Source : France Culture, le 27 septembre 2016.

Le régime saoudien sent le soufre. La France a-t-elle intérêt à maintenir sa relation privilégiée avec l’Arabie Saoudite ?

as

Les relations entre Paris et Ryad se sont accélérées sous la présidence de François Hollande• Crédits : CHRISTOPHE ENA – AFP

14 000 signatures dans un pays qui compte 28 millions d’habitants, c’est peu. Mais 14 000 signatures au bas d’une pétition appelant à traiter les femmes comme des citoyens à part entière, c’est déjà beaucoup pour un pays comme l’Arabie Saoudite. Le texte appelle plus précisément à abolir le système de tutorat qui impose aux femmes d’être chaperonnées pour voyager, travailler ou encore se soigner : signe que les mentalités sont peut-être en train d’évoluer, doucement, dans cette monarchie pétrolière.

Mais il en faudra bien davantage pour considérer ce pays comme un allié tout à fait présentable. En Arabie Saoudite, les droits humains sont régulièrement bafoués. Exécutions arbitraires, tortures, discriminations religieuses, répression contre les dissidents : gare à celles et ceux qui ne respectent pas la loi saoudienne. Loi islamique (cela va de soi), qui se caractérise par son haut niveau d’intolérance. C’est cette vision de l’Islam, le salafisme, qui alimente, avec des nuances bien sûr, des groupes comme Daech. Il ne s’agit pas de dire que l’Arabie Saoudite fournit des bombes aux terroristes. Mais elle leur donne des armes idéologiques, une certaine vision du monde, dans laquelle les mécréants n’ont pas leur place. Il y a quelques jours, l’Institut Montaigne publiait un rapport sur l’islam français, avec entre autres préconisations pour lutter contre les influences extérieures : revoir notre politique étrangère à l’égard des régimes wahhabites. La revoir, sans doute, mais jusqu’où ? Jusqu’à la rupture ?

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

25 réponses à L’Arabie Saoudite est-elle infréquentable ?

Commentaires recommandés

blue rider Le 13 octobre 2016 à 00h42

Cette émission oublie évidemment l’essentiel : l’Arabie Saoudite se livre à un massacre au Yemen parmi les civils de la capitale Sanaa… qui n’entraîne aucune réaction de notre diplomatie pourtant très en colère contre la Russie et la Syrie pour des accusations similaires à propos de la réduction de la poche terroriste de Alep. Pire, notre “diplomatie” va même jusqu’à dénoncer l’aide de l’Iran aux Houthis. Et personne ne parle du détroit de Bab el Mandeb, dont le contrôle menacé par la rebellion Houthi, est vital pour les pétroliers qui ravitaillent l’Occident avec le brut saoudien… examiner la géopolitique du GAZ NATUREL permet de comprendre Libye Syrie et Ukraine, et la géopolitique du PETROLE BRUT celle du Yemen. Nous ne le répéterons jamais assez.

  1. blue rider Le 13 octobre 2016 à 00h42
    Afficher/Masquer

    Cette émission oublie évidemment l’essentiel : l’Arabie Saoudite se livre à un massacre au Yemen parmi les civils de la capitale Sanaa… qui n’entraîne aucune réaction de notre diplomatie pourtant très en colère contre la Russie et la Syrie pour des accusations similaires à propos de la réduction de la poche terroriste de Alep. Pire, notre “diplomatie” va même jusqu’à dénoncer l’aide de l’Iran aux Houthis. Et personne ne parle du détroit de Bab el Mandeb, dont le contrôle menacé par la rebellion Houthi, est vital pour les pétroliers qui ravitaillent l’Occident avec le brut saoudien… examiner la géopolitique du GAZ NATUREL permet de comprendre Libye Syrie et Ukraine, et la géopolitique du PETROLE BRUT celle du Yemen. Nous ne le répéterons jamais assez.


  2. blue rider Le 13 octobre 2016 à 00h50
    Afficher/Masquer

    l’Arabie n’est pas destabilisée. Simplement, elle n’a plus un rond car ses oligarques dépensent sans compter et que la campagne de prix bas lancée par WAshington et Riyad contre la Russie, le Venezuela et surtout l’Iran, a fini par se retourner contre eux, car les pays visés ont une gestion plus bourgeoise de leurs avoirs, et plus prudente compte tenu de l’adversité internationale qui les frappe depuis des dizaines d’années.


