Les Crises Les Crises
1.novembre.20211.11.2021 // Les Crises

Saoudiens vs Émiratis : La bataille pour l’âme de l’Islam

Merci 13
J'envoie

Bienvenue dans l’ère de la rivalité de soft power entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, rivalité dans un soft power qui vaut mieux que l’habituelle confrontation par procuration.

Source : Responsible Statecraft, James M. Dorsey
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Le prince héritier d’Abou Dhabi, le cheikh Mohammed ben Zayed al-Nahyan, reçoit le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à l’aéroport présidentiel d’Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, le 27 novembre 2019. WAM/Handout via REUTERS.

Les efforts déployés par les Saoudiens et les Émiratis pour qualifier l’islam de « modéré », c’est à dire socialement plus libéral tout en étant soumis à un dirigeant autocratique visent autant à assurer la survie du régime et à soutenir les aspirations à diriger le monde musulman qu’à contrer les obstacles enracinés dans divers courants de l’ultra conservatisme religieux.

Les efforts déployés par les Saoudiens et les Émiratis pour s’approprier le soft power [soft power : concept utilisé our décrire la capacité d’un acteur politique d’influencer indirectement le comportement d’un autre acteur ou la définition par cet autre acteur de ses propres intérêts à travers des moyens non coercitifs (structurels, culturels ou idéologiques), NdT] religieux ont beaucoup en commun, même si le royaume et les Émirats arabes unis fondent leurs campagnes respectives sur des formes d’islam historiquement différentes. Les deux États du Golfe sont, en outre, rivaux dans la bataille qui se joue autour de l’âme de l’Islam, une lutte pour définir le ou les courants qui domineront la foi au XXIe siècle.

La confrontation revêt une importance accrue à un moment où les rivaux du Moyen-Orient tentent de calmer les tensions régionales en gérant leurs différends et leurs conflits plutôt qu’en les résolvant. Ces efforts mettent davantage l’accent sur une rivalité de soft power plutôt que de hard power [ le hard power (la coercition ou la manière forte) s’oppose au soft power (la persuasion, la manière douce), NdT] qui implique souvent des alliés.

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis promeuvent un islam « modéré », fruit des importantes réformes sociales de ces dernières années, et qui prêche l’obéissance absolue au dirigeant et relègue le clergé au rang de clerc du dirigeant.

Parmi ces réformes on trouve la suppression par l’Arabie saoudite de l’interdiction faite aux femmes de conduire, l’amélioration des perspectives professionnelles et personnelles des femmes, la limitation des pouvoirs de la police religieuse et l’introduction de divertissements de style occidental.

En novembre dernier, les Émirats arabes unis ont autorisé les couples non mariés à cohabiter, ont assoupli les restrictions en matière d’alcool et ont criminalisé les « crimes d’honneur », une coutume tribale étroitement encadrée par la religion, et largement critiquée, qui permet à un parent masculin de tuer une femme accusée de déshonorer sa famille.

Au sein du monde musulman, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont en rivalité avec les courants islamistes turcs et iraniens imprégnés de nationalisme.

Dans les États du Golfe, la modération étatique des pratiques religieuses, plutôt que celle par la théologie et la jurisprudence musulmane, est également remise en question par certains courants du wahhabisme, l’interprétation ultra-conservatrice de l’islam sur laquelle l’Arabie saoudite a été fondée.

« Depuis le début des années 1990, le wahhabisme s’est divisé en trois grands groupes : une gauche qui a développé un discours sur les droits civiques, un centre occupant des postes officiels de l’État (surnommé « ulama al-sultan » ou clercs du souverain) qui a opposé une certaine résistance à l’assouplissement de ses attributions dans les domaines social, juridique et médiatique, et une droite wahhabite favorable au discours djihadiste d’al-Qaïda et à sa focalisation sur les questions de politique étrangère », a déclaré le chercheur Andrew Hammond.

Si la Turquie et l’Iran représentent un danger géopolitique, le régime monarchique autocratique est plus fondamentalement menacé par le défi religieux posé par ce que M. Hammond appelle la gauche et la droite wahhabites, ainsi que par le Nahdlatul Ulama d’Indonésie, seul acteur non étatique dans la bataille pour l’âme de l’Islam, qui préconise et pratique une réforme de la jurisprudence islamique et adhère inconditionnellement à la Déclaration universelle des droits humains.

C’est ce que les arrestations, ces dernières années, d’universitaires et de prédicateurs saoudiens comme Safar al-Hawali, Salman al-Awda, Sulayman al-Duwaish, Ibrahim al-Sakran et Hasan al-Maliki indiquent.

Établissant implicitement une opposition avec le Nahdlatul Ulama, M. Hammond affirme que les réformes du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman se résument à « assouplir le wahhabisme et non à le détrôner ».

Depuis son entrée en fonction, le prince héritier a radicalement freiné l’investissement de dizaines de milliards de dollars consacrés à la propagation de l’ultra-conservatisme religieux à travers le monde, notamment au Pakistan et en Afghanistan. Il a également cherché à concilier le wahhabisme avec l’ultra-nationalisme saoudien et à gommer les aspérités sociales de l’interprétation austère de la foi dans le royaume. En soumettant le clergé et en incarcérant les adeptes de la gauche et de l’extrême droite wahhabites, il a mis fin à un accord de partage du pouvoir conclu il y a 73 ans entre la famille Al-Saud au pouvoir et le clergé.

La gauche a envisagé l’idée d’une monarchie constitutionnelle plutôt qu’absolue, a appelé à la libéralisation politique et aux droits civils et, dans certains cas, a soutenu les révoltes populaires arabes de 2011 qui ont renversé quatre autocrates arabes.

La gauche wahhabite pourrait se joindre aux mouvements qui contestent les monarchies conservatrices du Golfe et, dans le même temps, être remise en question par Nahdlatul Ulama lorsque le groupe élargira ses activités pour cibler la base militante du monde musulman au-delà de l’Indonésie, le pays à majorité musulmane le plus peuplé du monde et qui est aussi sa première démocratie. Dans le cadre de ses premiers efforts pour sensibiliser la société civile, Nahdlatul Ulama devrait lancer, avant la fin de l’année, un site web en langue arabe destiné au monde arabe.

Le concept de Nahdlatul Ulama est celui d’un Islam humanitaire qui adhère aux principes de tolérance, de pluralisme, d’égalité des sexes, de laïcité et de droits humains tels que définis dans la Déclaration universelle et va considérablement plus loin que les propositions avancées par la gauche wahhabite dont parle M. Hammond, peut-être mieux décrite par un qualificatif comme plus libérale plutôt que comme une aile gauche idéologique d’un mouvement fondamentalement ultra-conservateur.

La conception de l’islam du groupe indonésien tranche également avec la notion saoudienne et émiratie de modération religieuse autocratique qui n’implique aucune réforme théologique ou jurisprudentielle, mais utilise le « clergé du dirigeant » pour légitimer religieusement un régime répressif dans lequel les manifestations, les partis politiques et les pétitions à l’encontre du gouvernement sont interdits et la pensée est contrôlée.

« L’État a renforcé le centre wahhabite en neutralisant la gauche et la droite wahhabites, qui représentaient chacune une menace pour l’autorité et la légitimité de l’État […] Quant aux innovations de la gauche wahhabite en matière de droits civiques, illustrées par al-Awda, c’est précisément ce discours que l’État veut faire disparaître », a déclaré M. Hammond, faisant référence au religieux emprisonné.

Le bilan des partisans de la modération religieuse autocratique est, dans le meilleur des cas, en demi-teinte. Si les Émirats arabes unis ont créé une société qui, dans l’ensemble, est tolérante sur le plan religieux, ni l’Arabie saoudite ni l’Égypte, qui n’a pas les moyens de mener une bataille de soft power dans le monde musulman mais cherche à se projeter en tant que championne de la tolérance religieuse, ne peuvent en dire autant.

Le prince Mohammed a rencontré des dirigeants juifs et évangéliques. Mohammed al-Issa, chef de la Ligue mondiale musulmane, qui a longtemps été l’un des principaux vecteurs de promotion de l’ultra-conservatisme religieux saoudien, ne manque pas une occasion ces jours-ci pour exprimer sa solidarité avec les autres groupes confessionnels. Pourtant, dans le royaume, les non-musulmans n’ont toujours pas le droit de pratiquer leur culte publiquement ou de construire leurs propres lieux de culte.

En Égypte, Patrick George Zaki, un étudiant de 27 ans, est incarcéré depuis février 2020 sous l’accusation de diffusion de fausses nouvelles et de rumeurs pour avoir publié un article relatant des incidents discriminatoires à l’encontre de la minorité chrétienne copte d’Égypte.

M.Zaki a été arrêté un an après qu’Ahmed el-Tayeb, le grand imam d’Al Azhar, la citadelle égyptienne du savoir islamique, a signé le 4 février 2019 avec le pape François lors de la visite des deux hommes aux Émirats arabes unis une Document sur la fraternité humaine pour la paix dans le monde et la coexistence commune, aussi appelé déclaration d’Abou Dhabi, qui prône le dialogue interreligieux. Cette déclaration prône la liberté religieuse et le pluralisme.

En revanche, le secrétaire général du Nahdlatul Ulama, Yahya Staquf, a récemment raconté l’histoire de Riyanto dans un discours prononcé le 11 septembre à Regent University, un bastion du sentiment évangélique américain antimusulman fondé par le télévangéliste Pat Robertson. Membre de la milice de Nahdlatul Ulama, Riyanto est mort alors qu’il protégeait une église à Java la veille de Noël lorsqu’une bombe a explosé dans ses bras alors qu’il la retirait d’un banc.

« Pour nous, au sein de Nahdlatul Ulama, Riyanto est un martyr, et nous honorons sa mémoire chaque veille de Noël aux côtés de millions de nos frères et sœurs chrétiens indonésiens », a déclaré Staquf.

Source : Responsible Statecraft, James M. Dorsey, 26-09-2021

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 01.11.2021 à 09h58

L’objectif premier d’une religion consiste, du moins quand elle est puissante et omniprésente dans une région, à « guider » la population dans le « droit chemin de la volonté de dieu » et surtout à préserver les intérêts de ceux qui détiennent les commandes de cette religion.

Regardez simplement dans la longue histoire de l’humanité : Les religions (du moins leurs dirigeants) ont depuis toujours été des « partenaires » du pouvoir politique (en faisant parfois des coups de force pour leur tordre le bras si les dirigeants allaient à l’encontre des intérêts des chefs religieux) et tant qu’une majorité de la population était « fidèle à la foi » les religieux avaient la garantie de voir leurs « avantages acquis » préservés.

La religion n’est qu’un moyen comme un autre de forcer la population à respecter des « principes divins » sans avoir la possibilité de les contester car ils émanent d’une « autorité supérieure ».

TOUTES les religions ont pour but de contrôler la population afin de ne pas bousculer l’ordre établi.

Quand aux religions à « caractère social », elles sont dans l’immense majorité des cas une vaste fumisterie uniquement destinée à enfumer les « fidèles » pour les convaincre qu’ils vivent dans le « meilleur des mondes » (avant le Paradis bien sûr qu’ils atteindront après la mort).

Pourquoi selon vous y a-t-il un tel acharnement à l’encontre des apostats ?

Officiellement les religions « lâchent du lest » mais c’est en fait pour éviter une fuite massive d’adeptes et pour continuer à imposer une dictature basée sur une « parole divine » à géométrie variable.

Je parle là des religions THÉISTES, qui sont toutes basées sur le « fait » que dieu passe son temps à fliquer tous les humains et à créer des petits dossiers dignes de la STASI.

Par contre, les DÉISTES se contentent de prétendre qu’un dieu a créé l’univers mais qu’il est ensuite parti à la pêche (ou faire une pétanque) et qu’il se fout totalement de ce qu’il advient de sa création.
Et donc qu’il n’est pas nécessaire de le vénérer ou de respecter les ordres des « représentants religieux » car ça ne sert à rien…

Bref, des « anarchistes » religieux qu’il faut absolument combattre pour éviter de perdre l’ascendant sur la population.

7 réactions et commentaires

  • calal // 01.11.2021 à 08h03

    La question de la religion musulmane peut nous interesser nous non musulman sous differents aspects:soit l’aspectinternational soit l’aspect socioculturel du a la presence de communautes musulmanes plus ou moins importantes dans nos pays occidentaux.
    Je me suis interesse un peu a l’islam socioculturel recemment parce que dans le milieu « masculiniste » US,deux tendances rivalisent: celle qui dit que l’islam va etre « feminise » comme le reste des religions « occidentales » et celle qui dit que l’islam est le dernier bastion de la « masculinité ». Ce qui m’interroge personnellement c’est le fait qu’il semble qu’un musulman riche puisse avoir 4 femmes et divorcer,c’est a dire qu’il peut virer sa premiere femme quand elle est vieille et en epouser une plus jeune. Quid des pensions alimentaires? Et puis tous ces hommes riches qui peuvent avoir plusieurs femmes,ne laissant qu’a plein d’hommes pauvres que les restes: ce qui explique en grande partie la violence et le peu de productivite des hommes sans compagne ni enfants. D’ailleurs,la necessite des crimes d’honneur sont expliques en grand partie par cela: vous etes un homme pauvre,commun vous faites des efforts ,vous arrivez a vous marier et paf, un ahtlete ou un gros riche passe par la et vous impressionne votre femme par ses moyens financiers et vous quitte. Il ne vous reste que le crime d’honneur,flinguer le rival riche pour montrer aux autres dominants riches qu’il y a un risque a courtiser les femmes des pauvres…
    Comment tout cela peut s’inscrire dans le cadre des lois de la republique francaise?

      +2

    Alerter
    • mohamed chouieb // 01.11.2021 à 12h31

      Mais qu’est-ce que vous racontez là? Ces monarchies féodales et rétrogrades de la Péninsule Arabique ne représentent absolument pas le monde musulman ni le monde arabe tels qu’ils existent aujourd’hui malgré le fait qu’elles sont les chouchous du monde capitaliste occidental chrétien. Vous nous parlez de crimes d’honneur et d’hommes riches dont le but de leur vie ne serait que de jouir du maximum de femmes comme si cela était la pratique dans la majorité des pays musulmans et non pas une exception dans des royaumes rétrogrades et vous suggérez même l’existence d’un éventuel rapport avec les pratiques des Musulmans français en France! Donc, un Musulman français, ne rêve pas à sa promotion sociale, à sa réussite professionnelle, à la liberté, à l’égalité et à la fraternité, mais à la possibilité de posséder 4 femmes à lui seul! Oui, l’Islam se féminise et à toute vitesse! En Iran et en Algérie, les femmes sont majoritaires dans les universités, elles sont présentes dans tous les métiers et toutes les administrations, elles sont médecins, ouvrières, policières, militaires, pompières, elle sont partout. Et, pendant ce temps, vous continuer à bavasser sur les pires représentants de l’islam parce qu’ils sont vos amis.

        +12

      Alerter
  • RGT // 01.11.2021 à 09h58

    L’objectif premier d’une religion consiste, du moins quand elle est puissante et omniprésente dans une région, à « guider » la population dans le « droit chemin de la volonté de dieu » et surtout à préserver les intérêts de ceux qui détiennent les commandes de cette religion.

    Regardez simplement dans la longue histoire de l’humanité : Les religions (du moins leurs dirigeants) ont depuis toujours été des « partenaires » du pouvoir politique (en faisant parfois des coups de force pour leur tordre le bras si les dirigeants allaient à l’encontre des intérêts des chefs religieux) et tant qu’une majorité de la population était « fidèle à la foi » les religieux avaient la garantie de voir leurs « avantages acquis » préservés.

    La religion n’est qu’un moyen comme un autre de forcer la population à respecter des « principes divins » sans avoir la possibilité de les contester car ils émanent d’une « autorité supérieure ».

    TOUTES les religions ont pour but de contrôler la population afin de ne pas bousculer l’ordre établi.

    Quand aux religions à « caractère social », elles sont dans l’immense majorité des cas une vaste fumisterie uniquement destinée à enfumer les « fidèles » pour les convaincre qu’ils vivent dans le « meilleur des mondes » (avant le Paradis bien sûr qu’ils atteindront après la mort).

    Pourquoi selon vous y a-t-il un tel acharnement à l’encontre des apostats ?

    Officiellement les religions « lâchent du lest » mais c’est en fait pour éviter une fuite massive d’adeptes et pour continuer à imposer une dictature basée sur une « parole divine » à géométrie variable.

    Je parle là des religions THÉISTES, qui sont toutes basées sur le « fait » que dieu passe son temps à fliquer tous les humains et à créer des petits dossiers dignes de la STASI.

    Par contre, les DÉISTES se contentent de prétendre qu’un dieu a créé l’univers mais qu’il est ensuite parti à la pêche (ou faire une pétanque) et qu’il se fout totalement de ce qu’il advient de sa création.
    Et donc qu’il n’est pas nécessaire de le vénérer ou de respecter les ordres des « représentants religieux » car ça ne sert à rien…

    Bref, des « anarchistes » religieux qu’il faut absolument combattre pour éviter de perdre l’ascendant sur la population.

      +13

    Alerter
    • Fernet Branca // 01.11.2021 à 21h36

      Pourquoi la création de l’univers aurait nécessité une divinité ?
      La création a-t-elle seulement existé ?
      Pourquoi un créateur de l’univers se serait-il désintéressé de sa création ?
      Je veux bien admettre qu’il ait d’autres centres d’intérêt la pétanque, la guitare, Netflix,..

        +2

      Alerter
      • RGT // 02.11.2021 à 10h07

        Je signale simplement que les déistes, contrairement au théistes, n’imposent pas à la population de « penser correctement » sous la contrainte de la « justice divine » car « dieu » se fout royalement de ce qu’il advient de sa création.

        Ensuite, chacun est libre de penser ce qu’il veut tant qu’il n’impose pas aux autres de penser comme lui.

        Pour l’instant, la « thèse » déiste n’est pas réfutable car il n’y a aucune preuve directe de la présence ou de l’absence d’un « créateur » qui aurait créé l’univers dans son laboratoire ou au fond de son jardin.

        Par contre, le théisme peut être facilement réfuté par la simple observation du comportement des « adeptes » qui au nom de leur « divinité » se permettent des crimes qui sont formellement interdits par la « loi de dieu », sans compter toutes les contradictions engendrées par les pirouettes « spirituelles » nécessaires à maintenir les « fidèles » dans la foi véritable.

        Sachant que toutes les religions monothéistes vénère finalement le même « dieu » je ne comprends pas pourquoi il aurait une tolérance à géométrie variable envers les adeptes d’un mouvement particulier et qu’il laisserait se faire massacrer les autres, avec un comportement aléatoire qui transforme cette divinité en girouette en fonction du lieu et de l’époque.

          +2

        Alerter
  • Fernet Branca // 01.11.2021 à 10h00

    Étrange que l’article ne parle pas de l’évolution de l’islam en Inde pays qui comptait en 2020 213 millions de musulmans . Un chiffre juste en dessous de l’Indonésie et au dessus du Pakistan.
    En 2050 l’Inde sera le pays qui comptera le plus de musulmans.
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1035270/premier-pays-musulman-inde-2050

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications