Les sondages sur la scission des activités sont clairs :

Sans surprise, on constate que cette mesure de bon sens dépasse largement le clivage gauche-droite :

Plus largement, les sondages montrent bien la fracture grandissante entre la population et son secteur bancaire :

Et ceci est logique. Les structures, mécanismes et incitations néfastes ayant conduit à la Crise de 2008 étant toujours les mêmes, elles produisent évidemment les mêmes effets : les prises de risques démesurées sont revenues, et, si on ne fait rien, une crise du même type se reproduira très certainement.

En conséquence, les Français attendent des mesures fortes – qui semblent indispensables pour qu’ils puissent retrouver confiance en leur système bancaire, et modifier l’image qu’ils en ont.

Sources : sondage Ifop 23/07/2012, sondage Agefi Hebdo 8/12/2011 et Michael Page, 26 novembre 2012, cBanque

25 réponses à Sondages sur les banques

  1. Incognitototo Le 03 juillet 2013 à 03h10
    Afficher/Masquer

    Hum… dubitatif… Comment en 2011 et courant 2012, les Français pouvaient-ils répondre à une question portant sur la scission des banques ? Pour avoir milité activement à la fin de l’année dernière, j’ai des doutes… Parce que j’ai été confronté à chaque fois à une absence totale d’avis (genre : c’est trop compliqué, j’y comprends rien…), faute d’information, même de la part de vieux militants de gauche… alors oui, j’ai des doutes sur ce sondage et la façon dont il a pu être fait…


  2. Christophe Vieren Le 03 juillet 2013 à 08h35
    Afficher/Masquer

    Oui il doit probablement manquer la case Ne Se Prononce Pas, comme dans tout sondage.


    • Christophe Vieren Le 03 juillet 2013 à 08h42
      Afficher/Masquer

      En effet au vu du document complet, l’option NSP n’était pas proposé aux sondés. Surprenant !
      Si on n’avait pas une telle possibilité lors des élections (abstention), ce serait bien, non ? Le vote, droit ou devoir ?


      • Amsterdammer Le 03 juillet 2013 à 10h04
        Afficher/Masquer

        Pourquoi les zélites sont-elles contre le vote obligatoire? Ce serait trop dangereux pour leur pouvoir.
        C’est grâce à l’abstention, quoi qu’ils en disent à chaque soir d’élection avec une mine hypocritement soucieuse, que l’UMPS se maintient en selle. Car si les abstentionnistes se mettaient à voter, ce ne serait probablement pas pour les partis du système.

        Le système a besoin de consommateurs dépolitisés et abêtis, pas de citoyens actifs et conscients.

        A mes yeux, le vote motivé et l’engagement politique devraient être un devoir, comme dans la cité grecque. Mais pour cela, il faudra abolir le ‘métier’ de politicien, et donc interdire non seulement le cumul des mandats, mais aussi les mandats successifs, ainsi que le pantouflage et les vases communicants haute-administration-politique-conseils-d’administrations, rétablir la souveraineté du parlement et donc supprimer la fonction monarchique présidentielle instaurée par la Ve.

        Conclusion : pour que l’assemblée ne soit pas une assemblée de représentants des nantis et des puissants comme actuellement, il faudra passer au tirage au sort des élus de la nation parmi les citoyens actifs et engagés, au terme d’un examen de connaissances [ce qui écartera d’emblée le risque de voir les télé-veaux de JP Pernaut y siéger].

        Pour que les gens se ré-intéressent à la politique, il faut redonner du contenu à la citoyenneté. Mais bon, je reconnais que c’est un peu une histoire de la poule et de l’oeuf.
        :-S


        • Mathieu Le 03 juillet 2013 à 11h03
          Afficher/Masquer

          En Belgique le vote est obligatoire (>95% de participation), et les extrêmes ne récoltent pas plus de voix.
          Par contre, on a 4 “gros” partis (>10% des voix et des sièges: gauche, droite, centre et verts ) en belgique francophone et 6 en belgique néérlandophone (gauche, droite, centre, verts 7-8%, nationalistes modérés, nationalistes xénophobes). Cela est aussi dû à la proportionelle (contrairement à la majoritaire en France).
          Le paysage politique est donc plus morcelé, mais donc plus réprésentatif de la population je trouve. On a aussi plus de partis créés et de partis qui “meurent”. Cela complique par contre la formation des gouvernements, qui sont toujours des gouvernements de coalition.

          Donc je ne pense pas que vote obligatoire implique vote anti-élite.


        • GRRR Le 03 juillet 2013 à 18h31
          Afficher/Masquer

          Le projet de vote obligatoire avec sanction pour le non respect est à l’ordre du jour àu sénat…


        • Crapaud Rouge Le 03 juillet 2013 à 20h42
          Afficher/Masquer

          “C’est grâce à l’abstention…” : non, je ne le crois pas du tout. Si les abstentionnistes votaient tous, leurs votes se répartiraient à peu près comme ceux des autres votants. Ce qui explique le maintien de l’UMPS, c’est le manque de crédibilité des “petits” candidats : ils peuvent être d’excellents contestataires, mais gouverner, c’est une autre paire de manches.