    • Ovuef2r Le 13 octobre 2016 à 06h56
      Afficher/Masquer

      Le budget n’est plus équilibré mais la cassette royale a de quoi le maintenir à flot encore un looong moment….
      Et les intérêts de la France ne sont pas forcément les intérêts de ses dirigeants. Tout homme a un prix, une faiblesse que l’argent peut combler. Avec le temps on peut penser que les Saoudi sont maîtres à ce jeu là. A part peut être avec les yéménites qui les côtoient depuis des siècles et connaissent leur vraies valeurs et origines…


      • Chris Le 13 octobre 2016 à 09h53
        Afficher/Masquer

        L’affinité entre les cow-boys et les camel-boys est évidente. Même coeur de métier : pillages génocidaires et corruption massive.
        La France a perdu tout le crédit engrangé par la politique gaulliste. Tant pis pour elle.
        Je doute qu’elle se relève de la médiocrité de sa classe politique et de la rapacité de son oligarchie apatride. Elle a déjà -volontairement- disparu aspirée dans le malstrom de l’Union Européenne/OTAN.


    • Linder Le 13 octobre 2016 à 07h58
      Afficher/Masquer

      Beaucoup disent que les bas prix du pétroles sont une décision politique de Washington, mais je n’ai jamais vu de documents pour prouver une telle décision. On trouve aussi la version selon laquelle Riyad s’en prendrait à Washington pour tuer le pétrole et le gaz non conventionnel sans plus de preuve. Comment choisir ?

      En fait, il faut comprendre une réalité économique : il y a de très nombreux producteurs de pétrole et produits semblables. Ils savent tous que s’ils baissent ensemble la production, les cours remontent et que leurs profits augmentent bien plus encore. Mais ils savent aussi qu’un tel accord est très peu probable à court terme. Ils se disent alors, chacun dans son coin, qu’une hausse de leur production n’affectent pas à elle seule les cours mondiaux mais augmente leurs rentrées d’argent frais. Ils font tous le même raisonnement, chacun isolément, et donc le résultat global est néfaste à tous. Cela se décrit très bien en théorie des jeux.

      Pas besoin de supposer que les États-Unis demandent à ses partenaires et à ses propres entreprises de se tirer une balle dans le pied. En fait, cette théorie selon laquelle Washington contrôlerait les prix du brut est irréaliste.


  3. jp Le 13 octobre 2016 à 02h07
    Afficher/Masquer

    apparemment les travailleurs indiens ne sont pas des Hommes, je n’ai pas entendus parler d’eux dans “les droits de l’Homme”. Si ‘l’Inde n’était intervenue pour les secourir c’est environ 10 000 qui seraient morts de faim dans les camps de travailleurs étrangers
    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/07/31/97002-20160731FILWWW00053-l-inde-va-nourrir-des-milliers-de-travailleurs.php

    La famille des Saoud ne travaille pas, sauf dans le business, ce sont des pauvres d’autres pays qui font les plus durs boulots, encadrés par des étrangers de pays moins pauvres (par ex des Français).

    Alors que des Saoudiennes conduisent et fassent des études et des affaires, c’est une avancée Ok mais on n’est pas encore à obtenir des droits syndicaux et sociaux minimum pour les tous travailleurs, y compris les domestiques souvent réduites à l’état d’esclaves de ces dames qui ont eu l’honneur de venir au Sénat.


  4. Pierre Le 13 octobre 2016 à 02h47
    Afficher/Masquer

    Il n’y a guère que Pierre Conessa qui émet des opinions à peu près pertinentes. Nathalie Goulet semble soit faire partie des bisounours, soit faire partie de l’hypocrisie occidentale qui s’accommode de l’ Arabie Saoudite au nom d’intérêts économiques. La volonté des Saoudiens de changer d’image dont parle Agnès Levallois me parait être une simple posture médiatique de la part d’une oligarchie religieuse dont le but premier et essentiel est de ne surtout pas perdre le pouvoir. C’est le pays de “la réforme immobile”” comme dit Pierre Conessa. Je suis attristé de voir que deux femmes soient les plus optimistes sur les possibilités d’évolution de cette société moyen-ageuse. Ces deux dindes se masturbent l’intellect en pensant que cette société va évoluer par elle-même, tant que nous nous (la France) coucheront devant l’argent (cad la capacité de production énergétique) de l’Arabie Saoudite et du Qatar.


