C’est inouï : une sorte de kidnapping de la Démocratie par les Médias – au services de quelques intérêts bien compris – est en train de se dérouler sous nos yeux.

J’ai toujours été choqué par le fait qu’on ait tranquillement accordé “l’indépendance politique” à la Banque centrale – donc au regroupement de personnes représentant les puissances d’argent. Ainsi, depuis 1992, un des principaux outils économiques échappe au pouvoir politique, donc au périmètre de la délibération démocratique.

Par ailleurs, de plus en plus de décisions économiques ont été transférées au niveau européen – surtout depuis 2013, où on est passé d’un contrôle budgétaire à un réel contrôle économique, donc politique – , échappant lui aussi à la délibération démocratique nationale. Pour ceux qui ignorent l’existence des Grandes orientations des politiques économiques de l’Union Européenne, je recommande de lire ce billet, issu de cette série. C’est à se demander si nos élections Présidentielles ne seraient plus désormais que de simple élections “régionales européennes” pour amuser la galerie, la capacité de notre Président d’agir en profondeur sur le sort du pays allant bientôt se retrouver au même niveau que celle du Président de la Région Bretagne.

Taquin, je me suis donc demandé depuis lors s’il n’allait pas arriver un moment où on allait nous dire que, comme la Banque centrale, il faudrait accorder “l’indépendance politique” au Président de la République, en en confiant la nomination à une poignée de personnes “qui savent, elles” – on ne sait jamais avec tous ces électeurs “popuazlistes” qui votent de moins en moins comme on leur demande…

J’avoue que je ne pensais pas voir ça aussi vite…

12 octobre 2016, 1er tour de la Présidentielle Médiatique : Hollande est coulé par Le Monde

Le 12 octobre 2016 est en fait un jour très important pour notre Démocratie – et on ne s’en est absolument pas rendu compte, ni sur le moment, ni même après.

C’est le jour où est sorti le livre Un président ne devrait pas dire ça, des journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme.

Ce livre a évidemment beaucoup plus dans les médias – autant de boue d’un coup, ce n’est pas commun.

Quand j’ai appris que Hollande avait accordé 61 entretiens tout au long du quinquennat aux deux auteurs qu’il connaissait depuis des décennies, j’ai pensé “Hollande vit vraiment sur une autre Planète”.

En effet, je comprends qu’un chef d’État ait envie que quelqu’un écrive l’histoire de son mandat. Pour Mitterrand ce fut Attali, et avant lui, pour de Gaulle, ce fut Alain Peyrefitte – deux proches, lettrés. Ce dernier raconte ceci dans le fantastique C’était de Gaulle :

Au bout de quelques jours d’agitation médiatique, puis de scandale politique, je me suis donc dit “mais qu’est ce qui a pris à Hollande de faire ce livre avant la fin de son mandat ?”, et en plus avec des journalistes du Monde ! C’est vraiment suicidaire !

Il s’est avéré que Hollande connaissait ces journalistes et les appréciait beaucoup. Il leur a fait confiance et leur a accordé plus de 60 entretiens.

Et voilà que les journalistes sortent ce livre avant que Hollande annonce s’il se représente ou non. Ils écrivent même ces lignes proprement hallucinantes dans leur préface – dont je vous recommande hautement la lecture pour édification sur l’éthique journalistique :

Bien sûr, Hollande est grandement responsable de sa situation – on se demande même s’il ne serait pas proche de la nécessité d’être mis sous protection juridique à ce stade. Mais oublions le : c’est bien le comportement de ces “journalistes” (qui ont sorti de grandes affaires, surtout contre l’UMP) qui est ici fascinant. Notons que Libération les a qualifiés d’asociaux et qu’ils ont une étonnante vision de leur métier finalement dans Le Parisien :

Déjà, tout ce qui surligné dans la préface pose de très lourdes questions éthiques. Tout comme interpelle le mépris en dégoulinant pour un Président qui leur a fait une confiance inimaginable et un cadeau inestimable (y compris financier à 200 000 exemplaires…). Après, il est vrai que, comme l’a joliment rappelé Antoine Bernheim “La reconnaissance est une maladie du chien non transmissible à l’homme.”

MAIS il reste une question fondamentale – très étrangement non abordée dans la préface : mais QUAND devait sortir ce livre alors ?

Et en fait, le porte-parole du gouvernement a répondu, et personne n’a tiqué :

Ainsi, selon le gouvernement, le livre devait sortir APRÈS le quinquennat – information qui a très peu circulé, pas grand chose à part ces 2 articles.

Je n’ai pas vu la réaction des journalistes à ces accusations. Sans doute diront-ils qu’ils avaient dit le contraire à Hollande une fois à la fin d’un repas bien arrosé, mais enfin, on voit mal pour le coup Hollande avoir vraiment accepté une sortie fin 2016, en plus en n’ayant pas lu le livre…

EDIT : sur l’indispensable Arrêt sur Images, les journalistes ont été interrogés par Schneidermann : ils y déclarent que le livre devait sortir avant la Présidentielle (ver 22’00), et qu’Hollande était d’accord, semblant inconscient du caractère explosif (encore faudrait-ils avoir quand cela a été discuté). Ceci étant, cela change peu les choses à mon avis. Cela confirme simplement qu’Hollande est inconscient ; mais les journalistes étaient très bien conscients, eux, de l’impact des confidences mesquines qu’ils rapportent à longueur de pages sur tel ou tel (et qui apportent bien peu de choses réellement utiles à un électeur pour orienter son vote). Ils ont donc souhaité, comme ils en avaient apparemment le droit moral, de sortir ce livre avant la présidentielle ; et donc ils ont décidé en toute connaissance de cause de décider d’agir sur elle, en trahissant au final la confiance du Président.

Et dans tous les cas, une vraie question éthique aurait dû se poser aux deux journalistes asociaux : il est évident que la publication du livre allait mettre le feu à la gauche, et compromettre très gravement la candidature de François Hollande.

Tout le monde sait ce que je pense de François Hollande : il ne s’est pas passé sur ce blog une semaine depuis 2012 sans que je le critique – c’est probablement le pire Président de la Ve République, c’est en tout cas le seul tellement impopulaire qu’il n’a pas pu se représenter…

Je ne me réveille donc jamais en sueur déplorant sa non-candidature. Je ne sais d’ailleurs pas vraiment si c’est une bonne chose ou pas qu’il ait abandonné. Peut-être aurait-il gagné la primaire, peut-être que Macron aurait un score bien plus faible. Peut-être cela aurait-il avantagé Fillon du coup. Peut-être…

Ce que je sais, en tout cas, c’est qu’on ne le saura jamais. Car il n’a pu être in fine candidat, et que j’estime que ce n’était pas au journal Le Monde d’en décider, mais aux citoyens…

Et je dis bien au Monde, car ce journal n’a pas viré ces deux journalistes suite à ce qui semble bien être de multiples et graves entorses éthiques aux lourdes conséquences. Et ça les amuse apparemment :

Suicide ou Assassinat ?

