Les Crises Les Crises
22.novembre.202122.11.2021 // Les Crises

Julian Assange : Une menace contre la guerre elle-même

Merci 27
Je commente
J'envoie

En sortant les réalités de la guerre de leur contexte public soigneusement élaboré, le fondateur de WikiLeaks est devenu un danger pour le statu quo politique du pays, écrit Robert Koehler.

Source : Consortium News, Robert C. Koehler
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Rassemblement de partisans d’Assange à Melbourne, en Australie, le 14 décembre 2010. (Flickr/Takver)

L’offre du Pentagone d’une « somme d’argent pour les condoléances » aux parents des 10 personnes (dont sept enfants) qui ont été tuées lors de la dernière frappe de drone américaine en Afghanistan – initialement déclarée juste et nécessaire – a un lien troublant avec les efforts actuels du gouvernement pour mettre la main sur le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, et le punir pour avoir révélé la vérité dérangeante de la guerre.

Vous savez, les trucs « confidentiels » – comme les membres d’équipage d’hélicoptères Apache qui riaient après avoir tué un groupe d’hommes dans une rue de Bagdad en 2007 (« Oh ouais, regardez ces salauds morts »), puis souriaient encore après avoir tué ceux qui avaient commencé à ramasser les corps, blessant ainsi plusieurs enfants qui se trouvaient dans la camionnette qu’ils venaient de faire sauter. Ce ne sont pas des choses que le public américain a besoin de savoir !

Au moment de la publication de cette vidéo, en 2010, Robert Gates, alors secrétaire à la Défense, a dénoncé le fait que le public voyait un fragment de la guerre contre le terrorisme « hors contexte ». Comme je l’ai écrit plus tard :

« Le ministère de la Défense est censé avoir un contrôle total sur le contexte ; sur le front intérieur, la guerre est à 100 % une affaire de relations publiques. Le rôle du public est d’être spectateur, consommateur de nouvelles orchestrées ; il peut regarder des bombes intelligentes larguées d’en haut et se faire dire que cela le protège du terrorisme et répand la démocratie. C’est le contexte. »

Le crime d’Assange a été de collaborer avec des lanceurs d’alerte pour exposer des données cachées et perturber ce contexte. En l’espace d’une décennie, WikiLeaks a publié quelque 10 millions de documents secrets, soit plus que le reste des médias du monde réunis, selon une vidéo de Progressive International.

C’est cette organisation qui a lancé le Tribunal Belmarsh, qui exige qu’Assange soit libéré de la prison britannique et ne soit pas extradé vers les États-Unis. Le tribunal, qui s’inspire du tribunal organisé en 1966 par Bertrand Russell et Jean-Paul Sartre pour tenir les États-Unis responsables de leurs actions au Vietnam, juge le pays pour ses crimes de guerre du XXIe siècle.

Menace sur l’abstraction de la guerre

Julian Assange en 2014. (David G Silvers, Wikimedia Commons)

Le désespoir du gouvernement à extrader, essayer et essentiellement à se débarrasser d’Assange est profondément compréhensible. Il est une menace pour la guerre elle-même – c’est-à-dire pour l’abstraction de la guerre, c’est-à-dire la « défense nationale », qui réclame mille milliards de dollars par an de financement inconditionnel (et toujours croissant) et qui s’installe dans la conscience publique comme un état de fait.

En pénétrant les réalités de la guerre et en la sortant de son contexte public soigneusement orchestré, en rendant publiques ses horreurs brutes, il est devenu un danger pour le statu quo politique du pays.

A tel point, en fait, que : « En 2017, rapportait Yahoo ! News il y a un mois, alors que Julian Assange entamait sa cinquième année terré dans l’ambassade d’Équateur à Londres, la CIA a comploté pour kidnapper le fondateur de WikiLeaks, suscitant un débat passionné parmi les responsables de l’administration Trump sur la légalité et la praticabilité d’une telle opération. »

« Certains hauts responsables au sein de la CIA et de l’administration Trump ont même discuté de tuer Assange, allant jusqu’à demander des « scénarios » ou des « options » sur la façon de l’assassiner. Des discussions sur l’enlèvement ou le meurtre d’Assange ont eu lieu « aux plus hauts niveaux » de l’administration Trump, a déclaré un ancien haut responsable du contre-espionnage. Il ne semblait y avoir aucune limite. »

Le désastre connu sous le nom de guerre du Vietnam qui s’est terminé dans la disgrâce des États-Unis – qui devait se terminer parce que les propres troupes du pays s’étaient retournées contre eux en grand nombre – a conduit à quelque chose appelé le « syndrome du Vietnam », un dégoût du public pour la guerre elle-même. Quel inconvénient pour le gouvernement, qui était toujours engagé dans sa Guerre froide avec les communistes mais ne pouvait mener que des guerres par procuration, par exemple au Nicaragua, où les contras devaient faire le sale boulot.