    • jp Le 13 octobre 2016 à 08h16
      Afficher/Masquer

      c’est assez clair au vu de la fiche Wikipédia de la sénatrice Nathalie Goulet, elle s’accommode de beaucoup de pays “au nom d’intérêts économiques” :

      “En septembre 2015, dans une interview, Nathalie Goulet réaffirme ses liens forts avec l’Azerbaïdjan et le soutien qu’elle lui apporte, estimant que, même si le régime a certains aspects peu démocratiques, ce n’est pas une raison de s’abstenir de faire du commerce avec le pays, pas plus que les reproches qu’on peut faire à la Chine ou à l’Arabie saoudite en matière de droits de l’homme n’empêchent de commercer avec elles. ”

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Nathalie_Goulet#Azerba.C3.AFdjan_et_Arm.C3.A9nie

      Donc tout va bien puisqu’on peux faire du bizness ! dixit une élue d’un pays prétendument “des droits de l’Homme”


    • Pierre Le 13 octobre 2016 à 10h55
      Afficher/Masquer

      Me relisant, je me dois de rectifier le début de mon propos: Pierre Conessa est tout à fait pertinent. Mea Culpa.


  5. Nerouiev Le 13 octobre 2016 à 05h50
    Afficher/Masquer

    Soyons modestes, combien de temps à-t-il fallu au pays des Droits de l’Homme pour que la femme accède au droit de vote et d’être élue ? Ce n’est pas si vieux que ça. Si on regarde l’aboutissement oligarchique de l’Occident actuel, il semblerait bien que ce pays soit un modèle. Je plaisante bien sûr. Mais les grandes richesses de ce pays ne sont que peu partagées, en Occident pareil. Les riches peuvent à la fois mener une vie de dépravé et mener une guerre au nom des Droits de l’Homme ; chez les Saouds, pareil au nom de la pureté du salafisme. Et ceci souligné par quelques gratfications à l’ONU ou à la légion d’honneur.
    Bref, on ne voit pas très bien ce qu”on pourrait améliorer humainement parlant. A moins qu”on ne se soit complètement planté.


    • RGT Le 15 octobre 2016 à 11h41
      Afficher/Masquer

      Je vous signale quand-même que la Turquie a donné le droit de vote aux femmes en 1930 et l’éligibilité en 1934

      La France l’a accordé en… 1944, soit 14 ans plus tard.

      Bref, tout va pour le mieux au pays des “droits de l’Homme“, les turcs sont des barbares.


  6. J Le 13 octobre 2016 à 08h00
    Afficher/Masquer

    Sans aller jusqu’à la rupture, on devrait pouvoir leur mettre plus de pression, parler davantage de Raif Badawi, par exemple, au moins autant qu’on parlait des dissidents soviétiques au temps de l’URSS, ou des militants de la cause noire aux USA. https://fr.wikipedia.org/wiki/Raif_Badawi


  7. Catalina Le 13 octobre 2016 à 08h43
    Afficher/Masquer

    “Dans sa lutte contre le terrorisme, l’Occident mène la guerre contre l’un tout en serrant la main de l’autre. Mécanique du déni, et de son prix. On veut sauver la fameuse alliance stratégique avec l’Arabie saoudite tout en oubliant que ce royaume repose sur une autre alliance, avec un clergé religieux qui produit, rend légitime, répand, prêche et défend le wahhabisme, islamisme ultra-puritain dont se nourrit Daesh.”

    http://www.nytimes.com/2015/11/21/opinion/larabie-saoudite-un-daesh-qui-a-reussi.html?_r=0


  8. Toff de Aix Le 13 octobre 2016 à 09h10
    Afficher/Masquer

    La décision de l’Opep, dont le chef de file est quand même cette chère Arabie saoudite, de diminuer la production de brut de façon à faire remonter les cours, prouve bien l’échec de leur stratégie d’attaque financière sur la Russie et l’iran. Attaque téléguidée, une fois de plus, par les Usa, et initialement destinée à priver l’ours Russe et son allié iranien, pays faisant partie des premiers producteurs de pétrole au monde, de précieuses devises, de façon à asphyxier leur économie.
    Stratégie ratée donc, et en cela cette dynastie maudite des Seoud suivra le tragique destin de son “allié” les Usa : les States s’effondrent sur plusieurs niveaux (économique, societal, militaire…), les Seoud font de même. Ils sont indissociablement liés dans la même dynamique de reconfiguration géopolitique.


  9. Damien Le 13 octobre 2016 à 09h32
    Afficher/Masquer

    Ils ne fournissent pas de bombes aux terroristes? Vraiment? Ce commentaire est bien naïf. A tout le moins, ils fournissent les dollars pour les acheter ce qui est la même chose. Non?


  10. pepeben Le 13 octobre 2016 à 09h43
    Afficher/Masquer

    Que pensez-vous de cette suite d’événement ?

    09/09/2016 le congres américain autorise les familles a poursuivre l’Arabie saoudite
    29/09/2016 Accord de l’opep pour baisser la production de pétrole
    01/10/2016 premiere requête lancée par les familles du 11/09 contre l’Arabie saoudite
    10/10/2016 La Russie est prête à se joindre aux mesures de l’opep pour limiter la production
    10/10/2016 La Russie et la Turquie ont signé un accord intergouvernemental sur la construction du gazoduc Turkish Stream

    ….a suivre….


  11. francois Marquet Le 13 octobre 2016 à 09h58
    Afficher/Masquer

    Puisque une des raisons de l’infréquentabilité de l’Arabie saoudite est son soutien aux jihadistes qui opèrent en Syrie, parlons en:
    -un bon article du Figaro par un colonel de réserve dirigeant une entreprise d’intelligence stratégique:
    http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/10/11/31002-20161011ARTFIG00146-caroline-galacteros-la-decision-de-vladimir-poutine-humilie-la-diplomatie-francaise.php
    -un témoignage d’une journaliste britannique vivant sur le terrain:
    https://www.youtube.com/watch?v=R87yEY_s2xk&feature=youtu.be


  12. Arcousan09 Le 13 octobre 2016 à 10h13
    Afficher/Masquer

    Mais oui !!!!! l’Arabie est fréquentable.
    Elle présente tous les gages d’un pays “démocratique”, “pacifique”, “non violent” car elle est bourrée de fric
    Comme chacun le sait dans notre société “humaniste” le seul critère valable c’est le fric.
    Le fric ça se respecte
    Peu importent les décapitations,l’esclavage, la perte des libertés des travailleurs étrangers, la lapidation des femmes, le soutien en sous-marin des illuminés de l’islamisme radical, le massacre voire le génocide des Yéménites
    Le fric est vénérable
    Regardez donc les courbettes serviles de notre président devant les enturbannés, il va bientôt leur vendre la tour Eiffel et le château de Versailles, il a même poussé la servilité jusqu’à décerner la légion d’honneur à l’un de ces “humanistes”
    Qui sait s’il ne va pas se convertir et troquer con costume cravate contre une djellaba pour être mieux considéré et obtenir davantage de bon fric

    Diderot et les Lumières ….. AU SECOURS …..


  13. Macarel Le 13 octobre 2016 à 10h20
    Afficher/Masquer

    Ben évidemment que c’est la géopolitique du gaz et du pétrole qui est à l’origine de tous ces conflits.

    http://yetiblog.org/index.php?post/2020

    http://www.courrierinternational.com/article/russie-turquie-moscou-et-ankara-remettent-les-gaz

    http://www.liberation.fr/planete/2002/01/05/sous-le-conflit-afghan-des-pipelines_389449

    La Russie ne Poutine n’est plus un partenaire “convenable” pour les oligarques occidentaux, donc l’on sort les engins de mort, et l’on frise le conflit mondial.

    Tout le reste, toutes les larmes de crocodile versées dans les médias sur le sort des victimes civiles, ce n’est que de la manipulation des opinions pour faire accepter ces guerres à caractère néo-colonial.

    Des gens qui appliquent depuis plus de 30 ans des politiques économiques ultra-libérales, qui détruisent les sociétés ( et en passant la planète…), ne peuvent être des humanistes. Ils avancent masqués derrière le paravent des “Droits de l’Homme” (et des COPs : COP21, COP22…), mais ils ne défendent avant tout que leurs intérêts de classe bien compris. S’il faut pactiser pour cela avec des régimes aussi peu démocratique que l’Arabie Saoudite, ils n’hésitent pas une seconde, comme ils soutinrent jadis la junte de Pinochet, contre un Allende légalement élu. C’est dans ce contexte que notre Président “socialiste” est allé recevoir le pris “d’homme d’état de l’année” quasiment des mains de Henry Kissinger…


    • Macarel Le 13 octobre 2016 à 10h25
      Afficher/Masquer

      Kissinger, qui fut le principal maître d’oeuvre US du renversement du SOCIALISTE Allende.

