Source : Youtube, BFM, 08-05-2016

oscovivci

Le dimanche 8 mai 2016, Nicolas Dupont-Aignan Président de Debout la France et candidat à l’élection présidentielle de 2017 était l’invité du débat de BFM Politique sur BFMTV.
Face à lui Pierre Moscovici , ancien ministre de l’économie et des finances et actuel commissaire européen.

Source : Youtube, BFM, 08-05-2016

61 réponses à [Vidéo] Nicolas Dupont-Aignan débat face à Pierre Moscovici sur BFMTV

Commentaires recommandés

DUGUESCLIN Le 14 mai 2016 à 05h15

Pierre Moscovici dit que l’accord transatlantique sera avantageux pour nous, mais n’explique ni pourquoi ni comment, et que par ailleurs il n’est pas signé. Il dit également que la migration doit “diminuer”, ce qui sous-entend qu’elle va “continuer” mais moins. La Turquie serait un partenaire économique important mais dans quel domaine? La Russie n’est-elle pas un partenaire économique potentiellement bien plus important et bien plus “incontournable” que la Turquie?
Au total Nicolas Dupont-Aignan pose les questions que nous sommes nombreux à nous poser. Les “sanctions” contre la Russie ne sont pas expliquées mais contre le régime d’Erdogan les motifs connus et gravissimes sont occultés. L’européisme anti-européen persiste et signe, c’est dur à avaler. Les journalistes, bien sûr, viennent au secours de l’européisme. Mais les questions fortes de Nicolas Dupont-Aignan sont posées et vont le rester sérieusement pour beaucoup.

  1. DUGUESCLIN Le 14 mai 2016 à 05h15
    Afficher/Masquer

    Pierre Moscovici dit que l’accord transatlantique sera avantageux pour nous, mais n’explique ni pourquoi ni comment, et que par ailleurs il n’est pas signé. Il dit également que la migration doit “diminuer”, ce qui sous-entend qu’elle va “continuer” mais moins. La Turquie serait un partenaire économique important mais dans quel domaine? La Russie n’est-elle pas un partenaire économique potentiellement bien plus important et bien plus “incontournable” que la Turquie?
    Au total Nicolas Dupont-Aignan pose les questions que nous sommes nombreux à nous poser. Les “sanctions” contre la Russie ne sont pas expliquées mais contre le régime d’Erdogan les motifs connus et gravissimes sont occultés. L’européisme anti-européen persiste et signe, c’est dur à avaler. Les journalistes, bien sûr, viennent au secours de l’européisme. Mais les questions fortes de Nicolas Dupont-Aignan sont posées et vont le rester sérieusement pour beaucoup.


    • Benju Le 14 mai 2016 à 12h19
      Afficher/Masquer

      J’ai particulièrement gouté le passage ou DA rappelle que la Turquie ne se mêle a la coalition internationale que pour mieux frapper les Kurdes…
      Il faudrait voir un peu plus loin……


  2. FifiBrind_acier Le 14 mai 2016 à 06h47
    Afficher/Masquer

    ” Je ne suis pas euro-béat, les Français comme les Européens attendent des solutions européennes qui soient plus efficaces… ” dit Moscovici

    La Tribune, article de Romaric Gaudin 12 Mai 2016:
    ” Bruxelles confirme que la zone euro possède une politique économique: l’austérité”

    http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/bruxelles-confirme-que-la-zone-euro-possede-une-politique-economique-l-austerite-570989.html#xtor=EPR-2-%5Bl-actu-du-jour%5D-20160513
    Ceci confirme que Moscovici est bien un euro-béat.


  3. dieselito Le 14 mai 2016 à 07h27
    Afficher/Masquer

    Lutte des class (1996 vs 2001) au sein de la French American Fundation…. quand deux Atlanto-européistes patentés dissertent “démocratiquement”…. Ou est le véritable intérêt du peuple français et de son pays aux yeux de ces tristes personnages?


    • agentorange Le 14 mai 2016 à 13h38
      Afficher/Masquer

      Pour info, NDA a expliqué 50 fois que son seul lien avec la French American Fundation a été un séjour aux US payé par cette dernière quand il était étudiant. Je dis ça, je dis rien.


      • Xavier Le 14 mai 2016 à 17h32
        Afficher/Masquer

        Cette histoire de French-American Foundation est anecdotique.

        Le simple fait qu’il soit admis à donner la réplique à Der Kommissar PM sur le plateau de tv de la 1ere chaine d’info française est la preuve de sa non-dangerosité pour le système économico-politico-médiatique.

        Ce qui m’amène à en conclure que ses propos, si galvanisant et jouissifs qu’ils soient pour la ménagère radicalisée, seront inoffensifs in fine.

        Pouet pouet.


        • Merle Le 16 mai 2016 à 17h49
          Afficher/Masquer

          Est ce qu’il faut forcément être dangereux pour résoudre ce monceau de merde? Pas besoin d’être Action Directe pour faire des choses. Est ce que décapiter les nobles changent d’ailleurs quoi que ce soit?

          Commençons par participer aux partis politiques, rédiger les programmes électoraux, et lisons les avant de voter. Ça nous rendra déjà digne de notre citoyenneté.


  4. DUGUESCLIN Le 14 mai 2016 à 08h12
    Afficher/Masquer

    La conclusion de Pierre Moscovici est qu’il faudrait plus d’Europe (européisme soumis), faut le faire.
    Vouloir des nations libres dans une Europe libre est donc inacceptable?
    Oui décidément, faut le faire. A mi-mot Pierre Moscovici avoue qu’il ne supporte pas l’idée d’une Europe de nations souveraines. Il est un farouche opposant à l’Europe libre et notamment libre de choisir ses amis pas forcément les faux amis que l’européisme nous impose.


