrogants qui font chier tout le monde et soumis au nouvel ordre mondial transatlantique.


  6. laurent jolivet Le 30 janvier 2015 à 09h39
    Afficher/Masquer

    Un ministre, une ministre qui défend les intérêts de la France , cela n’existe plus
    Ils sont tous américanophiles, mondialistes et pour leur pomme !
    Preuve : en 1992, les politiques nous avaient vanté l’UE avec plus de croissance, moins de chomage, des citoyens heureux, moins de dettes…
    En 2015, plus de chomage un record, plus de croissance et des citoyens malheureux, plus de dettes….
    Alors on ne pourrai pas changer ! SORTIR de l’UE qui est une DICTATURE contre LES PEUPLES

    Oui je sais cette proposition est réactionnaire, du passé, pas progressiste…etc etc etc
    Citoyens faites un choix d’avenir, choisissez LA FRANCE


    • achriline Le 30 janvier 2015 à 11h19
      Afficher/Masquer

      Annuaire des Young Leaders de la Fondation Franco-Américaine
      http://french-american.org/annuaire-young-leaders/

      Najat Vallaud-Belkacem
      Program participation
      Participation years 2006,2007
      Country of selection France
      Field of work Government and Policy

      En quelque sorte une triple nationalité. Ces gens là ne sont pas au service de la France.


  7. LBSSO Le 30 janvier 2015 à 11h54
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    c’est une très belle lettre.
    Comment un enfant peut il se construire ,devenir humain si ses “questions insupportables” se trouvent condamnées .C ‘est impossible et Madame la Ministre montre qu’elle porte un costume trop grand pour elle…!

    Bernard Marris (victime du massacre de la rédaction de Charlie) a écrit un magnifique roman: il raconte le parcours de vie de “L’enfant qui voulait être muet”. Muet parce que personne ne l’aimait. L’auteur fait dire à ce dernier, devenu adulte, au sujet des “quartiers” : “:…,mais la vérité n’est pas là. La vérité c’est l’ennui. La banlieue était, est encore ,j’imagine, l’endroit le plus désespérément ennuyeux de la terre.”p32.
    Ne pas poser de questions s’est s’ennuyer.S’ennuyer s’est se déconstruire .La porte de la violence s’entrouvre alors… quelque soit le milieu social.. Alors Mme la Ministre ,proposer un débat en déterminant soi même les questions ?

    Mais en même temps ,nous devenons tous un jour des êtres responsables. Les enfants attendent des familles qu’elles le soient.


    • Chris Le 30 janvier 2015 à 13h32
      Afficher/Masquer

      Ce qui démontre la pauvreté, que dis-je, la vacuité culturelle et je le crains, personnelle, de cette jeune femme qui fait carrière, comme maints de ses semblables.
      Indiscutablement, notre pays souffre de cette vacance : nos dirigeants sont des chiens savants formatés dans l’ignorance. Et s’ils sont conscients de leurs entreprises de démolition, alors il s’agit tout simplement de forfaiture.


      • LBSSO Le 30 janvier 2015 à 16h59
        Afficher/Masquer

        Bonsoir Chris,

        “forfaiture” , “ignorance” ….

        On les retrouve au sujet de l’affaire Alsthom en cours:

        Ce rapport du Centre Français de Recherche sur le Renseignement
        ” Racket américain et démission d’Etat. Le dessous des cartes du rachat d’Alstom par General Electric ” (où sont les syndicats, les Chevènement , etc. …sur ce sujet ?)

        Je suis sidéré. Heureusement que je viens de lire une lettre pleine de “pâte humaine”.

        http://www.cf2r.org/


  8. peyo Le 30 janvier 2015 à 12h22
    Afficher/Masquer

    Les politiques au pouvoir sont complètement dépassés par les décisions qu’ils prennent, sous la pression des lobbies financiers et des cartels. Les US les achèvent. Aucun courage politique, aucune honnêteté d’appartenance politique, aucune mémoire. Seul l’argent compte. Le veau d’or n’a jamais construit les peuples. Les valeurs de la République sont bafouées tous les jours au nom du réalisme économique. Aucune décision pour construire notre avenir, beaucoup de décisions pour déconstruire notre passé et nos acquis qualifiés de ringards et nuisibles au progrès. Un seul but : rembourser la dette crédit revolving, avec les guerres et la destruction de la planète comme miroir. Une ministre issue de l’immigration pour asséner fièrement des ignominies en fer de lance de la République qui résiste. La boucle est bouclée. Le PS est mort. Vive la 6ème République.


    • DUGUESGLIN Le 30 janvier 2015 à 12h44
      Afficher/Masquer

      On a réussi à inventer le socialisme capitaliste apatride.


      • Olposoch Le 30 janvier 2015 à 15h47
        Afficher/Masquer

        Dommage @lamoderation…
        Vous avez effacé mon com en allemand, sorte de haïku super “relevant”, reprenant en le prolongeant le propos du billet, tout en y apportant un décalage poétique avec juste un mot qui explique tout…
        Pour laisser passer des coms bas du front de ce genre…


        • georges dubuis Le 30 janvier 2015 à 23h40
          Afficher/Masquer

          La modération, c’est comme les voies de dieu,Olposoch, elles sont impénétrables, mais nous les rencontrons tôt où tard, cela défini une certaine ligne, car c’est pas chez nous ici…..il y a des juges et nous jugeons tous, enfin je l’espère.
          Bas du front est devenu très à la mode comme expression, un signe du temps historique employé par les parvenus….très intelligents et forts instruits, qui sont inquiets de perdre leurs places.


  9. petouille Le 30 janvier 2015 à 13h13
    Afficher/Masquer

    Comme nous sommes loin des ” bouches en coeur”, qui se sont toutes manifestées, lors des arrestations de sans papiers à l’école, Léonarda & co, à cette époque, l’école était encore un sanctuaire dans lequel les enfants devaient être protégés de ce qui se passait à l’extérieur …


  10. Mélissa Le 30 janvier 2015 à 13h19
    Afficher/Masquer

    Avec ce cinglant parallèle entre l’ambiance des camps et celle qui prévôt dans nos ministères,la kommamdantur parisienne se prend une sacrée raclée…

    Merci à Noëlle Cazenave-Liberman de cet éclair de vérité que seule une compassion avertie peut générer…Et merci à Olivier de divulguer ces pensées résistantes…


    • Bruno Le 30 janvier 2015 à 15h37
      Afficher/Masquer

      *prévaut, pas prévôt


      • grub Le 30 janvier 2015 à 18h42
        Afficher/Masquer

        prévôt ça peut passer si on met une virgule après le qui.
        Après c’est vrai que ça n’est pas le sens qui prévaut en lisant cette phrase. ^^


  11. Tonton Poupou Le 30 janvier 2015 à 14h44
    Afficher/Masquer

    En lisant la phrase admirable et la pensée d’Edouard Bond, il met revenu à l’esprit une citation de Nicolas Machiavel.
    “La haine s’acquiert autant par les bonnes œuvres que par les mauvaises.”


  12. Alain Le 30 janvier 2015 à 15h08
    Afficher/Masquer

    Les “pourquoi” forment les citoyens, l’ingestion de “valeurs” obligatoires forment les robots. Et les robots sont capables de tous les actes les plus abominables et déshumanisés. Je ne comprend pas que personne n’ait exigé sa démission immédiate


  13. jacques beaudry Le 30 janvier 2015 à 16h06
    Afficher/Masquer

    La sotte ne sait pas ce qu’elle dit alors que la sage ne dit que ce qu’elle sait. lol…


  14. Bruno Le 30 janvier 2015 à 16h13
    Afficher/Masquer

    Je suis un fervent lecteur des Crises et je remercie Olivier et toute l’équipe – ainsi que les innombrables commentateurs – de ce que je découvre chaque jour et de l’enrichissement que ça m’apporte chaque jour.
    Sur voltairenet j’ai lu aujourd’hui deux textes intéressants :
    1) “Islam et préjugés” par Ali Khamenei, c’est assez loin de l’image de l’islam en Iran que communiquent nos média.
    2) Le wahhabisme est-il musulman ? par Jean-Michel Vernochet : m’a permis de mieux comprendre l’attitude actuelle de la Turquie.


  15. DUGUESGLIN Le 30 janvier 2015 à 16h24
    Afficher/Masquer

    Une autre remarque. jésus n’était pas considéré comme un prophète. Il s’appelait lui-même fils de l’homme. Il n’a fait aucune prophétie, mais a enseigné une vision basée sur l’amour des hommes entre eux. Les musulmans qui sont issus eux-mêmes du judeo-christianisme voient en Jésus un prophète, bien qu’il n’ait fait aucune prophétie.