      Notre président, n’a-t-il vraiment aucune mémoire historique ?

      https://www.youtube.com/watch?v=SRrs48X09rM

      Plus prosaïquement, il se range du côté du plus fort. Il n’est qu’à la tête d’un Etat vassal de l’Empire washingtonnien.


  14. Deres Le 13 octobre 2016 à 10h32
    Afficher/Masquer

    La triste réalité est que notre pouvoir est totalement acheté et corrompu par les pays du Golfe via leurs politiques d’achat …
    Il faut bien comprendre que nos hommes politiques leur doivent d’innombrables services. Quand ils sont dans une situation inextricable, c’est bien souvent les pays du Golfe qui viennent à leur secours.

    On vante par exemple en permanence les talents de marchand d’arme de LeDrian, mais n’avons nous pas vendu notre libre arbitre avec ces contrats ? L’Egypte n’avait pas vraiment besoin des Mistral, mais ce sont les saoudiens qui payent, sortant une épine enfoncée très profond dans le pied du président Hollande. Un vrai service personnel ! Les achats de Rafale à l’étranger étaient surtout indispensables pour que le gouvernement établisse son budget, car en leur absence l’armée de l’air devait honorer ses commandes de 11 exemplaires par an, soit plus d’un milliard d’euros.

    Il semble donc que la plupart de ces contrats soient également des “pactes avec le diable”. Pour un gain, certes importants, à court terme, on devient leur obligé à long terme. Cette relation de vassalité se ressent très fort dans notre diplomatie actuelle.


  15. Viriato Le 13 octobre 2016 à 11h24
    Afficher/Masquer

    Totalement d’accord avec Macarel. La géopolitique du pétrole et du gaz domine la majorité des aspects des relations internationales. J’y ajouterais seulement le contrôle de la monnaie de référence.

    Inutile donc de développer l’influence déterminante de la guerre pour le contrôle des hydrocarbures, ou leur acheminement, dans le déclenchement des guerres civiles au Vénézuela, en Afghanistan, en Algérie, en Lybie, en Ukraine et aujourd’hui en Syrie. Sans même parler des coups d’Etat en Iran ou en Irak.

    Notre complaisance à l’égard des pétromonarchies s’inscrit pleinement dans ce cadre.

    Par conséquent, je rejoins un commentaire précédent (malheureusement effacé depuis ce matin) qui reprochait gentiment à ce blog de ne pas couvrir la bataille d’Alep en Syrie. C’est en effet dommage car la propagande de guerre est repartie de plus belle http://www.marianne.net/nos-larmes-alep-100246857.html
    et cette affaire risque de nous emmener au bord de l’abîme.


  16. Viriato Le 13 octobre 2016 à 11h38
    Afficher/Masquer

    Pour faire suite à mon commentaire précédent, un autre sujet me paraît de nature à influencer nos relations avec les pétromonarchies. Il s’agit du rapprochement Turquie-Russie avec en point d’orgue, la signature du Turk Stream http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/10/revoila-le-duo-de-la-mer-noire.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

    Ce projet se pose en concurrent du gazoduc qatari sensé approvisionner l’Europe en passant par … la Syrie. La boucle est bouclée.

    Il faudra surveiller le comportement de notre presse aux ordres dans son traitement de la situation en Turquie.

    J’en profite pour remercier Olivier pour la qualité de ce blog que je lis quotidiennement depuis 3 ans.


  17. Jean-Paul B. Le 13 octobre 2016 à 13h46
    Afficher/Masquer

    Si la Turquie devient partenaire de la Russie, je subodore que notre “presse de révérence” va commencer à dénoncer les atteintes à la liberté et à la démocratie de ce “tyran” d’Erdogan.
    Je suggère de lire leur prose d’il y a 6 mois à propos d’Erdogan, lorsqu’il était toujours “notre allié”, pour en faire un test de la confiance que l’on peut accorder à ces “journalistes”.
    A propos de la Syrie, ce matin à l’émission “Les matins” sur France Culture, le “journaliste du Monde qui suit la situation en Syrie et basé au Liban, a reconnu que ses “informations” lui parvenaient de sources non vérifiables, mais qui lui semblaient sérieuses. En quelques mots il a tout dit!!!


  18. Julie Le 13 octobre 2016 à 21h08
    Afficher/Masquer

    Tout est là, mais Hollande et Ayrault doivent pas lire l’anglais
    http://www.washingtonsblog.com/2015/02/al-qaedas-bookkeeper-spills-beans.html


Charte de modérations des commentaires