    • Django Le 14 mai 2016 à 10h52
      Afficher/Masquer

      Oui, mais avant (années 70,80,90), l’idée, il l’a supportait très bien. Ces euro-béats ne sont pas admiratifs de l’Union européenne par conviction (en ont-ils?), ils défendent juste leurs nouveaux intérêts dans cette construction mafieuse (salaire exorbitant, retraite exorbitante, pouvoir exorbitant, etc.).


      • Xavier Le 14 mai 2016 à 17h43
        Afficher/Masquer

        Il existe un mot pour décrire cette attitude. Ce mot c’est opportunisme.


  5. Nerouiev Le 14 mai 2016 à 08h14
    Afficher/Masquer

    Si Dupont-Aignan à posé les questions que nous nous posons tous dans notre devenir qui se dégrade tous les jours un peu plus dans tous les domaines, Moscovici n’a répondu à aucune. Il s’est contenté de parler comme un sage, se plaçant au-dessus de son adversaire qui, le pauvre, n’a pas su voir tout l’excellent travail du gouvernement. Bref, aucun des deux n’a révélé que notre UE se lançait au service d’un pays dont le modèle n’a plus aucune estime pour son propre peuple où la solidarité et le partage ont disparu. Dans ce service, l’UE ne sera jamais plus que l’homme de service au service du patron par corruption interposée.


    • Durand Le 14 mai 2016 à 11h31
      Afficher/Masquer

      NDA pose des questions pertinentes, soulève des problématiques réelles et dénonce l’UE sans jamais faire allusion aux articles des traités européens qui en sont la cause unique et absolue. De ce fait, il est confronté aux réponses évasives de Moscovici qui n’est pas contraint à l’objectivité et noie le poisson à chacune de ses prises de parole.

      Cette même erreur fait que NDA n’a toujours pas de programme présidentiel consultable sur le site de DLF. Incantations et yacafocon constituent le fond de toutes ses interventions publique et le seul argument dynamique qu’il profère, c’est, s’il est élu président de la Republique, la renégociation des traités, dont on sait sur ces pages – et notamment depuis la conclusion de l’affaire grecque – qu’elle est vouée à l’échec, tant ses désirs de souveraineté sont incompatibles avec l’essence supranationale de la construction européenne.


      • Merle Le 16 mai 2016 à 17h52
        Afficher/Masquer

        Je pense que ce n’est pas exact. Le programme de DLF est embryonnaire mais consultable. Beaucoup de mesures promues par ce parti sont en ligne. Après, les programmes, il faut des gens pour les rédiger. Ils ne tombent pas du ciel.

        C’est agaçant de voir des électeurs dans la situation d’oisillons attendant la becquée. Mettez les mains dans la merde et aidez le parti de votre choix à rédiger un programme correct. Si il tient la route, vous verrez qu’il sera appliqué. On en finira avec ces décennies de décisions prises par dessus la jambe.


        • Ercole Le 17 mai 2016 à 12h07
          Afficher/Masquer

          Non mais vous êtes tombé du nid hier vous ?! TOUS LES PARTIS une fois au pouvoir ont renié leurs programmes depuis 1981, alors allez passer de son temps à “aider” ceux qui vous enflent le jour d’après, c’est du masochisme !!! Faites maso si ça vous agrée, mais n’insultez pas ceux qui connaissent l’attrape nigaud qu’on nous sert jusqu’à la nausée et qui s’en détournent !


        • Brice Le 19 mai 2016 à 10h40
          Afficher/Masquer

          Vous voulez un programme ? Je veux dire un programme qui PEUT être mis en œuvre ?

          A mon sens, pour qu’un gouvernement quel qu’il soit dans quelque pays qui soit et ce depuis la nuit de temps puisse appliquer SA politique, il faut qu’il soit :
          1/ légitime,
          2/ souverain.

          Or nos gouvernements, depuis qu’ils ont lâché quasiment tous les pouvoirs à une Commission non élue, n’ont PLUS le pouvoir. (Je ne parle pas du point 1 car vu la taux d’abstention, où est la légitimité ???). Ils font donc de belles promesses et ne les tiennent pas, sans jamais expliquer pourquoi, par la suite, ils font des choix politiques en total opposition aux dites promesses.

          C’est la clef.

          Si demain Hollande/ Valls disait “Nous avons adopté la “loi travail” car nous sommes obligés de le faire en vertu de l’article 121 du TFUE sur les grandes orientations de politique générale (GOPE) signé lors du traité de Lisbonne. Si nous ne faisons pas cette politique, la commission nous condamnera à plusieurs centaines de millions d’Euro. Nous n’avons pas le choix”.

          Vous imaginez ce que cela donnerait….

          Voilà, c’est tout.


  6. douarn Le 14 mai 2016 à 08h25
    Afficher/Masquer

    Pour M. Moscovici, si l’Europe ne marche pas (au regard de ce qui était vendu pour le traité de Maastricht par exemple), c’est qu’il n’y a pas assez d’Europe.
    Or si le communisme n’a pas marché, c’est qu’il n’y avait pas assez de communisme, disait-on hier.
    … c’est stupéfiant!


