Source : Sarah Almukhtar, The New York Times, 25-05-2017

Le nombre de civils tués par les frappes aérienne états-uniennes en Irak et en Syrie est monté en flèche cette année, alors que les efforts visant à reprendre les bastions de l’État islamique se sont intensifiés et que certaines procédures de validation des raids aériens ont été modifiées.

Comparaison des estimations du nombre de décès civils susceptibles d’avoir été causés par des frappes aériennes de la coalition conduite par les États-Unis.
Le New York Times. Sources : Airwars (nombre de décès civils au 1er avril) ; U.S. Central Command. Commentaires : Environ 5% des données de Airwars proviennent des frappes aériennes américaines unilatérales ciblant des groupes autres que l’État islamique, al-Qaïda compris. CENTCOM n’a pas fourni de dates pour 80 décès civils confirmés supplémentaires ; ces décès ne sont pas pris en compte dans le graphique.

Les données recensées par Airwars, un groupe à but non lucratif qui suit les rapports concernant les décès civils en Irak et en Syrie, ont montré une hausse significative du nombre de décès rapportés durant le premier trimestre de 2017.

L’armée a récemment confirmé que les raids aériens américains ont causé au moins 352 décès (de) civils depuis le début de la guerre contre l’État Islamique. Mais Airwars a estimé que le total était huit fois plus élevé. Le groupe a constaté qu’au moins 3 100 civils ont été tués par des frappes américaines d’août 2014 à mars 2017.

Une grande partie de l’augmentation du nombre de décès apparaissant dans les données de Airwars a coïncidé avec les opérations visant à reprendre Mossoul (Irak), la plus grande forteresse de l’État islamique, et Raqqa (Syrie), sa capitale.

L’augmentation a également conduit certains groupes de défense des droits de l’homme à se demander si les changements dans la procédure en sont responsables. En décembre, sous le président Barack Obama, des conseillers américains et alliés sur le terrain ont été autorisés à faire appel à des raids aériens en Irak sans l’approbation d’un centre d’opérations. Le président Trump a également transféré plus d’autorité au Pentagone pour les opérations militaires.

Lama Fakih, directrice adjointe du Proche-Orient à Human Rights Watch, a déclaré dans un communiqué que « rendre plus facile l’appel à des raids aériens augmentera quasi nécessairement le nombre de civils blessés ou tués. »

Mais les responsables américains ont déclaré que les règles protégeant les civils n’avaient pas changé, et que le processus actuel d’approbation des frappes aériennes permettait au soutien aérien d’atteindre plus rapidement les troupes irakiennes sur le terrain. Ils indiquent Mossoul, Raqqa et d’autres opérations récentes pour expliquer l’augmentation des rapports de décès de civils.

Le New York Times | Source : Conflict Monitor par IHS Markit (zones de contrôle à compter du 3 avril)

Airwars a également identifié des épisodes « contestés » supplémentaires qui ont entraîné 2 700 morts de civils. Ce sont des événements dans lesquels les raids aériens dirigés par les Américains ont probablement joué un rôle dans les décès.

Les attaques aériennes russes qui ont frappé les zones rebelles en Syrie depuis 2015, sont probablement responsables de milliers de décès civils, selon une analyse préliminaire d’Airwars.

Mais indépendamment du nombre total de décès de civils, plusieurs anciens responsables de la sécurité américains ont récemment écrit une lettre pour avertir le ministre de la Défense, Jim Mattis, que les pertes civiles involontaires « peuvent causer des contraintes stratégiques significatives » en réduisant la coopération locale et en alimentant la propagande militante.

L’offensive de Mossoul

On pense qu’environ un million de civils vivaient à Mossoul lorsque les opérations pour reprendre la ville, la deuxième la plus peuplée d’Irak et la plus grande à être tombée sous le contrôle de l’État islamique, ont commencé en octobre. À l’époque, les responsables irakiens encourageaient les résidents à ne pas fuir la ville.

La grande majorité des décès de civils se sont produits après que les forces irakiennes sont entrées dans le terrain urbain dense des quartiers ouest de la ville, à la mi-février. Plus d’un millier de morts ont été signalés en mars.

Morts de civils sous des bombardements
dont les attaques aériennes de la coalition américaines et/ou d’autres groupes sont très probablement responsables
Le New York Times. Sources : Airwars (pertes civiles) ; OpenStreetMap et ses contributeurs. N.B. Le nombre total de décès de civils comprend des rapports confirmés, crédibles et contestés.

Au fur et à mesure que les forces irakiennes avancent, leurs demandes de bombardements aériens doivent être approuvées par le commandement américain. Mais l’état islamique aurait rassemblé des civils dans des bâtiments pour augmenter le potentiel de pertes civiles lorsque leurs militants sont ciblés.

L’offensive sur Raqqa

Des combattants

[…]

Suite à lire : Sarah Almukhtar, The New York Times, 25-05-2017

21 réponses à Les frappes aériennes états-uniennes sur l’Etat islamique ont tué des centaines, voire des milliers de civils, par Sarah Mukhtar

Commentaires recommandés

Georges Clounaud Le 08 juillet 2017 à 06h55

Quelqu’un peut-il transmettre cette article à Raphaël Glucksmann? D’avance merci.

  1. Georges Clounaud Le 08 juillet 2017 à 06h55
    Afficher/Masquer

    Quelqu’un peut-il transmettre cette article à Raphaël Glucksmann? D’avance merci.


    • Caliban Le 08 juillet 2017 à 11h24
      Afficher/Masquer

      Yep, et à Mme Hidalgo pour quelle n’oublie pas d’éteindre la Tour Eiffel.


    • Louis Robert Le 08 juillet 2017 à 11h26
      Afficher/Masquer

      Mais À QUOI BON? Oui, à quoi bon? À quoi bon? …


  2. Louis JULIA Le 08 juillet 2017 à 08h20
    Afficher/Masquer

    Alors que durant les opérations de libération d’Alep par les syriens et alliés, l’aviation (syrienne et russe) a cessé tout vol au-dessus d’Alep et région dès la mi-octobre 2016 ‘la ville a été totalement libérée pour Noël 2016). Les opérations de libération ont été uniquement terrestres.


  3. ntsq Le 08 juillet 2017 à 08h30
    Afficher/Masquer

    Faudrait transmettre aussi à tous les gogos qui manifestaient pour Alep martyrisée (Alep ouest bien sûr, ouest: ils s’en foutaient)


  4. emmanueL Le 08 juillet 2017 à 08h35
    Afficher/Masquer

    La France a tué de son côté 900 djihadistes, ce qui correspond à un coût par “tête” de 1 million d’euros. Qu’en disent les néoliberaux au pouvoir quant à l’efficacité de la dépense ?..


    • Louis Robert Le 08 juillet 2017 à 11h46
      Afficher/Masquer

      Que disent…?

      Rien. Ils se réjouissent de ces “dépenses”, encaissent et s’enrichissent en silence.

      Par le commerce des armes, la guerre perpétuelle s’avère très lucrative, y compris et surtout pour la France déficitaire… en tête de peloton!!!


      • TYT Le 10 juillet 2017 à 11h14
        Afficher/Masquer

        Ne perdons pas de vue que cela est positif pour les PIB


  5. Joanna Le 08 juillet 2017 à 08h54
    Afficher/Masquer

    Quand c’est eux qui tuent des civils il ne faut pas en parler.
    C’est comme les bombardiers alliés qui ont déversé 518.000 tonnes de bombes sur la France du 13 juin 1940 à Dunkerque au 15 avril 1945 à Royan.
    Bilan : près de 57.000 morts, 74.000 blessés, 300.000 logements détruits.
    Des faits largement occultés car nous avons un devoir de mémoire hautement sélectif.

    http://www.lepoint.fr/culture/le-drame-oublie-des-bombes-alliees-sur-la-france-de-1940-a-1945-12-05-2014-1821500_3.php


    • Lysbeth Levy Le 08 juillet 2017 à 10h56
      Afficher/Masquer

      Surtout on évite de parler du sacrifice de Fallouja et historiquement la spécialité de “nos amis américains” sont les bombardements massifs et aveugles les tapis de bombes au phosphore ou uranium appauvri : http://www.entelekheia.fr/un-holocauste-occulte-la-strategie-de-bombardements-des-usa/ La stratégie du B52 date depuis des lustres toute leurs guerres ont utilisé cette technique mortifère sans oublier la “kill-list” du président américain dont Obama en a fait sa spécialité le bombardement par drônes aussi ignoble tue combien de personnes dans le monde arabo-musulman ? http://www.entelekheia.fr/meurtres-drones-vivre-mourir/ La démocratie des cimetière doit cesser pour le bien de toute l’humanité ..


    • TC Le 08 juillet 2017 à 12h47
      Afficher/Masquer

      Bah, il y a longtemps qu’ils ont trouvé la parade argumentaire avec les “magnifiques” oxymores (les familles des victimes apprécient certainement) “bombardements humanitaires”, “guerre pour les droits de l’Homme”… Orwell doit se retourner tout rouge de jalousie dans sa tombe !

      Après on se demande pourquoi toute une partie de la population mondiale déteste l’Occident et qu’une infime partie d’entre elle est prête jusqu’à mourir pour nous atteindre.


  6. bluetonga Le 08 juillet 2017 à 09h33
    Afficher/Masquer

    Chiffres mis à jours dans un article de RT paru aujourd’hui :

    https://www.rt.com/usa/395642-us-air-campaign-civilian-deaths/

    Les autorités militaires US parlent de 603 victimes civiles probables lors de leurs attaques aériennes en Irak et en Syrie. L’association de Airwars basée en Grande-Bretagne les estime à un minimum de 4354 civils tués.

    On trouvera également ce sujet explicitement débattu avec Vanessa Beeley, journaliste britannique présente ces dernières années en Syrie, dans l’émission de Neil Clark sur Sputnik International :

    http://russia-insider.com/en/politics/3-alt-media-heroes-talk-media-lies-syria-pilger-neil-clark-beeley-video/ri20301

    A contraster au vide informationnel sidéral et sidérant de notre presse domestiquée.


  7. marcvador Le 08 juillet 2017 à 09h53
    Afficher/Masquer

    Je trouve les commentaires mesquins. Les américains tuent tous ces civils pour leur bien. Les russes eux, quand ils tuent c’est méchamment.


  8. Lysbeth Levy Le 08 juillet 2017 à 10h17
    Afficher/Masquer

    A quand le banissement total des bombardements ? Si il y a une chose vraiment injuste et assassine se sont bien eux hélas. Or nous sommes en paix officiellement mais depuis la der des der on n’a eu de cesses d’utiliser ceux ci que pour de mauvaises raisons, alors qu’on nous passe régulièrement des émissions sur ces fameux bombardements “injustes” ou “de trop” sur Dresdes ou en France, pourquoi continues t’on encore sur des populations de pays africains (Nigéria, Mali etc) et ailleurs depuis le 11 septembre 2001 ? Ok la Russie a dû bombarder les bunkers souterrains que la France a construit avec Lafarge-Hoçim afin d’y installer ces djihadistes qui “font du bon boulot”. Mais les civils sont de chairs et de sang eux aussi et pris en otages justement pour servir de boucliers humains. C’est terrible aussi la destruction des immeubles, infrastructures, hôpitaux et monuments anciens, dans cette vieille région du Croissant Fertile. Que restera t’il quand tout sera fini si ça fini un jour ?


  9. Homère d'Allore Le 08 juillet 2017 à 10h42
    Afficher/Masquer

    Si l’on ne voit pas les casques blancs accourir, c’est qu’ils sont trop occupés à préparer la prochaine compétition de “Mannequin Challenge”.

    http://m.huffingtonpost.fr/2016/11/24/les-casques-blancs-de-syrie-sexcusent-apres-un-mannequin-challenge-controverse_a_21613613/


  10. Louis Robert Le 08 juillet 2017 à 11h09
    Afficher/Masquer

    Vietnam, Bến Tre, 7 février 1968: aujourd’hui, un major américain a affirmé: “Il devint nécessaire de détruire la ville afin de la sauver”. Il référait alors à la décision du commandement allié de bombarder la ville sans égard aux pertes civiles.

    https://en.m.wikipedia.org/wiki/Bến_Tre


  11. Louis Robert Le 08 juillet 2017 à 11h20
    Afficher/Masquer

    Nobel Harold Pinter: “Les États-Unis ont soutenu, et dans bien des cas engendré, toutes les dictatures militaires droitières apparues dans le monde à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. Je veux parler de l’Indonésie, de la Grèce, de l’Uruguay, du Brésil, du Paraguay, d’Haïti, de la Turquie, des Philippines, du Guatemala, du Salvador, et, bien sûr, du Chili. L’horreur que les États-Unis ont infligée au Chili en 1973 ne pourra jamais être expiée et ne pourra jamais être oubliée.

    Des centaines de milliers de morts ont eu lieu dans tous ces pays. Ont-elles eu lieu? Et sont-elles dans tous les cas imputables à la politique étrangère des États-Unis? La réponse est oui, elles ont eu lieu et elles sont imputables à la politique étrangère américaine. Mais vous n’en savez rien.

    Ça ne s’est jamais passé. Rien ne s’est jamais passé. Même pendant que cela se passait, ça ne se passait pas. Ça n’avait aucune importance. Ça n’avait aucun intérêt.”

    http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/literature/laureates/2005/pinter-lecture-f.pdf


  12. Andrea Le 09 juillet 2017 à 17h03
    Afficher/Masquer

    Je ne poste plus guère …. (longueur, censure..) Un point me chicane. Pourquoi est-ce que la France s’estime invulnerable par rapport à des attaques des USA – ou d’autres d’ailleurs?

    Les Français sont-ils conscients que l’alignement aux US dure qu’un certain temps et n’est jamais respecté, le deal est à sens unique, la réciproque n’est pas offerte? Ex. Iraq, Afghanistan, Lybie, … multiples autres dans l’histoire. 🙁

    Macron a été ‘élu’, désigné par les médias en premier, pour manager une allegiance forte à l’UE + les USA, on peut voir cela comme une mesure d’auto-protection, retardant la guerre violente, les bombardements, les profits finance continuent, etc. Pour un temps. Et ensuite?


  13. cahier Le 09 juillet 2017 à 18h00
    Afficher/Masquer

    constatons que les Etats-UNIS ont la première économie du monde basée sur les dépenses militaires
    offensives depuis la deuxième guerre mondiale,ils leurs faut des zones de conflit permanent, pour réaliser d’énormes plus valus financières, aux profits d’une économie (politique et économique) il suffit de constaté les conflits organisés par ce pays depuis 1945,rien de nouveau dans ce mode de fonctionnement, ci ce n’est la FRANCE qui malheureusement, n’est plus en reste et deviens suiviste
    depuis notre participation de l’intervention irakienne,en passant par la Libye et le Sahel,une économie de guerre extérieure au profit de qui ?


  14. Louis de Constance Le 12 juillet 2017 à 09h56
    Afficher/Masquer

    Are you still dreaming about “clean wars” ? Islamists are using civilians as “shelters” ! During WWII, when Normandy was under the US bombs, many targets were situated near cities …Same problem.


  15. Lorca Le 14 juillet 2017 à 21h17
    Afficher/Masquer

    La question est de savoir comment informer l’opinion publique française et rétablir les vérités.
    La réponse est : seule la force des réseaux sociaux peut dénoncer, mais pas informer les chloroformés du peuple français malheureusement suspendus à leur smartphone pour suivre la candidature de la France aux JO, ou les déplacements du désigné Macron ! Bref des cucuteries !
    Pauvre France !!


Charte de modérations des commentaires