    • DUGUESGLIN Le 30 janvier 2015 à 16h52
      Afficher/Masquer

      Enfin une dernière remarque pour Chris qui s’y intéresse.
      L’Eglise chrétienne s’est constituée en cinq grands patriarcats, Antioche, Constantinople, Rome, Alexandrie et Jérusalem.
      Les 7 premiers conciles qui ont été organisés ont défini les fondements de la foi chrétienne. L’eglise était une et indivisible. Au 11eme siécle le patriarcat de Rome s’est séparé prétendant que l’Evêque de Rome était infaillible en tant qu’héritier de l’Esprit Saint. Les autres patriarcats ont, de ce fait, excommunié l’Evêque de Rome (le Pape) nul homme ne pouvant se réclamer du Saint Esprit. En occident (le patriarcat de Rome a pris le nom de Catholique) mais les prétentions du Pape a donné naissance au protestantisme, lui-même sous divisé en différentes églises dites chrétiennes mais hors de l’Eglise Universelle.
      Actuellement les chrétiens des 7 conciles, sont en Egypte, en Ethiopie,en Arménie, dans le Golf, Syrie, Liban, Irak, en Grêce, en Roumanie, en Serbie, en Bulgarie en Russie et en grande partie en Ukraine que les bandéristes veulent faire disparaître et la plupart des pays baltes en nombre variable, (également en Chine et au Japon) et restent unis dans l’Eglise une et indivisible. Il n’y a pas de protestants dans les patriarcats orthodoxe, puisqu’ils n’avaient pas lieu d’être.
      Ceci permet de mieux comprendre le monde chrétien et d’éviter les contre sens. L’oligarchie européo-américaine considèrent les orthodoxes comme des opposants, ou au moins comme des non soumis qui ne sont pas adeptes de la nouvelle civilisation et de son nouvel ordre mondial, façon BHL ou Taubira.
      Les chrétiens (les vrais d’origine) dit orthodoxes résistent au pouvoir oligarchique et à la décadence culturelle occidentale.


    • Slavyanka Le 30 janvier 2015 à 19h32
      Afficher/Masquer

      @DUGUESGLIN
      Merci pour vos explications, j’adore lire vos posts et ne les manque jamais dans le flot des commentaires.
      Je suis fière d’être orthodoxe…


    • georges dubuis Le 30 janvier 2015 à 23h19
      Afficher/Masquer

      Merci Chevalier de cette mise au point, je ne le savais pas, mais je m’en doutais. Avez vous entendu parler de brother Nathanael, un drôle d’orthodoxe.
      https://www.youtube.com/watch?v=bgJc5ytTm6U


  16. Andrea Le 30 janvier 2015 à 17h04
    Afficher/Masquer

    L’école n’est pas là pour transmettre des valeurs.

    Elle n’est pas, ou ne doit pas être, une arme de propagande de l’Etat.

    Dans l’idéal, bien sur. Et les livres d’histoire…bon…l’idéal reste une abstraction. Mais un idéal quand même très proche de la position officielle de la France, républicaine (et non comme depuis plusieurs années ‘une démocracie’, adoption de terminologie USA), laic, et non-discriminatoire. Socialiste, en plus, sous Flamby (errr…) – officiellement elle refuse l’indoctrination style ex-Allemage de l’Est, Korée du Nord, écoles réligieuse comme en Arabie Saoudite, vilipendées, pas conforme!

    Sa mission est d’enseigner, d’offrir des outils, des compétences (lecture, calcul… etc.) de former, de faire passer, comprendre, etc. des contenus (chimie, géo..), d’orienter vers un travail, une profession (bcp contestent même cette fonction, mais perso OK..)

    C’est vrai qu’elle remplit une fonction sociale très forte en France, mais cette fonction est de gardiennage, de babysitting, d’occupation des enfants pour soulager les parents qui triment ou essayent de le faire. (Pareil dans bcp d’endroits.)

    Je répète un post précédent. On vise les plus faibles, les plus pauvres, ceux qui ont un statut bas – les intellos ont le droit à “Je ne suis pas Charlie.”


  17. sadsam Le 30 janvier 2015 à 18h53
    Afficher/Masquer

    Ces derniers jours, beaucoup de commentateurs ont cité ici “1984” et “Animal farm”. A relire donc, même si on les a déjà lus plusieurs fois.

    Je suggérerais pour ma part “LTI. La langue du troisième Reich” de Victor Klemperer,( le cousin du chef d’orchestre), publié en poche chez Albin Michel dans la collection Agora.
    Spécialiste de littérature française, Victor Klempererl avait été destitué de son poste à l’université de Dresde en 1935. Il avait été protégé de la déportation par un mariage mixte.
    Le titre original en allemand est “LTI – Notizbuch eines Philologen”.
    Après la guerre, il avait choisi de rester en RDA où il est mort en 1960.
    LTI, c’était pour “Lingua tertii imperii”. Le livre avait été publié en RDA tout de suite après la guerre, puis de nouveau à Lepzig en 1975. La traduction française date de 1996.
    Victor Klemperer a aussi rédigé son journal à partir de 1933, publié seulement en Allemagne en 1995.


  18. Marcel Le 30 janvier 2015 à 18h59
    Afficher/Masquer

    Condamner l’hystérie, mais dans tous les sens.

