Suite du billet sur l’action des médias dans la Présidémentielle 2017.

Sommaire

  1. François Fillon est présumé innocent
  2. La deuxième couche du journal Le Monde
  3. Une affaire bien plus complexe qu’il n’y parait
  4. Un système
  5. >Le bal des hypocrites (RECOMMANDÉ)
  6. Une insupportable immixtion de la Justice dans la Présidentielle
  7. Une stratégie dangereuse, comme pour Clinton
  8. >Épilogue

6 février 2017, 2e tour de la Présidentielle Médiatique : Le Monde tente de couler Fillon

Après avoir traité du cas Hollande, venons-en à “l’affaire Fillon”.

Tout le monde sait ce que je pense du programme économique de François Fillon (Lire ces billets : ici, ou : “S’il applique un tel programme, j’ai bien peur que l’on s’aperçoive qu’il allait bien au delà de ce que pouvait supporter le corps social de la France”).

Je pourrais donc probablement trouver 20 bonnes raison de ne pas voter Fillon – que je ne soutiens en rien (je ne soutiens personne d’ailleurs, que chacun vote bien comme il veut. J’estime par ailleurs que personne n’a à vous dire pour qui vous devez voter).

Mais au delà des désaccords politiques, il y aussi des principes Républicains, dont un certain nombre semblent sérieusement mis à mal dans cette histoire. Je me permets donc de jeter quelques idées sur ce sujet, pour en discuter avec vous…

1. François Fillon est présumé innocent

François Fillon est présumé innocent : c’est un principe juridique de base, fondamental pour la préservation des justiciables .

Les électeurs sont libres de se faire une opinion, et d’en tirer les éventuelles conséquences qu’ils jugent utiles, surtout d’un point de vue moral. Mais tant que M. Fillon n’est pas condamné, tout un chacun devrait, à mon avis, s’efforcer de garder à l’esprit qu’il reste innocent. Car si à la fin, comme on le verra, il est blanchi, que ferons-nous ? On recommencera l’élection ?

(soit dit en passant, j’ai constaté un autre manque de déontologie : la photo des enfants de M. Fillon diffusée par les JT, avec insistance. A quoi ça sert ? Qu’on les cite, je comprends, mais qu’on les montre… ?)

2. La deuxième couche du journal Le Monde

Il est important au regard des principe démocratique qui nous sont chers que nous connaissions les grandes lignes de l’affaire – merci au Canard enchainé de l’avoir sortie – pour que les électeurs puissent décider si ces informations les incitent à modifier ou non leur vote.

Mais tout de même, il y a un secret de l’instruction à respecter, qui est là afin de protéger les individus mis en cause. C’est un autre principe républicain.

Bien sûr, les journalistes ne sont pas soumis à ce secret. Mais enfin, cela commence à poser de vraies questions quand on a affaire à de telles violations, aussi rapides (moins d ‘une semaine !) et qui ne peuvent venir que de l’administration ! (juges, procureur, policiers ?) :

Vous notez que ce sont les deux mêmes journalistes du Monde que pour le livre sur Hollande :

Journalistes, certes d’investigation, mais en l’espèce qui sont surtout connus pour être la bonne boite à lettres quand vous voulez faire sortir des choses compromettantes sur quelqu’un…

Regardez cette réaction :

Parce que le problème là-dedans, c’est que les journalistes montrent ce qu’ils veulent des PV de Fillon (comment on contrôle ce qu’ils ont tu ?), et qu’ils n’ont que ce que leur source Fillonophobe leur a donnée – rassurez-vous on ne vous a pas parlé des pièces que Fillon aura produite montrant que sa femme a travaillé (au moins un peu) pour lui.

3. Une affaire bien plus complexe qu’il n’y parait

Cette histoire est présentée comme une simple affaire classique “d’emploi fictif” ou “d’abus de biens sociaux”.

Mais, si du point du vue morale il n’y a pas trop de question à se poser, juridiquement en revanche il se dégage de multiples interrogations très complexes, et aux solutions incertaines. (Je détaillerai dans le billet suivant.)

Pour synthétiser le point qui me semble être le plus important, le principe est que l’Assemblée accorde à chaque député 9 500 € par mois pour salarier jusqu’à 5 collaborateurs, à lui de fixer comme bon lui semble le nombre et le salaire (plafonné à 4 700 €pour les membres de la famille). Avant 2012, le député pouvait même récupérer une partie des crédits non dépensés. (Sources : ici, ici et ). Et qu’il n’y a aucun contrôle de réalisé par l’Assemblée, le député étant vu comme une sorte de PME qui se gère en autonomie… Dans l’affaire Fillon se pose alors la question suivante : qui est la victime ? Est-ce Fillon ou l’Assemblée ?

Jusqu’à quel point l’emploi de Mme Fillon était il fictif ? Peut-on prouver qu’elle ne faisait strictement rien pour son mari – elle est avocate tout de même. Jamais de discours, jamais de discussions stratégiques, jamais de conseils ? Certes, ils semblent chers payés à l’heure, mais on voit bien la complexité juridique de la chose et surtout la difficulté de rapporter des preuves indiscutables.

4. Un système

Je ne cherche en rien à défendre François Fillon, j’essaie simplement de prendre du recul.

Car le vrai problème c’est que le cas Fillon n’est en rien marginal. Sans doute a-t-il beaucoup tiré sur la corde, mais beaucoup de députés n’ont pas un comportement vraiment probe sur ce point, il semble que ce soit une coutume officieuse à l’Assemblée…

L’ancien directeur de campagne de Fillon l’a d’ailleurs balancé – sans que ça n’intéresse trop les médias :

C’est un problème de fond : on ne fait pas le ménage, et de temps en temps on prend un type qui abuse, en l’érige en bouc-émissaire, et tout le monde lui tape dessus, oubliant que beaucoup d’autre sont dans la même situation…Depuis le début de l’affaire Fillon, avez-vous vu des enquêtes sur les autres parlementaires qui ont embauché leurs proches ?

Ce n’est pas ce qui manque pourtant – Médiapart a relevé en 2014 que 115 députés sur 577 (soit 20 %) avaient embauché un de leur proche comme assistant ! Après l’affaire Fillon, l’Assemblée en a publié la liste.

Bien entendu, c’est une enquête essentiellement basée sur les patronymes. On comprend donc que si on rajoute les enfants du conjoint, les neveux, les cousins, on arrive à plus. Et encore plus avec les concubines. Et je ne parle même pas des maitresses. Avec tout ça on doit bien être à 40 à 50 %. Et si je rajoute les enfants d’amis proches ou riches ou influents pour la réélection…

Bref, on a bien un système. Attention, système où la plupart des emplois ne sont pas fictifs ; mais sont-il alors réellement payés au juste prix ? On peut en douter.

5. Le bal des hypocrites

J’avoue que ce qui m’a donné envie d’écrire ce billet, c’est ceci : Bruno Le Maire faisant défection à Fillon (présumé innocent) pour appeler à voter Juppé (condamné pour des emplois fictifs)

le-maire

C’est déjà très fort.

Surtout quand on pense qu’on nous a vendu pendant des mois un duel Juppé (condamné pour emplois fictifs) contre Sarkozy (dont la probité n’est plus à démontrer…)

Après, il y a mieux. Qui est au courant de ceci ? (Merci Médiapart) :

le-maire

le-maire

le-maire

Ca gagne bien “artiste-peinte” à l’Assemblée…

C’est beau non ?

La Députée LR Laure de la Raudière – proche de Bruno Le Maire – a également su se dresser avec courage contre le népotisme…

le-maire

C’est beau…

le-maire

M. de La Raudière : de la forêt du Centre à la jungle politique…

Mais les centristes ne sont pas en reste ! Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI – qui soutenait (le condamné) Juppé, a lâché Fillon :

le-maire

Un vrai Juste ce Lagarde :

le-maire

le-maire

le-maire

Aude Lagarde est simplement juriste à la base… Heureusement qu’elle a choisi la politique (élue à 18 ans – elle en a 40) pour faire fortune servir l’intérêt général (Sources ici, ici et ).

En tout cas, n’ayez crainte pour sa baisse de revenus, en mars 2015, Aude Lagarde a été élue conseillère départementale dans le canton de Drancy.

Il est d’ailleurs grand temps de limiter à 15 ou 20 ans les carrières politiques.

 

Le député centriste Yves Jégo soutient lui aussi Bruno Le Maire :

le-maire

C’est beau…

le-maire

On appréciera le fait que, EN PLUS d’être député, il touche environ 60 000 € en continuant d’être avocat… (et c’est bien connu qu’on paye un avocat député pour la seule pertinence de ces analyses juridiques, acquises dans des centaines d’heures d’analyse de la jurisprudence…).

Le député centriste Rudy Salles – tiraillé par l’éthique – a aussi lâché Fillon (l’écouter ici soutenir Juppé) :

le-maire

C’est beau :

le-maire

Mais je m’en voudrais de ne pas parler du député Thierry Solère, qui a été chargé d’organiser la primaire de la Droite. Soutien de Bruno Le Maire à la primaire, Fillon l’a ensuite pris comme un de ses portes-parole. Le 3 mars il a lâché Fillon, avant de le soutenir 3 jours plus tard :

le-maire

Le 15 février 2017, le Canard enchaîné a pourtant révélé que Thierry Solère était visé par une enquête préliminaire pour omission de payement d’impôts sur le revenu entre 2010 et 2013.

Bref, c’est beau :

le-maire

Ah, vous notez qu’il touche, en tant que député, 12 000 € par mois d’une entreprise spécialisée dans le traitement des déchets, pour des activités de conseil.

Notez autre chose. Il n’est embauché par Chimirec que depuis 2014. Cela l’a obligé à refaire une déclaration, ci-dessus (Source). Sur l’ancienne, un an avant (Source), on a ceci :

le-maire

Il a donc été en charge du lobbying chez Alliapur (de 2003 à 2012 – société spécialisée dans le recyclage de pneus usagés fondée en 2003 par les principaux grands producteurs de pneumatiques) puis chez Deloitte pour 250 000 € par an – alors qu’il était à l’époque suppléant du député Baguet. Élu en 2012 à l’Assemblée (il a battu claude Guéant de 334 voix), il démissionne alors de ses fonctions. La société Alliapur fut aussi l’employeur de Mme Solère avant qu’elle ne rejoigne son mari – elle y a exercé pendant plusieurs années le rôle de chargée de communication.

Ce qui est très intéressant, c’est que le PDG d’Alliapur, donc l’ancien patron de M. Solère, était Eric Fabiew. Et qu’il est mariée à Isabelle Fabiew. Isabelle Fabiew, qui a été embauchée comme assistante parlementaire de Thierry Solère comme vous le voyez ci-dessus…. Ca ne compte pas comme conjoint ou maitresse (enfin, j’espère…), mais vous voyez que c’est un système qui est très loin d’être sain…

Pièces à convictions s’est d’ailleurs intéressé au cas de M. Solère :

Bref (VSD, 11/12/2014) :

le-maire

le-maire

0 intervention en Commission en un an à l’Assemblée, pas mal du tout…

Bon, je vous épargne :

le-maire

le-maire

le-maire

le-maire

le-maire

Un mot quand même sur :

le-maire

[Non, non, sa femme n’est pas assistante parlementaire – elle est directement payée par le Grand Capital elle… :)]

Hmmm, j’imagine en revanche qu’on en est parfaitement digne quand on donne la légion d’honneur au ministre de la police saoudienne qui pourchasse les homosexuels pour les décapiter… On peut étudier de près les 300 députés PS d’ailleurs ?

Du coté de chez Macron, c’est pas mal aussi découvrons le député PS Florent Boudié :

C’est beau tous ces gens qui bossent à 170 %. La politique est vraiment un sacerdoce.

Sans même parler de :

le-maire

Bref, comme on le voit, Fillon n’est pas blanc, mais c’est un bouc émissaire un peu facile, non ?

Et puis d’ailleurs, nous avons aussi notre part de responsabilité : ce système est évidemment pousse au crime, et nous le laissons perdurer. Autant partir en vacances en laissant sa maison grande ouverte, et se plaindre d’avoir été cambriolé un mois plus tard…

6. Une insupportable immixtion de la Justice dans la Présidentielle

Soulignons, bien évidemment, l’incroyable immixtion de la Justice dans la Présidentielle.

Le calendrier est d’ailleurs stupéfiant :

  • 25 janvier : premières révélations du Canard enchainé qui lancent l’affaire ;
  • 25 janvier : le Parquet National Financier a ouvert le 25 janvier 2017 une enquête préliminaire pour « détournement de fonds publics » et pour « abus de biens sociaux et recel de ces délits » ;
  • 26 janvier : Fillon annonce qu’il se retirera s’il était mis en examen ;
  • 26 et 27 janvier : enquête et auditions ;
  • 30 janvier : les époux Fillon sont convoqués par la police ;
  • 31 janvier : perquisition à l’Assemblée (c’est arrivé 6 fois sous la Ve République…) ;
  • 3 février : perquisition au Sénat ;
  • 6 février : les deux journalistes du Monde sortent un papier basé sur les procès-verbaux Fillon du 30 janvier !
  • 17 février : le Parquet annonce qu’il écarte “en l’état” un classement sans suite ;
  • 1er mars : Fillon annonce sa future mise en examen le 15 mars ;
  • 2 mars : perquisition au domicile de Fillon (!!!).

Bien entendu, il ne s’agit pas de dire que la Justice ne doit pas enquêter, mais enfin, il est évident que, si elle doit agir avec indépendance, elle doit aussi agir avec équité.

Je rappelle que les travaux parlementaires ont pris fin le 23 février, pour ne pas interférer avec la Présidentielle.

Il me semble évident que, sauf crime ou urgence, la Justice doit en faire autant pendant 2 mois – il est quand même bien difficile de voir une urgence absolue à cette affaire dont on a compris les grandes lignes. Je ne sais pas s’il faudrait formaliser une telle “trève judiciaire”, mais le bon sens républicain demande à mon sens aux juges de ralentir leur rythme pour respecter le temps du débat démocratique – qui a été complètement préempté par leurs actions, comme on le constate.

le-maire

Je rappelle au passage – par pur populisme – qu’il y a 20 000 personnes en prison qui attendent leur jugement (+ 3 000 en 2 ans) – et que des moyens pourraient être redéployés pour ces personnes là qui attendent des mois qu’un juge ait le temps de s’occuper de leur affaire.

J’avoue avoir été peu étonné quand L’Obs (groupe Le Monde) a lancé une campagne expliquant qu’une trêve judiciaire serait non démocratique et même “dangereuse” !

le-maire

Bref, pour Lémédias, la “Démocratie”, c’est par exemple de pouvoir mettre en garde en vue Jean-Luc Mélenchon pour tapage nocturne à 6h00 du matin le jour du scrutin j’imagine… Sérieusement, les juges sont allé perquisitionner chez lui la semaine dernière – mais ils cherchent au moins le corps d’une gamine ou quoi ? Ce ne pouvait VRAIMENT pas attendre 2 mois ?

Et ce pour une histoire vieille de très nombreuses années ? Mais qu’a fait la presse depuis VINGT ans ? On parle d’emplois entre 1998 et 2007 ! Personne n’a songé à enquêter sur les revenus du Premier Ministre pendant 5 ans ? Et ça se pense contre-pouvoir…

Dans ces conditions, je comprends mal pourquoi Fillon a joué le jeu de cette mascarade, et a accepté d’aller se faire mettre en examen la semaine prochaine, alors qu’il a une immunité de député. Il a un tempérament sacrificiel quand même ; il ne protège même pas la fonction présidentielle en prenant le risque d’être un Président mis en examen pendant 5 ans. C’est comme quand il a dit “Je me retirerai si j’étais mis en examen” – à l’instant où j’ai entendu ça, j’ai pensé qu’il le serait alors probablement au bout de quelques semaines. Un naïf quand même ce Fillon…

Lisez cet incroyable communiqué du Syndicat de la Magistrature (ici et ) :

L’égalité de tous devant la loi n’est pas un vain principe […] les responsables politiques sont soumis, comme tous les citoyens, aux dispositions législatives, qu’ils ont, pour certains, contribué à écrire. […] ni la Constitution ni aucune loi ne prévoit – heureusement – ce que d’aucuns nomment une “trêve judiciaire”.

Comment pourrait-on accepter que des candidats à une quelconque élection soient préservés de toute enquête, du seul fait de leur candidature, s’ils sont soupçonnés d’avoir commis une infraction ?

Mais les candidats à la présidentielle à 3 mois du scrutin ne sont PAS des personnes comme les autres. Les juges peuvent enquêter. Après, dans les trois mois de campagne, on pourrait accepter qu’il n’y ait ni convocation ni perquisition ni mise en examen, si on n’est pas en matière criminelle.

Dans sa mise en cause de l’institution judiciaire, François Fillon franchit un nouveau palier. Avant-hier à l’occasion de l’annonce de sa convocation par trois juges d’instruction, il défigurait l’Etat de droit et la démocratie. Dans la foulée, il en appelait au peuple contre la justice, organisant ce dimanche une manifestation aux airs de coup d’État.

PARDON ?

La vision de l’Etat de droit qu’il nous propose est toute personnelle : il s’agirait d’un système dans lequel un responsable politique ne devrait répondre que devant ses électeurs et non, comme tout un chacun, devant l’autorité judiciaire pour les infractions qu’il est susceptible d’avoir commises. L’Etat de droit se satisferait de cette impunité.

PARDON ?

François Fillon a raison sur une chose : la démocratie est « violemment percutée ». Elle l’est quand un ancien Premier ministre, aspirant à la présidence de la République, intimide et discrédite l’autorité judiciaire et appelle le peuple à se lever contre elle.

PARDON ?

7. Une stratégie dangereuse, comme pour Clinton

Dernier point. Je vois beaucoup de personnes se réjouir des soucis du candidat de la droite. Moi, je trouve ça dangereux ; les idées politiques qu’on n’aime pas doivent se combattre par d’autres idées politiques – et on ne manque pas de débats possibles avec le programme Fillon.

Pourtant beaucoup de médians semblent pousser pour avoir une élection Macron / Le Pen.

Or, c’est exactement, je le rappelle la stratégie qui a été suivi par le parti Démocrate américain à la dernière élection, comme Wikileaks l’a montré (Source) :

Leur but était de favoriser des candidats “Joueurs de flute” (“Pied piper candidates”) pour ennuyer les leaders républicains, voire pouvoir être battu facilement. Et Trump était sur cette liste “à promouvoir”…

Nous sommes dans une période ou les plans machiavéliques peuvent vraiment déraper, désormais. Personne ne sait comment réagira un électorat de Droite qui pensera que son candidat n’a clairement pas perdu “à la loyale” – certaines vengeances pouvant être douloureuses….

8. Épilogue

Je ne cherche à influencer personne, j’avance des idées pour en débattre – car cela me semble important.

Votez bien pour qui vous voulez (même Macron – après tout, si j’étais milliardaire, je voterais peut-être pour lui moi aussi…) – je m’en moque, de toutes façon c’est Bruxelles qui décide à la fin. 🙁

La morale de l’histoire est pour moi qu’il faut des réformes drastiques : limitation des mandats dans le temps, interdiction de cumuler un mandat de parlementaire avec n’importe quoi d’autre, interdiction au parlementaire de choisir ses assistants (Le Parlement recrute et affecte, comme la DRH d’une entreprise), inéligibilité à vie en cas de corruption, etc.

Mais le rôle de la presse – qui s’éloigne de plus en plus d’une attitude éthique indispensable à la Démocratie pose vraiment question.

Surtout pour le groupe Le Monde – dont les principaux actionnaires sont engagés derrière un candidat.

Alors, du coup, je me demande en fait si Le Monde ne serait pas en fait un candidat officieux à la présidentielle ; et, si oui, s’il pourrait nous donner son programme, qu’on puisse se décider en toute connaissance de cause…

100 réponses à [Post-Démocratie] #Présidémentielle 2e Tour : Fillon victime d’un putsch médiatique ? (2/2)

Commentaires recommandés

Christophe Le 11 mars 2017 à 07h30

quel travail… mais quand dormez-vous ? Merci pour cette défense équitable du candidat Fillon que nous pouvons combattre effectivement par des arguments moins dangereux pour la démocratie, enfin, ce qu’il en reste.

  1. Xavier Le 11 mars 2017 à 07h20
    Afficher/Masquer

    L’indépendance c’est la connivence.
    Les arrangements c’est les principes.
    L’humanisme c’est la dominance.


    • Prométhée Enchaîné Le 14 mars 2017 à 13h00
      Afficher/Masquer

      Il faut arrêter de délirer dans le vide… Renseignez-vous sur le secret de l’instruction ou lisez plus Lémédias et notamment l’Immonde, qui donne la parole ces derniers jours au juge Gentil ou fait un article sur les magistrats “offensifs”.

      http://abonnes.lemonde.fr/affaire-penelope-fillon/article/2017/03/13/jean-michel-gentil-le-complot-des-juges-cela-n-existe-pas_5093752_5070021.html?xtmc=gentil&xtcr=2

      http://abonnes.lemonde.fr/police-justice/article/2017/03/13/juges-et-politiques-le-combat-frontal_5093640_1653578.html?xtmc=gentil&xtcr=1

      http://abonnes.lemonde.fr/affaire-penelope-fillon/article/2017/03/13/affaire-fillon-le-juge-tournaire-choisi-pour-son-temperatement-offensif_5093634_5070021.html?xtmc=gentil&xtcr=3

      Maintenant, les médias sont tous les jours confronté au même dilemme : comme Bfmtv, laisser débiter n’importe quelle ânerie par ses invités politiques sans contradiction, ou comme des médias plus intègres tels Mediapart et Le Monde et relever les incohérences et contradictions. Pénélope F. a dit textuellement “je n’ai jamais été son assistante”. Que vous faut-il de plus ? Les médias ont analysé les réponses de Fillon [1/2]


      • Prométhée Enchaîné Le 14 mars 2017 à 13h09
        Afficher/Masquer

        Et il s’avère qu’elles ressemblaient plus à des diversions qu’à des explications sur le fond de l’affaire. Alors oui ça semble être de l’acharnement, mais qui s’explique aussi par le fait qu’il y a suite logique entre affirmation du Canard, réponse de Fillon, analyse de Mediapart ou du Monde ou du Canard, attaque des médias ou accusation de la justice par Fillon, analyse par les médias de ce nouveau développement…

        Les médias doivent à chaque fois se poser les questions que Fillon soulève en toute mauvaise foi (libre à vous de crier à la corruption des élus toutes les deux secondes et de laisser passer un beau spécimen). Parmi celles-ci, l’indépendance de la justice, le respect des procédures, etc.

        C’est vous qui estimez que l’affaire est complexe… elle l’est d’un point de vue juridique, puisqu’elle touche divers “secteurs” judiciaires, mais en-dehors de ça il n’y a pas de difficulté particulière. Les enquêteurs n’ont trouvé aucune preuve du travail fourni par Mme Fillon. Point. Cela justifie l’instruction et la mise en examen. Le PNF n’a rien à voir avec les détenus lambda, il s’occupe de… je vous laisse finir. Et les juges saisis de même.


        • Prométhée Enchaîné Le 14 mars 2017 à 13h17
          Afficher/Masquer

          Petite pique finale… Bergé n’a aucune emprise sur la rédaction du Monde… Intéressez-vous à arrêtsurimages, aux éditos du Monde à ce sujet, aux faits (Bergé pro-Hollande quand les éditos du Monde tapaient sur Hollande). Macron a été critiqué à plusieurs reprises dans Le Monde, et la saisine de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique a comme de juste été relayée par Le Monde, qui avait déjà relevé les flous dans la déclaration de patrimoine de Macron. Il y a même un article du Monde dûment sourcé qui parle de son propre traitement de Macron.

          Pour finir, non les médias ce n’est pas parfait. Même Mediapart, même arrêtsurimages, même tout ce que vous voulez. Il y en a de pires que d’autres (Valeurs actuelles, Le Figaro pour ne citer que deux de mes bêtes noires). Parfois il y a du mauvais qui côtoie le meilleur (parfois il y a même du très bon dans Le Figaro haha).

          Enfin bon. Je parle sûrement dans le vide ! J’espère juste que les gens qui comme moi ont un temps été des douteurs pro ouvriront un peu les yeux sur l’aspect nuancé d’un bon nombre de choses.


  2. Christophe Le 11 mars 2017 à 07h30
    Afficher/Masquer

    quel travail… mais quand dormez-vous ? Merci pour cette défense équitable du candidat Fillon que nous pouvons combattre effectivement par des arguments moins dangereux pour la démocratie, enfin, ce qu’il en reste.


    • marie Le 11 mars 2017 à 14h31
      Afficher/Masquer

      oui bravo pour cette défense non pas de Fillon, mais du droit et de l’équité . C’est effectivement très important de le faire, sinon il ne faudra pas se plaindre quand nous serons victimes du même traitement.
      Mais il me semble aussi important de souligner que dans cette affaire ce qui choque c’est que madame Fillon ne faisait manifestement rien en tant qu’attachée parlementaire, c’est elle qui le dit. Fallait-il qu’Envoyé spécial taise ses informations? Pour moi cette émission est un tournant de l’affaire.
      D’autre part, Fillon dit et vous aussi ,” je ne suis pas traité comme un justiciable quelconque”.
      Il me semble quand même qu’il n’est pas un justiciable comme les autres: il prétend à la magistrature suprême.Pour moi cela justifie que la procédure soit accélérée pour que nous puissions savoir avant de voter ce qu’il en est de ces accusations.
      D’autant plus que s’il est élu il bénéficiera d’une immunité pour cinq ans, ce qui là aussi le différencie d’un justiciable lambda.
      Certes la focalisation des médias sur une personne est terrifiante, et évoque immanquablement la chasse à l’homme. Mais le spectacle que donnent ces justiciables pas comme les autres, avec leur armée d’avocats, leur capacité à passer à travers les mailles de la justice, fait que nous avons bien du mal à les plaindre.C’est tragique j’en conviens, pour les fondements de notre État de droit mais à qui la faute?


    • Silk Le 11 mars 2017 à 14h54
      Afficher/Masquer

      Mouai…
      En fait le problème c’est la surmédiatisation et le fait d’en faire un casus belli (mes les LR n’ont pas envie d’avoir un candidat qui se présenterait mis en examen).
      La justice fait son travail, Fillon ses déclarations en tenant compte de l’agenda judiciaire et de la médiatisation que cela aura.

      Pour le reste, il faut pas s’étonner que le groupe le Monde torpille Fillon afin de s’assurer que Macron passe devant. La presse sert des intérêts qui placent leurs candidats aux manettes, c’est pas nouveau.
      Avec l’huma c’était le PC, libé c’est le PS, Le Figaro c’est les LR. Et le Monde c’est le capital (et donc il faut attaquer Fillon, seul candidat qui en l’état pourrait passer devant Macron). Ainsi il n’y a aucun étonnement à voir le Monde mettre en avant les argumentations anti-Fillon.
      D’ailleurs le médiateur du Monde, niant le caractère de média d’opinion du Monde, affirme par ailleurs qui sont des défenseurs de l’Europe. N’est-ce pourtant pas là une opinion ?
      Le médiateur avoue explicitement que le journal a une opinion (au moins sur ce sujet là, et donc à tout ce qui y touche en “contre” sont sanctionnés).


  3. lol Le 11 mars 2017 à 07h39
    Afficher/Masquer

    Donc quand Wikileaks ou “les russes” révèlent les magouilles de Clinton and co, c’est formidable.
    Quand on apprend qu’un prétendant à l’Elysée, ex premier-ministre se croit tellement au dessus des lois qu’il ne prend même pas la peine de couvrir ses arrières avant de se lancer, c’est un complot des juges rouges, des média, du Monde en particulier et la démocratie est en danger…


    • Louis JULIA Le 11 mars 2017 à 10h36
      Afficher/Masquer

      “Donc quand Wikileaks ou “les russes” révèlent les magouilles de Clinton and co, c’est formidable.” Oui, car ces gens étaient à la tête ( en façade seulement, obéissant au “deep state” en fait) d’un pays qui menace la paix dans le monde entier, qui fomente des “révolutions” pour établir sa domination dans le monde entier, qui n’apporte que la guerre et la mort tout en se retranchant derrière le prétexte: “apporter une démocratie” qui n’a de démocratie que le nom.
      “Quand on apprend qu’un prétendant à l’Elysée, ex premier-ministre se croit tellement au dessus des lois qu’il ne prend même pas la peine de couvrir ses arrières avant de se lancer, c’est un complot des juges rouges, des média, du Monde en particulier et la démocratie est en danger…” Oui, car c’est le même cas de figure, mais à usage interne. Car le “deep state” français est une filiale de celui qui règne aux USA. La défection française pour les Mistral, le soutien français à la russophobie étatique dictée par les USA, par rapport au Donabss et à la Syrie, celane vous a pas posé de questions?
      C’est donc le même danger.


      • lol Le 11 mars 2017 à 12h46
        Afficher/Masquer

        Rassurez-vous, je ne suis pas non plus dupe sur tous les sujets évoqués. De là à penser que le Deep State (par curiosité sincère, que mettez-vous sous cette appellation? je comprends financiers/multinationales/système politico-mediatique, corrigez moi si je me trompes) aurait quelque chose à craindre d’un quelconque candidat à l’élection présidentielle… Fillon, politicard qui vit sur la bête depuis toujours, 5 ans premier ministre de Sarkozy, européiste convaincu, pas vraiment le profil du candidat anti-système…

        Quels que soit les intérêts des uns et des autres à sortir des affaires, je pense que l’intérêt des citoyens et de la démocratie, c’est d’être informé des turpitudes et des conflits d’intérêts de ceux qui prétendent nous représenter.


    • Fritz Le 11 mars 2017 à 10h52
      Afficher/Masquer

      @lol, j’espère que votre pseudonyme ne rime pas avec troll. Je vous pose deux questions :
      Où M. Berruyer parle-t-il de “complot” ? Indiquez-nous le paragraphe.
      Où M. Berruyer parle-t-il de “juges rouges” ? Indiquez-nous le paragraphe.

      Complot : après le point Godwin, le point Reichstadt ?
      C’est ce genre d’insinuation qui alimente le Décodex.


      • lol Le 11 mars 2017 à 12h31
        Afficher/Masquer

        Rassurez-vous, je ne fais qu’exercer mon esprit critique.
        Les mots “complot” et “juge rouges” font partie des éléments de langage des défenseurs de Fion. Ils ne sont pas employés ici mais suggérés, à commencer par le titre > après Hollande, Lémédias élimineront-ils Fillon ? (2/2) Si les medias veulent éliminer Fillon et Hollande, ça ressemble quand même pas mal à un complot, non?

        Lisez “honteuse manipulation par les medias atlantistes” et “justice aux ordres de l’oligarchie” si vous préférez. Puis répondez sur le fond…

        Je lis ce blog depuis les débuts avec grand intérêt, et beaucoup de respect pour le travail critique d’OB. Ce qui me semble d’autant plus justifier la critique sans être taxé de troll.


        • Fritz Le 11 mars 2017 à 13h21
          Afficher/Masquer

          Je vous présente mes excuses, vous n’êtes pas un troll.
          Je remarque seulement que l’usage du mot “complot” est infiniment plus fréquent chez les chasseurs de complotistes-conspirationnistes que chez leurs cibles, les complotistes supposés.

          Quant au fond où je devrais répondre, c’est l’enquête d’Olivier Berruyer, ce n’est pas la pertinence de cette qualification de “complot” qui obsède les policiers du web.


    • PierreH Le 11 mars 2017 à 16h43
      Afficher/Masquer

      Moi aussi ça me laisse une étrange impression… A force de prendre systématiquement le contre-pied des médias classiques, on finirait par adopter les mêmes travers en symétrique ?
      Personnellement d’ailleurs, j’ai toujours payé correctement mes impots, je n’ai jamais favorisé ma famille, je n’ai pas de maîtresse et je ne vais pas voir les prostitués, je n’élève personne aux frais de la république… Je me demande comment pourquoi c’est aussi difficile pour les candidats à la présidentielle de trouver quelqu’un qui n’a pas 30 casseroles aux fesses… o_O


      • Les-crises Le 11 mars 2017 à 17h24
        Afficher/Masquer

        “on finirait par adopter les mêmes travers en symétrique ?”

        Je ne sais pas. Comme je l’ai dit, ce blog complète les grands médias. A vous de vous informer auprès de multiples sources, et de vous faire votre opinion à partir de tous les travers de chacun…

        “Je me demande comment pourquoi c’est aussi difficile pour les candidats à la présidentielle de trouver quelqu’un qui n’a pas 30 casseroles aux fesses… o_O”

        Parce que, NOUS TOUS, on les laisse faire ce qu’ils veulent sans les contrôler, par exemple ? Publiez toutes les déclarations de revenus et de patrimoine des élus, et vous verrez, ça va commencer à s’améliorer… Après, il faut aussi légiférer, bien sûr.


  4. Dizalch Le 11 mars 2017 à 07h47
    Afficher/Masquer

    Ces cumuls de mandats, ces emplois de connivence, ces manières de se protéger mutuellement et de se coopter, et j’en passe… induisent inévitablement la pensée “tous pourris”… qu’on le veuille ou non, ils contribuent eux-mêmes, aux regards qu’ont les citoyen(nes) sur eux…
    Et l’image se dégrade année après année… et ça n’est pas prêt de s’arranger avec leurs comportements “déconnectés”…

    Car en définitive, c’est bien de cela qu’il s’agit quand on voit les montants en jeu et la facilité qu’ils ont à se donner du travail entre eux… (aucune empathie pour ceux qui cherchent vraiment, et ne trouve pas, et quand ils trouvent, à si peu… et on voudrait les convaincre qu’il faut que ce soit encore moins et encore plus précaire… quel “décalage” pattant avec “nos” réalités…).

    En somme, “faites ce que je dis, pas ce que je fais”… car cela ne vous est pas accessible de toute façon…


    • RGT Le 11 mars 2017 à 18h56
      Afficher/Masquer

      Le problème principal vient du fait de leur impunité (presque) totale qui leur ouvre en grand les portes de comportements peu recommandables.

      Quelque soit la couleur du logo de leur parti d’ailleurs.
      Aujourd’hui c’est Fillon mais ce sera le tour de qui demain ? Il y a de nombreux Cahuzac dans les fonctions représentatives et leur sentiment d’immunité les pousse à “légèrement abuser”…

      Ce sont les institutions qu’il faut changer.

      Et il n’y a pas que les parlementaires qui profitent ainsi de fonds publics pour financer leur propre train de vie ou celui de leurs familles, amis etc…

      Comme ils votent les lois et la constitution qui régissent leurs fonctions je ne vois pas pourquoi ils se gêneraient.
      C’est comme si on laissait les gamins gérer les stocks de confiture : Il ne serait plus possible de leur tirer les oreilles quand ils en ont plein les doigts.

      Le statut des “élus” devrait être défini par leurs employeurs : le peuple.

      Et comme pour tout salariés ils devraient rendre des comptes et pouvoir être virés sans indemnités en cas de faute professionnelle (mensonge, piquer dans la caisse, etc…).

      Comme ce n’est pas le cas, il ne faut pas s’étonner que ce soit la “fête du slip” à tous les niveaux.


      • Emmanuel38 Le 12 mars 2017 à 11h02
        Afficher/Masquer

        Absolument ! Et et on en revient là aux constats simultanés de Mélenchon qu’il faut une nouvelle constitution, et à celui de Chouard selon lequel une constitution ne doit pas être rédigée par ceux qui en useront, ni par leurs affidés (on n’est jamais si bien servi(s) que par soi-même, n’est-ce pas!), mais donc par des citoyens tirés au sort.


        • Alberto Le 15 mars 2017 à 17h28
          Afficher/Masquer

          Tout à fait d’accord, Emmanuel38 : nos représentants devraient être tirés au sort comme les jurés d’assises (mais sans la présence de juges qui leur indiqueraient ce qu’ils doivent faire…). Dans le système actuel, qui aurait la force morale de résister à tant de tentations ? Que les emplois fictifs des proches de Fillon, Macron et cie soient légaux, cela implique qu’il faut changer les lois. Mais comme ceux qui peuvent changer les lois sont ceux qui en profitent… On tourne en rond. Couard a raison, mais c’est irréalisable dans le cadre actuel :
          https://www.youtube.com/watch?v=6TEnhZZZmFo&t=2s


  5. jplchrm Le 11 mars 2017 à 07h53
    Afficher/Masquer

    Tout ceci fait souhaiter un bon décapage de la crasse de ce système dans l’acide sulfurique concentré et chaud. Merci Olivier.


  6. DUGUESCLIN Le 11 mars 2017 à 07h54
    Afficher/Masquer

    Les médias, qui ne cessent de me traiter de “populiste” et de tout autres termes péjoratifs, m’aident à faire un choix, celui de ne surtout pas voter pour le candidat qu’ils soutiennent. C’est eux qui m’aident à comprendre qui sera le candidat qui me méprisera. Je suis fier d’être “le peuple”.
    Cette méthode me permet de gagner beaucoup de temps.


  7. Georges Clounaud Le 11 mars 2017 à 08h24
    Afficher/Masquer

    En fait rien n’a changé au Monde depuis 2003 et le livre de Péan, la “Face cachée du Monde” si ce n’est ses dirigeants. Extraits de la quatrième de couverture de cet ouvrage :
    “Le monde change ; Le Monde aussi, mais pas forcément dans le bon sens. Le quotidien fondé par Hubert Beuve-Méry a été la victime d’un détournement.[…] La direction peut à loisir honorer ou discréditer hommes politiques, patrons et intellectuels, selon leurs intérêts propres et leurs choix partisans. Usant de son pouvoir d’intimidation, Le Monde a insidieusement glissé de son rôle de contre-pouvoir vers l’abus de pouvoir permanent… […] Le danger est devenu d’autant plus grand pour la démocratie que Le Monde bénéficie encore de l’aura de son passé et qu’il demeure un média influent, voire dominant, dont les télévisions et radios s’inspirent tous les jours, même s’il est davantage craint que respecté.”


  8. Georges Clounaud Le 11 mars 2017 à 08h33
    Afficher/Masquer

    Mais laissons la parole à la défense :

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/03/10/le-monde-roule-t-il-pour-macron_5092303_3232.html

    La conclusion peut paraitre comique mais je n’ai vraiment plus envie de rire :

    “Sachez enfin que vous êtes nombreux à nous féliciter pour la couverture de cette campagne électorale. « J’apprécie énormément votre indépendance et votre liberté d’esprit », écrit ainsi Anne-Marie Graffin (Pontoise). Puisse cette lectrice instiller le doute dans l’esprit des complotistes de tout poil qui nous imaginent inféodés à je ne sais quelle officine.”

    PS : Cet article paru hier est difficilement consultable sur le site du monde aujourd’hui et n’apparait plus en lien sur la première page…


  9. juliettedesesprits Le 11 mars 2017 à 08h36
    Afficher/Masquer

    Un blog de Mediapart (peu suspect de soutien à Fillon ) traitait il y a un mois de l’assassinat Politique du candidat en analysant finement l affaire. Comme par hasard les “révélations ” ne sont sorties que le lendemain de la primaire socialiste alors que les faits datent de plusieurs années! Une révélation antérieure aurait pu favoriser Valls.
    Les électeurs de Fillon l’ont bien compris, et outre l’adhésion à son programme, la plupart lui reste sans doute fidèle parce qu ils ne sont pas dupes du traitement politicomediatique qui lui est fait. La preuve c est que beaucoup disent qu’ils voteraient Le Pen si FF ne se maintenait pas . La , le programme importe peu! A jouer a ce jeu dangereux tout peut déraper!


    • Commentaire Le 11 mars 2017 à 19h05
      Afficher/Masquer

      Vous parlez du blog de regisdemarais sur mediapart, ça n’engage pas la reponsabilité de la rédaction de mediapart (au-delà de la responsabilité de l’hébergeur, donc de la reponsabilité légale). Mediapart soutient autant les opinions de desmarais que OB les nôtres quand nous blablatons ici. Comme le dit l’Obs, concernant ce même billet de blog : “Edwy Plenel, le cofondateur du journal, est pour sa part “très heureux” de cette preuve que “Mediapart est un journal participatif, avec un pluralisme de ses lecteurs : nous avons plein d’abonnés, et nous ne sommes pas la vilaine officine que prétendent certains.” “


  10. Patrice ETAVE Le 11 mars 2017 à 08h37
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Si Pénélope Fillon avait été rémunérée entre 300 et 1000 euros par mois, il n’y aurait pas de problème.

    Et, Fillon peut éventuellement gagner juridiquement. En tout cas,il a perdu politiquement ; et cela, il ne semble pas l’avoir compris.


    • Phil Le 12 mars 2017 à 01h24
      Afficher/Masquer

      Il a perdu politiquement, c’est vite dit. Rien ne dit qu’il ne sera pas élu.

      Si Macron est élu, il finira comme Hollande à 0% de personnes favorables. Son programme c’est l’ultra libéralisme de Bruxelles. Aura t’il d’ailleurs une majorité présidentielle et combien de temps ?
      Il peut très bien y avoir une “cohabitation” et Macron sera soutenu par qui ? Les socialistes à 13% ? Mélanchon à 13% ?

      On verra bien avec les législatives… D’ici là les boules puantes auront l’occasion d’exploser.


  11. Eric83 Le 11 mars 2017 à 08h58
    Afficher/Masquer

    Des intérêts puissants ont décidé de confisquer le choix des électeurs lors de cette élection présidentielle et je partage l’avis que “l’affaire” Fillon, à quelques mois de l’élection, est un des artifices pour nous priver de choix – étant précisé que je ne suis pas un soutien de Fillon.
    J’ai fait circuler une pétition ces jours derniers visant à défendre le pluralisme politique, un droit fondamental en démocratie car tout est fait, en ce moment, pour nous priver de ce droit.

    J’aimerais que les Crises s’offusque également, comme pour “l’affaire Fillon”, du lynchage médiatique qui a déferlé depuis quelques jours sur un candidat qui vient d’obtenir ses 500 parrainages, candidat dont le programme repose sur la sortie de l’UE, de l’Euro et de l’Otan.

    On peut ne pas adhérer, voire être totalement opposé à son programme mais le débat est indispensable entre les candidats sur les programmes et doit pouvoir avoir lieu dans un contexte serein et pas sous le joug du lynchage médiatique.


    • Eric83 Le 11 mars 2017 à 09h58
      Afficher/Masquer

      Le seul tort de ce candidat est de démontrer de façon incontestable, toujours avec force détails et précisions, que la France a perdu sa souveraineté monétaire, budgétaire et militaire en faisant partie de l’Euro, de l’UE et de l’Otan.

      Ce discours politique étant, pour les européistes-mondialistes porte-voix de l’oligarchie mondiale et représentés par le candidat Saint-Macron, LE crime de lèse majesté.

      Ils savent pertinemment que le programme qu’il défend repose sur les faits et non sur une narrative électoraliste qui nie la réalité et qui ne vise une fois de plus qu’à manipuler les citoyens.

      La vérité rassemble, le mensonge divise. Combattre la vérité est difficile et force est de constater que les médias aux ordres ont pris une autre voie beaucoup plus facile : insinuer, salir, dénigrer, déformer, traiter de complotiste…le candidat “que l’on n’avait pas vu venir”.


  12. Pierre Lallemand Le 11 mars 2017 à 09h02
    Afficher/Masquer

    Bravo monsieur Berruyer,
    On commençait à se demander si la torpille Decodex ne vous avait pas coulé. Clairement il n’en est rien et c’est fort bien.


  13. Fritz Le 11 mars 2017 à 09h12
    Afficher/Masquer

    Tout est trafiqué dans cette affaire. Un grand merci à M. Berruyer pour ce travail opiniâtre qui nous permet d’y voir plus clair. Je retiens les points suivants :

    1) C’était au bureau de l’Assemblée nationale d’enquêter. Certes de nombreux députés ne sont pas exempts du soupçon de favoritisme, le président Bartolone y compris. Mais l’intrusion du PNF a violé un principe de 1789 : la séparation des pouvoirs.

    2) Dans la mesure où une enveloppe mensuelle de 9500 euros est allouée à chaque député, Fillon a-t-il volé qui que ce soit en rémunérant généreusement son épouse ?

    3) Ceux qui ont lâché Fillon entre les 1er et 5 mars sont exemplaires en la matière, n’est-ce pas M. Le Maire ? Ces courageux déserteurs ont reçu les félicitations de la ministresse de l’Éducation nationale, sans doute pour l’exemple qu’ils donnent à notre jeunesse.

    4) Fillon a eu tort de se prêter à ce jeu. Dès le 25 janvier, il aurait dû présenter ses excuses aux électeurs et rembourser les sommes en question. Puis il aurait dû ignorer les tracasseries de l’appareil judiciaire et policier.

    5) Quant au Syndicat de la magistrature, le Mur des cons révélé en 2013 l’a discrédité définitivement.


    • Prométhée Enchaîné Le 14 mars 2017 à 13h32
      Afficher/Masquer

      Le travail fictif n’est pas légal. L’enveloppe est destinée à rémunérer un travail, pas à refaire son gazon.

      Il aurait été plus judicieux de citer également les communiqués provenant de divers organismes judiciaires… Encore une fois, M. Berruyer est, lui, partial !

      Tous vos arguments, on sait d’où ils viennent… La justice a des procédures. Si elles ont été violées, il n’y aura pas de condamnation. Point.

      Vive le PNF quand il s’occupe des délinquants financiers. A mort le PNF lorsqu’il roule pour l’Etat profond, le complexe militaro-politico-médiatico-financio-bolchevique…


  14. EAUX TROUBLES Le 11 mars 2017 à 09h27
    Afficher/Masquer

    Qu’en pense Corinne Lepage ?

    http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/02/28/emploi-fictif-les-accusations-datees-et-legeres-de-lepage-contre-bayrou_1551688

    “Emploi fictif : les accusations datées et légères de Lepage contre Bayrou”

    Accusations datées lit-on…Pas pour Fillon en tout cas !
    Quelle hypocrisie !

    Pour mémoire :

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2015/10/06/25001-20151006ARTFIG00348-emplois-fictifs-ces-politiques-condamnes-qui-s-en-sont-releves.php

    “Alain Juppé, Harlem Désir ou encore Jacques Chirac ont été condamnés dans des affaires d’emplois fictifs sans que cela ne ruine leur carrière politique.”

    Autre exemple : Jean-Christophe Cambadélis a été condamné deux fois. Une première fois en janvier 2000 à cinq mois de prison avec sursis et 100.000 francs (15.000 euros) d’amende pour avoir bénéficié d’un emploi fictif au sein d’une société gestionnaire de foyers de travailleurs immigrés. Puis une deuxième fois, en juin 2006, où il a été reconnu coupable de recel d’abus de confiance et condamné à six mois de prison avec sursis et 20.000 euros d’amende dans l’affaire des emplois fictifs de la MNEF


  15. Michel 65 Le 11 mars 2017 à 09h29
    Afficher/Masquer

    Comme d’habitude, un article étayé et argumenté. Je ne doute pas que les grandes manœuvres sont en route depuis un bon moment. Manœuvres auxquelles, on sait que Hollande aime bien participer, en ayant préparé la candidature Macron pour pallier son absence.
    Pour ce qui concerne Fillon, je partage totalement l’analyse qui consiste à dire que c’est tout un système, bien ancien, d’enrichissement “familial” qui est à l’œuvre dans ce dossier des assistants parlementaires.
    Cependant, “l’occasion fait le larron” et je crois que le “moyen Fillon” est un bon moyen pour poser sur la table les données du problème.
    Malgré tout, je pense que nous aurons du mal à faire changer ces pratiques sans une intervention forte des citoyens, avec, par exemple, une règle de base qui stipule, que tout ce qui concerne les rémunérations, indemnités diverses des élus soient déterminées et décidées par les citoyens (sous la forme de jurys citoyens par exemple) uniquement.


  16. Eric83 Le 11 mars 2017 à 10h04
    Afficher/Masquer

    Un article de Sputnik sur les suites d’une saisie de la HATPV par notamment le candidat Mumbach :
    https://fr.sputniknews.com/france/201703101030407727-patrimoine-macron-autorite-transparence/

    Circulez, la HATPV ne nous informera pas des éventuelles suites qu’elle donnera à cette saisie.

    C’est beau la transparence…


  17. Dubreuil Le 11 mars 2017 à 10h41
    Afficher/Masquer

    Etonnant quand même cette défense de François Fillon.

    La seule logique c’est sanctionner TOUS les abus.

    Dans l’histoire il y a aussi de forts soupçons que F Fillon a :
    1 payé sa femme plus que plafond autorisé pour quelqu’un de sa famille dès qu’elle a été assistante de son suppléant

    2 dans le même temps pris à son cabinet ministériel les assistants de son suppléant dont la rémunération d’assistant parlementaire avait été réduite

    3 donc ils avaient un emploi fictif dans son cabinet, ce qui est bien détournement de fonds publics etc.
    et de fait il contournait le plafond posé pour sa femme.


    • Chris Le 11 mars 2017 à 15h14
      Afficher/Masquer

      j’apprécie que OB traite en détail ce sujet, je l’attendais même.
      e ne perçois pas ce billet comme une défense de Fillon, mais plutôt comme une volonté de confronter le battage médiatique aux faits, soit les moeurs financières et népotiques de nos parlementaires que un “système” dilettante permet.
      Qu’un conjoint de parlementaire reçoive une rétribution (fixer un niveau maximum !) sous le vocable “assistant” me parait équitable, quant on sait les heures de représentation pour entretenir les réseaux et répondre aux sollicitations constantes. Je ne suis pas parlementaire, mais pour avoir eu une entreprise et mes parents un commerce, les heures et obligations ne sont plus comptées…
      C’était probablement, initialement, l’esprit de la loi.
      Il y a un gros coup de ménage à faire, tant sur le népotisme que le cumul des emplois. Les déclarations d’activité sont un premier pas, mais insuffisant. Il faut strictement encadrer ce système.. et contrôler régulièrement.


  18. regard Le 11 mars 2017 à 11h22
    Afficher/Masquer

    Mais le plus grave, c’est quand même les deux notes à 50 000 euros pour la Revue des deux mondes. C’est clairement de la corruption, et de l’enrichissement personnel. C’est indéfendable et oui, quelqu’un qui prétend devenir président de la république doit être irréprochable, et il y a plus d’urgence à juger des faits qui le concernent que pour une personne lambda! Afin que nul n’en ignore au moment du vote! (lui-même avait réclamé que “cela aille vite”!). Si des gens ont intérêt à faire sortir cette affaire, et bien peu importe, c’est bien comme cela que sortent la plupart des affaires… Tout est-il à ce point pourri qu’il faille suspendre le travail de la justice le temps de l’élection pour garder encore des candidats!!! Autant je trouve très saine votre enquête sur Macron, autant là je trouve que vous perdez de vue l’intérêt général, au profit de… je ne sais quoi, un aveuglement qui vous fait refuser de regarder ce que vous montrent vos (principaux) adversaires… une façon de diviser les choses entre amis et ennemis, qui nuit à votre travail par ailleurs formidable.


    • Malika Mouaci Le 11 mars 2017 à 16h43
      Afficher/Masquer

      Non seulement le salaire à La Revue des deux mondes, mais aussi les indemnités de licenciements, en ce qui concerne l’emploi d’attaché parlementaire de Penelope Fillon. Car monsieur Fillon qui aime à s’identifier, dans son manoir de Sablé, à l’aristocratie, sinon à la bourgeoisie du XIXe siècle, n’est certainement pas sans savoir que les dames de ces châtelains ont toujours joué un rôle “social” auprès de leurs administrés, sans rétribution, sinon celle d’une “reconnaissance” sous forme de soumission politique, et de paix sociale. Est-ce cela que sous-entend le sieur Fillon quand il dit reconnaître ses fautes, mes pas ses erreurs ?

      Pour l’anecdote, madame Fillon a vécu à Paris de 2002 à 2012. Comment alors a-t-elle pu exercer ses fonctions d’attachée parlementaire à Sablé, comme l’a précisé son tendre et cher époux ?


      • Malika Mouaci Le 11 mars 2017 à 16h45
        Afficher/Masquer

        Quant au volet à proprement parler de Fillon, il reste encore sa société 2F Conseil, ses revenus, ses clients (Axa…), à laquelle s’intéresse de très près la justice, sans parler du prêt de 50 000 € non déclaré sur sa déclaration de patrimoine — et au fisc ?…

        De quel droit ou au nom de quelle morale républicaine autoriserait-on une trêve judiciaire mettant à l’abri les hommes politiques qui, lors des présidentielles ou autres élections, se mettent volontairement en avant sur la scène publique ? Toute critique autre que sur leur programme serait-elle à bannir ? C’est justement parce qu’ils acceptent de concourir aux présidentielles ou autres qu’ils doivent accepter d’être passés au peigne fin des medias et des électeurs.

        Que Fillon soit l’arbre qui cache la forêt, qu’il y ait eu une volonté politique de lui casser sa supposée présidentiable, certainement. Mais cela ne nous empêche pas de prendre acte que cet homme de la politique professionnelle qui nous promettait larmes et sang, à nous travailleurs, soit mis sur le banc des accusés quant à ses pratiques de détournements de fonds publics à ses propres fins.


      • Malika Mouaci Le 11 mars 2017 à 17h33
        Afficher/Masquer

        Que Fillon soit l’arbre qui cache la forêt, qu’il y ait eu une volonté politique de lui casser sa supposée présidentiable, certainement. Mais cela ne nous empêche pas de prendre acte que cet homme de la politique professionnelle qui nous promettait larmes et sang, à nous travailleurs, soit mis sur le banc des accusés quant à ses pratiques de détournements de fonds publics à ses propres fins.

        Monsieur Berruyer, il serait davantage judicieux que vous demandiez que les 20 000 prévenus soient mis en liberté au nom de la présumée innocence, puisqu’ils n’ont toujours pas été condamnés, en lieu et place de le proclamer pour la seule personne de Fillon !

        Sinon, de vous interroger si, en lieu et place des medias, ne serait-ce pas Fillon qui se serait lui-même éliminé ?


        • Yanka Le 11 mars 2017 à 20h01
          Afficher/Masquer

          Les PV des auditions (le JDD) disent que Pénélope Fillon a produit au moins 10 notes, mais que deux seulement ont été publiées. Ceux qui écrivent pour des revues (littéraires, mais pas que) connaissent ce problème : notes ou articles refusés parce que trop longs et difficilement réductibles, manque de place, etc. C’est à savoir qu’une revue de 50 pages, par exemple, commandera ou recevra de quoi faire un numéro de 80 ou 100 pages, et qu’ils écartent parfois de très bons articles pour différentes raisons : redondance, manque d’intérêt ou de pertinence, en décalage avec la politique du média, trop critique ou trop laudatif, etc. Le but est de pallier les éventuelles défections : avoir toujours de quoi, pouvoir choisir (c’est le boulot du directeur de publication de décider ce qu’on publie et ce qu’on délaisse).


    • Les-crises Le 11 mars 2017 à 17h28
      Afficher/Masquer

      “Mais le plus grave, c’est quand même les deux notes à 50 000 euros pour la Revue des deux mondes. C’est clairement de la corruption, et de l’enrichissement personnel.”

      C’est équivalent à ce que le propriétaire ait directement versé un chèque en cadeau à sa femme. A chacun de juger moralement (et croyez moi, j’ai jugé), mais au niveau légal, s’il n’y a pas de retour (et donc pas de corruption), c’est légal dans l’esprit… Un milliardaire peut faire des cadeaux – comme Hermand quand il prête 550 000 € à Macron.


      • Commentaire Le 11 mars 2017 à 19h16
        Afficher/Masquer

        Ce n’est pas vrai. La personne morale existe et a des droits opposables (c’est un sujet TRES important et fondateur de nos sociétés modernes, à ce sujet voir par exemple the corporation, documentaire de Abbott et Achbar, basé sur le livre de Bakan qui fait l’analyse psychologique de ces “personnes morales”), dont celui d’être dirigée dans ses intérêts, et en conformité avec son objet social. La distribution de rémunérations indues, le maquillage de comptes, les fausses facturations, les contrats pipeaux, la dilapidation du patrimoine d’une société en pertes (700 K€ de pertes en 2015 par exemple …) sont des délits. Si l’entreprise fait faillite, l’on peut s’attaquer aux gérants pour faute de gestion (ah tiens, ce mois-ci nous ne pourrons pas payer les salariés, il manque 100 K€ …). De plus, ces montants distribués sont fiscalement déductibles, ce ne serait pas le cas d’un don. La revue des deux mondes reçoit-elle des subventions ? Bref, il y a des dizaines de raisons pour lesquelles la question est importante (je ne hiérarchise par contre pas les “affaires”). Un milliardaire n’est pas la société d’un milliardaire. Sinon il y aurait des milliardaires en prison !


      • Caliban Le 11 mars 2017 à 19h34
        Afficher/Masquer

        Légal de donner 50 000 € sans payer d’impôts sur la transaction ?
        Il me semblait qu’il y avait un plafond fixé à 15000 € pour les dons dits manuels.
        Et le généreux donateur n’a-t-il pas eu une promotion dans l’ordre de la légion d’honneur en retour (c’est une question) ? C’est assez courant dans ce milieu …


        • Alex Le 12 mars 2017 à 20h19
          Afficher/Masquer

          Mais de toute façon il ne s’agit pas d’un don mais d’un abus de biens sociaux à travers un contrat de “travail”. Je ne comprends pas qu’on prenne la défense (ou même sans parler de défense, qu’on minimise l’affaire, ou qu’on se plaigne de la diligence de la justice…) de Fillon en ces lieux, quand on voit comment la justice peut être sévère et extrêmement rapide pour des faits autrement moins importants commis par des justiciables plus “communs”.


  19. champignon98 Le 11 mars 2017 à 11h26
    Afficher/Masquer

    Je suis un peu étonné Olivier : c’est évident que c’est l’agenda présidentiel qui à pousser la justice à accélérer. Pourquoi s’en indigner ? On est dans un système qui est complètement bloqué, et dont l’élection présidentielle est l’alpha et l’omega. La campagne est le SEUL moment où on peut faire vraiment bouger un peu les choses (Cahuzac n’est pas un contre-exemple : je ne considère pas que sa démission ait entraîné qque changement).
    Donc, c’est complètement normal que certains juristes se pressent un peu plus à ce moment-là. C’est pas “bien” ou “pas bien”. C’est systémique.
    Plutôt que de perdre du temps à dire que Fillon est l’objet d’un traitement spécifique, je pense que cette affaire devrait plutôt être l’occasion de montrer en quoi notre système est mal conçu, n’a rien de naturel (le déconstruire), et ne peut qu’entraîner des affaires comme celles-ci.


    • Prométhée Enchaîné Le 14 mars 2017 à 13h37
      Afficher/Masquer

      Un changement majeur au contraire : le PNF…


  20. Thomas Le 11 mars 2017 à 11h31
    Afficher/Masquer

    “Alors, du coup, je me demande en fait si Le Monde ne serait pas en fait un candidat officieux à la présidentielle ; et, si oui, s’il pourrait nous donner son programme, qu’on puisse se décider en toute connaissance de cause”

    -> Si par malheur Le Monde n’était pas candidat, je suggère qu’il lance le Politicodex: cet outil ne sera pas parfait, et Le Monde n’obligera personne à l’utiliser, mais il permettra de répondre à l’urgence de l’élection présidentielle.A l’aide d’un simple plug-in, les électeurs pourront découvrir les candidats les plus brillants, estampillés d’une pastille verte. Les candidats médiocres figureront eux avec une pastille soit rouge, soit orange, car il faut tout de même séparer les torchons et les serviettes. Une petite notice explicative viendra complémenter le code couleur.

    Ainsi l’élection présidentielle s’en verra grandement simplifiée. Les électeurs se détourneront des sondages qui sont désormais peu fiables et surtout ils ne se laisseront pas manipuler par des candidats conspirationnistes pro-russes rouges brun de la galaxie facho-sphérique.
    A noter que pour mener à bien une telle entreprise, il est fortement conseillé de recruter des journalistes de chez Buzzfeed ou tout autre média classé vert (par le Décodex cette fois-ci).


  21. reneegate Le 11 mars 2017 à 11h34
    Afficher/Masquer

    Fillon est coupable de vouloir infliger aux autres des sacrifices qu’il ne s’appliquera pas à lui même et à sa famille. C’est aussi le cas de la majorité des hommes politiques qui se succèdent au pouvoir. Son discourt et son programme deviennent caduques. Qu’il ne soit pas inculpé pour préserver la sacro sainte séparation des pouvoirs (Moretti) importe peu car le jugement populaire peut s’exprimer dans ces prochaines élections. C’est la duplicité des discours qui devient évidente et il n’est pas certain que les électeurs en 2017 exigent que leurs dirigeants soient sincères et intègres. C’est le pari que fait Fillon,


  22. some Le 11 mars 2017 à 11h34
    Afficher/Masquer

    beaucoup d’éléments très intéressant dans ce billet, et je comprend qu’au vu de la généralisation de la pratique il vous semble normal de reprocher la rapidité de la procédure.

    Affaire manipulée ou pas, je ne peux qu’être en désaccord avec la suivante,

    Je rappelle au passage – par pur populisme – qu’il y a 20 000 personnes en prison qui attendent leur jugement (+ 3 000 en 2 ans) – et que des moyens pourraient être redéployés pour ces personnes là qui attendent des mois qu’un juge ait le temps de s’occuper de leur affaire.

    Je ne suis pas d’accord avec cette situation non plus, mais politiquement parlant il y a urgent besoin de renouvellement aussi, à mon sens la question n’est pas, pourquoi cela va t’il si vite, mais bien, pourquoi devons nous attendre aussi longtemps pour régler ces comportements ?

    Autrement, je ne peux que demander si moi aussi je peux disposer de largesse, advitam eternam ?, pour ne pas payer mes impôts trop vite ? Moi aussi j’aimerais bien m’en foutre plein les poches après tout..


  23. Eric83 Le 11 mars 2017 à 11h49
    Afficher/Masquer

    Je viens de découvrir une radiodiffusion de France Inter qui mérite d’être écoutée et diffusée.

    Nous savons que la France est devenue, au sein de l’UE, une province dotée d’un gouverneur. C’est d’ailleurs dans ce cadre que, selon la technique de fabrication du consentement, les médias nous gavent du matin au soir pour que nous donnions légitimité au gouverneur Macron.

    En revanche, ce qui est caché aux Français – à l’inverse des traités et directives de l’UE disponibles sur Internet – c’est que la France gouvernée par le PS et/ou avant par l’UMP/LR est aussi une province qatari où des centaines d’élus – dont Fillon – vont manger au râtelier fort généreux.

    “La République française du Qatar” : https://www.franceinter.fr/emissions/l-interview/l-interview-25-fevrier-2017

    Voulons-nous élire un Président de la République Française ou un gouverneur de province ?


  24. Azza Le 11 mars 2017 à 12h18
    Afficher/Masquer

    Pour la blague sur les massages Thai Body Body, je suis pas sur que ce soit un argument genial. Si c’est remunere, il me semble que le client viole alors la loi qui reprime les clients de prostitues. Et il pourrait meme potentiellement tomber pour proxentisme. C’est pas super sympa comme blague en fait…


  25. Ben Le 11 mars 2017 à 13h16
    Afficher/Masquer
  26. red Le 11 mars 2017 à 13h47
    Afficher/Masquer

    Je voudrais quand même rappeler qu’il est logique de plus s’intéresser au CV du grand favori de l’élection à la présidence de la république qu’à celui d’un député de la Sarthe… Fillon connaissait ses casseroles, il pouvait se douter qu’elles ressortiraient une fois qu’il serait en première ligne. Les LR n’avaient qu’a se choisir un candidat “propre” moralement comme judiciairement si ils ne voulaient pas avoir ces problèmes. Bref, je ne suis pas du tout choqué par ces révélations médiatiques, les électeurs ont le droit de savoir à qui ils délèguent le pouvoir suprême.

    Le problème vient plutôt du fait que les médias n’enquêtent pas sur Macron et ne soient pas objectifs en traitant de la même manière tout les candidats. Rappelons pour finir dans ce cadre que Fillon a disposé ces dernières semaine d’un temps de parole dans les médias beaucoup plus important que ses concurrents :

    https://twitter.com/afpfr/status/840301485950926848

    Alors le faire passer pour une pauvre victime est quand même un peu gros ! Avant l’explosion de l’affaire, Fillon était clairement le candidat d’une grande partie de la presse oligarchique, il est toujours celui de grands médias contrôlés par le capital comme par exemple le Figaro.


    • Aktaro Le 11 mars 2017 à 15h40
      Afficher/Masquer

      On peut discuter de la légalité d’une procédure et de la nature de son traitement médiatique sans excuser la faute morale ni avoir de sympathie particulière pour le personnage, je pense que c’est relativement clair dans le papier d’OB. De la même manière qu’on peut alerter sur la venue d’un “historien” sulfureux en france sans appeller à son boycott.
      D’accord avec vous sur la différence de traitement de macon, mais l’un n’exclue pas l’autre.
      Quand au soutien du figaro pour Fillon depuis l’affaire, je le trouve très relatif, surtout quand on sait qu’une bonne partie du lectorat votera FF malgré tout.


    • Prométhée Enchaîné Le 14 mars 2017 à 13h41
      Afficher/Masquer

      Lémédias ? Vous croyez vraiment que Claude Angeli a la moindre sympathie pour Macron ???? Ou Mediapart ??? Mais mince arrêtez quoi ! S’ils ne sortent rien, c’est qu’ils n’ont rien.

      Hier, Anticor a saisi la HATVP en raison des flous sur le patrimoine de Macron. Lédmédia le relaient. Et si quelque chose de sale apparaît, ça ne peut que faire un scandale… ne serait-ce que parce que des médias comme Valeurs Actuelles, Le Figaro, Mediapart ou Le Canard vont sauter là-dessus conjointement… Sans parler des chaînes de télé.


  27. pipo Le 11 mars 2017 à 14h38
    Afficher/Masquer

    Laissons les loups se dévorer entre eux, si ces affaires ne sortaient pas avant les élections alors elles ne sortiraient jamais, trop risqué pour les protagonistes.
    Merci de démontrer que ce n’est pas seulement un problème individuel mais systémique, ceci dit, un système ne tombe pas du ciel, il y a des hommes derrière.
    La question, c’est comment et pourquoi.
    Comme il n’est question finalement que de moralité et pas de légalité.
    Il faut se demander d’où vient l’amoralité.
    Sans oublier qu’elle agit au nom du “bien” et donc de la morale.
    La morale est un acquis de notre éducation, l’amoralité vient de la “raison” de l’homme qui n’a pas cet acquis.
    Quand l’homme veut se croire Dieu.


  28. Ardéchoix Le 11 mars 2017 à 15h31
    Afficher/Masquer

    Démocratie selon wiki : Au sens de régime politique, la première expérience de démocratie est la démocratie athénienne avec comme bases primordiales l’assemblée générale des citoyens et le tirage au sort en politique.
    Les idées les plus simples sont souvent les meilleures, quand à nos hommes politiques “on a les hommes politiques qui l’on mérite “.


    • L'illustre inconnu Le 12 mars 2017 à 10h38
      Afficher/Masquer

      Il suffit de regarder comment cela se passe en france pour monter les échelons dans la plupart des entreprises privés et comparer à l’Allemagne pour comprendre que c’est pareille qu’en politique…

      La décadence de notre pays est bien à l’image de son fonctionnement et cette caricature d’élection en est le parfait reflet.


  29. Dahool Le 11 mars 2017 à 16h41
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    Quelques suppositions d’un certain ressenti…

    Hamon roule pour Macron, son objectif est d’empêcher l’ancienne gauche d’être qualifié pour le second tour. Il sera ministre. Ce type n’est pas motivé, il n’en a pas besoin, il est la pour grappiller quelques points.

    Fillon est dans la mouise, il connaît ses adversaires (néocons français), il ne peut se permettre de trop les braquer, il connaît les risques et il y goûte en ce moment. Il pourrait ruer dans les brancards (affaires Macron ou médias) et il ne le fait pas où si peu (des choses a cacher ?). Il ne profite pas de son audience pour dénoncer. Je présume donc qu’il craint… Il pourrait aussi déjouer tous les pronostics, il connait, son électorat est solide et il doit être supérieur à ce que disent les sondages. Dans la mouise mais pas mort.

    Melenchon, à cause de Hamon, est éliminé. Le PS (qui est mort) n’a pas voulu de la victoire (10+15+pas sûr=qualifié), lui aussi roule pour Macron et les neocons.


    • Dahool Le 11 mars 2017 à 16h42
      Afficher/Masquer

      Suite

      MLP est sur un nuage, tout baigne, les affaires rebondissent, les craintes sur son élection sont preuves d’un réel danger (relatif ?), ses électeurs sont les plus déterminés et les pas sûr nombreux, que vont faire les dégoûtés de droite si Fillon venait à echouer ?

      Macron est un néocon et il finira pas faire pshiiit, comme la néoconne. Je n’y crois pas. Ses électeurs sont les moins enthousiastes. Le principal danger pour Macron est neutralisé, les médias. Sauf qu’ils ont oublié qu’une grosse partie de l’election se joue sur le net, et le net sait…

      Appelez moi Mme Irma…lol

      Ps: du bon OB ces derniers temps, du très bon…


  30. Raoul Le 11 mars 2017 à 17h09
    Afficher/Masquer

    Le pauvre Fillon, qui ne peut s’en prendre qu’à lui-même de ses ennuis, est cependant particulièrement bien traité par les médias.

    Voici une comparaison des temps de parole cumulés pour les candidats probables (en heures, minutes, secondes), extraits de ce fichier :
    http://www.csa.fr/var/ezflow_site/storage/csa/csv/periodelectionpresd/TP-TA_Presidentielle_2017_1er%20f%C3%A9vrier%20au%205%20mars%202017.csv

    Fillon : 404:47:54
    Macron : 219:55:45
    Le Pen : 155:53:03
    Hamon : 147:55:35
    Mélenchon : 65:17:42
    Dupont-Aignan : 10:35:23
    Arthaud: 02:30:07
    Cheminade : 01:13:07
    Asselineau : 00:37:09

    Alors, désolé, mais pour une victime Fillon s’en tire plutôt bien, avec 1,8 fois plus de temps que le suivant et plus de 650 fois plus de temps que le dernier. Au point que le CSA, plutôt tolérant sur le sujet, a fini par s’en inquiéter :

    http://www.csa.fr/Espace-Presse/Communiques-de-presse/Temps-de-parole-et-d-antenne-de-M.-Francois-Fillon

    Avec cette affaire Fillon, je pense qu’on se trompe de combat. Le véritable danger pour la démocratie est cet écart absolument inacceptable entre les temps de parole.


    • Les-crises Le 11 mars 2017 à 17h17
      Afficher/Masquer

      C’est de l’humour, rassurez-moi ?


      • Raoul Le 11 mars 2017 à 18h37
        Afficher/Masquer

        Je n’ai pas pour habitude de plaisanter avec les sujets que je juge sérieux.

        Ce n’est pas la première fois qu’un homme politique est en délicatesse avec la justice et, évidemment, ce genre d’affaire a souvent tendance à sortir en période électorale. Et il est bien possible que cela soit le résultat de manœuvres en coulisses. Mais, face à ces problèmes, Fillon a bénéficié du soutien des médias qui lui ont donné tout le temps qu’il souhaitait pour se défendre. Le déséquilibre est devenu tout simplement tel qu’il a fait réagir le CSA.

        Ce déséquilibre n’est que le résultat du laisser-faire autorisé par les règles d’« équité » définies par le CSA, règles qui permettent par exemple à un Macron de se trouver au 2e rang sur la seule justification de sondages puisque sur les trois autres critères, il se trouve bien après Hamon ou même Mélenchon.

        Il me semble que l’institutionnalisation, de fait, d’une inégalité de traitement poussée à l’extrême est bien plus grave pour la démocratie que l’affaire Fillon qui ne touche qu’un candidat, au demeurant pas moralement irréprochable.


      • Adrien Le 12 mars 2017 à 18h29
        Afficher/Masquer

        Il semblerait que le résultat de l’élection soit corrélée à l’exposition médiatique :
        https://blogs.mediapart.fr/david-f/blog/111215/lincroyable-correlation-entre-temps-de-parole-et-resultats-aux-elections

        Dans ce cadre, le commentaire précédent est intéressant. D’autant qu’on sait que les électeurs de droite ne sanctionnent que rarement les politiciens à scandale.

        Perso je vous trouve bien vindicatif sur les deux journalistes du Monde. Avez-vous vu l’émission d’arrêt sur image à leurs sujets, et lu leur bouquin ?

        On y apprend par exemple que Fillon a bien demandé expressément à Hollande d’accélérer les enquêtes sur Sarko, pour le couler définitivement. Dans le livre, Hollande raconte comment Fillon ne comprenait pas qu’un président puisse laisser la justice sans rien faire : le risque de voir Sarko revenir était trop grand, il fallait agir !

        Donc le scénario « Fillon, pauvre victime de la justice » ne tient pas vraiment. Par contre je vous rejoins tout à fait sur le traitement médiatique partial et totalement pourris, à nous d’aller ailleurs nous informer.


  31. JacquesJacques Le 11 mars 2017 à 17h14
    Afficher/Masquer

    Bravo encore Olivier pour votre juste esprit, votre axe qui est de rechercher dans les faits ce que les faits disent objectivement avec beaucoup de précision. Ma grand-mère aurait dit : cette affaire est une bataille de chiffonniers ! Comment peut-on “attaquer” quelqu’un sur un sujet si l’on n’est pas clair soi-même sur ce même sujet ? Quelle avalanche de lâchetés chez les responsables politiques que vous citez !


  32. Libor Le 11 mars 2017 à 17h24
    Afficher/Masquer

    Ok pour le bal des faux culs mais avec lesmedias (c’est quand meme le canard un des derniers journaux independants et pas le monde qui a sorti l’affaire) ou pas je suis tres content qu’un type aussi corrompu se soit fait accrocher. En plus il a assez peu d’honneur et de sens des responsabilites pour couler son parti avec lui. Ca servira peut etre pour faire un peu de menage parmi certains elus ne voyant la politique que comme servant leurs interets personnels.


  33. Caliban Le 11 mars 2017 à 18h55
    Afficher/Masquer

    Je trouve que l’angle d’attaque (qui vise in fine la presse en général et Le Monde en particulier) est assez partial.

    Si la Justice va si vite en besogne c’est
    • d’une part que la réunion des preuves est extrêmement aisée (pas de paradis fiscaux, tout est aux Archives de l’Assemblée)
    • d’autre part que les époux Fillon ont immédiatement collaboré en fournissant les éléments prouvant que l’emploi d’assistant parlementaire n’était pas fictif. Et c’est exactement au même moment (JT de 20h) que l’intéressé a déclaré que sa mise en examen provoquerait son retrait.

    Les preuves fournies n’ayant pas convaincu les enquêteurs et la mise en examen devenant de plus en plus probable, les avocats de M. Fillon ont tenté de récuser les juges en prétextant qu’ils n’étaient pas compétents en la matière.

    Donc qui tente d’instrumentaliser la Justice dans cette affaire ? Tous les acteurs : accusés, presse, juges, … Et je serais volontiers plus indulgent avec les juges qui tentent de faire leur travail tant qu’il en est encore temps (si Fillon est élu, il devient intouchable, c’est la loi).


    • Caliban Le 11 mars 2017 à 19h06
      Afficher/Masquer

      Et si je ne m’abuse :
      • intouchable pendant 5 ans
      • et ensuite prescription des faits, au moins en partie (c’est la loi, en l’occurrence la dernière votée par la session parlementaire)


  34. RGT Le 11 mars 2017 à 19h58
    Afficher/Masquer

    “si Fillon est élu, il devient intouchable, c’est la loi”

    C’est bien là le fond du problème: L’immunité qui ne peut être levée que par ses pairs.

    La logique voudrait que ce soit aux électeurs et eux seuls de pouvoir “répudier” et de traîner les élus devant un tribunal populaire (pas des magistrats professionnels, ils risqueraient de ne pas vouloir s’attirer les foudres de leur hiérarchie).

    Finalement on s’est bien moqué de l’ancienne URSS dans laquelle le peuple était invité à voter pour LE candidat unique du parti qui était à l’abri de tout besoin et ne risquait pas d’être inquiété pour ses turpitudes.
    Mais en France ce n’est pas mieux.

    Les problèmes de Fillon ne représentent que la baston de la petite oligarchie locale pour favoriser le “Chevalier Blanc” le plus favorable aux intérêts des ploutocrates.

    Mais au fait, qui est le Chevalier Blanc ?
    “Manu” à pied ?
    Les gueux s’interrogent et trouvent enfin la réponse : https://www.youtube.com/watch?v=cfU_D1btz-U


  35. Subotai Le 11 mars 2017 à 20h30
    Afficher/Masquer

    “” interdiction au parlementaire de choisir ses assistants (Le Parlement recrute et affecte, comme la DRH d’une entreprise)””
    *********
    Çà vous ne l’aurez jamais et ce n’est pas souhaitable pour une simple et bonne raison.
    Un parlementaire est un homme politique et comme tout Dirigeant il a besoin d’avoir auprès de lui des personnes de confiance. C’est aussi pourquoi on trouve des fils, des filles, des frères, sœurs, femmes et mari de… au plus près des Dirigeants.
    Bien sûr, on a du népotisme et favoritisme mais l’alternative est la paranoïa et le chaos consécutif…
    Sommes toutes cette situation correspond à l’état de la société, sa violence, la panique et la létalité de enjeux.
    On a le gouvernement qu’on mérite.


    • Caliban Le 11 mars 2017 à 22h47
      Afficher/Masquer

      “la paranoïa et le chaos consécutif…”

      Est-ce la paranoïa et le chaos dans le Parlement européen, où précisément il est interdit d’employer un membre de sa famille ? Est-ce que la situation que vous anticipez se présente dans les différents parlements nationaux où cette même interdiction s’applique ?

      Vous êtes extrêmement peu exigeant avec vos représentants. Et c’est de cette large tolérance dont nos élus profitent jusqu’au dernier centime, au point de placer notre pays entre la Macédoine et la Bulgarie dans le classement de la corruption en Europe.

      Je crois qu’il serait temps de réagir et d’éviter de trouver des excuses un peu bidons : laissez cela aux éditocrates de la presse et de la télévision, dont l’une des fonctions est précisément de couvrir et légitimer des élus dont la population a le plus grand mal à se débarrasser.


    • Caliban Le 11 mars 2017 à 23h00
      Afficher/Masquer
  36. Arnould Le 11 mars 2017 à 21h12
    Afficher/Masquer

    https://www.youtube.com/watch?v=7Sor-BAf2bE

    A cette conférence de presse, on dirait que les “grands medias” n’ont envoyé que des stagiaires. Et il me semble, sans en être certain, que un peu après 1h16, celle de France Inter n’avait pas entendu parler de la charte de Munich. Quelqu’un peut-il confirmer?


  37. LE PAPE Le 11 mars 2017 à 21h34
    Afficher/Masquer

    Si un second tour Macron-MLP c’est pas bien, alors un second tour Fillon-MLP c’est bien puisque c’est la seule alternative crédible.

    Personnellement, je pense que Macron-MLP ou Fillon-MLP ça mérite au moins un petit débat parce que quand même avec Fillon le programme c’est 500 000 fonctionnaires en moins, la privatisation partielle de la sécu, la suppression des impôts de riches, l’augmentation de la TVA pour tout le monde et la manif pour tous comme guide moral.
    .


  38. moshedayan Le 11 mars 2017 à 21h50
    Afficher/Masquer

    Votre billet est remarquable. Et rien à dire tant il s’appuie sur des faits aussi.
    Deux réflexions personnelles à ajouter.
    La Justice Indépendante ? Et bien, regardons comment a-t-elle agi sous Vichy : des Juges réputés, célèbres parfois. Résultats : De Gaulle condamné à mort par contumace, des résistants condamnés… Et même si c’est ancien, ma question : Combien de juges révoqués définitivement après?
    “L’affaire Fillon” : un acte indispensable, car le risque est bien trop grand qu’arrivé au pouvoir celui-ci et son équipe soient obligés de soulever quelques scandales (parmi les plus importants de la Ve République), notamment la gestion de la question syrienne (et des livraisons d’armes aux rebelles et les soutiens financiers…).
    En clair : mon avis personnel. L’équipe du président Hollande s’est tellement fourvoyée sur la Syrie, le terrorisme qu’elle a d’immenses craintes de graves accusations et poursuites jusqu’à des condamnations (prison ferme compris).


  39. Krystyna Hawrot Le 11 mars 2017 à 22h51
    Afficher/Masquer

    Merci pour cette analyse… c’est vrai qu’on a bien laissé pourrir ce système – un vrai système mafieux ou familles et amis mangent aux frais de l’Etat! Au minimum il faudrait un contrôle sur les embauches… et je suis d’accord que cette mise à l’écart de Fillon est dangereuse. Plein de gens sont tellement dégoutés de l’élection qu’ils ne vont même plus y aller. Laissant Macron ou Le Pen gagner.


  40. marc Le 11 mars 2017 à 23h21
    Afficher/Masquer

    excellent article à partager! car les gens ne comprennent pas que les autres font tous pareil que fillon…

    non le tort qu’a eu fillon a été de vouloir un rapprochement avec la russie, pour moi ça ne fait aucun doute… enfin il y a aussi le fait de vouloir plus de distances avec le qatar et l’arabie saoudite… il s’est créé une armée d’ennemis

    enfin, rappelons aussi marine le pen dont l’immunité en tant que député européenne a été levée il y a deux semaines à peine, pour la raison ahurissante qu’elle aurait relayée sur twitter il y a plus d’un an des images cruelles de daesh… plus c’est gros plus ça passe…


  41. Louis Robert Le 12 mars 2017 à 00h12
    Afficher/Masquer

    Elle est bien pitoyable à voir, cette France de la post-vérité, de la post-intégrité, de la post-démocratie, de la post-tout, à commencer par l’humanité et la décence. Décadente, aveugle jusqu’à l’absence de vision, impuissante à se remettre debout, à s’autodéterminer, en chute libre, à la dérive, en fin de parcours, c’est désormais la France.

    Or madame TINA Toulmonde s’en vante publiquement… Pas de problème, elle jouera le jeu, participera. Oui, elle votera pour son candidat de prédilection: “Ils sont tous corrompus… alors pourquoi pas voter pour lui, même s’il l’est lui aussi?” Voilà bien la fin de tout. Le désespoir a parlé et agira!…

    Autant partir et laisser la place aux millions de réfugiés.


  42. julya Le 12 mars 2017 à 00h52
    Afficher/Masquer

    “Fillon victime d’un putch Médiatique?”
    Je rêve,savez-vous ce qu’est un putch?
    Comme vous le répétez si souvent, les mots ont un sens.
    Il n’est victime de rien du tout sinon de lui meme.
    De plus, je vous rappelle que, dans notre pays, il y a des élections quasiment toutes les années.
    Donc, si l’on vous suit, il n’est jamais possibles à un juge de faire son travail.
    But assurément recherche par certain(e)s candidat(e)s


  43. Camille Le 12 mars 2017 à 01h09
    Afficher/Masquer

    Le problème de Fillon ce n’est pas les 1 500 euros charges comprises qu’il a utilisé pour payer sa femme à plein qui travaillait aussi à la revue des deux mondes

    C’est aussi
    – le prêt avec la légion d’honneur au prêteur
    – sa femme employée par son remplaçant parlementaire avec la totalité de l’enveloppe durant que la véritable assistante était rémunérée par le cabinet du pm.
    – sa boite 2F payée 200 000 euros par axa alors qu’il n’a aucune connaissance actuarielle et qu’il déroule un programme qui fait passer la ss aux assurances privées (comme macron d’ailleurs qui a les même commanditaires pour sa campagne)

    Ca fait un peu beaucoup pour quelqu’un qui veut diriger la France et qui en plus donne des leçons.

    Quand à son programme c’est une programme d’extrême droite.

    Séparation des pouvoirs : c’est un principe de la république.


    • Lyonnais Le 12 mars 2017 à 09h32
      Afficher/Masquer

      Merci Camille de mettre en évidence la totalité de l’affaire.


    • Surya Le 12 mars 2017 à 23h17
      Afficher/Masquer

      charge aux électeurs de le dégager, pas aux médias de faire son procès 🙂


  44. SanKuKai Le 12 mars 2017 à 10h44
    Afficher/Masquer

    Quand je vois le nombre de costards taillés dans cet article, je me dis que Emmanuel “travaille pour te payer un costard” Macron peut aller se rabiller.


  45. Pascal Le 12 mars 2017 à 11h09
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    Que pensez-vous de l’exemple portugais ? est-il transposable en France ?
    http://www.bastamag.net/Comment-l-union-des-socialistes-et-de-la-gauche-radicale-a-mis-un-terme-a-l
    Merci


  46. sissa Le 12 mars 2017 à 11h19
    Afficher/Masquer

    Je suis un peu partagé par rapport à cette histoire autour de Fillon
    D’un côté, je sais que dans la plupart des pays ayant une tradition démocratique digne de ce nom, il aurait été contraint sur-le-champs à céder la place ( et pas à un condamné comme Juppé).
    D’un autre côté, je sais, pour être lecteur régulier du canard enchaîné que des révélations de ce genre ne sont généralement qu’à peine évoquées dans les grands médias.
    Pourquoi alors ce flingage de Fillon? Son programme économique(inspiré des recommandations de Bruxelles et des désiderata du MEDEF) diffère peu de celui de Macron qui, lui, bénéficie clairement du soutien médiatique. Ne serait-ce pas merveilleux de mettre en scène le “débat” Fillon-Macron dans une parodie de démocratie dont raffole les télés et journaux?
    La seule réponse que j’ai, c’est que Fillon a un truc qui déplait royalement au monde des médias:: sa position vis à vis de la Russie.


    • Larousse Le 12 mars 2017 à 19h48
      Afficher/Masquer

      Peut-être dans le mille !
      Fillon et Poutine, mais sur ce point : laissez-moi douter aussi sur la sincérité ou l’efficacité de Fillon.
      Avis personnel.
      Je crains que Fillon soit incapable de changer le fond “anti-russe” et “pro-allemand” du Quai d’Orsay. D’ailleurs les avertissements d’Ambassadeurs français, chose inimaginable sous de Gaulle, concernant Marine Le Pen en dénonçant non seulement sa politique intérieure mais ses positions sur Trump et Poutine, ont été faits aussi pour toutes les candidatures “souverainistes” qu’on ne s’y trompe pas.
      En clair, avec le président Hollande, comme l’ont fait les Clintons et Obama en contrôlant les organes de sécurité des Etats-Unis, toute l’Administration française a été mise sous tutelle des “ordres de Bruxelles-Berlin”. Et pour déverrouiller tout cela, … “ça devra valser fort !!!”


  47. Charles Le 12 mars 2017 à 11h34
    Afficher/Masquer

    Oui, bon, nos hommes politiques seraient parfaitement probes et scrupuleusement honnêtes en adoptant au minimum les mœurs morales auxquelles nous autres citoyens du commun sommes tenus, on ne serait pas obligé de faire une liste de parlementaires longue comme le bras pour défendre Fillon au nom de l’équité.

    Tous autant qu’ils sont, un de leur travail est de faire en sorte d’être insoupçonnables, et donc de renoncer à certaines possibilités si elles peuvent prêter à confusion. Pourquoi ? Parce que précisément on est fort facilement attaquable pour des babioles et fragile face à des ennemis internes et externes au parti et donc qu’on ne peut porter de façon sereine ses idées.

    La politique se fonde sur l’adhésion et l’autorité. Celles-ci s’effondrent quand les hommes politiques semblent davantage se préoccuper d’eux-mêmes que de leurs administrés.

    On parle beaucoup de droit dans cette affaire. Mais la politique ne se résume pas au droit. Le traité de Lisbonne a été adopté en droit, contre l’avis du peuple. Ça a laissé de profondes traces.


  48. tchooo Le 12 mars 2017 à 15h21
    Afficher/Masquer

    Pendant que l’on parle de ça on oublie le programme de chacun, et çà sert autant Fillon que Mâcron ou Le Pen


  49. Gwingwenn Le 12 mars 2017 à 18h49
    Afficher/Masquer

    Quelqu’un pourrait-il m’expliquer la raison pour laquelle l’état donne des subsides aussi importants à la presse ou à une partie de celle-ci. Ne me dites pas que c’est intéressé, je ne vous croirais pas.

    Mon boucher qui vient de déposer le bilan pour des raisons de concurrence effrénée n’a pas été soutenu par l’état. Alors pourquoi la presse ?

    Parce que sans subvention que deviennent ces journaux et journalistes zélites ?


    • Bourdeaux Le 12 mars 2017 à 21h51
      Afficher/Masquer

      “sans subvention que deviennent ces journaux et journalistes” : vous avez sans doute voulu écrire : sans journaux, que deviennent ceux qui accordent les subventions ? 🙂


  50. Bourdeaux Le 12 mars 2017 à 21h48
    Afficher/Masquer

    Excellent billet, merci. …Mais quand même, on se retient d’éclater en sanglots à l’idée que pour rétablir un peu d’équité dans une telle affaire, il ne se trouve rien d’autre à se mettre sous la dent que cette pauvre consolation de l’équivalence dans l’amoralité.



Charte de modérations des commentaires