Les Crises Les Crises
25.juin.202225.6.2022 // Les Crises

Ukraine : une guerre impossible à arrêter ? Les États-Unis en grande partie responsables

Merci 631
J'envoie

Dans le quotidien parisien Le Figaro de ce mois-ci, Henri Guaino, l’un des principaux conseillers de Nicolas Sarkozy lorsqu’il était président, a averti que les pays européens, sous la direction myope des États-Unis, marchaient comme des « somnambules » vers la guerre contre la Russie. Guaino a emprunté une métaphore utilisée par l’historien Christopher Clark pour décrire les origines de la Première Guerre mondiale.

Source : New York Times, Christopher Caldwell
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Des combattants ukrainiens de l’unité Odin, dont certains sont étrangers, examinent un char russe détruit à Irpin, en Ukraine, en mars. Crédit Daniel Berehulak pour le New York Times.

Caldwell est journaliste d’opinion, il est l’auteur de « The Age of Entitlement : America Since the Sixties» et « Reflections on the Revolution in Europe : Immigration, Islam and the West. »

Naturellement, Guaino comprend que la Russie est la plus directement responsable du conflit actuel en Ukraine. C’est la Russie qui a massé ses troupes à la frontière l’automne et l’hiver derniers et qui, après avoir exigé de l’OTAN un certain nombre de garanties de sécurité liées à l’Ukraine que l’OTAN a rejetées, a commencé à bombarder et à tuer le 24 février.

Mais les États-Unis ont contribué à transformer ce conflit tragique, local et ambigu en une conflagration mondiale potentielle. Selon Guaino, en ne comprenant pas la logique de la guerre, l’Occident, dirigé par l’administration Biden, donne au conflit un élan qui pourrait être impossible à arrêter.

Il a raison.

En 2014, les États-Unis ont soutenu un soulèvement – dans sa phase finale, un soulèvement violent – contre le gouvernement ukrainien légitimement élu de Viktor Yanukovych, qui était pro-russe. (La corruption du gouvernement de Ianoukovitch a été beaucoup mise en avant par les défenseurs de la rébellion, mais la corruption est un problème ukrainien permanent, même aujourd’hui). La Russie, à son tour, a annexé la Crimée, une partie de l’Ukraine historiquement russophone qui, depuis le 18e siècle, abritait la flotte russe de la mer Noire.

On peut discuter des revendications russes sur la Crimée, mais les Russes les prennent au sérieux. Des centaines de milliers de combattants russes et soviétiques sont morts en défendant la ville de Sébastopol contre les forces européennes au cours de deux sièges, l’un pendant la guerre de Crimée et l’autre pendant la Seconde Guerre mondiale. Ces dernières années, le contrôle russe de la Crimée a semblé offrir un arrangement régional stable : les voisins européens de la Russie, au moins, ont préféré ne pas réveiller le chat qui dort.

Mais les États-Unis n’ont jamais accepté cet arrangement. Le 10 novembre 2021, les États-Unis et l’Ukraine ont signé une « charte de partenariat stratégique » qui appelait l’Ukraine à rejoindre l’OTAN, condamnait « l’agression russe en cours » et affirmait un « engagement inébranlable » en faveur de la réintégration de la Crimée dans l’Ukraine.

Cette charte « a convaincu la Russie qu’elle devait attaquer ou être attaquée, écrit Guaino. C’est le processus inéluctable de 1914 dans toute sa terrifiante pureté. »

C’est un récit fidèle de la guerre que le président Vladimir Poutine a prétendu mener. « Il y avait des approvisionnements constants en équipements militaires les plus modernes », a déclaré Poutine lors du défilé annuel de la Victoire en Russie le 9 mai, faisant référence à l’armement étranger de l’Ukraine. « Le danger augmentait chaque jour. »

Le fait qu’il ait eu raison de s’inquiéter pour la sécurité de la Russie dépend du point de vue de chacun. Les reportages occidentaux ont tendance à le déprécier.

Jusqu’à présent, le déroulement chaotique de la guerre en Ukraine a conforté le diagnostic de Poutine, voire même sa politique. Bien que l’industrie militaire ukrainienne ait été importante à l’époque soviétique, en 2014, le pays n’avait pratiquement plus d’armée moderne. Les oligarques, et non l’État, ont armé et financé certaines des milices envoyées pour combattre les séparatistes soutenus par la Russie dans l’est du pays. Les États-Unis ont commencé à armer et à former l’armée ukrainienne, d’abord avec hésitation, sous la présidence de Barack Obama. Le matériel moderne a commencé à affluer pendant l’administration Trump, cependant, et aujourd’hui le pays est armé jusqu’aux dents.

Depuis 2018, l’Ukraine a reçu des missiles antichars Javelin fabriqués par les États-Unis, de l’artillerie tchèque et des drones turcs Bayraktar, ainsi que d’autres armes interopérables avec l’OTAN. Les États-Unis et le Canada ont récemment envoyé des obusiers M777 de conception britannique récente qui tirent des obus Excalibur guidés par GPS. Le président Biden vient de signer une loi portant sur une aide militaire de 40 milliards de dollars.

Dans ce contexte, il n’y a pas lieu de se moquer des performances de la Russie sur le champ de bataille. La Russie n’est pas contrariée par un pays agricole courageux d’un tiers de sa taille. Elle tient bon, du moins pour l’instant, face aux armes économiques, cybernétiques et de combat avancées de l’OTAN.

Et c’est là que Guaino a raison d’accuser l’Occident de somnambulisme. Les États-Unis tentent de maintenir la fiction selon laquelle armer ses alliés n’est pas la même chose que participer au combat.

À l’ère de l’information, cette distinction est de plus en plus artificielle. Les États-Unis ont fourni des renseignements utilisés pour tuer des généraux russes. Ils ont obtenu des informations de ciblage qui ont contribué à couler le croiseur lance-missiles russe de la mer Noire, le Moskva, un incident au cours duquel environ 40 marins ont été tués.

Et les États-Unis pourraient jouer un rôle encore plus direct. Il y a des milliers de combattants étrangers en Ukraine. Un volontaire a déclaré ce mois-ci à la Canadian Broadcasting Corporation qu’il combattait aux côtés « d’amis » qui « viennent des Marines, des États-Unis ». De même qu’il est facile de franchir la ligne entre le statut de fournisseur d’armes et celui de combattant, il est facile de franchir la ligne entre le fait de mener une guerre par procuration et celui de mener une guerre secrète.

D’une manière plus subtile, un pays qui tente de mener une telle guerre risque de passer d’une participation partielle à une participation totale par la force du raisonnement moral. Peut-être les responsables américains justifient-ils l’exportation d’armes de la même manière qu’ils justifient leur budget : il est si puissant qu’il est dissuasif. L’argent est bien dépensé car il permet d’acheter la paix. Cependant, si des armes plus puissantes ne parviennent pas à dissuader, elles conduisent à des guerres plus importantes.

Une poignée de personnes sont mortes lors de la prise de contrôle de la Crimée par la Russie en 2014. Mais cette fois-ci, à égalité d’armement – et même dépassée dans certains cas – la Russie est revenue à une guerre de bombardements qui ressemble davantage à la Seconde Guerre mondiale.

Même si nous n’acceptons pas l’affirmation de Poutine selon laquelle l’armement de l’Ukraine par l’Amérique est la raison pour laquelle la guerre a éclaté, c’est certainement la raison pour laquelle la guerre a pris la forme cinétique, explosive et mortelle que l’on constate. Notre rôle dans cette affaire n’est pas passif ou accessoire. Nous avons donné aux Ukrainiens des raisons de croire qu’ils peuvent l’emporter dans une guerre d’escalade.

Des milliers d’Ukrainiens sont morts qui ne seraient probablement pas morts si les États-Unis s’étaient tenus à l’écart. Cela peut naturellement créer chez les décideurs américains un sentiment d’obligation morale et politique – de maintenir le cap, d’intensifier le conflit, de faire face à tout excès.

Les États-Unis se sont montrés non seulement susceptibles de s’intensifier, mais aussi enclins à le faire. En mars, Biden a invoqué Dieu avant d’insister sur le fait que Poutine « ne peut pas rester au pouvoir ». En avril, le secrétaire à la Défense Lloyd Austin a expliqué que les États-Unis cherchaient à « voir la Russie affaiblie. »

Noam Chomsky a mis en garde contre les incitations paradoxales de ces « déclarations héroïques » dans une interview d’avril. « Cela peut ressembler à des imitations de Winston Churchill, très excitantes », a-t-il déclaré. « Mais ce qu’elles traduisent, c’est : détruire l’Ukraine. »

Pour des raisons similaires, la suggestion de Biden de juger Poutine pour crimes de guerre est un acte d’irresponsabilité consommée. L’accusation est si grave que, une fois lancée, elle décourage toute retenue. Après tout, un dirigeant qui commet une atrocité n’est pas moins un criminel de guerre que celui qui en commet mille. L’effet, voulu ou non, est d’exclure tout recours à des négociations de paix.

La situation sur le champ de bataille en Ukraine a évolué vers un stade délicat. La Russie et l’Ukraine ont toutes deux subi de lourdes pertes. Mais chacune a également réalisé des gains. La Russie dispose d’un pont terrestre vers la Crimée et contrôle certaines des terres agricoles et des gisements d’énergie les plus fertiles de l’Ukraine, et ces derniers jours, elle a pris l’ascendant sur le champ de bataille. L’Ukraine, après avoir défendu vigoureusement ses villes, peut s’attendre à recevoir davantage de soutien, de savoir-faire et d’armement de la part de l’OTAN – une puissante incitation à ne pas mettre fin à la guerre de sitôt.

Mais si la guerre ne prend pas fin rapidement, ses dangers augmenteront. « Les négociations doivent commencer dans les deux prochains mois », a averti la semaine dernière l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger, « avant qu’elle ne crée des bouleversements et des tensions qui ne seront pas faciles à surmonter. » Appelant à un retour au statu quo ante bellum, il a ajouté : « Poursuivre la guerre au-delà de ce point ne concernerait pas la liberté de l’Ukraine mais une nouvelle guerre contre la Russie elle-même. »

En cela, Kissinger est sur la même longueur d’onde que Guaino. « Faire des concessions à la Russie serait se soumettre à l’agression, a averti Guaino. N’en faire aucune serait se soumettre à la folie. »

Les États-Unis ne font aucune concession. Ce serait perdre la face. Il y a des élections à venir. Donc l’administration ferme les voies de négociations et travaille à intensifier la guerre. Nous sommes là pour la gagner. Avec le temps, l’importation massive d’armes mortelles, y compris celles provenant de l’allocation de 40 milliards de dollars récemment autorisée, pourrait faire passer la guerre à un autre niveau. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a averti dans un discours aux étudiants ce mois-ci que les jours les plus sanglants de la guerre étaient à venir.

Source : New York Times, Christopher Caldwell 31-05-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Jean // 25.06.2022 à 07h39

Les États-Unis ont ce qu’ils voulaient en Europe, un conflit conventionnel qui affaiblit deux de ses principaux concurrents. Les serviteurs du Chaos, dont le New York Time, feront donc tout ce qui est en leur pouvoir pour que cette guerre s’étende à d’autres pays européens et s’intensifie. Il faut s’intéresser à la seconde guerre mondiale pour comprendre le rôle déterminant joué par les médias dans l’escalade des tensions, c’est ce qui explique les exigences du CNR à la Libération. Malgré cela nous sommes hélas revenue à cette situation où une poignée d’individus que la guerre enrichie détiennent le pouvoir de faire l’opinion.

93 réactions et commentaires

  • Jean // 25.06.2022 à 07h39

    Les États-Unis ont ce qu’ils voulaient en Europe, un conflit conventionnel qui affaiblit deux de ses principaux concurrents. Les serviteurs du Chaos, dont le New York Time, feront donc tout ce qui est en leur pouvoir pour que cette guerre s’étende à d’autres pays européens et s’intensifie. Il faut s’intéresser à la seconde guerre mondiale pour comprendre le rôle déterminant joué par les médias dans l’escalade des tensions, c’est ce qui explique les exigences du CNR à la Libération. Malgré cela nous sommes hélas revenue à cette situation où une poignée d’individus que la guerre enrichie détiennent le pouvoir de faire l’opinion.

      +107

    Alerter
    • antoniob // 25.06.2022 à 14h06

      > Les États-Unis ont ce qu’ils voulaient en Europe,

      oui tout à fait d’accord. Mais ils ont mal calculé. Un peu comme avec l’Irak ou la Syrie.
      Car ils ont accéléré brutalement un mouvement de type décolonisation dans lequel le non-occident en a assez des Accidentaux (pui c’est un néologisme, mais le terme Occident est dévoyé par les américains).
      Z’imaginez la tête des indiens des chinois et de tous: si vous ne faites pas comme les américains ordonnent, on vous gèle votre porte-monnaie d’euros et de dollars.
      La course brutale aux alternatives gaz et pétrole russes est partie en coup foireux, obligeant à jongler avec Vénézuéla, Iran et Emirats de manière incertaine, contradictoire, avec des retournement brutaux et un haut degré d’instabilité.
      Par exemple le triangle sunnites-chiites-Israël devient encore plus problématique, car le besoin d’acheter des hydrocarbures iraniens est contradictoire avec Israël, et se prend les pieds avec l’axe Hezbollah-Syrie-Iran. Dé-sanctionner l’Iran implique de renforcer l’axe chiite.

      Bref, un peu comme la guerre en Irak en 2003: des projets grandioses, et puis au final l’émergence de situations imprévues, ingérables et sur lesquelles ils ne peuvent plus agir.

        +37

      Alerter
  • ouvrierpcf // 25.06.2022 à 08h23

    Encore merci au site les crises pour cet article qui restitue le cadre de cette guerre Mais qui n’est pas disons encore une guerre Aucune déclaration n à été signifiée Jean parle de conflit conventionnel ,non , Poutine parle lui d’opérations spéciales Comme d’ailleurs le fait la France au Mali au Niger La France qui devrait faire profil bas raser les murs Car ce n’est pas évoqué dans l article mais la France s’est montrée garante dans le conflit du Donbass par les accords de Minsk Les Ukrainiens et les russes de devaient de rendre des comptes de procéder à des retraits des désarmements Pourquoi l Ukraine a pu ou s’est crue autorisée par des actes ces réceptions ces déploiements d’armes de troupes de conseillers étrangers surtout américains à potentiellement oui envahir le Donbass car c’était là le but

      +44

    Alerter
    • Jean // 25.06.2022 à 08h59

      @ouvrierpcf,

      « France s’est montrée garante dans le conflit du Donbass par les accords de Minsk »
      => Ce n’est pas ce qui s’est passé, la France sous influence étrangère n’a rien fait pour faire respecter les accords de Minsk, ni n’est intervenue pour protéger les populations civiles du Dombas des exactions des nazis ukrainiens. Il faut se rappeler que cette idéologie, qui considère que les slaves sont des sous-hommes qu’il faut exterminer, a fait 27 millions de morts en Russie pour comprendre pourquoi les russes considèrent que ce conflit est existentiel.

      « Mais qui n’est pas disons encore une guerre »
      => C’est un peu comme avec le réchauffement climatique, tant que les bombes ne tomberont pas sur votre maison, elles n’existeront pas… mais lorsque ça arrivera, il sera bien trop tard pour retrouver la raison. Les communistes, qui furent parmi les premières victimes du nazisme durant la seconde guerre mondiale, ont la vue et la mémoire courte car je n’ai pas entendu le PCF s’alarmer de la résurgence de cette idéologie mortifère en Ukraine.

        +35

      Alerter
    • azuki // 25.06.2022 à 12h25

      Mouais, il décrit les choses de manière très partielle ce qui rend le discours ambigu, en oubliant que c’est une guerre plus ou moins larvée depuis 2014 sans interruption, et qu’à cette époque on a entendu à la télé Ukrainienne qu’il serait bon d’éradiquer 1,5 millions de Russophones «inutiles» et que le président a déclaré tout aussi officiellement que «vos enfants iront a l’école et vivront bien pendant que les leurs se terrerons dans les caves comme des rats», avec plein d’autres joyeusetés dans la lignée épuration ethnique, ça ne s’est pas fait mais l’intention était là. Ils ont quand même brûlé des gens vivants dans un immeuble et pareil avec un bus, entre quelques autres qu les médias préfère ommettre et oublier. Le déclenchement de la guerre par les Russe est une mythologie, la guerre a été déclenchée depuis longtemps par les Ukrainiens manipulés par les USA, appelez ça l’Otan si vous voulez, mais les USA ne respecte même plus les décisions de cette organisme qui est pourtant leur chose parce c’est trop contraignant d’obtenir l’assentiment de leur vassaux. Appelons un chat un chat : Cette guerre est une guerre US de plus, grace à un renversement de gouvernement qui est de leur fait pour mettre une fois de plus au pouvoir des pantins soumis, en choisissant ces pantins parmis les pires dictateurs et les extrémistes les plus radicaux parmis tous les choix possible, et détruisent des pays entier et plongent leur populations dans l’enfer sans l’ombre d’une émotion. Que ce soit en Amérique ou ailleurs, ils ont toujours procédé comme ça. Les US sont le fléau du monde post-WW2.

      P.S. Les «élites» anglaises qui n’ont jamais digéré leur empire déchu sont pas mal non plus, et leur russophobie est pathologique.

        +79

      Alerter
  • Louis // 25.06.2022 à 08h26

    Ma boule de cristal me prédit que l’Europe va progressivement s’effondrer et une guerre civile va éclater au USA. La Californie deviendra un état indépendant..

      +14

    Alerter
    • RGT // 25.06.2022 à 10h34

      Concernant l’effondrement de l’€urope, ça a déjà commencé depuis un moment déjà.

      Par contre, que la Californie devienne un état indépendant, j’en doute fort.
      Washington préférerait totalement stériliser un état sécessionniste plutôt que d’accepter qu’un mauvais exemple ne vienne perturber « l’harmonie » du « pays le plus exemplaire de l’Univers »…

      Souvenez-vous de la guerre de sécession… L’abolition de l’esclavage n’a été qu’une excuse, et bien après le début du conflit, pour principalement inciter lesdits esclaves à combattre aux côtés des « libérateurs » afin de trouver des nouvelles ressources en chair à canon.

      À la fin de cette guerre le « nord » capitaliste et industrialisé a définitivement pris le contrôle du sud totalement agricole et les esclaves « libres » se sont retrouvés à crever de faim et à bosser dans des conditions largement pires qu’auparavant pour remercier leurs « libérateurs ».

      Et encore aujourd’hui, le problème des descendants d’esclaves n’est toujours pas résolu même si un « président noir » est parvenu à se faire élire pour donner une illusion « d’équité ».

      La séparation d’un état de « l’Union » ne se fera JAMAIS, les « élites » préférant tout faire péter plutôt que de perdre leurs prérogatives.

      Tout comme elles le font aujourd’hui sur toute le planète en semant le chaos quand elles constatent que leur influence s’étiole et que de plus en plus de peuples ne supportent plus leur domination.

      Le plus grand danger de l’humanité est simplement , et de loin, la mentalité dominatrice anglo-saxonne qui pousse la cupidité, l’avidité et la violence au delà des limites imaginables.

        +45

      Alerter
      • 6422amri // 25.06.2022 à 17h07

        À la fin de cette guerre le « nord » capitaliste et industrialisé a définitivement pris le contrôle du sud totalement agricole et les esclaves « libres » se sont retrouvés à crever de faim et à bosser dans des conditions largement pires qu’auparavant pour remercier leurs « libérateurs ».

        Vous devriez lire sur les conséquences de cette guerre pour les noirs, dont une majorité en ont profité pour fuir vers le nord…

        Il est vrai que les colonialisme français, allemand, britannique ont été des paradis pour les peuples locaux.

          +4

        Alerter
    • azuki // 25.06.2022 à 12h41

      La californie ne deviendra pas un état indépendant tout seul, mais le scénario d’une éclatement des US en plusieurs blocs a été envisagé et finalement de manière assez crédible.

      Pour l’Europe, je ne crois pas qu’elle VA s’effondrer, je crois que nous somme en plein processus. Il faudrait être aveugle pour penser encore a l’UE comme un bloc solidaire, surtout après ce qui s’est passé en Grèce. L’UE actuelle, c’est la mise en concurrence de chacun contrre chacun, de l’individu aux nations, le tous manipulé comme un jouet par les US qui possèdent de toute évidence des moyens par tenir par les couilles tous les dirigeants (ou un autre élément physiologique pour les femmes, ça reste une image).

        +23

      Alerter
    • 6422amri // 25.06.2022 à 17h04

      Vous ne connaissez pas ce pays et vous prenez vos désirs pour des réalités. Il suffit d’être allé UNE fois en Californie pour voir dans les banlieues, les propriétés, les maisons, les balcons des immeubles avec des drapeaux américains, les voitures, les motos, les camions itou…

      Je parle de la Californie mais je pourrais écrire la même chose sur le Texas, la Floride..

        +3

      Alerter
      • RGT // 26.06.2022 à 09h13

        Quand vous allez aux USA (ou que vous regardez des documentaires ou les vidéos postées sur Youtube si vous ne pouvez pas le faire) vous constaterez que le nationalisme est poussé à l’extrême dans ce pays.

        Quant au drapeau de la « Divine Nation Bénie de Dieu » il est présent PARTOUT, sur les frontons de tous les bâtiments, sur les bagnoles et les camions et dans tous les lieux habités, jusque dans les chiottes (et pas pour s’essuyer).

        Pendant ce temps, « nos élites bienveillantes », sous la pression des USA bien sûr, nous incitent à abandonner les emblèmes nationaux au prétexte que c’est « caca » et que ça incite à la guerre et nous imposent un torche-cul étoilé (tiens tiens, ça me rappelle en partie le drapeau du souverain).

        C’est bien là le signe que le nationalisme ne peut être que la prérogative de l’Empire et que les vassaux doivent abandonner leur souveraineté et leurs symboles pour lui porter allégeance.

        Si un français se contentait simplement de placer un drapeau national (pas celui d’un autre pays car dans ce cas c’est très bien) dans son abri de jardin il se ferrait conspuer par l’ensemble des « élites » et des médias et se ferait immédiatement désigner comme un facho lepéno-pétainiste.

        Personnellement je ne suis pas du tout fan de ces symboles des institutions qui ne servent QUE les intérêts des dirigeants et des oligarques.

        Le seul que je pourrais tolérer chez moi serait un simple rectangle noir dépouillé de tout ornement, symbole de l’Anarchie (absence de pouvoir) qui est bien le seul drapeau en l’honneur du peuple libre.

        Les autres ne sont que des chaînes.

          +12

        Alerter
        • Dominique65 // 29.06.2022 à 09h49

          L’anarchie n’est pas absence de pouvoir, mais absence de soumission. L’anarchie n’est pas le « bordel ».

            +2

          Alerter
  • pseudo // 25.06.2022 à 08h52

    qui tire parti de ce que les blancs se mettent dessus au dernier degré ? US/EU/RU. Les 3 grds anciens empires. qui fat vivre le rêve techno industriel des deux premiers ? je ne dis pas batit, faire vivre, comme dans to sustain. Un autre indice qui aurait intérêt à se faire oublier au profit de la fumeuse « finance juive » dans la fresque récemment supprimée ?

    On y va de toutes manières, faut changer le récit. A vous de voir avec qui vous vous sentez de vivre.

    /Off Topic/ Pour se donner un peu de perspective en ces temps troubles, on peut s’inspirer de cette intéressante opinion
    https://www.youtube.com/watch?v=BMG1Wjk4LjY

      +0

    Alerter
  • Lev // 25.06.2022 à 09h11

    Une dimension de ce conflit est un peu sautée : la guerre civile qui perdure depuis 2014 dans les régions russophones de l’Ukraine. Les accords de Minsk que Zemlinsky prétendait vouloir respecter, ce qui était la base de son programme pour se faire élire, ont été foulés au pied. Par lui et par les Occidentaux qui l’ont laissé faire (15000 civils tués). Ni Poutine ni OTAN .

      +34

    Alerter
  • jacques // 25.06.2022 à 09h24

    Même si l’analyse est cohérente, elle masque le côté géostratégique de cette guerre qui est l’essentiel et le but recherché par les USA.
    Aujourd’hui, Quel que soit le résultat du conflit, pour les 30 ou 40 prochaines années, il y aura un mur entre l’Ukraine et la Russie qui isolera l’UE de la Russie et de la re-création de la route de la soie qui relierait de manière terrestre la Chine, l’Inde, la Russie « et » l’Europe.
    Cet isolement de L’Europe par rapport au reste du continent plombera l’économie de L’UE et la vassalisera définitivement aux USA. Empêchant la création d’une sphère économique indépendante géographiquement.
    Pour l’Ukraine, sa situation économique mettra un temps très long à se relever, car quel opérateur privé va investir dans un pays en guerre plus ou moins larvé et dont la corruption est un sport national.
    Pour la Russie, elle s’est tournée vers l’Asie et va y apporter ses matières premières et son marché.
    L’UE va sortir affaibli, tout en ayant la charge de l’Ukraine à reconstruire.
    Les USA auront éliminé le risque de création d’un groupe pouvant mettre à mal leur hégémonie.
    Mais tous les pays du monde auront compris que sans dissuasion nucléaire, ils n’existent pas.

      +50

    Alerter
    • Castor // 25.06.2022 à 11h20

      La guerre n’est pas terminée. Il est possible que le « mur » se dresse entre l’Ukraine et l’UE.

        +5

      Alerter
      • jacques // 25.06.2022 à 12h02

        Je pense que Poutine a compris qu’une partie des Ukrainiens ne reviendront pas vers la Russie, comme les Ukrainiens ont compris qu’une partie des russophones ne reviendront pas vers cette l’Ukraine qui sortira du conflit.
        Le problème reste les USA et l’OTAN qui doivent faire durer le conflit pour « être » vainqueurs, leurs légitimités internationales sont en jeu, contrairement à la Russie qui se bat « seule » face aux USA et l’OTAN.
        Car quoiqu’on en pense, nous sommes en guerre avec la Russie.
        Le reste du monde regarde ce conflit qui va définir le monde des prochaines décennies.
        Soit hégémonique avec les USA et un OTAN planétaire, soit multipolaires ou bipolaires s’il y a une réunion des pays comme la Chine, la Russie, l’Inde et « l’Afrique » qui a compris que l’occident n’hésitait pas à la prendre en « otage » dans les sanctions anti-russes. Poutine se défaussant sur les sanctions occidentales en cours.

          +19

        Alerter
      • Kaki // 25.06.2022 à 12h06

        Il est surtout possible que le mur se dresse entre L’UE et le reste du monde

          +11

        Alerter
    • 6422amri // 25.06.2022 à 16h42

      Qui va investir dans le futur en Russie ? Qui va financer des avions pour la Russie qui a confisqué 500 appareils aux loueurs ?
      La corruption en Ukraine ? C’est évident mais la Russie n’est pas différente, comme en fait la majorité des ex-républiques de l’ex URSS qui ne sont pas dans l’UE (ou l’on oblige a des règles comptables..), de vérifications des bilans, de marchés et offres d’appel qui sont publiques, etc. La corruption est intense dans des pays comme le Kasaksthan, la Bielorussie, l’Azerbaidjan.

      La Chine ?

      68 milliards de $ de ventes à la Russie, 50 milliards de $ de ventes de la Russie à la Chine..

      Les ventes de la Chine a l’UE et aux USA…1400 milliards de $ us par année. La Chien connait ses intérêts, elle ne fait pas de sentiment.

      L’économie russe est une variable d’ajustement pour la Chine, un pays peut peuplé, dont la démograhie est terrible, dont une majorité de la population vit avec 400 euros par mois, sans parler de l’émmigration des plus jeunes, des mieux formés.

      Il manque en Russie 1 million de spécialistes en informatique. On les retrouve dans les pays baltes,a Londres, aux USA, en Israel, en Pologne, en France, etc

        +6

      Alerter
      • vert-de-taire // 27.06.2022 à 09h59

        Il y a une erreur fondementale dans le raisonnement :
        commençant par: qui va investir en Russie ?

        LE pb n’est PAS l’investissement capitaliste.
        Sauf à croire que le monde est purement capitaliste,
        c’est à dire dominé par les détenteurs du fric (et la monnaie) volé.

        Fabriquer une capacité à faire quelquechose
        est une politique SOCIALE,
        Choisir ceci ou cela n’est PAS une question d’attirer les investissements
        mais de décider en commun (concept de nation libre) de faire ceci ou cela.

        Il faut être un micronisant pour penser le monde en terme d’investissement dans le sens du fric capitaliste.

        Ceci pour dire que voir la Russie comme un animal purement capitaliste est ridicule.
        Si elle a réussi à devenir exportatrice alimentaire ce n’est certainement pas le resultat d’un besoin mercantile capitaliste.
        Si la Russie a réussi à redevenir une puissance militaire de premier rang non plus.
        Il y a clairement une volonté (plus ou moins acceptée socialement) pour se donner les moyens de sa liberté, de son indépendance (aux prédateurs).

        Les manques réels de la Russie actuelle, peuvent être comblés dans une POLITIQUE,
        un choix d’orientation social, indépendament des investissements des prédateurs (lesquels sévissent autant en Russie qu’ailleurs) qui pourissent la vie planétaire.

        Ce qui s’applique à la Russie le peut des nations libres.
        Ce qui n’est pas le cas dans l’UE… soumise au fric/lois des ultra-riches prédateurs et par là, dictateurs

          +9

        Alerter
    • 6422amri // 25.06.2022 à 17h56

      Combien coûte cette guerre ?

      L’estimation partagée par des économistes, les états-majors occidentaux sont de l’ordre de 7 milliards de $ us par semaine, pour la Russie, coûts directs ET indirects.

      Le premier signe vérifiable de cette estimation a été l’acceptation par la Russie d’un budget supplémentaire de 628 millions de roubles pour les 3 premières semaines du mois d’Avril soit 11 milliards de $ US UNIQUEMENT pour l’opération spéciale (coûts directs).

      Chiffres de Rostat, l’organisme officiel des statistiques russes.

      On peut rappeler que 50 % des revenus de l’état russe, essentiels pour payer les pensions, etc, provenant de l l’EU c’est plus ou moins 800 millions de $ US par jour soit en trois semaines 16.8 milliards de $…sans évoquer les pertes matérielles, humaines, qui sont considérables (comme l’Ukraine). La guerre absorbe donc plus ou moins les 2/3 de ces revenus.

      On va rappeler que la conséquence historique la plus directe des guerres de ce genre a été la faillite des états impliqués directement (La GB, la France, l’Allemagne).

      Entre 1914 et 1918 la France perd par jour 900 tués. L’Ukraine dispose sur place de 800.000 militaires. La Russie a besoin probablement de plus de 1 million d’hommes pour parvenir a ses fins. Poutine ne peut le faire sans demander une mobilisation généralisée ou déclarer la guerre, ce qui mettra fin aux récits offciels.

        +4

      Alerter
      • JP // 26.06.2022 à 11h53

        Pour l’instant si la Russie n’a pas procédé à une mobilisation générale c’est que militairement ce n’est pas nécessaire pour liquider l’armée ukrainienne qui suit une stratégie débile conduisant à faire disparaitre bêtement ses éléments humains les plus valables ( stratégie de consommation déjà utilisée en 1915-17 (saigner l’adversaire) et qui n’avait rien donné d’utile), sous prétexte de vouloir épuiser l’armée russe qui de façon classique et intelligente utilise massivement en premier sa gigantesque et inépuisable artillerie, facteur décisif complètement sous estimée par les stratèges anglo américains qui commandent à Zélinsky. Par contre si la situation du côté de Kaliningrad se dégradait il faudrait s’attendre à une mobilisation générale russe et à quelques coups d’obus ou bombes atomiques tactiques d’avertissement. Comme les USA les Russes ont leur planche à billet, leur réserve d’or et tous les métaux énergies et alimentations stratégiques sur leur sol.

          +8

        Alerter
        • 6422amri // 26.06.2022 à 14h42

          [modéré] Je vais vous donner un chiffre. La république DPR publie ses pertes au contraire de la Russie. L’Ukraine a avoué 100 tués par jours et probablement 500 blessés.

          Le 20 Juin la DPR a publié ses pertes.

          3250 tués et plus de 11.000 blessés sur un effectif initial de 24.000 hommes, pas des volontaires, des conscrits qui n’avaient pas le choix.

          C’est 55 % de pertes.

          Le porte-parole du Kremlin, Preskov a admis que la Russie subissait de lourdes pertes.

          Dites-vous bien que tout le monde, les états-majors occidentaux, pensaient que la guerre allait se terminer en 2 semaines. Quatre mois plus tard l’armée russe tellement intelligente a réussi péniblement a saisir 10 % de l’Ukraine (10 % comme la Crimée et le reste, les républiques c’était avant..) et il a été nécessaire a la plus intelligente armée du monde plus de 3 mois pour prendre UNE ville, depuis le 13 Mars soit la ville de Severodonetsk, un vrai exploit.

          Dès le début cette opération a été une faillite totale du renseignement russe, qui pensait que les ukrainiens n’allaient pas se battre comme des diables ? La destruction des meilleures troupes russes, dès le début, les parachutistes sur la tentative de prendre Hostomel sans appui aérien, sans véhicules lourds, avec des hélicos s’est traduite par un massacre.

          Une faillite logistique totale, pannes d’essence, pneumatiques chinois déficients, pas de systèmes de communication cryptés, etc.

          Aprés plus de 2 mois ou les blindés, les chars et les troupes se faisaient massacrer replis général sur le Donbass..

          Regardez-donc la llliste du matériel perdu par la Russie et l’Ukraine sur le très bon site Oryx ou se trouve des photos géolocalisées, élimination des doublons. On peu cliquer sur chaque description

          https://www.oryxspioenkop.com/2022/02/attack-on-europe-documenting-equipment.html

          Reste vos écrits et l’emploi de l’arme atomique par la Russie. Nous ne sommes pas dans une cour de récréation

            +4

          Alerter
          • vert-de-taire // 27.06.2022 à 10h18

            *** Reste vos écrits et l’emploi de l’arme atomique par la Russie. Nous ne sommes pas dans une cour de récréation***

            Je me permets de vous renvoyer votre argument un peu léger
            car c’est vous qui utilisez ce genre d’argument :
            « et il a été nécessaire a la plus intelligente armée du monde »
            pour ridiculiser un argumentaire qui vous dérange.
            Persone ne dit que l’armée russe est la plus intelligente du monde (j’oublie les lobotomisés (par des salauds) de tous bords qui ne pensent plus).
            Spéculons sur nos projections des intentions des etats-majors, mais restons dans les hypothèses et leurs confrontations avec le réel perçu.

            Restons factuel autant que faire se peut et raisonnant sans regurgiter le tambourinage du Spectacle de nos prédateurs dominants.

              +9

            Alerter
  • RIVIERE // 25.06.2022 à 09h35

    Absolument !!! Les US mènent la danse et nos idiots de dirigeants européens sont devenus aux ordres..macrounette en tête ….
    Il aura vraiment tout fait subir à son peuple ce psychopathe….

      +37

    Alerter
    • azuki // 25.06.2022 à 12h45

      Je ne crois pas que les dirigeants européens soient aussi idiot que tu ne le pense mais je pense qu’il sont beaucoup plus corrompus que tu le crois.

        +23

      Alerter
      • Dominique65 // 29.06.2022 à 10h07

        Que les dirigeants européens soient intelligents ou pas n’a aucune importance puisqu’ils s’interdisent de penser par eux-mêmes, à cause de leur double allégeance.

          +2

        Alerter
    • vert-de-taire // 27.06.2022 à 11h30

      Oui mais ON vote encore pour lui (*) !!

      C’est dire que les psychopates ont raison d’agir
      si tant de [censuré] les soutiennent.

      (*) et ses prédécesseurs qui n’ont pas fait autre-chose.

        +1

      Alerter
  • tchoo // 25.06.2022 à 09h40

    Si l’analyse est cohérente le préambule est partiellement erroné. La Russie n’a pas passé des troupes à la frontière. L’Ukraine avait prévu un bombardement massif du Donbass fin février, d’où l’intervention de la russie un peu précipitée. Jusqu’a quel point ce fût voulu par les USA? N’oublions pas que Biden est mouillé jusqu’au coup dans la corruption ukrainienne

      +48

    Alerter
  • Olivier MONTULET // 25.06.2022 à 09h45

    [modéré]

      +5

    Alerter
    • Yannos // 25.06.2022 à 10h12

      L’Europe est de toute façon la grande perdante de cette guerre. Son prestige s’effondre plus vite que son économie et son crédit se dévalue plus vite que sa monnaie.
      Des milliers d’armes vont circuler dans une Europe sans frontières et il y a fort à parier qu’elles tueront bientôt dans les différents pays de l’UE.
      Si la Russie parvient à reprendre le dombass et stabiliser une frontière c’est le prestige et le crédit américain qui s’effondreront avec des conséquences violentes sur un dollar adossé à rien.
      Si la Russie échoue elle sera balayée comme au temps de Eltsine.
      Cette guerre si elle ne s’arrête pas rapidement pourrait devenir apocalyptique, et si elle s’arrête vite elle changera l’équilibre du monde.
      Et ce n’est pas avec une presse de menteurs et des BHL au micro qu’on va éviter le pire.

        +26

      Alerter
  • RGT // 25.06.2022 à 10h17

    Connaissez-vous UN SEUL conflit récent dans lequel les USA et leurs serviles vassaux qui se soit bien terminé pour les pays concernés ET pour les vassaux de l’empire vous ?

    Moi pas.

    Dans les pays « libérés » ça s’est terminé par un chaos faisant passer au pire l’ancien régime tant honni pour le paradis, ne l’oublions pas.

    Au total des millions de morts qui n’avaient rien demandé pour que les USA puissent continuer à tordre le bras de la planète entière, tant du côté de leurs ennemis que de leurs « alliés ».

    Tout comme la Grande Bretagne au temps (divins) des colonies, le seul objectif est de contrôler soit directement les sources de richesses de la planète entière, soit de contrôler leur commerce afin d’engranger un maximum de profits au détriment des populations locales et de leurs concurrents.
    Désormais les USA veulent à tout prix contrôler totalement des pays qui relèvent la tête (Russie après la chute de l’URSS, Chine et Inde qui se remettent des pillages coloniaux, sans compter l’Amérique du sud qui commence à prendre ses distances avec le sponsor de ses dictatures sanguinaires.

    Le monde tourne et les anciens maîtres ne veulent pas céder de terrain, entraînant dans leur sillage une mare de sang, mais dont ils se foutent car il s’agit du sang de « simples gueux » dont la seule mission est de servir l’Empire même s’ils ne le veulent pas.

    Quant à la corruption de l’Ukraine, elle est certes à un niveau stratosphérique mais totalement insignifiante comparée à celle des « grandes démocrassies éprises de Liberté » qui atteint des niveaux intersidéraux.

    Quant à la Russie et la Chine, tant décriés par « nos » élites, ces pays souhaitent principalement qu’on leur foute la paix et qu’on ne vienne plus leur tordre le bras pour le plus grand profit des oligarques anglo-saxons.

    Seuls les « gueux » payent la facture avec leur sueur et leur sang.
    Qu’ils fassent partie du « Monde Libre » ou pas, au final seul le fric compte et comme les ressources sont limitées le seul moyen pour les « élites » d’augmenter leurs profits démesurés consiste simplement à presser encore plus « leurs » esclaves présents et futurs.

      +44

    Alerter
    • Havoc // 25.06.2022 à 19h23

      Ce que vous écrivez là est vrai mais c’est valable pour toutes les plus grandes nations et les plus autoritaires (et riches).

      Il n’existe nulle part au monde une population qui se félicite d’avoir été bombardée par les Américains, les Français, les Russes, les Indonésiens ou les Chinois.

      Que le régime de mafieux du Kremlin s’oppose au régime de rapaces des USA ne fait pas du premier un parangon de vertu.

      Si vous assistiez à l’assassinat d’un parrain du crime organisé par l’un de ses adversaires dans la rue, la traverseriez-vous pour aller serrer la main qui tient encore l’arme fumante ?

        +6

      Alerter
      • Koui // 25.06.2022 à 22h44

        C’est qui la population bombardé par les chinois? Je vois pas.

          +17

        Alerter
      • vert-de-taire // 27.06.2022 à 11h44

        Le régime etatsunien mafieux, veut clairement empêcher l’Europe de collaborer avec le régime mafieux russe.

        C’est certainement un des objectifs premiers de ce régime mafieux.
        Sinon, comment expliquer le blocage (tardif donc le plus couteux possible) du gazoduc North-stream 2 ?

        Il s’agit certainement d’empêcher l’Europe et la Russie de grandir économiquement
        et donc de concurrencer la mafia etatsuniene.

        PS Ceci n’a donc rien à voir avec le caractère du méchant Poutine …

          +5

        Alerter
  • ledl // 25.06.2022 à 11h50

    Et l’UE emboite le pas des USA en acceptant la candidature de l’Ukraine. Résultat: Poutine n’a d’autre choix que de devoir envahir complètement l’Ukraine et remplacer le pouvoir actuel pour retirer cette candidature.

      +12

    Alerter
    • 6422amri // 25.06.2022 à 16h35

      Il a récemment déclaré que la Russie n’avait aucune objection sur ce sujet.

        +3

      Alerter
      • Jean // 25.06.2022 à 18h33

        @6422amri,

        « S’exprimant le 24 juin au sujet de la récente décision de l’Union européenne d’octroyer à l’Ukraine et à la Moldavie leur statut de candidat à l’adhésion, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a imputé à Bruxelles une stratégie de «conquête géopolitique active»(…)
        La haute diplomate russe a dénoncé le fait que, pour ce faire, tous les moyens, «à commencer par les instruments financiers et économiques et jusqu’au soutien militaire» étaient, selon elle, mis en œuvre. «Dans le cas présent, les critères stricts de convergence avec l’UE qui s’appliquent aux autres candidats, tels que l’Etat de droit, la lutte contre la corruption, l’indépendance de la justice, le respect des droits de l’Homme, la protection des minorités nationales, la liberté d’expression et le développement d’une économie de marché, sont tout simplement écartés au profit de la conjoncture politique».
        Maria Zakharova a ainsi qualifié d’«agressive» une telle approche de l’Union européenne, redoutant que cette dernière s’entête à faire «émerger de nouvelles lignes de fracture et des crises plus profondes en Europe dans son ensemble». «Cette politique de Bruxelles n’a rien à voir avec les besoins réels des habitants de l’Ukraine et des pays de l’UE. Plus personne dans l’Union européenne ne se soucie des véritables intérêts d’une Europe unie et indivisible», a-t-elle considéré.

        Source : https://francais.rt.com/international/99478-diplomatie-russe-accuse-ue-investir-poursuites-hostilites-ukraine

          +10

        Alerter
        • 6422amri // 25.06.2022 à 19h09

          Poutine a déclaré qu’il n’avait AUCUNE objection. Pas besoin de me relayer les déclarations de la Russie.

            +3

          Alerter
          • Havoc // 25.06.2022 à 19h20

            C’est exact: la position de monsieur Putin est que l’adhésion de l’Ukraine est une affaire interne à l’UE. Si des positions hostiles à l’adhésion ou à la candidature de l’Ukraine existent bien en Russie, elles ne sont en aucune façon exprimées officiellement par le chef du Kremlin.

              +2

            Alerter
          • Jean // 25.06.2022 à 19h21

            @6422amri,

            Poutine a déclaré qu’il ne voyait aucune objection à ce que l’Ukraine poursuive le processus NORMAL d’adhésion à l’UE. C’est à dire en respectant les « critères stricts de convergence avec l’UE qui s’appliquent aux autres candidats, tels que l’Etat de droit, la lutte contre la corruption, l’indépendance de la justice, le respect des droits de l’Homme, la protection des minorités nationales, la liberté d’expression et le développement d’une économie de marché. » Le diable se cache dans les détails mais vous êtes démasqué car une fois de plus vous déformez la réalité.

              +7

            Alerter
            • Havoc // 25.06.2022 à 19h47

              Reportons-nous au contenu de la déclaration du porte-parole du Kremlin, c’est toujours préférable que de se fier à ses Saints: « C’est une affaire interne à l’Europe. Il est très important pour nous que tous ces processus ne nous apportent pas plus de problèmes et qu’ils n’aggravent pas les relations entre les pays concernés et la Russie. Il y a déjà suffisamment de problèmes. Il est important que ces processus ne conduisent pas à une nouvelle détérioration de nos relations avec l’Union européenne, déjà au plus bas ».

              Il est assez logique qu’après avoir déclaré qu’il s’agissait d’une affaire interne à l’UE, il n’en commente pas la forme, ni les détails. Malheureusement, il ne s’est pas concerté avec monsieur Lavrov, ni encore moins avec les journalistes des médias, qui sont immédiatement parti dans une logorrhée délirante.

                +4

              Alerter
    • Nastassia // 27.06.2022 à 02h16

      « Et l’UE emboite le pas des USA en acceptant la candidature de l’Ukraine. Résultat: Poutine n’a d’autre choix que de devoir envahir complètement l’Ukraine et remplacer le pouvoir actuel pour retirer cette candidature. »

      Il n’a pas d’autre choix ? Au nom de quoi ?

        +0

      Alerter
      • vert-de-taire // 27.06.2022 à 10h36

        Je tente de répondre à cette question sur une affirmation peu étayée

        par une autre question basée sur des faits :
        au nom de quoi les (dirigeants des) Etats-Unis ont-ils investi tant de moyens (très militaires, de violence) en Ukraine depuis des années (~20 ans ?) ?

        Répondre à cette dernière question en premier lieu, respectant la chronologie des faits, des actions, on pourra peut-être ensuite répondre aux réactions possibles …

        « Au nom de quoi » se réfère à une norme.
        Quand ‘on’ fabrique la norme, la question au nom de quoi se déplace …

        Suis-je assez clair ?

          +8

        Alerter
  • Kaki // 25.06.2022 à 12h05

    Et depuis quand on écoute Guaino.
    Je ne l ai pas entendu perorer contre la guerre en Lybie, mais lui et son copain Nicolas Sarkozy devraient se taire et ne plus jamais parler en public, même chose pour Henry Kissinger, les fauteurs de guerre se muent en colombe. On sait tous que la guerre oppose réellement la fédération de Russie et les États Unis. C est pas Einstein qui disait que le meilleur moyen de ne pas résoudre un problème, était de faire appel à ceux qui l avaient créé

      +18

    Alerter
    • vert-de-taire // 27.06.2022 à 11h02

      *** C est pas Einstein qui disait que le meilleur moyen de ne pas résoudre un problème, était de faire appel à ceux qui l avaient créé ***

      C’est exactement le probléme planétaire actuel :
      On (nos vrais élus, faux representnants) demandent des actions de réparation à la dévastation planétaire par les capitalistes.

      J’ai vu Macron devant les scientifiques pérorer sur le réchauffement climatique et dire sa solution :
      il n’a dit qu’une chose : orienter les capitaux.
      C’est à dire (continuer de) favoriser le profit des dévastateurs.
      Du grand art pour les imbéciles.

      Voilà comment un Système s’auto implique pour justifier son existence
      alors que tout prouve que c’est une catastrophe hummanitaire.

      Mais on trouve encore, il ya peu, quelques millions de gens pour approuver ce délire.

      Faut-il plaindre les imbéciles de leur imbécilité ?
      Vaste programme.

        +1

      Alerter
  • Guy Gadebois // 25.06.2022 à 12h21

    De graves inexactitudes dans ce texte : la livraison d’armes létales à l’Ukraine a débuté sous Trump et a été limité à la livraison de missiles anti char type javelin, en aucun cas de l’armement lourd n’a été livré par les occidentaux.
    Non les Ukrainiens le 24 février n’étaient pas armés jusqu’au dents, leur puissance militaire est 10 à 20 fois inférieure à celle des russes.
    Depuis les occidentaux ont livré de l’armement plus lourd mais en quantité plus que limité ( moins de 200 obusiers par exemple), l’Ukraine ne possede même pas un millier de pieces d’artillerie lourde alors que dans le camp d’en face on estime à plus de trois milles pieces d’artillerie, sans compter ses centaines d’avions, d’hélicoptères ou ses milliers de missiles balistiques.
    Donc oui la Russie est « contrariée par un pays agricole courageux d’un tiers de sa taille. » et surtout bien moins équipé.
    C’est pour ça qu’il n’y aura jamais de guerre entre l’OTAN et la Russie, d’abord parce que les occidentaux n’ont nullement envie d’aller jusqu’à Moscou, et surtout que la Russie, comme on peut le voir, n’a vraiment pas les capacités et les moyens pour déclarer une guerre ouverte avec les occidentaux.
    Le pays doté de la soit disante deuxième armée du monde ressemble plutôt à la grenouille qui se veut plus grosse que le boeuf, et je le dis sans moquerie, c’est juste le constat de la réalité que l’on peut voir sur le terrain depuis quatre mois.

      +5

    Alerter
    • 6422amri // 25.06.2022 à 16h55

      Trump n’a absolument pas autorisé son administration a la livraison de missiles Javelin. Ce quia été fait c’est la formation de l’armée ukrainienne aux techniques et tactiques de l’OTAN, la réorganisation totale de l’armée, la formation de sous-officiers de qualité, l’abandon du modèle disons soviétique, hierarchisé, la décentralisation des décisions opérationelles sur le terrain.
      Cette formation a été pensé, organisé par le Canada, la Grande-Bretagne et pour les unités d’élites, commandos, parachutistes par les unités spéciales des USA.
      Le tout était basé sur l’utilisation du matériel local, d’origine russe que possédait l’Ukraine.
      Il y a eu une refonte totale des sytèmes de commandements, de leur résilience.

        +3

      Alerter
      • Guy Gadebois // 26.06.2022 à 11h29

        « Washington va fournir des armes létales à Kiev »
        Le Monde publié le 23 decembre 2017
        « Washington s’apprête, en effet, à fournir à Kiev des armes létales. Il s’agirait notamment de missiles anti-tank Javelin, un type d’armement sophistiqué que la partie ukrainienne réclame depuis le début de la guerre dans le Donbass, en 2014. »
        Trump a bien autorisé son administration a livrer des javelins et les livraisons ont été effectué.

          +4

        Alerter
    • Micmac // 25.06.2022 à 18h57

      Les Yankees et les Brits n’ont pas envoyé d’armes lourdes jusqu’à récemment parce que l’Ukraine n’en avait pas besoin. Elle avait à profusion tanks, avions, artillerie et autres parce qu’elle avait hérité d’une partie des arsenaux de l’ex-URSS. Une bonne partie de cet arsenal avait été modernisé, parce qu’un autre héritage de l’ex URSS était une industrie de l’armement conséquente et opérationnelle. Et là dessus les US et le Royaume Uni ont balancé une énorme palanqué de Stingers et Javelins, au point que les nationalistes se vantaient d’être un problème pour quiconque leur tiendrait tête, y compris les Russes en cas de troubles en Russie (voir la fameuse vidéo du 5 février de cette année du leader de S14 – C14 en cyrillique -).

      https://www.youtube.com/watch?v=4Ox7Pqkg1-8

      Plus les instructeurs militaires…

      Oui, c’est bien à la plus forte armée d’Europe, et de loin, que les Russes sont allés se frotter. Ils lui était supérieur en armement en qualité comme en quantité (encore qu’ils ont commencé la guerre en nette infériorité numérique, et n’ont pas renforcé leur contingent depuis), mais ils se sont néanmoins confronté à un très gros morceau. Et ils l’ont défoncé en quelques semaines…

      Je ne serait pas aussi catégorique que vous lorsque vous écrivez que la Russie n’a pas les moyens d’une confrontation avec l’Ouest. Surtout que les arsenaux des occidentaux se ressentent beaucoup de l’envoie d’armes à l’Ukraine… Armes que les Russes se sont fait un plaisir de transformer en ferraille ou capturer…

        +8

      Alerter
      • Havoc // 25.06.2022 à 19h16

        Qui a défoncé qui ? Et surtout, dans quel film ou dessin animé ?

        Je vous invite à lire tout document montrant ce que représentent les achats d’armes pour chaque nation du monde. Vous comprendrez alors, j’espère, ce qu’est la spécificité d’une nation comme les USA, qui n’a nul pareil dans le reste du monde. Vous constaterez aussi que la Russie se trouve dans la zone rouge, en compagnie de l’Algérie, de la Syrie, et d’autres nations qui consacrent l’essentiel de leurs revenus à acheter des armements et rémunérer des militaires. Et quand le moteur est déjà dans la zone rouge, on ne peut plus accélérer.

        Malgré leurs dépenses insensées et pharamineuses dans le domaine militaire, les USA ont le moteur qui tourne au ralenti.

          +3

        Alerter
        • 6422amri // 26.06.2022 à 16h54

          Les USA ont surtout choisi de ne pas livrer leurs armes les plus mortelles, je pense aux armes antichars a longue portée. Des membres du Congrès pensent maintenant livrer des avions style A-10, un destructeur de chars, des f-16. Les pilotes ukrainiens, une partie significative, ont déjà volé sur ce type d’appareil, des missiles anti-avions.

          Les USA pourraient livrer sans problèmes plus de 300 A-10 et probablement un nombre équivalent de f-16, les réserves sont simplement gigantesques, sans diminuer ce qui est déjà présent en Europe. Pas besoin de les faire voler depuis la Pologne ou ailleurs, les livraisons peuvent se faire par partie comme les Mig-29 slovaques, les su-25 polonais, etc.

          J’ai noté que la Russie est toujours incapable d’endommager le réseaau ferroviaire ukrainien, un manque de munitions de précision qui s’accélère, l’incapacité de les renouveler, l’impossibilité de voler a basse altitude pour utiliser des bombes classiques car l’Ukraine a toujours des S-300, des radars, sans parler de tous les missiles anti-avions portables.

          Pour les batteries HIMARS, les orgues de Staline américaines, il en faudrait 80, avec des portées en-dehors des moyens russes (plus de 80 kilomètres) pour détruire tout ce qui bouge, le tout avec une précision de frappe inférieure a 2 mètres, le tout piloté par les moyens de surveillance américain, les moyens japonais, français, britannique.

            +2

          Alerter
          • Kaki // 26.06.2022 à 18h50

            C est tout à fait vrai, mais si l armée russe est dans cet état, que dire des autres armées

              +1

            Alerter
        • Micmac // 26.06.2022 à 22h28

          Les Ukrainiens n’achètent pas d’armes, on les leur donne, ou ils en avaient déjà.

          Film ou dessin animé… Vous croyez vraiment tout ce que les Ukrainiens et les néocons racontent… Ils vous ont menti sur la Serbie, l’Irak, la Libye, la Syrie, et vous continuez à les croire…

          Si les choses se passaient si bien pour eux, comment toutes leurs armes ont pu être détruites, au point de pleurnicher pour qu’on leur en envoie encore et encore (armes qui sont détruites au fur et à mesure) et pourquoi en sont ils à leur je ne sais plus combientième ordre de mobilisation? Le sixième je crois. Ils mobilisent tout le monde de 18 à 60 ans. Bientôt les femmes aussi.

          Il y a un gros défaut de logique dans la « narative » néoconservatrice…

          Les Russes ne cherchent pas à gagner beaucoup de territoire (pour l’instant). Ils démilitarisent… Plus on envie d’armes, plus ils les détruisent. et plus ça dure, plus ils détruisent d’armes occidentales, démilitarisant l’OTAN par la même occasion. Les Britts ont déjà fait savoir qu’il leur faudrait des années pour reconstituer leur arsenal. Ils ont tout envoyé aux maboules kièviens…

          Les Russes vont très bien. Les sanctions les touchent peu (contrairement à nous), leurs pertes actuelles semblent très faibles, voir quasi inexistantes. Avec une maîtrise totale du ciel est une supériorité totale en artillerie, comment pourrait-il en être autrement?

            +6

          Alerter
          • Jean-Pierre // 27.06.2022 à 01h09

            « Les Russes vont très bien  » « Leurs pertes actuelles semblent très faibles » ? Euh… Renseignez vous : les russes se sont mis dans un bourbier dont Poutine, malgré les médias russes à sa solde qui vous repeteront le contraire, ne sortira pas fier comme il l’avait imaginé. Il était convaincu d’être consideré comme un terrible chef de guerre et malheureusement il apparaît surtout comme un perdant, un psychopathe paranoiaque nostalgique de l’URSS.
            Vu le rapport de force entre la Russie et l’Ukraine , si la guerre n’est toujours pas terminé aujourd’hui, c’est que les Russes ne vont pas très bien et plus la guerre dure, plus ce sera douloureux pour le peuple russe qui n’a rien demandé.

              +4

            Alerter
            • Micmac // 27.06.2022 à 16h42

              C’est une blague?

              C’est nous qui sommes dans un sacré bourbier! Et jusqu’au cou! Les sanctions nous touchent durement, et on n’a encore rien vu. Nous nous sommes mis nous même sous embargo. Les envoies d’armes à l’Ukraine affaiblissent durement nos propres armées.

              Si les Russes étaient dans la mouise, ils enverraient des renforts. Ils en sont toujours à 15% à 20% de leurs forces engagés.

              En ce moment, ils démilitarisent.

              Ils démolissent tout le matériel militaire que les Ukrainiens ont et que les occidentaux leurs envoie. Cela fait partie de leurs buts de guerre clairement annoncés.

              C’est vous qui croyez la propagande occidentale. Invoqué Poutine à tout bout de champ comme s’il décidait de tout tout seul est absolument typique. Poutine était à la remorque de l’opinion publique sur la question du Donbass. Il a cherché a composé avec les néoconservateurs pendant des années. Les Russes dans leur grande majorité le considéraient comme trop mou. Ce qui explique le bon spectaculaire de sa popularité après l’intervention militaire. Même les Russes « occidentalistes », la classe moyenne des grandes villes, a abandonné ses rêves d’occidentalisation devant la mauvaise foi patente, la bêtise crasse, et les faiblesses évidentes des occidentaux.

              Le monde multipolaire est là, il faut s’y faire. Ce n’est pas un drame à mon sens.

                +8

              Alerter
            • Dominique65 // 29.06.2022 à 21h19

              Il apparaît comme un psychopathe paranoïaque, c’est vrai, mais seulement par les 13% de la population mondiale qu’on appelle en occident « la communauté internationale ». Pour le reste du monde, c’est beaucoup plus nuancé. Il en est même pour penser que ce sont les dirigeants occidentaux qui sont psychopathes. De mon côté, je vois peu de différences entre Poutine et Zelensky.

                +0

              Alerter
          • Micmac // 27.06.2022 à 16h54

            Autre chose sur le même sujet :

            Les néocons sont allés un pont trop loin on organisant cette pagaye. Parce que c’est bien eux qui l’ont organisé, du coup d’état de 2014 à la guerre dans le Donbass. Les néocons ont changé de camp il y a des années, passant des républicains isolationnistes (Bush Junior et sa clique était une exception) à l’entourage d’H Clinton, dont j’ai des doutes sur la santé mentale. Renseignez vous vous même sur toute cette clique qui gravite autour de Blinken, Nuland et la smala des Kagan.

            Que cette guerre commence juste après l’élection de Biden ne doit rien au hasard : les néocons ont organisés un « piège », en poussant l’Ukraine à masser ses troupes pour « régler » le problème du Donbass. Les gesticulations militaires russes cet hiver étaient pour les dissuader d’attaquer. Ils ont ensuite décidé de prendre les devants. Poutine est tombé dans le piège (de leur point de vue)! J’imagine bien la famille Kagan est leurs copains sortir le champagne…

            Sauf que c’est bien nous qui sommes piégés.

              +3

            Alerter
      • Guy Gadebois // 25.06.2022 à 19h36

        L’armée ukrainiene n’est absolument pas supérieure à l’armée russe, il suffit juste de comparer les chiffres, la Russie a 700 avions de combats contre 60 pour l’Ukraine, 1500 hélicos contre une centaine, plus de 10 000 tanks contre 2000, l’Ukraine n’a que des vieux missilesTochka contre un énorme panel des plus moderne coté russe.
        Par contre les russes se sont fait défoncer à Kiev, Tchernigiv , Soumy ou karkhiv, au grand étonement de tout le monde, sa prestation dans le Donbass est loin d’être concluante, c’est tout de même surprenant que malgré la différence de rapport de force, elle en soit encore là au bout de quatre mois.
        L’aide occidentale est pour l’instant plus que minime, 200 obusiers, une poignée de MLRS et 300 chars, cela n’inversera pas le rapport de force.
        Je ne parle pas d’une confrontation avec les pays européens,je parle d’un conflit avec l’OTAN, la Russie n’est pas capable d’avoir le contrôle du ciel Ukrainien, que ferait elle contre l’armada US ?

          +4

        Alerter
        • Micmac // 26.06.2022 à 22h48

          Où ai-je écrit que l’armée ukrainienne était supérieur à l’armée russe? J’ai fait remarquer que l’armée ukrainienne n’était pas une petite armée de rien du tout. L’armée ukrainienne était la plus forte armée d’Europe (en considérant que la Russie n’est pas en Europe, ce qui est très discutable), en effectifs comme en matériel. Et de loin. L’envoie massif de stingers se voulaient compenser l’infériorité ukrainienne en aéronefs, qui elle était patente.

          Les Russes n’ont subit une défaite que devant Kiev. Et encore, aux vu des effectifs engagé, ils n’avaient aucune intention de conquérir la capitale. Plutôt un coup de pression pour forcer les négociations. Le reste est très discutable, dans les faits ou dans l’importance des affrontements, les fadas kièviens ayant tendance à transformer une escarmouche gagnée en gigantesque bataille épique…

          Les Russes sont allés tournicoter dans le nord-est pour fixer des troupes ukrainiennes pendant qu’ils établissaient une liaison terrestre entre la Crimée et la Russie dans le sud, leur objectif principal à ce moment. Quelques escarmouches gagné par les uns ou les autres autour de Kharkov, rien de déterminant. Ils semblent s’intéresser de plus en plus à Kharkov maintenant.

          La Russie à une maîtrise absolument totale du ciel depuis les premiers jours. En cas de confrontation avec l’OTAN, c’est surtout les défenses anti aériennes russes qui dominent absolument tout ce qu’ont les occidentaux.

            +5

          Alerter
          • Guy Gadebois // 27.06.2022 à 19h18

            Si vous appelez un convoi militaire de 60km de long, une enorme operation aéroportée avortée, des projection de colonnes blindées dans tout le nord-est un tournicotage je ne dois pas avoir la même définition de cet expression.
            Les russes ont subit de lourdes défaites à Kiev,Tchernigiv, Soumy et Karkhiv, il suffit de voir les tonnes de matériels russes détruits ou abandonnées dans ces régions, dois je aussi vous rappellez que les soldats russes rentraient dans Karkhiv dés le 26 février ?
            L’explication de « fixer » les troupes ukrainienes est une tentative de la propagande du Kremlin pour masquer ces fiascos.
            Mais les faits sont là, les russes voulaient prendre rapidement Kiev, Karkhiv Tchernigiv et Soumy, ils ont sous estimés les ukrainiens et s’en sont gravement mordu les doigts, imaginez que l’on retrouve encore des corps de soldats russes dans ces régions actuellement, les pertes ont été énormes.
            La Russie n’a absolument pas la maitrise du ciel, les Su25, SU27 et Mig29 volent toujours, pour une guerre moderne menée par la « deuxieme armée du monde » le bilan est consternant…
            Et pour les defenses anti aeriennes, quand on voit ce que sont capables de faire les TB2 ou de pauvres hélicos ukrainiens qui se permettent de bombarder un depot petrolier en Russie , on repassera.
            La stratégie occidentale etant de completement supprimer les défenses aériennes avant d’agir, comme en Irak ou en Libye, ce n’est pas le cas des russes.

              +1

            Alerter
            • Micmac // 27.06.2022 à 20h04

              C’est vous (et les Ukrainiens) qui le dites…

              Une division motorisée, ça fait 10 à 15 000 hommes (c’est peu à cette échelle d’opération), et facilement un convoi de 60 km de long sur une seule route, voir plus.

              Les forces engagés à cette époque autour de Kharkov et Kiev étaient minimes par rapport à celles du Donbass et du sud, de toutes évidences l’objectif principal. Ils n’avaient même pas assez de troupes pour occuper Kiev au cas où leur coup de poker réussissait. Le coup de poker étant d’amener d’un coup Zelinsky à la reddition, ou la chute du gouvernement. Cela a effectivement échoué.

              Ils ont vu que ça ne marchait pas, et ils n’ont laissé tombé que lorsque leur objectif principal (Marioupol) a été atteint. Marioupol est tombé bien, bien avant que les médias occidentaux ne le reconnaissent. Tant que les fascistes d’Azov retranchés à Azovstal et ne pouvant rien faire du tout ne se sont pas rendus, Kiev proclamait que Marioupol tenait toujours. Les vrais troupes ukrainiennes, les fusiliers marins qui défendaient la ville, s’étaient rendus 3 semaines avant. La chute de Marioupol correspond temporellement au début de la phase 2 annoncée par Poutine et au retrait des troupes au nord.

              Les Ukrainiens n’ont plus d’aviation. Ils arrivent à faire décoller de temps à autre un avion fourni par d’autres ou qu’ils arrivent à réparer, mais ça durée de vie est très courte.

                +3

              Alerter
            • 6422amri // 29.06.2022 à 16h37

              Je ne crois pas aux chiffres de l’Ukraine, 35.000 tués, pas plus aux chiffres publiés par la Russie qui aurait détruit plus de 2 fois le nombre d’hélicos que l’Ukraine possédait au début du conflit. Je lis les publications de l’état-major russe.

              Les chiffres de perte de la DPR plus de 3500 tués, plus de 11.000 blessés soit 55 % des effectifs engagés donnent une idée assez juste.

              Les pertes russes sont de l’ordre de 20.000 tués, plus de 45.000 blessés, un ratio normal dans ce genre de guerre ou la Russie doit faire du combat urbain

              La Russie n’a pas le nombre d’hommes nécessaire pour arriver a ses fins. Elle est engagée dans une guerre d’attrition. Poutine ne peut pas demander une mobilisation générale, l’aveu d’un échec total, ce serait aussi la fin du discours officiel.

              La Russie ne peut mobiliser plus de 200.000 hommes car elle doit maintenir des troupes sur de nombreux fronts, en face de l’OTAN, en Sibérie, en Syrie, en Afrique, en face de la Chine, etc. En fait elle utilise des vétérants, qui signent des contrats, pour tenter de controler les territoires occupés, par manque de moyens humains.

                +1

              Alerter
  • Hiro Masamune // 25.06.2022 à 13h00

    Nos dirigeant nous signaleront toujours leur grande « vertus » que ça finisse par ajouter quelques millions de tombes en Ukraine et autant ailleurs par les effets induits , ils dormiront tranquilles , ils auront remporté une victoire morale en « faisant barrage à Poutine » (putains de castors).
    Tant que c’est pas eux qu’on transforme en « peinture rose pour tanks », leur morale prévaut et les arguments c’est pas leur fort , surtout quand ils sont ultimes.
    Sérieux Vlad , je peux pas t’emprunter quelques Kalibr ? C’est pour offrir !

      +8

    Alerter
    • Havoc // 25.06.2022 à 19h12

      Vous pouvez emprunter tout ce que vous voulez à votre ami Vladimir, ce n’est pas lui qui paye.

      Et croyez moi, il ne manque de rien !

        +2

      Alerter
      • Guy Gadebois // 25.06.2022 à 19h38

        Oui il manque de rien c’est criant devant le fiasco Ukrainien, comme si une guerre de cette ampleur ne coutait rien.

          +2

        Alerter
  • Guy Gadebois // 25.06.2022 à 14h31

    Cette guerre est très facile à arrêter, il suffit juste que Poutine qui est l’agresseur, ordonne à ses troupes de retourner d’ou elles sont venues.
    Il y a de graves inéxactitudes qui démontrent l’impartialité de cet article.
    La livraison d’armes létales à démarré sous Trump et était limité qu’à des armes de types lance missiles anti char portables comme les javelins, l’Ukraine n’a jamais reçu d’armes lourdes de la part des occidentaux.
    Donc non l’Ukraine le 24 février n’etait pas armé jusqu’au dent;
    Les occidentaux ont bien envoyés depuis des armes lourdes mais dans des quantités peu importantes (moins de 200 obusiers pour le moment par exemple), l’Ukraine ne possede même pas un millier de piece d’artillerie, alors que dans le cas d’en face, plus de trois mille sont en activité afin de bombarder l’Ukraine, sans compter les centaines d’avions, d’hélicoptères ou les milliers de missiles balistiques.
    La Russie est bien « contrariée par un pays agricole courageux d’un tiers de sa taille » et surtout bien moins équipé que elle.
    Voila un pays doté de la soit disante deuxième armée du monde qui se retrouve comme la grenouille qui se voulait plus grosse que le boeuf, je le dis sans moqueries, c’est ce que l’on constate sur le terrain depuis 4 mois.
    C’est pour ça qu’il n’y aura pas de guerre avec l’OTAN, d’abord parce que les occidentaux n’ont pas envie de rentrer en confrontation directe avec la Russie et que surtout celle-ci n’a pas les moyens ni les capacités de le faire.

      +6

    Alerter
  • Fritz // 25.06.2022 à 16h12

    Depuis 2004 au plus tard (la prétendue « révolution orange »), les Américains ont voulu transformer l’Ukraine en base militaire avancée contre la Russie. Ce projet criminel et démentiel était pratiquement achevé quand Poutine s’est enfin décidé à réagir, le 24 février dernier.

    Pour prendre la mesure du projet américain, c’est comme si l’URSS avait transformé le Mexique ET la Californie en base militaire anti-américaine, au lieu d’installer quelques fusées à Cuba.

    Rappelons que l’Ukraine fait historiquement partie de la Russie, au même titre que la Moscovie.

    La guerre en cours se terminera ou bien par la fin de la Russie, ou bien par la fin du Bloc Occidental.

      +14

    Alerter
    • Havoc // 25.06.2022 à 19h10

      Si ce que vous appelez « bloc occidental » s’impliquait dans ce conflit autrement que par des sanctions et des livraisons d’armes, la guerre se terminerait par la disparition de la Russie et d’une partie des nations de l’OTAN, ou du moins leur destruction partielle ou totale.

      Faut-il préciser que personne ne souhaite cela en Occident ?

        +2

      Alerter
    • Fritz // 25.06.2022 à 20h01

      @Havoc : personne ou presque ne le souhaite consciemment. L’ennui, c’est que L’Occident agit en somnambule ou en fanatique : une tendance suicidaire amorcée depuis les années 1990 (cf. l’analyse douloureuse et lucide de Stanko Cerovic, « Dans les griffes des humanistes ») et qui n’a cessé de s’aggraver.

      Je vous rappelle que la Pologne a proposé récemment de livrer des armes nucléaires à l’Ukraine. La Sainte et Immaculée Pologne, dont l’oppression des XVIe-XVIIIe siècles a séparé l’Ukraine de la Moscovie, et qui a détruit 150 églises orthodoxes ukrainiennes entre 1919 et 1939.

        +11

      Alerter
      • 6422amri // 25.06.2022 à 21h31

        Je vous rappelle que la Pologne a proposé récemment de livrer des armes nucléaires à l’Ukraine.

        La Pologne NE DISPOSE PAS d’armes nucléaires, RIEN. Les armes nucléaires dont disposent les USA en Europe ne sont pas dans ce pays. Elles sont en Belgique, en Hollande, en Allemagne et en Turquie. Elles sont sous le strict contrôle des USA.

        On attend ici le comble.

        Vous remontez au 16 ième siècle. La Russie n’existe quasiment pas a cette époque, la puissance dans cette partie du monde c’est la Pologne, Remontez a Jules Cesar et vous allez nous dire que la France n’existe pas.

        Pour les orthodoxes il suffit de se rappeler des persécutions de l’église orthodoxe dès 1919 et ce jusqu’en 1941 ou Staline l’appellera à l’aide à la suite de l’opération Barbarosa. Les persécutions reprendont dès 1948, envois au goulag, etc.

        Maintenant le patriarche russe voit les autres églises orthodoxes refuser son autorité a cause de son appui a l’opération spéciale..Le saint homme et ses associés bénissent les missiles S-400

          +3

        Alerter
    • Guy Gadebois // 26.06.2022 à 10h54

      L’Ukraine n’est pas base militaire avancée contre la Russie, il n’y a aucune base US en Ukraine, par contre Poutine à réussi le tour de force de pousser la Finlande à rejoindre l’OTAN, et donc en faire une base US…
      La guerre ne se terminera pas par vos predictions apocalyptiques, le conflit va se geler tôt ou tard, mais il y a de forte chance que la Russie s’effondre d’elle même comme elle l’a déja fait, la Russie reste la Russie.

        +3

      Alerter
      • JP // 26.06.2022 à 12h19

        Effectivement les USA visent un nouvel effondrement de la Russie pour pouvoir la dépecer et s’emparer de ses immenses richesses (le Pr Wilson trouvait déjà anormal que le Peuple Russe possède un pays aussi immense et riche) ) et les Ukrainiens pro occidentaux sont assez bêtes pour leur servir de chaire à canon. Mais l’analyse occidentale ne tient absolument pas compte des réalités
        du Monde Russo Slave. Napoléon et Hitler avaient déjà fait les mêmes erreurs d’analyse sur la réalité du monde Russe. Et tout est en grande partie fonction de la valeur de celui qui dirige ce peuple très courageux et très dur à la souffrance.

          +10

        Alerter
        • Guy Gadebois // 27.06.2022 à 18h58

          Effectivement les US visent un nouvel effondrement de la Russie, apres pour ce qui est de la dépecer, vu le niveau de corruption, je leur souhaite du corage.
          Le peuple russe possède un pays immensément riche et c’est tout a fait navrant de voir ce qu’ils en font , mais là n’est pas la question.
          Il y a une difference avec votre comparaison, Napoléon ou Hitler envahissait la Russie, actuellement personne ne souhaite envahir ce pays, c’est plutôt lui l’envahisseur, ce n’est pas du tout la même chose du point de vue de l’opinion.
          Prenez plutot exemple avec la guerre colonialiste russo-japonaise de 1905, cette défaite russe est un premice de ce qui allait suivre ensuite…

            +0

          Alerter
    • sergio // 26.06.2022 à 17h34

      La Moscovie fait historiquement partie de la Rus de Kiev

        +1

      Alerter
  • Bonsensiste // 25.06.2022 à 16h48

    Le fond du problème est que les USA sont en train de tirer les dernières gouttes de pétrole et de Gaz alors que la Russie a des siècles de réserves qui attisent les convoitises

    Les Yankee sont passé de la rue vers l’or à la ruée vers l’or NOIR ?

      +12

    Alerter
    • Havoc // 25.06.2022 à 19h02

      Aucune région du monde ne dispose de siècles de réserves. Même le charbon ne représente pas deux siècles.

      Quant à savoir laquelle des deux nations pourra tirer le plus d’hydrocarbures du sol, à quoi cela peut-il bien nous servir ? Ce qui est certain, c’est que c’est aux USA qu’on en crame le plus.

        +3

      Alerter
      • 6422amri // 25.06.2022 à 19h30

        Le premier producteur de gaz et de pétrole restent les USA. La consommation par habitant pas vraiment. En tête des pays comme le Qatar et des pays comme le Canada et l’Australie..

          +1

        Alerter
        • Havoc // 25.06.2022 à 19h36

          Par habitant, oui, vous avez raison. Et les Australiens se distinguent encore en tant que premiers exportateurs de houille, ce qui est sans doute pire.

            +2

          Alerter
    • 6422amri // 25.06.2022 à 19h28

      La Russie a passé son pic pétrolier en 2021. Les nouvelles réserves exploitables (du pétrole lourd style schiste) se trouvent dans l’Arctique russe et ce pays ne possède pas les technologies nécessaires depuis le retrait des firmes occidentales, dont Total. La Russie comme la Chine dépendent totalement dans ce secteur de l’étranger et avant tout des firmes anglo-américaine.

      Le gaz il y en a partout ce nest pas une denrée rare.
      [modéré]

        +4

      Alerter
      • JP // 27.06.2022 à 14h01

        Pour quelle raison les sidérurgistes russes ne seraient ils pas capables de fabriquer les pièces nécessaires
        aux forages offshores en Arctique ? Les entreprises russes ont bien terminé le NorthStream II après retrait sur ordre des USA des firmes étrangères spécialisées. Les Russes ont aussi une bonne maitrise technologique des grandes profondeurs.

          +4

        Alerter
        • 6422amri // 29.06.2022 à 18h52

          Parce que l’essentiel ce sont des logiciels, pour les études sysmiques, géologiques, réduisant la nécessité de produire des carottes, de les analyzer, etc, ceci a permis de diviser les coûts d’exploration par un facteur de 10, l’industrie pétrolière c’est aussi de la haute technologie, que ni la Chine, ni la Russie ne possèdent..20 années de reccherche et de développement principalement aux USA, que ces 2 pays ne connaissent rien aux techniques de forage horizontal, aux techniques de liquéfaction des puits, aux techniques de liquéfaction des oléoducs, indispensables pour transporter ce qui ressemble a un miel très épais ou à du goudron liquide.

          Le pétrole arctique russe est du pétrole lourd, style Vénézuela et la Russie comme la Chine ne possèdent pas les raffineries nécessaires.

          Les gens pensent que l’on traite n’importe quel pétrole sur n’importe quelle raffinerie. C’est faux.

          Tout ceci devait être financé, construit par les firmes occidentales qui sont partis.

          La Chine a très peu de pétrole, de basse qualité. Le pétrole russe situé en Sibérie demande des matériels et outils de forage que ni la Russie ni la Chine ne peuvent fabriquer, c’est bien pour toutes ces raisons que Total, Exxon, BP étaient des partenaires de la Russie.

          En passant il ne s’agit pas de pétrole profond… il existe seulement un oleoduc entre la Chine et la Russie.

          La Russie, comme les USA qui reste le premier producteur mondial, ont exploité la majeure partie de ce qui était le plus accessible. Maintenant tout sera plus cher, plus loin, plus polluant et surtout demandera de plus en plus de capitaux.

          Les exceptions ? L’Arabie Saoudite et probablement l’Irak.

            +1

          Alerter
          • JPP // 30.06.2022 à 21h05

            Pourquoi penser que les non occidentaux certifiés sont tous des incapables?
            Tout s’apprend, tout se copie, tout s’achète et depuis très longtemps. Il suffit de s’en donner les moyens et d’avoir du temps (le plus bel exemple est la bombe nucléaire soviétique grace aux transfuges anglais ou l’essort de l’astronautique Russe et US grace aux ingénieurs nazis
            (alors que la théorie avait été établie surtout par un savant Russe, comme la théorie de l’avion établie par un ingénieur français avait été exploitée par les frères Wright US et que les fusées MHD russes actuelles dérivent directement des travaux d’un savant français qui n’intéresse personne en France). Pour la géologie un familier géologue pointu invité par les Chinois pour son savoir a été étonné de la vitesse à laquelle les connaissances sont intégrés et tous les moyens énormes sont mis rapidement pour les exploiter dans le fin fond de la Chine.

              +4

            Alerter
    • Avlula // 26.06.2022 à 12h20

      Les énergies ne sont pas des « problèmes de fond » mais juste des bonus pour avoir le soutien d’oligarques, sinon ça se réglerait encore mieux par coopération, pacifique.

      Non non, ce sont juste des dingues qui continuent leur conquête du monde, comme un jeu, parce qu’ils payent trop de gens pour faire ça.

        +2

      Alerter
  • Vercoquin // 26.06.2022 à 01h57

    En mars, Biden a invoqué Dieu avant d’insister sur le fait que Poutine « ne peut pas rester au pouvoir ».

    Et après, on fait quoi ?
    Si Biden arrive à chasser Poutine, il le remplace par qui ?
    Il a de bonnes références: Syrie, Libye, Afghanistan, Irak, et d’autres.

      +5

    Alerter
  • petitjean // 26.06.2022 à 13h07

    UKRAINE : Guerre d’Ukraine: Jours 119-120 – Alors que l’armée ukrainienne s’effondre, l’unité réaffirmée des BRICS marque la défaite géopolitique des Etats-Unis
    https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/06/24/guerre-dukraine-jours-119-120-alors-que-larmee-ukrainienne-seffondre-lunite-reaffirmee-des-brics-marque-la-defaite-geopolitique-des-etats-unis/

    La bataille du Donbass est entrée dans sa dernière phase. Il est de moins en moins probable que la guerre s’arrête immédiatement après. Kiéviens et Américains font tout pour convaincre la Russie que sa sécurité ne sera assurée que lorsqu’elle aura conquis l’ensemble du littoral ukrainien de la Mer Noire. Cependant, ce dont l’Occident ne se rend pas compte, c’est du fait qu’il se déconsidère un peu plus chaque jour avec sa politique du pire……………

      +10

    Alerter
  • petitjean // 26.06.2022 à 13h10

    UKRAINE : l’effondrement

    https://www.lesalonbeige.fr/lukraine-serait-prete-a-seffondrer-dans-les-prochaines-semaines/
    On s’achemine vers une situation où l’Ukraine et les Occidentaux devront faire des concessions dont ils n’ont pas encore mesuré l’importance. L’idée que le statut de la Crimée, du Donbass, voire le sud de l’Ukraine, peut encore être négociable est une illusion. C’était le message de Henry Kissinger lors du World Economic Forumde Davos en mai.

      +7

    Alerter
  • Nastassia // 27.06.2022 à 02h25
  • Alain // 27.06.2022 à 14h38

    Pendant des siècles les guerres se concluaient le plus souvent avec des modifications territoriales. Depuis qu’on a décidé que les frontières étaient intangibles, il devient impossible de terminer une guerre dont un des motifs est justement leur non acceptation. L’Ukraine veut récupérer ses frontières de l’indépendance (qui ne sont pas par exemple celles de son indépendance de 1917 à 1922), y compris la Crimée, elle est donc condamner à une guerre sans fin

      +2

    Alerter
  • Cyrano 78 // 28.06.2022 à 10h09

    Je pense qu’il ne faut pas être aussi pessimiste !!
    Certes les risques sont immenses. Mais le plus dur est d’un point vue franco-français, est que globalement la majorité des gens s’en foutent de la guerre. Ob l’a bien vue au moment des élections, on a parlé de tout sauf de la guerre. Un des problème est d’ailleurs le terrorisme intellectuel des médias « Vous êtes pas d’accord donc vous êtes un agent de Poutine « . Les mêmes pratiques qu’en 1914…. Mais les élections américaine de mi-mandat ont lieu en novembre 2022. Une issue diplomatique est impossible avant ! Après l’Ukraine peut faire comme la Géorgie….

      +0

    Alerter
  • aneonyme // 28.06.2022 à 11h24

    Et çà continue en fonction des obédiences de chacun.
    Je n’ai rien à redire aux détestations de la politique des US, mais il ne conviendrait pas de référencer les faits historiques sans les prendre tous en compte.
    La Tatars savent bien qui les ont expatriés de Crimée pour les remplacer par des russes, c’était commun à tous les pays que l’urss voulait annexer
    Poutine surf sur un état de fait purement artificiel initié par l’ex urss.
    Il est temps de renvoyer chacun à son chenil

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications