Au moins, on ne pourra pas dire qu’on n’aura pas été prévenu…

«Grand oral» de François Fillon devant un panel de dirigeants d’entreprises, réunis par la Fondation Concorde, le 10 mars 2016.

Le souci de synchronisation ne relève pas d’un montage (Source complète). Transcription :

Moi ce que je veux, c’est que le 1 er juillet, les deux ou trois ministres chargés des réformes, l’économie et les finances, le travail, pour l’essentiel, arrivent avec des textes prêts, et, dans une forme de ” blitzkrieg ” fassent passer devant le parlement en utilisant d’ailleurs tous les moyens que donne la constitution de la cinquième république, les ordonnances, les votes bloqués, le 49.3, tout ce qui est nécessaire, qu’ils fassent passer en l’espace de 2 mois, sans interruption estivale, les six ou sept réformes fondamentales qui vont changer le climat de l’économie et le climat du travail dans notre pays.

C’est évidemment pour moi l’abrogation des 35 heures et la suppression de la durée légale du travail et le renvoi à la négociation dans les entreprises sans contraintes, c’est le nouveau code du travail, c’est la réforme de la fiscalité du capital, fondamentale pour relancer l’activité économique dans notre pays, c’est la réforme de l’assurance chômage, c’est la réforme de l’apprentissage, et c’est les mesures, les premières mesures d’économies sur le budget de l’état et sur le fonctionnement de l’État.

Donc pour prolonger cette tension moi je pense qu’il faut organiser un référendum en septembre qui permet de maintenir l’état de tension électorale dans le pays et donc de rendre très très difficile la contestation sociale pendant cette période autour de deux ou trois idées fortes qui à mon sens ne font pas courir trop de risques au président de la république élu et à sa majorité, ce référendum pourrait tourner d’abord autour d’une question fondamentale : “Est-ce que vous êtes d’accord pour qu’on inscrive dans la constitution le principe d’égalité des régimes sociaux entre le public et le privé ?” , inscrit dans la constitution de la république française ça rendrait absolument obligatoire et nécessaire la convergence des régimes sociaux. Deuxième question ” Est-ce que vous êtes d’accord pour fusionner les départements et les régions ?”. Troisième question “Est-ce que vous êtes d’accord pour supprimer un certain nombre de parlementaires ?” , diminution du nombre de parlementaires ça peut paraître un peu démagogique, être un peu comme la cerise sur le gâteau ou la crème chantilly pour être certain que le référendum soit voté, mais je pense qu’en plus ça peut conduire à la modernisation du fonctionnement du parlement.

Voilà, si on fait tout ça, on crée un choc qui à mon sens rend très très difficile la réaction sociale que vous craignez.”

capture-decran-2017-01-18-a-19-29-38

Source : Dailymotion

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

75 réponses à [Vidéo] Fillon devant les patrons (mars 2016)

Commentaires recommandés

DUGUESCLIN Le 19 janvier 2017 à 06h41

Je ne suis qu’un petit français de base. Mais j’aimerais bien qu’il y ait un candidat qui roule pour moi, pour mes proches, pour mes amis, pour mon pays. Qui me rende ma souveraineté. Qui me rende fier d’être français.

  1. JC Le 19 janvier 2017 à 02h40
    Afficher/Masquer

    Eh oui mais le problème c’est qu’on hésite, quand on voit ça, à tout de même voter contre ceux qui détruisent notre belle langue en écrivant des choses comme “salarié-e-s”. Travailler plus ou moins, de toute façon l’état actuel n’est pas satisfaisant. Certains voudraient travailler plus, d’autres comme moi voudraient sortir des problématiques de travail rémunéré pour se consacrer à autre chose de plus utile et non lucratif tout en ayant de quoi vivre. Par contre, la destruction de la France à travers sa langue, son territoire, ses spécificités, son identité… Là c’est du long terme, une perte quasi définitive, il ne fait plus bon vivre en France depuis des décennies déjà. La gauche sociétale balaye tout, valeurs, traditions, liens nationaux, familiaux…

    Une bande annonce de jeu vidéo japonais annoncé ce soir illustre (ou caricature ?) ce dilemme politique : https://www.youtube.com/watch?v=w1N8HOqYpvw

    Gauche sociétale et droite sociale sont déchainés pour en finir avec notre pays. Il faut retrouver une gauche sociale nationale et une droite sociétale nationale d’urgence.


    • JC Le 19 janvier 2017 à 03h10
      Afficher/Masquer

      Oui oui je sais, mais je crois qu’ici on le connait tous (et on adhère nombreux).
      En revanche il ne répond pas à la problématique du long terme autrement qu’en nous préparant des outils démocratiques pour que le peuple ait voix au chapitre dans l’avenir (un petit pas vers une démocratie). Peut-être est-ce la meilleure réponse, peut-être qu’effectivement ce qui a été cassé peut être réparé plus facilement que ça en a l’air en redonnant goût à la vie commune à notre peuple. Je voterai en espérant voir ça, bien que voter ne soit qu’une action (peu porteuse d’espoir) parmi d’autres.


      • Amy Le 19 janvier 2017 à 03h27
        Afficher/Masquer

        Pas faux votre raisonnement. Mais comme il dit, il faut déjà recouvrir notre souvenaineté avant de s’attaquer au reste.
        Voilà pourquoi, toutes les questions clivantes ne sont pas abordées aujourd’hui.
        Il faut déjà éteindre le feu dans la maison commune.


      • Homère d'Allore Le 19 janvier 2017 à 07h58
        Afficher/Masquer

        Moi aussi, j’ai adhéré au parti dont vous parlez et serai même candidat aux législatives à Tours.
        Il faut croiser les doigts pour que F.A réussisse à obtenir les 500 parrainages pour que le débat à la présidentielle ne soit pas biaisé.

        “Retrouver les outils démocratiques” n’est peut-être pas suffisant mais celà reste nécessaire.

        De plus, les propositions de ce parti concernant la presse permettraient la fin de la main-mise des puissances de l’argent sur les médias.


        • Gilles Le 19 janvier 2017 à 12h28
          Afficher/Masquer

          Appeler à voter pour ce candidat n’a aucun sens. S’il était sérieux dans ses propositions, il rejoindrait le mouvement des insoumis. Le peu de voix qui se porteront sur sa candidature, c’est autant de voix qui permettront au système actuel de perdurer.
          Ici je ne défends pas particulièrement un candidat, mais un mouvement qui veut véritablement et radicalement changer le système. D’ailleurs, JLM, s’il sortait gagnant, s’engage à démissionner aussitôt la nouvelle constitution adoptée (6°république). Constitution écrite par une assemblée constituante et validée par référendum. Une vraie république : le pouvoir au peuple.
          Changement de constitution, sortie de l’euro, sortie de l’OTAN, abrogation de la loi « El Khomri », possibilité de révocation des élus, séparation des banques, etc ……..


    • Dizalch Le 19 janvier 2017 à 07h01
      Afficher/Masquer

      Ah? Et il propose la sortie de l’Euro?… C’est “véritablement” écrit “noir sur blanc”?… A ma connaissance, ça ne se bouscule pas sur le sujet… beaucoup parlent, et feraient comme Tsipras…
      Mais peut-être ai-je raté un épisode?
      cdt


      • gracques Le 19 janvier 2017 à 07h20
        Afficher/Masquer

        S’il ne’ parle pas de manière explicite c’est tout simplement parceque la,question est encore trop clivante. On peut croire Tsipras , traître à son lectorat , on peut aussi le penser attentif à ne pas déclencher une guerre civile dans son pays.
        Proposer des mesures radicales , même et surtout qd elles sont justifiées n’empêche pas les oppositions dont il faut tenir compte en régime démocratique.
        Sortir de l’euro est pour moi aussi une première nécessité , la base ….. mais cela effraie encore et surtout les intérêts attachés à l’euro sont nombreux (la rente en general)’et ces intérêts sont à isoler de la masse des votants avant de pouvoir vraiment faire que chose.
        Il ne s’agit pas de pérorer depuis une tribune ou un clavier , mais de gouverner un pays de 66 millions de personnes avec des intérêts différents voir divergents…… et d’arriver a réunir 50% des citoyens, pas facile en prônant la révolution, ou’le saut dans le vide.


        • Dizalch Le 19 janvier 2017 à 09h23
          Afficher/Masquer

          @gracques: Donc, si je vous suis bien, on ne peut pas porter cette idée en tant que candidat car c’est encore trop clivant, et qu’il faut rassembler ces intérêts différents afin de réunir 50% des citoyens et éviter une éventuelle guerre civile.
          Dites moi, Tsipras n’a-t-il pas plutôt risqué la guerre civile en allant pas jusqu’au bout de ses promesses justement?… (c’est pas fini hein, ça peut encore arriver l’instabilité chez eux). Quand à la France et les candidats du “consensus”, on en a eu un “mou” dernièrement, on voit le résultat… Bref, je ne pense pas que le type de personne à laquelle vous faites référence dans la démarche, n’inspire grand monde, car ce serait le statu-quo encore une fois….


      • Balthazar Le 19 janvier 2017 à 08h14
        Afficher/Masquer

        Vous savez “écrit noir sur blanc”…
        Il y a un gars qui l’a écrit dans son programme, qui une fois élu l’a martelé à la télé, qui s’en vantait et puis plus rien. Personne pour lui demander des comptes.
        Ce gars, c’est Flanby. La fermeture de Fessenheim, c’était pour 2016.
        Pour revenir à notre autre François, si vous avez écouté ses conférences, ce n’est pas que la sortie de l’euro qu’il propose. C’est la sortie de l’UE, de l’Otan surtout.
        Bref, retrouver son pays et décider de son sort.
        Arrêter de courber l’échine devant “les marchés financiers”…


      • JC Le 19 janvier 2017 à 09h13
        Afficher/Masquer

        Bon les amis, vous avez effectivement loupé un épisode. C’est écrit noir sur blanc depuis le début, c’est un candidat banni des médias ET dont on ne peut pas citer le nom ici contrairement aux autres car le message est automatiquement supprimé. Incroyable que Les-Crises mette en place un tel mécanisme.
        Vous allez sur des sondages en ligne style 2017-election.fr ou candidat-2017.fr, il est premier partout.


        • Alfred Le 19 janvier 2017 à 09h28
          Afficher/Masquer

          Exact c’est incroyable et je ne comprends cette attitude au mieux contre productive (effet streisand).
          Il faudrait quand même se rendre compte qu’il est difficile de prétendre se méfier de l’héritière du borgne et dans le même temps ostraciser l’illustre inconnu dont nous parlons ici. Un nombre croissant de personne voteront soit pour la candidate FN soit pour le candidat dont nous parlons, à l’exclusion de tout autre. Si on n’en voit qu’un cela finira par être celui (celle) là. Bien joué. Et merci de prendre vous aussi votre part de responsabilité. C’est bien beau de se foutre de la gueule des medias aveugles face à Trump et de faire la même connerie “at home”. Bien joué vraiment.


        • Alain Trépide Le 19 janvier 2017 à 10h35
          Afficher/Masquer

          Le nom est bloqué à cause du prosélytime acharné dont font preuve ses partisants! La preuve en est lisez les commentaires de cette page, pas d’arguments, pas de questions, juste des “Moi je sais pour qui je vais voter, oui le candidat secret dont on a pas le droit de parler, la preuve, les chiens de garde sont contre nous!”

          Si les partisans de Macron viennent en masse faire leur pub, il faudra prendre les mêmes mesure.
          Les-Crises est un blog d’information, pas un sponsor de campagne électorale.


    • Homère d'Allore Le 19 janvier 2017 à 09h15
      Afficher/Masquer

      On ne peut pas préciser. Le nom du candidat ne passe pas la modération.

      Ses initiales sont F.A.

      Cherchez et vous trouverez !


      • Dizalch Le 19 janvier 2017 à 09h31
        Afficher/Masquer

        F. A. comme vous dites mais c’est une vaste blague?… comment pouvez-vous vous plaindre que la modération ne veuille pas que l’on parle de lui?… Il n’a même pas réussi à avoir ses signatures en 2012 et le peu de scrutins fait, les résultats tournent autour des 0,5%
        Sérieusement, perdre son temps à “militer” pour un illustre inconnu aux idées.. est, au mieux, inutile… au pire, je vous laisse deviner…
        cdt


      • jp Le 19 janvier 2017 à 09h43
        Afficher/Masquer

        ok ancien haut fonctionnaire, conseiller de Longuet (GUD puis Ordre nouveau), directeur de cabinet de Pasqua (SAC), puis au service de Sarko, ça me suffit pour situer le personnage.

        c’est à dire à droite toute ! soi-disant pas ni de droite ni de gauche parce que la droite et la gauche c’est du pareil au même et que le clivage serait soi-disant dépassé.

        bref, un opportuniste en fait, donc je reste ferme sur mes principes : ce n’est pas le genre avoir mon vote.


        • Raoul Le 19 janvier 2017 à 10h37
          Afficher/Masquer

          Évidemment que le clivage droite-gauche est dépassé, du moins en ce moment, puisque toutes les gauches des pays de l’UE se sont alignées sur la politique de Bruxelles qui est une politique de droite.

          Il n’y a pas exemple d’un seul parti de gauche dans l’UE qui, une fois arrivé au pouvoir, a mené une politique de gauche, Tsipras étant l’exemple le plus extrême puisqu’il appartient à la gauche dite radicale.

          En France, il existe des partis de gauche promouvant la sortie de l’UE, mais aucun de ces partis n’a adopté une approche pragmatique, donc ils restent confidentiels, encore plus inconnus que le parti dont il ne faut pas citer le nom.

          Alors on peut bien sûr croire aux promesses des candidats « de gauche » qui vous expliquent qu’une autre Europe est possible et qu’on va renégocier les traités. Mais on sait où cela mène, hélas !


        • Thomas Savary Le 19 janvier 2017 à 12h15
          Afficher/Masquer

          Vos principes, serait-ce de ne pas lire le programme des candidats ?

          Lisez donc celui du candidat en question : c’est le plus à gauche des programmes susceptibles d’être appliqués — celui de JLM n’étant applicable qu’en cas de vraie sortie de l’Union européenne, que ce dernier ne semble pas prêt à réellement assumer (voir le flou artistique du chapitre 4 de la deuxième synthèse des contributions sur le site jlm2017.fr).

          Qui avait raison à l’époque du référendum sur le traité de Maastricht ? Le « gentil » JLM de gauche, ou le « gros méchant » de droite Philippe Séguin ?

          Celui que vous taxez d’opportunisme sillonne la France depuis dix ans et se dépense sans compter, dans un véritable parcours du combattant, sans jamais renoncer.
          Alors, oui, c’est un homme de droite. Et alors ? Son objectif de libérer notre pays du régime de Bruxelles inféodé à celui de Washington prime ses propres convictions. Son programme est un programme d’union nationale, qui entend dépasser le clivage droite/gauche pour atteindre cet objectif : rétablir la démocratie en France (et ses services publics).

          On pourra juger cette démocratie insuffisante (une Ve République retoquée), mais ce serait mieux que tout ce que ce pays a jamais connu. Une fois l’UE quittée et le mandat dudit candidat achevé, eh bien il y aura d’autres élections, et vogue le navire !


      • jp Le 19 janvier 2017 à 09h59
        Afficher/Masquer

        je crois savoir qu’il est ; ex-haut fonctionnaire aux finances directeur de cabinet de Charles Pasqua, conseiller de Gérard Longuet (passé par Occident, GUD et Ordre nouveau), délégué général à l’intelligence économique au ministère de l’Économie et des Finances pour Nicolas Sarkozy.
        ben non merci pour moi !


        • Homère d'Allore Le 19 janvier 2017 à 10h11
          Afficher/Masquer

          Ah ah ah !

          Donc un haut fonctionnaire qui travaille pour son ministère est obligatoirement d’accord avec son ministre de tutelle !

          Donc, tous les inspecteurs d’academie sont d’accord avec Najat Vallaud Belkacem, tous les généraux avec Le Drian…
          Vous rendez vous compte de la stupidité de votre argumentation ?

          Un Inspecteur des Finances a obligatoirement des postes de responsabilité dans des cabinets ministériels où il applique la politique du ministre. Ça ne veut pas dire qu’il les approuve.

          Quant à l’argument “il a travaillé pour Longuet, Occident et bla bla bla”, moi aussi, j’ai travaillé dans ma jeunesse dans une entreprise où le patron s’est retrouvé en prison. Et alors ?

          Il a aussi travaillé pour Bérégovoy, et ça, vous ne le citez pas, bizarre….


    • bhhell Le 19 janvier 2017 à 17h40
      Afficher/Masquer

      Heu, on a donc un problème de perte de “valeurs” en France dû à nos dirigeants bobo socialistes tandis que les pays qui ont su garder leurs “valeurs” connaissent paix et harmonie, par contraste. Donc par un grand consensus assis sur des “valeurs” on devrait arriver à résoudre tous nos problèmes.
      Mais ce n’est pas la méchante gauche sociétale qui sape les “valeurs” que “veut restaurer” la bonne “droite des valeurs”.
      C’est le capitalisme (dont tous les partis sont les sous-traitants) qui se nourrit du chaos(mondial). Et l’enjeu, ce ne sont pas les “valeurs”, dont tout le monde se revendique. Ça ne mange pas de pain et ça n’a jamais effrayé aucun pouvoir.
      Le vrai enjeu, le lieu du conflit, c’est la VALEUR ECONOMIQUE et le fait que le capitalisme en revendique le monopole. Et, quand ce principe est mis en cause, l’Histoire montre que les gouvernements n’hésitent jamais à faire tirer sur la foule. Alors, votre unité nationale, oubliez!


  2. LMDB Le 19 janvier 2017 à 02h40
    Afficher/Masquer

    Donc, pour prolonger cette tension, moi, je pense qu’il faut organiser un referendum en septembre -qui permet de maintenir l’état de tension électorale dans le pays et donc de rendre très très difficile la contestation sociale pendant cette période- autour de deux ou trois idées fortes et qui, à mon sens, ne font pas courir trop de risque au président de la République élu et à sa majorité.
    Ce referendum pourrait tourner d’abord autour d’une question fondamentale : “Est-ce que vous êtes d’accord pour qu’on inscrive dans la Constitution le principe d’égalité des régimes sociaux entre le public et le privé ?” Inscrit dans la Constitution de la République française, ça rendrait ensuite absolument obligatoire et nécessaire la convergence des régimes sociaux.
    Deuxième question : “Est-ce que vous êtes d’accord pour fusionner les départements et les régions ?”
    Troisième question : “Est-ce que vous êtes d’accord pour supprimer un certain nombre de parlementaires ?” Diminution du nombre de parlementaires, ça peut paraitre un peu démagogique, ça peut paraitre un peu comme la cerise sur le gâteau ou la crème chantilly pour être certain que le referendum soit voté, mais je pense qu’en plus ça peut conduire à la modernisation du fonctionnement du Parlement.
    Voilà, si on fait tout ça, on créé un choc qui, à mon sens, rend très très très difficile la réaction sociale que vous craignez.”


    • Catalina Le 19 janvier 2017 à 16h27
      Afficher/Masquer

      référendum ? et celui de 2005 ? a t-il été respecté ?
      Je crains que l’outil ” référendum soit désuet pour le moins. Il me semble que nous n’vons pas beaucoup de choix hormis faire une révolution.


      • Christophe Vieren Le 19 janvier 2017 à 20h53
        Afficher/Masquer

        C’est quoi une révolution, Catalina ? Avec des piques des taser, des flash balles, des lances à eau, des kalashnikov ? Comme ou ? En Syrie ? …. Va z y commence , j’viendrais si en face ils sont pas trop méchants.


        • Olivier77 Le 19 janvier 2017 à 22h09
          Afficher/Masquer

          Voilà, si on fait tout ça, on créé un choc qui, à mon sens, rend très très très difficile la réaction sociale que vous craignez.”

          Lucide quand sur la résistance que peut opposer le peuple. Qu’il se rassure, plus l’oppression va grandir, plus je lui conseille d’avoir peur. Plus les français crèveront la dalle, plus vite ils comprendront l’ultime nécessité de se bouger face à cette imposture.


        • Subotai Le 19 janvier 2017 à 23h59
          Afficher/Masquer

          La 6e République, pour commencer, c’est déjà ça…


  3. Nerouiev Le 19 janvier 2017 à 05h22
    Afficher/Masquer

    Complètement rétrograde, je croyais qu”il engueulerait les patrons pour leur demander d’être plus créatifs dans un monde qui, par la force des choses, n’aura pratiquement plus de croissance. C’est avant tout d’une autre race d’entrepreneurs que nous avons besoin, et non pas de lois pour continuer à les protéger sans retour sur investissement.


    • caliban Le 19 janvier 2017 à 22h23
      Afficher/Masquer

      “une race d’entrepreneurs” ?

      Cela fleure bon son racisme de classe libéral (on n’est plus à un paradoxe près :))

      Je ne suis pas certain qu’on ait tant besoin d’entrepreneurs pour avancer. On a besoin d’une meilleure répartition des richesses, de justice.

      Sans le rétablissement du Droit, nous nous enfoncerons dans la gouvernance par le nombre, pour reprendre la formule d’Alain Supiot.
      https://www.franceculture.fr/emissions/les-cours-du-college-de-france/du-gouvernement-par-les-lois-la-gouvernance-par-les-8

      Je conseille vivement l’écoute de ces émissions. J’ai l’impression que ce monsieur à TOUT compris.


  4. Gglosmahnificos Le 19 janvier 2017 à 06h22
    Afficher/Masquer

    Génial les 3 minutes avec la petite anxiogène musique qui va avec, les sous titres vengeurs et explicatifs ( pour le cas où tu soit trop neu-neu pour comprendre….) le bandeau dessous ( regardez il est allé prêter allégeance, l’infâme!), c’est mesuré et de bon goût …..
    Moi, j’me dit, on à survécut a 20 ans de socialisme assassin, on peut bien tenter la potion du Docteur François, pour une fois qu’il y en as un qui promet pas de raser gratis. Pour une fois qu’il y en as un qui propose pas de faire la révolution … En sortant de chez Rotshiild!….


    • Alain Trépide Le 19 janvier 2017 à 10h52
      Afficher/Masquer

      Oui le gout est douteux, on se moque un peu de l’intelligence du spectateur.

      Sauf que rien, mais alors rien, n’indique que ce qu’il propose fonctionne, depuis plus de 20 ans que l’UE avance dans cette direction. C’est même l’inverse, même les analystes du FMI rétropédalent.

      [ pour une fois qu’il y en a un qui promet pas de raser gratis ]
      Le bon vieu sophisme: Si le médicament à un gout abject, c’est assurément qu’il marche! S’il est trop doux, il est inefficace.


  5. Dizalch Le 19 janvier 2017 à 06h36
    Afficher/Masquer

    Ahurissant… Stupéfiant… ce sont mes premières réactions… Vient ensuite comme une envie de diffuser cela “partout”, sur tout les supports possibles… pour que les gens sachent…
    Le risque? Que comme aux US, on est notre “Trump” à nous version féminine… et je vois déjà “la stupéfaction des médias”, “leurs cris d’orfraies”… “leurs tentatives de refaire l’élection”, etc. etc. Mais n’ont-ils rien compris à ce qu’il vient de se passer aux US?… N’apprendront-ils jamais?… Faut-il être à ce point “déconnecter des réalités des citoyens” pour tenir de tels propos?… surtout en ces périodes où de plus en plus de gens sont “laissés de coté” par leur “Fantastique Mondialisation”…
    Décidément, comment font-ils pour s’étonner après de la montée des “Populismes”?…
    Bonne journée si possible…


    • V_Parlier Le 19 janvier 2017 à 11h23
      Afficher/Masquer

      “Décidément, comment font-ils pour s’étonner après de la montée des “Populismes”?”
      –> C’est à un tel point que je me demande si tout n’est pas pré-convenu, des imaginations assez folles: Fillon se saborderait consciemment parce-que l’establishment aurait choisi Macron (qui, comme je l’écris ailleurs, fera les mêmes choses mais avec la politique étrangère du PS en prime). Pure supposition, l’autre possibilité étant que cette vidéo ne devait pas “fuiter”. On aurait donc du Macron-MLP au second tour, et dans le cas d’une issue “à la Trump” ils vont s’étonner, donner des leçons, refaire le monde…


  6. DUGUESCLIN Le 19 janvier 2017 à 06h41
    Afficher/Masquer

    Je ne suis qu’un petit français de base. Mais j’aimerais bien qu’il y ait un candidat qui roule pour moi, pour mes proches, pour mes amis, pour mon pays. Qui me rende ma souveraineté. Qui me rende fier d’être français.


    • DUGUESCLIN Le 19 janvier 2017 à 08h36
      Afficher/Masquer

      Nous espérons un vrai chef d’état, qui défend les intérêts de la France et des français. Nous sommes las des administrateurs dont le rôle est de soutenir la globalisation, l’ordre mondial et sa gouvernance, qui n’ont que faire des peuples. Ces administrateurs qui font du sociétal au lieu de faire du social, qui font du financiérisme au lieu de faire de l’économie, qui font du culturalisme au lieu de la culture, qui font de l’échangisme au lieu du partenariat, de la gouvernance au lieu de gouverner pour nos intérêts etc..la liste n’est pas exhaustive.


      • Catalina Le 19 janvier 2017 à 16h30
        Afficher/Masquer

        Pourquoi toujours désirer un chef d’état ?
        faisons comme en Suisse, ensuite, c’est à eux de faire leur travail( pour lequel ils postulent très très motivés, surtout qu’ils ont l’impunité totale…en France) pour trouver des terrains d’entente et des compromis, ils sont payés pour ça non ?


      • Jean-Luc Le 19 janvier 2017 à 16h36
        Afficher/Masquer

        Peut-être existe-t’il une personne compétente et honnête.
        J’ai découvert, il y a quelques mois une personne, apparemment bannie des grands médias (tiens, tiens !).
        J’ai trouvé sans chercher vraiment, sur youtube, des vidéos de François Asselineau qui m’ont interpellé.
        A vous de voir…
        du coup, j’ai renouvelé ma carte électorale avec un fol espoir.
        Naïf ? peut-être mais j’avais moi-même, étrant à la retraite, déja consulté un grand nombre de sites d’information diverses, de tous bords idéologiques.
        Toutes mes analyses et conclusions sur les causes de l’état actuel du monde se sont trouvées confortées et argumentées dans les propos de ce monsieur.


      • Teejee Le 19 janvier 2017 à 18h33
        Afficher/Masquer

        “Nous espérons un vrai chef d’état, qui défend les intérêts de la France et des français.”
        Si aucun contre-pouvoir, aucun texte de loi, aucune institution ne garantit que ce chef d’état défendra les intérêts de la France et des français, pourquoi vouloir encore un chef de l’Etat ?


    • Kamfrenchie Le 19 janvier 2017 à 10h32
      Afficher/Masquer

      On est en droit de douter de la sincérité de Mélenchon, vu ses ambiguïtés sur l’UE. Tsipras français ?


  7. Ardéchoix Le 19 janvier 2017 à 08h02
    Afficher/Masquer

    “Fillon devant les patrons” Non non et re-non, simplement devant une race de patrons du cac40.
    Devant les artisans, commerçants et patron de pme, ce gars y fait pas 5 minutes .


    • Fabrice Le 19 janvier 2017 à 12h47
      Afficher/Masquer

      Exact je dirais même que les membres de son audience sont majoritairement des salariés (certes pas ordinaires) qui n’ont rien à perdre dans la société qu’ils gèrent peu importe pour eux la pérennité de l’entreprise du moment qu’ils assurent à court terme les profits dégagés par les actions et qu’ils soient assurés que leur rémunération augmentent d’année en année.

      Peu importe que les sociétés gérées soient pérenne ou assurent une viabilité de leur environnement économique.


  8. Jean-Paul B. Le 19 janvier 2017 à 08h45
    Afficher/Masquer

    Fillon c’est la Droite “européïste”, UDI-Le Centre-Modem c’est le “centre “européïste”, P”S”-EELV-PRG c’est la gôche “européïste”.
    Leur point commun: ils ont volontairement bradé la Souveraineté Nationale et chacun à leur manière, ils appliquent l’austérité “imposée” par la Commission Européenne.
    N’oublions jamais que ce sont les mêmes qui ont milité pour le Oui au référendum en mai 2005 et qui, pour contourner le Non majoritaire du Peuple Français à la constitution européenne, ont voté ensemble le traité de Lisbonne au Parlement pour nous l’imposer.


  9. jim Le 19 janvier 2017 à 09h35
    Afficher/Masquer

    Malheur! Ces élections de 2017 annoncent la nausée.

    Entre ces politiciens “classiques” de gauche ou de droite qui ne pensent qu’à entuber les Français et se distinguent par leur médiocrité leur archaisme et leurs collusions,

    et les fausses alternatives qui plomberaient chacune à sa manière le pays (FA, MLP, JLM, …) en en accentuant les travers intrinsèques ou en déviant vers des extrêmes peu ragoutants,

    il ne reste que l’espoir d’un peuple français qui dans un sursaut de génie dont il a déja montré être capable envoie balader tous ces “machins”, et invente une sortie des crises.


    • Catalina Le 19 janvier 2017 à 16h33
      Afficher/Masquer

      en changeant d’échelle, on a, nous aussi, comme aux usa, le choix entre la peste et le choléra puisque les représentants des partis qui nous intéressent sont tous coincés sous le plafond en verre armé de la caste iounguelideursriste.


  10. Raoul Le 19 janvier 2017 à 09h41
    Afficher/Masquer

    Merci à monsieur Fillon de donner un programme clair, même s’il n’était sans doute pas destiné à être rendu public. Ça c’est de la droite décomplexée ou je ne m’y connaît pas ! C’est parfait car, maintenant, ceux qui choisiront de voter pour lui sauront précisément ce qui les attend et n’auront pas l’excuse de dire qu’ils ont été trompés.

    Il est un peu neuneu ce Fillon ou alors, au contraire, c’est un génie. Pourquoi ? Parce que je ne vois pas comment on peut gagner avec un programme comme celui-ci. Mais, il a peut-être raison, après tout. Les français sont sans doute masochistes ou alors ils ont tellement altruistes qu’ils sont prêts à se sacrifier pour enrichir encore plus les plus riches.


    • Jules Le 19 janvier 2017 à 15h34
      Afficher/Masquer

      Raoul, masochistes ou altruistes les français… je ne sais.

      Ce que je sais, c’est qu’on ne peut faire l’impasse sur trente années, au moins, de bourrage de crâne, par tous les tuyaux de la propagande (presse et médias audios, experts, université, grandes écoles, Cour des Comptes etc etc…) 1/ en faveur des “Réformes, des Réformes, des Réformes”, 2/contre les dépenses forcément “excessives” ou “improductives” de l’État, 3/ contre les “parasites” qui profitent du système (CMU, Allocs-Chômage etc) 4/ en faveur d’une politique de l’offre quasi exclusive… C’est à dire en faveur de la doxa néo-libérale.

      Pensez-vous qu’il n’y a aucune corrélation entre ce bourrage de crâne et le maintien en place, alternativement, des deux grands partis de “gouvernement” ?


      • Raoul Le 19 janvier 2017 à 16h36
        Afficher/Masquer

        Je ne pense pas que les français soient masochistes ou altruistes, mais ils sont évidemment bien mal informés.

        Mais, en plus, tout, dans le système, est conçu pour restreindre notre choix à une fausse alternative. Le Front national est utilisé comme repoussoir pour maintenir au pouvoir soit le parti de droite, soit le PS qui, depuis longtemps, n’est plus de gauche et même plus au centre.

        On multiplie aussi les « petits partis » qui permettent d’éliminer plus sûrement des partis dérangeants. On complique la tâche de ces derniers en changeant les règles du jeu, par exemple sur les 500 signatures (je n’ose pas imaginer les pressions que doivent subir les maires en ce moment, ce qui fait que beaucoup refusent de parrainer quiconque).

        Le bourrage de crâne a donc son rôle, mais le système est réellement verrouillé par diverses techniques. Et, quand bien même un outsider arriverait au pouvoir, il se pourrait fort bien que ce soit encore un piège (voir ce qui s’est passé en Grèce).


  11. christian gedeon Le 19 janvier 2017 à 09h50
    Afficher/Masquer

    Bof…Fillon n’a jamais caché ses positions économiques… et franchement travailler plus,dans un grand nombre de cas,notamment dans certaines fonctions publiques,paraît indispensable. A l’hôpital,dans la police,dans la gendarmerie,entre autres,les fonctionnaires ne comptent plus leurs heures depuis longtemps,dans un indifférence générale. Pendant que dans d’autres secteurs publics et para publics,c’est la brasse coulée.Mais bon,j’aimerais quand même bien comprendre comment il faut travailler plus en général,et prendre sa retraite de plus en plus tard,quand le premier job non précaire arrive vers 28 ans,et que travailler après 50 ans,si par malheur on a perdu son job,relève du miracle…la contradiction est évidente.


  12. PatrickLuder Le 19 janvier 2017 à 10h07
    Afficher/Masquer

    Oui, fantastique, ce François Fillon, c’est le premier candidat qui dévoile son programme de manière claire et explicite. Mieux vaut une telle franchise que toutes les courbettes du monde !

    Ceci dit, n’est-t-il pas révolu, le temps ou des pays entiers voient leur destinée liée à un seul homme, destinée qui change de tout au tout tous les cinq ans ???


  13. Fritz Le 19 janvier 2017 à 10h40
    Afficher/Masquer

    Merci. Concernant les réformes territoriales, je proposerais que les mêmes conseillers siègent tantôt au niveau départemental, tantôt au niveau régional, ce serait une première simplification. Et si vraiment il fallait abandonner l’un des deux échelons, j’abandonnerais l’échelon régional, qui a perdu sa justification première : coordonner l’aménagement du territoire, dans le cadre d’une économie pilotée par l’État.

    En tous cas, j’abandonnerais l’échelon régional dans le cas des DOM, et je reverrais la réforme des régions. Réunifier la Normandie, d’accord, mais inventer les monstres “Hauts-de-France” ou “Nouvelle-Aquitaine”, non !

    Enfin, j’abandonnerais avec joie un échelon de trop : l’Union européenne.


  14. Gonzo Le 19 janvier 2017 à 10h45
    Afficher/Masquer

    Mercredi 9 mars 2016, Fondation Concorde

    Fillon répond à la question de didier Maisto, président de sud radio, dir gen de fiducial media. à 10min38
    question: vous parlez de discours de la méthode, je rappel quelque chiffre brièvement, 13M de français travail dans le service public concurrentiel, moins de 8% des français sont syndiqués, y comprit le service public.
    Ma question est simple: nous savons tous ce qu’il faut faire, est ce que vous allez le faire? est ce que vous allez remettre en cause le monopole des central syndical? qui décennie après décennie conduisent le pays dans le mur et sont allergique au travail.

    en lui même cet extrait vient en 15min28 fini en 18min37 soit 189sec sur l’extrait proposé ici de 150sec sur fond musical grave.

    fin en 19min34 donc intervention complète de 9min total question incluse en 536sec.

    Curieuse façon de procéder sur cet article.
    source
    https://www.youtube.com/watch?v=iaaEICTmebs#t=638
    http://fondationconcorde.com/?p=2204


    • Gonzo Le 19 janvier 2017 à 13h30
      Afficher/Masquer

      absolument, et je me suis bien gardé de commenter, pourtant je note que cette réponse est faite au DG de sud radio, ensuite, et vu cette parfaite explication des détails chronologique, je remarque que personne ne fait de lien entre c’est 2 personnes, soit presse et politique à minima.

      de même qu’au diner du siècle.

      ou encore junker et sa démission il y a 2j. (dsl pour la digression)


  15. V_Parlier Le 19 janvier 2017 à 10h46
    Afficher/Masquer

    J’espère que vous ne pensez pas à Macron, car il n’y aura aucune différence sur ce point de vue, Fillon étant quant à lui “trop” bavard pour attendre les élections. Et oui, l’euro fort et le libre-échange avant tout et les “réformes” apprpriées dans toute leur splendeur, avec en face de ça: “Le revenu universel”… Nous sommes vraiment mal barrés si on s’en tient aux partis “homologués”.


  16. christian gedeon Le 19 janvier 2017 à 10h51
    Afficher/Masquer

    Je suis très fier de dire que notre maire,femme oh combien,et d’un caractère bien trempé,m’ a engueulé la première fois que je l’ai appelée madame la maire…la réponse a été cinglante. Madame,oui,mais “le maire”… et pourtant je peux vous garantir qu’elle est intransigeante sur les droits de femmes et c’est le moins qu’on puisse dire…


  17. reneegate Le 19 janvier 2017 à 10h56
    Afficher/Masquer

    Le rêve de la droite (PS compris), imposer les lois au parlement, casser les acquis sociaux et diminuer les impôts des plus riches. Ce n’est finalement que le programme de Hollande mais sans retenue et donc encore plus catastrophique pour la population. La primaire de la droite a permis de révéler l’incompétence de ces hommes de pouvoir et si Fillon a été con sacré ce n’est pas pour rien. Son problème est que? si les français ne sont pas idiots? ils n’ont aucune raison de voter pour lui puisque son programme est appliqué peu ou prou depuis 1980 et les résultats sont déplorables. Il fait donc le pari qu’ils le sont. A VOIR DONC 😉


    • Catalina Le 19 janvier 2017 à 16h36
      Afficher/Masquer

      “Le rêve de la droite (PS compris), imposer les lois au parlement, casser les acquis sociaux et diminuer les impôts des plus riches. ”
      C’est plus un rêve ! c’est notre réalité ! reneegate, enfin ?
      …….
      ;O)
      On a perdu 100 ans de droits du travail. On ne le voit pas encore mais cela sera une catastrophe pour le peuple. Aussi bien ceux de maintenant que ceux de demain”, mais je serai “ceux de demain, la révolution serait en cours. 😉 ) ils construisent eux aussi leur destin comme nous avons construit le notre.


  18. Macarel Le 19 janvier 2017 à 11h50
    Afficher/Masquer

    Vivement l’arrivée du nouveau François à L’Elysée, car lui va produire l’électrochoc nécessaire au redressement de la France. Ce pays de fainéants, ce pays d’assistés, ce pays plombé par un héritage révolutionnaire égalitariste, ce pays gangréné par l’anti-libéralisme économique , ce pays qui a eu l’outrecuidance de raccourcir un bon roi, ce pays qui a osé séparer l’Eglise catholique de l’Etat (et les autres bien sûr). Bref un pays qui fait tâche dans le cadre de la mondialisation heureuse.
    Avec ce nouveau François, enfin la France va rentrer dans le rang. La France ne sera plus la France, mais elle sera enfin intégrée au nouvel ordre mondial, des bilderbergs, de la Trilatérale, et autre organisations de gouvernance mondiale. La France ne sera plus un pays, mais enfin une marque, comme Nike, Adidas, ou Carrefour.
    Les français seront enfin libérés du lourd fardeau de la citoyenneté, et pourront enfin être seulement des consommateurs/producteurs. Producteurs, seulement s’ils travaillent dur, et de préférence s’ils sont auto-entrepreneurs, car seul l’entrepreneur crée de la richesse.
    La France sera débarrassée de ces centaines de milliers de fonctionnaires qui ne font que creuser les déficits du pays. A quoi bon des fonctionnaires d’ailleurs, car le pays sera devenu une entreprise parmi d’autres, tout comme les USA avec Trump.


  19. BA Le 19 janvier 2017 à 12h57
    Afficher/Masquer

    [lien donné en commentaire d’un autre article]
    Fillon, c’est Macron.

    Macron, c’est Fillon.

    Macron et sa discrète baisse de 100 milliards d’euros des dépenses publiques.

    En août 2015, Emmanuel Macron proposait de les ramener à 50 % du PIB à l’horizon 2022. Soit ce que propose aujourd’hui François Fillon…

    http://www.lepoint.fr/presidentielle/macron-et-sa-discrete-baisse-de-100-milliards-d-euros-des-depenses-18-01-2017-2098249_3121.php


  20. redge Le 19 janvier 2017 à 12h58
    Afficher/Masquer

    @G.

    1/ toutes les vidéos, textes, paroles sont orientés…..
    2/ Qui paye sa campagne électorale? Les français ou les types a qui il parle dans cette vidéo?
    3/ Mentir aux électeurs, il ne risque pas grand chose. Par contre mentir aux auditeurs patron de journaux, télé, radio et autres médias aurait bien d’autre conséquence pour lui.

    Bon vote…


    • JC Le 19 janvier 2017 à 19h19
      Afficher/Masquer

      2/ Qui paye sa campagne électorale? Les français ou les types a qui il parle dans cette vidéo?

      Si il fait plus de 5% des votes et que ses comptes de campagne sont validés à priori c’est l’Etat qui paye si je ne me trompe, donc tous les contribubles en somme. On est pas au USA ici …


  21. Jean-Paul B. Le 19 janvier 2017 à 13h35
    Afficher/Masquer

    @G.
    Je vous recommande respectueusement de prendre connaissance du programme de M.Fillon (si vous le trouvez!) et de traduire les mots “techno” par des mots compréhensibles par tous, en particulier ceux utilisés pour parler de l’assurance maladie (la Sécu), le droit du travail ou la retraite et vous verrez ensuite si vous conservez le même point de vue sur le personnage.


  22. YK29 Le 19 janvier 2017 à 15h33
    Afficher/Masquer

    Sauf que l’austérité à des effets assez marrant comme creuser la dette :).

    Puis bon la dette c’est pas trop un problème. Le problème c’est quand elle est détenu par des étrangers.


    • Julien Le 19 janvier 2017 à 15h45
      Afficher/Masquer

      Allez en parler aux générations futures, celles à qui on va demander de subir les conséquences de cette dette..


      • Catalina Le 19 janvier 2017 à 16h39
        Afficher/Masquer

        et nous ? Julien, croyez-vous que nous ne subissons pas les conséquences de cette dette ?


        • Julien Le 19 janvier 2017 à 21h46
          Afficher/Masquer

          Évidemment, nous aussi.
          Sauf que nous on a la possibilité de la voter: tous les ans les budgets sont votes en assemblée. Et tous les ans ils sont en déficit depuis des années.
          La génération d’apres, elle, va subir des dettes qu’elle n’aura jamais voté.

          Finalement, la dette, c’est juste un impôt différé sur les générations suivantes.


      • Macarel Le 19 janvier 2017 à 16h41
        Afficher/Masquer

        La pire des dettes c’est la dette écologique et environnementale. Car celle-là aucun jubilé, aucune révolution ne pourra l’annuler (car bien des dégradations sont irréversibles). C’est bien la pire que nous allons léguer aux générations montantes.
        L’argent c’est une création symbolique de l’esprit humain, qui certes permet des effets négatifs biens réels (lorsque l’on coupe les vivres à un pays comme la Grèce par exemple).
        L’argent est un artefact social, l’expression d’un rapport de force entre les détenteurs du pouvoir de frapper monnaie et ceux qui doivent utiliser cette monnaie dans leur vie quotidienne. Par contre les pollutions radioactives de Tchernobyl, de Fukushima, la dissémination dans l’environnement de maints produits chimiques agressifs, le réchauffement climatique, la perte de la diversité des espèces, etc… Toutes ces choses ne relèvent pas du symbolique, mais du concret, du matériel. Autant le rapport de force peut changer dans une société (suite à une révolution par exemple), autant l’on ne peut revenir en arrière lorsque les radionucléides se sont échappés d’un réacteur, ou lorsque des effets de seuil font basculer la machine climatique dans de nouveaux modes de fonctionnement, ou que les perturbateurs endocriniens se sont disséminés un peu partout.


  23. gendan Le 19 janvier 2017 à 16h31
    Afficher/Masquer

    Après ça, je suis sûre de ne pas voter François Filon. Il est dangereux cet homme !!


    • Macarel Le 19 janvier 2017 à 16h55
      Afficher/Masquer

      Au moins reconnaissons à Fillon, qu’il a le courage de ses opinions. Ce n’est pas comme certains “focialistes” qui proclament la main sur le coeur : “Mon ennemi c’est la finance”, et qui une fois élus courent à la City ou à Wall Street pour dire aux financiers de ne pas s’inquiéter.
      Si Fillon est élu en mai ce sera en connaissance de cause, et il ne faudra pas venir pleurnicher des coups de bambous qu’il infligera à not ‘ bon peuple gaulois.
      Si vous êtes sur la gauche (vraiment de gauche) de l’échiquier politique, je ne vois pas d’autre vote utile que Mélenchon.
      Mélenchon est symétriquement clair sur son programme par rapport à Fillon. Tous les autres sont des enfumeurs, pêcheurs de voix en eaux troubles, illusionnistes de foire, que ce soit le FN, Macron, ou les candidats du P”S”


  24. step Le 19 janvier 2017 à 18h13
    Afficher/Masquer

    Ce qui est fascinant c’est surtout le non respect du principe démocratique. L’élection est un moyen pour faire passer un programme au service d’intérêts particuliers et privés. Que les moyens relèvent du fait du prince ne posent pas non plus du problème, que la population soit écartée de toute expression sur le sujet encore moins. Il y a même explicitement une volonté de diversion.

    L’art de la guerre contre le peuple.


  25. Olysh4 Le 19 janvier 2017 à 19h15
    Afficher/Masquer

    T. Piketty propose la création d’une chambre parlementaire européenne afin que soient représentés tous les courant politiques de chaque pays européen lors de l’élaboration de la politique économique de l’Europe; plutôt que de laisser faire les seuls ministres de l’économie des pays européens, comme c’est le cas actuellement.

    La création d’une chambre parlementaire européenne permet de redonner de la légitimité démocratique à la politique économique qui est appliquée et de mieux représenter les différents intérêts des pays européens.

    Ça me semble quand même un projet plus rassurant et à plus longue vue que celui qui consiste à “retrouver ma souveraineté” pour “me rendre fier d’être français”.


  26. Evan Le 19 janvier 2017 à 19h58
    Afficher/Masquer

    En tout cas sa campagne commence mal.Dans la presse on laisse entendre que François Fillon s’apprête à devenir l’un des plus grands losers de l’Histoire de France.A croire que tous les coups sont bons pour nous vendre le candidat du système macron


  27. fanfan Le 19 janvier 2017 à 20h29
    Afficher/Masquer

    Fillon-de Castries : vers une “Gouvernance” Bilderberg ?
    En cas de victoire finale de Fillon, certains médias parlent de l’éventualité de l’attribution d’un ministère à Henri de Castries (président du comité de direction du Groupe Bilderberg depuis 2012) pour bons et loyaux services. Bercy et même Matignon ont été évoqués comme autant de portefeuilles potentiellement réservés par le présidentiable pour son ami financier. L’attribution du ministère des Affaires étrangères a également été suggérée.
    http://www.cercledesvolontaires.fr/2016/12/07/fillon-castries-gouvernance-bilderberg/


  28. Etienne2 Le 19 janvier 2017 à 21h07
    Afficher/Masquer

    “Qui ne dit mot, consent”: ce qui me fait peur, c’est que vous avez raison: pas de baratin!
    Petit aperçu de son pedigree, à chacun de voir…mais la messe et le pain est dispensé d’avance.
    Il a consenti le père Fillon et pas un mot sur la police politique,ils ont prévu des arrières.
    Donc votez “blanc” ou abstenez-vous, ils ont tout verrouillé; c’est leurs élections pas celle de la démocratie;
    c’est la seule solution et qu’ils partent loin très loin,car il y a tout ce qu’il faut dans ce pays pour vivre tranquille mais ils ont dit “non” envers et contre tout.


  29. Charles-de Le 19 janvier 2017 à 23h38
    Afficher/Masquer

    Travailler plus, pour être PLUS TAXé en faveur des parasites ? Non, merci !


  30. Cédric Le 20 janvier 2017 à 08h26
    Afficher/Masquer

    le pire, c’est que y’a des tas de pauvres qui vont voter pour ça. que des vieux rentiers le fassent, je le conçois, l’égoïsme peut se faire toute la semaine et on va à confesse le dimanche , mais que des pauvres votent pour lui, ça me laisse pantois.


    • V_Parlier Le 20 janvier 2017 à 15h21
      Afficher/Masquer

      Ben… il faut dire qu’ils savent que le reste des partis homologués (PS/Macron/divers-centres) appliqueront exactement les mêmes mesures. Ils espèrent peut-être simplement que Fillon sera plus ferme côté sécurité, à défaut de voter plus “dur” ou de tenter, côté social, un Syriza bis. Je ne dis pas que c’est la bonne solution mais ça s’explique.


  31. moshedayan Le 21 janvier 2017 à 21h26
    Afficher/Masquer

    Soit j’ai omis un commentaire, mais personne n’a relevé “c’est une forme de blitzkrieg” a dit Fillon en parlant de ses réformes juste après son élection comme président…
    B L I T Z K R I E G social voilà le programme de M. Fillon, n’est-ce pas honteux d’avoir employé ce terme ou même symptomatique. Dans ce dernier cas, cet homme politique propose la DEFAITE du peuple français (voire son asservissement) face à l’UE de Merkel. Donc merci à la référence de juin 1940. Quand on voit les propos délirants qui courent dans ce pays, sur l’élection de Trump, Poutine, Syrie et autres sujets encore, on se dit qu’en effet : nos élites préparent le pays à ce qu’il se prenne une raclée phénoménale !!! Triste trahison (comme en 1940 cf . Marc Bloch la Défaite de 1940…)


Charte de modérations des commentaires