Au final, on ne peut qu’être étonné du naufrage total de la réforme bancaire française, après la pire crise financière depuis près d’un siècle – et ce malgré les voix de plus en plus nombreuses, de tous bords, qui en appellent à une réforme simple et radicale pour sécuriser notre système bancaire : la scission.

On l’est finalement moins quand on prend conscience de la porosité entre la Haute Administration du ministère des Finances et les Directions des grandes banques françaises.

De façon surprenante, l’ENA semble être devenue l’école dédiée aux futurs dirigeants bancaires… Petit tour d’horizon vu à fin 2012 :

Mais il y a aussi Gilles Briatta, Secrétaire Général adjoint Société Générale (ENA),  Marie Cheval, Directeur des Paiements Société Générale (ENA / IGF), Philippe Heim, Directeur de la Stratégie Société Générale (ENA),  Pierre Mariani ancien DG de DEXIA (ENA / IGF), etc.

Ceci n’est qu’un échantillon, concernant la très haute Direction. Les effectifs totaux sont bien plus pléthoriques….

Ainsi, le nombre d’énarques dans les 4 mégabanques est supérieur à celui de toute la promotion 2012 (77 énarques).

Plus de 300 énarques exerçaient en 2012 dans le secteur financier, soit bien plus que dans n’importe quel ministère…

« Pas une seule fois je n’ai eu le moindre enseignement, la moindre formation sur les conflits d’intérêts. Je n’en ai pas entendu parler à l’Ecole Normale d’Administration. Aucune des personnes qui m’ont nommé ne m’a parlé de cette notion. » [Martin Hirsch, 23 septembre 2010, 20 minutes] ;

« La mission principale de l’ENA est de recruter et de former les hommes et les femmes qui feront vivre et évoluer les administrations, tout en leur transmettant l’éthique du service public, fondée sur des valeurs de responsabilité, de neutralité, de performance et de désintéressement. » [ENA, site Internet]

La plupart de ces très hauts dirigeants sont brillants – ce n’est pas la question –, mais on peut se demander pourquoi la vaste majorité des postes bancaires de Haute Direction sont à ce point trustés par une même école, qui forme les dirigeants administratifs réglementant le secteur bancaire… Le problème est que ce qui n’aurait dû être qu’une exception soit à ce point devenu une règle.

Car finalement un grand problème se pose avec le fait que la plupart des hauts-fonctionnaires du Trésor qui ont préparé ce projet de loi bancaire rêvent d’aller travailler (et de faire fortune…) dans une de ces grandes banques – où beaucoup iront ! La tentation de ne pas se mettre à dos d’importants futurs employeurs est donc forcément présente… En tous cas, cette porosité ne peut qu’induire de telles suspicions ; et comme on l’apprend à l’ENA : Caesaris mulier non fit suspecta (“La femme de César ne doit pas être soupçonnée”).

Ainsi, pour empêcher de tels soupçons, la loi devrait interdire pendant une dizaine d’années le moindre pantouflage entre les hauts-fonctionnaires de Bercy et un comité exécutif dans une de nos mégabanques. Ce délai se justifie en raison des salaires démesurés du secteur bancaire. Allez dans le privé peut être positif, mais il convient de passer du temps à apprendre le métier avant de rejoindre un état-major. Et la Finance ne peut être aussi prépondérante dans les recrutements – l’Industrie a aussi besoin de talents !

Après tout, on n’est pas censé faire l’ENA pour finir banquier, pas plus que HEC ou Polytechnique ne sont censés être la voie royale vers la Cour des Comptes ou le Conseil d’État…

En tous cas, voici Ramon Fernandez, le Directeur du Trésor qui a préparé la réforme bancaire (qui a été nommé par Nicolas Sarkozy, et qui est toujours là…) :

Gageons que nous le retrouverons bientôt dans un des grands groupes bancaires – il le mérite en tous cas, tant les services rendus auront été précieux…

P.S. Le mal progresse toujours. Ainsi, le conseil d’administration de la nouvelle Banque Publique d’Investissement (BPI) comprend 1 président et 12 administrateurs :

  • Président (directeur général de la Caisse des dépôts et consignations) : Jean-Pierre Jouyet
  • Directeur général : Nicolas Dufourcq
  • Représentants des régions : Ségolène Royal et Jean-Paul Huchon
  • Représentants de l’État : Louis Gallois, David Azéma, Delphine D’Amarzit et Maud Bailly-Turchi
  • Représentants de la Caisse des dépôts et consignations : Antoine Gosset-Grainville, Aline Morancho et Agnès Pannier-Runacher
  • Personnalités qualifiées : Amélie Faure et Nicolas Théry

Sur les 13 membres du conseil, 11 sont des énarques – record battu !

71 réponses à Une spécificité française : l’énarchie bancaire

  1. Ankou78 Le 04 juillet 2013 à 06h59
    Afficher/Masquer

    Confirmation si on en avait besoin de la collusion entre nos élites et le milieu de la Finance.

    Et ça donne l’impression, mauvaise, que pour nos jeunes QI++, la seule voie aujourd’hui est la Finance, les détournant de formations d’ingénieurs, chercheurs, dont nous avons le plus besoin aujourd’hui.

    A reformer


    • Olivier Vitri Le 06 février 2014 à 23h59
      Afficher/Masquer

      N’oubliez pas les entrepreneurs. Je connais des X qui ont fait ce pas plutôt que de pantoufler dans une direction institutionnelle; certes les X ne sont pas des énarques, bien que certains cumulent parfois…


  2. FLURY Le 04 juillet 2013 à 07h08
    Afficher/Masquer

    Formidable, Olivier. On ne peut donc plus être surpris par ce qui se passe en France, dans le monde bancaire et ailleurs. Tout cela est tellement normal et attendu. Lorsque nous disions que la loi bancaire avait été rédigée par la Fédération Bancaire Française, nous avions tort! Elle a bien été rédigée par le Ministère mais il y a confusion, ce sont les mêmes. Consanguinité, affinités électives, entre-soi! Au moment où démarre l’examen de la loi sur la moralisation, voilà un beau sujet de réflexion!


  3. Galuel Le 04 juillet 2013 à 07h54
    Afficher/Masquer

    “La plupart de ces très hauts dirigeants sont brillants – ce n’est pas la question –”

    Ah !?

    Selon quel axe de mesure ? L’axe de mesure scientifique consiste à se référer à l’expérience pour établir des résultats reproductibles, sans jugement de valeur.

    Ainsi on ne dit jamais d’un résultat de mesure qu’il est “brillant” ou “sombre”… On donne sa fréquence de rayonnement éventuellement s’il s’agit de couleur.

    Là l’expérience donne comme résultat de mesure une fréquence très basse, si l’on considère comme mesure le respect des 4 libertés économiques dans l’espace-temps, et particulièrement la non-symétrie temporelle en regard des générations nées depuis 1970 comparativement à celles nées avant.

    link to blog.creationmonetaire.info


    • Erstam Le 04 juillet 2013 à 08h37
      Afficher/Masquer

      “La plupart de ces très hauts dirigeants sont brillants – ce n’est pas la question –”

      Je crois que cette réflexion est surtout destinée à ce que le débat ne parte pas sur une fausse piste. La qualité de la formation de ces gens, on s’en moque. Le sujet de l’article, c’est le conflit d’intérêt entre législateurs et bénéficiaires…


      • step Le 04 juillet 2013 à 09h42
        Afficher/Masquer

        Cela pose aussi la question des autres “valeurs” que l’efficacité neuronique. Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. On a formé avec acharnement des grosses têtes souvent matheuses pour les mettre aux responsabilités, sans se poser la question de leur formation aux humanités et leur ossature éthique. efficacité intellectuelle, savoir-vivre et savoir-faire managérial peuvent voyager de concert dans une même personne, mais ce n’est absoluement pas garanti.


        • dadone Le 04 juillet 2013 à 10h43
          Afficher/Masquer

          Il faut bien comprendre qu’en temps de guerre le général ou capitaine d’industrie est un maillon important alors qu’en temps de paix il ne sert plus à grand chose.
          La concurrence acharnée que se livre les nations entre elles et les sous système à l’intérieur des nations a comme conséquence une augmentation de la complexité à tous les niveaux. On alors besoin de grosses capacités intellectuelles pour maîtriser cette complexité.
          Mais le fond du problème c’est cette guerre de tous contre tous qui épuisent les peuples et l’écosystème.
          Comme l’effondrement est désormais inéluctable, un nouveau régime devra en terminer avec cette caste aussi nuisible que l’était la noblesse guerrière de l’ancien régime.


          • jducac Le 04 juillet 2013 à 12h00
            Afficher/Masquer

            @ dadone Le 04 juillet 2013 à 10h43

            Comme l’effondrement est désormais inéluctable, un nouveau régime devra en terminer avec cette caste aussi nuisible que l’était la noblesse guerrière de l’ancien régime.

            Certes, mais l’énarchie est une caste qui sait se défendre. Elle sait que, tel un arbre, elle ne peut se maintenir sans avoir un système de racines suffisamment développé pour lui donner une base, une assise, qu’elle s’emploie à traiter de manière privilégiée. C’est cette oligarchie fonctionnarisée qui plombe l’économie française pour assurer sa survie au détriment de l’intérêt général et de la justice sociale qu’elle met cyniquement en avant pour s’attirer la sympathie des foules, tant qu’elles n’auront pas compris la supercherie.

            Nos partenaires européens, qu’ils soient à Bruxelles ou à Berlin, ne sont pas dupes. C’est ce qui les amène à parler sans détour. Ce qui conduit à diviser l’Europe, à savoir le maintien du privilège conduisant certains pays à travailler moins et consommer plus que ce qu’ils gagnent, y compris une fois l’âge de la retraite arrivé, va aussi conduire à diviser les Français en amenant la guerre entre public et privé. Ainsi, l’énarchie pourrait même conduire à l’anarchie.

            L’année 2013 devait initier la grande réforme du système de retraites, en voie d’asphyxie financière. La loi Woerth du 9 novembre 2010 prévoyait, en son article 16, l’organisation d’une grande « réflexion nationale » sur « les objectifs et les caractéristiques d’une réforme systémique », en trois points :

            .remise à plat du système des retraites

            .équité entre les régimes

            .liberté laissée aux assurés de choisir le moment et les conditions de leur départ à la retraite.

            Au lieu de quoi, le rapport Moreau enterre la réflexion nationale – accaparée, via la commission de réflexion sur l’avenir des retraites, par une dizaine de fonctionnaires, tous affiliés à un régime spécial – et ne retient aucun des trois objectifs prévus par la loi.

            link to sauvegarde-retraites.org


          • grub Le 04 juillet 2013 à 16h00
            Afficher/Masquer

            Le capitalisme a besoin de concurrence qui elle-même détruit le capitalisme en faisant baisser les taux de profits.
            Grâce ou à cause de l’informatique la concurrence oblige a de plus en plus de complexité.
            Mais aucun être humain n’est capable de maîtriser la complexité actuelle. Trop de variables, trop d’intrications. Aux mieux, peuvent-ils se baser sur des modèles qui sont de toutes façon limités.

            Tout ça pour dire que je doute de leurs utilités.


          • dadone Le 04 juillet 2013 à 16h20
            Afficher/Masquer

            @grub
            L’informatique est un fléau.
            Lire pour le comprendre :
            link to lois-economiques.fr


  4. Macarel Le 04 juillet 2013 à 08h27
    Afficher/Masquer

    De Gaulle et la création de l’ ENA:

    Pour l’homme du 18 juin, les défaillances des élites, qu’elles fussent politiques, administratives ou militaires, avaient rendu possible le grand effondrement de 1940. Dans la remise en ordre nécessaire du pays, dans sa reconstruction au sortir de la guerre, la réforme de l’administration, et en particulier de la haute administration, revêtait une importance particulière. Ne fallait-il pas des généraux et des préfets qui fussent capables, cette fois, d’ « idées générales » et de « vues à longue portée » ? Des hauts fonctionnaires, des dirigeants qui ne refissent pas les erreurs de leurs prédécesseurs, qui, selon Giraudoux, « acharnés à conduire une nation comme on conduit un train, s’entêtaient à placer le Français toujours devant l’événement et jamais devant l’époque ? »

    Soixante huit ans après:

    Voici comment se comporte un énarque à la tête du pays…

    deux jours après…

    link to dailymotion.com

    La France obtempère le petit doigt sur la couture du pantalon, aux pressions de Washington qui soupçonne l’avion du Président bolivien de contenir le fugitif Snowden, et interdit le survol de son espace aérien par l’avion présidentiel. La France mais aussi l’Italie, l’Espagne, le Portugal.

    L’ Europe plus que jamais vassale de l’oncle Sam, à genou devant la puissance américaine.
    Puissance pourtant toute relative, car si ce pays était un pays normal, il devrait reconnaître sa banqueroute. Mais voilà, les USA sont un pays au mains d’un formidable complexe militaro-industriel, de formidables intérêts financiers devant lesquels s’inclinent tous les hommes politiques de ce pays, et bien évidemment d’ailleurs, plus particulièrement des pays satellites qui composent l’UE.

    link to youtube.com

    Deux jours après avoir joué les vierges effarouchées “en apprenant” les révélations de Snowden sur l’espionnage intensif de ses “alliés” par Washington, voilà que tout ce petit monde européen, Barosso en tête, tels les bourgeois de Calais, assure son maître de sa fidélité, et que les négociations sur le Grand Marché Transatlantique démarreront la semaine prochaine, comme prévu.

    Grandeur et décadence d’une Europe en pleine déconfiture, se mettre à genou devant le “pays des doigts de l’homme”. Je fais ici référence au fait que lorsque vous passez les service de l’immigration en entrant aux USA, vous devez dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, faire enregistrer les empreintes de tous vos doigts. Empreintes qui iront enrichie les bases du grand Big Brother, qui ne veut que notre bien.

    Enfin, notre Président a fait acte d’autorité, là où il peut encore exercer son pouvoir: en limogeant une deuxième ministre de l’écologie. L’écologie, que pèse-t-elle dans le contexte actuel, “on” a bien d’autres chats à fouetter. Cela n’a pas empêché les deux derniers ministres verts de rester dans le gouvernement, toute honte bue. O tempora, o mores!

    Soixante huit ans après, malgré la création de l’ENA, les élites défaillent une fois encore, et nous conduisent vers un effondrement pire qu’en 1940. Comme quoi, il ne suffit pas d’une école pour former des dirigeants d’envergure, il faut aussi des hommes ou des femmes de tempérament, qui ont du courage, et qui incarnent un projet pour la Nation. De Gaulle ne m’aurait pas démenti, lui qui a créé l’ ENA.

    N’oublions pas que c’est aujourd’hui la date anniversaire de la Déclaration d’Indépendance des Etats-Unis. Que malheureusement 237 ans plus tard les valeurs portées haut et fort à la face du monde à cette occasion sont de plus en plus bafouées, à commencer par les descendants de ceux-la mêmes qui les ont proclamées.

    Le pays des “Droits de l’Homme” – émancipé de la tutelle coloniale britannique – étant devenu l’Empire sécuritaire paranoïaque des “Doigts de l’Homme” .

    Citoyens de tous les pays, il est temps de vous lever et de vous mettre en marche pour renouer avec les valeurs d’émancipation et de liberté qui ont inspiré vos grands ancêtres. En y ajoutant aujourd’hui les préoccupations sur l’avenir de notre environnement planétaire, de notre planète, berceau d’une humanité aujourd’hui en péril.


  5. amemar Le 04 juillet 2013 à 08h42
    Afficher/Masquer

    Cela me fait penser à l’histoire de l’Espagne et du Portugal. Au XVIIè siècle, l’or des Amériques affluait dans ces deux pays à tel point que travailler était mal vu. Il fallait être un hidalgo, un oisif pour faire l’admiration de ces concitoyens. Résultats des courses, les ibériques ont presque totalement abandonné la plupart des métiers manuels, soit l’essentiel en ces temps non mécanisés ! Les savoirs-faire furent perdus de même que le goût du progrès . Ils durent faire venir des travailleurs immigrés, souvent des Français, pour leur faire du pain ou réparer leurs chaussures ! Lorsque l’or américain vint à manquer et que les moyens de payer pour assurer le quotidien firent défaut, la péninsule sombra dans le sous-développement dont elle a eu beaucoup de mal à se sortir.
    Notre “industrie” financière aujourd’hui attire à elle la plupart de ceux à qui la nation, et leurs capacités, il faut le reconnaître, permettent d’être formés dans nos grandes écoles, qui je le rappelle, coûtent cher au contribuable, privant ainsi des secteurs entiers de “cerveaux” dont ils ont besoin. On finira comme les Ibériques par être obligés d’importer des ingénieurs, des médecins (ce qui est déjà le cas pour assurer les gardes dans les hôpitaux !), des chercheurs etc.. soit tous gens utiles et indispensables pour assurer nos quotidiens et surtout notre avenir.
    Finalement ces gens sont des voleurs. Ils se font payer leurs grandes études pour s’enrichir et pour les remplacer le pays doit “importer” des travailleurs qui sont formés par d’autres Etats ! Ils volent tout le monde comme d’habitude !


    • toll Le 04 juillet 2013 à 16h53
      Afficher/Masquer

      La France n’a plus besoin d’ingénieurs, son industrie est à la ramasse.


      • Deres Le 04 juillet 2013 à 17h06
        Afficher/Masquer

        Tu as raison. Il faut faire une école de RSAiste. Ça on en a de plus en plus.


    • Deres Le 04 juillet 2013 à 17h08
      Afficher/Masquer

      En plus, leurs études, payés en tant que fonctionnaire, comptent dans leurs années pour atteindre le droit à la retraite …


      • step Le 04 juillet 2013 à 17h38
        Afficher/Masquer

        Ha, je savais que je m’étais fait avoir. Non seulement j’étais pas payé mais en plus je cotisais pas. pfff.


  6. fabien775 Le 04 juillet 2013 à 09h03
    Afficher/Masquer

    Il faudrait instaurer des cours de morale à l’ENA pour expliquer aux étudiants que le privilège qu’ils ont d’avoir été accepter dans cette école devrait les inciter à être des serviteurs de l’état intègres et honnêtes.


    • Rycochet Le 04 juillet 2013 à 09h34
      Afficher/Masquer

      Certes, ça ne peut pas nuire, mais une bonne loi antipantouflage, ce serait encore mieux. À condition que cette loi ne soit rédigée par eux!


    • bizbee Le 05 juillet 2013 à 14h42
      Afficher/Masquer

      l’ENA c’est pas non plus Bisounoursland. des cours de morale…


  7. GRRR Le 04 juillet 2013 à 10h05
    Afficher/Masquer

    Cela me rappelle cette vieille blague:
    Quelle différence y a t il entre une forêt de chênes et l’ENA?
    Aucune, les deux sont remplies de glands.


  8. step Le 04 juillet 2013 à 10h17
    Afficher/Masquer

    Tiens un petit hors sujet, On a vu cette semaine un bel exemple de faible avec les forts, fort avec les faibles gouvernemental. Entre l’arrêt buffet imposé au président Morales sur ordre américain (que reste t’il de l’inviolabilité des déplacements présidentiels et la tradition d’asile politique de la France) et le limogeage de Mme Batho (qui n’a pas dit le 1/4 de ce que d’autres ministres se sont permis, mais qui permet de faire un exemple “d’autorité” pour pas cher), je ne doute pas que nos intérêts seront défendus avec tout le courage nécessaire lors de l’ouverture des négociations transatlantiques qui commencent ce 8 juillet. (oui parce que malgré les coups de mentons télévisuels, rien n’a changé dans ce planning).


    • step Le 04 juillet 2013 à 13h20
      Afficher/Masquer

      tiens, macarel, les grands esprits se rencontrent. En tout cas ton post est plus soigné, ce qui explique les 2h pour le valider. Il n’existait pas encore quand j’ai posté, mais je vois avec soulagement, que je n’étais pas le seul a vouloir marquer le coup.


    • jacqueline Le 04 juillet 2013 à 15h09
      Afficher/Masquer

      Surtout quand on voit l’énergie qu ‘ils ont dépensé pour sauver le “Couac Cahuzac”.

      Pour bosser aux PTT pendant les vacances, on devait passer aux RG pour montrer patte blanche !!! Apparemment pas pour être ministre socialiste.


  9. DT911 Le 04 juillet 2013 à 10h21
    Afficher/Masquer

    Ce n’est pas l’ENA qui est devenue une école de dirigeants de banque mais l’Inspection générale des finances, qui n’en est qu’un corps de sortie (certes l’un des plus prestigieux). La majorité des étudiants de l’ENA deviennent “administrateurs civils” en ministère, servent bel et bien l’administration et y travaillent d’ailleurs comme des forcenés.


  10. amorgos Le 04 juillet 2013 à 10h32
    Afficher/Masquer

    Sans rapport avec le sujet, je suis affligé par l’absence dans les médias de la bavure “diplomatique” de Hollande au regard de la BOLIVIE, geste bien sûr significatif et révélateur de l’asservissement de de notre pays LA FRANCE (et de ses médias) par les US.

    Nous sommes descendus bien bas, et sommes à présent une petite nation faible et cannibalisée.

    Que font les jeunes français à ne pas réagir sur leur avenir dans ce pays ???? c’est une vraie question


    • Amsterdammer Le 04 juillet 2013 à 11h13
      Afficher/Masquer

      Alors que dire de la servilité de nos dirigeants ici aux Pays-Bas, ces braves toutous de l’Oncle Sam… :-S

      Les ******* de l’actuel gouvernement sabrent dans les bugdets des soins aux personnes âgées, mais persistent à vouloir claquer des milliards dans le JSF, afin de pouvoir continuer à jouer les supplétifs de l’armée américaine en toute bonne conscience.


    • Raphaël Le 04 juillet 2013 à 12h08
      Afficher/Masquer

      “Que font les jeunes français à ne pas réagir sur leur avenir dans ce pays ???? c’est une vraie question”

      Ils passent leur bac ;-) (passe ton bac d’abord).


      • step Le 04 juillet 2013 à 13h22
        Afficher/Masquer

        pourquoi les jeunes ? Ce n’est pas parcequ’on a passé un certain âge qu’on aurait l’autorisation de laisser faire n’importe quoi.


    • step Le 04 juillet 2013 à 13h23
      Afficher/Masquer

      sisi moi même et macarel (plus haut) sans nous consulter.


    • Deres Le 04 juillet 2013 à 17h04
      Afficher/Masquer

      L’humiliation de Flamby lors de son séjour au Qatar n’a pas été trop décrite non plus … Accueil par un ministre, entretien avec l’émir de courte durée, visite d’un musée avec un simple conférencier et changement d’émir deux jours après … les qataris savent bien qu’ils ont tous les droits chez nous et ils nous traitent à l’avenant comme des serviteurs. D’ailleurs en parallèle, ils livrent des armes dont des missiles sol-air en Syrie en allant à l’encontre de notre diplomatie.


      • bizbee Le 05 juillet 2013 à 14h45
        Afficher/Masquer

        bof, ils feront moins les malins avec Laurent Blanc au PSG…
        dsl, je sors…


  11. pyrrhogaster Le 04 juillet 2013 à 11h01
    Afficher/Masquer

    Ce qui est le plus en cause c’est la diversité des points de vue. Pour prendre une bonne décision l’expression d’opinions différentes émises par des personnes qui ont des expériences variées est une nécessité.

    Qui dans ce CA sait ce qu’est la vie du dirigeant de PME ?


    • Raphaël Le 04 juillet 2013 à 12h05
      Afficher/Masquer

      Panel édifiant !
      J’ai honte (et mal) pour mon pays.


  12. Marvin Le 04 juillet 2013 à 12h39
    Afficher/Masquer

    Mais… ôtez moi un doute, là:

    on ne peut pas être à la fois à l’IGF et dans le directoire d’une grande banque (ou même entreprise) au moins? Ils pantouflent bien d’un fauteuil à l’autre, ils se vautrent pas dans les 2 en même temps?

    J’hallucine d’en voir autant porter le titre de “conseiller de l’à-peu-prèsident de la République”… Je veux dire: pour équilibrer, combien de responsables associatifs avec un sens de l’engagement citoyen aussi fort que que le sens de l’intérêt privé de ces “conseillers” ont aussi l’oreille du PR?


  13. BIGGLOP Le 04 juillet 2013 à 12h47
    Afficher/Masquer

    Merci pour cette étude qui peut s’appliquer à Polytechnique, Sciences Po, INSEAD.
    Le problème est que dans ces formations la diversité de pensée est réduite au libéralisme (a l’exception de rares enseignants) et surtout qu’elles sont les moules d’une oligarchie.
    Aujourd’hui, la France est malade de ses Grandes Ecoles en reprenant le titre d’un article :
    «Des esprits brillants, pleins de confiance et parfois d’arrogance», qui deviennent ensuite ministres, conseillers ministériels, hauts fonctionnaires ou PDG des grandes entreprises françaises. Des hommes et quelques femmes qui ne sont pas nécessairement taillés professionnellement pour ces postes, même s’ils ont obtenu de brillants résultats scolaires. «Ce jeu est néfaste pour la nation tout entière»
    Un système «méritocratique qui repose entièrement ou très largement sur les performances scolaires», ainsi que sur le diplôme. «Nulle part ailleurs dans le monde la question de savoir où vous avez fait vos études ne détermine si profondément votre carrière, et le destin de toute une nation»
    «En France, on est plus qu’ailleurs dans l’uniformité de la pensée. Bien sûr les gens qui sortent de l’ENA ou de Polytechnique sont très intelligents, mais ils ont surtout été préparés aux méthodes d’analyse et de synthèse”
    link to leblogalupus.com
    Bon, il y a du travail sur la planche.


    • dadone Le 04 juillet 2013 à 13h18
      Afficher/Masquer

      La France n’est malade de ces élites puisque tous les pays sont concernés. Ce sont les comportements de ces élites qu’il convient de modifier. Or seuls la modification des structures peuvent influencer leurs comportements car comme dit Lordon :

      Si vous voulez changer les comportements, changez les structures qui déterminent ces comportements.


    • Surya Le 04 juillet 2013 à 14h52
      Afficher/Masquer

      à l’exception de l’X (qui est une école d’ingénieur), les autres sont des écoles privées (sciences po a un statut un peu particulier)


      • bizbee Le 05 juillet 2013 à 14h47
        Afficher/Masquer

        “les autres sont des écoles privées ”

        ce qui ne les empêche pas d’être financer en majorité par l’Etat… alors privée…


      • araok Le 05 juillet 2013 à 17h43
        Afficher/Masquer

        Juste pour pinailler: l’X n’est pas une école d’ingénieur. Si vous voulez avoir ce titre il faut compléter par une école d’application ex X-Pont ou X-Mine sinon vous êtes “juste” ancien élève de polytechnique…


    • Deres Le 04 juillet 2013 à 16h59
      Afficher/Masquer

      Si nos élites étaient des férus de libéralisme, on serait au courant … Ce sont toujours des fervents défenseurs de l’Etatisme qui bien loin de la justice sociale mise perpétuellement en façade rend tout d’abord justice à ses serviteurs zélés. Le fonctionnaire de base n’est pas de loin le mieux servi contrairement à ce qui se dit sur le zinc … La conclusion de tout rapport écrit par un énarque (ils appellent cela des notes de synthèse) est donc la nécessité de créer un structure pour gérer le problème étudié et de nommer un expert à sa tête, par exemple l’auteur de la dite note ou un de ses camarade.


    • chg Le 06 juillet 2013 à 00h41
      Afficher/Masquer

      biggleu si vous voyez du libéralisme dans l’énarchie, il vous faut changer de lunette ! (ou les remettre à l’endroit)


  14. totor Le 04 juillet 2013 à 13h14
    Afficher/Masquer

    Je lis avec attention LEAP depuis que je le connais, mais là, ils m’en bouchent un coin…
    link to leap2020.eu

    On vit sur la même planète?


    • step Le 04 juillet 2013 à 14h14
      Afficher/Masquer

      bah, ils font les fiers à bras dans les 2 ans avant la prévisible flambée des partis euro-sceptiques.
      Quand on a le décorticage de ‘l’union bancaire’ fait par olivier et l’augmentation de la cohésion économique annoncée par le leap, on se dit que le novlangue fait des ravages…


    • BIGGLOP Le 04 juillet 2013 à 17h20
      Afficher/Masquer

      Les rédacteurs du LEAP vivent dans la banlieue de Jupiter, sur son satellite Europe d’où ils observent la planète bleue où s’agitent, dérisoirement, de drôles d’insectes.


      • bizbee Le 05 juillet 2013 à 14h49
        Afficher/Masquer

        “dans la banlieue de Jupiter, sur son satellite Europe d’où ils observent la planète bleue où s’agitent, dérisoirement, de drôles d’insectes.”

        vous voulez parlez du lieu-dit les-crises.fr ?
        ok je sors…


  15. totor Le 04 juillet 2013 à 13h35
    Afficher/Masquer

    Et dans l’autre sens, les politiques chargées de la réforme bancaire:

    - Karine Berger, Polytechnicienne, qui doit désormais avoir sa place au chaud dans une de nos mégabanques après avoir savamment sabordée la réforme bancaire comme l’auteur et les lecteurs de ce blog le savent bien, en ostracisant toutes les voix alternatives prônant une vraie séparation, célèbre pour avoir compté deux fois jusqu’à l’infini sans reprendre son souffle [http://fr.wikipedia.org/wiki/Karine_Berger, #KarineBergerFacts],
    - associée à Valérie Rabault, diplômée des Ponts et Chaussées (!) qui a d’abord été inspectrice à la Société générale, puis recrutée par BNP Paribas comme responsable de la surveillance des risques avant d’être élue députée sous les couleurs du PS( sans commentaires…).
    link to fr.wikipedia.org

    link to challenges.fr
    link to lecercle.lesechos.fr
    link to voie-militante.com

    Pfffff, on nest pas sortis de l’auberge…


  16. step Le 04 juillet 2013 à 13h58
    Afficher/Masquer

    dans le registre, le néolibéralisme échoue parce qu’il n’y a pas assez de néolibéralisme:

    link to courrierinternational.com

    Que des entreprises joue un rôle dans la partie professionalisante de la formation scolaire me parait tout à fait possible, le reste va être un fiasco. Ce fera des concurrents de moins dans la mélée européenne. Rhoo pas bien, quel manque de solidarité européiste, ce step!


  17. La Roque Le 04 juillet 2013 à 14h15
    Afficher/Masquer

    Bonjour Olivier

    Je citerai le cas intéressant de pierre Richard, fondateur et président du groupe DEXIA qui a fait l’École polytechnique (promotion X 1961),qui est devenu ensuite membre du corps des Ponts et Chaussées.
    Car outre la porosité qui existe entre les hauts fonctionnaires et les banques, il y a les privilèges qui vont avec:
    Mr Richard après avoir laissé une ardoise de plusieurs milliards à la France, touche une retraite chapeau estimé à 620 000 Euros par an depuis 2006 !
    Après un accord ressent avec le conseil d administration la prime passera à 300 000 Euros.
    C’est la double peine pour le contribuable!


    • bizbee Le 05 juillet 2013 à 14h50
      Afficher/Masquer

      et en plus, qu’est-ce qu’il joue mal !


  18. Bill Le 04 juillet 2013 à 14h38
    Afficher/Masquer

    Cancer: regroupement de cellule inutile (voir nuisible) en une entité organisé semblable à un organe important (au début) qui graduellement monopolise toutes les énergies du corps jusqu’à épuisement total, toute son activité est totalement parasite et n’a rien a voir avec les fonctions réels du corps et ce processus se poursuit jusqu’à effondrement.Et toute les” bonnes” cellules (individus) y contribuent aveuglément et persistent à alimenter et relancer le système.

    Remplacé les mots cancer par” banque” ou ”finance” et le mot corps par” société”


    • Raspoutine Le 05 juillet 2013 à 11h27
      Afficher/Masquer

      Remplacer “cancer” par “ENA”. Une fois arrivés dans un organisme nouveau ils le colonisent!


  19. jacqueline Le 04 juillet 2013 à 15h32
    Afficher/Masquer

    Au début de sa déclaration lors de sa conférence de presse, belle paire de claques de Delphine Batho au Blayrault de Matignon.. :) )


  20. Ermisse Le 04 juillet 2013 à 16h13
    Afficher/Masquer

    E.N.A. = Ecole nationale d’autisme


    • jacqueline Le 04 juillet 2013 à 16h19
      Afficher/Masquer

      Quelle est la différence entre un train et un énarque ?

      Un train finit toujours par s’arrêter lorsqu’il déraille.


  21. toll Le 04 juillet 2013 à 16h43
    Afficher/Masquer

    “Et la Finance ne peut être aussi prépondérante dans les recrutements – l’Industrie a aussi besoin de talents !”

    Tels J6M énarque parachuté chez Vivendi qui a voulu faire le kéké à Hollywood et il n’est pas le seul à être adoubé capitaine d’industrie d’une grosse CAC et n’y rien connaitre.

    Michel Bon, ancien P.-DG de France Telecom et de la RATP

    Didier Lombard ex-P.-DG de France Telecom de 2002 à 2007, où sous son règne 120 salariés se suicidèrent et qui fut « démissionné » au bout de 5 ans

    On cite l’Allemagne souvent, eh bien elle n’a pas d’ENA ou Sc Po, mais ses entreprises s’en passent sans problème.


  22. Deres Le 04 juillet 2013 à 16h54
    Afficher/Masquer

    Pour la BPI, le plus hallucinant est que la tentative de justification de la diversité des personnes est une fumisterie. les deux politiques représentants des régions, Royal et Huchon, sont des énarques. le représentant de l’industrie, Gallois est aussi un énarque …

    En tout cas, comme saine mesure je propose à tout un chacun, quel que soit son bord de ne plus jamais donner sa voie à un énarque ou à un haut fonctionnaire. De la même manière que pour les cumulards et les réélus pendants 30 ans, une saine réaction de votants sera plus efficace que des lois pléthoriques. Si une catégorie perd systématiquement les élections, les partis les empêcheront rapidement de se présenter …


    • step Le 04 juillet 2013 à 17h44
      Afficher/Masquer

      et que fait on quand tous les concurrents à l’élections sont des hauts pantouflards (fonctionnaires ou pas d’ailleurs) ?

      Le problème n’est pas le “voter contre”, ça tout le monde le fait, mais d’avoir la possibilité de voter contre. Car même celle là, elle s’ammenuise.


  23. franck69 Le 04 juillet 2013 à 17h09
    Afficher/Masquer

    Je comprends qu’on soit assez remonté contre “une caste” de gens devenus privilégiés. En effet l’enarchie agace depuis longtemps. L’ENA est l’école qui a fini par faire des légions dansla politique et donc aussi dans la banque.

    Ce qui agace le plus, et a juste titre c’est que bien trop d’élites dirigeantes du public et du privé, de la banque comme d’autres secteurs, sont issus de cette école. Alors la solution c’est de l’arrêter ? c’est ce que souhaitent beaucoup d’anciens énarques ( comme Fabius – histoire de fermer le robinet des concurrents ????)

    Mais rappelons que toutes les écoles d’élites font des disaporas, que ce soit des ingénieurs de mécaniques, d’électricité, de télécom…..

    Rappelons aussi que l’ENA est une école publique, inventée par le général De Gaulle, et qui est parvenu , dans une large ( mais pas complète) mesure d’éviter que les charges de hauts fonctionaires se transmettent (uniquement) de père en fils, pour faire des sagas, une caste dirigeante. Bien sur aujourd’hui le re-mélange s’est perdu et le népotisme à réapparu.

    Mais faut il mieux faire comme au MEDEF et que la famille Gattaz squatte la présidence. Voilà qui doit nous choquer particulièrement .

    Pendant ce temps Mme PARISOT rentre au Conseil d’analyse économique alors qu’elle vient d’être jetée du MEDEF, siège auquel elle se serait bien accrochée…..

    Donc je crois qu’il ne faut pas se tromper de combat en donnant trop sur les énarques. le combat des français c’est d’abord contre les agissement des banques en général, et leur tailles monstrueuses. C’est justement , qu’enarques ou pas nos dirigeants politiques reprennent le pouvoir que ce soient les états qui redeviennent “too big to fail” pour les banquier.

    La dispora des purs financiers de goldman sachs qui dirigent le monde avec tous les autres maqueraux financiers MONDIALISTES sont la race a abattre en priorité.

    Elite enarchique ou pas, s’est aux collabos qu’ils faut s’en prendre. Pour juger de ce que peut être un véritable enarque patriote essayer d’écouter une ou deux conférence de François ASSELINEAU par you tube ou le site http://www.upr.fr

    Amitié à tous les résistants français, énarques ou pas !!


    • Jean-Luc Le 04 juillet 2013 à 21h31
      Afficher/Masquer

      Il me semble que le problème n’est pas l’ENA en elle-même ni ceux qui en sortent mais le fait que milieu politique et milieu financier soient à ce point dirigés par les mêmes représentants d’une seule et même école, fût-elle brillante, nous amène à nous poser la question de la collusion et des rapports confraternels qu’ils entretiennent.
      A ce titre, la réforme bancaire est éloquente et Olivier a raison de poser la question à une époque où le soutien aux banques et le laisser-fairisme financier ne nous épargne pas.

      Sans parler du peu d’ouverture que l’ENA, comme seul “moule” de formation de nos élites financières et politiques laisse imaginer.

      Bref, le tableau de chasse est assez “drôle”.

      Olivier, qu’en est-il des banques non universelles ? Les Maurel et compagnies, la Nef et autres qui ne sont pas too big too fail ?


    • Deres Le 11 février 2014 à 18h48
      Afficher/Masquer

      Il semblerait que l’aspect égalitaire de l’ENA soit également raté. En effet, bien conscient de l’importance de cette école, les descendants d’énarque sont largement surreprésentés dans celles-ci, car ils sont plus orientés dans leur choix de carrière vers cette activité que vers disons des études de médecine ou d’ingénieur. De plus, une fois dans l’école, une grosse partie du classement qui est déterminant pour les affectations vers les corps prestigieux vient de la note de stage. Hors les descendants d’énarques ont toujours des notes de stage excellentes et finissent systématiquement dans le haut du classement (la botte).

      link to lexpress.fr


      • Olivier Vitri Le 11 février 2014 à 19h13
        Afficher/Masquer

        Nous sommes face à un standard qui fut certainement bénéfique sur deux décennies, il y a 50 ans. Ce standard élitiste est devenu caduque dès lors que le monde a pris une dimension transnationale, dérégulée et lorsque la théorie keynésienne a commencé à prouver ses faiblesses. C’est aussi l’époque de l’apparition de la dette publique en France. Outre cette corrélation, on n’évoquera que rapidement la consanguinité patricienne qui a fini d’achever ce standard il y a près de 15 ans à présent : l’énarchie est raide, froide depuis longtemps et pourtant elle règne toujours : on en tirera les conséquences évidentes quant au climat moribond plombant ce pays et son absence de réformes réelles.


  24. Macarel Le 04 juillet 2013 à 20h12
    Afficher/Masquer

    En ce jour de l’anniversaire de la déclaration d’indépendance des colonies britanniques qui allaient donner naissance aux USA, rappelons que dans le texte rédigé en 17 jours par Jefferson, on peut lire:

    We hold these truths to be self-evident, that all men are created equal, that they are endowed by their creator with certain unalienable rights, that among these are life, liberty and the pursuit of happiness. That to secure these rights, governments are instituted among men, deriving their just powers from the consent of the governed. That whenever any form of government becomes destructive of these ends, it is the right of the people to alter or to abolish it, and to institute new government.

    Nous tenons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes sont créés égaux, qu’ils sont dotés par leur Créateur de certains droits inaliénables, parmi lesquels la vie, la liberté et la poursuite du bonheur. C’est pour garantir ces droits,que les gouvernements sont institués parmi les hommes, et leur juste pouvoir émane du consentement des gouvernés. Toutes les fois qu’une forme de gouvernement devient destructive de ce but, c’est le droit du peuple de la changer ou de l’abolir et d’établir un nouveau gouvernement.

    Deux cent trente sept ans, après il serait bon de revenir aux fondamentaux. Sans doute que Snowden a trop lu la Constitution de son pays. Washington, Jefferson et les autres étaient à l’époque des traitres pour l’empire britannique. Snowden est aujourd’hui un traître pour l’empire US.

    Quant à nous français qui avons fait notre révolution quelque temps après, nous avions inscrit dans la Constitution du 24 Juin 1793:

    Article 35. – Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

    Que les USA et la France ont bien changé…


  25. Gilles.R Le 04 juillet 2013 à 20h43
    Afficher/Masquer

    Enfin, nous y sommes !

    Olivier met le doigt sur la cause des causes !

    Ils sont incontournables : dans la finance, dans la haute fonction publique, dans les Conseils d’administrations du CAC40 et bien sûr dans le monde politique.

    Il suffirait de faire une carte mentale des énarques pour comprendre la gravité de la gangrène.

    Les régulateurs d’aujourd’hui sont les les régulés de demain ! Ils font carrière et celle-ci passe pour la botte, des grandes institutions de l’état (Inspection des finances, Cour des comptes et Conseil d’état) au pantouflage dans les grandes entreprises, dont les banques pour les IGF en passant par les cabinets ministériels.

    Ils nous coûtent très chers, avec toute la cour qu’il leur est nécessaire pour œuvrer à créer la complexité qui les protège. Cette complexité est une des sources de notre manque de compétitivité, directement mais aussi indirectement car il suffit d’être chef d’entreprise pour être noyé sous l’administratif.
    On aime (surtout les médias) dénoncé le professeur des écoles ou l’infirmière pour stigmatiser la dépense publique, mais c’est un leurre? D’abord parce que la majeure partie du maigre traitement de ces derniers est réinvestie dans l’économie réelle. Ensuite parce que les obscures agences de l’état abritent nombres de bidules et de membres de cette clic qui pompent le système pour développer de la complexité qu’en nous appelons à la simplicité à fort prix. Enfin parce qu’il verrouille les conseils d’administration du CAC40, et que ceux-ci n’ont ni dans leur ADN ni dans leur composition capitalistique d’intérêt national. Le laisser-fairiste libre échangiste est leur oeuvre…

    Ces personnes n’ont pas grand chose à voir avec nous. Ce sont des parasites suceurs de notre richesse, car eux n’en créent pas ! il l’a détourne et la transfère en un clic.

    Les derniers agissements de notre Président sont éclairants, non ?


  26. Christophe Vieren Le 04 juillet 2013 à 21h45
    Afficher/Masquer

    Le pire c’est que la formation d’un énarque revient à 83.300 euros par an à l’Etat contre 6.572 euros pour un étudiant à Paris 2-Assas, soit un rapport 11 (source : Un élève de l’Ena coûte 11 fois plus cher à l’Etat qu’un étudiant à Assas.

    Tout cela pour aller s’enrichir en faisant de grosse bétises dans le privé. Devraient au moins rembourser le coût de leurs études et le salaire qu’ils touchent durant !


    • Patrick Luder Le 05 juillet 2013 à 01h05
      Afficher/Masquer

      Sidérant … ils font leurs cours sur des feuilles en or ?


  27. Macarel Le 04 juillet 2013 à 22h00
    Afficher/Masquer

    Mitterrand a liquidé le parti communiste, celui qui se revendique son héritier est en train de liquider le Parti Socialiste.
    De l’un comme de l’autre, le FN aura fait ses choux gras.
    De gauche avez vous dit ?


  28. Macarel Le 05 juillet 2013 à 00h19
    Afficher/Masquer

    Réaction de la Présidente argentine à l’affaire Morales:

    link to clarin.com

    “Definitivamente están todos locos. Jefe de Estado y su avión tiene inmunidad total. No puede ser este grado de impunidad”, se indignó Cristina.

    La Presidenta contó que desde Olivos se comunicó con Susana Ruíz Cerruti, la asesora legal de la Cancillería, que le confirmó la “inmunidad absoluta”

    «Ils sont vraiment tous fous. Un chef d’ Etat et son avion bénéficie d’une immunité totale. Un tel degré d’impunité est incroyable”, s’est indignée Cristina.

    La présidente a raconté que depuis Olivos elle a communiqué avec Susana Ruiz Cerruti, la conseillère juridique du ministère des Affaires étrangères, qui lui a confirmé «l’immunité absolue»

    Eh oui! Les dirigeants de l’ Empire US en difficulté et leurs valets, ne respectent même plus le droit international.

    Je ne sais pas s’ils sont fous, mais en tout cas, ils perdent de plus en plus les pédales, ce qui n’est pas plus rassurant.


  29. Patrick Luder Le 05 juillet 2013 à 00h58
    Afficher/Masquer

    Rompus à toutes les finesses pour performer, et prompts à utiliser des moyens de leviers hautement sophistiqués (souvent pour fructifier le présent au détriment de l’avenir) … ce ne sont pas là les qualités que l’on attend pour faire une gestion “en bon père de famille”, soit réfléchie pour durer et améliorer l’avenir.

    Nous n’attendons pas des banques, qu’elles fassent des bénéfices records, mais qu’elles gèrent notre patrimoine financier, au mieux du présent => et surtout dans le respect des générations futures …

    Les ENArques, ne sont pas les mieux placer pour relever les défis futurs, de simples moines feraient mieux l’affaire ;o~


  30. gayet Le 12 juillet 2013 à 14h55
    Afficher/Masquer

    Ena et éthique ?
    De moins en moins compatibles semble-t-il.


  31. perela Le 25 novembre 2013 à 03h20
    Afficher/Masquer

    Il manque Ariane Obolensky, redoutable cheville ouvrière du lobby bancaire français et européen;
    originaire, comme il se doit, de la direction de Trésor, dont elle connaît tous les arcanes, elle est, entre autres responsabilités, directrice générale de la fédération française des banques. Et plein d’autres: la lecture de l’annuaire de l’ENA par rubrique professionnelle est édifiante !


  32. rds7 Le 30 novembre 2013 à 01h55
    Afficher/Masquer

    Le pantouflage n’est-il pas visé par l’article 432-13 du Code Pénal, comme l’indique wikipedia à l’article “pantouflage” ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>