Les Crises Les Crises
12.octobre.201412.10.2014 // Les Crises

[Reprise] Etat islamique : 2 milliards de revenus contre 5 millions pour Al Qaïda…

Merci 9
J'envoie

Reprises de 2 articles de Bakchich et d’Atlantico

Achetons-nous du pétrole à l’Etat Islamique ?

Après pétrole contre nourriture, l’Irak sera-t-il le théâtre d’une nouvelle saga pétrole contre barbus?

A quel jeu de dupes jouent les gouvernements européens recrutés dans la coalition new-look constituée toutes affaires cessantes par Barak Obama contre l’Etat Islamique (EI) ?

La question n’est pas superflue à en juger par la manière dont on essaie depuis quelques jours de nous convaincre de l’extrême dangerosité de la clique de Abu Bakr al-Baghdadi l’émir à la Rolex (…Il n’y a pas de temps à perdre face à la menace des djihadistes de Daesh qui a pris le contrôle de larges secteurs de territoires irakien et syrien, multipliant les exactions… » disait encore récemment François Hollande qui est prêt à toutes les aventures internationales pour oublier l’espace d’un instant son lent mais inexorable naufrage domestique).

Dangereux sûrement, ne serait ce que par l’appel à l’union sacrée et au soutien des forces de l’émir que viennent de lancer Aqmi (Al Qaida au Maghreb Islamique) et Aqpa (Al Qaida dans la Péninsule Arabique), en réaction à la mobilisation de la coalition occidentale. Manquerait plus que l’annonce d’une association plus étroite entre le Front Al Nosra, en quelque sorte, la « filiale » syrienne d’Al Qaida, avec EI pour préparer un joli feu d’artifice local au cas où le locataire de la Maison Blanche se serait mis en tête de lancer la guerre d’Irak version III.

Des poils de barbe dans les barils de brut

A moins que la précipitation s’explique par l’urgence de réduire au silence, les courtiers en pétrole de l’inventif émir, au sujet du petit business très lucratif qu’ils ont mis au point avec leurs clients étrangers.

Car l’Etat Islamique est tout sauf dans la dèche, pour faire un mauvais calembour avec la nouvelle appellation contrôlée dont on l’affuble.

Le pétrole des sites syriens de Deir al-Zour puis de Hasaka, tombés entre de mauvaises mains depuis avril 2013 et de Mossoul qu’il a récupéré à la mi- juin de cette année ainsi qu’une bonne partie de la production de la province septentrionale de Salahuddin, a largement compensé la baisse des allocations que versaient avec enthousiasme l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Koweit et les Emirats Arabes Unis à l’Armée Libre Syrienne dont une part significative des effectifs auraient rejoints avec armes et bagages les rangs de l’EI à en croire les déclarations de l’un de ses chefs, un certain Abu Yusaf, le mois dernier. (« …Many of the FSA people trained and equipped by the West, are actually joining us…”)

Prix cassé

Les estimations les plus précises de la petite entreprise de l’émir portent aujourd’hui sur une capacité de “production” (de vol serait sans doute plus approprié) de 30 000 barils par jour de pétrole irakien et de 50 000 barils de pétrole syrien, fourgués sur le marché noir de l’or noir aux alentours de 40 dollars le baril, un prix cassé ramenant tout de même dans les caisses de EI, une recette totale journalière de 3,2 millions de dollars. Si on y ajoute les rançons et les trafics en tous genres d’êtres humains, ça représente un joli matelas qui devrait permettre à l’EI de voir venir les forces – aériennes cela va sans dire – déployées par François Hollande et ses copains. Certes, les coûts de transport de l’émir sont un peu élevés. Le pétrole doit être acheminé par camions vers le terminal pétrolier de Ceyhan en Turquie d’où il est chargé avec des certificats d’origine parfois un peu baroques, sur les tankers qui les livrent à leurs ultimes destinataires.

Cet été on signalait même des tombées de camions citernes d’or noir à l’origine contrôlée et certifiée par le Gouvernement Régional du Kurdistan, arrivées par bateau dans le port israélien d’Ashkelon. Une confirmation de l’information publiée par Reuters en mai selon laquelle des raffineries américaines et israéliennes étaient alimentées en pétrole « kurde » à l’origine douteuse…

Bizarrement, dès que la prise de contrôle des sites syriens de Deir Al-Zour et d’Hasaka a été confirmée, l’Union Européenne s’est empressée de voter un allègement de l’embargo sur le pétrole syrien afin qu’il puisse être vendu sur les marchés internationaux, via la Turquie. De son côté le ministre du pétrole irakien a indirectement confirmé le trafic au mois d’août lorsqu’il a déclaré que « ..les acheteurs internationaux de pétrole brut et les autres acteurs du marché doivent savoir que toute exportation de pétrole n’ayant pas reçu l’agrément du ministère du Pétrole, pourrait bien contenir du pétrole brut provenant des champs tombés sous le contrôle de l’Etat Islamique ».

Le dernier volet provisoire de l’affaire, c’est la déclaration faite par la charmante Jana Hybàskovà, chef de la délégation de l’Union Européenne en Irak – si, si, ça existe ! – le 2 septembre 2014 lors d’une séance de travail de la Commission des Affaires Etrangères du parlement européen (« échange de vues sur les crises dans le grand voisinage de l’Union ») qui a beaucoup intéressé Michèle Alliot-Marie et selon laquelle des pays de l’Union achetaientt du pétrole brut à l’Etat islamique en provenance de 11 champs pétrolifères du nord de l’Irak et de celui pompé dans la province syrienne de Raqqa.

Pressée de citer des noms, elle a hésité un moment mais s’est finalement abstenue, se bornant à mettre en garde ses interlocuteurs pour le soutien apporté aux groupes séparatistes kurdes, susceptibles selon elle de causer une déstabilisation totale du Moyen Orient.

Chasse au dahu

Depuis, la chasse au dahu a commencé au Parlement européen où le jeu qui fait actuellement fureur, consiste à identifier le ou les pays de l’Union qui joue(nt) double jeu en appelant à la mobilisation contre l’Etat Islamique les jours pairs et lui commandent discrètement du pétrole le jour suivant.

Il semble que le précédent Sarko’ versus Kadhafi de « je t’aime, moi-non plus » ait donné d’étranges idées à un certain nombres de parlementaires européens sur l’identité des coupables. D’autant que la petite phrase de Chistophe de Margerie, le PDG de Total en marge des rencontres économiques d’Aix en Provence début juillet (« …il n’y a pas de raison de payer le pétrole uniquement en dollars… ») a fait sensiblement monter la cote de l’Hexagone comme l’un des possibles acquéreurs du pétrole volé par l’émir à la Rolex.

Si tel est le cas, on peut imaginer que nos pilotes de la coalition aérienne refusent de se voir confier la mission de détruire les convois de camions-citerne de l’émir en route pour la Turquie…

Source : Bakchich

2 milliards de revenus contre 5 millions pour Al Qaïda) : les califoutraques islamiques ont peut-être du pétrole mais qui sont ceux qui le leur achètent ?

Jean-Charles Brisard est consultant international, spécialiste des questions liées au terrorisme et à son financement

L’Etat islamique d’Irak et du Levant n’est plus seulement un groupe terroriste ou une faction implantée territorialement… Il se range désormais du côté des puissances pétrolières mondiales.

Atlantico : L’Etat Islamique est installé sur un territoire aujourd’hui plus vaste que le Royaume-Uni qui contient bon nombre d’installations pétrolières. La production de pétrole par ces installations peut atteindre les 80 000 barils par jour et au total avec l’argent provenant d’extorsions, de taxes, et de la contrebande cela représenterait l’équivalent de 2 millions de dollars par jour. Ces capacités font-elles de l’Etat Islamique une puissance pétrolière potentielle ?

Jean-Charles Brisard : Le fait qu’un groupe terroriste prenne le contrôle de territoires, d’installations pétrolières et de raffineries modifie radicalement le paradigme du financement du terrorisme.

Nous sommes passés d’un modèle de financement externe, c’était notamment le cas d’Al Qaida, qui dépendait en majeure partie de donations et du soutien d’ONG, à un modèle d’autofinancement reposant sur des transactions commerciales. Ce mode de financement n’est pas nouveau, le réseau Al-Qaida a utilisé des sociétés écrans dans le passé, notamment au Soudan et en Espagne, mais ces financements étaient marginaux, et n’étaient donc pas la priorité des organes de vérification ou de régulation (Comité des sanctions de l’ONU, GAFI…), ni celle des services de renseignement. L’Etat islamique contrôle des territoires et donc des infrastructures et des ressources. On estime qu’ils contrôlent désormais au moins six champs pétroliers en Syrie, dont le plus important, situé dans la province de Deir al-Zor, ainsi que treize autres au Nord et à l’Est de l’Irak et au moins deux raffineries. Des combats sont en cours pour le contrôle de la raffinerie de Baiji, qui produit un tiers du pétrole irakien. Au total, l’EI contrôlerait un peu moins de la moitié des capacités de production nationale, pour un marché potentiel de 2 à 4 millions de dollars par jour, ce qui en fait une puissance pétrolière de facto.

L’Etat Islamique a bénéficié à ses débuts de soutiens d’hommes d’affaire et du soutien officiel de certains états tels que l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Golfe, les Emirats Arabes Unis et le Koweit. Qui sont les clients du califat ?

Le pétrole et les produits dérivés sous contrôle de l’Etat islamique sont aujourd’hui revendus à prix réduit au marché noir localement, en Irak et en Syrie (25 à 50 dollars le baril contre un prix sur le marché de plus de 100 dollars). Ces produits sont également utilisés par l’EI pour ses propres besoins. Mais l’EI contrôle également les routes de contrebande et de transit du pétrole vers la Jordanie, la Turquie et l’Iran (via le Kurdistan). Or, en raison de la complexité et souvent de l’opacité des réseaux de distribution, ces pays pourraient en effet devenir les clients involontaires et indirects de l’Etat islamique, s’ils ne le sont pas déjà. A terme, on ne peut pas exclure que du carburant vendu par des intermédiaires de l’Etat islamique ne soit commercialisé aux Etats-Unis et même en Europe.

Comparativement, en 2011 les Talibans avaient réussi a récolter 400 millions de dollars par le biais de rançons. Ces installations pétrolières font-elles de l’Etat islamique le groupe extrémiste le plus riche du monde ?

La capacité financière de l’Etat islamique, estimée entre 1,5 et 2 milliards de dollars, est sans précédent. Ses profits, qui sont de l’ordre de 3 à 5 millions de dollars par jour, représentent l’équivalent du budget annuel d’Al-Qaida depuis le 11 septembre 2001 (contre 30 millions de dollars avant 2001, selon les services américains). Même le budget d’AQMI, dont le financement s’appuie principalement sur les rançons issues de prises d’otages, n’a jamais atteint plus de 15 millions de dollars par an en moyenne depuis 2008.

Lire la fin de l’interview sur Atlantico

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

55 réactions et commentaires

  • vladimirK // 12.10.2014 à 03h35

    Si des états occidentaux – et je ne serais pas surpris que les États-Unis en soient – achètent ce pétrole sale, ils sont donc complices et entrent sous le coup de la résolution 2178 de l’ONU. Ils faut donc les mettre au pas, et interdire leurs dirigeants de sortir de leurs territoires.

    CQFD

      +0

    Alerter
    • Chris // 12.10.2014 à 13h35

      Lorsque le baril de pétrole a commencé à baisser, j’ai immédiatement pensé à une manoeuvre US pour mettre à mal l’économie russe déjà secouée par les sanctions.
      Avec l’EI, les USA gagnent sur tous les tableaux : tenir en laisse l’Arabie Saoudite, Qatar, Iran, Syrie, Irak, démolir l’économie russe pour un changement de régime et impliquer les Européens assez cupides et déloyaux envers leurs peuples pour marcher dans leur combine. Ils se payent même le luxe de faire faire le sale boulot par les mêmes – surtout leurs vassaux européens – car les Arabes se contentent de belles déclarations pour ne pas braquer leurs “partenaires” actuels et futurs !
      Erdogan, joker américain, tente de comptabiliser au mieux dans ses intérêts.
      Quel sac de noeuds ! Un monde complètement psychopathe.
      L’EI, l’Armageddon d’aujourd’hui, l’arme des néocons US pour tenter d’asservir définitivement la planète et moins radicale qu’une attaque nucléaire !
      Il est temps de sortir de notre torpeur consentante…

        +1

      Alerter
      • Lt Anderson // 12.10.2014 à 21h11

        “Lorsque le baril de pétrole a commencé à baisser, j’ai immédiatement pensé à une manoeuvre US pour mettre à mal l’économie russe déjà secouée par les sanctions.”

        Avez-vous des liens ou des sources relative à cette information. J’ai l’ai moi-même relayée dans un autre forum suite à un commentaire dans ce blog il y a quelques jours mais faute de sources fiables (hors des sites “complotistes” : celui-ci, mondialisation.ca, legrandsoir.info,…), je me suis fait sévèrement traité de “troll”.

          +0

        Alerter
    • Van // 12.10.2014 à 19h55

      tu as oublié que les dirigeants de ces pays complices détiennent la bombe nucléaire ,
      il ya une grosse manipulation médiatique et psychologique des peuples on nous murmure dans une oreille que cest pas si catastrophique de détruire un pays , et dans une autre oreille on nous murmure que le pétrole sera a nous bien que tout le monde coulera avec la crise , après un pti coup de pression avec une décapitation et le tout est joué , tu verra le dernier des con te répéter machinalement “ on doit faire ce quil faut “ sans quil comprenne la signification de ses mots .

        +0

      Alerter
  • Archanonyme // 12.10.2014 à 06h45

    A la grande joie des compagnies pétrolière et des producteurs et vendeurs d’armes
    Moi, j’ai dit bizarre, comme c’est bizarre !

      +0

    Alerter
  • Alain // 12.10.2014 à 07h22

    Il ne faut pas oublier que ces rentrées ne financent pas que le terrorisme, ils paient aussi les fonctionnaires qui continuent à faire tourner les territoires conquis

      +0

    Alerter
  • med // 12.10.2014 à 08h07

    Je crois pas une seconde a cette prétendu manne pétrolière de l’EI. Je pense pas que cette bande armée est la capacité de vendre du pétrole d’une manière industrielle. Suffit pas d’avoir les puits de pétrole pour s’improviser pétrolier..
    Déja la production en Syrie est pratiquement tombé a zéro, d’où peuvent-ils sortir 50.000 barils ??? Et puis il y a toute l’infrastructure derrière (raffinage, transports, etc..). Bref , pour moi, c’est impossible pour une bande de pillards qui n’existait pas il y a quelque mois, dans des pays en guerre et totalement désorganisés.

    Je pense plutôt qu’on cherche a cacher les vrais soutiens de l’EI. Si financièrement ils sont autonomes, on ira plus chercher le Qatar ou l’Arabie Saoudite .

      +0

    Alerter
    • reneegate // 12.10.2014 à 11h55

      je pense comme vous. Ce sont des raffineries dont on parle et donc c’est surtout le transport. Cela fait beaucoup de camions et des cibles extrêmement faciles à atteindre pour l’aviation de l’OTAN. Les routes aussi peuvent être coupées par des bombardements. Souvenons nous de l’efficacité des drones et de l’aviation pour arrêter un convoi près de Syrte en Libye.

        +0

      Alerter
    • Jean // 12.10.2014 à 12h35

      Sauf s’il y a des intérêts nationaux ou supra nationaux en jeu !

      “raffineries américaines et israéliennes étaient alimentées en pétrole kurde à l’origine douteuse”

      Et coïncidence le député binational franco-is. Mey. Hab. orateur lors de la dernière manifestation en soutien aux Kurdes…

        +0

      Alerter
    • Crapaud Rouge // 12.10.2014 à 12h42

      Oui, tout ça est louche. Un réseau de distribution de pétrole ne s’improvise pas en deux mois. Si vraiment ils vendent les quantités annoncées, c’est probablement avec le même réseau qu’avant, donc avec les mêmes clients ou intermédiaires. Et par camions, j’ai fait le calcul : il en faut plus de 400 / jour de 30.000 litres chacun pour écouler 80.000 barils / jour. Sachant qu’un camion citerne c’est long à charger et décharger, cette méthode ne peut être qu’artisanale. Le but de cette publicité (mensongère, comme d’hab), est bien de faire oublier qui a financé ces islamistes.

        +0

      Alerter
      • Jérôme // 12.10.2014 à 18h16

        Moi aussi je trouve cela extrêmement étrange, et pour ainsi dire peu crédible, que quelques va-nu-pied parviennent ainsi à extraire et vendre leur pétrole (sans compter qu’on sait maintenant que ces installations sont absolument stratégiques, et qu’on les surveille jour et nuit).

        Je lisais en fait qu’Assad serait un des principaux acheteurs de ce pétrole. Son objectif était d’instrumentaliser les djihadistes pour envoyer le message à la communauté internationale: “vous voyez! les rebelles dans mon pays sont de dangereux personnages, votre seule chance est de me garder en place car je suis rempart contre ses barbares”.

        Naturellement, personne n’est trop dupe (il y a une rébellion de gauche, libérale; et du fait de la non-intervention de l’ONU, elle s’est affaiblie et les extrémistes religieux ont gangréné le pays). Mais cette manipulation grossière semble quand même avoir fait quelques victimes. Si je peux me permettre, j’ai même lu à plusieurs reprise sur Les-Crises.fr qu’il ne fallait pas aider la rébellion syrienne, car c’était tous des sauvages. Comme quoi…

        Quoi il en soit, il y a un article intéressant sur ce sujet ici http://www.newsweek.com/how-syrias-assad-helped-forge-isis-255631

          +0

        Alerter
        • Georges // 13.10.2014 à 15h52

          Hypothése intérressante. D’autant que l’Ei à été très peu actif contre le régime Syrien. Voir même parfois un allié de circonstance en s’en prenant à l’Asl et à Al nosra.
          Il y aurait eu un accord de non-agression entre l’Ei et l’armée syrienne.
          On le voit bien actuellement, l’état islamique s’en prend au kurdes syriens, avec l’appuie tacite de la turquie.
          Bachar à certainement fait une croix sur une bonne partie de la syrie (qu’il laisse à l’Ei) et concentre ses forces sur Damas et sa région, avec l’appui du hezbollah Libanais.

            +0

          Alerter
        • Subotai // 13.10.2014 à 19h38

          C’est parce que vous pensez que ce sont des va nu pied que vous pensez l’info pas crédible.

            +0

          Alerter
  • Lysbethe Levy // 12.10.2014 à 08h20

    Oui cela a commencé après la première attaque de changement de régime, contre la Syrie par la coalition FSA (les amis de la syrie) en 2011 l’attribution du droit à vendre le pétrole qui leur est tombé “sous la main” après moults massacres, a été une sorte de prise de guerre et l’occident ne s’en est pas indigné du tout Voir le blog d’un spécialiste du moyen et proche orient René Naba :

    http://www.renenaba.com/syrie-dix-ans-apres-lirak-la-syrie/.

    .Une “récompense” pour bons et loyaux services, qui est passé innaperçue à l’époque. Comme quoi le bon travail rendu par “ces bons petits gars, selon Mr Fabius” est toujours récompensé .(mode ironique)

      +0

    Alerter
  • Lysbethe Levy // 12.10.2014 à 08h40

    Pour les dessous pas très chics de l’affaire de la Syrie, René Naba en parle régulièrementsur son blog, entre les liens et connections israelo-turco-occidentales, la vie humaine ne vaut pas cher

    Après le “plus jamais ça” fêté chaque année le 8 mai, clamé haut et fort par nos démocraties occidentales, quand il s’agit de pétrole le “plus jamais ça” passe à la trappe :

    http://www.renenaba.com/la-connivence-israelo-kurde-un-secret-de-polichinelle/ Cela fleure bon le colonialisme et l’envie de posseder à nouveau une bonne partie de ce pays la Syrie selon les accords Sykes-Picot 1916 carte et Histoire ici :

    http://www.europe-solidaire.org/IMG/article_PDF/article_a30786.pdf le partage du “monde” déjà amorcé en 1884 a 1885 a la conférence de Berlin pour l’Afrique a continué pour le moyen-orient précisement en vue de l’exploitation du précieux pétrole.

    Déjà un enjeu dès 1916 la course aux “matières premières” dont le pétrole, grande spécialité euro-américaine, continue de faire des ravages dans le moyen-orient.

    On aura beau jeu ensuite de parler de “conflits religieux” ou” ethniques” entre indigènes, alors que les grandes puissances se battent pour avoir la plus grosse part de marchés.

    Un proverbe africain dit : “quand les éléphants se battent entre eux, c’est l’herbe qui souffre” !

      +0

    Alerter
  • ARNAUD // 12.10.2014 à 10h38

    et ces milliards de dollars… ils doivent bien être placés dans une banque, non… ? Ne serait-il pas possible de geler leurs avoirs et bloquer leurs comptes comme on l’a si facilement fait pour certains russes…. ?

      +0

    Alerter
    • Van // 12.10.2014 à 15h29

      la question nest pas de pouvoir ou de vouloir stopper ces mercenaires , ces terroristes ont été aider par la France le royaume unis et les usa pour s’emparer des gisement de gaz et pétrole , sans laide des“ amis “ de la syrie ces cambrioleurs n’aurai jamais pu s’accaparer un territoire qui fait la moitié de la syrie . faudra voir aussi le rôle de la Turquie dans ce cambriolage et la volonté de contrôler ces gisement après l’opération virtuelle antiterroristes de la coalition .

      je ne crois pas que les syriens accepteront la présence de voleurs sur leur territoire pas plus de voir leur ressources se faire dilapider par “ des combattants de la liberté “ car cest comme sa que les avait désigné la presse françaises il ya encore quelque mois .

        +0

      Alerter
      • ARNAUD // 12.10.2014 à 21h34

        BEN SI… le nerf de la guerre c’est bien l’argent, quoi qu’on puisse en penser ! tout ce que vous dites c’est de la théorie !! sans argent… comment feront-ils pour se défendre ?! pour acheter des munitions, payer des mercenaires… Et permettez moi d’insister… je m’étonne qu’on n’arrive pas à contrôler les finances de ces groupes terroristes !! c’est troublant, non ? à moins qu’ils n’aient leurs comptes au Qatar… ?

          +0

        Alerter
        • Lysbethe Levy // 13.10.2014 à 10h09

          Bien sur Arnaud ..Quand on voit leurs vans “Hummer Toyota” flambant neufs, les armes sophistiqués il est aussi clair que depuis le début ces groupes sont financés par les mêmes que sous la guerre d’Afghanistan en 1979 : les Usa, car c’est un moyen de faire le sale boulot avec des instructeurs de divers pays européens :
          .
          http://www.mondialisation.ca/letat-islamique-un-groupe-terroriste-pro-democratie-appuye-par-les-etats-unis-et-forme-pour-decapiter/5404604

          Obama ayant voté une aide financière de 500 millions de $ en 2012 contre Assad le nouvel “Hitler (“comme avant Milosevic, Kaddhafi etc..): http://www.mondialisation.ca/syrie-les-tats-unis-l-galisent-le-financement-du-terrorisme/32481

          Ce n’est plus un secret pour personne aux Usa, que leur pays soutient, financent, arment des groupes terroristes alors que 50 millions d’américains ne mangent pas à leur faim, mais grace à l’aide alimentaire les SNAP..

          Des millions de sans emplois, SDF, toujours sans vraie couverture maladie universelle promise en son temps par Obama font que les citoyens américains voient d’un mauvais oeil tout cet argent filer dans des guerres sans fin depuis le 11 septembre. 2001, avec le Projet du remodelage du moyen-orient.

          Sans oublier que Qatar et EAU sont les bailleurs de fonds et vecteurs du “waahabisme” et la Turquie et Israel étant aussi de la partie pour aider ces terroristes en logistique, conseillers, et aide médicale..Le comble des fanatiques djihadistes soignés en Israel et Nethanyaou venant leur rendre visite et les féliciter
          Aux Usa, même l’armée a fait défaut lors du conflit avec la Syrie : des soldats, mêmes assez haut placés ne sont pas d’accord pour se battre à côté d’al qaida ceux qu’ils ont combattu en Afghanistan pour les vétérans, et qu’ils continuent a combattre partout au moyen-orient pour les plus jeunes. http://michelduchaine.com/2013/09/04/larmee-americaine-au-bord-de-la-revolte-un-coup-detat-est-a-prevoir/

          Le monstre que les conseillers d’Obama ont crée est formé pour pratiquer de l'”ethnic cleasing” ou “nettoyage ethnique” afin de séparer les kurdes, les chiites, sunnites et ainsi créer 3 états distincts comme ils l’on fait dans l’ex- Yougoslavie …Jouer les ethnies, les religions les unes contre les autres pour obliger les peuples a se soumettre..

            +0

          Alerter
          • Van // 13.10.2014 à 20h24

            ta vraiment cru que cetai les usa qui payer leur interventions militaire depuis benladen , obama et cameron dise que la guerre doit continuée !!! obama et le Congrès et les usa sont dans les mains du complexe militaro-industriel qui na pas comme objectif de restaurer la paix mais de faire du fric l’activité chez eux est la guerre . et tout cela ne date pas d’hier http://fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_fin_de_mandat_de_Dwight_D._Eisenhower

            cest dans leur intérêts de provoquer des guerres et de maintenir les guerre pour vendre au pays du golf leur produits . les victime humaines sont pas importante même civile car cela est considéré comme pertes collatérales , ca leur coutera rien de plus quun communiqué .

              +0

            Alerter
        • Subotai // 13.10.2014 à 19h44

          Ça serait peut être bien de cesser d’appeler ces guerriers ” terroristes”.
          Ce sont des rebelles / révolutionnaires / combattants / soldats, voire djihadistes si on leur attribue une motivation religieuse; mais terroriste, c’est faux, ringard et désinformant.

            +0

          Alerter
          • Van // 13.10.2014 à 20h30

            cest guerriers comme tu veux les appeler ont étaient recruté pour faire des déplacement de population , et ils n’ont pas l’intention de le faire avec des avis d’expulsion par la poste , ils le font avec du terrorisme donc terroristes est exactement le mots quil faut employer . et tempi si ca te chiffonne .

              +0

            Alerter
          • Fon // 01.06.2015 à 21h17

            MODERATION : Vous êtes nouveau ici. Si vous voulez participer à ce forum, vous avez intérêt à changer de ton. Vous avez le droit de manifester un désaccord mais en aucun cas en ces termes.

              +0

            Alerter
  • georges dubuis // 12.10.2014 à 11h33

    Excellent interview sur les financements, supports et entretien de la…… dèche, sans faute.
    https://www.youtube.com/watch?v=DT9zlr5WLNo&feature=em-subs_digest

      +0

    Alerter
  • Joanna // 12.10.2014 à 11h46

    Ils vont peut-être bientôt acheter un club de football et des écuries de chevaux.

      +0

    Alerter
    • Van // 12.10.2014 à 15h42

      sauf si ils se font exploser par l’armée syrienne avant , je crois pas que les syriens céderont la moitié de leur pays et tout leur ressources aussi facilement ce pays est multi millénaire , niveaux patriotisme ils ont encore sous la pédale .

        +0

      Alerter
  • Fabrice // 12.10.2014 à 13h18

    quoi l’explication que j’ai lu sur Slate se tient aussi, j’ai du mal à croire que même quelques milliers de barils détournés puissent faire chuter le prix du pétrole :

    http://www.slate.fr/story/93261/baisse-petrole-pacte-etats-unis-arabie-saoudite#xtor=RSS-2

    par contre profiter de la situation pour déstabiliser certains pays opposant pourquoi pas, par contre je me demande si les USA réfléchissent bien aux conséquences pour le schiste qui pourrait s’effondrer du fait qu’avec les prix précédent le seuil de rentabilité n’était pas atteint poussant certaines entreprises à la faillites (le prix du gaz étant aussi rattaché à celui de pétrole) :

    http://www.monde-diplomatique.fr/2013/03/AHMED/48823

      +0

    Alerter
    • Chris // 12.10.2014 à 14h12

      La plupart des exploitations de schiste américains SONT déjà en faillite !

        +0

      Alerter
      • Fabrice // 12.10.2014 à 16h30

        oui d’accord sur ce fait mais avec cette chute de prix impossible de cacher ce fait de la non rentabilité du gaz de schiste, contrairement avec un prix en hausse.

          +0

        Alerter
        • Van // 12.10.2014 à 20h12

          la chutes des prix est paradoxale en début d’hiver car cest la saison dans laquelle la consommation augmente , cest une manipulation du marché pour exercer des pression sur certain pays , l’Arabie saoudite a délibérément augmenter sa production sans avertir l’OPEP
          http://www.lecourrierderussie.com/2014/10/prix-petrole-arme-russie/

            +0

          Alerter
          • Fabrice // 12.10.2014 à 21h56

            cela recouperait les données de slate qui n’est pourtant pas très prorusse, mais à force de jouer avec le feu, les USA perdent chaque jour en crédit.

              +0

            Alerter
    • douarn // 13.10.2014 à 23h56

      D’une part, je crois que c’est Eric Laurent (la face cachée du pétrole) qui disaient que les marchés internationnaux des énergies fossiles sont manipulés.

      D’autre part, les pétroles conventionels ont dépassé leurs pics de production en ~2006. La production de 85-90 millions de barils/jour n’a pu être maintenue que grâce aux investissements colossaux faits dans les gisements non conventionels (sables bitumineux, gisements profonds). Ces investissements portent les couts de production de ces pétroles non conventionnels à des niveaux de l’ordre de 80 à 100 $/bl.
      BP Statistical Review 2014 http://mazamascience.com/OilExport/index_fr.html

      La baisse des cours est probablement une mauvaise nouvelle, non seulement pour la Russie, mais pour tout le monde : “la baisse du cours du baril ne reflète pas le coût de production mais plus probablement ce que les acheteurs peuvent se permettre”. Est ce le début de l’éclatement de la bulle de la dette?
      http://ourfiniteworld.com/2014/09/21/low-oil-prices-sign-of-a-debt-bubble-collapse-leading-to-the-end-of-oil-supply/

        +0

      Alerter
  • gnatos // 12.10.2014 à 13h28

    Seule la certitude d’un prochain conflit persuade notre classe dirigeante de l’impunité de leurs comportements actuels.(faux semblants de coalition pour installer durablement Daesh qui est ,de leur point de vue ,un cancer qui va ronger la Syrie ,les Kurdes non irakiens et les sunnites baasistes irakiens historiquement anti américains et anti israéliens.)
    Par comparaison ,il n’a pas fallu attendre des années à l’opinion pour constater la duplicité et la catastrophe Libyenne qui nous coute 4millions d’euros chaque jour au sahel.
    Compte tenu des nombreuses échéances électorales de 2015 et 2017 et les débats qui les précéderont ,les gouvernements occidentaux sont ou inconscients ou convaincus qu’un conflit majeur est imminent et qui balayera toute controverse.
    Obama a du les assurer qu’une conflagration emportera tout cela : le traité transatlantique ,l’otanisation de toute l’Europe jusqu’à l’Ukraine et l’isolement de l’arc chiite de la méditerranée.
    Je m’explique pourquoi ils tétanisent l’actualité et les petites phrases des uns et des autres:il leur faut tenir jusque là et amuser la galerie !

      +0

    Alerter
    • languedoc 30 // 12.10.2014 à 18h11

      Une conflagration qui emportera tout cela, risque de les balayer également. Je ne crois pas qu’Obama soit suicidaire.

        +0

      Alerter
    • jules // 12.10.2014 à 18h41

      Mouais… Pour paraphraser P. Grasset, je les vois plutôt en mode panique : gesticulations à l’emporte-pièce et discours bourrés de contradictions.

        +0

      Alerter
      • georges dubuis // 13.10.2014 à 11h05

        C’est évident Jules, un pas en avant et un pas en arrière. Les US of A sont prisonniers de leur propre hubris….DR Folamour par procuration de la technologie des armes et de la finance surréaliste du dollar qui est garantie et certifié par la 1ere.

          +0

        Alerter
  • souria // 12.10.2014 à 16h46

    Le 30/09/2014 : Mes questions à la Commission et au Conseil (JL Mélenchon, blog Europe)

    D’où vient le pétrole européen ?

    Lors d’une réunion de la commission des affaires étrangère du Parlement européen nous avons appris avec stupeur que l’UE se fournirait en pétrole auprès de l’État islamique. Jana Hybaskova l’ambassadrice de l’Union européenne en Irak, a ainsi affirmé le 2 septembre au sujet du pétrole irakien de l’État islamique (EI) : « Malheureusement, des États membres de l’UE achètent ce pétrole ».

    Sachant que, selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie publié en août, l’État islamique contrôle pas moins de sept champs pétroliers en Irak, pour une production de 80 000 barils par jour. Certains experts calculent que ce trafic de pétrole illicite permet à l’EI d’engranger entre 1,5 et 3 millions de dollars par jour.

    La Commission entend-elle prendre des mesures pour empêcher que l’UE finance directement ce groupe ?

    Alors que les services de la diplomatie européenne ont affirmé peu après devant les eurodéputés à Bruxelles qu’« il n’y (avait) aucune preuve » pour confirmer les accusations de l’ambassadrice en Irak. »

    La Commission peut-elle faire la lumière sur ces accusations ? Comme le demandait d’ailleurs la dernière résolution du Parlement européen à ce sujet.

    http://europe.jean-luc-melenchon.fr/2014/09/30/dou-vient-le-petrole-europeen/

      +0

    Alerter
  • Subotai // 12.10.2014 à 20h37

    Ce qui me fait marrer c’est qu’on reste sur la dialectique “Terrorisme” quand nous avons des rebellions/révolutions politiques sur fond de désintégration des anciennes suzerainetés.
    De deux choses l’une, soit l’ignorance de nos dirigeants est criminelle, soit ils continuent de nous prendre pour des cons et le même genres d’évènements surviendra dans nos contrées – Entendez rébellion/révolution sur fond de désintégration de la suzeraineté.

    Tiens c’est marrant, j’ai vaguement entendu parler des Collectivités territoriales qui auraient décidé de se regrouper suivant leur choix, en dehors du projet de la refonte régionale du Gouvernement.
    Cé ty pa bô, ça…? 🙂 🙂 🙂

      +0

    Alerter
  • Archanonyme // 13.10.2014 à 00h56

    Première étape :
    “1. J’achète du pétrole bon marché, 2. je vends des armes massivement”

    Deuxième étape :
    “1. Je détruit les infrastructures pétrolières entièrement 2. je détruit les armes que j’ai vendue 3. je détruis un pays no démocratique une deuxième fois ou une troisième fois

    Troisième étape :
    1. Je reconstruit les infrastructure
    2. Je revends massivement des armes
    3. je construis un pays que j’ai détruit

    L’occident ne bougera pas avant que la première étape ne soit.
    (ordo’s ab chao)

      +0

    Alerter
  • reneegate // 13.10.2014 à 09h50

    “..doivent savoir que toute exportation de pétrole n’ayant pas reçu l’agrément..”
    C’est pas très cohercitif tout cela.
    de plus 1 camion citerne = 25 000 litres transporte 200 barils donc pour 50 000 barils il faut au moins 250 camions citernes, ça fait du monde sur les routes et si le souhait c’est d’empêcher cela je ne vois pas où peut être le problème.
    Par contre si il y a des spécialistes marché parmi vous, une telle production peut elle tirer les prix vers le bas et dans quelles proportions.? Car si c’est le cas d’après ce que vous dites (pourrir la russie) les camions n’ont pas de souci à se faire

      +0

    Alerter
    • Nicolas Anton // 13.10.2014 à 20h58

      Tellement de choses sont tirées vers le bas en ce moment, sauf les prix du pétrole.

      Production mondiale de barils/jours : 83 millions
      EI : 30 milles 0,04% …

      Oui je sais une question s’impose : Nous prend t-on totalement pour des cons ?

        +0

      Alerter
  • isidore // 13.10.2014 à 18h18

    J’ai bien aimé ce post , le style surtout genre celui-a qui-on-l-a-fait-pas , il met en exergue un fait important qui différencie ces nouveaux mercenaires-terroristes , celui du mode de financement . Qui a forcément un effet sur les orientations stratégiques .
    Ce qui ne me parait pas clair , là faut voir dans les détails , c’est que la stratégie US , en tant qu’Etat , me semble étre le gaz de shiste et le pétrole de schiste . Or ces productions ont un cout largement sous-estimé , pas seulement du point de vue écologique . Leurs prix reléve du dumping en vue de se faire une place quite à se rattraper par la suite , la place acquise .
    Cette stratégie n’a pas du échapper à ses adversaires et concurrents ; pour diverses raisons on assiste actuellement à une braderie du gaz et du pétrole , ce qui peut dumper le dumping . si je puis me permettre . 20$ de moins ai je lu et le schiste remballe …
    Alors dans ce contexte l’arrivée de ce ‘Califat’ pétrolier tombe mal , à moins que ce ne soit le contexte , qui tombe mal . Au final donc on en reste à l’expectative de qui va l’emporter .

      +0

    Alerter
  • reneegate // 13.10.2014 à 18h55

    “les achemine par pipe-line jusqu’au port turc de Ceyhan” stop donc. Si cela est vérifié :
    l’UE devrait imposer à la Turquie (liée par contrat à l’OTAN) de fermer le robinet et surtout cela invalide toutes les justifications de frappes aeriennes sur les raffineries qui font partie des biens des états spoliés (Irak et Syrie et contribue à les spolier davantage)

      +0

    Alerter
  • Nicolas Anton // 13.10.2014 à 20h48

    “Il se range désormais du côté des puissances pétrolières mondiales.”

    Mon fou rire enfin stopper je peux écrire ceci :
    Production mondiale : 83 millions barils/jour !!!
    EI : 30 milles barils/jours soit 0,04 % de la production mondiale

    C’est de l’enfumage atlantiste, du Collin Powell dans le texte. Nos merdias prennent leurs éléments de langage au Pentagone.

    Qui est capable aujourd’hui de comptabiliser les forces armées de l’EI ? Combien d’hommes ? quelles armes ? Je n’ai vu que des mitrailleuses sur des 4×4, 1 ou 2 chars et un camping car! A qui profite ce bordel organisé ? J”ai ma petite idée la-dessus …

    PS : Je n’ai pas le temps de lire tous les commentaires! D’où l’intérêt d’un système (notes?) pour souligner les plus intéressants.

      +0

    Alerter
    • Van // 14.10.2014 à 22h03

      tout a fait d’accord sur lexagération du risque terroriste , piloter un char n’est pas une affaire d’improvisation sa demande du personnelle hautement qualifié et une formation stricte , ces mercenaires pourrai être effacer quavec un simple corps d’armée mais les usa font le show pour vendre leur tomawak et f22 , une commande de 200 tomawak viens detre faite a la marge de ces bombardement et les contrat f22 nouvelle génération en cours de Négociations .
      cest complétement dingue de croire quon pourrai faire une guerre a des mercenaire au maquis avec des tomawak , tout cela nest quune affaire de bizness .

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications