Source : Opacity, le 22/11/2016

Ne croyez rien de ce que vous entendez, une partie de ce que vous lisez, la moitié de ce que vous voyez

Quand Pasquale Cirillo et moi-même avons examiné les comptes-rendus historiques de guerres pour notre analyse statistique sur la violence, nous avons découvert d’importantes lacunes – les gens prennent les chiffres pour des vérités, bien que de nombreux rapports aient été fabriqués. De nombreux historiens, “scientifiques” politiques et autres tombent dans le piège puis en arrivent à écrire des livres. Par exemple, nous avons découvert que l’amuseur scientifique Steven Pinker basait son analyse sur la sévérité de la rébellion An Lushan sur une mauvaise surestimation – le nombre réel de pertes pourrait être abaissé d’un ordre de grandeur. La majeure partie de la thèse de Pinker sur la chute dans la violence dépend d’un passé encore plus violent ; cela a été plus tard discrédité (la thèse est bancale n’importe comment, comme les affirmations générales de Pinker entrent en conflit avec les données statistiques qu’il produit). Peter Frankopan, dans son magistral “The Silk Roads” (Les Routes de la Soie) semble cerner la question : les estimations de victimes des invasions mongoles ont été gonflées, car leurs comptes exagéraient la dévastation pour intimider les adversaires (le propos de la guerre n’est pas tant de tuer, que de soumettre). Notre principale explication technique est ici.

1-s2gfvnrk6bxlhxje9occw

Mais ce ne sont pas juste les idioties de Steven Pinker : les chiffres de nombreuses guerres semblent sortir de nulle part. Des journalistes citent quelqu’un à une conférence ; ça suit son chemin au Monde ou au New York Times et ce chiffre devient LA référence pour les prochaines générations. Dans notre tentative de bâtir une méthode rigoureuse d’historiographie quantitative, nous avons conçu des techniques de robustesse statistique : elles consistent à “bootstrapper” [https://fr.wikipedia.org/wiki/Bootstrap_(statistiques), NdT] des histoires du passé considérant le passé comme une réalisation entre l’estimation la plus basse et la plus haute possible, produisant des dizaines de milliers de “chemins historiques” et d’évaluer la “robustesse” comme un élément pour modifier le tout. Plus déprimant, nous n’avons trouvé aucun historien qui se soit préoccupé de faire un semblable travail de nettoyage ou de vérification de robustesse – cependant, voilà, l’outil statistique est là pour servir.

Cela m’a frappé que je doive examiner le nombre de réfugiés Syriens estimés au Liban – ici encore les chiffres volent dans tous les sens sans beaucoup de rigueur, se gonflant de rapport en rapport. Mais on peut évaluer le biais : ils sont potentiellement surestimés (comme Amin Maalouf l’a commenté, le mécanisme du téléphone arabe rend les gens plus enclins à augmenter le nombre pour obtenir plus d’attention). D’ailleurs, dans une commune du Liban, on m’a dit que le nombre de réfugiés réel, bien qu’important, était considérablement inférieur à celui utilisé par les bureaucrates des Nations Unies. Mon sentiment est que le vrai nombre est environ le tiers de ce qui a été publié. Alors que cela est très optimiste pour le Liban (il devrait y avoir moins de réfugiés qu’ils le prétendent, donc nous ne devons pas nous inquiéter autant pour la stabilité de la région), ce n’est pas bon pour l’économie et les financements des agences de l’ONU, et le style de vie de leurs bureaucrates.

A présent, l’estimation raisonnable des victimes de la guerre syrienne. On a parlé d’un demi-million de morts en Syrie. On a aussi entendu parler du grand nombre de “tués” par Poutine, Assad, et La Grande Catherine (qui est arrivée pour harceler les Ottomans du Levant après son invasion de la Crimée). C’est facile de vérifier que la plupart des informations que l’on a sur le “boucher” de Damas sont suspectes : des agences de communication de Washington et de Londres financées par des Saoudiens-Qataris ont montré des signes évidents d’hyperactivité. Tout comme le nombre des hôpitaux d’Alep-Est là où est basé al-Qaïda (et d’où ils bombardent les civils dans les autres parties de la ville), pareil pour le nombre d’hôpitaux par habitant ici qui me semble être plusieurs fois la moyenne par rapport au reste du monde (tous les jours on apprend que les Russes ont détruit un autre hôpital, encore que le porte-parole du Département d’État John Kirby n’a pu donner un seul nom ou adresse des cinq hôpitaux dont il parlait juste avant). Je vois les propagandistes et les apologistes d’al-Qaïda comme Charles Lister (à l’Institut du Moyen-Orient fondé par les salafistes) jeter des chiffres qui seront repris – oui, des idiots citeront des chiffres venant du propagandiste d’al-Qaïda Charles Lister, et qui finalement pourront être cités ensuite par un journal honorable, et donc rester gravés pour la postérité. J’ai une fois vu un journaliste américain sérieux (“expert de la Syrie”) poster sur un réseau social des scènes macabres comme témoignage des meurtres d’Assad : la photo des “enfants victimes d’Assad en train de mourir” a été vraisemblablement prise en Lybie quatre ans auparavant ; il apparut que cette photo a été “mise en avant” par une agence de communication financée par les Qataris. Sa réaction a été inexcusable : “Ne pensez-vous pas que Assad soit capable de tels crimes ?”

Ne croyez rien de ce que vous entendez, une partie de ce que vous lisez, la moitié de ce que vous voyez, c’est un vieil adage de commerçant. En tant que commerçant et statisticien/mathématicien, j’ai appris à prendre les données au sérieux, à ne croire les chiffres de personne, et à éviter les gens assez naïfs pour engager une politique basée sur des images de destruction épouvantables, mais discutables : la fausse image d’un enfant mourant est quelque chose que personne ne peut remettre en cause sans passer pour un salaud. En tant que citoyen, je demande que le terme de “meurtrier” soit déterminé par une cour de justice, pas par des organisations financées par les Saoudiens – une fois que quelqu’un est appelé meurtrier ou boucher, les jeux sont faits. Je ne peux pas croire que les gouvernements et les bureaucrates puissent être si stupides. Mais ils le sont.

Note: Personne ne peut prétendre que je sois un apologiste d’Assad. Assad a explosé notre maison a Amioun en 1982 quand mon grand-père, en tant que membre du parlement, a voté pour Bashir. Mais je surmonte ma rancœur personnelle pour jeter un regard scientifique et humaniste : le Jihad Islamiste Sunnite est beaucoup trop dangereux pour laisser ma rancune se mettre en travers du chemin.

PS: Il apparait que le bilan réaliste du soulèvement du Hama par les Frères Musulman en 1979-1982, habituellement accusé d’avoir causé entre 30 000 et 40 000 victimes, pourrait en avoir causé environ 2000. Plus grave, le gonflement mystérieux de l’estimation s’est installé au cours du temps sans nouvelle information. (Données des rapports déclassifiés produites par Sharmine Narwani.)

PPS: Bill Clinton, alors président, avait fait une déclaration en 1999, au sujet des victimes en Bosnie, Serbie et Croatie comme étant autour de 250 000 morts : au moins deux à trois fois le nombre total de l’estimation supérieure en cours. Mais l’inflation de Clinton devint dingue quand il fut question du Kosovo : sur les 100 000 Kosovars disparus, seulement 3000 à 5000 ont vraiment été des victimes. Pourtant il a bombardé l’endroit et diabolisé les Serbes sur la base de cette information. Il est à noter que les agences de communication financées par les Saoudiens furent également actives sur le Kossovo.

Source : Opacity, le 22/11/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

21 réponses à La Syrie et les statistiques de la guerre, par Nassim Nicholas Taleb

Commentaires recommandés

Xavier Le 18 janvier 2017 à 07h44

Un certain président de CG qui deviendra peu de temps après ministre du redressement annonça il y a qq années la venue d’Amazon dans son département et la création, relayée en fanfare par les médias, de plus de 1000 emplois (…)

Au final c’est entre 30 et 50% qui furent créés.

Au royaume de la communication, l’effet, la réaction sont rois, la réalité et la réflexion n’ont aucune importance.

Et ensuite on parle de populisme…

  1. relc Le 18 janvier 2017 à 06h36
    Afficher/Masquer

    « la thèse de Pinker sur la chute _dans_ la violence dépend d’un passé encore plus violent »

    lire :
    « Une grande part de la thèse de Pinker sur la chute _de_ la violence suppose que le passé était plus violent »
    “Much of Pinker’s thesis of _ drop in violence_ depends on the past being more violent;”

    Steven Pinker, professeur de psychologie à Harvard, écrit des articles comme celui-ci : « le déclin de la guerre et de la violence » ( http://www.bostonglobe.com/opinion/2016/04/15/the-decline-war-and-violence/lxhtEplvppt0Bz9kPphzkL/story.html?event=event25 )

    ================
    « Sa réaction a été inexcusable »

    lire :
    « elle n’a pas daigné présenter la moindre excuse dans sa réponse »
    ” Her reaction was unapologetic ”

    ==================
    N.B. pour la brigade des bonnes mœurs s-Catalina : j’ai donné des réponses

    http://www.les-crises.fr/il-y-a-plus-dune-verite-a-raconter-dans-la-terrible-histoire-dalep-the-independent/#comment-407507

    http://www.les-crises.fr/il-y-a-plus-dune-verite-a-raconter-dans-la-terrible-histoire-dalep-the-independent/#comment-407508


  2. numaroumestan Le 18 janvier 2017 à 06h45
    Afficher/Masquer

    Les grands spécialistes en matière de mensonge et de trucage sont les sectes monothéistes. Il a fallu beaucoup de temps pour revenir sur les mensonges concernant les persécutions des chrétiens dans l’Empire romain. Puis on a eu la propagande sur l’inquisition, menée en grande partie par les sectes protestantes. Enfin, depuis le XX ième siècle nous subissons les mensonges et la propagande vétérotestamentaire. Dans la foulée, tout le monde suit. On vit désormais dans le mensonge généralisé. Et l’Europe retourne à l’obscurantisme pré-logique, pré-scientifique, ambiance dans laquelle la connaissance exacte disparait. D’ici peu, on ne sera même plus capable d’envoyer une fusée dans l’espace….


    • Perret Le 18 janvier 2017 à 08h25
      Afficher/Masquer

      Vous savez, en matière de trucage et de mensonge, les publications de propagande de la Convention révolutionnaire sont pas mal non plus et encore mieux la propagande du gouvernement bolchevick ou du pouvoir nazi. Si vous avez trouvé le gri-gri universel, grand bien vous fasse ! Mais il est tout de même plus sérieux de faire comme Olivier, qui balaye devant sa porte avant de reprocher aux autres de ne pas faire de même.


    • Fritz Le 19 janvier 2017 à 06h04
      Afficher/Masquer

      @numaroumestan

      Les sectes monothéistes, la propagande vétérotestamentaire, spécialistes du mensonge ?
      On vous a reconnu, Bernard N.


  3. Xavier Le 18 janvier 2017 à 07h44
    Afficher/Masquer

    Un certain président de CG qui deviendra peu de temps après ministre du redressement annonça il y a qq années la venue d’Amazon dans son département et la création, relayée en fanfare par les médias, de plus de 1000 emplois (…)

    Au final c’est entre 30 et 50% qui furent créés.

    Au royaume de la communication, l’effet, la réaction sont rois, la réalité et la réflexion n’ont aucune importance.

    Et ensuite on parle de populisme…


  4. Raoul Le 18 janvier 2017 à 09h41
    Afficher/Masquer

    Majoration monstrueuses des chiffres par ici (par exemple, nombre de morts causés par le méchant de l’époque), minoration des chiffres par là (par exemple, le nombre de chômeurs), la tricherie est généralisée.

    Et, si, avec l’arrivée des techniques statistiques, on pouvait espérer enfin y voir plus clair, c’est en fait l’inverse, ces techniques offrant de multiples moyens de tromper le profane, et même l’expert (voir les cas de tricherie reconnue dans les sciences).

    Il semble que la plupart des gens soient sans défense face aux chiffres. Il faudrait réellement donner dans les écoles les éléments de base permettant de développer l’esprit critique et de détecter les manipulations les plus grossières et les invraisemblances les plus évidentes. Mais il est douteux qu’on souhaite donner de telles armes défensives aux futurs citoyens.


    • groucho Le 18 janvier 2017 à 13h42
      Afficher/Masquer

      Je conseille vivement le bouquin de Normand Baillargeon (un pote à Chomsky), Petit cours d’autodéfense intellectuelle, Lux Éditeur, 2005.
      Son objectif est justement de démonter de manière claire et assez simple (pour l’essentiel) les mille et unes manières de truquer, entre autres les chiffres, et les indices qui permettent souvent, au moins, de suspecter le truquage…
      On peut le lire en ligne ici : http://olivier.hammam.free.fr/imports/auteurs/normand/cours1.htm


  5. Louis de Constance Le 18 janvier 2017 à 10h04
    Afficher/Masquer

    ” L’homme est menteur par nature” , en particulier l’homme de pouvoir : pouvoir politique,financier,journalistique, formant un Tout puisque tous ces pouvoirs sont liés et reliés et ce, depuis bien longtemps . Et nous , pauvres ” déplorables” et ” sans dents” , finalement, nous sommes perdus dans ce chaos de mensonges et de fausses vérités. Donc, nous votons pour des MLP, des Trump en tous genres. Cela ne sert à rien, on le sait, c’est juste pour le plaisir, car ça fout le bordel chez les ” élites”, l’Establishment ” qui a un peu la trouille quand même, cela ébranle leur arrogance, un peu, un tout petit peu, car ” allez savoir” … La subversion par les urnes devient une arme, dérisoire certes, mais finalemement bon marché et efficace contre l’arrogance des nantis, l’aristocratie sans excellence mais dotée d’une capacité d’enrichissements personnels et d’abrutissement des masses sans cesse renouvelée.


    • Geoffrey Le 18 janvier 2017 à 11h46
      Afficher/Masquer

      sauf que tout ça ne donne pas à manger ni ne chauffe les maisonnées…

      une Révolution doit se faire, pas s’attendre – l’espoir c’est bien, l’action, c’est mieux…

      mais sommes-nous devenus trop lâches ? l’immigration imposée nous libérera-t-elle de notre torpeur ?

      pourtant, on en voit du sang à la télé, l’idée que ce soit “pour de vrai” nous paralyse-t-elle ?

      Geoffrey, révolutionnaire : moi, je sais ce que je veux…


    • tachyon Le 18 janvier 2017 à 13h47
      Afficher/Masquer

      “…La subversion par les urnes devient une arme, dérisoire certes, mais finalemement bon marché et efficace contre l’arrogance des nantis, l’aristocratie sans excellence mais dotée d’une capacité d’enrichissements personnels et d’abrutissement des masses sans cesse renouvelée….”
      C’est ce que dit cet énervé à 3:50 … en anglais … sorry.
      https://www.youtube.com/watch?v=i3iKj28KqNg
      Tout y est : Clinton candidate des banques, des marchés, des sondeurs, du politiquement correct, des célébrités et plus à droite que May, Sanders évincé, électeurs de droite traités de racistes, sexistes…, débat interdit (la gauche a gagné la guerre culturelle), électeurs qui se vengent dans les urnes seul endroit où ils ne sont pas stigmatisés….


  6. Seraphim Le 18 janvier 2017 à 11h46
    Afficher/Masquer

    Ça me paraît à double tranchant, si j’ose dire, ce genre de scepticisme, passer de 100000 kosovars a 5000, diviser par 20…: y’en a qui pour une mise en cause moindre, passant de 6 millions à 4 millions, se sont fait drôlement sermonner!


    • Feubeuh Le 18 janvier 2017 à 14h13
      Afficher/Masquer

      Ne croyez rien de ce que vous entendez, une partie de ce que vous lisez, la moitié de ce que vous voyez.

      Le département d’état américain s’est appuyé, officiellement, sur le rapport de Carla Del Ponte fait le 10 Novembre 1999 au conseil de sécurité de l’ONU pour justifier l’engagement de l’OTAN au Kosovo.
      Dans ce rapport Del Ponte dit avoir reçu des informations portant sur 11 000 victimes dans 539 charniers. Ses services ont confirmés la présence de 2108 corps dans 195 des 539 charniers, et estime que les 334 contiennent probablement environ 6000 corps.
      Cependant elle précise que ce total ne compte pas 1/ les charniers qui ne sont pas connus, 2/ que le nombre précis de victimes sur la plupart des sites ne peut être determiné, 3/ et n’inclus pas les victimes dont les corps ont été brûles et entièrement détruits.
      Del Ponte indique également que les massacres ne représente qu’une partie de l’action des forces Serbes, qui ont expulsés 1 500 000 personnes de leur foyer.

      Voilà pour la position officielle, pas d’inflation dingue, non rien que la position officielle.


      • Fritz Le 19 janvier 2017 à 06h14
        Afficher/Masquer

        Sauf qu’un médecin légiste espagnol, Emilio Pérez Pujol, qui avait enquêté au Kosovo après le retrait de l’armée serbe en 1999, était formel : il n’a trouvé aucun charnier. Il estimait qu’environ 2500 civils avaient été tués durant la guerre.

        (Jon Swain, “Lost in the Kosovo numbers game”, The Sunday Times, 31 octobre 1999)

        Une bonne partie des victimes albanaises du Kosovo ont été tuées durant les bombardements de l’OTAN : c’est cette organisation charitable qui a provoqué l’expulsion des “Kosovars”, au moins en exacerbant la fureur des Serbes. Les réfugiés ont fui un chaudron, et ils n’étaient pas “1 500 000”, exemple-type d’inflation statistique.


      • raloul Le 19 janvier 2017 à 14h34
        Afficher/Masquer

        Bonjour!

        Vous mentionnez le rapport du 10 novembre 1999, pourriez-vous donner directement la source svp?
        Je rappelle que l’intervention de l’OTAN a commencé le 24 MARS 1999. Auparavant, la mission de vérification au Kosovo (KVM) fait état de 39 morts au total!!! Rapportez-vous aux avis du général Heinz Loquai, qui était un observateur sur place.
        L’immense majorité des violences ont eu lieu APRES l’intervention de l’OTAN!!!

        Ensuite, vous mentionnez le conseil de sécurité, mais il me paraît indispensable de rappeler qu’il n’y a eu aucun mandat du conseil de sécurité de l’ONU pour permettre l’usage de violence de la part de l’OTAN. Les dirigeants des pays occidentaux qui ont mené une guerre d’aggression auraient dû être mis en accusation pour crime de guerre.

        Enfin, les U.S.A. font tout pour empêcher une justice internationale impartiale, et pour dissuader d’autres pays d’adhérer au statut de Rome. Il ne faut pas intervertir bourreaux et victimes.


    • Astrolabe Le 18 janvier 2017 à 20h36
      Afficher/Masquer

      En 2016, la commission d’enquête de l’ONU chargée de ce dossier a déclaré avoir trouvé au Kosovo 2470 cadavres civils et non les 100.000 annoncés à l’époque pour susciter une intervention. C’est toujours trop, mais ce n’est pas la même chose.


      • Fritz Le 19 janvier 2017 à 08h47
        Afficher/Masquer

        Après avoir inspecté le Kosovo, le médecin légiste Emilio Pérez Pujol déclarait qu’il n’avait pas trouvé un seul charnier (The Sunday Times, 31 octobre 1999). Il estimait à 2500 le nombre de civils tués dans la province pendant la guerre.

        Par ses bombardements, l’OTAN a exacerbé la fureur des Serbes : elle est responsable au moins indirectement du flot de réfugiés “kosovars” qui ont sauvé sa propagande de guerre.
        Le Kosovo était devenu un chaudron. Quant au chiffre de 1 500 000 avancé par @Feubeuh, il est un bon exemple de chiffre-bidon jamais vérifié, ce genre de chiffre dénoncé par Nicholas Taleb.


  7. Dominique Le 18 janvier 2017 à 14h11
    Afficher/Masquer

    « Personne ne peut prétendre que je sois un apologiste d’Assad. Assad a explosé notre maison a Amioun en 1982 »

    Il n’aura échappé à personne que cet Assad est Hafez et non Bachar, ce dernier n’ayant pris ses fonctions qu’en 2000, dix ans plus tard. Ne pas donc prendre cet exemple comme une des actions de Bachar el Assad.


  8. Ovuef2r Le 19 janvier 2017 à 06h58
    Afficher/Masquer

    Il est à noter que minorités massacrées, membres de l’armée régulière ou policiers morts de la main des djiadhistes sont également à mettre sur le dos du dictateur :
    1) d’abord dans nos journaux elles sont toutes dans les décomptes des victimes du boucher,
    2) s’il était parti laissant son pays aux mains des rebelles modérés rien ne serait arrivé, on l’a vu en Libye, Irak et autres pays dictatoriaux libérés par nos amis grâce à notre aide discrète,
    3) il aurait été plus dur de les mettre à son bilan (quoique, au point où nous en sommes….).


  9. christian gedeon Le 19 janvier 2017 à 11h24
    Afficher/Masquer

    M. Taleb dit vrai… comme beaucoup de Libanais pour lesquels Assad père puis fils ont été des ennemis mortels,j’ai mis,moi aussi,ma haine et ma rancoeur de côté.Je n’ai pas pardonné et çà n’arrivera jamais. Mais une fois,la Syrie rentrée chez elle, elle est chez elle. Dans un premier temps,je n’ai pas honte de dire que je me suis réjoui des problèmes d’Assad,oh combien…çà n’a pas duré,et j’ai vite compris que l’offensive contre son régime que je honnis,était fondamentalement archi islamiste.Je lui reproche quand même un chose. De ne pas avoir compris les avertissements multiples que lui ont adressé les forces chrétiennes du Liban. Aujourd’hui,il est devenu la proie des islamistes sunnites fous,et l’otage des islamistes,moins fous,de l’Iran et du Hezbollah. Pauvres Syriens,si proches du Liban,et si loin de Dieu…Syriens,vous n’auriez jamais dû faire ce que vous avez fait au Liban.Le Liban est miel pour ses amis,et poison lent pour ses ennemis…!


  10. christian gedeon Le 19 janvier 2017 à 11h32
    Afficher/Masquer

    Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué,le train Serbe vers le Kosovo a été stoppé à la frontière…(sic!) kosovar!(et dont le gouvernement est tout de suite aller pleurer dans le giron de l’OTAN) L’armée serbe a été mise en alerte. peut-être est ce la première étape de quelque chose…ce qui me réjouirait grandement. le Kosovo,premier état ouvertement mafieux de création kouchnérienno-germano-otanienne,a probablement connu son zénith…Vive la Serbie,et vive le Kosovo Serbe. Le reflux des voyous est il amorcé? Souhaitons le.


  11. Julie Le 20 janvier 2017 à 10h27
    Afficher/Masquer

    A Mossoul, Palmyre et Deir el Zor ces jours-ci des gens sont pris en otages et dans le feu croisé, se font massacrer par des djihadistes, dans l’indifférence générale. Quel contraste avec les 4-5 surexcités Skype/Twitter d’Alep-Est. Mais sans valise satellitaire et un bon anglais, ces êtres humains n’intéressent pas nos médias.


Charte de modérations des commentaires