    • Xavier Le 14 mai 2016 à 13h18
      Afficher/Masquer

      Ce qui est de mon point de vue stupéfiant, c’est qu’en 2016 il y ait encore des personnes pour croire que l’URSS et ses pays satellites furent des régimes “communistes”.
      Je rappelle donc que URSS signifiait “Union des Républiques Socialistes Soviétiques”
      Il s’agissait de régimes socialistes à économie capitalistiques dirigées et qui furent financées et soutenues constamment, même durant la soit-disant Guerre Froide, par les banques occidentales, soit dit en passant.
      Il ne peut y avoir de pays “communistes” pour la simple raison que le Communisme réel implique l’abolition de tout système “politique” et “économique”.
      Les dernières communautés “communistes” (sont situées actuellement dans les zones les plus reculées d’Amérique latine, d’Afrique, d’Asie et du Pacifique.


  7. pagol Le 14 mai 2016 à 08h34
    Afficher/Masquer

    Un point godwin en 10 minutes…. Ces débats politiques fatiguent, malgré les bonnes questions restant sans réponse.s.


    • Boyington Le 14 mai 2016 à 10h01
      Afficher/Masquer

      « malgré les bonnes questions restant sans réponse.s ».

      Normal, en face on a un Moscovici eurobéat et hautain qui fait son eurocrate sûr de lui avec sa rangée de têtes sérieuses derrière lui.

      (Avez-vous remarqué qu’il n’y a qu’un ménagère (pardon) derrière Dupont-Aignan, cela fait nettement moins sérieux, plus isolé ? Je ne pense pas que le cadrage soit innocent.

      Sinon Moscovitchi, na !, est vraiment idiot de nier les racines chrétiennes de l’Europe. Mais bon cette négation est à la mode.)


      • CQFD Le 14 mai 2016 à 10h30
        Afficher/Masquer

        Si on veut réellement parler des vraies racines profondes de l’Europe, elles sont païennes. Pour la France, un peu gauloises mais principalement romaines. Le christianisme n’a fait que repomper les fêtes et divinités préexistantes et les adapter à sa sauce pour mieux les dévoyer.

        A quand donc le retour du polythéisme, enfin, après des siècles d’abâtardissement chrétien?


        • UnKnown Le 14 mai 2016 à 13h01
          Afficher/Masquer

          Ne jamais oublier que la totalité des textes antiques, des traités de philo et cie, tout ça, nous le devons uniquement aux moines copistes chrétiens. L’Âge sombre qui est survenu à la chute de Rome a failli faire disparaître la totalité de ces savoirs, qui sont la base de nos sociétés occidentales et qui ont permis l’émergence de la démocratie. L’histoire de l’Eglise n’est pas rose, mais c’est faire preuve d’un anticléricalisme bas du front que de renier les racines chrétiennes de l’occident… après on est tout à fait libre de ne pas croire en Jésus et tout le folklore)


          • LanQou Le 14 mai 2016 à 13h27
            Afficher/Masquer

            Ce n’est pas être bas du front que de préciser que les racines chrétiennes plongent dans les racines gallo-romaines, et ainsi de suite jusqu’au néolithique, je vois pourtant peu d’apôtres racinaires nous chanter la gloire de la chasse au mammouth et des peintures rupestres.

            Et au passage, si les moines copistes ont pu nous préserver quelques textes anciens, c’est loin d’être la quasi totalité (rien que ça!), et on pourrait aisément arguer que ces mêmes moines ont éliminé sans scrupules et sans vergogne les textes qui ne leur plaisaient guère. On pourrait arguer de même que les chrétiens sont largement responsables de la disparition de tous les savoirs oraux et traditionnels immémoriaux qu’ils n’ont eu de cesse de combattre au nom de la christianisation forcée et violente de nos contrées.

            Bref, sans renier quelques racines particulières, on n’est pas obligé de se focaliser sur certaines plus que d’autres ni d’en tenir certaines pour plus respectables que d’autres.


            • Durand Le 14 mai 2016 à 14h19
              Afficher/Masquer

              Notre enracinement dans la chrétienté est d’ordre moral et ce fut l’essentiel du débat sur de la séparation de l’Eglise et de l’Etat.
              Son origine remonte essentiellement aux rois capétiens et notamment au baptême de Clovis.

              Cette particularité se matérialise dans la volonté particulière du peuple français de s’occuper mutuellement de ses pauvres, de ses indigents et de ses “anciens” afin que nul ne soit privé de secours et de dignité (voir les établissements de commun profit, créés par Saint Louis et financés sur la cassette royale, ce qui, entre autres, lui vaudra sa canonisation…).

              Cette particularité a perduré tout au long de notre histoire, de l’ancien régime jusqu’à notre Cinquième République et les acquis sociaux du CNR, bien que fortement propulsés par les résistants du PCF, trouvent leur origine dans l’idée de “charité chrétienne” propre à notre histoire capétienne.
              De là à considérer Jésus comme le premier communiste…!

              Il faut avoir vécu dans des pays étrangers à cette notion, pour en mesurer la portée essentielle et historique dans notre manière de considérer la politique et comprendre à quel point il y a tout lieu de s’en enorgueillir.


            • Durand Le 14 mai 2016 à 14h27
              Afficher/Masquer

              Dire que l’on est un peuple d’origine Chrétienne a bien plus à voir avec notre concept politique égalitariste (redistribution par le biais d’un État central fort…) par opposition à la conception anglo-saxonne (marche ou crève !…), qu’avec une question de foi.

              Ce concept est aussi déterminant pour l’idée de “laïcité à la française” puisque cette idée de partage transcende par le biais de l’Etat, toute les religions, sans contrevenir à aucune.

              La récente “loi travail” permet d’appréhender le gouffre qui se creuse entre une France historiquement redistributrice et le totalitarisme marchand promu par l’UE, qui sape son existence en s’attaquant à ses bases conceptuelles.


            • Pierre Le 14 mai 2016 à 16h09
              Afficher/Masquer

              @LanQou Pour soutenir votre propos, on peut par exemple souligner la ressemblance entre Bachus (cornes et pied de boucs) et le diable chrétien, ou celle entre Jupiter (noble vieillard – mais au physique de culturiste – et celle du Dieu chrétien, je vous renvoie aux peintures de Michel-Ange, par ex.)
              On peut noter également que la structure hiérarchique de l’église catholique romaine “s’inspire” beaucoup de celle de l’empire romain. Etc, etc…


          • Boyington Le 14 mai 2016 à 17h19
            Afficher/Masquer

            Il n’y a pas eu d’Âge sombre (traduction littérale de l’anglais, c’est l’Âge des ténèbres en français), le Moyen âge (période de mille ans, sans communalité) a été plus féministe par exemple que l’Antiquité ou la Renaissance qui renouaient avec une tradition machiste antique et méditerranéenne. Lire Jacques Heers par exemple : le Moyen Âge est une invention de la Renaissance et de la Réforme pour se rehausser (il n’y a rien eu de bon entre nous (Renaissants/Réformés) et l’Antiquité).

            Nier les racines chrétiennes (qui ne sont pas exclusives) est bien une bêtise. C’est d’ailleurs la seule chose qui ait unifié l’Europe, le paganisme n’ayant pas été unique (ils opposaient souvent des dieux tribaux) et pas particulièrement européen.


            • LanQou Le 14 mai 2016 à 19h02
              Afficher/Masquer

              Le christiannisme la seule chose qui ait unifié l’Europe?
              Les scissions (et massacres associés) protestante et orthodoxe étaient donc une unification masquée?

              Et puis l’Europe, il faudrait préciser, parce que certains pays des balkans sont aujourd’hui encore à dominance musulmane, sans doute que la puissance unificatrice du christianisme y a rencontré quelque obstacle.

              J’ajouterais aussi que ce n’est pas la seule chose, il y a un machin très jeune qui s’appelle UE, et qui comme le christiannisme à sa grande époque, espère couler tout le continent dans le même moule, et puis n’oublions pas notre Napoléon national qui lui aussi a voulu unifier l’Europe, avec un certain succès puisqu’une bonne part de l’Europe s’est unifiée contre lui.

              Pour conclure, je suis en accord avec vous pour dire que nier des racines chrétiennes à la plupart des populations européennes est une bêtise, mais peut-être moins dangereuse que d’en faire LES racines exclusives, comme vous le soulignez à juste titre.

              Par curiosité (j’avoue ne pas avoir été capable de visionner ce “débat” au delà de quelques minutes) à quel moment moscovici nie-t-il “les racines chrétiennes de l’Europe”?


            • Perekop Le 15 mai 2016 à 13h15
              Afficher/Masquer

              LanQou, désolée d’avoir l’air pédante, mais je ne peux pas vous laisser écrire que l’orthodoxie est une “scission” du christianisme (vous voulez sans doute dire “du catholicisme”, par une approximation courante en France). On ne peut pas la comparer au protestantisme qui, lui, est bel et bien une “scission” par rapport au catholicisme.
              L’orthodoxie, comme son nom l’indique (ortho = droit, au sens de rectiligne), s’en tient à l’enseignement des premiers conciles de l’Eglise chrétienne et n’a jamais dévié. Ce n’est pas elle qui a fait scission, mais plutôt le catholicisme…


            • Perekop Le 15 mai 2016 à 13h22
              Afficher/Masquer

              … (suite de mon commentaire à LanQou)
              Dans le cas de l’orthodoxie, c’est plutôt le catholicisme qui a fait “scission” par rapport au christianisme des premiers siècles, en voulant imposer ses innovations théologico-politiques à l’ensemble du monde chrétien. Sans unanimité de l’Eglise tout entière, interprétée comme la marque de l’Esprit saint, tout changement est une hérésie.
              Cela va du fameux Filioque à l’époque de Charlemagne et des papes “allemands” (cf l’excellente analyse de Guy Mettan dans son récent Russie-Occident, une guerre de mille ans, éd. des Syrtes) jusqu’aux prétendus “dogmes” de l’Immaculée Conception (= la conception de la Vierge Marie elle-même et non celle de Jésus, contrairement à ce que s’imagine le catho de base, persuadé du contraire et, en cela, il fait de l’orthodoxie sans le savoir, ce qui est assez comique) et de l’infaillibilité pontificale au XIXe siècle.


        • Xavier Le 14 mai 2016 à 14h25
          Afficher/Masquer

          Il ne peut y avoir de “retour” au polythéisme (ou Christianisme primitif ou Animisme ou que sais-je encore) car comme vous l’avez sans doute remarqué, la roue du Temps ne s’arrête pas…

          Il n’est donc pas possible de revenir à un moment figé de l’histoire.

          Et comme il y a eu un “avant” le ou les polythéismes (celte, perse, égyptien, grec , romain etc), d’autres pourraient par ailleurs vous répondre :

          ” A quand donc le retour à l’Animisme, enfin, après des siècles d’abâtardissement polythéiste puis chrétien?”


          • Pierre Le 14 mai 2016 à 16h15
            Afficher/Masquer

            On pourrait répondre que l’histoire est un cercle, ou plutôt une spirale, qui évoluant sans cesse, repasse cependant par des positions similaires (mais non identiques) au fur et à mesure de son déroulement. Mais c’est un peu de la philosophie de comptoir, je vous l’accorde


      • Xavier Le 14 mai 2016 à 14h37
        Afficher/Masquer

        La “ménagère” que vous évoquez est une éditorialiste de BFM TV nommée Hedwige Chevrillon.


      • Nicole de Nicomaque Le 15 mai 2016 à 03h29
        Afficher/Masquer

        Non, racine veut bien dire ce que ça veut dire. Quand j’étais au collège et au lycée, on nous parlait des origines “Greco-latines de l’Europe “, jamais des fameuses ” racines-chrétiennes-de-l’Europe ” ! Personne n’est cependant assez stupide pour nier 2000 ans de christianisme, tous schismes confondus. Mais de deux choses l’une, insister hier sur Athènes et Rome versus démocratie & république, vous conviendrez que ce n’est pas identique que d’insister aujourd’hui sur le Vatican et le Pape. Pourquoi insistent-il ainsi ? Dans quel but politique ? Rien que le visage de M.Moscovici me donne une envie de détestation certaine après avoir voté pour son parti pendant des décennies ( ce que je ne ferai plus jamais ), mais je comprends qu’il se refuse à graver dans le marbre européen (comme n’importe quel Traité verrouillé qu’il a signé ce félon ! ) une identité culturelle unidimensionnelle et finalement si problématique au regard de l’Histoire, par rapport à ses apports et à ses crimes.


        • Nicole de Nicomaque Le 15 mai 2016 à 03h30
          Afficher/Masquer

          Au moment même où les peuples sont pluriels, attachés à différentes sources spirituelles ou philosophiques, au moment même où ceux-ci aimeraient bien se défaire du matraquage bêtifiant d’une légende unique qui serait à la source de toute Histoire, que voudrait dire faire graver dans le marbre “l’identité-chrétienne-de-l’Europe “? Il y a là un loup dans le tapis et ce loup est hautement politique. On voudrait exclure des millions d’européens du projet politique en cours ( ou en voie de disparition ) … que l’on ne s’y prendrait pas mieux. C’est un moyen d’exclusion identitaire puissant, que de vouloir écrire de force un seul fait historico-politique comme base originelle d’une union politique. Il m’avait semblé pour ma part, que l’origine politique de l’Europe politique était plutôt la libération des camps de concentration en 1945 et la victoire sur le nazisme. Mais j’ai du mal comprendre ou alors il y a eu une telle réécriture de l’Histoire que j’en ai perdu mon latin.


          • Merle Le 16 mai 2016 à 18h03
            Afficher/Masquer

            Une racine n’est pas une origine. Une racine est un moyen de captation de ressources pour un arbre. Une racine nous nourrit. Je suis désolé, je suis un athée pur et dur, mais le christianisme est une racine de l’Europe. Pourquoi? Parce que le christianisme n’est ni plus ni moins que l’autre nom de notre racine Grecque. Les Evangiles ont été rédigées en Grec, elles reprennent la mythologie grecque, la science moderne est née de l’analyse des textes bibliques par les outils des penseurs grecs.

            Le christianisme nous nourrit chaque jour. Il suffit de voir la charité omniprésente dans notre comportement. Les grecs nous nourrissent chaque jour, ils ont inventé le cadre intellectuel que nous exploitons.

            Dire que l’Europe est de racine chrétienne est une vérité, et cela n’impose en rien une théologie sur ce continent. Il faut accepter notre héritage, être parfois critique vis à vis de lui, et continuer à avancer.

            Nietzsche (qui conspuait le christianisme , vague copié collé de Platon) nous a prévenu : il n’y a pas d’arbre qui ai de la grandeur sans qu’il ne s’enfouisse profondément dans le sol de ses racines.

            Le véritable drame aujourd’hui est la tentative de destruction systématique de nos racines. Un arbre sans racine se meurt. Et nous mourrons.

            Nier les racines, c’est le meilleur moyen de plonger dans l’hyper individualisme, le communautarisme et l’implosion des nations.


  8. Eric83 Le 14 mai 2016 à 08h45
    Afficher/Masquer

    Une révolution de couleur bientôt en République serbe de Bosnie ?

    https://fr.sputniknews.com/international/201605131024986338-republique-serbe-bosnie-manifestations/


  9. Dagobah Le 14 mai 2016 à 09h04
    Afficher/Masquer

    J’ai essayé d’écouter cette vidéo. Le propos de Nicolas Dupont-Aignan est intéressant et clair. Le sourire condescendant de Moscovivi qui écoute agace déjà.

    Dès que ce dernier ouvre la bouche c’est tout de suite insupportable. Il dit que son interlocuteur viens de dire tellement de bêtise qu’il ne s’abaissera pas à répondre….

    Je ne peux plus supporter les gens qui se comporte de la sorte, la journée s’annonce belle dans le sud, je suis de bonne humeur et tiens à le rester, je coupe la vidéo, j’ai plein d’autres trucs à faire.


  10. Gribouille Le 14 mai 2016 à 09h06
    Afficher/Masquer

    Y a deux choses intéressantes qui ressortent dans l’argumentaire de Moscovici et la complaisance des journalistes.
    La première est que NDA serait presque à être envoyé dans un asile dans la longue tradition de l’URSS (qui avait aussi coutume d’y envoyer ses opposants). Etre contre l’idéologie communiste, ou anti-européen aujourd’hui, serait la conséquence d’une maladie mentale qu’on pourrait soigner dans un établissement spécialisé.
    La seconde, qui est une alternative soft à la première, consisterait à laisser entendre que notre scepticisme envers l’Europe serait le fruit d’une mauvaise pédagogie de la part des institutions européennes. On assiste à un glissement qui stipule en 1) que ce projet européen ne saurait être critiquable, et que 2) nos oppositions contre lui seraient au final la résultante d’une incompréhension de notre part (puisqu’on vous dit que “there is no alternative”).
    En clair, un bourrage de crane sur les médias devrait suffire à régler tous nos problèmes. Sinon c’est l’asile direct, la camisole de force, et les douches glacées le matin pour remettre le cerveau en ordre. Oui l’Europe, n’a aucun problème, c’est nous le problème. A part ça, on vous répète que l’UE est une démocratie où même les fous peuvent donner leur avis…..


  11. Balthazar Le 14 mai 2016 à 09h55
    Afficher/Masquer

    Bonjour à tous.
    Comme beaucoup d’entre vous, je n’en peux plus de ” voir, écouter ” ces Oints du seigneur venir me dire quel idiot je suis. Oh que je vote mal. Oh que je suis raciste, islamophobe, populiste, regrettant le fascisme des années 30.
    Alors je me dis qu’en Pologne, Hongrie, Slovaquie, Grèce, Scandinavie les électeurs chassent ces traîtres à nos nations, vendus à l’hégémonon US.
    Le souci, c’est les révolutions de couleur qui se multiplient comme des petits pains, les merdias vendus jouant leur rôle à plein.
    Bref, le combat continue.


  12. Gregoire Le 14 mai 2016 à 10h13
    Afficher/Masquer

    Pour Moscovici le double jeu de la Turquie n’existe pas, le traité TAFTA est bien, et les citoyens de l’Europe sont des enfants ingrats qui ne comprennent pas ce que des gens comme lui, non élu à ses propres fonctions, font pourtant de si bien pour eux.

    Toute question posée par autrui est “dément, mensonge”, tout questionnement est irrévérencieux, toute incompréhension est la preuve de notre bêtise. Il n’explique rien, il ne dit rien.

    Je ne suis pas contre qu’on m’explique alors les valeurs de l’Allemagne, au lieu de me dire qu’ils ne pensent pas comme nous. Je veux bien qu’on m’explique le point de vue de l’Europe sur le double jeu de la Turquie, je veux bien qu’on réponde posément aux questions qu’on lui pose, parce que J’AI ENVIE DE SAVOIR. Et pas envie savoir qui je dois croire sans qu’il ait à me prouver qu’il a raison.


    • Chris Le 15 mai 2016 à 14h09
      Afficher/Masquer

      Les valeurs de l’Allemagne ? Très simple : DAX, DOW JONES, NASDAQ… Dommage que l’Allemagne ait abandonné le capitalisme rhénan qui plaçait les salariés au centre du système pour une forme d’économie sociale de marché : la cogestion.
      La réforme Hartz (libéralisation du marché du travail, baisse des prestations sociales et des retraites) a tout balayé : c’est un copié-collé du capitalisme anglo-saxon tourné vers l’actionnariat, seule mesure de l’efficacité d’une entreprise.
      Modèle que notre Gvt est en train de mettre en place à coup de 49-3 pour honorer les conditions du Traité de Lisbonne.
      Pour la France, ajoutez-y CAC40, etc…
      L’Union Européenne est un projet marchand où les populations, idiotes utiles, ne sont que des facteurs d’ajustement (productivité/consommation). Tout autre argument n’est que pure fables pour rêveurs et naïfs.


  13. Phil Le 14 mai 2016 à 10h33
    Afficher/Masquer

    Moscovici fidèle à lui même qui classe comme extrémiste tous ses contradicteurs (faute d’arguments) et les merdias en forme olympique dans les 2 dernières minutes à propos de la Turquie.
    Jacques Bénigne Bossuet :
    “Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes.”

    Sinon à propos des merdias, hier en zappant je suis tombé sur Jean Quatremer qui a dit “La loi El Khomri qui nous est tombé dessus du ciel …. concoctée par des énarques”
    http://info.arte.tv/fr/videos?arte_plus_7=1 (à la 5″)
    Notre adorateur de l’UE oubliant de dire que cette loi venait réellement de Bruxelles.
    Démocratie Kaput 5 (18/09/2015) :
    http://www.les-crises.fr/voyez-comment-la-france-est-sous-administration-de-bruxelles-5/


  14. Macarel Le 14 mai 2016 à 10h56
    Afficher/Masquer

    Pour Moscovici et ses pairs du P”S”, et de la Commission tout va bien. Il serait étonnant qu’il veuille que les choses changent. Tous ceux qui disent que ça ne va pas si bien, ne peuvent être que des gens de mauvaise foi, des populistes, voire des déments.
    Comme tous les gens de foi, si le monde n’est pas conforme au dogme qu’ils défendent, c’est qu’il y a trop d’hérétiques, de païens, trop de méchants. Ce n’est sûrement pas, parce que leur dogme est vicié quelque part. L’on ne peut discuter de façon sereine et constructive avec des croyants, car ils tournent en boucle dans leur credo.
    L’UE est dirigée par un ordre quasi-religieux, qui ira jusqu’au bout de l’application d’une politique dont on voit les effets désastreux, mais ils iront jusqu’au bout car la foi rend aveugle.
    Le drapeau aux étoiles dorées sur fond bleu, est d’ailleurs un symbole marial.
    Nous aboutissons à ce paradoxe que l’abolition des nations qui est au centre du credo de ces croyants -nations fondamentalement mauvaises parce qu’elles ont été facteur de guerres-, cette abolition conduit dans chaque pays à une nouvelle forme de guerre de religion, entre nationalistes et européistes. Ont le constate au travers de l’échange parfois violent entre les deux débatteurs.


    • Pierre Le 14 mai 2016 à 16h25
      Afficher/Masquer

      Tout à fait d’accord avec votre propos, mais malheureusement je n’y vois aucune autre fin que celle de l’URSS, s’effondrant par le carcan mental de ses élites séniles, Brejnev, Andropov, Tchernenko…je suis très pessimiste…


  15. Feelgood Le 14 mai 2016 à 11h25
    Afficher/Masquer

    Laissez les faire les euro-béats et le PS, ils se foutent tout seul dedans 🙂


  16. alexg81 Le 14 mai 2016 à 11h54
    Afficher/Masquer

    Moscovici nous montre à quel niveau est tombé la propagande européiste : comme ils savent que tout va extrêmement mal, ils n’ont plus que la coercition, l’autorité sans contre pouvoir, et le dénigrement de leurs détracteurs en les traitant de toutes les insultes possibles, pour imposer leurs points de vue et leur fanatisme. Emmanuel Todd mettait dans son dernier livre l’euro au même plan qu’une croyance religieuse.

    Mais les détracteurs – les eurosceptiques, car les partisans de la sortie de l’UE sont interdits d’antenne en France – sont encore partiellement dans le dogme car, même s’ils disent des vérités, préfèrent la collaboration à un système nihiliste en ressortant le thème de l’Autre Europe et de la renégociation des traités.

    Et petit rappel : l’article 17 du TUE définit la Commission Européenne comme le dictateur qui règne sur ce système institutionnel réformable uniquement par les grands détenteurs de capitaux.


  17. Claude Le 14 mai 2016 à 11h56
    Afficher/Masquer

    Mosco sans argument dans le déni et l’attaque personnelle visant à diaboliser l’interlocuteur.

    Bon fils d’un grand spécialiste de la psychologie sociale expérimentale outil de manipulation de masse.

    il déclare : l’Europe ne marche pas, c’est qu’il en faut plus. Les destructeurs ultra-libéraux disent donc la même les communistes en URSS. (De plus ll’UE n’est pas l’Europe.)

    Mosco parle à tord en notre nom : “ce que veulent, pensent les français …” Le seul référendum, celui de 2005, dit le contraire de ce qu’il avance.

    Ces gens là ne pensent qu’à garder cette UE qui les engraisse et leur permet de mener une vie luxueuse … à nos dépends. Ils sont pires qu’inutiles, ils nous sont nuisibles … avec notre argent.
    l’UE et son parlement fantoche c’est donc en pire la cour de Louis XIV avec tous ces grands nobles parasites qui vivaient sur le dos du peuple. Ca finira très mal pour eux.

    TAFTA est le cliquet arrière de TISA : privation irréversible (car TAFTA) des services publics.


  18. s de pouvoir,il donne des avis. Le 14 mai 2016 à 12h44
    Afficher/Masquer

    Quant on sort d’un débat dans lequel Moscovici est un des débatteur on est dans la certitude factice que tout va bien ou est sur le point d’aller beaucoup mieux.
    Tout est enrobé dans le miel.
    Enfin,on n’apprend rien.Passez mon bon messieurs,il n’y a rien à voir.


  19. tom Le 14 mai 2016 à 13h57
    Afficher/Masquer

    C’est domage que Mr Nicolas Dupont-Aignan saute d’une question a l’autre sans attendre vraiment que Mr Moscovici y repond.
    C’aurait ete mieux si Mr Nicolas Dupont-Aignan ait pose moins de questions et amener Mr Moscovici a donner une reponse plus profonde.
    Je me suis ennuiye a regarder la video jusqu’au bout car trop de questions sans finalement de bonnes reponses.


    • Pierre Le 14 mai 2016 à 16h30
      Afficher/Masquer

      D’accord avec vous (et d’autres d’ailleurs). NPD pose de bonnes questions, mais ne construit son discours que dans l’opposition, sans élaborer ou présenter d’alternatives. Débat stérile.


    • Frédéric Le 14 mai 2016 à 21h27
      Afficher/Masquer

      C’est surtout dommage que NDA, après avoir posé les problèmes concrets sur lesquels Moscovici aurait eu le plus de mal à répondre, finit par ce qu’il dit être le plus important c’est-à-dire que l’Europe est submergée de réfugiés et qu’on fait un cadeau à la Turquie. C’était un cadeau à Moscovici qui pouvait alors surfer sur l’OTAN et retourner l’attaque dans le registre de la lutte contre l’extrême droite représentée fort opportunément par NDA. Si Moscovici avait alors fait appel à la générosité et les bons sentiments envers les réfugiés, qui honorent par exemple les Grecs, NDA aurait été encore plus mal. Mais on ne parle pas de corde dans la maison d’un pendu.


  20. Schuss Le 14 mai 2016 à 15h25
    Afficher/Masquer

    Bonsoir,
    Il n’y a vraiment plus rien a attendre de positif de la part de nos dirigeants politiques. La machine est bien huilee pour eux et ils vivent grassement a nos depends. Ils ne se rendent meme pas compte qu’en brisant l’etat nation ils scient la branche qui les a fait naitre. Ils se comportent comme si l’argent dont ils profitent abusivement etait disponible sans que le peuple est besoin de produire cette richesse. C’est hallucinant…! Ils sont deconnectes complet. P. Moscovici Etait un ministre tellement pitoyable qu’ils l’ont ejecte a Bruxelles. Comme les deputes europeens n’ont aucun pouvoir il est , pour ainsi dire , neutralise sur le plan mediatico-politique. Et nous , cela nous coute 15000€/mois pour un type qui ne sert pas notre interêt. Ces gens là travaillent pour des interets supra nationaux. Maintenant tout le monde le sait ! Comment se debarasser de ce systeme qui broye les petits gens et corrompe les politiques ? jusqu’ou devrons nous nous abaisser pour satisfaire leur besoin de controle et de pouvoir ?


  21. Serguei Le 14 mai 2016 à 16h40
    Afficher/Masquer

    Moscovici est à côté de la plaque et Mr Nicolas Dupont-Aignan est comme d’habitude, pertinant et soulève de bonnes questions…


    • Brice Le 19 mai 2016 à 10h48
      Afficher/Masquer

      Il se faut de nous…mais à sa façon.
      Soulever les bonne question sans y répondre ne mène à rien…..


  22. evodemo Le 14 mai 2016 à 16h42
    Afficher/Masquer

    C’est moi ou tout au long du débat, j’ai entendu l’animatrice de BFMTV prêter une “oreille” plus attentive à Moscovici qu’à Dupont-Aignant, sans prendre le parti pris de ce dernier, je retrouve des caractères relevés par Acrimed chez la journaliste (et bien d’autres).
    Un débat n’ayant que pour nom “débat”. Beaucoup de zones brumeuses : ceci c’est bien… ceci c’est mal…


  23. olivier Le 14 mai 2016 à 17h04
    Afficher/Masquer

    Le problème c’est que ces gens sont vendus, achetés par l’UE. Lorsque leur carrière ralentie en France, quand la valse droite/gauche les met sur la touche, l’UE les recycle à des postes très bien rémunérés.
    Sapin l’incapable
    Peillon le grillé par ses programmes franc maçons et la théorie qui n’existait pas
    Harlem Désir le pion de Mitterand
    Cohn-Bendit le pion américain
    Tous ont pu prendre des vacances aux frais de la princesse UE.


  24. Maud Le 14 mai 2016 à 17h34
    Afficher/Masquer

    D’après M Moscovici avant Schengen il n’y avait pas de travailleurs frontaliers. Dans toute son intervention des énormités toutes les minutes. Dur à reprendre pour ses interlocuteurs et pourtant il faudrait. Moscovici : pathétique à l’image de l’UE. Le plus pathétique c’est la situation dans laquelle lui et ses compères entraînent les populations.


  25. Olympi Le 14 mai 2016 à 19h58
    Afficher/Masquer

    Je suis bien d’accord avec la conclusion de la vidéo il faut de la pédagogie, il faut apprendre aux peuple a accepter l’inégalité des nations et des hommes, il faut apprendre à l’homme européen à quel point la guerre économique est bon pour lui, il faut lui enseigner que la gouvernance allemande est bon pour lui, et deviendra enfin après cette conversion le nouvel homme européen.

    Plus sérieusement je suis fatigué d’entendre les hommes comme Jancovici blablater sa com, parler la langue de bois (au passage merci de confirmer que la Turquie à aider Daesh), sortir des attaques adhominen etc. Je me souviens d’une colloque rêveuse devant le mec qui a eu l’idée de grossir le diamètre des trous de tube à dentifrice afin d’en vendre plus. J’ai l’impression que notre époque c’est ça, rien à faire de la vérité, la seule chose qui compte c’est d’arnaquer les gens. Et les idiots le défendent..

    Je suis ingénieur, un mec comme ça on le garde pas un mois.


  26. Papagateau Le 14 mai 2016 à 22h29
    Afficher/Masquer

    Effectivement, ce débat est impossible à résumer parce que ce n’est pas un débat d’idées, mais un débat sur les faits.

    Au début, je trouvais Dupont-Aignan trop agressif.
    Puis quand j’ai eu l’idée d’un débat où l’enjeu est les faits, alors il n’y a plus d’autre alternative que d’interrompre, de briser en deux, toutes ces petites fables sur des mondes qui arrangent bien Moscovici.
    Mais qui sont de pures fables pour arriver à une conclusion logique mais fausse, car le début de l’histoire est fausse.

    Donc il faut interrompre avant que Moscovici arrive à la conclusion avec la force de l’évidence, et dire “le début/les faits sont faux” avant que la conclusion n’arrive.

    Je ne fais pas la liste des jolies fables, elles sont au moins dix. Plus leur dix conclusions logiques.


    • Merle Le 16 mai 2016 à 18h24
      Afficher/Masquer

      Parfaitement pertinent. Ce n’était pas un débat d’opinions. Moscovici niait, transformait, distordait la réalité grossièrement. Il est , comme Cambadélis, la politique du fait accomplit incarnée. Ce n’est plus la politique menée qui s’adapte au monde, c’est carrément le monde qui s’adapte à la politique menée. C’est la marque de l’autocratie.


  27. Brice Le 18 mai 2016 à 17h07
    Afficher/Masquer

    Bon, c’est bien beau tout cela mais personne n’explique (sauf François Asselineau) que les traités ne se modifient qu’à l’UNANIMITE des 28 pays membres.
    Ça commence à fatiguer d’être pris pour des jambons…

    https://www.youtube.com/watch?v=UPpXKtSJcRI

    Merci pour votre blog.


Charte de modérations des commentaires