Les Crises Les Crises
16.décembre.201716.12.2017 // Les Crises

L’heure H en Palestine, par Chris Hedges

Merci 107
J'envoie

Source : Truthdig, Chris Hedges, 06-12-2017

Mr. Fish / Truthdig

L’annonce faite mercredi par le président Trump, qui a trouvé une âme sœur dans le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, selon laquelle il transférera l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, renforce notre statut d’état voyou et de paria international, aux côtés d’Israël. Il y a longtemps que les États-Unis ont perdu leur crédibilité en tant que médiateur honnête dans tout accord de paix au Moyen-Orient. Nous avons fourni 38 milliards de dollars d’aide militaire à Israël au cours de la dernière décennie, malgré le mépris flagrant d’Israël pour le droit international et ses crimes de guerre bien documentés. Nous ne faisons rien pour mettre fin à l’expropriation de la terre palestinienne. Nous apportons un soutien sans faille aux attaques israéliennes contre les Palestiniens, y compris le bombardement de civils généralement sans défense à Gaza, qui ont fait des milliers de morts et détruit des quartiers entiers.

La décision Trump envoie un message à ceux qui réclament justice pour le peuple palestinien : notre seul espoir est de renforcer le boycott, le désinvestissement et les sanctions (BDS) pour isoler et paralyser Israël. Cela impliquerait un fort boycott des institutions culturelles et académiques israéliennes. Elle exige la désinvestissement des sociétés ayant des intérêts financiers en Israël. Et elle vise à imposer des sanctions internationales contre l’État juif. L’objectif du mouvement BDS est de mettre fin à l’occupation israélienne en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, d’obtenir des droits égaux pour les citoyens palestiniens d’Israël et de garantir le droit au retour pour tous les réfugiés palestiniens de la diaspora. Si nous n’agissons pas, nous devons accepter notre complicité dans le lent génocide du peuple palestinien.

« L’actuelle administration américaine xénophobe et raciste détruit le droit international aussi rapidement qu’elle détruit sa propre apparence de respect des droits de l’homme et, avec lui le peu de crédibilité qu’elle a encore dans le monde », a déclaré Omar Barghouti, militant palestinien des droits de l’homme et cofondateur du mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions contre Israël. Il a fait ce commentaire après que je l’ai contacté par e-mail.

« En essayant de conférer une légitimité à l’annexion manifestement illégale de Jérusalem occupée par Israël, l’administration américaine, dont la propre légitimité est contestée par des millions d’Américains, jette une torche sur une meule de foin en plein été », a-t-il déclaré. « Si nous transformons cet acte délibéré du méga-incendiaire en une opportunité de renforcer le mouvement BDS pour isoler le régime israélien d’occupation, l’installation de colonies et l’apartheid, nous pouvons faire avancer la lutte pour la liberté, la justice et l’égalité. »

Les États-Unis sont la seule nation, à l’exception d’Israël, à reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. La décision de Trump va exaspérer les musulmans du monde entier. Les Palestiniens de Gaza, Bethléem et Rafah ont déjà défilé dans les rues en scandant « Mort à l’Amérique », « Mort à Israël » et « A bas Trump ». Ils ont brûlé des drapeaux américains et israéliens et des photos de Trump. Le groupe islamique palestinien Hamas appelle à « un jour de colère ».

« La référence extensive de Trump aux politiques israéliennes d’extrême-droite de profilage ethnique, aux murs militarisés et à la violence raciale extrême en tant que modèle pour ses propres politiques fanatiques aux États-Unis et dans le monde confirme le statut d’Israël aujourd’hui en tant que membre éminent du club xénophobe, essentiellement antisémite et d’extrême-droite, qui grandit aux États-Unis, en Europe, en Inde et ailleurs », a déclaré M. Barghouti.

Le geste de Trump, ainsi que le braquage de Jérusalem-Est par Israël, donneront lieu à des actes spontanés de résistance comme celui qui a eu lieu en juillet dernier lorsque Israël a tenté de restreindre l’accès des Palestiniens à la mosquée Al-Aqsa, le troisième site le plus sacré de l’islam, à Jérusalem. Des milliers de Palestiniens ont manifesté sur le site jusqu’à ce qu’Israël enlève les barrières, les détecteurs de métaux et les caméras de sécurité introduites après que trois Arabes israéliens ont tué deux policiers israéliens à l’entrée du complexe le 14 juillet.

L’annonce de mercredi est une autre atteinte à la dignité d’un peuple qui n’a connu que maltraitance, humiliation et violence depuis la création de l’État israélien en 1948. Elle dit à tous les dépossédés de la terre que leurs droits et leurs aspirations n’ont pas de sens. C’est une déclaration publique de mépris envers les opprimés. Et les opprimés, remplis de colère, incapables d’utiliser les armes industrielles qui font pleuvoir la mort et la destruction sur les Palestiniens, les Irakiens, les Afghans et les Yéménites, utiliseront des instruments de mort plus grossiers pour riposter. Les terroristes d’État en Israël et à Washington utiliseront ces attaques pour justifier une escalade de la violence dans un cycle sans fin de haine que nous, les oppresseurs, avons amorcé.

« Jérusalem se trouve au cœur de l’identité palestinienne et est un centre spirituel, culturel et symbolique unique pour la vie palestinienne », a dit Barghouti. Elle est également sacrée pour les religions monothéistes, dont environ 1,5 milliard de musulmans. Aucun État au monde [n’avait reconnu] la souveraineté israélienne sur Jérusalem. Ainsi, en la reconnaissant comme la capitale d’Israël, l’administration Trump ne se contente pas de s’isoler et de détruire des décennies de politique américaine et de droit international. Elle incite délibérément à une vague mondiale de protestation contre le contrôle illégal d’Israël sur la ville et contre la politique exceptionnellement irresponsable des États-Unis. Je ne vois pas comment cela peut servir les intérêts des États-Unis, même s’ils sont définis comme les intérêts du « 1 % » . Cela indique donc l’adoption par l’administration d’un programme préférentiel pour Israël qui séduit une petite partie, mais très influente, de son électorat – fondamentalistes chrétiens fanatiques et l’establishment juif d’extrême droite, islamophobe et anti palestinien. Comme l’a dit un jour l’éminent juriste sud-africain et ancien rapporteur spécial de l’ONU John Dugard, la Palestine est devenue aujourd’hui le test décisif du respect des droits de l’homme pour l’Occident, tout comme l’Afrique du Sud l’a été par le passé. Si l’Occident ne met pas fin à sa collusion fatale avec le régime israélien d’apartheid et de colonialisme, il perdra toute sa crédibilité dans le monde, en particulier dans le Sud. »

C’est l’heure H pour le peuple palestinien. L’Arabie saoudite, qui a construit une alliance de facto avec Israël dans son effort pour déclencher une guerre contre l’Iran, a manifesté sa volonté de sacrifier les Palestiniens en proposant un « accord de paix » qu’Israël acceptera. L’accord, proposé par le prince héritier Mohammed ben Salmane, piège les Palestiniens à l’intérieur des frontières contrôlées par Israël, transfère Jérusalem-Est, où réside la population palestinienne, vers Israël, permet aux colonies juives de rester sur les terres palestiniennes, coupe des sections de la Cisjordanie pour empêcher le contrôle et la souveraineté palestiniens voisins, et empêche les Palestiniens qui ont été « nettoyés ethniquement » dans les territoires qu’Israël contrôle de retourner chez eux. Le plan saoudien reflète l’accord offert en 2000 au dirigeant de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) Yasser Arafat par le président Bill Clinton, un accord qu’aucun Palestinien ne pouvait accepter et qu’Arafat avait rejeté à juste titre. Le monde musulman a longtemps été tiède à l’égard des droits palestiniens tout en soutenant discrètement l’occupation israélienne. L’Égypte, par exemple, bloque la frontière sud de Gaza pour aider Israël à conserver la plus grande prison en plein air du monde. Mais aujourd’hui, le régime saoudien travaille publiquement à trahir les Palestiniens. Cela donne au mouvement BDS – et un mouvement BDS séparé devrait être lancé contre l’Arabie Saoudite – une nouvelle urgence.

L’Autorité palestinienne, un régime de marionnettes mis en place par Israël et les États-Unis, qui n’a guère de soutien parmi les Palestiniens, sera encore plus discréditée et vilipendée lorsque l’ambassade américaine sera déplacée. Sa perte d’autorité affaiblira les derniers vestiges des institutions civiles palestiniennes. La décision de Trump est également susceptible d’accélérer la destruction par Israël des maisons palestiniennes, les expulsions, les expropriations, la révocation des permis de résidence et la colonisation de la ville par les colons juifs. Elle renforcera la barrière mise en place par Israël pour empêcher les Palestiniens de Cisjordanie de se rendre à Jérusalem-Est. Elle continuera de voir la population palestinienne diminuer régulièrement, car Jérusalem-Est, morceau par morceau, est remise aux Juifs israéliens.

La résolution 476 de l’ONU , adoptée en 1980, a déclaré l’annexion par Israël de Jérusalem-Est « nulle et non avenue », la qualifiant de « violation flagrante de la quatrième Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre » et a déclaré qu’elle « constituait une entrave grave à la réalisation d’une paix globale, juste et durable au Moyen-Orient ». Mais cette résolution et d’autres ont été systématiquement ignorées et défiées par Israël et les États-Unis. Israël, depuis qu’il a occupé Jérusalem-Est après la guerre de 1967, a privé plus de 14 000 Palestiniens de leur droit de vivre dans la ville. Il prive régulièrement les Palestiniens de nouveaux permis de construire, démolit les maisons et les oliviers palestiniens et construit d’immenses complexes résidentiels de type forteresse pour les colons juifs qui entourent les quartiers palestiniens en déclin. La police israélienne patrouille dans les rues de Jérusalem-Est, se livrant à des actes de brutalité et de violence, y compris l’assassinat de manifestants non armés. Les services municipaux de base, y compris l’éducation, ont été dégradés.

« Moshe Dayan [l’ancien ministre israélien de la défense] a dit un jour qu’Israël devait agir comme un chien fou pour que personne au sein de la communauté internationale ne le dérange », a déclaré M. Barghouti. « Sa prophétie s’est réalisée comme jamais auparavant avec le gouvernement israélien actuel, extrêmement raciste et dangereux. Avec son influence à la Maison-Blanche qui correspond finalement à son influence au Congrès, Israël est ivre de pouvoir et, par conséquent, sape imprudemment la légitimité même de son régime d’oppression qui dure depuis des décennies contre les Palestiniens. C’est un facteur clé de la croissance impressionnante du mouvement BDS pour les droits des Palestiniens dans le monde entier. »

« Les gens de conscience du monde entier sont maintenant appelés à arrêter le “chien fou” avant que sa folie débridée déborde sur le reste du monde », poursuit Barghouti. « La façon la plus efficace d’y parvenir est de soutenir les campagnes du BDS pour continuer à construire ce mouvement de justice pacifique jusqu’ à ce que des sanctions sérieuses soient imposées au régime israélien. Aux États-Unis, le lien étroit entre l’appui américain aux guerres d’agression israéliennes, les politiques d’apartheid et de nettoyage ethnique d’une part, et les coupes sévères dans les services sociaux, de santé et d’éducation aux États-Unis d’autre part, doit être mis en évidence et faire l’objet de mesures concrètes. Il est crucial à cet égard d’explorer le rapport entre notre lutte pour la libération et les luttes pour la justice raciale, économique, sociale, de genre et climatique aux États-Unis et au-delà. »

Israël et les États-Unis ont amplement démontré leurs intentions. Israël utilise l’intimidation, la peur et la violence pour maîtriser et écraser le peuple palestinien. Nous devons construire un mouvement international pour monter un pouvoir contre le pouvoir. Nous devons persévérer jusqu’à ce que tous les échanges économiques, l’aide militaire et la coopération avec Israël prennent fin. Si nous réussissons, Israël sera confronté à la perspective de perdre sa propre pérennité. C’est la seule façon de parvenir à la justice et à l’État de droit.

« Personne ne devrait encore écarter les Palestiniens », a conclut Barghouti. « Aux moments les plus sombres de l’accablement et du désespoir palestiniens et au plus fort du triomphalisme illusoire d’Israël sur nous, notre peuple s’est toujours levé comme un phénix pour dire au monde que nous vaincrons, que nous n’accepterons jamais l’esclavage comme un destin, et que nous résisterons et insisterons avec obstination pour une vie qui vaut la peine d’être vécue, comme le dit le poète Mahmoud Darwish, et qui est une vie de justice, de paix et de dignité. »

Source : Truthdig, Chris Hedges, 06-12-2017

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LA ROQUE // 16.12.2017 à 08h24

“La décision Trump envoie un message à ceux qui réclament justice pour le peuple palestinien : notre seul espoir est de renforcer le boycott, le désinvestissement et les sanctions (BDS) pour isoler et paralyser Israël. ”

Renforcer le boycott en France (pays des droits de l’homme)va être difficile,en effet les acteurs de cette campagne risquent de se retrouver devant les tribunaux :

Des procès ont eu lieu alors que des personnes distribuaient seulement des tracts devant des magasins. C’étaient pourtant des actions tout à fait pacifiques et non-violentes.

Le moment culminant de cette vague de procès pour distribution de tracts devant des grandes surfaces commerciales, a été l’arrêt de la Cour de Cassation confirmant une condamnation, en invoquant l’argument selon lequel le boycott était une forme de discrimination à l’égard des agriculteurs [israéliens] c’est-à-dire un groupe de personnes appartenant à l’État d’Israël. Il s’agissait donc, selon ce raisonnement, d’une discrimination à caractère antisémite !… Ainsi 12 militants de Mulhouse ont été condamnés à un total de 32 000€ pour ce motif totalement infondé ! Ils ont fait appel devant la Cour de Justice Européenne.

54 réactions et commentaires

  • Justinos // 16.12.2017 à 06h22

    Parler de génocide (“lent génocide”) est inacceptable. Le mot a un sens : anéantissement décrété et organisé d’un groupe ethnique. Or le peuple palestinien ne cesse de croître en nombre (comme le peuple juif en Israël, d’ailleurs, peuple dont la fécondité, à cause des religieux, est en passe de doubler celle des Palestiniens). On est dans un cas où il faut être rigoureux… au risque d’affaiblir si ce n’est de compromettre la thèse, laquelle est fort plaidable ! Je conteste aussi le boycott des institutions académiques et culturelles israéliennes : on ne peut identifier un peuple à son gouvernement ; et c’est chez les universitaires que l’on trouve le plus d’opposants résolus à la politique israélienne. Boycotter Zeev Sternhell ?

     12

    Alerter
    • Pierre Tavernier // 16.12.2017 à 11h03

      Lorsqu’on a boycotté l’Afrique du Sud pour cause d’apartheid, personne n’y a trouvé à redire, pourtant …
      Tout dépend de la nature du boycott.
      Si il s’agit d’un boycott comme celui de l’Irak dans les ’90, conduisant à la mort de plusieurs centaines de milliers d’enfants (dont M.Allbright déclara avec un cynisme terrifiant que “cela en valait la peine”), on ne peut qu’être révolté par ce type de sanctions inefficaces et inhumaines.
      Mais que je sache, le mouvement BDS ne met en danger la vie de personne.

       45

      Alerter
      • J // 16.12.2017 à 11h28

        L’Apartheid sud-africain était réellement ce qu’il y avait de pire, sur le plan des principes, à ce moment (même si la même chose avait très répandue quelques décennies auparavant). Prétendre la même chose d’Israël à d’autres égards, au vu de ce qui se passe en même temps ailleurs, c’est un deux poids deux mesures très poussé. [modéré]

         0

        Alerter
        • Chris // 16.12.2017 à 13h48

          Parce qu’il existe plusieurs type d’apartheid ?
          Vous m’en direz tant !
          Je vous laisse à vos rêveries réparatrices…

           28

          Alerter
        • Fritz // 16.12.2017 à 14h22

          Excusez-moi, mais je préfère la séparation (en afrikaans : apartheid) sud-africaine à l’extermination anglo-américaine : celle des Bretons aux Ve-VIIe siècles, celle des Amérindiens aux XVIIe-XIXe siècles. Exterminer signifiant : chasser du pays, ou éliminer physiquement. Ce qui ne fut le cas ni des Zoulous, ni des Xhosas. Même qu’ils ont été traités mieux que les … Palestiniens.

           14

          Alerter
      • Seraphim // 16.12.2017 à 13h51

        Le boycott d’Irak n’était pas un boycott mais un blocus, dont les effets étaient nécessairement désastreux. Le BDS n’a rien à voir. Nous empêcher de le pratiquer, et pour cela nous contraindre à ignorer la provenance des produits, est une atteinte à notre liberté de choix. Quant aux échanges universitaires, tellement de professeurs sont prêts, moyennant finances, à courir à Tel Aviv vendre les savoirs-faire acquis en France que je ne vois pas le problème, purement symbolique.

         10

        Alerter
    • christian gedeon // 19.12.2017 à 11h12

      Je suis bien d ‘accord avec vous…seulement voilà,Israël déclenche des réactions qui deviennent de plus en plis irrationnelles.On parle de “génocide “, d’apartheid,en mélangeant tout. La Cisjordanie et Israël. Les errhynnies anti israéliennes ne veulent ni entendre ni savoir qu’il y a deux millions et demi d’israéliens arabes sur le territoire officiel d’Israël…parce que çà les emmerde,et que çà ne correspond pas à leur doxa.Ils ne veulent pas non plus entendre qu’au programme du Hamas,du Jihad islamique,et hélas de l’Iran,la destruction d’Israël est plus que jamais programmée et écrite.Ils ne veulent pas plus voir que dans la plupart des manuels scolaires des pays dits arabes,les juifs sont présentés comme les bêtes à abattre…je sais ,je sais,ce que j’écris n’est pas dans la ligne. tant pis donc.

       0

      Alerter
    • Malek // 20.12.2017 à 10h37

      D’abord le terme “genocide lent” est applicable et à dejà été utilisé ailleurs car il temoigne d’une volonté et non pas d’arithmétique, en gros, la différence entre essayer et reussir….
      Deuxièmement, le boycott doit etre total y compris culturel pour etre efficace, on ne parle pas ici de popuation mais de politique d’un état.
      voir article du bds
      https://www.bdsfrance.org/un-boycott-legitime-pour-le-bds-universitaire-et-culturel-de-letat-disrael/

       1

      Alerter
  • LA ROQUE // 16.12.2017 à 08h24

    “La décision Trump envoie un message à ceux qui réclament justice pour le peuple palestinien : notre seul espoir est de renforcer le boycott, le désinvestissement et les sanctions (BDS) pour isoler et paralyser Israël. ”

    Renforcer le boycott en France (pays des droits de l’homme)va être difficile,en effet les acteurs de cette campagne risquent de se retrouver devant les tribunaux :

    Des procès ont eu lieu alors que des personnes distribuaient seulement des tracts devant des magasins. C’étaient pourtant des actions tout à fait pacifiques et non-violentes.

    Le moment culminant de cette vague de procès pour distribution de tracts devant des grandes surfaces commerciales, a été l’arrêt de la Cour de Cassation confirmant une condamnation, en invoquant l’argument selon lequel le boycott était une forme de discrimination à l’égard des agriculteurs [israéliens] c’est-à-dire un groupe de personnes appartenant à l’État d’Israël. Il s’agissait donc, selon ce raisonnement, d’une discrimination à caractère antisémite !… Ainsi 12 militants de Mulhouse ont été condamnés à un total de 32 000€ pour ce motif totalement infondé ! Ils ont fait appel devant la Cour de Justice Européenne.

     50

    Alerter
    • Wollaston // 16.12.2017 à 10h31

      Bonjour,
      Peut-être que les tracts pourraient ne nommer aucun pays en particulier mais attirer l’attention de l’utilité qu’il y a à utiliser le boycott dans certains cas.
      Tout pays ou l’on pratique l’expropriation de terre contre des populations en raison de leur religion ou de leur race…

      Après ça n’est pas gagné d’avance.
      que la France condamne des militants quand elle même boycott la Russie sur injonction des USA…ça laisse songeur !

       47

      Alerter
    • Lusituationniste // 16.12.2017 à 12h05

      Ça fait longtemps que j’évite d’acheter des avocats israéliens, mexicains aussi d’ailleurs. Il me faudra un avocat pour l’avoir dit ? Merci de me rassurer.
      Ça ne m’empêche pas de lire Martin Buber et Gershom Sholem !

       13

      Alerter
    • Fritz // 16.12.2017 à 14h24

      L’accusation d’antisémitisme envers ces militants de Mulhouse est pourrie, tout comme la justice qui les a condamnés.

       36

      Alerter
  • François Lacoste // 16.12.2017 à 08h26

    Pour ceux qui ont encore des doutes sur ce que fait Israël depuis…si longtemps, ils doivent acheter le livre de Laurent Mérer et Corinne Mérer, mentioné hier par Richard Labévière dans son article: “Jerusalem Merci à Donald Trump !”