    Il est absurde, profondément absurde, d’invoquer Auschwitz parce qu’une ministre trouve insupportable le fait que des élèves soient incapables d’observer une minute de silence face à un drame qui émeut la nation et touche au coeur même de la démocratie, la liberté d’expression, et tout cela au nom de théories du complot basées sur l’incapacité mentale à accepter l’idée que des musulmans de banlieue puissent être des bourreaux et la France une victime, et au nom d’une absurde compétition victimaire entre minorités fortement nourrie par un conflit étranger.

    De même qu’il est absurde de monter en épingle la fameuse phrase de la par ailleurs insupportable Nathalie Saint-Cricq sur la nécessité de repérer ceux qui ne sont pas Charlie, parce que cette phrase n’implique que cette journaliste, d’une part et, d’autre part, parce que cette phrase est insignifiante de par l’insignifiance du slogan “Je suis Charlie” lui-même.

    Et de même que convoquer un enfant de 8 ans au commissariat est symptomatique d’un délire ambiant. Sauf qu’on finit par apprendre que c’est surtout le père lui-même qui était convoqué, en raison de la manière dont il se serait comporté au sein de l’établissement scolaire après que les propos de son fils y aient semé l’émoi, les forces de l’ordre reconnaissant avoir commis une maladresse en demandant au père de venir avec l’enfant (et on peut supposer qu’il y avait là de bonnes intentions pédagogique envers cet enfant). Une bonne manière de faire retomber l’hystérie, c’est d’attendre quelques jours avant de commenter l’actualité.

    Il y a un racisme ordinaire et des discriminations qui en découlent, en France comme partout dans le monde, surtout quand les temps se font durs. Il n’y a aucune politique officielle du gouvernement français visant à persécuter, encore moins à exterminer, une quelconque minorité religieuse ou ethnique. Les comparaisons avec la Shoah ou l’apartheid sont d’une stupidité et d’une indécence parfaitement répugnantes. Ce pays devient complètement cinglé. Qu’est-ce que ce sera quand on sera dans le même état que la Grèce ?


    • Balthazar Le 30 janvier 2015 à 20h51
      Afficher/Masquer

      Je vous comprends sur l’histoire du garçon de 8 ans, son papa, l’école et la police.
      Mais si vous comprenez pas ce billet sur “ici, il n’y a pas de pourquoi.” je vous invite vivement à lire le livre qui décrit ce système , de Primo Levi donc, le titre c’est ” Si c’est un homme” et je pense sincèrement que vous verrez alors toute la justesse du propos que moi j’ai vu dans ce billet.
      Merci à l’équipe de Diacrisis.


  19. Virgil Le 30 janvier 2015 à 20h03
    Afficher/Masquer

    Oui enfin c’est bien gentil ce fort bel article mais il ne faut pas se priver non plus de lire l’article de Noëlle Cazeneuve-Liberman sur le même site, rédigé dix jours avant les assassinats du 7 et 9 janvier.
    http://lmsi.net/Les-premiers-elements

    Enfin, c’est typique de LMSI, depuis toujours entre le n’importe quoi à œillères et le très juste original.


  20. Xuan Le 31 janvier 2015 à 00h30
    Afficher/Masquer

    Que le terrorisme serve de prétexte à la fascisation n’est pas quelque chose de nouveau.
    Najat V-B voudrait que l’école réponde à “une autre question” : interdire que certaines questions ne soient posées à l’école. Elle est peut-être candidate pour un remake des ‘sorcières de Salem’.

    En attendant avec ou sans terrorisme, on serre les boulons pour faire passer le pacte de responsabilité, la loi Macron et en douce le refinancement des banques pour investir…ailleurs.
    Un canard “irresponsable” devient le label de la France devant le monde entier, une publication soi-disant anarchiste est financée par le gouvernement et promotionnée par toutes les télés, journaux, commentateurs, bistrots, porte-revues, présentoirs de presse, devantures de magasins et de grandes surfaces.
    Et les ‘valeurs’ de liberté et de démocratie au nom desquelles tant de gens ont manifesté sont piétinées par ceux-là même qui avaient pris la tête des manifestants.
    Étonnant non?


  21. Serge Le 31 janvier 2015 à 07h36
    Afficher/Masquer

    Que les profs ne soient pas des gourous !
    Déjà qu’ils ne comprennent pas grand chose …alors ,obligeons les à transmettre seulement le très très peu qu’ils savent .


    • Serge Palestine Le 31 janvier 2015 à 21h34
      Afficher/Masquer

      Ce discours anti prof est détestable! (et,je n’en suis pas un…),si je comprends bien,vive l’ignorance !c’est exactement sur cela que ce sont appuyés tous les fascismes…


Charte de modérations des commentaires