Des soldats américains brûlent des huttes de paille à My Tho, au Vietnam, le 5 avril 1968. (Spécialiste de l’armée de Terre de quatrième classe Dennis Kurpius/Wikimedia Commons)

Enfin, en 1991, alors que George H. W. Bush lançait la première guerre du Golfe en Irak, il déclarait : « Par Dieu, nous avons mis fin au syndrome du Vietnam une fois pour toutes. »

Les États-Unis étaient enfin libres de militariser à nouveau leur propagande, c’est-à-dire de répandre la démocratie dans le monde à l’aide de bombes et de balles. L’Union soviétique s’étant effondrée et la Guerre froide ayant pris fin, il fallait trouver un nouvel ennemi, mais cela ne posait aucun problème. Une décennie plus tard, Bush Jr. a lancé la guerre contre le terrorisme et les guerres sans fin du XXIe siècle ont commencé.

Et elles étaient bonnes.

Elles étaient bonnes tant que le ministère de la Défense contrôlait leur contexte. Assange, en défiant toutes les restrictions sur la vérité et en révélant les réalités brutes de ces guerres – les mensonges, l’enfer – pouvait donner vie aux statistiques de la guerre, par ex :

« Au moins 801 000 personnes ont été tuées par la violence directe de la guerre en Irak, en Afghanistan, en Syrie, au Yémen et au Pakistan », selon le projet Costs of War [Coût de la guerre, NdT] de l’université Brown. « Le nombre de personnes qui ont été blessées ou sont tombées malades à la suite de ces conflits est bien plus élevé, tout comme le nombre de civils qui sont morts indirectement à la suite de la destruction d’hôpitaux et d’infrastructures et de la contamination de l’environnement, entre autres problèmes liés à la guerre. »

Et :

« Des millions de personnes vivant dans les zones de guerre ont également été déplacées par la guerre. Les guerres menées par les États-Unis après le 11 Septembre ont déplacé de force au moins 38 millions de personnes en Afghanistan, en Irak, au Pakistan, au Yémen, en Somalie, aux Philippines, en Libye et en Syrie. Ce nombre dépasse le total des personnes déplacées par toutes les guerres depuis 1900, à l’exception de la Seconde Guerre mondiale. »

Le gouvernement américain s’est excusé pour 10 de ces décès, et seulement – seulement ! – parce que l’incident a fait l’objet d’une enquête et a été porté à l’attention du public.

Robert Koehler est un journaliste primé, basé à Chicago, écrivain syndiqué au niveau national et auteur de Courage Grows Strong at the Wound (2016). Contactez-le ou visitez son site Web à l’adresse commonwonders.com.

Source : Consortium News, Robert C. Koehler, 25-10-2021

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 22.11.2021 à 09h38

On voit dans ce texte que les puissances occidentales ne s’offusquent que quand on révèle au monde leurs exactions et crimes, pourquoi parce que cela révèle à des populations qu’en leur noms sont commis les pires crimes et qu’au prochain attentat ils se demanderont peut être un jour si ce n’est pas le fruit de ce que leur gouvernement à commis ailleurs.

Ce qui pourrait déboucher à ce qui est justement arrivé lors de la guerre du Vietnam quand les citoyens ont demandé que cela cesse car leur propre responsabilité était engagée par leur gouvernement et que ne pas savoir n’était pas une excuse, comme ont l’avait déjà vu pendant la seconde guerre mondiale où certains disaient qu’ils ne savaient pas ce qui les exonéraient des monstruosité de leurs dirigeants.

on ne sait pas les crimes mais on sait qu’un gouvernement détruit des pays et après on s’étonne que le notre vient à souffrir en retour, il est clair que des pays jouant sur cette ignorance feront tout pour que la vérité n’éclabousse pas ces citoyens ce qui les mettrait au pied du mur d’agir, Tant que nous ne savons pas et ne cherchons pas à savoir on garde les mains propres est facile et commode je ne dis pas que l’on pourra changer quelque chose mais l’hypocrisie est le pire.

Einstein disait : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. »

5 réactions et commentaires

  • Fabrice // 22.11.2021 à 09h38

    On voit dans ce texte que les puissances occidentales ne s’offusquent que quand on révèle au monde leurs exactions et crimes, pourquoi parce que cela révèle à des populations qu’en leur noms sont commis les pires crimes et qu’au prochain attentat ils se demanderont peut être un jour si ce n’est pas le fruit de ce que leur gouvernement à commis ailleurs.

    Ce qui pourrait déboucher à ce qui est justement arrivé lors de la guerre du Vietnam quand les citoyens ont demandé que cela cesse car leur propre responsabilité était engagée par leur gouvernement et que ne pas savoir n’était pas une excuse, comme ont l’avait déjà vu pendant la seconde guerre mondiale où certains disaient qu’ils ne savaient pas ce qui les exonéraient des monstruosité de leurs dirigeants.

    on ne sait pas les crimes mais on sait qu’un gouvernement détruit des pays et après on s’étonne que le notre vient à souffrir en retour, il est clair que des pays jouant sur cette ignorance feront tout pour que la vérité n’éclabousse pas ces citoyens ce qui les mettrait au pied du mur d’agir, Tant que nous ne savons pas et ne cherchons pas à savoir on garde les mains propres est facile et commode je ne dis pas que l’on pourra changer quelque chose mais l’hypocrisie est le pire.

    Einstein disait : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. »

  • Lev // 22.11.2021 à 10h22

    Ce qu est tendance et fait la une de la presse et la trame de beaucoup de discours politiques est l’histoire de cette joueuse de tennis chinoise.

    • Fabrice // 22.11.2021 à 10h54

      Oui vous avez raison pendant ce temps personne ne demande à voir l’état de Assange, deux poids deux mesures.

  • RGT // 24.11.2021 à 10h45

    Il faudrait qu’un cour internationale « hors sol » parvienne à « exfiltrer » les décideurs qui ont provoqué ces conflits (politiques,, mais aussi industriels et financier surtout) et les traduise devant un tribunal dans lequel l’accusation serait menée par les victimes de ces conflits.

    Puis que tous les avoirs des inculpés soient saisis pour indemniser les victimes, mais aussi que la population du pays agresseur doive mettre la main au porte-monnaie pour compléter les indemnisations.
    Peine assortie d’un incarcération dans un bagne de type Cayenne de la « bonne époque » pour qu’ils apprennent réellement la « vraie vie » dans laquelle les « gueux » doivent bosser jusqu’à la mort même si ils ne veulent pas.

    Sachant que le porte-monnaie est de loin la préoccupation la plus importante des humains, très loin devant le respect d’autrui et la vie de populations lointaines, j’ai la certitude que la majorité ne verrait plus les actions « bienveillantes » de leurs dirigeants d’un très bon œil.

    Si la population comprend qu’une « guerre juste » (directe ou par proxy interposé) entraînera ensuite des contraintes financières monumentales elle ne verra plus les conflits de la même manière.

    Et cerise sur le gâteau : Les indemnisations des victimes devront être payées en OR, ce qui évitera que le pays agresseur ne fasse tourner la planche à billets pour dédommager les victimes.

    Ce serai le pays agresseur qui retournerait à l’âge de pierre, pas la victime.

    • Grd-mère Michelle // 24.11.2021 à 14h01

      Tant qu’on fabriquera des armes et des munitions, dans n’importe quel pays, il faudra qu’on s’en serve, non pas contre tels ou tels « ennemis », mais pour remplir les poches des actionnaires des entreprises qui les fabriquent.
      L’épouvantable déséquilibre social et environnemental qui caractérise notre société de consommation est provoqué par l’absurdité du système économique, qui s’impose par la force et la propagande(publicité), avec la complicité des politiques.
      Nécessité pour les citoyen-ne-s de refuser explicitement de participer à cette œuvre de destruction en organisant une solidarité internationale en faveur de la PAIX.
      SORTIE DE L’OTAN pour tous les pays/membres de l’UE et établissement de plans de reconversion des industries de l’armement.

  • Afficher tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires

Et recevez nos publications