    Je n’ai pas trouvé le lien vers l’éditeur, peut être y était-il, en tout cas c’est un bon prétexte à en faire à nouveau la publicité, donc le voici ou le revoici.

    http://editions-balland.com/S-ils-se-taisent-les-pierres-crieront-_oeuvre_12056.htm

    Avec Jacques de Bollardière et d’autres (au hasard C.d.Gaulle, à lire lui aussi), c’est à vous faire aimer les militaires !

     21

    Alerter
  • Galvan // 16.12.2017 à 08h55

    @Justinos : Si on ne peut identifier un peuple à son gouvernement, que dire de ceux qui l’ont élu ? Que je sache, Israël n’est pas une monarchie de père en fils : le peuple vote pour ces gouvernements, c’est donc qu’ils approuvent en majorité ce type de politique, même si quelques intellectuels la désapprouvent.

     28

    Alerter
    • Justinos // 16.12.2017 à 09h38

      C’est vrai, je dois bien le reconnaître… Israël est devenu méconnaissable. C’est ce que disait le grand penseur israélien, pourfendeur inlassable de l’occupation, Y Leibowitz : opprimer un peuple, c’est perdre son âme, altérer son sens moral, se mentir à soi-même, devenir aveugle, s’endurcir. En votant pour les plus durs, les Israéliens ont une responsabilité évidente. Et il ne faudrait pas que les “colombes” devinssent des alibis… Malgré tout, il faut éviter d’enfermer Israël dans une sorte d’identité diabolique. Si ce n’est par considération pour ce peuple (dans mon cas), par bonne politique (me semble-t-il). Il reste que l’impunité d’Israël est insupportable, j’en suis bien d’accord, et que les Palestiniens n’ont pas à payer pour notre mauvaise conscience ou nos intérêts.

       23

      Alerter
    • LA ROQUE // 16.12.2017 à 11h24

      Le fait que Netanyahou soit élu ne veut pas forcement dire que la majorité du peuple Israélien ait voté pour lui. Il suffit de regarder les chiffres de l’élection de Macron pour s’en convaincre…

       9

      Alerter
      • Papagateau // 17.12.2017 à 01h46

        Marre de l’excuse des abstentionnistes : Une majorité du peuple l’a laissé se faire élire !

         4

        Alerter
  • fanfan // 16.12.2017 à 15h10

    Irina Bokova (14.10.2016) – “La Vieille ville de Jérusalem est la ville sacrée des trois monothéismes, le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam. C’est au titre de cette diversité et de cette coexistence religieuse et culturelle que la ville a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO… : http://www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/news/statement_by_the_director_general_of_unesco_on_the_old_city-1/

    Texte de la résolution de l’UNESCO sur Jérusalem approuvée à Paris le 13 octobre 2016 : http://www.france-palestine.org/IMG/pdf/resolution_unesco.pdf
    Le Conseil exécutif de l’Unesco, 58 membres, a finalement suivi le vote de la commission sur une résolution concernant les lieux saints à Jérusalem-Est le 18 octobre2016.

     3

    Alerter
  • olivier // 16.12.2017 à 15h12

    Kim Jong Un, le gars qui veut nous faire croire que le mont Paektu à fait beau temps pour l’accueillir. Le gus capable d’influencer les saisons. Il nous fait prendre les montagnes pour des divinités et il commande à la météo.

    Si c’est votre définition de la salubrité mentale et de la raison, je ne m’etonne plus de rien.
    +15 pouces ? Sérieux ?

    http://www.mfa.gov.kp/en/climb-of-mt-paektu/

     0

    Alerter
    • Crapaud Rouge // 16.12.2017 à 15h20

      Critique absurde. Avec cette histoire de “beau temps” que je découvre, il ne fait que se dorer le blason, avec un moyen “poétique” qui vous choque, mais qui correspond à ce que font tous les dirigeants. Et nous n’en étions pas si loin avec nos rois de “droit divin”. Diriez-vous que Louis XIV était fou ?

       2

      Alerter
      • olivier // 16.12.2017 à 16h23

        Ah hum, et l’histoire lors de sa naissance ? L’hiver tranformé en printemps ?
        La poesie m’echappe en effet, ou alors c’est un culte megalomaniaque de la personnalité que vous rhabillez en lyrisme pour… pourquoi d‘ailleur ?

         0

        Alerter
  • Louis Robert // 16.12.2017 à 15h19

    À quand les millions de “Je suis BDS!”, les oursons en peluche, les bougies et les bouquets de ballons multicolores en hommage aux Palestiniens?

    Allons, un p’tit peu de courage!

     22

    Alerter
  • Krystyna Hawrot // 16.12.2017 à 15h27

    Si j’ai bien compris la campagne BDS ne visent que les produits issus des colonies illégales, occupées en violations des résolutions de l’ONU, pas l’ensemble des productions israéliennes? Effectivement, depuis que j’ai entendu l’histoire de Jaffa par une personne proche et pas du tout impliquée dans le conflit qui a vécu là bas, j’évite d’acheter du jus d’orange “des oranges de Jaffa”. Mais c’est difficile de savoir d’où viennent les produits. Les cosmétiques de la mer Morte… je ne sais pas si en les achetant je fais du tord. Encore une fois, la seule solution est de voir de ses propres yeux… En tout cas la campagne BDS n’empéche pas les boites de sécurité françaises de s”équiper de détecteurs de métaux Uzi…

     7

    Alerter
  • TANAZACQ Vincent // 16.12.2017 à 15h51

    On rappelle trop rarement que Benjamin Netanyaou est citoyen américain.
    C’est amusant n’est-ce-pas ?

     13

    Alerter
    • jp // 16.12.2017 à 17h01

      j’ignorais qu’il est aussi américain, Wikipédia ne le mentionne pas ; quelles sont vos sources ?

       2

      Alerter
  • Vincent P // 16.12.2017 à 15h56

    En évitant d’acheter certains des fruits et légumes importés que Lidl propose (c’est drôle: des avocats et des grenades ! ), je ne me fais certes pas d’illusions.
    En considérant un Fabius à la présidence du Conseil Constitutionnel jusqu’en 2025, j’ai moins d’entrain à prétendre croire encore au bien fondé de la Loi ou de certaines décisions de justice.
    Ce qu’il eut fallu ne sont ni le boycott, ni l’indignation, mais bien un Droit International respecté, appliqué, imposé, inviolé, incontesté.
    L’impunité d’Israël ET des EU sont la preuve que le Droit est une farce jouée à ceux qui croient bon de s’y plier.
    Si nous étions moins lâches, la Communauté Internationale, la vraie, montrerait à ces deux là qu’en fait, ils ne pèsent pas bien lourd.
    Mais l’alliance Sino-Russe pourrait bien prétendre à ramener plus d’équilibre dans la balance.
    Quitte à utiliser le glaive ? On parie qu’ils ne dégaineront pas les premiers ?
    J’oubliais de dire hier que si les EU sortaient de l’ONU, ils s’affranchiraient aussi d’éventuelles sanctions.

     13

    Alerter
    • Louis Robert // 16.12.2017 à 19h50

      Utiliser le glaive? Contrairement à l’Empire, la Chine n’a vraiment aucun besoin de le faire. Visionnaire, elle s’occupe donc à plein d’autres choses, dont construire plutôt que de détruire partout dans le monde. Si le sujet vous intéresse, je vous signale deux sources d’information qui le montrent clairement, dans les faits et en détail.

      1. Diplomatie chinoise, série de 6 épisodes (« China’s Major-Country Diplomacy Episode One: Historic Path ») — voir tout particulièrement les épisodes 1, 4, 5 et 6.

      https://m.youtube.com/watch?v=Ei9WH6pIhVg

      2. Yan Xuetong, Analyse des intérêts nationaux de la Chine (« Analysis of China’s National Interests», 2002). — Toujours d’actualité en 2017…

      https://www.files.ethz.ch/isn/145296/Analysis%20of%20China's%20National%20Interests.pdf#page1

       4

      Alerter
  • Crapaud Rouge // 16.12.2017 à 17h13

    Faut lire aussi l’article du Yéti, qui écrit toujours aussi bien. Ici, avec un ton de colère “mesurée” : https://yetiblog.org/footballeur-contre-saloperies-israel/

     5

    Alerter
  • Fritz // 16.12.2017 à 17h26

    C’est cela qui rend le sujet étouffant : l’impunité d’Israël, l’accusation d’antisémitisme contre ceux qui osent critiquer cet État au demeurant légitime (comme si les Arabes n’étaient pas eux aussi des Sémites), la trouille générale, la modération qui dégaine plus vite que son ombre dès qu’on écrit les mots “Israël” ou “CRIF”.

     23

    Alerter
    • J // 16.12.2017 à 18h48

      L’antisémitisme, depuis que le concept a été lancé par Wilhelm Marr dans les années 1870, n’a jamais visé que des Juifs ou supposés tels.

      Après, Thomas Friedman a assez bien résumé la question : “Critiquer Israël n’est pas antisémite… faire d’Israël un objet singulier d’opprobre est antisémite”.

      Se montrer plus sévère, par principe, pour des personnes ou communautés parce que juives, c’est le commencement de l’antisémitisme.

       2

      Alerter
      • Fritz // 16.12.2017 à 19h59

        Par principe, je n’ai rien contre l’État d’Israël proclamé à Tel Aviv en 1948, bien au contraire. Mais je n’ignore pas dans quelles conditions il s’est étendu, d’abord pour défendre son existence, ensuite pour écraser ses opposants.

        Concernant l’antisémitisme, vous avez raison de rappeler la genèse du concept. Cela dit, accuser les Arabes d’antisémitisme quand ils s’en prennent aux Juifs, c’est comme si on accusait les Juifs d’antisémitisme quand ils s’en prennent aux Arabes : c’est absurde. Pourtant, certains propos israéliens sur la “duplicité” innée ou la “comédie” des Palestiniens ont un relent douteux.

        Ce que les Arabes reprochent à Israël, c’est d’être une colonie occidentale en terre arabe. Je précise que je ne partage pas vraiment cette vision ; mais vous ne pouvez qualifier d’antisémite cette hostilité à un État colonial, perçu à tort ou à raison comme un avant-poste américain.

         8

        Alerter
        • J // 16.12.2017 à 21h11

          Désolé, j’insiste, l’antisémitisme n’a jamais visé que des Juifs vrais ou supposés. Les nazis, les pires antisémites qu’on ait connus, ont cherché à mettre les Arabes de leur côté, notamment en soutenant Hassan Al-Banna et la Fraternité Musulmane. Et d’ailleurs “sémite”, plutôt “sémitique”, n’a plus de sens qu’en linguistique. Ni les Arabes actuels ni les Juifs actuels ne descendent pour l’essentiel des Sémites antiques.

