21
Jan
2017
Une fantastique émission de près d’une heure avec Emmanuel Todd, que je vous recommande vivement, à l’occasion des 2 ans du site engagé Là-bas.org de Daniel Mermet.
Je vous recommande de le soutenir, en prenant (au moins) un abonnement mensuel de 5 € pour voir cette remarquable émission…
Source : Là-bas, 23-12-2016
arton4240
Pour l’enfariné Manuel Valls, c’est un mauvais Français, pour l’académicien Alain Finkielkraut, c’est un auteur qui « chie sur la tête des lecteurs ». Emmanuel Todd a l’art d’énerver la bourgeoisie intellectuelle et même la bourgeoisie tout court. Un monde qu’il connaît puisque c’est le sien.
Déjà traître à son milieu, son grand-père, le philosophe Paul Nizan, démolissait les BHL et les Zemmour de l’époque, dans son livre Les Chiens de garde. Emmanuel Todd affirme que c’est par tradition familiale qu’il joue ainsi son rôle d’intellectuel, à contre-courant. Bien sûr, les intellectuels jouent tous aux rebelles, c’est comme ça que le pouvoir les aime, mais combien de doigts vous faut-il pour compter ceux qui ont vraiment mis leur savoir au service du contre-pouvoir ? Combien dans ce contre-courant qui ressemble parfois à un mince filet d’eau ? Voire même complètement à sec comme l’a encore montré l’élection de Donald Trump, retentissante faillite du monde intello-médiatique [1] ?
Avec 46% d’abstention, Donald Trump a obtenu près de trois millions de voix de moins que son adversaire, mais le système électoral américain lui a donné le pouvoir. Un choc, un séisme, une panique, une horreur, mais pas pour tout le monde. Les nombreuses victimes de la globalisation imposée depuis plus de trente ans ont été sensibles aux promesses du milliardaire Trump contre la mondialisation néo-libérale, pour le protectionnisme, la politique sociale et le retour de l’État.
Fera-t-il ce qu’il a promis ? Le décevant bilan d’Obama ou les trahisons des socialistes français incitent à en douter. Mais il n’y avait pas de doute à avoir sur la politique ultra-libérale, sécuritaire et militaire qu’entendait mener son adversaire Hillary Clinton.
Todd met Trump de côté et s’intéresse à ce qui a intéressé les électeurs qui ont fait gagner Trump. Une Amérique profonde, plutôt blanche, plutôt rurale, plutôt masculine, plutôt âgée, plutôt peu diplômée et en voie de déclassement plus ou moins avancé. Une récente étude a montré que le taux de mortalité de la population blanche américaine la moins éduquée, âgée de 45 à 54 ans, a augmenté de façon inédite au cours des dernières années. Des dégâts imputables à l’insécurité économique qui frappe des pans entiers de la société américaine ignorés et méprisés par les élites éduquées des grandes villes.
L’élection de Trump marque-t-elle un réveil contre la globalisation néo-libérale ?
Un entretien de Daniel MERMET avec Emmanuel TODD :
– 01. TRUMP ou la fin de la globalisation ?
– 02. Vers un retour de l’État
– 03. TODD contre les chiens de garde
– 04. TRUMP à la Maison Blanche, LE PEN à l’Élysée ?
– 05. Le retour de la Russie
Voir la vidéo
5€/mois
Source : Là-bas, 23-12-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

82 réponses à Todd à contre-courant

Commentaires recommandés

Catherine Le 21 janvier 2017 à 07h51

En annonçant que les USA cesseraient de dicter ses loi au monde entier, le Président reconnait que jusque là c’était bien ce qu’ils faisaient.Ce n’est pas rien et celà augure au moins d’un grand apaisement géopolitique et ce n’est pas rien non plus.
Moins de guerre plus de recherche de l’intérêt commun, c’est un excellent programme.
Le fric devra aller ailleurs que dans le complexe militaro industriel et c’est encore une bonne nouvelle.
J’avais déjà dit ici que Trump nous réservera de bonnes surprises. Je le pense plus que jamais. Ce qui me ravit, et c’est un excellent indice, c’est que Trump n’a rien abandonné de ses convictions annoncées pendant sa campagne.
Il ya une différence entre des gens qui gagnent leur vie par la corruption politique et les jeux de guerre et ceux qi la gagnent en construisant, bâtissant.
Je ne dis pas que c’est le meilleurs système pour le monde mais au moins il aura gagné quelque chose : un peu moins de folie.

  1. Lao les loups Le 21 janvier 2017 à 02h46
    Afficher/Masquer

    Je ne sais s’ils sont demeurés ou non éduqués, mais une certitude est qu’ils ont été trumpés et qu’ils s’en rendront compte bien vite.


    • tepavac Le 21 janvier 2017 à 11h35
      Afficher/Masquer

      Ah, lorsqu’on se propulse le détenteur du secret des dieux….
      et c’est une certitude.
      Mais supposons. En quoi cela changerait la situation réelle?
      Et surtout pourquoi ne pas en avoir averti vos semblable par des démonstrations fortes et clairement compréhensibles par ceux qui sont si aisément influençables?

      En attendant les “dés sont jetés” outre atlantique, mais pas içi, alors pourquoi ne pas nous éclairer pour éviter d’être “trumpé”.


  2. Micmac Le 21 janvier 2017 à 02h56
    Afficher/Masquer

    Ah, Todd…

    Je cherche du Todd partout sur les Internets, et quand j’en trouve, je suis heureux pendant une semaine!

    Et quand je lis ses bouquins, ça dure encore plus longtemps. Ses livres devraient être remboursés par la sécu.
    [modéré]
    Donnez nous plus de Todd!


    • Chris Le 21 janvier 2017 à 13h52
      Afficher/Masquer

      Je partage votre opinion Micmac.
      Les interventions de Todd sont une bouffée d’oxygène dans la pestilence politico-politicienne des élites moutonniers corrompus jusqu’à la moelle : même plus capables de penser. Ils ne savent que multiplier leurs déjections idéologiques.


      • anne jordan Le 21 janvier 2017 à 15h21
        Afficher/Masquer

        Ouais , mmm… , vous me paraissez bien optimistes , les amis ! si Todd est toujours passionnant à écouter , il a ses limites et elles sont , en l’occurrence immenses !
        Un gars qui se désintéresse de l’écologie , à 65 ans , c’est un très mauvais analyste !
        regardez plutôt ceci :
        http://yetiblog.org/index.php?post/2189
        oh , ce n’est pas réjouissant , mais c’est la réalité…
        ( le blog du yéti , cher O.B. est souvent très pertinent , lui aussi )


        • Chris Le 21 janvier 2017 à 16h11
          Afficher/Masquer

          L’écologie est directement liée au modèle économique que nous avons choisi dès les années 70.
          Tant que nous ne changeons pas fondamentalement ce modèle, l’écologie reste une idée de bobos très heureux de se vautrer dans ses artifices.
          Perso, je ne m’intéresse PLUS à cette écologie d’opérette, qu’on nous agite devant le nez pour faire croire qu’on résout ce problème.
          Je subodore que Todd fait de même.


          • ty89 Le 21 janvier 2017 à 23h52
            Afficher/Masquer

            Je suis tout a fait d’accord avec vous. Les mesures “écologiques” sont des placebo écologique. C’est même contre productif car ça laisse penser aux personnes sensibilisé sur le sujet que nous faisons quelques chose. Alors qu’en fait, tout s’empire… Le mieux serait peut être même de ne pas trier nos déchets et de jeter tous les détritus dans la rue. Pour montrer a la population les conséquences réel de notre mode de vie.


          • Chris Le 22 janvier 2017 à 13h39
            Afficher/Masquer

            La première mesure écologique serait de réduire drastiquement la production industrielle alimentaire, qui nous rend malade (pesticides, hormones, antibiotiques, épizooties récurrentes dramatiques, aliments pauvres en nutriments), désertifie nos merveilleuses campagnes, concentre les terres nourricières en quelques mains et stérilise nos sols pour des générations.
            Tout ce gâchis pour finalement “recaler” 45% de cette production infâme.


          • RGT Le 23 janvier 2017 à 08h23
            Afficher/Masquer

            Je ne peux qu’abonder dans votre sens.

            Entre la mal bouffe et la société de con-sommation qui nous force (par effet de mode, par obsolescence programmée (je suis “complotiste”), par des normes en constante évolution qui “pour notre bien” nous obligent à changer périodiquement nos biens d’équipement (voitures en particulier).
            Et surtout par l’ensemble des contraintes que nous devons subir qui nous obligent à polluer plus pour vivre moins (des heures de transports car le travail est éloigné du lieu de résidence), fermetures d’écoles, fermetures d’hôpitaux, de commerces de proximité, etc, etc.

            Nous en sommes réduits à devoir prendre des transports en commun bondés et trop peu nombreux ou prendre des risques en circulant à vélo sur les routes enneigées ou verglacées car il n’y a plus d’entretien des voies de circulation.

            L’autre solution est de prendre sa voiture mais là c’est encore pire et je préfère encore la solution deux-roues…

            C’est bien le mode de vie qu’il faut changer, et à tous les niveaux mais ce changement ne permettrait plus le “ruissellement” qui coule vers les ploutocrates.


  3. Boulouis Le 21 janvier 2017 à 03h07
    Afficher/Masquer

    Les analyses et commentaires des intellectuels et médias sont honteuses et diffamatoires avant même que Trump ai pu montrer son savoir faire


  4. patatufle09 Le 21 janvier 2017 à 07h27
    Afficher/Masquer

    Nous sommes habitués à la démagogie du politique, et Trump sans doute en abusera comme ces prédécesseurs. En écoutant son discours d’investiture, l’homme n’a pas dérogé à ce discours qui le fit gagner: protectionnisme, lutte contre l’immigration clandestine, et “americans first”…So what? Peut on m’expliquer en quoi le programme est-il nauséabond? Bien sûr les moyens de son application restent flous, brutaux, ou tout simplement à l’encontre de l’idéologie dominante d’un mondialisme décomplexé…Mais attention au piège de l’analyse. Mermet, Todd, un bon esprit critique mais vite limité par des positions pseudo-humanistes, s’arrêtant souvent à la situation d’urgence. Au risque de froisser les aficionados de ces intellecs calaminés je vous demanderai de rebondir à la question suivante? La remigration contrainte est elle une véritable chance pour enrayer le projet néo-libéral d’uniformisation du monde?Dans le sang et les larmes bien entendu…


    • Kesse Le 21 janvier 2017 à 07h46
      Afficher/Masquer

      De quelle remigration parles-tu? Est-ce la seule mesure que tu identifies dans le programme de Trump susceptible d’enrayer le projet néo-libéral d’uniformisation du monde? N’est-elle pas une posture pour choquer la denise https://www.youtube.com/watch?v=Z1EFyO4U9is ?


      • patatufle09 Le 21 janvier 2017 à 08h48
        Afficher/Masquer

        Doit-on s’insurger de l’immigration clandestine? Oui parce qu’elle est clandestine. Posons nous la question de la responsabilité du gouvernement mexicain plus que celle de Donald Trump. La gestion d’une frontière incombe à deux pays et donc au déficit de l’un répond la rétorsion de l’autre. On ne peut se limiter à dénoncer l’incompétence, la corruption et la soumission de ces gouvernements coupables de laisser leur peuple migrer vers des horizons meilleurs…Il n’y aura bientôt plus d’horizons meilleurs. Arrêtons de jouer les philanthropes de pacotilles qui ne voient que l’ingérence humanitaire pour soulager le problème migratoire sans le guérir.


        • atanguy Le 21 janvier 2017 à 09h07
          Afficher/Masquer

          Sauf que l’impérialisme américain pille les richesse de ces pays et permet a l’oligarchie au pouvoir de museler et de garder leur peuple dans la misère. Avec Trump ça sera encore pire ne vous faites pas d’illusion!


          • patatufle09 Le 21 janvier 2017 à 09h31
            Afficher/Masquer

            C’est bien ce que je dis. Ce constat là tout le monde le fait. Et donc tu entretiens ta misère en pointant le doigt sans regarder la lune. Qui, à part ces populations soumises à des gouvernements corrompus peuvent reprendre leur destin en main. Evidemment il y la guerre, mais il y aussi la résistance et au bout l’émancipation…Impossible?C’est faire partie de ceux qui ont attendu la libération pour se proclamer résistant. Continuer de cultiver cet ethno-centrisme salvateur , c’est accepter au final que la guerre se déroule chez toi…Sens-tu déjà l’odeur de la poudre?


          • tepavac Le 21 janvier 2017 à 12h07
            Afficher/Masquer

            Donc, si on comprend bien votre raisonnement, puisque les dirigeants d’un pays sont des rapaces hypocrites, alors il faut en punir les populations en les soumettant à des pressions de plus en plus fortes!

            Je serait mauvaise langue, je croirais volontiers que vous vous moquez de nous.
            La seule vérité historique qui se répète depuis la nuit des temps, c’est qu’à chaque fois que les populations se plaignent de l’agissement frauduleux de leurs “dirigeants”, ces “dirigeant s’emploient à créer des difficultés à ces populations de façon à ce qu’elles s’interrogent moins et ne réagissent qu’au “caillou” qu’on à mis dans leurs souliers.
            Puis il y a toujours un esprit tordu pour nous expliquer qu’en retirant ce “caillou” on devient des salauds.

            C’est comme pour les révélations sur la DNC, pour faire oublier les crimes on accuse le messager d’être un galeux.
            Après chacun jugera de la naïveté des uns et des autres….


            • Chris Le 21 janvier 2017 à 13h57
              Afficher/Masquer

              puisque les dirigeants d’un pays sont des rapaces hypocrites, alors il faut en punir les populations en les soumettant à des pressions de plus en plus fortes!
              C’est pourtant bien ce qui nous arrive aussi, non ?
              Je vous engage à étudier les programmes de Fillon, Macron et les autres. Si ce n’est pas punitif, qu’est-ce-que c’est ?
              Tout ça pour tenir en place la finance qui nous pompe…


      • Chris Le 21 janvier 2017 à 13h05
        Afficher/Masquer

        Pour ajouter mon grain de sel…
        Personne ne parle de l’immigration intérieure. Tous ces Américains qui passent d’un état à l’autre (un état plus grand que la France !) parce que l’herbe parait plus verte que chez eux (gros chantiers, fracking, etc…).
        De ceux qui ont perdu leurs terres et leurs maisons (subprimes) et vivent dans leur bagnole ou caravane. Saviez-vous qu’en 1932-33, advint un holodomor US ? Des milliers d’exploitants agricoles spoliés par les banques (crédits irremboursables) durent quitter leurs terres et furent jeter sur les routes où, bien sûr, ils furent reçus à bras fermés vu la crise général.
        On estime le cout humain à 3 millions de victimes (famine, maladies, suicides, émeutes de ci et de là). Rappelez-vous cette époque cruelle décrite dans le film “on achève bien les chevaux” ?
        C’est cette Amérique prête à ressurgir, dont Donald Trump a pris conscience.
        Maintenant, est-ce qu’il pourra redresser la barre ? Rien n’est moins sûr.


        • Chris Le 21 janvier 2017 à 13h26
          Afficher/Masquer

          Perso, ce qui m’a frappé hier dans le discours de Trump n’est pas la répétition de ses promesses de campagne.
          C’est sa remise solennelle de pouvoir au peuple.
          Toute sa gestuelle (regard, position du corps), correspondait aux mots. Une rareté chez les hommes politiques, qui généralement récite leur pensum, juste préoccupés de le délivrer au mieux sans s’engager sur le contenu. Je n’ai connu que quelques politiciens en phase avec leurs discours : de Gaulle, Chavez, F. Castro, R. Kennedy, notre bon G. Marchais (mais oui !).
          Un discours totalement en rupture avec les habituelles galéjades politiciennes. Un mélange Che-Chavez-Kennedy pour ceux qui ont vécu ces époques, ce qui est mon cas.


        • tepavac Le 21 janvier 2017 à 15h44
          Afficher/Masquer

          les raisins de la colère.
          N’est ce pas ce livre/film qui décrit ces éventements?


        • BEOTIEN Le 22 janvier 2017 à 17h10
          Afficher/Masquer

          “est-ce qu’il pourra” ???

          Mais de qui parlez-vous ? Avez-vous pris la peine de vous intéresser à qui il est, d’où il vient, le mépris qu’il a toujours manifesté pour les “faibles” ?

          Si par extraordinaire il améliore la situation économique ce sera comme l’ont toujours fait avant lui les démagogues : par la fuite en avant dans le creusement des déficits et la réduction des impôts pour contenter ses riches amis et le complexe militaro-industriel et au terme la seule issue qui évite d’assumer les responsabilités en les noyant dans le sang : la guerre !


    • marie Le 21 janvier 2017 à 14h47
      Afficher/Masquer

      Les commentaires sur le site de “La-bas si j’y suis” sont bien moins enthousiastes qu’Olivier et cela me rassure un peu.J’étais restée très dubitative lorsque j’avais écouté cet entretien en décembre.
      Ainsi Emmanuel Tood ne vote plus? Regrette-t-il d’avoir soutenu François Hollande en 2012?
      Cher Emmanuel, nous fûmes assez nombreux à le faire …mais que faire ? Cultiver son jardin ? Encore faut-il en avoir un!


  5. Catherine Le 21 janvier 2017 à 07h51
    Afficher/Masquer

    En annonçant que les USA cesseraient de dicter ses loi au monde entier, le Président reconnait que jusque là c’était bien ce qu’ils faisaient.Ce n’est pas rien et celà augure au moins d’un grand apaisement géopolitique et ce n’est pas rien non plus.
    Moins de guerre plus de recherche de l’intérêt commun, c’est un excellent programme.
    Le fric devra aller ailleurs que dans le complexe militaro industriel et c’est encore une bonne nouvelle.
    J’avais déjà dit ici que Trump nous réservera de bonnes surprises. Je le pense plus que jamais. Ce qui me ravit, et c’est un excellent indice, c’est que Trump n’a rien abandonné de ses convictions annoncées pendant sa campagne.
    Il ya une différence entre des gens qui gagnent leur vie par la corruption politique et les jeux de guerre et ceux qi la gagnent en construisant, bâtissant.
    Je ne dis pas que c’est le meilleurs système pour le monde mais au moins il aura gagné quelque chose : un peu moins de folie.


    • juliettedesesprits Le 21 janvier 2017 à 10h55
      Afficher/Masquer

      Tout à fait d’accord avec vous Catherine. Ici tous nos média et intellectuels se pincent le nez en parlant de Trump! Hier France Culture a passé la journée à faire parler les féministes qui sont bien sûr contre Trump … raciste, macho, misogyne etc…aucun commentaire pour tenter d expliquer ce qu il compte faire de …positif. Ces dames étaient en colère notamment parce que les études de genre ne seront plus financées par l’état…en revanche elles ont raison d être vigilantes pour le droit a l IVG.
      Sur la TV publique on a eu droit aussi à des émissions à charge ou tout le monde était d’accord pour dire que Trump était finalement assez stupide car il ne comprenait rien au monde d’aujourd’hui! Est ce du dépit parce qu il compte la France comme quantité négligeable?
      J’ai finalement regardé BFM qui est resté factuel avec quelques commentaires assez mesurés.


    • atanguy Le 21 janvier 2017 à 19h32
      Afficher/Masquer

      “un grand apaisement géopolitique”
      Londres – La Première ministre britannique Theresa May s’est dite certaine vendredi que Donald Trump “reconnaît l’importance de l’Otan”, après que le nouveau président des Etats-Unis a qualifié d'”obsolète” l’Alliance atlantique.”Je suis également confiante que les Etats-Unis reconnaîtront l’importance de la coopération que nous avons en Europe pour assurer notre défense et notre sécurité collective”, a ajouté Mme May dans un entretien au Financial Times….
      http://www.romandie.com/news/GB-Trump-reconnait-limportance-de-lOtan-affirme-Theresa-May/769387.rom


      • Chris Le 21 janvier 2017 à 23h29
        Afficher/Masquer

        May en bonne politicienne, ménage la chèvre et le chou, le chou étant bien entendu l’UE avec laquelle elle entend négocier au mieux le Brexit.
        On dit que les promesses rendent les fous joyeux…


    • chb Le 21 janvier 2017 à 21h04
      Afficher/Masquer

      Je serais moins positif que vous, Catherine, après l’avoir entendu rabâcher ses thèmes de campagne à la cérémonie d’hier. La grandeur retrouvée des USA, le pouvoir rendu au peuple etc, c’est du populiste creux. Aucune mesure prévue contre les criminels de guerre ou les financiers voyous, aucun élément concret pour l’égalité ou la solidarité américaine…
      Concrètement, il a pris dans son équipe des pontes de Goldman Sachs et une flopée de milliardaires, il continue de vouloir le mur pour se protéger du Mexique et de punir la Chine, conforte le budget militaire : c’est pas Byzance !
      Pourvu qu’il lâche la grappe à la Syrie, au Yémen et aux dizaines de pays sous la coupe de l’hégémonie US, au moins.


      • Vince Le 22 janvier 2017 à 01h01
        Afficher/Masquer

        Et l’ambassade d’Israel à Jérusalem c’est négligeable ? Pas certain que cela passe le Moyen-Orient comme prise de position…


        • Vince Le 22 janvier 2017 à 01h29
          Afficher/Masquer

          Et la remise en cause de l’accord sur le nucléaire iranien ?!


          • alain samoun Le 22 janvier 2017 à 06h19
            Afficher/Masquer

            Et la remise en cause de l’accord de Paris sur le climat!?


        • chb Le 22 janvier 2017 à 11h17
          Afficher/Masquer

          Mettre le grappin israélien sur Jérusalem ? Très bon exemple d’une étrange folie facho-utopiste.
          La posture de Trump, à la “on va pas se laisser emmerder par les islamistes” promeut encore une guerre où un certain nombre d’arabes + musulmans + anti-empire se regrouperont … sous la bannière al Qaeda ?
          Autre conséquence, la “solution à deux états” est définitivement enterrée : l’état d’apartheid aura bien du mal à garder son aura de “seule démocratie du Moyen Orient” et quand même réprimer cruellement une moitié des citoyens du pays réunifié (sauf à tuer tous les palestiniens).


          • Chris Le 23 janvier 2017 à 13h56
            Afficher/Masquer

            Je crois savoir que Trump est pour un seul état.
            Finalement, un seul état sera la solution à 70 ans d’errances, de conflits et de gruyérages colonisateurs de la Palestine.
            Là, Israël devra prouver qu’elle n’est pas l’apartheid sud africain ! Rien n’est moins sûr.
            La guerre des ventres fera le reste. Dans deux, voire trois générations, la Palestine aura retrouvé ses couleurs… Amusant, non ?


      • patatufle09 Le 22 janvier 2017 à 07h28
        Afficher/Masquer

        Du populisme creux. Donc limiter l’arrivée de clandestins par le Mexique, c’est populiste. C’est du pragmatisme. Vous me faites penser à tous ces économistes qui avancent l’argument d’une agriculture américaine plus chère sans l’emploi d’une main d’oeuvre illégale et qui oublient de justifier le montant de la misère sociale américaine. Vous validez aussi le plein emploi US? Presque 100 millions de gens qui ne bossent plus, dont un tiers a besoin de tickets pour bouffer. Une dette abyssale multipliée par deux sous l’ère Obama pour une croissance poussive et qui n’a profité qu’aux plus aisés. Les flics n’ont jamais abattu autant de noirs sans que le grand dadet ne bouge.Et il aurait fallu une femme après un noir? Et puis quoi, un nain ensuite, pour se complaire dans le symbole de la minorité tout en pérennisant le système? Ouvrez les yeux et pensez donc que l’élection de Trump est une réaction épidermique au mondialisme comme le Brexit,Duterte,le référendum italien et oui d’autres populismes à suivre.Retenez une seule chose, la volonté si étriquée soit-elle qu’un peuple retrouve sa souveraineté. C’est défi terrible à venir.


        • chb Le 22 janvier 2017 à 11h44
          Afficher/Masquer

          Mais oui, l’agriculture américaine sera plus chère sans l’emploi de main d’oeuvre illégale. La main d’oeuvre locale, c’est la mécanisation qui l’a rendue superflue. Idem dans l’industrie.
          L’immigration non souhaitée, elle vient de la misère, de l’inégalité économique. Entre Mexique et USA, comme entre Afrique et Europe, il y a une histoire d’exploitation de ressources et de main d’oeuvre (et d’exemptions de droits de douane ! maquiladoras). Les domestiques et ouvriers agricoles latinos aggravent certes le dumping social en acceptant de bas salaires, mais ils permettent aussi de produire moins cher dans le pays riche. Ainsi, en Provence, les courgettes ne souffrent pas du SMIC « trop cher ». Expulsez ces esclaves modernes, et le PIB descendra d’un cran, ce qui ne profitera pas aux pauvres du cru, ni aux illégaux repoussés « chez eux » pour y crever.
          La souveraineté (et pourquoi pas le Reich ?), elle est utilisée comme hochet ; Trump a encore agité ce hochet tout en donnant tous les gages aux ultra-riches, à l’élite qu’il faisait mine de vomir : le peuple est marron.


          • Chris Le 22 janvier 2017 à 13h49
            Afficher/Masquer

            En effet, il y a ce risque.
            Arrivera-t-il à produire de la richesse et à enclencher un mouvement vertueux de l’économie réelle, en dépit du dumping fiscal promis aux entreprises apatrides ?
            Arrivera-t-il a stopper le déficit commercial abyssal et récurrent ?
            Ses opposants lui donneront-ils cette chance ?
            Que de questionnements auxquels toute personne sensée ne peut échapper.
            La Russie sous embargo a bien réussi à tenir le coup et même redéployer son agriculture, mais Poutine a 80% de la population derrière lui…
            Trump n’a pas cet avantage et ce ne sont pas les agissements des Soros/Démocrates qui vont l’aider.


          • patatufle09 Le 22 janvier 2017 à 20h36
            Afficher/Masquer

            faux.Vous ne tenez pas compte dans votre équation de la misère sociale vécue par le travailleur américain. Conséquence du doublement de la dette du pays sans oublier les tensions internes qu’elle génère. Enfin votre raisonnement n’aboutira à ne jamais trouver de solution et il n’a fallut que quelques lignes pour aboutir à notre point Godwin.


            • chb Le 22 janvier 2017 à 21h32
              Afficher/Masquer

              Le doublement de la dette vient de la gestion tout pour le militaro-financier, on a un peu le même pb en Europe. Quant à l’atténuation de la misère (que “le pouvoir au peuple” selon l’oligarque Trump n’approchera pas), il suggère une vieille recette : faire payer les riches.
              Felix Adler — surtout connu pour avoir fondé et présidé, au début du XXe siècle, le National Child Labor Committee —, le premier, a porté la revendication aux USA de plafonnement du revenu. Selon lui, l’exploitation des travailleurs, jeunes et vieux, génère d’immenses fortunes privées qui exercent une « influence corruptrice » sur la vie politique américaine. Pour limiter celle- ci, il propose de mettre en œuvre une fiscalité très fortement progressive pouvant atteindre, au-delà d’un certain seuil, 100 % d’imposition. Ce taux laisserait à l’individu « tout ce qui peut vraiment servir à l’accomplissement d’une vie humaine » et lui arracherait « ce qui est destiné à l’apparat, à la fierté, au pouvoir ».
              La notion de « salaire maximum » a attendu le premier conflit mondial pour trouver un créneau. Afin de financer l’effort de guerre, les progressistes proposèrent alors de taxer à hauteur de 100 % les revenus supérieurs à 100 000 dollars.
              (d’après Sam Pizzigati, le Monde Diplo, 2012)


    • sissa Le 22 janvier 2017 à 15h30
      Afficher/Masquer

      Je crains plutôt que Trump ne discrédite pour longtemps toute alternative politique.
      En matière de politique étrangère, son point de vue est dictée, non par la volonté d’apaiser les relations internationales(il souhaite s’entendre avec la Russie pour mener une politique agressive vis à vis de la Chine), mais par celle de défendre de façon brutale les intérêts US. Dès qu’il aura compris que l’OTAN est un outil de domination politique de l’Europe, il est clair qu’il ne le sabordera pas.

      Sa politique économique n’a pas plus de cohérence: un mélange de mesures pro-marché ( dérégulation tout azimuth) relance par l’investissement, baisse d’impôts et protectionnisme risquent de plomber un peu plus la dette US, ce qui n’est là aussi pas vraiment compatible avec l’abandon de la domination US sur le monde; l’économie américaine ne tient que parce que le Dollar est la monnaie internationale, et ce statut est largement lié à l’impérialisme US

      .


      • patatufle09 Le 23 janvier 2017 à 08h11
        Afficher/Masquer

        L’accroissement de la dette notamment ces dernières années est d’abord liée a l’augmentation des dépenses sociales en matières de santé et de retraite pour une population vieillissante. Ce déficit est en mettre en corrélation avec une paupérisation des classes les plus démunies et les classes moyennes dont la crise de 2008 et la délocalisation des industries les ont dépossédées de leur emploi et leur pouvoir d’achat. Le taux d’endettement de ces catégories est à leur apogée, et il faut penser la politique sociale d’Obama non pas comme une avancée mais comme un pansement sur une jambe de bois.Cela s’appelle acheter la paix sociale,histoire de nous faire oublier la gangrène mondialiste…Trump et le monde anglo saxon ont saisi la nature déflationniste du néo-libéralisme et ses limites.


  6. atanguy Le 21 janvier 2017 à 08h03
    Afficher/Masquer

    Pour VOUS ÉDUQUER lisez cet article sur les “artistes” choisis par Trump pour gérer son pays:
    http://www.arretsurimages.net/articles/2017-01-20/Les-auditions-surrealistes-des-futurs-ministres-de-Trump-devant-le-Senat-id9482


    • atanguy Le 21 janvier 2017 à 08h58
      Afficher/Masquer
      • Jack Le 21 janvier 2017 à 13h46
        Afficher/Masquer

        On sera probablement fixé la semaine prochaine. Si Trump (qui a rappelé qu’il tenait toujours ses promesses) confirme le déménagement de l’ambassade américaine à Jérusalem, on saura que la suite ne pourra être que désastreuse.


    • Grégory Le 21 janvier 2017 à 12h05
      Afficher/Masquer

      Il est certain qu’il y a des bonnes raisons d’avoir des réserves sur l’équipe sélectionnée par Trump qui primo facie semble souvent à l’opposé des intentions qu’il exprime. Celà dit, ça existe les “traitres à leur milieu” et le cas échéant, ce sont les personnes les mieux indiquées pour faire changer les choses. La plupart des “barbares” qui ont mis Rome à genoux sortaient en fait directement d’une éducation romaine.

      Trump a refait un discours très radical contre l’oligarchie à son inauguration. De ce qu’on en sait, rien n’a besoin d’être vrai dans ce qu’il dit mais d’un autre coté il est certain qu’il sera jugé selon ces intentions initiales, tout comme Hollande l’a été sur “mon ennemi c’est la finance” et Sarkozy “travailler plus pour gagner plus”. Et il est quasi certain qu’il en a une conscience aigüe.

      Personnellement je jugerai sur pièce de la qualité réelle de la présidence Trump, tout comme je l’ai fait pour Obama, qui n’était certes pas l’ombre du prédisent qu’il promettait d’être mais a eu aussi de très bons passages pour lui (tellement meilleur que W!).


      • Renaud Le 21 janvier 2017 à 15h46
        Afficher/Masquer

        Grégory le 21 janvier 2017 à 12h05

        Vous écrivez : “La plupart des “barbares” qui ont mis Rome à genoux sortaient en fait directement d’une éducation romaine.”
        Tout comme nombre de révolutionnaires de 1789 avaient été éduqués chez les jésuites…


  7. calal Le 21 janvier 2017 à 09h00
    Afficher/Masquer

    Le mandat de trump a la tele ca va etre simple: trump pourrait abolir la faim dans le monde que les medias l’accuseraient de favoriser la montee de l’obesite…

    bon deja il a ete investi,maintenant on va voir ce qu’il va faire…


  8. Philnosy Le 21 janvier 2017 à 09h12
    Afficher/Masquer

    En tout cas, apparament, vue la position et les messages des médias Trump n’aura pas viré de bord avant son investiture. Ce qui nous donne un tableau bien sombre pour le pouvoir de l’ombre car les deux hommes des pays les plus puissants militairement du monde ne leurs doivent rien.


  9. Duracuir Le 21 janvier 2017 à 09h56
    Afficher/Masquer

    A propos de Là-bas, je suis un peu en colère contre eux. Quand ils ont fait leur première demande de mise de fond, je me suis fendu de 100€ pour la bonne cause. Et c’est beaucoup, vraiment, pour moi.
    Par la suite, j’ai reçu une paire de mail et c’est tout.
    Rien


    • Mr K. Le 21 janvier 2017 à 10h31
      Afficher/Masquer

      Vous avez dû avoir avec,comme beaucoup, l’abonnement pour un an avec votre contribution.

      Avez-vous fait une réclamation?


    • anne jordan Le 21 janvier 2017 à 15h24
      Afficher/Masquer

      et moi , pour 60 euros , j’ai eu toute l’année ( plus deux jours ! ) droit à leurs émissions , vidéos , commentaires etc …
      écrivez à LBSJS , votre cas n’est pas normal du tout !


  10. RMM Le 21 janvier 2017 à 10h51
    Afficher/Masquer

    Il faut bien comprendre que Trump entend centrer son action sur la relance économique et a la création d’emplois: “Je l’ai dit et le répete: je serai le plus grand créateur d’emploi que Dieu ait jamais créé.” (Conf. de presse du 11 janvier. https://www.nytimes.com/2017/01/11/us/politics/trump-press-conference-transcript.html?_r=0
    C’est donc sur ce programme qu’il faudra le juger.
    Trump n’a pas attendu de prendre fonctions pour se mettre au tavail. Resultat: plusieurs entreprises se sont déjà engagées, soit à renoncer a expatrier des activités soit en rappatrier une partie.
    General Motors: 1 milliard de dollars, soit 5 000 emplois nouveaux.
    Fiat Chrysler: 1 milliard de dollars $1billion: 2,000 jobs.
    Ford: $700 million d’investissement.
    IBM: 25,000 emplois nouveaux.
    Hyundai: $3billion sur quatre ans.
    United Technologies (Carrier) renounce a délocaliser un millier d’emplois;
    Walmart: 60 nouveaux magasins, 10,000 emplois
    PSoftBank: $50 milliards d’investissement, 50,000 emplois. https://sputniknews.com/business/201701181049722573-trum-jobs-general-motors-walmart/


    • Jack Le 21 janvier 2017 à 11h16
      Afficher/Masquer

      Walmart, l’entreprise qui n’existe que par et pour la Chine?
      Sinon, il y a ça aussi :

      http://www.independent.co.uk/news/world/americas/donald-trump-fires-us-ambassadors-no-replacements-a7538256.html

      Virer toute une flopée d’ambassadeurs sans avoir prévu de les remplacer à temps… Et on ne parle pas du poste pour son ex-femme. En matière de népotisme, il ne lui reste plus qu’a nommé son chien.


      • Louis JULIA Le 21 janvier 2017 à 12h33
        Afficher/Masquer

        Jack, votre liste ne fait guère le poids face à celle dressée par RMM, et encore il a fallu que vous inventiez un élément hautement fantaisiste, le coup du clébard.
        Combien de diplomates les Américains ont-ils virés, eux? Certes, ce n’était pas des ambassadeurs, mais quand-même!


        • Jack Le 21 janvier 2017 à 13h25
          Afficher/Masquer

          Vous ne semblez pas avoir compris le contenu de l’article que j’ai donné en lien?
          Pour la liste de RMM, je n’y vois qu’un énième inventaire digne des promesses d’un candidat à la primaire de gauche.


          • tepavac Le 21 janvier 2017 à 14h42
            Afficher/Masquer

            En quoi les bisbilles Américains nous intéresseraient.
            Et comment juger des actes dans des sujets où en particulier nous ignorons tout.
            Vous semblez volontairement ignorer les 50 “diplomates” dont le manifeste était la guerre.
            Ce qui pour des “diplomates” est avoué le, est des plus contradictoires comportement.
            “Les remplacer à temps”!
            à temps de quoi ?


            • Jack Le 21 janvier 2017 à 16h26
              Afficher/Masquer

              [Modéré]
              Le problème n’est pas d’avoir viré les ambassadeurs, leur nomination étant politique, il est normal de les remplacer. Le problème est qu’ils n’ont prévu personne pour les remplacer! Le processus de nomination d’un ambassadeur US étant long et complexe, ils vont se retrouver avec un grand nombre d’ambassades sans personne pour les diriger.
              Et c’est pareil dans bien d’autres domaines. Le général Mattis n’a même pas d’adjoint à la défense, tous les candidats qu’il a proposé ont été refusé par l’équipe Trump qui voulait lui imposer une brêle de Wall Street. Quand on sait qu’on lui demande de remporter une victoire éclair sur l’EI, on se pose des questions.


        • Garibaldi2 Le 23 janvier 2017 à 05h08
          Afficher/Masquer

          Jack fait référence à Caligula qui avait nommé son cheval au poste de consul.


    • Chris Le 21 janvier 2017 à 14h01
      Afficher/Masquer

      A propos de Walmart, un article décrivant la décrue du groupe, sévèrement remis en question par les achats Internet :
      http://www.insolentiae.com/leffondrement-de-la-grande-distribution-est-en-marche-ledito-de-charles-sannat/


  11. Les fleurs de vent s'envolent Le 21 janvier 2017 à 11h48
    Afficher/Masquer

    Il me semble que derrière les doutes exprimés à l’égard de Trump et consorts, c’est davantage un scepticisme quant à la réelle capacité d’action, de “visions” des classes politiques des Etats dits “développés”…. Plusieurs décennies d’élections comme des têtes de gondoles mensongères, ont pour ma part usé jusqu’à la corde la “croyance” dans les programmes genre “on va enfin proposé un vrai changement” qui se terminent en “business as usual”. Et lorsque dans certains états dits”moins développés” (Amérique Latine par exemple), il y a encore de fous ou des illuminés qui s’efforcent de rendre réellement au peuple les outils qui lui permettraient de prendre son destin en main, on les assassine, les destitue à grand coups de ceinture militaire ou on s’arrange pour rendre leurs économies exsangues en jouant sur tout les leviers. Todd comme Onfray sont des mecs avec qui j’ai quelques désaccords, il n’en demeure pas moins qu’ils nourrissent le débat pour le faire sortir d’une pensée endogamique et qui finit par tourner au rance. Regardez autour de vous, écoutez, ce monde regorge d’idées neuves, de gens qui portent des potentialités de changements, d’évolutions, de “développement” des plus beaux aspects de l’humanité, d’autres voies sont possibles. Évoluer soi-même pour mieux faire évoluer l’humanité?


  12. Fritz Le 21 janvier 2017 à 12h16
    Afficher/Masquer

    J’ai entendu hier le discours d’investiture du président Trump. Il m’a fait bonne impression : rendre au peuple le pouvoir accaparé par le centre (Washington), même si ça nous paraît irréaliste ; renoncer à imposer l’Amérique au monde entier ; relocaliser les emplois aux États-Unis…

    “America first”, slogan qui était déjà celui du républicain Warren G. Harding en 1920, cela fait hurler le commentateur de France Info (“un discours lunaire”, “populiste”, “nationaliste”), mais entre l’impérialisme américain et l’isolationnisme américain, je préfère de loin l’isolationnisme.

    En écoutant M. Trump, je me suis rappelé deux livres : “Protéger ou disparaître”, du regretté Philippe Cohen, qui expliquait que des élites incapables de protéger leur peuple (comme en France) ne méritaient pas de subsister ; “Après l’Empire”, d’Emmanuel Todd justement, qui expliquait l’aventure impérialiste des Clinton et Bush par le refus du recentrage national. Reconstruire une Amérique délabrée, c’est plus exigeant que de se lancer dans la fuite en avant des provocations impérialistes, mais c’est bien moins dangereux pour le monde. C’est le programme affiché hier par Donald Trump.


    • chb Le 21 janvier 2017 à 22h20
      Afficher/Masquer

      Ce type de discours fait plaisir pendant la campagne, OK. Au contraire (à mon avis), dire au moment de son investiture :
      “Aujourd’hui, le pouvoir est de nouveau à vous, le peuple. Aux petites gens, aux noirs comme aux blancs”
      etc, c’est décrire une nouvelle constitution dont on n’a pas vu la queue : farfelu au bas mot, foutage de gueule probablement. Il fait face à une levée de bouclier des anti-fas à la Soros et des féministes et d’une part du Congrès, et quand même prétend bouger le système tout en embauchant ses fidèles tenants ? Il ne parle plus de mettre Clinton en prison, et son discours “philosophique” est limité à une redite d’envolées électorales sans portée concrète, sinon sur le bouclage des frontières ou la lutte contre les islamistes (Bush bis?). Bof.


  13. Michel Ickx Le 21 janvier 2017 à 12h23
    Afficher/Masquer

    Combien de spectateurs du discours d’investissement dans le monde ?

    Ces centaines (? ) de millions de spectateurs ont, pour la première fois, et sans possibilité de censure de la presse système, entendu d’un président élu dans le plus puissant pays de la planète, une critique radicale et justifiée des hommes politiques et de ses prédécesseurs présent dans l’assemblée.

    Une critique sans concessions du système.

    On verra la suite des événements, mais cette torpille sous la ligne de flottaison de la gnose mondialiste est un dommage irréparable du dogme établi.

    Je peux me tromper, mais il m’a semblé que le public des supporteurs de Trump a peux applaudi. Manquait-il de ferveur ?

    Ou était il aussi stupéfait que le autorités présentes et que je ne l’ai été mois-même ?


    • tepavac Le 21 janvier 2017 à 15h15
      Afficher/Masquer

      C’est clair qu’il n’a pas fait dans la dentelle.
      Ce fût une accusation public en prime time mondiale, après investiture….
      “L’ingérence, le vol, la corruption, les assassinats et les paroles creuses c’est fini”
      et en présence des accusés….

      En disant cela, Trump sait très bien dans quel bras de fer il s’engage. Il ne cherche pas à “arranger” quoique ce soit, par cette déclaration publique il s’interdit tout retour à un consensus amiable.
      Insulté, trainé dans la boue pendant des mois et on devrait s’étonner qu’il montre les crocs…
      Peut-être que si les “accusés” avaient fait profil bas, les choses auraient tourné autrement. Mais trop imbus d’eux-même et des milliards qu’ils ont extorqué à la planète entière ils pensent encore s’en sortir en refusant leur défaite.
      Aléa jacta est ….


      • alain samoun Le 22 janvier 2017 à 06h35
        Afficher/Masquer

        tepavac:
        Ne vous faite pas trop d’illusions,les nantis savent toujours se replacer,quant a Trump croyez vous qu’il est devenu milliardaire sans faire ce qu’il (semble) reprocher aux autres?


        • Seraphim Le 22 janvier 2017 à 15h53
          Afficher/Masquer

          Il y a milliardaire et milliardaire. Soros n’est pas Trump. Celui-ci a gagné ses milliards en partie par héritage, certes, mais de toutes façons sur la base de business réel, concret, incarné dans des pierres, des terrains, des immeubles. Celui-là les a accumulés par la spéculation (livre anglaise), l’arnaque, la prévarication


  14. bm607 Le 21 janvier 2017 à 13h14
    Afficher/Masquer

    Sous la photo d’E. Todd :
    “Pour l’enfariné Manuel Valls, c’est un mauvais Français,…”
    C’est plutôt un compliment, non ?

    Je vous rappelle ceci :
    “Longtemps « parti des intellectuels », la gauche a perdu le monopole de la pensée et reconnaît, pour la première fois depuis Mai 68, sa déroute. Déconnectée du peuple et refusant l’aggiornamento, elle peine à se réinventer.
    Manuel Valls a beau dire qu’il lira BHL et Caroline Fourest pendant les vacances, …”
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/12/27/01016-20161227ARTFIG00183-gauche-cherche-intellectuels-desesperement.php

    Oui, vous avez bien lu (j’ai dû moi-même me pincer, je croyais rêver) : selon le Figaro, c. fourest et bHL sont deux INTELLECTUELS pour notre manu !!!
    A la lecture desquels il va se cultiver et s’ouvrir l’esprit donc.
    Alors vous pouvez imaginer son niveau actuel : il ne doit pas comprendre ce que dit Todd en fait.


  15. Boby Dinand Le 21 janvier 2017 à 14h33
    Afficher/Masquer

    Vous pouvez rêver et prêter toutes les intentions que vous voulez à Trump.

    La réalité s’appelle COG
    CONTINUITÉ DE GOUVERNEMENT

    C’est à dire que quelque soit le pantin qui gesticule à l’écran les marionnettistes sont là pour défendre leurs intérêts.

    Et il suffit de voir les liens entre aipac et Trump et les militaires aux manettes pour se douter que le blondinet ne tiendra pas plus ses promesses qu’obama. ( Pas foutu de fermer Guantánamo en deux mandats !!!)

    Regardez Peter del Scott ca vous évitera de tomber de haut !!

    http://www.dailymotion.com/video/x1g3ej5_peter-dale-scott-la-machine-de-guerre-americaine_news


    • tepavac Le 21 janvier 2017 à 15h37
      Afficher/Masquer

      Puisque tout est dit et que nul ne peut y remédier, alors pourquoi user son temps pour du vent.
      On en parle très peu, mais son principale slogan et celui de ses supporters, c’est “assécher le marais” pour le vider de tous ces reptiles. Et c’est ce qui était scandé à chacun de ses meetings.
      Et c’est précisément ce que dénonce P.D Scott.
      Le fera t-il ?, y arrivera t-il ?, est-il honnête avec ses propos ?
      Nous en savons rien, mais une chose est claire, plus rien ne sera comme avant car toute la planète le regarde et il le sait.

      Si il trahi ses promesses ou si il est assassiné, ce sera une onde de choc mondiale dans les populations.


      • atanguy Le 22 janvier 2017 à 02h19
        Afficher/Masquer

        “assécher le marais” Comment il ferait? Il y est déjà depuis 70 ans,depuis qu’il y est né. En fait c’est un des crocos.


    • Chris Le 22 janvier 2017 à 17h19
      Afficher/Masquer

      Discours d’adieu de Eisenhower en 1961 :
      Le président sortant, âgé de soixante-dix ans, y met notamment en garde son pays contre la possible montée en puissance d’un « complexe militaro-industriel » :
      « Dans les assemblées du gouvernement, nous devons donc nous garder de toute influence injustifiée, qu’elle ait ou non été sollicitée, exercée par le complexe militaro-industriel. Le risque potentiel d’une désastreuse ascension d’un pouvoir illégitime existe et persistera. Nous ne devons jamais laisser le poids de cette combinaison mettre en danger nos libertés et nos processus démocratiques. Nous ne devrions jamais rien prendre pour argent comptant. Seule une communauté de citoyens prompts à la réaction et bien informés pourra imposer un véritable entrelacement de l’énorme machinerie industrielle et militaire de la défense avec nos méthodes et nos buts pacifiques, de telle sorte que sécurité et liberté puissent prospérer ensemble1. »


    • BEOTIEN Le 22 janvier 2017 à 17h33
      Afficher/Masquer

      “Restaurer la grandeur de l’Amérique”, se traduisait dans les années trente, de ce côté de l’atlantique… Deutschland über alles.

      A bon entendeur…


      • Jaga Le 23 janvier 2017 à 17h59
        Afficher/Masquer

        Mon allemand doit être rouillé mais “Deutschland über alles” pour moi ça se traduit par “l’Allemagne avant tout / par dessus tout”, pas par “Restaurer la grandeur de l’Amérique”. Faut croire que la réforme grammaticale a été vachement plus profonde que je ne le croyais.

        Pour les dates, vous n’avez pas tout à fait tort: ça se chantait jusqu’en 1933, quand “Das Lied der Deutschen” était l’hymne de la République de Weimar, avant qu’un moustachu de sinistre mémoire ne lui préfère le “Horst Wessel Lied” (aussi mélomane que peintre…).

        La RFA s’est empressée de le rétablir et c’est l’hymne allemand depuis belle lurette. Certes, on ne chante que le 3ème couplet dans les occasions officielles. On reproche au 1er des notions discutables quant à la géographie de l’Allemagne – plus que le “über alles” – et au 2ème des paroles qui font plus chanson à boire qu’hymne national.

        Bref, on a vu mieux comme point Godwin.


  16. BA Le 21 janvier 2017 à 16h09
    Afficher/Masquer

    Dans les pays occidentaux, la soi-disant « mondialisation heureuse » a appauvri les classes populaires et les classes moyennes. Conséquence : les partis extrémistes ont de plus en plus de voix, et de plus en plus de candidats extrémistes arrivent au pouvoir.

    Le Forum de Davos lui-même commence à comprendre qu’il y a un petit problème avec la soi-disant « mondialisation heureuse » !

    La « mondialisation heureuse » a une conséquence politique : dans les pays occidentaux, les peuples votent de plus en plus pour des hommes politiques extrémistes.

    Vendredi 20 janvier 2017 :

    Au Forum de Davos, la grande peur du populisme.

    http://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/0211710002598-au-forum-de-davos-la-grande-peur-du-populisme-2058552.php


    • BEOTIEN Le 22 janvier 2017 à 17h36
      Afficher/Masquer

      Le problème… Les solutions proposées : l’éducation, qui présente l’immense intérêt de se donner bonne conscience sans rien lâcher de son tas d’or !


  17. BEOTIEN Le 22 janvier 2017 à 17h47
    Afficher/Masquer

    Pas tout lu mais suis affolé par la proportion de croyants en les promesses de quelqu’un qui est arrivé au pouvoir pour avoir promis tout et son contraire et affiché le plus complet mépris pour femmes, immigrés, adversaires, partenaires…

    Exemple : “Trump contre la mondialisation néo-libérale, pour (…) la politique sociale et le retour de l’État”

    Le premier décret qu’il a signé à été pour entamer la suppression du peu de protection sociale que son prédécesseur a réussi à offrir aux plus pauvres !

    OUVREZ LES YEUX ! Y compris si l’analyse que Todd offre du problème est juste, ça n’augure rien de bon pour autant de la “solution”.


    • Chris Le 23 janvier 2017 à 14h05
      Afficher/Masquer

      Parce que “Obamacare” était un progrès social ? Vous m’en direz tant !
      Creusez un peu les réalités de cette loi afin d’en mesurer l’arnaque.


  18. Pinouille Le 23 janvier 2017 à 11h18
    Afficher/Masquer

    “L’ingérence, le vol, la corruption, les assassinats et les paroles creuses c’est fini”
    Au moins, le constat sera partagé par bon nombre d’entre nous.
    Nous n’avons pour l’instant pas de raison de douter de sa volonté de faire ce qu’il dit. Je serais surpris qu’il sacrifie son image dans l’Histoire au profit de quelques milliards de plus pour son propre business.
    Pour ce qui est de la mise en œuvre, on peut déjà constater une résistance féroce de certains responsables de l’administration. Nous verrons bien qui l’emportera. Les pronostics font légion, mais restent des pronostics.
    Pour les résultats, je suis impatient de voir si ses mesures protectionnistes porteront leurs fruits sur l’économie. La volonté affichée de retrait du leadership géopolitique va faire peser un risque sur le maintient du dollar comme devise internationale.
    Les USA, et plus généralement les pays développés, sont dans une situation économique où ils n’ont plus droit à l’erreur.


    • Chris Le 23 janvier 2017 à 14h17
      Afficher/Masquer

      Vous avez raison. Beaucoup de procès d’intentions parce que la politique Trump annoncée sur certains sujets sensibles part à 180°.
      La seule chose que je retiens est la ire des (faux) bobos dépossédés du pouvoir.
      Le type social-démocratie est en train de vivre ses dernières heures dans les convulsions.
      Faut-il s’en alarmer quand on considère son bilan ?
      Perso, NON, car ils ont trahi les peuple et les nations en se comportant comme les extrêmes-droites supranationales, celle des banquiers, des dynasties bourgeoises et industrielles (nommés maintenant oligarchies) et hauts fonctionnaires avides qui nous mijotèrent les 2 dernières guerres mondiales.


Charte de modérations des commentaires