          • Christophe Vieren Le 03 juillet 2013 à 21h01
            Afficher/Masquer

            Faudrait aller vérifier, mais il me semble – de mémoire – que les abstentionnistes ne voteraient pas UMPS.


          • Christophe Vieren Le 03 juillet 2013 à 21h18
            Afficher/Masquer

            Vérification faite : en effet, impossible de savoir ce que voteraient les abstentionnistes. Si on se réfère à leurs profils analogues qui vote (jeunes, ….), ce serait plutôt à gauche. Mais comme ils ne votent pas, on ne peut induire cela.


  3. Ankou78 Le 03 juillet 2013 à 09h03
    Afficher/Masquer

    On ne peut faire dire à un sondage plus qu’il n’en faut.

    On sait bien ses limites.

    Il ne faut voir dans celui-ci que les tendances, rien de plus. Qui sont bien représentatives.

    Je me reconnais bien du français moyen.

    Le 65% de sondés qui veulent que les banques soient placées sous le contrôle de l’Etat me surprend un peu (agréablement).


    • Surya Le 03 juillet 2013 à 09h05
      Afficher/Masquer

      Si elles pouvaient déjà être placées sous le contrôle de leurs actionnaires ce serait pas mal…


  4. Philippe Le 03 juillet 2013 à 09h38
    Afficher/Masquer

    Je remets le lien vers cette émission satirique américaine qui compare l’image des banques que se font les américains et les canadiens.

    http://www.thedailyshow.com/full-episodes/mon-june-24-2013-maggie-gyllenhaal

    Ca ne repose sur aucune méthode scientifique, mais c’est très drôle.


  5. caroline porteu Le 03 juillet 2013 à 10h42
    Afficher/Masquer

    Les dernières auditions et articles (en particulier celui de Mediapart) résultant des propos de Pierre Condamin Gerbier sont édifiants .

    La responsabilité pénale des dirigeants salariés (loi totalement existante) doit immédiatement être réactivée .


  6. jacqueline Le 03 juillet 2013 à 12h45
    Afficher/Masquer

    Après l’audition d’ Antoine Peillon, belle leçon de Fabrice Arfi (médiapart) devant la commission d’enquête du sénat, sur le rôle des banques dans l’évasion fiscale.

    Ils l’écoutent, ils sont scotchés.


  7. jacqueline Le 03 juillet 2013 à 14h17
    Afficher/Masquer

    Delphine Batho virée comme une malpropre ! Si on compare à l’acharnement du gouvernement pour sauver Cahuzac : un menteur, un voleur et un escroc ??????


  8. Christophe Vieren Le 03 juillet 2013 à 15h09
    Afficher/Masquer

    Ce jour : à Paris, Crédit agricole (-4,09%), Société Générale (-3,48%) et BNP Paribas (-3,31%)

    Un truc que je n’ai jamais compris : en quoi la baisse des cours de l’action impacte une entreprise. En quoi cela impacte l’économie réelle de ces entreprises, seuls les actionnaires ne sont-ils pas impactés ?


    • Surya Le 03 juillet 2013 à 15h46
      Afficher/Masquer

      Cela a un impact pour le prix des prochaines actions émises sur le marché primaire. C’est à peu près tout.


      • Incognitototo Le 03 juillet 2013 à 15h57
        Afficher/Masquer

        @ Surya,

        Toi qui semble bien connaître… et pas dans la valorisation bilancielle des fonds propres ?


        • Surya Le 03 juillet 2013 à 18h35
          Afficher/Masquer

          à part en cas de rachat d’actions sur le marché secondaire, je ne vois pas trop comment en fait ? (et un effet collatéral sur les taux d’emprunts)


          • Incognitototo Le 06 juillet 2013 à 15h09
            Afficher/Masquer

            Merci. C’était en tout état de cause une idée saugrenue… Je ne me suis pas tenu au courant des dernières normes IFRS et je m’étais mis à fantasmer sur la valorisation du capital aux valeurs de marché… Plus que saugrenue, non ? 😉
            Remarque, j’ai récupéré un jour un dossier ou l’ancien expert-comptable avait amorti le capital 🙂 ; trop fort, non ?


    • chris06 Le 03 juillet 2013 à 17h28
      Afficher/Masquer

      cela aura un impact sur la capacité de l’entreprise à se financer, que cela soit en émettant de nouvelles actions ou en empruntant de l’argent (soit par des emprunts ou en émettant des obligations dont les taux seront plus élevés)


    • Christophe Vieren Le 04 juillet 2013 à 14h02
      Afficher/Masquer

      OK merci. Donc uniquement pour augmentation de capital ou prêt. Sont-ce des choses courantes, en particulier pour ces banques par exemple ?


  9. Crapaud Rouge Le 03 juillet 2013 à 20h49
    Afficher/Masquer

    Quelque soit la qualité de ce sondage, c’est un signe avertisseur que la classe politique devrait prendre au sérieux, autrement dit un sujet qui mérite d’être à nouveau “sondé”. Mais je vous fiche mon billet qu’ils s’en foutent, ils n’ont que 3 idées en tête : austérité, croissance et chômage, les deux derniers n’étant que des faire valoir du premier, un peu comme le bœuf et l’âne de la nativité.


Charte de modérations des commentaires