          Après, si j’ai rappelé le concept, c’est pour mettre en garde certains ici. Et même le blog les-crises, dont j’ai cru comprendre qu’il fait l’objet d’une plainte… on peut devenir antisémite sans s’en rendre compte.

           2

          Alerter
          • Fritz // 17.12.2017 à 00h17

            Alors, soyez conséquent. Puisque “sémite” et “sémitique” n’ont plus de sens à vos yeux, dites et écrivez “judéophobe”, “antijuif”, ou encore “anti-israélien”. Et tâchez de vous libérer de votre pensée du soupçon, de temps en temps.
            [modéré]

             5

            Alerter
            • J // 17.12.2017 à 09h16

              Ce n’est pas parce que “sémite” n’a plus de sens qu'”antisémitisme” n’en a pas, et très fort, et relativement bien cerné (bien mieux qu'”islamophobie” par exemple). L’étymologie, à un moment, ne veut plus rien dire.

               1

              Alerter
            • J // 17.12.2017 à 10h01

              Pour être plus précis, depuis que le concept a été lancé par Wilhelm Marr l’antisémitisme consiste à prêter aux Juifs ou supposés tels une perversité et rapacité aussi intrinsèques que dissimulées, justifiant des mesures globales même si on admet des exceptions (si on veut se défendre d’un soupçon d’antisémitisme face à quelqu’un qui sait ce que c’est, la pire chose à faire est d’invoquer ses bons Juifs ou ses amis juifs).

               1

              Alerter
            • Fritz // 17.12.2017 à 11h07

              Conclusion : libre à @J de tordre le sens des mots, pour alimenter son réquisitoire. Ce qui compte, ce n’est pas le vocabulaire, c’est son utilisation pour accuser l’adversaire.

               2

              Alerter
            • J // 17.12.2017 à 11h34

              Si quelqu’un ici tord le sens du mot “antisémitisme” jusqu’à le vider de toute substance, ce n’est pas moi.

              Encore faudrait-il que la modération se décidât à laisser passer la définition, la première et qui a fort peu évolué depuis, que j’ai donnée.

               1

              Alerter
            • Fritz // 17.12.2017 à 12h01

              Bon, @J, vous l’avez bien cherché, je mets le lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Olivier_Berruyer#critiques
              Les lecteurs apprécieront.

               3

              Alerter
      • Alfred // 16.12.2017 à 21h43

        Il y a quand même un aspect pathétique dans ce côté Calimero. Israël serait excessivement critiqué.. “c’est vrai le blocus de Gaza c’est pas bien mais si cela avait été fait par les Mexicains ils auraient été moins critiqués”… Bien sur. Laissez tomber.
        En vérité cela ne nous concerne pas en France mais ce côté “le beurre l’argent du beurre et la crémière” est vraiment pénible. Il faudrait pleurer et trembler pour celui qui possède le plus gros fusil et dont la ranger chétive écrase le visage (hideux) de de l’ennemi (en cage). N’avez vous donc aucune retenue? Votre paranoïa vous dévore (si elle est honnête). Certains y voient de la duplicité. Et vous ne faites rien (absolument rien) pour dissiper le malentendu).
        Quelle lassitude.

         13

        Alerter
        • J // 17.12.2017 à 09h21

          Déjà parler de “blocus” pour un territoire qui n’a pas de frontière commune qu’avec Israël, dont on peut partir comme on veut (les Arabes chrétiens l’ont presque entièrement évacué, et pas du fait d’Israël), alors qu’il s’agit d’abord de se défendre contre des attentats, quelque chose ne va pas. Il faudra quand même se poser la question du choix systématique des mots les plus agressifs et excessifs pour qualifier le comportement, certes contestable, d’Israël.

           2

          Alerter
          • Alfred // 17.12.2017 à 10h37

            Je vous le dit en toute sympathie mais votre réponse ne pouvait illustrer mieux mon propos. Vous en rendez vous compte?
            À quoi bon argumenter sur la portée des “restrictions sur la circulation des biens et des personnes” (pour des motifs uniquement sécuritaires bien entendu, ceux qui y voient aussi une punition collective sont antitruc)?
            Non désolé depuis cinquante ans il n’y a plus de questions à se poser. Car il y a des schémas stratégiques, des mensonges récurrents et des tartines qui tombent toujours du même côté.
            Quelque chose s’est passé lors de l’assassinat de Rabin. Une voie mortelle à été choisie. Ce jour là à été une défaite pour l’humanité. Certains fous (qui se croient sur humain) pensent le contraire. (Les surhumains ne sont jamais sympa. )

             12

            Alerter
            • Fritz // 17.12.2017 à 11h13

              Depuis cinquante ans, il y a aussi des résolutions de l’ONU qui sont systématiquement ignorées par Israël, avec la complicité active des États-Unis, passive des Européens.

              Certes, Israël est un État souverain. Mais alors, qu’il soit conséquent : puisqu’il s’assied sur les décisions de l’ONU, il doit quitter l’ONU.

               7

              Alerter
            • J // 18.12.2017 à 06h19

              Faut-il encore rappeler que côté israélien tout ça relève du contre-terrorisme. Quand les attentats ou le harcèlement par missiles deviennent insupportables ils cognent de plus en plus fort jusqu’à ce que ça s’arrête. On peut toujours dire que ce contre-terrorisme est abusif, criminel, encore faut-il préciser ce que serait un contre-terrorisme acceptable, face à des gens (le Hamas pour l’essentiel) qui prônent votre éradication.

               1

              Alerter
            • J // 18.12.2017 à 06h24

              Et je ne dis pas non plus qu’Israël est purement innocent et ne pourrait faire mieux (il pourrait très facilement faire bien pire par contre…). Mais pourquoi se polarise-t-on à ce point sur ce conflit (c’est d’abord un conflit, même ça on ne veut pas le voir) alors qu’il y a bien plus grave, objectivement, ailleurs ?

               0

              Alerter
            • J // 18.12.2017 à 06h50

              Et je ne vois pour le moment que deux explications possibles à cette polarisation :
              – d’un côté il s’agit essentiellement de Juifs…
              – de l’autre côté fil s’agit d’abord de la mouvance djihadiste dont l’objectif déclaré est d’instaurer le “royaume de Dieu sur terre”, pour qui Israël représente un verrou stratégique à faire sauter (le Hamas relève de la Fraternité Musulmane)…

               1

              Alerter
          • Vincent P. // 17.12.2017 à 12h45

            Pour le spécieux J :
            Petit extrait trouvé vite fait sur l’express.fr

            “Sortir de Gaza par l’Egypte reste un calvaire ”

            Fin mai, quand l’Egypte a renoué avec Gaza, et annoncé qu’elle allait ouvrir sa frontière, des milliers de Palestiniens se sont rués vers le point de passage, avec l’espoir que s’ouvrent les portes de Rafah.
            Mais les annonces n’étaient pas très claires: “J’ai d’abord cru que la frontière serait ouverte toute la journée, mais très vite les autorités ont indiqué que le point de passage ne serait ouvert qu’entre 9h et 17h. Et seuls les hommes de plus de 40 ans et les étudiants pouvaient entrer et sortir sans visa”, confie Ahmed. Seulement 500 personnes sont autorisées à passer chaque jour par Rafah, et la liste d’attente est sans fin. “Si tu arrives au point de passage en juin, tu n’es pas sorti avant le mois de septembre”, ironise Ahmed.

             7

            Alerter
            • Vincent P. // 17.12.2017 à 12h55

              Sinon on peut parler de phosphore blanc aussi :
              les libres et sereins habitants de Gaza se le sont fait recommander par le pays que vous aimez tant.
              Vous me direz, ceux qui n’aiment pas peuvent toujours partir, hein !
              (auto-modération !!)

               6

              Alerter
            • J // 17.12.2017 à 18h23

              C’est aux Egyptiens qu’il faut le dire.

               0

              Alerter
  • keg // 17.12.2017 à 09h27

    Quand Jérusalem la vile de la paix devient la ville de guerre, en guerre…. Je ne donne pas cher de son devenir…. Serait–ce la nouvelle Go-more à cause de Trump. Ne vous trumpez pas de cible…..

    Que sortira t-il de cet emmerde maximale. Il est vrai que la Syrie tire à sa fin et qu’il faut occuper les boys ailleurs…. et surtout loin du pays où ils sont nés.. Il paraît qu’un certain 25/12, il y a longtemps, naissait dans ses faubourgs et dans une étable un certain Jésusalem!

    https://wp.me/p4Im0Q-2dv

     2

    Alerter
  • Gérard // 17.12.2017 à 20h27

    Avant même d’avoir lu l’article, son contenu, cherché à en mesurer les arguments, qui ont sûrement leur valeur (je n’ai pas beaucoup d’a-priori favorables en ce qui concerne les politiques israéliennes vis-à-vis de la population démunie), je tiens à signaler que l’illustrer par cette caricature à la fois inacceptable sur le fond (il y aurait des empilements de cadavres palestiniens assimilables aux victimes des camps de la mort) et discutable par son caractère provocateur (qu’y a-t-il à gagner à jouer la transgression à ce point?), l’administration du site se cause beaucoup de tort, cause beaucoup de tort à ceux qui souhaitent affirmer dans la cité qu’il s’agit d’un site utile, crédible, intéressant, et cause beaucoup de tort aux idées alternatives et raisonnements les soutenant.
    On connaît le poids des images à fortiori dans notre société où quelques minutes suffisent à retransmettre à des milliers de personnes un contenu discutable.

    Reprenez-vous!

     3

    Alerter
    • Malek // 20.12.2017 à 10h40

      merci de vous reprendre d’abord et de lire l’article avant de commenter sur le fond.

       0

      Alerter
  • christian gedeon // 20.12.2017 à 15h26

    L’heure H ou l’heure A,comme arabes,ou l’heure M comme musulmans puis que les Iraniens ne sont pas arabes?Alors comme çà les israéliens ont les seuls salauds? La circonstance que le hamas ,le jihad islamique(les mêmes) l’Iran et une bonne partie de “la rue arabe ” aient encore pour objectif de jeter les juifs à la mer,çà compte pour du beurre? Allons allons…tout le monde sait qu’Israël ne peut pas céder la profondeur stratégique de la Cisjordanie,il suffit de regarder une carte…on va arrêter un jour de se raconter des carabistouilles?

     0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications