14
Août
2017

Suite de notre série sur le Venezuela, avec différents articles visant à compléter la vision diffusée par les médias.

Rappelons que nous ne soutenons aucun camp là-bas, militons pour que le peuple vénézuelien choisisse librement et démocratiquement son avenir, et condamnons toutes les atteintes aux Droits de l’Homme des deux camps…

Pour changer, une vision critique venant de l’extrême-gauche

Source : Le Blog mediapart, Jean-Marc B, 21-05-2017

Le régime « chaviste », après avoir déréglé les mécanismes de l’économie de marché, sans leur substituer la logique d’une économie socialiste, ni d’un pouvoir des travailleurs, connait un effondrement économique sans précédent, et des affrontements croissants entre la nouvelle et la vieille bourgeoisie. La seule alternative est la construction d’un mouvement ouvrier et populaire indépendant.

Effondrement économique

Chavez a donné le change un moment avec de longs discours sur le « socialisme du XXIème siècle » et même l’écosocialisme. Mais les discours enflammés ont servi à maintenir une société toujours capitaliste, toujours autoritaire, sans démocratie des travailleurs, très dépendante du pétrole comme des multinationales et de la finance internationale. A aucun moment la bourgeoisie n’a été expropriée. A tel point qu’elle prospère politiquement, profitant de l’approfondissement sous Maduro de l’incohérence économique, de la corruption et du césarisme autoritaire.

Les produits pétroliers ont représenté environ 95 % des exportations en 2016 contre 69 % en 1998. Il n’y a pas eu de réinvestissement productif de la gigantesque rente que l’Etat vénézuélien a encaissé comme résultat de la montée des prix du pétrole dans les années 2000. Le Vénézuela n’est pas sorti du modèle du pétro-Etat corrompu et donc autoritaire, pas plus que le Nigeria ou l’Angola.

Pendant la présidence de Chavez (1999-2013), le cours du pétrole est passé de 8 à 150 dollars le baril, mais le régime de Chavez n’a pas réinvesti une partie de cette rente dans des projets productifs, ni même dans la production de pétrole. Celle-ci a chuté entre 1998 et 2016 de 3,2 à 2,2 millions de barils par jour. L’absence d’investissements a aussi fait reculer la quantité raffinée de plus de 1 million en 2005 à 830 000 baril par jour en 2015. Le Vénézuela vend de moins en moins de brut et doit maintenant importer des produits raffinés. Le pays importe désormais du sucre et du café et manque des devises nécessaires à l’achat de ses produits de base.

L’hyperinflation, selon les calculs du FMI , dépasse en Avril 2017 les 700% en rythme annuel. Le taux de croissance est fortement négatif depuis 2014. En 2016, l’État a payé plus de 60 milliards de dollars pour le remboursement de la dette publique externe, soit environ 15% du PIB, alors que les droits élémentaires comme la santé ou l’alimentation ne sont plus assurés. De nombreux médicaments allant de simples anti-inflammatoires aux traitements de chimiothérapie sont devenus inabordables pour la plupart des Vénézuéliens, à tel point que Maduro a demandé aux Nations Unies de l’aider.

L’émigration, pour la première fois, devient massive. La crise économique amplifie les recours à la violence. Selon un rapport de l’observatoire vénézuélien de la violence publié fin 2016, le Vénézuela serait le deuxième Etat le plus violent au monde après le Salvador avec un taux d’homicides estimé de 91,8 par an pour 100.000 habitants .

Le gouvernement cède enfin à l’extractivisme, avec son mégaprojet d’exploitation minière autour de la frange de l’Orénoque, sous contrôle des militaires et en alliance avec des multinationales, qui devrait concerner 12% du territoire national, au détriment de l’environnement, de la biodiversité exceptionnelle de cette zone et des nombreuses communautés indigènes. Il prévoit aussi de placer une grande partie du pays sous un régime de Zones économiques spéciales (ZES) où ne seront pas appliquées les lois fiscales, de protection sociale ou du travail.

 

Affrontement entre deux secteurs de la bourgeoisie

La crise économique s’est soldée par la victoire de l’opposition aux élections législatives de décembre 2015. L’opposition regroupées dans le MUD (Table de l’Unité Démocratique), coalition d’une vingtaine de partis, a alors remporté 99 sièges sur 167 au Parlement monocaréral, les chavistes n’en retenant plus que 46. C’est alors que le président Maduro a commencé à concentrer tous les pouvoirs dans l’exécutif. Il a d’abord a refusé de reconnaitre la victoire de l’opposition. Le Tribunal suprême de Justice, a accepté seulement 7 dénonciations pour fraude concernant 8 députés, dans trois Etats, mais a ordonné l’annulation des résultats. Puis début 2017, le Tribunal suprême s’est approprié les pouvoirs législatifs, remettant en cause en même temps l’immunité parlementaire. Mais face aux protestations internationales et nationales, y compris celle de Luisa Ortega, Procureure de la République, chaviste historique, Maduro a fait marche arrière.

En mai 2016 déjà, les tensions sur la frontière avec la Colombie ont été le prétexte de la déclaration de l’Etat d’exception et de l’Etat d’urgence. Puis Maduro a refusé de présenter le budget devant le Parlement, se contentant de le faire ratifier par le «parlement du peuple», à savoir son parti, le PSUV (Parti socialiste unifié du Venezuela).

L’opposition a lancé en 2016 le processus de récolte de signatures requis par la Constitution pour la tenue d’un référendum révocatoire du Président de la République. Cependant, le Conseil national électoral (CNE), a suspendu le processus le 20 octobre 2016, après que des tribunaux pénaux déclarent qu’il y avait fraude pour 1% des signatures. Le CNE a recueilli à nouveau le montant des signatures nécessaires, le CNE a communiqué à la population que le référendum était suspendu jusqu’à nouvel ordre, étant donné qu’en cette année 2017 il y avait des élections municipales.

Le président Maduro est confronté depuis le 1er avril à une vague de manifestations hostiles et de violences qui ont déjà fait des dizaines de morts, des centaines de blessés, des centaines d’arrestations, dont un grand nombre d’emprisonnés sur ordre de tribunaux militaires.

En réponse à cette situation, Maduro a annoncé le 1er Mai la convocation d’une assemblée constituante chargée de réformer le texte suprême datant de 1999 et qui serait conformée de 500 membres dont « 200 à 250 seront élus par la base de la classe ouvrière, des communes, des missions, des Indigènes, des paysans, des quartiers, des mouvements sociaux », l’autre moitié étant élue au scrutin direct « selon un système territorial » sur la base des circonscriptions municipales.

Les députés de l’opposition ont dénoncé le fait que« les constituants ne seront pas élus par des votes libres, secrets et universels » et que« le gouvernement obtiendrait le contrôle de tous les pouvoirs », y compris du Parlement, dont la majorité lui est opposée depuis les législatives de décembre 2015. Nicmer Evans, dirigeant de Marea Socialista, voit dans la décision de Maduro « un coup contre la Constitution promue par Hugo Chavez, la mort du projet chaviste décidée par le gouvernement ».

L’opposition continue à exiger des élections générales anticipées et rejette la convocation de cette assemblée constituante, affirmant qu’il s’agit d’une manoeuvre pour repousser le scrutin présidentiel prévu fin 2018 et s’accrocher au pouvoir. Elle redouble d’imagination chaque jour pour maintenir la pression dans les rues. Elle a ainsi fait manifester plusieurs milliers de grands-parents à Caracas, a organisé des cortèges de voitures, de motos, de vélos et même de chevaux à travers le pays. Elle a réuni une nouvelle manifestation à l’occasion de la fête des Mères, et le 20 mai environ 200 000 dans plusieurs ville, notamment à Caracas. L’opposition entend désormais rendre le Vénézuela « ingouvernable », y compris par le bloquage des autoroutes. Quelques jours avant, 2 600 militaires ont été déployés dans l’Etat de Tachira, à la frontière de la Colombie, après une série de pillages et d’attaques contre des installations de la police et de l’armée. Des troubles agitent aussi d’autres régions du pays.

Maduro affirme bénéficier de la «loyauté inconditionnelle» de l’armée, et accuse ses adversaires de mener une «insurrection armée» pour favoriser un coup d’État avec le soutien logistique et financier des États-Unis. “Nous ne pouvons pas parler de manifestations. Il s’agit d’actions subversives (…) qui virent déjà à l’insurrection armée”, a accusé le ministre de la Défense le général Padrino Lopez. “L’idée est de transformer le Venezuela en une Syrie et (l’Etat de) Tachira en un Alep ».

Dans le même temps, le régime s’est attaqué aux formations politiques jusque-là proches du « chavisme critique » et indépendantes du parti du régime (le Parti socialiste unifié du Venezuela -PSUV) comme Marea Socialista ou le PC Vénézuélien. Elle doivent désormais se plier à des conditions draconiennes pour tenter de conserver une existence légale. La plupart des entreprises publiques ont été militarisées, et les garanties constitutionnelles sont éliminées par l’Etat d’exception.

Isolement diplomatique

Hugo Chavez avait créé l’ ALBA (Alliance bolivarienne des peuples de notre Amérique, en français « Aube ») , une tentative de plus de la bourgeoisie latino-américaine pour avoir une politique plus indépendante de l’impérialisme. Elle est aujourd’hui agonisante du fait de l’isolement du Vénézuela et des reculs des gauches dites progressistes du sous-continent.

Les Etats-Unis et les régimes de droite ont profité de cette crise pour isoler le régime chaviste. Obama avait déclaré en 2015 que le Venezuela était une menace pour la sécurité nationale et la politique extérieure des Etats-Unis . Washington a depuis, tout en niant financer toute action violente au Venezuela, exprimé à plusieurs reprises son inquiétude quant à la situation du pays sud-américain, comme l’ont également fait l’ONU, l’Union européenne et l’Organisation des États américains (OEA). En réponse, Caracas a décidé de quitter l’OEA. Des pays de centre-gauche comme le Chili ou l’Uruguay font des pressions. Le régime de Maduro a aussi fait l’objet de condamnation de la part d’une quantité d’ONG, comme par exemple American Watch, Amnesty International ou Reporters sans Frontières. Le 17 mai, le Conseil de sécurité de l’ONU a abordé le sujet du Vénézuela pour la première fois, à la demande de Washington. Durant la réunion, les Etats-Unis ont affirmé le risque que cette crise « ne dégénère en un conflit d’envergure, similaire à la situation en Syrie ou au Soudan du Sud ».

 

« Union nationale » entre exploiteurs et prédateurs ?

La Déclaration récente de mouvements et organisations de gauche du Vénézuela parle de la dictature d’une « droite unifié (MUD-PSUV-militaires-Eglise catholique)…criminalisant toutes les positions dissidentes qui remettent en question leur actuel pacte bipartisan dont la trompeuse dispute vise non pas l’amélioration des conditions de vie dégradantes de la majorité de la population – qui vit exclusivement de son travail – mais l’administration de la rente pétrolière… ».

La constitution d’une « Union nationale » formalisant l’existence de cette « droite unifiée » serait peut-être la seule issue capable d’éviter une guerre civile à court terme. Elle demanderait une négociation sur les mécanismes institutionnels et la répartition du gâteau entre les deux secteurs bourgeois en conflit: la bourgeoisie classique, représentée grossièrement par les dirigeants du MUD, et la bourgeoisie émergente, dite « boli-bourgeoisie », qui dispose de l’Etat comme un levier d’«accumulation primitive».L’accumulation de la première repose sur l’exploitation directe du travail, celle de la seconde sur toutes les formes de prédation, notamment ici l’appropriation de la rente pétrolière et minière. La conclusion d’un accord est d’autant plus difficile que le MUD est lui même très divisé. Il réclame la démission de Maduro, mais n’a pas de programme commun.

Fort de ses services reconnus lors des négociations entre les Etats-Unis et Cuba, le Vatican a tenté une médiation entre les deux secteurs, mais celle n’a pas abouti, y compris faute de soutien de la Conférence Episcopale vénézuélienne.

Coup d’Etat militaire ?

C’est le moins probable, car l’armée gère déjà le pays. Un tiers des ministères et la moitié des gouverneurs sont aux mains des militaires. Ils se substituent même de plus en plus à la Justice. Ils sont placés à des postes clés de la gestion publique où les niveaux de corruption sont particulièrement importants: allocation des devises, ports, distribution alimentaire. Les militaires contrôlent la production et la distribution d’aliments de première nécessité, mais aussi une société pétrolière, une télévision, une banque, une usine d’assemblage automobile et une entreprise de construction.

Toutefois les militaires ont manifesté plus de soutien à Chavez qu’à Maduro. Ce dernier, visiblement inquiet, vient de demander aux militaires de faire des propositions afin de renforcer « l’union de l’armée avec le peuple bolivien ». Précédemment, il avait écarté des cadres et renforcé les privilèges de l’Etat major. Depuis décembre ces dépenses ne sont plus contrôlées par des cours de justice de la République…

 

Invasion impérialiste ?

Alors que en 2015 Obama avait déclaré le Vénézuela une menace pour la sécurité des Etats-Unis, le Vénézuela est sans doute devenu deux ans plus tard une menace secondaire, pour trois raisons: les Etats-Unis disposent de « meilleurs ennemis » au Moyen-Orient, le Venezuela a perdu tout le poids gagné sur le continent à l’époque de Chavez, et les Etats-Unis sont devenus autosuffisants en pétrole. Mais la rupture du Venezuela avec l’OEA, et la personnalité de Trump ne peuvent exclure une invasion militaire, notamment en cas de guerre civile. Le risque existe donc que les Etats-Unis attendent que le fruit mûrisse pour donner le « coup de pouce », avec ou sans l’appui de l’OEA.

 

Une issue progessiste ?

La situation des classes populaires est dramatique, et exige la reconstruction d’un instrument un instrument qui redonne espoir aux travailleurs, aux jeunes, aux femmes, aux intellectuels qui entendent renouer avec la lutte pour l’émancipation. C’est la seule voie qui puisse éviter la barbarie, en établissant enfin à terme un pouvoir des travailleurs.

C’est l’issue que défend la gauche vénézuélienne et qui mérite le soutien des progressistes du monde entier. La Déclaration de mouvements et organisations de gauche déjà citée lance un appel pressant « Nous sommes convaincu·e·s de l’urgente nécessité de consolider un nouveau pôle politique de référence, c’est-à-dire un mouvement éthico-social ample qui exprime les véritables aspirations et les besoins des hommes et des femmes vénézuéliens. C’est la raison pour laquelle nous convoquons tous les secteurs sociaux et politiques de l’Etat ainsi que du pays (travailleurs ruraux et urbains, étudiants, commerçants, producteurs, communautés organisées, autres organisations populaires et le peuple en général) à construire ce mouvement politico-social sans dirigeants ni corrompus. »

 

Quelle solidarité ?

Premièrement, il faut défendre le peuple du Vénézuela, pris en étau dans un conflit entre deux bourgeoisies: l’ancienne, qui a raté son coup d’Etat en 2002, mais loin d’avoir disparue, et la « boli-bourgeoisie », monstre née de la corruption et des trafics divers sous la protection de l’armée. Face à la menace impérialiste, il faut exiger le respect du principe de non intervention, les manoeuvres des Etats-Unis et de l’OEA comme les préparatifs d’agression directe.

Deuxièmement, ce serait tirer dans le dos du peuple vénézuélien que de défendre le régime en place, totalement bourgeois. C’est l’ornière dans laquelle sont tombées beaucoup de secteurs de la gauche latino-américaine et bien au delà, y compris en France.

Troisièmement, le Vénézuela est l’occasion de comprendre, une fois de plus, que s’arrêter à mi-chemin sur le chemin de l’expropriation de la bourgeoisie, de la socialisation des grands moyens de production, et d’un pouvoir des travailleurs, c’est nécessairement aboutir au chaos économique et au désastre politique.

Source : Le Blog mediapart, Jean-Marc B, 21-05-2017

===========================================

Le “socialisme” du Vénézuela n’est que soumission au capital

Source : Le Blog mediapart, Jean-Marc B, 27-06-2017

Les statistiques officielles du Vénézuela confirment que la “révolution bolivarienne” chantée par certains politiciens réformistes n’a jamais eu lieu. La vieille bourgeoisie a pu augmenter la rentabilité du capital, comme empêcher les nationalisations. Elle ne s’oppose sur le fond à la nouvelle “bolibourgeoisie” que pour accaparer les rentes du pétrole et de divers trafics.

Dans “Où va le Venezuela ?, article publié il y a quelques semaines, nous expliquions que le régime « chaviste », après avoir déréglé les mécanismes de l’économie de marché, sans avoir jamais commencé à leur substituer la logique d’une économie socialiste, ni d’un pouvoir des travailleurs, connaissait un effondrement économique sans précédent, et des affrontements croissants entre la nouvelle et la vieille bourgeoisie.

Nous disposons maintenant des statistiques officielles qui confirment la soumission absolue au capital du régime soit disant “socialiste” du Vénézuela. Elles sont reprises d’un article de défense de la bolibourgeoisie, posté sur un blog MDP, bien entendu pas ouvert aux commentaires…

Première constatation lue dans les statistiques officielles: un aspect essentiel du modèle néolibéral s’est imposé. Alors que la production dans le secteur privé a augmenté en moyenne de 35% entre 1999 et 2015, la valeur ajoutée par les institutions financières et d’assurance, principalement privée, a littéralement explosé (375 %) durant la même période.

Deuxième constatation: non seulement le produit intérieur brut du secteur privé a augmenté, mais le taux de rentabilité du capital a plus que doublé entre 2003 et 2008, se situant alors à 22 % en 2008. C’est la dernière mesure disponible. Elle correspond au niveau le plus élevé depuis que cette donnée est mesurée, soit depuis 1970 (14 %).

Troisième constatation lue dans les statistiques officielles: sur 28.222 unités économiques correspondant en 2015 à l’activité industrielle, seules 363, soit 1,2 % sont aux mains du secteur public. Ce chiffre tombe à 0,12 % pour les unités économiques liées aux activités commerciales, et à 0,88 % pour celles du secteur des services.

Source : Le Blog mediapart, Jean-Marc B, 27-06-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

22 réponses à Où va le Venezuela ?

Commentaires recommandés

Garibaldi2 Le 14 août 2017 à 05h53

Quand j’ai lu : ”Pendant la présidence de Chavez (1999-2013), le cours du pétrole est passé de 8 à 150 dollars le baril”, j’ai commencé à tiquer, car le baril de brut WTI était à 17,90 US$ en 1999 et à 97,98 US$ en 2013 (source : https://lc.cx/c8xB) étant rappelé que le brut vénézuélien est très lourd.

Puis j’ai lu : ”En 2016, l’État a payé plus de 60 milliards de dollars pour le remboursement de la dette publique externe”. Pourtant le journal Capital n’en trouve que 10,5 (source : https://lc.cx/c8xu).

Puis : ”L’opposition regroupées dans le MUD (Table de l’Unité Démocratique), coalition d’une vingtaine de partis, a alors remporté 99 sièges sur 167 au Parlement monocaréral, les chavistes n’en retenant plus que 46”, alors que Wikipedia indique 112 sièges (avec 56,2% des voix) pour la MUD et 55 (avec 40,9% des voix) pour les chavistes (source : https://lc.cx/c8xL).

Donc, j’ai arrêté de lire !

  1. Catalina Le 14 août 2017 à 05h06
    Afficher/Masquer

    Article très complet il me semble : Le Venezuela est-il victime d’une guerre économique ?
    Valentine Delbos, (comparaison entre la guerre économique qu’a subit le Chili et l’actualité au Venezuela)mais pas que

    https://www.legrandsoir.info/le-venezuela-est-il-victime-d-une-guerre-economique.html

    et puis ceci, si c’est le privé qui possède tout, pourquoi donc les gauchistes mettent-ils la faute sur le gouvernement ?

    : “Troisième constatation lue dans les statistiques officielles: sur 28.222 unités économiques correspondant en 2015 à l’activité industrielle, seules 363, soit 1,2 % sont aux mains du secteur public. Ce chiffre tombe à 0,12 % pour les unités économiques liées aux activités commerciales, et à 0,88 % pour celles du secteur des services.”
    Il me semble qu’il y a une grosse contradiction, je dis ça…


    • Silkss Le 14 août 2017 à 18h55
      Afficher/Masquer

      Il faut savoir que je connais ce monsieur (j’ai plusieurs échanges) et que ses analyses de “chavistes critiques” sont parfois très biaisées même si elles sont assez intéressantes sur certains points.


    • Charles Le 14 août 2017 à 23h40
      Afficher/Masquer

      L’article ne dit pas que le privé contrôle tout. Il explique que le socialisme chaviste n’est qu’un mot, comme dans la bouche de bien d’autres politiciens. Il explique surtout, ce qui est attesté par tous les économistes, que le pétrole est à 40 % sous contrôle des multinationales, que la dette est payée rubis sur l’ongle -jusqu’à un effondrement proche – que des zones franches doivent être ouvertes au capital étranger, et que l’Arc de l’Orénoque, aux richesses minérales fabuleuses est en train d’être vendu à leur saccage extractiviste.


  2. Garibaldi2 Le 14 août 2017 à 05h53
    Afficher/Masquer

    Quand j’ai lu : ”Pendant la présidence de Chavez (1999-2013), le cours du pétrole est passé de 8 à 150 dollars le baril”, j’ai commencé à tiquer, car le baril de brut WTI était à 17,90 US$ en 1999 et à 97,98 US$ en 2013 (source : https://lc.cx/c8xB) étant rappelé que le brut vénézuélien est très lourd.

    Puis j’ai lu : ”En 2016, l’État a payé plus de 60 milliards de dollars pour le remboursement de la dette publique externe”. Pourtant le journal Capital n’en trouve que 10,5 (source : https://lc.cx/c8xu).

    Puis : ”L’opposition regroupées dans le MUD (Table de l’Unité Démocratique), coalition d’une vingtaine de partis, a alors remporté 99 sièges sur 167 au Parlement monocaréral, les chavistes n’en retenant plus que 46”, alors que Wikipedia indique 112 sièges (avec 56,2% des voix) pour la MUD et 55 (avec 40,9% des voix) pour les chavistes (source : https://lc.cx/c8xL).

    Donc, j’ai arrêté de lire !


    • Charles Le 15 août 2017 à 17h21
      Afficher/Masquer

      Pas le temps de vérifier les chiffres. Mais ne change pas le fond de l’affaire: un pays d’autant plus menacé par l’impérialisme que son gouvernement a trahi son projet socialiste et s’est donc aliéné les secteurs populaires. C’est ce que constatent les secteurs progressistes au Vénézuela, même si certains ont pris beaucoup de temps à comprendre.


  3. DocteurGroDois Le 14 août 2017 à 09h22
    Afficher/Masquer

    On voit bien que la gauche s’est trompée et se trompe toujours sur la nature du bolivarisme de Chavez qui est profondément nationaliste et militariste, mais qui a adopté le cadre et le langage fourni par la gauche radicale de l’époque et qui elle-même a adhéré à la cause des commandants.

    Bref, le Venezuela est un État rentier militarisé et ne sera jamais un État providence d’économie socialiste.

    Ce qui s’est passé au Venezuela est hélas assez typique des expériences précédentes. Pour ceux que ça intéresse, je conseille le bouquin de Gérard Chaliand “Mythe Révolutionnaires du Tiers Monde: guérillas et socialisme”.


    • Madudu Le 14 août 2017 à 10h12
      Afficher/Masquer

      Il manque une conclusion à votre propos il me semble.

      Car quoi que l’on pense du chavisme la question qui se pose actuellement au Venezuela n’est pas :

      “Est-ce que le chavisme est une réussite ?”

      Mais :

      “La dite “opposition” est-elle légitime à renverser le gouvernement élu, par la force et avec l’aide de puissances étrangères ?”

      La démocratie n’assure pas que l’on ne fasse jamais d’erreur, elle assure que si l’on fait des erreurs il est possible de les rectifier à l’élection suivante.

      Alors attendons l’élection présidentielle suivante, et condamnons sans ambiguïté cette auto-proclamée opposition qui voudrait imposer sa volonté de manière unilatérale et dans le sang.


      • DocteurGroDois Le 14 août 2017 à 14h50
        Afficher/Masquer

        Qu’est-ce qui interdit de faire le bilan du chavisme?

        La démocratie n’assure pas que l’on ne fasse jamais d’erreur, encore faut il les admettre.


    • Charles Le 14 août 2017 à 23h48
      Afficher/Masquer

      Toute la gauche ne s’est pas trompée. La gauche venezuelienne a soutenu Chavez, puis s’est rendu compte du caractère bourgeois du gouvernement mis en place par Maduro. Idem pour la gauche aux Etats-Unis, ou en France. Sauf ceux qui la veille de la chute du mur de Berlin défendaient encore le stalinisme…

      Pour ceux qui comprennent l’anglais, pour publication ici avec traduction si possible, je recommande hautement ce long interview de la juge Eva Gollinger, soutien et proche de Chavez de la première heure, auteur de plusieurs livres dont “The Chavez Code” qui dénonce l’agression impérialiste qu’à constitué la tentative de coup d’Etat de 2002. Elle n’hésite pas à dire que les espoirs et les projets ont été trahis.
      https://theintercept.com/2017/08/12/the-battle-for-venezuela-and-its-oil/


  4. Catalina Le 14 août 2017 à 12h06
    Afficher/Masquer

    j,
    votre lien n’apporte pas la preuve que tout comme le Chili, le Vénezuela n’est pas assailli par une guerre économique, bien au contraire, il renforce cette idée. Pénuries orchestrées avant le coup d’état pour que les gens s’en prennent au gouvernement, tout y est !!
    et il ne donne pas non plus une quelconque preuve de qui est responsable des charniers….
    j’ai personnellement connu un chilien de l’époque, il n’affirmait pas ce que vous avancez. et je suis bien triste de votre récupération de Pablo Néruda. Il vous faut remettre les choses dans leurs contexte, oui les gens souffraient, mais tout comme aujourd’hui pa un blocus de la droite sur les marchandises, par par le fait d’Allende. le guerre économique, ça vous parle ? Néruda a chanté pour ses compagnons d’infortune, trouvez moi une seule chance où il crache sur Allende .


  5. Catalina Le 14 août 2017 à 12h07
    Afficher/Masquer

    Pablo Neruda parle d’Allende : “Il était l’incarnation de l’anti-dictateur, du démocrate respectueux des principes dans leur moindre détail. Le pays qu’il dirigeait n’était plus ce peuple novice de Balmaceda, mais une classe ouvrière puissante et bien informée. Allende était un président collectif; un homme qui, bien que n’étant pas issu des classes populaires, était un produit de leurs luttes contre la stagnation et la corruption des exploiteurs. C’est pourquoi l’oeuvre réalisée par Allende dans un temps si court est supérieure à celle de Balmaceda ; mieux, c’est la plus importante dans l’histoire du Chili.”
    http://pablo-neruda2-france.blogspot.com/2008/03/allende.html

    Patrie douce et dure, J’avoue que j’ai vécu, Pages 513-517 Editions Gallimard, 1975, Traduction de Claude Couffon


    • J Le 14 août 2017 à 16h41
      Afficher/Masquer

      Sachant comment le même Neruda avait parlé de Staline en son temps, ce n’est pas convaincant que ça.


  6. Krystyna Hawrot Le 14 août 2017 à 15h30
    Afficher/Masquer

    Cet article me rappelle toutes les critiques sur le “capitalisme d’Etat” chères au trockistes occidentaux quand ils fustigeaient Gomulka, Brejniev, Jaruzelski ou Kadar. Sauf qu’une fois que “l’opposition de gauche au capitalisme d’Etat” a contribué à renverser les régimes staliniens, (vide le soutien énorme des gauchistes de la CFDT de l”époque à Solidarnosc), ce ne sont pas les militants trockistes occidentaux qui sont allés expérimenter la misère néolibérale qu’ils avaient semeé dans les pays de l’Est… Ils sont sagement restés à Paris pendant que les peuples russes, polonais, hongrois et autres crevaient de misère entre les multinationales occidentales et l’extrême droite nationalistes. Depuis que j’ai compris ça, je me méfie comme de la peste, de ce genre de critiques!


  7. Krystyna Hawrot Le 14 août 2017 à 15h44
    Afficher/Masquer

    La fameuse “bolibourgeoisie” ce serait l’équivalent de ce qu’on appelait assez stupidement en Occident la “nomenklatura”, qu’on ne nommait jamais ainsi dans les pays concernés. On appelait les élites politiques, économiques et culturelles issus des processus d’ascension sociale des années 50-60 mis en route par les régimes communistes, justement les “élites issues de l’ascension sociale”, pour les différencier des élites de l’ancienne intelligentsia toujours présentes dans de nombreux domaines, surtout en Pologne. Je ne vois pas ce qu’il y a de mal à ce qu’un Etat cherche à créer des élites en formant des jeunes issus des classes populaires. C’est la seule façon d’avoir du sang neuf dans un Etat arriéré et conservateur et aussi des gens susceptibles de lui être fidèles tout en étant éduqués. Et il est entendu que ces élites “d’ascension sociales” ne vivent pas de clopinettes et il faut leur donner des salaires et des logements. Pourquoi serait il mal d’être une classe moyenne “bolivarienne” alors qu’en Occident on se gargarise de l’importance de la classe moyenne?


  8. SARTON Bernard Le 14 août 2017 à 16h58
    Afficher/Masquer

    Même si une bourgeoisie dite “nationale” prend position contre l’empire US , comme du temps de De Gaulle en France sous la forme d’un capitalisme d’Etat comme étape indispensable pour créer les conditions de la société socialiste , les forces révolutionnaires ne doivent jamais oublier que la bourgeoisie reste une classe exploiteuse . Tant que la propriété du système productif n’est pas dans les mains des travailleurs rien ne peut changer vraiment dans un pays . Il faut donc que les révolutionnaires poursuivent leur travail idéologique et d’organisation dans les masses salariées pour qu’elles prennent vraiment le pouvoir à tous les stades de la production matérielle et intellectuelle afin d’évacuer les forces de la bourgeoisie des directions d’entreprises et de l’Etat . Sans cela on ne peut rien changer dans la vie des citoyens pour construire la société communiste de l’avenir . La bataille est rude et souvent sanguinaire mais l’humanité est faite de violences dans tout processus historique , c’est regrettable mais c’est une loi naturelle de la nature §§§§§


    • Fritz Le 14 août 2017 à 21h14
      Afficher/Masquer

      La loi de la nature ? Ça rappelle certains souvenirs…
      “La nature est cruelle, nous avons donc le droit de l’être aussi” (Adolf Hitler).


    • Charles Le 14 août 2017 à 23h57
      Afficher/Masquer

      Le fait est là. Le Venezuela n’ a jamais été socialiste. Et il n’y a rien de plus dangereux que de rester au milieu du gué. L’impérialisme et ses relais locaux emportent vite ceux qui croient y faire leur nid…

      Je viens de consulter le Blog de jean-marc B. Beaucoup d’articles avec informations éco et/ou orientations de sortie de cries défendues par la gauche venezuelienne.
      Une quarantaine d’articles ici: https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/120817/dossier-venezuela-au-12-aout-2017


    • RB83 Le 15 août 2017 à 09h49
      Afficher/Masquer

      Et bien entendu, c’est vous qui décidez, qui est est un bourgeois, qui est complice de la bourgeoisie, qui est un paysan riche, qui est un paysan pauvre, qui est un paysan moyennement riche, qui est un paysan moyen pauvre devenu moyen riche… bref, qui devra être “évacué”…
      Apparemment les millions de morts des expériences précédentes ne vous ont pas suffi…


    • PierreH Le 15 août 2017 à 23h34
      Afficher/Masquer

      Non ça n’est pas une loi de la nature, ce sont les physiciens qui s’occupent des lois de la nature. Tout au plus est-il (éventuellement très) difficile de l’éviter. C’est surtout une magnifique excuse pour faire preuve de violence et de cruauté afin d’arriver au pouvoir… Et laisser carte blanche aux plus assoifés de pouvoir.


  9. J Le 15 août 2017 à 20h38
    Afficher/Masquer

    Quand je parle de “une mondiale”, je parle du Golpe de Pinochet en général. Je me souviens très bien qu’on criait partout à l’horreur mais qu’on ne parlait guère de la résistance des syndicats, ni de la population en général. Donc, s’il y avait eu une réaction indignée massive, et forcément réprimée, des travailleurs de la plus grosse et emblématique entreprise du pays, il devrait en rester des traces quelques part. La seule mention concrète que pour le moment je connaisse, dont on pensera ce qu’on voudra, je l’ai par Clostermann. Ils ont applaudi, ce qui ne les a pas empêchés de se mettre en grève quelques années plus tard.


  10. occitan Le 16 août 2017 à 18h06
    Afficher/Masquer

    Et patatrac ! au lieu de défendre un des seuls régimes progressistes d’Amérique latine, les gauchos (probablement trotskystes ?) reproche à Chavez et son successeur de n’avoir pas accompli une révolution “totale” ! Comme disait Fidel Castro dans une conversation avec Ibrahim Ferrer (le musicien et chanteur cubain) en parlant des gauchistes occidentaux (je cite de mémoire) : “j’ai commis des erreurs mais qu’ils commencent par une révolution, même une toute petite, et après qu’ils viennent me voir nous boirons une bouteille de rhum ensemble…”
    Les critiques, comme d’habitude chez les membres de partis ultra minoritaires, sont dialectiquement justes mais hors-sol.
    Les paroles de Fidel figurent dans une vidéo dont vous pouvez trouver les références sur le site du Grand Soir.


    • Charles Le 16 août 2017 à 21h12
      Afficher/Masquer

      Occitan ne connait visiblement pas le Venezuela.
      1) Ce ne sont pas quelques “gauchos” qui critiquent le régime Maduro, mais maintenant tout ce qui compte à gauche au Venezuela
      2) la critique ne concerne pas la révolution “totale”, expression à la d’Ormesson ou Marchais, de vieux crabe, mais simplement le fait que la bolibourgeoisie exploite le peuple et livre le pays à l’impérialisme.
      Je recommande la lettre de Marea Socialista aux peuples du monde et à la gauche en particulier:
      https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/160817/venezuela-lettre-de-marea-socialista-aux-peuples-damerique-latine-et-du-monde
      Si quelqu’un peut traduire, cela vaut vraiment la peine.


Charte de modérations des commentaires