Mais le 2e tour est vite arrivé… (à suivre)

77 réponses à [Post-Démocratie] Présidémentielle 1er Tour : l’élimination de François Hollande par les médias (1/2)

Commentaires recommandés

Homère d'Allore Le 10 mars 2017 à 10h04

Ben oui. Ces journalistes sont sans foi ni loi…

Mais De Gaulle ne s’épanchait qu’avec Peyrefitte qui, quoi que l’on pense du personnage, était un homme d’Honneur.
Quant à Mitterrand, il a commencé ses entretiens avec Benhamou au moment où il se savait condamné par la maladie.

Faire confiance à des journalistes (du Monde, qui plus est !) est une très grave faute politique qui prouve bien que notre capitaine de pédalo était Président par un jeu de circonstances contingentes (Sofitel entre autres) mais pas par sa valeur intrinsèque.

Quant à revendiquer publiquement des “actions homo” c’est à dire l’élimination extra-judiciaire de terroristes ou supposés tels, c’est créer un appel à la vengeance de ces mêmes terroristes et mettre en danger la population.
Le rapporter dans une publication est de même nature.

Vivement l’arrivée au pouvoir d’Hommes d’État (au sens Mensch) et que tous ces politiciens carriéristes disparaissent dans la poussière de leur néant !

Mais, pour celà, il faut que la France soit indépendante, qu’elle décide de ses lois, qu’elle frappe monnaie et qu’elle décide de la paix ou de la guerre souverainement.

Donc sortir de l’Euro, de l’UE et de l’OTAN.

  1. Homère d'Allore Le 10 mars 2017 à 10h04
    Afficher/Masquer

    Ben oui. Ces journalistes sont sans foi ni loi…

    Mais De Gaulle ne s’épanchait qu’avec Peyrefitte qui, quoi que l’on pense du personnage, était un homme d’Honneur.
    Quant à Mitterrand, il a commencé ses entretiens avec Benhamou au moment où il se savait condamné par la maladie.

    Faire confiance à des journalistes (du Monde, qui plus est !) est une très grave faute politique qui prouve bien que notre capitaine de pédalo était Président par un jeu de circonstances contingentes (Sofitel entre autres) mais pas par sa valeur intrinsèque.

    Quant à revendiquer publiquement des “actions homo” c’est à dire l’élimination extra-judiciaire de terroristes ou supposés tels, c’est créer un appel à la vengeance de ces mêmes terroristes et mettre en danger la population.
    Le rapporter dans une publication est de même nature.

    Vivement l’arrivée au pouvoir d’Hommes d’État (au sens Mensch) et que tous ces politiciens carriéristes disparaissent dans la poussière de leur néant !

    Mais, pour celà, il faut que la France soit indépendante, qu’elle décide de ses lois, qu’elle frappe monnaie et qu’elle décide de la paix ou de la guerre souverainement.

    Donc sortir de l’Euro, de l’UE et de l’OTAN.


    • Crapaud Rouge Le 10 mars 2017 à 14h45
      Afficher/Masquer

      Homère d’Allore, quel (excellent) commentaire ! 🙂 “sortir de l’Euro, de l’UE et de l’OTAN”, oui, ça aiderait sûrement, car le président, son gouvernement et nos députés se verraient de nouveau chargés de responsabilités. Mais serait-ce suffisant ? J’en doute fort, car il y a aussi une question d’époque : désormais la technique domine tout, les interactions entre États sont mondialisées, (par les banques centrales, l’économie et les grandes institutions internationales), de sorte que les politiques n’ont plus qu’à gérer selon leurs marges de manœuvre comme un capitaine au milieu des récifs.


      • Papagateau Le 10 mars 2017 à 16h16
        Afficher/Masquer

        Les présidents n’ont pas beaucoup de marges de manœuvre car ce sont des hommes.
        Mais les peuples sont des peuples, donc ils en ont d’avantage.

        Cependant il faut pour cela que les hommes du peuple se sentent peuple … non pas le peuple, mais un peuple. Les médias n’y travaillent pas. Reste le travail du peuple sur lui-même.


      • Homère d'Allore Le 10 mars 2017 à 19h18
        Afficher/Masquer

        Nous sommes le 10 mars.

        Un autre 10 mars, mais en 1944, tombait Tom Morel sur le plateau des Glières.

        Il avait réussi à fédérer contre l’occupant des catholiques avec des communistes, des anarchistes espagnols avec des gaullistes…

        C’est l’esprit des Glières qui doit nous animer désormais.

        “Les interactions entre états sont mondialisées”

        C’est vrai. Parce que nous avons laissé faire en confiant notre souveraineté populaire à des politiciens qui se sont empressés de la soumettre aux puissances de l’argent.

        Mais le peuple peut reprendre sa souveraineté et le pays son indépendance. C’est une question de volonté politique commune et de rassemblement sur les questions essentielles.

        Souvenons nous de Tom Morel.

        http://www.glieres-resistance.org/MOREL-Theodose-alias-Tom


        • hmax Le 11 mars 2017 à 03h07
          Afficher/Masquer

          Le dédouanement ne sais a rien, il a trahit, salit, et détruit la France cet affabulateur.
          L’histoire le classera avec Sarko parmi les ultra libéralistes euro atlantiste anti-souverainiste antiprotectionniste, anti-unité nationale, les propagandistes, et les vas t’en guerre de France comme les traîtres de la nation les collaborateurs ou la France du parti l’étranger, ils ont provoqués en Libye, en Syrie, au Mali et bien d’autre pays souverains, un apartheid, le TIG est proche en espérant que le prochain président soit pas l’un de leur ami qui les protégeras jusqu’au jours J de notre sortie de cette tour de babel qui s’appelle l’UE.


        • Ztong Le 11 mars 2017 à 09h42
          Afficher/Masquer

          Homère, je nourris la crainte que le peuple, formaté à la conso et biberonné à l’infotainment, ne réponde pas à tes attentes.
          Pas en l’état.
          Il reçoit du pain et des jeux, et il en redemande.
          Certes il sent bien qu’il sert de vache à lait pour quelqu’un, mais il ne sait pas au juste qui et, vautré devant sa télé, il se dit : bof…

          J’en suis à me demander si, même en cas de crise grave, il serait apte à se reprendre en main.


  2. Hyac Le 10 mars 2017 à 10h08
    Afficher/Masquer

    Quel étrange sentiment ont ressent , nous vivons la fin du Nouveau Régime qui sombre car tous les corps de l’état sont vérolés par la consanguinité des oligarchies le composant…
    Un peu les années trente avec en plus un système de communication délirant à la fois réseau social et réseau d’égouts ! C’est tellement décourageant que l’on devient indifférent.


  3. Fritz Le 10 mars 2017 à 10h10
    Afficher/Masquer

    Manipuler l’élection présidentielle en deux temps ? C’est bien vu. Comme le président Hollande avait fort peu de chances d’être réélu en 2017, il fallait d’abord l’éliminer, puis préparer le candidat qui conviendrait aux extrémistes européistes, atlantistes et libéraux.

    Ce candidat de rechange ne devait pas être Manuel Valls, contrairement à ce qu’on imaginait en décembre, et il faudrait vérifier si les résultats de la primaire du PS ont bien été truqués. Tout laisse penser qu’on a favorisé un candidat marginal, le pseudo-frondeur Benoît Hamon, pour laisser un espace maximal au vrai candidat de l’oligarchie, du Monde et tutti quanti : Emmanuel Macron, l’intouchable Macron.

    Les interrogations sur le premier tour de cette primaire, où la direction du PS s’est permis d’ « appliquer des pourcentages » (!!), autrement dit de trafiquer les résultats, faisaient la une le lundi 23 janvier. Dès le 24, elles ont été opportunément étouffées par le déclenchement de la phase 2 : l’offensive contre Fillon.


    • calal Le 10 mars 2017 à 14h20
      Afficher/Masquer

      toujours la meme chose : des hommes politiques qui sont specialises dans l’arrivee et la prise de pouvoir. une fois qu’ils ont ce pouvoir,qu’en font ils? rien….ou plutot ils le monnaient…


    • RGT Le 11 mars 2017 à 09h15
      Afficher/Masquer

      Mon âge me permet de constater, avec le recul des années, que la “grande politique” n’est qu’un spectacle dont le scénario a été soigneusement préparé par l’oligarchie (qui ne participe pas bien sûr).
      C’est devenu réellement flagrant dans la première moitié des années 80 avec toutes les trahisons mitterrandiennes et la mise au rebut de toutes les “vraies” valeurs de la gauche.

      Le phénomène s’est désormais accentué et il atteint son paroxysme : Avec Sarközy puis Hollande c’est devenu un mauvais spectacle de Guignol qui ne fait même plus rire.

      Ne nous étonnons pas si les candidats “jetables” défilent en fonction d’un script écrit longtemps à l’avance et scrupuleusement respecté par tous ceux qui s’agitent sur la scène.

      Si les “gueux” votent mal et foutent le spectacle par terre il suffit simplement de changer quelques lignes du scénario et cette ignominie est alors vite balayée dans l’indifférence générale.

      Les principaux acteurs se foutent royalement du contenu du spectacle : de toutes façons ils touchent leur cachet à vie et n’ont plus ensuite à se soucier de simples problèmes d’intendance.

      C’est bien pour ça qu’ils n’ont de comptes à rendre à personne : Il ne sont au final que de simples salariés en CDD (à la retraite en fin de contrat) qui n’ont aucune responsabilité ni aucune initiative à prendre car ça déplairait fortement à leurs employeurs.


  4. Wittlucky Le 10 mars 2017 à 10h10
    Afficher/Masquer

    Pour ma part, je considère que l’éthique de tout journaliste est de rechercher et de mettre à jour des faits ; la parole ou les pensées d’un homme politique en faisant partie. Le seul critère à respecter concerne leur exactitude. Pas question de différer leur révélation au prétexte qu’ils influeraient le jugement des citoyens. C’est le moins qu’on demande non : que la réalité infléchisse notre jugement. Sinon, le “Canard enchaîné” aurait dû patienter jusqu’après l’élection présidentielle pour ne pas incommoder monsieur Fillon, et la presse devrait freiner des quatre fers avant que d’exposer les démêlés de Marine Le Pen avec le Parlement européen.
    Victimiser les puissants et leurs turpitudes, une bien curieuse attitude. Même si on sait par ailleurs, ne soyons pas naïfs, que le “crime” profite toujours à quelqu’un. À d’autres journalistes d’enquêter pour nous dire qui.


    • Fabrice Le 10 mars 2017 à 18h37
      Afficher/Masquer

      Je suis d’accord par contre le ciblage ciblant si ouvertement un camp ou un autre est dramatique pour le peu d’espace de démocratie que nous avons à notre disposition.

      Si ces méthodes étaient honnêtes nous aurions une campagne généralisée qui nous permettrait de faire le tri parmi au moins les 2/3 des élus nationaux à mon avis.

      D’ailleurs je me demande parfois si les ralliements actuels à certains élus ne sont pas une façon de dire des politiques “ok on a compris pas nous les gars”.


  5. Fabrice Le 10 mars 2017 à 10h16
    Afficher/Masquer

    On peut voir la mentalité qui est proche de ceux du Deco… le monde a constitué une taskforce de buzzer sans foi ni loi, qui utiliseront tous les moyens pour servir leurs intérêts mais jamais à l’encontre de leur mécène, mot d’ordre tout est permis sur ceux qui n’ont pas la protection du patron.

    Dans le meilleur des cas comme Hollande ce ne sera pas une perte mais dans d’autres ils se moquent des collatéraux, une forme de roulette russe journalistique mais aux lieu de viser leur tête ils ciblent ceux qui ne sont pas dans leurs petits papiers.


  6. AUSSEUR Robert Le 10 mars 2017 à 10h19
    Afficher/Masquer

    Bof ! Pendant ce temps , l’espérance de vie de la France d’en bas s’écroule , l’autre France prospère , qu’est-ce qu’on a à foutre des errements de Hollande , avec des journaleux indignes de confiance ! ……En pleine contradictions aves ses promesses électorales ……La France d’en bas n’a toujours pas intégré qu’elle représente 55 % du corps électoral , auxquels vont se joindre , bon gré mal gré et grâce à leurs votes , les couches moyennes …..Les joies ? de la politique d’aujourd’hui , avec le laissez faire des intéressés(es) ! Pensez donc entre deux votes , “on” laisse la bride sur le cou des élus(es) , qui peu à peu …..Se remplissent les fouilles avec le fric de la multitude ! Leurs retenues s’estompent vite !!!! = France d’en bas : REVEILLE TOI !!!!!


    • Meiyasou Le 10 mars 2017 à 13h23
      Afficher/Masquer

      Finalement, ne doit-on pas en conclure que si de tels journalistes se permettent de faire ce qu’ils font aujourd’hui : n’est-ce pas la faute du citoyen ?
      Occupé au travail puis, devant sa télé à réfléchir combien a-t-il encore sur son compte bancaire et dès que son cerveau a le malheur d’oser se réveiller => hop, un petit coup pour oublier ! l’alcool est dangereux pour l’intellect et la réflexion.
      Abstention par omission, nuisance involontaire par vote blanc … Le peuple tient le canon sur la tempe et l’oligarchie a le doigt sur la gâchette. Le peuple n’a pas besoin de se réveiller mais a besoin d’ “ÉVEILLER SA CONSCIENCE”


  7. pipo Le 10 mars 2017 à 10h23
    Afficher/Masquer

    “Suicide ou Assassinat ?”
    Ou Euthanasie pour “obstination déraisonnable” sans consentement du malade.

    Avoir le pouvoir sur le pouvoir,
    le top du top pour les asociaux (sociopathes)


    • Narm Le 10 mars 2017 à 21h42
      Afficher/Masquer

      clair
      le fond sera définitivement atteint


  8. 4KBlademaster Le 10 mars 2017 à 10h27
    Afficher/Masquer

    Comme le dit Todd, ce “journal” est de plus en plus un problème pour la démocratie.
    Ce qui saute aux yeux c’est la bêtise insondable de Hollande et de ses conseillers. Comment a-t-il pu s’embarquer dans une entreprise pareille avec de tels requins (ils ont pourtant la tête de l’emploi…).

    Comment se fait-il que dans un pays comme le notre qui ne manque pourtant pas d’intelligence et de culture on retrouve systématiquement des personnages médiocres et malhonnêtes aux manettes (Etat, institutions, administrations, grandes entreprises, etc.)?


    • Ardéchoix Le 10 mars 2017 à 11h43
      Afficher/Masquer

      ” on retrouve systématiquement des personnages médiocres et malhonnêtes aux manettes” parce qu’ils ont un seul but dans la vie, faire de l’argent, pour l’argent et par l’argent .


    • Caliban Le 10 mars 2017 à 12h10
      Afficher/Masquer

      “on retrouve systématiquement des personnages médiocres et malhonnêtes aux manettes”

      Des décérébrés, champions de la servilité, attitude / mentalité apprise à l’école national d’administration qui dresse des bêtes de concours. C’est-à-dire des élèves qui apprennent à (bien) dire ce que l’on attend qu’ils disent. Et puis fassent.


      • lvzor Le 10 mars 2017 à 18h51
        Afficher/Masquer

        Les partis politiques ne promeuvent par principe que des gens “contrôlables”, et quelques cadavres dans le placard peuvent aider…


    • ricard'eau Le 10 mars 2017 à 13h16
      Afficher/Masquer

      Lire andrew lobaczewski – ponerologie politique


    • Teejee Le 10 mars 2017 à 19h21
      Afficher/Masquer

      “Comment se fait-il que dans un pays comme le notre qui ne manque pourtant pas d’intelligence et de culture on retrouve systématiquement des personnages médiocres et malhonnêtes aux manettes (Etat, institutions, administrations, grandes entreprises, etc.)?”
      Parce qu’il y a des gens pour voter pour eux.


    • Schuss Le 10 mars 2017 à 22h33
      Afficher/Masquer

      Les personnes de grande valeur sont incorruptibles, pas les mediocres. Donc on retrouve les pires pour jouer les marionnettes de la democratie


  9. Nasir Le 10 mars 2017 à 10h27
    Afficher/Masquer

    Excellent sujet ! La question de la sortie malhonnête de ce livre à l’automne dernier avait été complètement laissée de côté devant la stupeur causée par les invraisemblables propos du président. Maintenant la question est : ces 2 journalistes l’ont-ils trahit pour faire parler d’eux à tout prix, ou les a-t-on poussé à le faire pour torpiller Hollande ? Il y a peut être eu convergence d’intérêts après tout, car le mépris de ces 2 personnes pour leur “sujet” est proprement écoeurant.

    Le cynique Hollande aura finalement eu un (ou des) Peyrefitte à sa mesure.


  10. Yves Falck Le 10 mars 2017 à 10h36
    Afficher/Masquer

    Merci à Olivier Berruyer de faire sur son blog un véritable travail d’information. Ca n’empêche pas … Nicolas … (un autre blog intéressant) que la proximité (un euphémisme) entre politiques et médias, inversement proportionnelle à celle qui devrait exister entre les citoyens et ceux (ou celles) censés les représenter, est un des problèmes de fond de notre soi-disant démocratie. Comme le disait le regretté Cornélius Castoriadis, la démocratie ce serait simultanément “gouverner et être gouverné.” Pour cela il faudrait qu’une majorité … ou du moins un nombre très substantiel… de citoyennes et citoyens assument réellement leur liberté et la responsabilité qui lui est nécessairement associée (JP Sartre l’expliquait fort bien). Malheureusement comme l’écrivait déjà La Boétie au 16éme siècle la “servitude volontaire” paraît plus facile au premier abord et comme le dit A.Huxley cité par O.B. ] . Concrètement, il faut résister et déjà utiliser les quelques outils qui nous restent. S’engager dans la France Insoumise me semble être un premier pas pour se mettre réellement en marche comme nous y invitait A.Machado et non E. Macron, ce Pinocchio, marionnette de l’oligarchie mondialisée (entre autres “young leader” cuvée 2012).


  11. Mathieu Le 10 mars 2017 à 10h40
    Afficher/Masquer

    Je ne m’explique quand même pas pourquoi Hollande n’a pas accepté ces entretiens à la condition de leur faire signer un contrat où ils s’engagent à ne pas publier avant le résultat du second tour de l’élection présidentielle.
    On peut dire “Hollande et ses conseillers sont bêtes”. Mais à ce point? Cette explication me semble trop facile et pas très convaincante. Ces gens ne sont pas “bêtes”, s’ils sont arrivés là. Ils doivent quand même être habitués au coups tordus, à l’intérieur de leur parti.

    Mais en même temps, je dois bien avouer ne pas voir d’autre explication…cela reste un mystère pour moi.


    • Viriato Le 11 mars 2017 à 00h29
      Afficher/Masquer

      Non, Hollande n’est pas idiot. Sans doute ne dispose-t-il ni de la force mentale, ni de la charpente morale nécessaires à la fonction, mais c’est un homme de réseaux et un professionnel des tambouilles d’arrière-cour. La présentation des événements me paraît, à moi aussi, surréaliste.
      En revanche, en me basant sur le comportement des médias, j’avais compris, dès janvier 2016, qu’il avait été “lâché” et qu’il ne serait pas réélu. Ce même scénario médiatique avait déjà conduit au départ de S. Berlusconi et N. Sarkozi . Sans doute que, comme pour Hollande, ils finissaient par être “contre-productifs”.
      Pour moi, les médias ne sont que les girouettes qui montrent d’où souffle le vent. Bien sûr, ils renforcent le mouvement mais en aucun cas ne le créent.


  12. P.Lacroix Le 10 mars 2017 à 10h48
    Afficher/Masquer

    Régis Chamagne auteur de “Relève toi ”

    http://www.regischamagne.fr/sos-commandes-ne-repondent-plus/


  13. Kaemo Le 10 mars 2017 à 10h56
    Afficher/Masquer

    Je dois sincèrement dire que cela ne me choque pas tant que ça.

    Ces journalistes tout “asociaux” qu’ils soient font leur boulot / le boulot qu’on leur demande : celui de révéler l’envers du décors, de faire office de contrepouvoir. On peut discuter de la façon très sélective qu’a la presse d’exercer ce pouvoir (cas Macron pour ne citer que ça), on peut aussi critiquer la morale de ces personnes à qui il a été accordé une confiance sans égale et qui l’ont bafouée. Mais on pourrait dans ce cas aussi discuter de la confiance accordée par l’employeur aux lanceurs d’alertes et de la déontologie dont ils font preuve.

    Au final, la date de sortie du livre ne change rien : il serait paru après le quinquennat et Hollande aurait été élu par la primaire, ce candidat (digressons : futur président) aurait explosé quoi qu’il arrive avec ce livre quoi qu’en pense le peuple. Je préfère autant dans ce cas qu’il explose avant et pas comme Fillon.

    Le vrai problème vient du contenu du livre et de qui le narre, ce qui est résumé par le titre et le principale intéressé : “un président ne devrait pas dire ça”. L’ambulance a déjà les 4 roues crevées, je n’en rajouterais pas.


  14. Charles-de Le 10 mars 2017 à 10h57
    Afficher/Masquer

    La première chose à faire pour que ces “déclarations” ne soient pas publiées, c’est DE NE PAS LES FAIRE ! Avant de parler de “l’éthique” des “journalistes, parlons de celle d’un “chef de l’Etat” ! Ca montre bien que notre pauvre pays est en état de capilotade avancée !


    • Crapaud Rouge Le 10 mars 2017 à 15h00
      Afficher/Masquer

      @Charles-de : 100% de votre avis. Ces journalistes étaient dans leur rôle, aussi exécrable soit-il, alors que Hollande n’était pas du tout dans le sien. Pire encore, il s’est montré très prétentieux à s’imaginer qu’il en ressortirait quelque chose de positif sur lui-même ou sa fonction. La parole spontanée n’a jamais livré que des pensées spontanées, rien qui mérite de figurer dans un livre. Il suffit de poster un commentaire sur un blog pour vérifier par soi-même que l’écrit permet un certain contrôle et la parole aucun.


  15. Spectre Le 10 mars 2017 à 11h10
    Afficher/Masquer

    Franchement, bof… C’est surtout le microcosme médiatico-parisien qui a fait monter la sauce autour de ce livre en le présentant comme le truc qui aurait empêché le président d’être candidat, mais cela me paraît complètement surfait. Hollande était déjà 100% grillé (ou plutôt à 90%, il lui restait 10% d’irréductibles…) auprès de la population du simple fait de sa politique désastreuse sur tous les plans. Valls s’est simplement servi du trouble autour du livre pour mettre la pression sur Hollande (en menaçant une sédition) et le pousser vers la sortie… avant d’être lui-même dégagé par une bonne partie du peuple de gauche.

    Du reste, en dernière analyse, c’est Hollande qui a décidé de passer son temps à bavasser, donc c’est son problème. S’il avait ne serait-ce qu’une once de dignité et de sens de l’État, il n’aurait pas passé son temps à s’astiquer le nombril devant des gens qu’il ne pouvait évidemment pas contrôler.

    Enfin, stricto sensu, rien ne l’empêchait de se présenter. Il suffit d’ailleurs de regarder comment Fillon arrive à se maintenir malgré son parjure, un million d’euros tapés dans la caisse et du trafic d’influence avec les oligarques de l’assurance privée…


  16. Toto Le 10 mars 2017 à 11h19
    Afficher/Masquer

    Il me semble que ces journalistes ont été invités dans Zemmour&Naulleau et questionnés sur la date de sorti de livre.


  17. françois brigouleix Le 10 mars 2017 à 11h19
    Afficher/Masquer

    Donc Le Monde aurait peux ou proue organiser la ” non-candidature ” de F. Hollande , avec l’objectif de favoriser celle de E. macron ?
    C’est la une idée qui est loin d’être sotte ! Du coup, retord pour retord, Hollande ne viserait il pas la place de D. Tusck ? A mettre en perspective avec la réunion des 4 pays européens qui a lieu a l’heure actuelle (avec un président qui ne sera plus la dans 1 mois et demis ?!) d’une part, et avec cette sorte de “chantage aux 500 signatures” , que le président aurait collecté juste “au cas ou…”, d’autre part. Cela pourrait en effet,dans l’hypothèse ou Hollande se présenterait finalement a l’élection présidentielle, non pas le faire ré-élire, mais pour le moins éliminer le candidat quasi déclaré de “l’europe germnico-libérale”


  18. Outis Le 10 mars 2017 à 11h30
    Afficher/Masquer

    La situation média-politique est tellement ligotée et chloroformée que le résultat du 2e tour de l’élection présidentielle annoncé comme devant être 60% / 40 % risque d’être 40% / 60%, car les électeurs en ont peut-être tellement marre de ce spectacle cynique qu’ils se décideront à être cyniques pour de bon. Pour être plus clair: si la «démocratie» n’est qu’une pseudo-démocratie qui refuse de se bouger, les électeurs risquent de choisir une post-démocratie qui mettra tout à plat (sens propre et sens figuré).


  19. Oncle Octave Le 10 mars 2017 à 11h32
    Afficher/Masquer

    Nous avons bien en ce moment une campagne très dirigée qui vise à favoriser un seul des candidats.
    La saturation médiatique que l’on constate a 2 axes :
    -1 dévoiler les casseroles des autres candidats les + dangereux
    -2 présenter le favori par un maximum de canaux possibles.
    Ainsi, Science et Avenir, Terre de Vin, La Fabrique de l’Histoire sur France-Culture, ou bien la parole laissée à Le Monde dans +ieurs émissions de Les Matins sur France-Culture aussi.
    M. Lhomme était dans cette émission ce matin ; il énumère les candidats émettant des reproches envers les journalistes pour leur dire que c’est pas bien. Certificats de moralité estampillés Le Monde.
    La même émission accumule les sujets sur la moralisation du politique, histoire de reparler des casseroles.
    M. Courtois, directeur éditorial de Le Monde, y passe aussi le 2 mars pour taper sur le casseroleux et caresser le favori.
    Tout cela finit par ce voir, MM. de la société des journalistes unanimes.


  20. Fritz Le 10 mars 2017 à 11h33
    Afficher/Masquer

    Manipuler l’élection présidentielle en deux temps ? C’est bien vu. Comme le président Hollande avait fort peu de chances d’être réélu en 2017, il fallait d’abord l’éliminer en publiant ce livre, puis préparer un candidat qui conviendrait aux extrémistes européistes, atlantistes et libéraux.

    Ce candidat ne devait pas être Manuel Valls, contrairement à ce qu’on croyait en décembre. Il faudrait vérifier si les résultats de la primaire du PS ont bien été truqués : tout laisse penser qu’on a favorisé un candidat marginal, le pseudo-frondeur Benoît Hamon. L’objectif étant d’assurer un espace maximal au vrai candidat de l’oligarchie, du Monde et tutti quanti : l’intouchable M. Macron.


    • Fritz Le 10 mars 2017 à 11h44
      Afficher/Masquer

      Les interrogations sur les résultats de cette curieuse primaire, où la direction du PS s’est permis d’ « appliquer des pourcentages » (!!), faisaient la une le 23 janvier. Elles ont été opportunément étouffées dès le lendemain par le déclenchement de la phase 2 : l’offensive contre François Fillon.


      • Fritz Le 10 mars 2017 à 12h20
        Afficher/Masquer

        La phase 3 comprend les ralliements savamment échelonnés à la candidature de Macron : Gérard Collomb l’ex-moustachu de Lyon, Bertrand Delanoë, Jean-Yves Le Drian, etc. D’autre part, l’ex-humoriste Nicolas Canteloup, qui avait imité Macron en 2014, ne s’attaque plus qu’à François Fillon, du moins sur Radio-Lagardère.


  21. Jean-Marc L. Le 10 mars 2017 à 11h40
    Afficher/Masquer

    Vous dites : “ Je ne me réveille donc jamais en sueur déplorant sa non-candidature. Je ne sais d’ailleurs pas vraiment si c’est une bonne chose ou pas qu’il ait abandonné. Peut-être aurait-il gagné la primaire, peut-être que Macron aurait un score bien plus faible. Peut-être cela aurait-il avantagé Fillon du coup. Peut-être… ”

    Mais Emmanuel Macron ne s’est porté candidat à la présidence qu’un mois à peine après la sortie du livre. (Même s’il est vrai qu’il avait démissionné du gouvernement deux mois avant)

    Personnellement, je me demande dans quelle mesure Hollande, au vu de son impopularité, n’a pas orchestré tout cela pour se préparer une sortie discrète avec le label “Homme d’État Lucide et Responsable”. Voire, comme je l’ai lu ailleurs, un poste en vue à l’échelon européen.


    • Nasir Le 10 mars 2017 à 17h18
      Afficher/Masquer

      Macron a été envoyé en éclaireur, “au cas où”… et le cas s’est produit. Ca me parait coller : il ne s’est présenté que lorsqu’il était sûr qu’Hollande ne le ferait plus, ou qu’il aurait atteint une telle impopularité qu’il pourrait lui reprendre facilement le flambeau. Non, le vrai risque pour Macron (pour sa candidature j’entends hein, pas pour ce qu’il représente) c’était Valls candidat du PS.


  22. Celeste Le 10 mars 2017 à 11h44
    Afficher/Masquer

    Le président et ces 2 journalistes illustrent le fait que l’honneur et le panache ne sont plus des valeurs françaises et que peut-être que la France n’est plus la France.
    le bien commun est remplacé par le pouvoir d’achat, le lien social n’est plus que communautaire, On travaille le dimanche pour gagner plus, on trahit pour publier des livres et l’on veut diriger un pays en niant sa culture.
    sniff…


  23. Fritz Le 10 mars 2017 à 11h54
    Afficher/Masquer

    Concernant la présidentielle, ce titre tout en impartialité sur l’actualité des parrainages validés :
    http://www.huffingtonpost.fr/2017/03/10/avec-francois-asselineau-les-conspirationnistes-ont-leur-candid/


    • Fritz Le 10 mars 2017 à 16h03
      Afficher/Masquer

      Je propose un Décodex officiel pour marquer au fer rouge (pas orange, rouge) les élus qui ont osé parrainer ce candidat.
      Et je propose d’inscrire le crime de conspirationnisme dans le Code pénal.


  24. Caliban Le 10 mars 2017 à 12h05
    Afficher/Masquer

    S’en prendre à ces journalistes ne me paraît pas très juste sans au préalable préciser une définition du journalisme :
    • une entreprise commerciale destinée à faire de l’audimat / des ventes
    • un pouvoir sans limite et qui logiquement va jusqu’au bout

    Dans ce contexte, la publication du livre dont il est question ici me paraît doublement bénéfique :
    • il disqualifie un président qui n’avait strictement rien à faire à l’Elysée (= n’a pas un minimum le sens des responsabilités / ce n’est pas un jugement politique)
    • il rompt pour une fois la connivence journalistes / personnel politique. Tout en la décrivant.

    Evidemment, si on considère que le journalisme a trait à l’information objective du public, on peut considérer que ces 2 journalistes sont juste des fouilles-m…


  25. espritordu Le 10 mars 2017 à 12h47
    Afficher/Masquer

    En quoi ne pas respecter la confiance qu’un chef d’état leur a accordé implicitement et coutumièrement rendrait les méthodes journalistiques de Fabrice Lhomme et Gérard Davet inéthiques ? Vaut-il mieux aider les citoyens français à faire un choix électoral en meilleure conscience de l’incompétence et les casseroles de Hollande…ou respecter les usages “républicains” d’échanges de bons procédés avec les médias de masse, respecter le secret d’état pour laisser ronronner sans heurt la machine étatique ?
    Comme les révélations de Wikileaks ont joué sur l’échec aux élections d’Hillary Clinton, comme les révélations du Canard enchainé entraineront très probablement la mort du candidat François Fillon, en quoi porter ces éléments à la connaissance des électeurs seraient une entorse au bon déroulement des élections ? Et cela même en admettant que ces révélations suivraient un agenda politique ou seraient l’œuvre d’une puissance étrangère.
    L’évincement d’Hillary Clinton, comme de François Hollande et sans doute comme de François Fillon est un choix des électeurs en conscience de nouveaux éléments révélés sur ces individus et non une conséquence directe de ces révélations. A t-on eu les mêmes réserves au moment des révélations du Watergate ? Qui a questionné l’agenda politique d’Alexandre Soljenistsyne à la publication de L’archipel du goulag ?


  26. calal Le 10 mars 2017 à 13h19
    Afficher/Masquer

    mais pourquoi donc des milliardaires depensent ils des millions pour posseder des journaux deficitaires? pourquoi veulent ils controler les medias? mais parce que cela leur est utile…et vous voudriez qu’ils ne se servent pas des outils qu’ils ont payes?pourquoi paie t on des lobbystes,des specialistes en marketing,des publicitaires,des sondeurs,des specialistes des relations publiques? pourquoi de plus en plus de gens font ou inscrivent leurs enfants dans des cours de theatre? parce qu’on peut convaincre les gens de faire des choses contre leur propre interet.tout les jours ,un pigeon se leve..
    tout est voulu et sous controle. Ne croyez pas que ce sont des imbeciles,ils savent ce qu’ils font. faut juste accepter que ce que les gros veulent ce n’est pas le bien des petits…et faut vite redecouvrir la valeur de la democratie,de nos libertes et etre pret a refaire des efforts ( au minimun de comprehension ) pour les defendre.
    l’homme est un loup pour l’homme ca veut dire que la seule chose qu’un etre humain doit craindre,c’est les autres etres humains qui vivent en exploitant leurs semblables…


    • pipo Le 10 mars 2017 à 15h11
      Afficher/Masquer

      “l’homme est un loup pour l’homme ca veut dire que la seule chose qu’un etre humain doit craindre,c’est les autres etres humains qui vivent en exploitant leurs semblables…”

      Non Calal, la grande majorité des humains n’ont pas cette mentalité, ce n’est qu’une minorité qui ont cette vision du monde, ils ont été formaté dès l’enfance avec cette vision. Et attention, ils la transmettent aux autres comme on leur à transmis. C’est l’insécurité et le manque d’empathie qui crée se mode de fonctionnement.


  27. ErJiEff Le 10 mars 2017 à 13h27
    Afficher/Masquer

    Mais Hollande n’a pas été éliminé ?
    Il est toujours là par l’intermédiaire de son avatar Macron.

    Par contre :
    Mélenchon a bel et bien été mis hors-jeu et n’a pas encore toutes ses signatures ! (résultat de sordides manœuvres d’appareil ?)
    Et la social-démocratie européiste est bel et bien en train de casser définitivement Marine Le Pen.

    50% de l’électorat français aura ainsi été privé de toute possibilité de s’exprimer par un vote.

    50% du peuple français n’a plus d’autre ressource que la révolte pour se faire entendre.


  28. gerard masc Le 10 mars 2017 à 14h18
    Afficher/Masquer

    Je suis en désaccord sur les deux angles pris par cet article. Je vais tenter de l’expliquer de manière constructive.

    1/ L’éthique journalistique n’a pas été respectée

    A mon sens, le devoir éthique des journalistes est surtout envers leurs lecteurs, plutôt qu’envers les politiques qu’ils interrogent.
    Je comprends que les pratiques de Davet et Lhomme puissent déplaire à certains, mais je considère que briser les ‘off’ et les techniques type caméras cachées sont parfois nécessaires.

    2/ C’est une manoeuvre destinée a éliminer Hollande

    Le seul argument présenté dans cet article est : c’est bizarre que cela sorte avant les présidentielles, alors qu’il y avait potentiellement accord entre Hollande et Davet/Lhomme pour ne pas le faire.
    La encore, on peut trouver cela indélicat de la part de Davet/Lhomme, mais cela ne permet pas de crier à la manœuvre politique.
    On peut en revanche en conclure que les actionnaires Pigasse/Niel/Bergé n’ont pas su ou voulu protéger le candidat Hollande.


    • Crapaud Rouge Le 10 mars 2017 à 15h32
      Afficher/Masquer

      Oui, les faits objectifs sur lesquels s’appuient l’article, (date de sortie, relecture,…), n’appellent pas forcément au scandale, mais au-delà d’eux il y a le fond, illustré à la fin de la citation de Peyrefitte, (“le silence est le compagnon des conseils”), qui suggère que le pouvoir ne peut pas se laisser révéler comme Hollande l’a fait, sous peine de s’évanouir. Car il n’y a pas de pouvoir sans aura, pas d’aura sans mystère, et pas de mystère sans voile. Il a commis quelque chose de l’ordre du sacrilège, qui justifie assez bien le terme de “post-démocratie”.


      • Kiwixar Le 11 mars 2017 à 01h18
        Afficher/Masquer

        Hollande est dans son rôle, faisant volontairement ce que Narko a fait involontairement : la destruction de la fonction présidentielle. Au bénéfice du Politburo de l’UERSS sur lequel il lorgne (il en sera pour ses frais).


        • Paul Le 17 mars 2017 à 11h24
          Afficher/Masquer

          Kiwixar bonjour,
          schmako connaissait pertinemment la came qu’il
          devait nous fourguer….( l’ EU Lisbonne )……
          Un dealer ne donne pas,il profite sans état d’âme.

          Cdlt


  29. apero Le 10 mars 2017 à 14h32
    Afficher/Masquer

    Olivier,

    Concernant la date de sortie, davet et lhomme se sont expliqués chez schneidermann en novembre dernier : https://www.arretsurimages.net/emissions/2016-10-21/Livre-sur-Hollande-On-savait-qu-on-avait-une-matiere-inflammable-id9214
    A 22:15
    Selon eux, c’est hollande qui a insisté pour que ça sorte avant la présidentielle, car “tout le monde s’en fout après”. Il était au courant que les journalistes enregistraient.

    Donc si l’Elysée veut porter plainte contre eux, D&L pourraient produire les enregistrements prouvant les véritables intentions de hollande. Pas de plainte, donc ça veut probablement dire que le livre était effectivement censé sortir avant la présidentielle.


    • Crapaud Rouge Le 10 mars 2017 à 17h21
      Afficher/Masquer

      Effectivement, ça me rappelle quelque chose. Cela signifie que Hollande croyait dur comme fer que le livre “bousterait” sa campagne.


  30. Laurent Le 10 mars 2017 à 16h13
    Afficher/Masquer

    Les faiseurs de roi ont fait leur choix : Emmanuel 1er régnera .
    Il faut dégager la voie à gauche .Hollande doute pour rempiler mais les faiseurs de roi ont décidé de le lacher .Le livre ,l’estocade …Exit Monsieur le Président .
    Monsieur Macron avait déjà prévenu : pas de primaire de la gauche pour lui. Un candidat innofensif pour lui gagne donc cette primaire .La voie est libre à ” gauche”.
    Il faut dégager la voie à droite .Aimable traitement médiatique pour Monsieur Fillon que les faiseurs de roi préfèrent comme vainqueur car Monsieur Juppé est plus problématique pour leur poulain. Monsieur Fillon remporte la primaire et patatras ,le scandale arrive. La voie est libre à “droite”.
    Reste à jeter le doute sur Madame Le Pen histoire d’assurer le coup.On ne sait jamais ,Trump, brexit ,…
    Peut être vois- je des complots partout …


  31. philouie Le 10 mars 2017 à 16h22
    Afficher/Masquer

    Apparté : crosscheck semble en panne après une série d’articles contreproductifs conduisant à la mise en avant de thème que les médias préfèrent occulter.
    https://crosscheck.firstdraftnews.com/france-fr/
    Le nouvelle mouture du décodex semble avoir du mal à voir le jour.


  32. Louis Robert Le 10 mars 2017 à 16h34
    Afficher/Masquer

    Post-démocratie? Mais enfin, ce sera le marginal, l'”outsider” EM aux puissants appuis de “l’état profond”, sorti à l’improviste de nulle part, se situant officiellement nulle part politiquement, véritablement apparu, fort en gueule, dans un délire public assourdissant à la dernière minute seulement. Stratégie savamment élaborée et déployée. Un Nième coup du “terrifiant FN diabolisé contre lequel nous devons tous nous unir”, etc.

    Toulmonde sait ça. C’est même tellement évident qu’il n’est pas nécessaire de voter pour que cela se produise. Les jeux sont faits, comme on adore dire.


  33. georges glise Le 10 mars 2017 à 16h47
    Afficher/Masquer

    si monsieur fion-fillon est éliminé, je m’en réjouirai, et ce sera dû aux électeurs! et si lémédia y contribuent, tant mieux! semaine après semaine, le canard enchaîné fait oeuvre de salubrité publique; les autres médias n font que reprendre ses informations.


    • Fritz Le 10 mars 2017 à 16h57
      Afficher/Masquer

      “semaine après semaine”, vraiment ? Quand le Canard va-t-il se décider à percer la baudruche Macron, à faire éclater l’imposture Macron ? Nous sommes à 44 jours du premier tour, il lui reste six mercredis !

      Le Canard ne mérite plus sa réputation. C’est l’arme utilisée par la classe dirigeante pour laver son linge sale en public (les échos de la page 2, notamment). Au fond, le Canard est devenu depuis le départ d’André Ribaud (1992) un journal terriblement conformiste. Ajoutons que ses rédacteurs sont payés comme de grands bourgeois.

      Dans ces conditions, je ne supporte plus sa pseudo-satire et son sarcasme sans risque.
      Maintenant, je mangerais volontiers du magret de canard…


      • Alfred Le 10 mars 2017 à 20h19
        Afficher/Masquer

        Depuis 92 (certainement et peut être avant) le canard enchaîné est devenu le canard laquais…


        • Catalina Le 11 mars 2017 à 06h08
          Afficher/Masquer

          Le Canard, un instrument pour que les gens croient qu’un journal se positionne comme contre-pouvoir…MAis pas trop, hein !


    • xc Le 10 mars 2017 à 18h55
      Afficher/Masquer

      “semaine après semaine”
      Ne pensez-vous pas que le journal aurait pu tout publier en une seule fois ? Nous parlerions actuellement des programmes. Alors que depuis 1 mois 1/2 il n’est question que de l’affaire Fillon.


  34. serge Le 10 mars 2017 à 16h53
    Afficher/Masquer

    Franchement, que Hollande ait reçu autant de fois et ait dit autant de choses à deux journalistes est fondamentalement une vaste connerie. Sachant déjà qu’il est, au même titre que les autres dirigeants, sous écoute permanente, il devrait se méfier et, accessoirement, développer une forme de paranoïa quant au contenu/destination de ses propos. De plus, il me semble que son job est de s’occuper du pays, A PLEIN TEMPS. Et pas de radoter des commentaires niveau starac à des types dont le métier, de base, est de rapporter le tout, le plus vite, pour “l’audience”. Résultat, ce branquignol se prend les pieds dans le tapis, est obligé de suspendre sa candidature (cela a dû l’énerver grave) et donc monte un tas de plans foireux contre les candidats à ce poste si sympa pour que, des fois, si cela énerve trop le peuple, peut-être celui-ci le réclamerait (youyous de la foule…). D’où le petit stock de parrainages mis de côté. J’oserais que c’est quand même issu d’un QI de température rectale…


  35. Cédric Le 10 mars 2017 à 17h33
    Afficher/Masquer

    je ne plaindrai pas mr Hollande. Il aurait dû avoir le recul nécessaire, déjà, pour s’apercevoir que sa trace dans l’histoire serait nulle, et ne pas s’abaisser en plus à patauger dans la boue comme ça avec deux journalistes.

    et puis, il n’avait pas autre chose à foutre sans déconner ?


  36. xc Le 10 mars 2017 à 18h58
    Afficher/Masquer

    “Et je dis bien au Monde, car ce journal n’a pas viré ces deux journalistes suite à ce qui semble bien être de multiples et graves entorses éthiques aux lourdes conséquences.”
    Virer des journalistes qui ont leurs entrées au PNF ? Quelle idée!


  37. Zasttava Le 10 mars 2017 à 21h23
    Afficher/Masquer

    Ce doc de France 3 DOIT absolument être conservé et archivé : “2005, quand les Français ont dit non” :
    https://youtu.be/_UBMIh8mvws

    Ce qui y est dit et montré, pour une chaîne “mainstream”, est indispensable, et démontre l’origine de la montée en puissance de l’oligarchie française.


  38. Eric83 Le 10 mars 2017 à 22h35
    Afficher/Masquer

    L’article de Slate est particulièrement percutant sur le fait que les électeurs de gauche sont en train de se faire totalement berner par le parti socialiste depuis les résultats de la primaire :

    http://www.slate.fr/story/139901/parti-socialiste-democratie-droite?google_editors_picks=true


    • Crapaud Rouge Le 10 mars 2017 à 22h51
      Afficher/Masquer

      J’applaudis des quatre mains ! Constatant hier soir devant BFM que les “soutiens” de “gauche” allaient à Macron et non pas à Hamon, donc que la primaire était de facto vidée de son sens et de ses effets, je m’étais dit : “tiens, ils nous rejouent 2005, mais en plus petit”.


  39. Albert Le 10 mars 2017 à 23h35
    Afficher/Masquer

    Boycottons massivement cette mascarade anti démocratique. Voter aux présidentielles c’est continuer à servir la soupe à ceux qui nous étranglent corps et âme. Que le peuple tout entier se retire sur l’Aventin.


  40. kasper Le 11 mars 2017 à 04h36
    Afficher/Masquer

    Monsieur Berruyer pour le coup je ne vous suis pas du tout. Au contraire, je dirais que la faute éthique aurait été de laisser Hollande amender ses propos ou de les publier après la présidentielle.

    Vous citez suffisamment la charte du Munich, qui mentionne l’obligation morale de travailler a la manifestation de la vérité quel qu’en soit le prix. Ici le prix est une trahison. La victime en étant Hollande, je retiens mes larmes sans trop de peine.

    La seule question qui vaille est “les informations sont elles authentiques ?” Personne dans l’entourage de Hollande n’ayant pris la peine de les contester, on peut considérer le contenu du livre de Davet et Lhomme comme véridique. Des lors, toute vérité est bonne a dire et savoir. Qui plus est dans le cas de ce livre, son contenu est tellement explosif que je suis bien content que les français aient eu a en connaitre avant l’élection.


  41. Charles Le 11 mars 2017 à 11h11
    Afficher/Masquer

    Bof. Personne n’a obligé Hollande à parler. C’est de la responsabilité d’un dirigeant qui a de lourdes responsabilités de savoir s’il peut parler ou pas et à qui. C’est une faute, voire un crime de trahison à l’égard du peuple français de ne pas savoir tenir sa bouche.

    Et c’est le boulot d’un journaliste de chercher des informations. S’ils ont accès au président, pourquoi se gêner ? Surtout quand l’affaire est claire dès le départ. Je me souviens très bien des critiques très fortes contre les journalistes à la fin du quinquennat de Sarkozy, où on en a appris de belles : tout le monde s’est offusqué de savoir “pourquoi on ne l’apprenait que maintenant”. Ce qui a contribué à la dégradation de l’image de la profession. Et maintenant ces deux journalistes auraient dû se taire ?

    Et pour le timing, c’est ballot ! On devrait savoir les choses uniquement une fois que les gens sont élus et en place, protégés par leur immunité parlementaire.


  42. 1Direct Le 11 mars 2017 à 15h45
    Afficher/Masquer

    Oui bravo à ce reportage.
    Merci à Olivier qui a repris l’article et surtout qui m’a permis de voir ce reportage en en tout point extra ordinaire dans son contenu. Surtout diffusé sur une chaine publique.

    Surprenant et d’autant plus appréciable que rare !!
    Comme beaucoup d’entre vous j’aurais signé ce reportage des 2 mains.

    Tristement amusant mais si révélateur cette photo à la une de “Paris Match ” !!

    En conclusion M. Junker a raison de dire ouvertement, en clair, que le vote ne vaut rien.

    Alors souvenez-vous !!
    Il a aussi été question, il y a peu, de “léguer” à l’EUROPE (donc à l’Allemagne) le droit de véto de la France à l’OTAN !!

    Bon, pour l’instant, nous n’en entendons plus parler … pour cause d’élection!

    Lorsque le soleil brille, nos élites ont beau dire qu’il fait nuit même les plus encartés finissent par se rendre compte que c’est un mensonge.


  43. IngénieurExpatrié Le 12 mars 2017 à 05h05
    Afficher/Masquer

    @Ztong

    En cas de crise grave, par exemple… comme maintenant? Eh bien, on voit bien que non. Le résumé de notre situation, ma voisine me l’a fait à sa manière: tous les cerveaux s’expatrient, faute de débouché et de reconnaissance, en compensation, on importe des voyous et des abrutis par millions et on fout tout ce monde-là, les sans-talent qui restent et les bac -10 qui viennent parasiter, au régime rap, hamburgers, “genre” et TPMP.

    La France n’existe plus. Trump, Freysinger ou Orban le déclarent comme s’il s’agissait d’un constat désolé, mais ils dissimulent difficilement la satisfaction qu’ils éprouvent à voir mort un peuple que les autres nations jalousaient pour son rayonnement intellectuel. Malheureusement, ils ont raison. Il y a des points de non-retour, et on a largement dépassé le nôtre. Il était quelque part en 1985-86. Il y a 30 ans. A peu près tous les politologues sont d’accord là-dessus.

    Moi, je n’ai pas choisi l’expat. C’est l’expat qui m’a choisi. Entre le RSA à 400 balles et un bon boulot, après cinq ans d’études et deux ans de chômage, c’était la seule solution. Tous les jours, on m’a fait comprendre le principe de la Lauvergeon: si tu es un “homme blanc” (pauvre), dégage! J’ai dégagé. Sans regret.


Charte de modérations des commentaires