Je vous recommande évidemment chaudement le nouveau livre d’Emmanuel Todd, que j’ai trouvé brillantissime.

Même si vous ne partagez pas son point de vue, vous lirez ENFIN des analyses profondes (bien loin de la caricature qu’en dressent les médias) suscitant la réflexion et aidant à l’analyse.

Interview d’Emmanuel Todd* parue dans le Nouvel Obs du 30 avril

Quatre mois après les manifestations post-attentats, l’historien et démographe Emmanuel Todd publie « Qui est Charlie ? ». Un livre réquisitoire contre une France pétrie de bonne conscience, qui a fait sécession de son monde populaire.
Il reste encore quelques écriteaux « Je suis Charlie » qui jaunissent aux murs des rédactions. Sur les réseaux sociaux, des crayons à papier décorent encore çà et là les profils Facebook. Quatre mois après les tueries de janvier, tout se passe pourtant comme si rien ne s’était passé, comme si le réservoir de l’indignation avait flambé d’un coup dans le noir de la nuit française, sans laisser aucune empreinte. Ni nouveau pacte républicain, ni fraternité régénérée, ni main tendue à une fraction de la jeunesse des quartiers socialement et mentalement désorbitée. Une pure orgie émotionnelle, infertile politiquement, et dont la seule efficacité tangible aura été de demeurer aujourd’hui encore spectralement menaçante pour ceux qui refusèrent de « marcher » – à tous les sens du terme.
C’est le moment qu’a choisi l’historien et démographe Emmanuel Todd pour publier « Qui est Charlie ? » (Seuil), réquisitoire terrible contre la France de François Hollande. Un texte écrit dans la fièvre, en trente jours à peine. Son angle d’attaque, particulièrement original, consiste à observer l’origine régionale et sociopolitique des manifestants du 11 janvier. Une fois encore, Todd fait parler les cartes et les statistiques pour comprendre, sous les bons sentiments brandis, la signification profonde de ce qui restera comme le plus important rassemblement de l’histoire moderne du pays. Et ce qu’il voit n’est pas destiné à plaire. Ce qu’il voit, c’est un épisode de « fausse conscience » (Marx) d’une ampleur inouïe. Ce qu’il voit, ce sont des millions de somnambules se précipiter derrière un président escorté par tous les représentants de l’oligarchie mondiale, pour la défense du droit inconditionnel à piétiner Mahomet, « personnage central d’un groupe faible et discriminé ». Ce qu’il voit, c’est un mensonge d’unanimisme aussi, car, ce jour-là, le monde populaire n’était pas Charlie, les jeunes de banlieue, qu’ils fussent musulmans ou non, n’étaient pas Charlie, les ouvriers de province n’étaient pas Charlie.
Après le temps de la stupeur, celui du dégrisement. La charge de Todd est rude, mais : d’un intérêt considérable pour le débat public. On pourrait bien sûr la discuter de bout en bout. On pourrait notamment trouver très insouciants les raccourcis par lesquels l’auteur ramène tout l’enjeu des affaires dites de « caricatures » à des violences idéologiques infligées à une religion minoritaire. On pourrait craindre aussi que son approche des problèmes posés au pays par un islam conquérant ne pèche par excès d’optimisme, lorsqu’il préconise des accommodements pragmatiques avec la laïcité, dont l’acception française actuelle est à ses yeux trop rigoriste.
Reste l’avertissement lancé à une France inégalitaire et autoritaire, en sécession totale avec son peuple, mais n’hésitant pas, encore et toujours, à se parer des oripeaux révolutionnaires d’hier et à se voir si belle dans la devise de ses frontons républicains. Une France qui, ainsi, avance inexorablement vers l’abîme.
A. L.

==========================================

Vous avez refusé de réagir à chaud aux événements de janvier. Seul un journal japonais avait fait part de votre méfiance par rapport au mouvement « Je suis Charlie ». Pourquoi ce silence, qu’avez-vous craint alors ?
Pour la première fois de ma vie, j’ai eu le sentiment d’être confronté à une vague irrésistible face à laquelle il ne servirait à rien de parler, et même face à laquelle ça pouvait être dangereux de parler. Donc j’ai attendu. Et ce qui m’a probablement décidé à faire ce livre, c’est la déformation professionnelle. Lorsque j’ai commencé à voir la carte des manifestations du 11 janvier, leur distribution selon des paramètres régionaux, socio-professionnels et religieux, j’ai eu la révélation instantanée que les discours unanimistes étaient bidon. Je me suis mis à écrire, mobilisant quarante années de recherche. Olivier Bétourné, le patron du Seuil, m’a dit de foncer. Je l’ai écrit en trente jours secs, porté par une véritable exaspération.
Pourquoi porter un jugement aussi dur sur la réaction de masse qui a suivi les attentats ? N’est-il pas permis de la voir simplement comme l’expression d’une révolte face à l’horreur de ces crimes, voire aussi comme un sursaut face au sentiment de délitement du corps collectif que chacun ressent bien depuis des années ? Imaginez si rien ne s’était produit après, si l’atonie avait été totale après des événements pareils, que n’aurait-on pas dit !
On a voulu y voir un salutaire sursaut collectif. Moi, j’y vois au contraire une perte de sang-froid de la part du pays. Pour la première fois de ma vie là encore, je n’ai vraiment pas été fier d’être Français. Dans tous les livres que j’avais jusque-là écrits sur la France, il y avait une dimension patriotique. Même un livre comme « le Destin des immigrés », je l’ai fait en 1994 pour répondre aux Anglo-Saxons qui nous renvoyaient sans arrêt à la face le phénomène Le Pen. Je voulais leur dire : mais regardez les taux de mariages mixtes en France ! J’ai toujours défendu mon pays. Et là, pour la première fois, je me suis dit : si c’est en train de devenir ça, la France, eh bien ce sera sans moi. Lorsqu’on se réunit à 4 millions pour dire que caricaturer la religion des autres est un droit absolu – et même un devoir ! –, et lorsque ces autres sont les gens les plus faibles de la société, on est parfaitement libre de penser qu’on est dans le bien, dans le droit, qu’on est un grand pays formidable. Mais ce n’est pas le cas. Il faut aller au-delà du mensonge, au-delà des bons sentiments et des histoires merveilleuses que les gens se racontent sur eux-mêmes. Un simple coup d’œil à de tels niveaux de mobilisation évoque une pure et simple imposture. Il y a certainement une quantité innombrable de gens qui ne savaient pas ce qu’ils faisaient là le 11 janvier. Mais nul n’est censé ignorer pour quoi il manifeste, tout de même.
Qu’est-ce qui vous a à ce point troublé dans ces manifestations monstres ?
A la suite des travaux de Durkheim sur le suicide, ou de ceux de Max Weber, mon but, c’est de faire comprendre aux gens les valeurs profondes qui les font agir et qui ne sont généralement pas celles qu’ils imaginent. Quand on observe la carte des manifestations, la première chose qui frappe, c’est ce que l’Insee appelle avec élégance la prédominance des « cadres et professions intellectuelles supérieures ». C’est elle qui permet de comprendre l’importance qu’elles ont prise à Paris, Toulouse, Grenoble, etc. L’autre variable qui, pour moi, d’une certaine manière, est encore plus importante encore, c’est la surmobilisation des vieilles terres issues du catholicisme. Là, il faut que je rappelle ma théorie des deux France, un modèle avec lequel je fonctionne depuis longtemps déjà. D’un côté nous avons la vieille France laïque et républicaine – le Bassin parisien, la façade méditerranéenne, etc. –, la France qui a fait la Révolution en somme. De l’autre, il y a la France périphérique : l’Ouest, une partie du Massif central, la région Rhône-Alpes, la Lorraine, la Franche-Comté. Ce sont les régions qui ont résisté à la Révolution et dans lesquelles l’imprégnation catholique est restée très forte jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Quand on descend au niveau des structures familiales de ces zones, que j’appelais « catholiques zombies» dans mon précédent livre « le Mystère français », écrit avec Hervé Le Bras, on remarque une absence de valeurs d’égalité, notamment entre frères et sœurs concernant l’héritage.
Eh bien, ce qui a inspiré ma méfiance immédiate, c’est que le 11janvier, la mobilisation a été du simple au double entre la France de tradition athée et révolutionnaire et cette France périphérique, historiquement antirépublicaine. Ce sont les régions les moins républicaines par le passé qui ont le plus manifesté pour la laïcité, avouez qu’il y a là quelque chose d’étrange. En somme, les bastions ex-catholiques sont les endroits où on a le plus milité pour le droit au blasphème. Sion compare Marseille et Lyon, on voit même que l’intensité des manifestations est du simple au double. Qu’on ne vienne pas me dire dans ces conditions qu’il s’agit de la même laïcité que celle d’hier !
Tout le débat actuel sur la laïcité ne s’inscrit pas dans la continuité des valeurs laïques, écrivez-vous en effet dans ce livre. Les forces qui se réclament aujourd’hui le plus des valeurs laïques sont les forces en réalité les moins républicaines. Comment en est-on arrivé à un tel paradoxe ?
Ce que j’ai eu, au fond, face à ces manifestations, c’est une sorte d’illumination concernant la vraie nature du système social et politique français. C’est-à-dire pas du tout une République prenant en compte toute la population, plutôt ce que j’appelle une « néo-République » qui n’aspire à fédérer que sa moitié supérieure éduquée, les classes moyennes et les gens âgés. Tous ceux-là forment un bloc hégémonique qui a une incroyable puissance d’inertie et paralyse tout le système français. Il y a là à l’œuvre une formidable dynamique d’exclusion: exclusion des électeurs du FN – ce qui en termes sociologiques signifie aujourd’hui l’exclusion des ouvriers – et exclusion des enfants d’immigrés, qui ne sont pas venus manifester. La « néo-République » est cet objet sociopolitique étrange qui continue à agiter les hochets grandioses de la liberté, de l’égalité, de la fraternité qui ont rendu la France célèbre dans le monde, alors qu’en fait le pays est devenu inégalitaire, ultraconservateur et fermé. En gros, la France qui est aux commandes, c’est la France qui a été antidreyfusarde, catholique, vichyste. Mais lorsqu’on le dit comme ça, les gens sont évidemment stupéfaits.
Votre livre est particulièrement cruel pour le PS, dont vous faites aujourd’hui la principale incarnation de cette idéologie inégalitaire…
En effet, l’objet politique nouveau et important dans l’histoire de France aujourd’hui, ce n’est pas le Front national, c’est en réalité que le PS soit devenu la composante principale de la gauche. A la veille des années 1960 et 1970, il n’en était qu’une composante secondaire, très forte dans le Sud-Ouest, région d’héritier unique qui ne croit pas à l’égalité. La montée en puissance du PS, cela a signifié la prise de contrôle du pays par des régions sortant du catholicisme. Notre illusion fondamentale, notre erreur à tous, ça a été alors de se dire que c’était la gauche qui avait conquis les régions catholiques, au moment même où c’étaient les régions catholiques qui faisaient en réalité la conquête de la gauche. Il y a eu une subversion de ce qu’était la gauche française. Cette dernière, aujourd’hui dominée par le PS, est en vérité tout à fait autre chose que ce qu’elle prétend être. C’est une gauche qui n’adhère pas aux valeurs égalitaires, et qui n’est pas claire sur la question de l’homme universel, au contraire de la vieille gauche républicaine communiste ou radical­socialiste. Il faut voir les choses en face : l’agent le plus actif et le plus stable des politiques économiques qui nous ont menés au chômage de masse actuel, c’est tout de même le PS. Le franc fort, la marche forcée à l’euro, toute cette création idéologique extrêmement originale s’est faite sous Mitterrand, traînant Giscard derrière lui comme un bateleur. Le niveau de bonne conscience de ce pays est devenu littéralement insupportable. La France actuelle se gargarise de bons sentiments. Mais la réalité de ce pays, c’est que c’est peut-être la seule des sociétés les plus développées européennes qui accepte de vivre avec 10% de chômage, en massacrant son monde ouvrier et en excluant massivement les jeunes, à commencer par ceux qui sont d’origine maghrébine. Le PS avait jusqu’ à encore récemment réussi à faire passer l’idée qu’il était le défenseur naturel des enfants d’immigrés. Il est en fait la force Politique principale qui les condamne à la mort sociale.
En quoi François Hollande est-il, comme vous l’écrivez, l’apothéose de ce « catholicisme zombie » qui s’était politiquement incarné en 1992 dans le moment Maastricht et s’est aujourd’hui réinvesti dans I’« esprit du janvier » ?
On voit souvent ce président comme l’incarnation de l’univers torride du conseil général de la Corrèze [rires]. On pense que sa capacité à ne rien faire, à ne prendre aucune décision, est un produit dérivé du radical-socialisme. Mais en fait, François Hollande est un catholique zombie typique, avec un père catholique d’extrême droite et une mère catholique de gauche. Et, d’ailleurs, Manuel Valls lui-même vient de Catalogne, province de famille souche différentialiste, et, qui plus est, lui aussi vient d’un milieu catholique catalan parmi les plus durs. A cet égard, Hollande aura eu un rôle historique : celui de révéler que la gauche pouvait se concilier avec les structures les plus inégalitaires, prouvant par là même que le système politique français est totalement détraqué. On pour­ rait bien sûr me reprocher d’évoquer les origines de ces gens, et moi-même d’ailleurs, je ne devrais pas avoir à faire ma généalogie personnelle, celle d’une famille juive mélangée à des origines bretonnes et anglaises. Mais il est désormais impératif de le faire, parce que si on renvoie tout le temps les musulmans à leur origine, on doit renvoyer tout le monde à son origine. C’est un acte de justice.
Vous considérez que l’islam ne compromet nullement en France le ciment républicain et ne pose pas de problème particulier aux sociétés occidentales. Ne peut-on toutefois penser que la vigueur d’une religion, quelle qu’elle soit, lorsqu’elle vient percuter un vieux pays dévitalisé métaphysiquement comme la France, pose au contraire certains problèmes spécifiques ?
Tout le monde est dans une logique d’anxiété par rapport à l’islam. Le point de départ du livre, c’est justement de renverser la perspective : d’apercevoir que c’est la France des classes moyennes centristes qui est en état de crise religieuse, qui a été ébranlée par la disparition ultime de toutes ses croyances, qui est dans un état de vide métaphysique abyssal et joue donc un jeu tout à fait pervers avec les musulmans pour se trouver des boucs émissaires. Or c’est dans cette ambiance de reflux inexorable du religieux que la France se découvre d’un seul coup obsédée par les symboliques religieuses. Tout est religieux désormais. Mais tout est religieux parce que la religion s’éclipse, et parce que rien ne l’a supplantée.
Le sous-titre de votre livre est : « Sociologie d’une crise religieuse ». A tort, ce dernier peut donner le sentiment que vous prenez au sérieux les histoires de « choc des civilisations », d’affrontement entre bloc occidental et bloc musulman qui fournissent une grille d’interprétation à la fois facile et tendancieuse depuis les années 2000…
On doit prendre la religion au sérieux, surtout quand elle disparaît Je suis totalement sceptique sur le plan religieux, mais il n’a jamais été prouvé qu’une société pouvait vivre sans croyance. Or la réalité de la société française aujourd’hui, c’est quoi ? Une société dominée par des classes moyennes qui ne croient plus à rien, qui ne savent plus où elles vont, qui se sont seulement lancés dans la construction d’un euro qui ne mène nulle part. Tout l’objet du livre est de ne pas tomber dans le panneau manifeste du problème. Ainsi, ce qui m’inquiète n’est pas tant la poignée de déséquilibrés mentaux qui se réclament de l’islam pour commettre des crimes que les raisons pour lesquelles, en janvier dernier, une société est devenue totalement hystérique jusqu’à aller convoquer des gamins de 8 ans dans des commissariats de police. On entend vraiment dire n’importe quoi au sujet des musulmans de France. Ceux-ci sont tout sauf un bloc. Ils sont au contraire fragmentés par des niveaux de croyance très différents, des nationalités très différentes et on y observe des taux de mariages mixtes extrêmement élevés. Ils sont souvent beaucoup plus assimilés de par leurs unions matrimoniales que les intellectuels néo-réactionnaires comme Eric Zemmour ou Alain Finkielkraut qui les ciblent constamment.
La vraie question aujourd’hui pour la France, écrivez-vous, ce n’est pas le droit ou non à la caricature, c’est la « montée de l’antisémitisme dans les banlieues ». Pour expliquer ce renouveau de la haine antijuive, vous mettez en cause la politique économique menée depuis des décennies, qui, en fragilisant les jeunes musulmans, aurait à nouveau livré les juifs à la vindicte nationale…
Pour le moment, anxiétés religieuse et économique mises à part, ça ne va pas trop mal pour les classes moyennes françaises qui tiennent le pays… On lance les minorités les unes contre les autres, c’est génial, c’est du billard ! Les ouvriers « de souche » marginalisés et maltraités s’en prennent aux milieux populaires arabes, les jeunes Maghrébins s’en prennent aux juifs et réciproquement, et pendant ce temps rien ne se passe, le système reste intact. Vous voyez que je ne fais pas dans l’angélisme : l’antisémitisme des banlieues doit être accepté comme un fait nouveau et indiscutable. Ce que je ne peux pas accepter cependant, c’est l’idée qui est en train de s’installer selon laquelle l’islam, par nature, serait particulièrement dangereux pour les juifs. Il n’existe qu’un continent où les juifs aient été massacrés en masse : c’est l’Europe. D’ailleurs, l’une des choses que je reproche fondamentalement à la manifestation charliste, c’est d’avoir considéré que la tuerie de l’Hyper-Cacher était secondaire par rapport au problème de crayons à papier et de caricatures. Quant à ce nouvel antisémitisme issu des banlieues, je maintiens que je suis incapable de dire là-dedans ce qui vient de la tradition égalitaire républicaine française et ce qui vient spécifiquement de l’islam. Les deux se conjuguent probablement. Mais j’attends de pied ferme, après la percée de l’islamophobie, le retour de l’antisémitisme dans les classes moyennes catholiques zombies.
Il y a tout de même une pointe d’optimisme certain dans ce livre, c’est le moment où vous expliquez qu’un islam de France lui-même devenu zombie pourrait contribuer à un rééquilibrage positif de notre culture politique. Autrement dit, que la culture musulmane pourrait participer au rétablissement d’une véritable culture républicaine en France… Il y a peu de chances que vous soyez entendu sur ce point.
Peut-être est-ce excessif. Mais en fait je m’en suis tenu à deux scénarios dans ce livre : le scénario de la confrontation hystérique avec l’islam et le scénario de l’accommodement. Or la confrontation, c’est 100% de chances de désastre pour la France. Donc là c’est une question de règle de vie fondamentale : si tu as le choix entre la mort et l’incertitude, tu choisis l’incertitude, c’est tout. Alors oui, je plaide pour qu’on les laisse tranquilles, les musulmans de France. Qu’on ne leur fasse pas le coup qu’on a fait aux juifs dans les années 1930 en les mettant tous dans le même sac, sous la même catégorie sémantique, quel que soit leur degré d’assimilation, quel que soit ce qu’ils étaient vraiment en tant qu’êtres humains. Qu’on arrête de forcer les musulmans à se penser musulmans. Qu’on en finisse avec cette nouvelle religion démente que j’appelle le « laïcisme radical », et qui est pour moi la vraie menace.
Propos recueillis par Aude Lancelin

(*) – Historien et démographe, Emmanuel Todd vient de publier « Qui est Charlie ? ».

======================

P.S. Il sera ce soir 7 mai au Grand Journal de Canal Plus : quelqu’un peut-il l’enregistrer pour que je le mette sur Dailymotion après ? Merci

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

92 réponses à Le 11 janvier a été une imposture, par Emmanuel Todd

Commentaires recommandés

Anne Le 07 mai 2015 à 15h00

Emmanuel Todd est non seulement brillant mais en plus trés courageux.

La façon dont il a été traité sur France inter ( j’ai vu la vidéo sur daily motion) est indigne.

Les roquets qui l’attaquent, sans vouloir comprendre son livre, méritent notre mépris.

  1. Anne Le 07 mai 2015 à 15h00
    Afficher/Masquer

    Emmanuel Todd est non seulement brillant mais en plus trés courageux.

    La façon dont il a été traité sur France inter ( j’ai vu la vidéo sur daily motion) est indigne.

    Les roquets qui l’attaquent, sans vouloir comprendre son livre, méritent notre mépris.


    • Cédric Le 07 mai 2015 à 16h28
      Afficher/Masquer

      hélas, le mépris ne suffit plus contre cette caste. Malheureusement ça restera un voeux pieux, je viens d’entendre le déclic de la mise sur écoute :p


    • Carabistouille Le 07 mai 2015 à 17h19
      Afficher/Masquer

      sOPHIA Aram est notoirement la plus minable hystrione du paf. Une sorte d’Hanounah version bobo, une sorte de Pierre Benichou façon socialouille. Elle ne fait rire personne et ne fait sourire que dans les salons de BHL.
      Encore une fois, elle s’est montrée débile et à coté de la plaque. Pauvre petite. Après l’humiliation qu’elle s’est pris sur F2 elle aurait mieux fait de raccrocher.
      Mais tout comme ses copains chroniqueurs et éditorialiste, elle ne vit propablement pas de son talent.


    • X Le 07 mai 2015 à 19h10
      Afficher/Masquer

      Les terroristes étaient musulmans, est-ce une cause rationnelle ou une coïncidence ?


    • Louise Le 07 mai 2015 à 22h51
      Afficher/Masquer

      Effectivement, il a été brillant sur canal et n’a pas laissé ses interlocuteurs reprendre leur souffre, et cela pour notre plus grand bonheur. Comme il l’a dit lui-même on a quand même le droit de blasphémer les blasphémateurs, ce qui ne semble pas une évidences pour nos médiacrates dont le fond de commerce est l’émotion.


      • X Le 08 mai 2015 à 12h10
        Afficher/Masquer

        Cela dépend la forme du blasphème. Un blasphème à la AK47 ou par des menaces de mort est d’assez mauvais goût. Suite aux évènements de Janvier je ne crois pas qu’il se soit produit des pogroms, des lynchages, … Aucun musulmans n’est mort en représailles des attentats, preuve que le peuple français à plus de discernement que monsieur Todd.

        Un blasphème est destiné au fait religieux. Il faut se méfier des Hommes qui détournent le sens des mots. On peut critiquer un blasphémateur mais pas le blasphémer.


    • noureddine Le 07 mai 2015 à 23h17
      Afficher/Masquer

      je suis arrivé en France ,il y’a 17 ans. j’ai une maitrise de langue et littérature française. j’ai la culture française te j’ai été à l’époque athée ou plutôt laïc radicale. J’avais un amour inconditionnel pour la France mais sans naïveté.. donc pour d’émerger Dans la population française. j’ai coupé tout lien avec les magrébins. j’avais envie de comprendre cette France. J’ai vécu pendant 5 ans sur le territoire rural Des années durant je me suis rendu compte que mon désire d’assimilation fait face au rejet de la société. et pourtant j’ai fait toute les efforts: ayant une maitrise universitaire, j’ai suivi une formation de moniteur éducateur et j’ai été subtilement rejeter par mes formateurs dans l’institution où je travaillais et à chaque fois renvoyé à mes origines; psychiquement c’est difficile. j’ai découvert le communautarisme en France. Grâce à eux, d’un athée, je suis devenu un musulman lucide. ce que Monsieur Emmanuelle Todd décrit dans son livre est pertinent. je partage la même conclusion que lui. j’ai confirmé ce que je savais par ma connaissance de l’origine de “Liberté, égalité, fraternité” Qui est liberté d’entreprendre, égalité devant les impôts, fraternité chrétienne. Ce triptyque est une imposture. merci monsieur Todd


      • Dono Le 08 mai 2015 à 22h02
        Afficher/Masquer

        Non Nourredine, tout n’est pas qu’imposture et si l’influence catho est subtile en France notamment sur la notion d’égalité (car si ben des cathos pratiquants sont peu enclins à la fraternité c’est bien le coeur du message chrétien!!!!). Certes être musulman et basané dans le Sud de la France (ou Alsace…) ne doit pas être toujours agréable et confortable mais la France est plus vaste et j’ose espérer qu’ailleurs les gens sont fraternels un maximum. Perso, j’habite le Sud est suis choqué par la non fraternité que j’y constate au quotidien mais l’Islam a toute sa place comme toute les autres croyances dont l’athéisme….et cela même les frontistes le savent et cela les énervent…IL faut les plaindre fondamentalement!
        Amicalement et avec toute ma fraternité…


    • Joséphine Le 08 mai 2015 à 08h18
      Afficher/Masquer

      Votre point de vue n’invalide pas celui de Tod; pourquoi ne s’en tenir toujours qu’à une grille de lecture? Dans cet article, il est obligé de faire des raccourci; on n’a pas lu le livre donc on ne sait pas si il développe ce thème.
      Par contre, vos propos pouvaient s’arrêter avant votre histoire de zone d’ombre. Comme le dit souvent Olivier, pas besoin d’aller chercher une vérité des vérités, cachée derrière le voile des apparences.


    • leonard Le 08 mai 2015 à 12h16
      Afficher/Masquer

      Todd et surtout ses analyses, m’inspirent beaucoup de respect. Je ne lirais sans doute pas son livre, trop convaincant.
      Cependant dans l’ensemble des débats vus, lus ou entendus, y compris ici, il me semble manquer deux paramètres.
      Le 11 janvier et ses défilés ne sont en partie qu’une récupération par le gouvernement de mouvements spontanés dès le 8 janvier et je n’ai vu nulle part une critique sociologique ou anthropolgioque, aucune analyse sur les composants de ses “élans” de solidarité.
      Personne ne semble se préoccuper de l’origine religieuse des néolibèraux qui formatent l’économie à Washingthon, Bruxelles ou …Lagos.
      Il y a sans doute des divergences entre les visions anglicane, evangèliste, baptiste qu’il ne faut pas négliger dans les analyses en débats


    • Francisco Le 08 mai 2015 à 13h42
      Afficher/Masquer

      Bonjour
      “Il ne voit que ce qu’il veut voir” … et cela devient un reproche? Et ben, on n’est pas sorti de l’auberge avec de telles assertions!. SA spécialité du cerveau, c’est la “structure familiale” et la démographie … et à vos yeux, il s’agit d’une tare congénitale (ou autres)? Vous allez lui reprocher d’utiliser le travail scientifique de plusieurs années qui a façonné son esprit, parce que son cerveau fonctionne ainsi? D’autant plus grave, que ce qu’il dit aide les infortunés (comme moi) qui ne sont pas brillants dans ce domaine?
      Et du coup,vous-même, vous me paraissez bien proche des idées made in USA (= on tourne tous les dix ans la page de l’histoire), quand vous parlez de l’anti-sémitisme. Et quoi, les Hébreux comme les Araméens, ne sont donc que les seuls VRAIS sémites, alors que leur origine historique est liée à un déplacement issue d’une région que nous nommons de nos jours, l’Arabie Saoudite?
      Quant au cartésien que vous êtes, il n’aurait jamais accepté les coïncidences apparentes (on dirait de la lex actuelle made in USA) pour la simple raison que Descartes et Galilée ont fondé la Science (et donc la pierre angulaire de la méthode scientifique) à partir du principe d’inertie, à savoir le refus systématique de considérer comme une “connaissance” vraie, toute interprétation d’un phénomène en termes de causes finales, c’est à dire de “projets”!!!
      Christian


    • Wilmotte Karim Le 08 mai 2015 à 22h10
      Afficher/Masquer

      Sauf que Todd montre une inversion de la présence du PS, le PS s’étant implanté et imposé dans ces régions “la France qui a été antidreyfusarde, catholique, vichyste”.

      Si vous partez du principe que le PS n’est pas immuable et qu’un parti, quelque soit l’idéologie qu’il prétend, peut être massivement transformé par la structure familiale des régions où il domine… et si le PS avait changé du tout au tout?


  2. Sébastien.C Le 07 mai 2015 à 15h05
    Afficher/Masquer

    Je n’ai pas encore lu le livre d’Emmanuel Todd, mais ça ne va pas tarder. En revanche, il faut voir la campagne de presse qu’il y a contre lui, même avec Manuel Valls qui va jusqu’à publier une tribune dans Le Monde.

    Le pire est que lorsque l’on regarde les articles qui chargent Todd (sur Challenges par l’ancien directeur de la rédaction de Marianne), ou Patrick Cohen ou Finkielkraut s’acharner sur Todd, mais sans absolument aucun argument. Sur le seul fait qu’il ne soit pas Charlie, et que la France n’était pas une et unie lors du 11 Janvier.

    Le top du top reste quand même Patrick Pelloux, qui balance comme ça que ce livre soutenait l’intégrisme religieux…pour avouer derrière qu’il ne l’a pas lu et ne le lira pas.

    Ou quand la réflexion en France est à peu près au fond des chiottes.


    • luc Le 07 mai 2015 à 18h43
      Afficher/Masquer

      sauf sur des endroits comme ici sur ce blog français… et dans les pages du nouvel obs? hum…


    • Louise Le 07 mai 2015 à 23h12
      Afficher/Masquer

      “ce que j’appelle une « néo-République » qui n’aspire à fédérer que sa moitié supérieure éduquée, les classes moyennes et les gens âgés. ”
      Effectivement c’est bien pour cela que les plumitifs dans un quasi unanimisme ont tapé sur le livre de Todd car ils appartiennent à cette France là, et leur rappeler qu’une autre France existe, et que leur modèle de société ne fait pas consensus les met hors d’eux.


    • Vareniky Le 07 mai 2015 à 23h30
      Afficher/Masquer

      Cela me fait dire que Todd ne doit pas être très loin de la vérité, la réaction de Maunuel Valls illustre bien l’attitude de quelqu’un furieux d’avoir été découvert et ne parlons même pas de la pauvre Sophie qui interdit à quiconque d’avoir le droit d’en aborder le thème.
      Mais est elle même à l’origine de ce son texte ou est elle simplement la personne “bankable” sur le sujet ?
      La mauvaise foi de Radio-France de ces derniers mois sur d’autres sujets internationaux a montré que ceux qui étaient envoyés au front face aux avis rebelles l’étaient pour leur fragilité interdisant a ce même rebelle la moindre réponse au risque d’avoir la fragile tasse de porcelaine s’éclater dans les mains.

      Souvenons nous des réactions et de l’hallali contre Emir Kusturica qui osait exprimer un avis non formaté, réactions outrées du même chœur antique d’aujourd’hui d’ailleurs et qui n’avait eu comme réponse du fier Serbe, “je me moque que vous n’aimiez pas mon cinéma et pour vous le prouvez j’arrête de tourner comme ça vous trouverez quelqu’un d’autre pour attiser votre haine”.


  3. Nicolas Le 07 mai 2015 à 15h06
    Afficher/Masquer

    Il eût fallu ajouter cette photo qui illustre plus que 1000 mots toute l’hypocrisie de cette clique.
    http://www.mondialisation.ca/le-rassemblement-trompe-loeil-des-dirigeants-mondiaux-a-paris/5424910


    • bluetonga Le 08 mai 2015 à 01h43
      Afficher/Masquer

      C’est vrai que souvent on cherche le débat d’idées, alors qu’une simple image est bien plus parlante de leur jeu. Ils jouent. Avec nous, nos opinions. Sans honte.

      Des menteurs. Tout simplement.


  4. Alae Le 07 mai 2015 à 15h13
    Afficher/Masquer

    “En gros, la France qui est aux commandes, c’est la France qui a été antidreyfusarde, catholique, vichyste.”

    Oulah, il mélange tout. A ce niveau d’érudition, c’est honnêtement impardonnable.
    Les charlistes, des cathos-tradis ? Allons !
    Il n’a pas saisi que les catholiques, que le gouvernement marginalise et à qui il jette régulièrement des Femen dans les jambes juste pour le plaisir sadique de s’en prendre à une minorité, a vu une occasion de dénoncer la valorisation de l’islam au détriment de l’Eglise.
    C’était un piège, les cathos sont tombés dedans. Mais de là à confondre en toute bonne foi la résurgence du vichyisme issue de la gauche post-soixante-huitarde actuelle avec un retour au catholicisme de papa, faut pas charrier.

    Le problème de Todd est qu’il n’arrive pas à sortir d’un logiciel de gauche libérale, ce qui le pousse aux contorsions intellectuelles décrites par Michéa dans La double pensée, Retour sur la question libérale : “Le libéralisme est, fondamentalement, une pensée double: apologie de l’économie de marché, d’un côté, de l’Etat de droit et de la “libération des mœurs” de l’autre. Mais, depuis George Orwell, la double pensée désigne aussi ce mode de fonctionnement psychologique singulier, fondé sur le mensonge à soi-même, qui permet à l’intellectuel totalitaire de soutenir simultanément deux thèses incompatibles. Un tel concept s’applique à merveille au régime mental de la nouvelle intelligentsia de gauche. Son ralliement au libéralisme politique et culturel la soumet, en effet, à un double bind affolant. Pour sauver l’illusion d’une fidélité aux luttes de l’ancienne gauche, elle doit forger un mythe délirant: l’idéologie naturelle de la société du spectacle serait le “néoconservatisme”, soit un mélange d’austérité religieuse, de contrôle éducatif impitoyable, et de renforcement incessant des institutions patriarcales, racistes et militaires. Ce n’est qu’à cette condition que la nouvelle gauche peut continuer à vivre son appel à transgresser toutes les frontières morales et culturelles comme un combat “anticapitaliste”. La double pensée offre la clé de cette étrange contradiction. Et donc aussi celle de la bonne conscience inoxydable de l’intellectuel de gauche moderne.”

    Et voilà comment Todd en arrive à voir du “totalitarisme catho” au gouvernement et chez les charlistes.


    • Alae Le 07 mai 2015 à 15h32
      Afficher/Masquer

      Non, Olivier, mais j’ai mis en exergue la citation de Todd qui m’a fait tiquer.
      Todd s’est trompé sur le sens de la présence de catholiques lors de ces défilés. Je le sais, puisque j’ai des amis catholiques et que je me suis mise en quatre pour leur expliquer en quoi le charlisme était un piège pour eux. Il faut comprendre les cathos : ils sont détestés par le pouvoir, ils se sentent méprisés, rejetés, ils ont l’impression d’être marginalisés au profit de l’islam, alors ils ont donné dans le panneau et ils sont allé défiler.
      Ça m’a désolée de les voir plonger tête baissée mais encore une fois, leur réaction n’a rien à voir avec une France qui redevient effectivement très vichyiste, très moraliste, en se fondant sur un dogmatisme athée-libertaire (et précisément non catholique, voire anti-catholique).


      • Beaugrand Le 07 mai 2015 à 16h05
        Afficher/Masquer

        Aussi surprenant que ça puisse paraître, Todd a raison : le bourgeois catho bobo est allé défiler comme un seul homme le 11 janvier ! ( ce qui est amusant vu les tombereaux d’immondices déversés régulièrement par les dessinateurs de CH sur le Christ et la religion catholique…)

        Là où je suis moins Todd dans son propos c’est lorsqu’il en déduit une dérive vichysto-réac du catholicisme zombie : comme l’islam, déjà il n’y a pas un catholicisme mais plusieurs, dont un bien vivant et un plus que moribond !


      • Homère d'Allore Le 07 mai 2015 à 17h29
        Afficher/Masquer

        Alae, je viens de terminer le livre. Todd ne dit pas que les catholiques sont attirés par un comportement vichyssois. Ce sont ceux qu’il appelle
        “les catholiques zombies” c’est à dire ceux qui sont issus de famille de culture catholique mais devenus athées ou tout du moins agnostiques.
        En revanche, les catholiques pratiquants ne sont pas concernés par cette critique.
        Allez, je me reconnais assez bien dans le profil sociologique du “Charlie” ce qui explique ma position sur ce sujet lors des premiers jours. Mais les discussions sur ce blog et particulièrement avec vous, Alae, m’ont fait échapper à mon déterminisme personnel.


      • Caliban Le 07 mai 2015 à 17h36
        Afficher/Masquer

        @Alae

        Vous faites il me semble un contre-sens.
        Il faut dire que l’interview est assez courte et contraint M. Todd à condenser son propos, notamment s’agissant du modèle démographique qu’il utilise.

        Je vous invite, sinon à vous procurer le livre, à consulter une de ses conférences sur Youtube, par exemple celle-ci : https://www.youtube.com/watch?v=JKsHPiLkeFE


        • Alae Le 07 mai 2015 à 18h53
          Afficher/Masquer

          OK, Homère et Caliban, je veux bien admettre avoir fait un contresens, mais si je l’ai fait, c’est à partir de cette phrase, que je répète : “En gros, la France qui est aux commandes, c’est la France qui a été antidreyfusarde, catholique, vichyste.”
          Comment peut-on la lire autrement que : “le gouvernement français (la France qui est au commandes) revient à l’antidreyfusardisme, au catholicisme et au vichysme” ?
          J’étais d’accord sur le vichysme (et même en remontant plus loin dans l’histoire, on lui trouve des relents louis-philippards et colonialistes, à ce gouvernement), mais absolument pas sur un quelconque retour au catholicisme. Au contraire, cette “France aux commandes” l’exècre.

          “Il faut dire que l’interview est assez courte et contraint M. Todd à condenser son propos, notamment s’agissant du modèle démographique qu’il utilise.”
          Très bien, mais s’il faut lire le livre pour comprendre le propos de Todd, c’est que l’interview est trop condensée.

          Et merci à vous, Homère, pour la définition des “catholiques zombies”. Je ne comprenais pas du tout à quoi Todd se référait. Effectivement, à la lumière de vos explications, on peut lire la phrase comme “En gros, la France qui est aux commandes, c’est la France qui a été antidreyfusarde (et reste raciste) catholique (mais est devenue zombie/athée), vichyste (et reste collabo). Et là, ça colle effectivement aux faits. Sauf qu’il oublie le libertarisme en tant que nouveau vecteur d’une pensée néocolonialiste… Mais il en parle peut-être dans le livre ?


          • Homère d'Allore Le 07 mai 2015 à 20h43
            Afficher/Masquer

            Oui, Alae, il en parle, mais comme une spécificité plutôt parisienne et plus liée à l’idéologie des 1% que de celle des “Charlies”. Ces derniers sont des classes moyennes supérieures tenant à imposer leur vision du monde aux classes moyennes intermédiaires contre les catégories populaires.

            Le libertarisme tire les marrons du feu mais il n’est pas Charlie.

            Je suis heureux de vous avoir donné envie de lire le livre en explicitant le terme “catholique zombie”. Cette catégorie éclaire aussi ce que sont les Partis séparatistes flamand ou catalan d’ailleurs…


          • bluetonga Le 08 mai 2015 à 02h08
            Afficher/Masquer

            Bonjour Alae, Caliban, Homère.

            En lisant vos échanges, je m’aperçoit que le paysage belge (mon pays) a longtemps inclus trois (et non pas deux) familles rivales (situation récemment modifiée et compliquée par l’émergence d’un fort courant nationaliste en Flandre).

            Les socialistes et la gauche en général, surtout représentées dans les villes au passé très industriel, avec de grosses manufactures.

            Les sociaux-démocrates, d’obédience catholique traditionnelle, surtout représentés dans le monde rural – et jusqu’il y a peu dominants en Flandre.

            Les libéraux, regroupant les indépendants, industriels, commerçants, correspondant à la bourgeoisie des villes.

            Le point intéressant est que les libéraux sont laïcs, voire férocement anticléricaux, ce qui en fait, à l’occasion, des alliés naturels des socialistes. En revanche, les catholiques ont le cœur à gauche, ce qui en fait également des alliés occasionnels des socialistes. Et bien sûr, catholiques et libéraux s’allient régulièrement pour s’opposer à une gauche en principe athée et collectiviste.

            Je n’entends jamais une description équivalente de la société française, pourtant ces courants de pensée doivent également y coexister.

            Il est vrai que récemment, les socialistes, les libéraux et les catholiques socio-démocrates ont tellement fricotés les uns avec les autres que bien maligne la chatte qui retrouvera ses chatons. Et en désespoir de cause, les socialistes convaincus et les catholiques convaincus sont obligés de se tourner vers les extrêmes (les mouvements nationalistes, par exemple, qui sont populistes, exaltent les petites gens et leurs traditions). Seuls les libéraux se retrouveraient dans la dérive libérale et mondialiste de notre société, s’ils en se sentaient indûment brimés et tondus par un état central ressenti comme bolchevique.

            Bref, plus personne n’est content. Normal, nos institutions roulent pour nos oligarchies.


          • Alae Le 08 mai 2015 à 14h46
            Afficher/Masquer

            “Je suis heureux de vous avoir donné envie de lire le livre en explicitant le terme “catholique zombie”. Cette catégorie éclaire aussi ce que sont les Partis séparatistes flamand ou catalan d’ailleurs…”

            Absolument, Homère. Pour les Catalans (que je connais bien mieux que les Flamands) en tous cas, c’est précisément ça. Les Catalans reprennent les idées catholiques, mais en les inversant. De telle façon qu’ils sont aujourd’hui férocement libertaires, européistes, post-modernes et méprisants envers une Église qui pour eux, symbolise l’arriération à laquelle ils se sont arrachés par les vertus de la laïcité, de l’UE et de l’euro. 🙂
            Impossible de leur jeter la pierre, en plus. L’Église d’Espagne a tellement fricoté avec le pouvoir franquiste qu’on ne pouvait décemment pas s’attendre à autre chose.

            Et merci à vous, Bluetonga, de m’avoir permis de comprendre quelque chose : les communistes, par leur double rejet du libéralisme et de la religion, ont réussi à faire l’unanimité contre eux.
            Du coup, peut-être que la Russie actuelle, qui a réussi à pleinement assumer à la fois son passé communiste et son héritage religieux orthodoxe, tient une meilleure recette anti-libérale que Lénine, allez savoir.


          • Anne Le 08 mai 2015 à 15h59
            Afficher/Masquer

            @ Alae,
            Ne peut on pas penser que les cathos qui ont défilé , l’on fait bien entendu pas par identification avec un quelconque Charlie, (satirique en totale contradiction avec ce qu’ils jugent correct et décent), mais qu’ils ont défilé contre les attentats islamiques en raison, d’une proximité spirituelle (et d’une meilleure information sur les faits), en solidarité avec les chrétiens massacrés en Syrie, en Égypte, qu’ils connaissent mieux que le reste de la population française….couvents, et liens religieux , au Liban et en Syrie.

            Se sentant menacés par la population musulmane en augmentation en France, (et susceptible d’abriter en son sein des extrémistes terroristes), ils étaient plus sensible à la peur d’une menace par les extrêmistes, d’autant plus s’ils craignaient une submersion démographique de l’islam.


          • Alae Le 08 mai 2015 à 21h59
            Afficher/Masquer

            “Se sentant menacés par la population musulmane en augmentation en France, (et susceptible d’abriter en son sein des extrémistes terroristes), ils étaient plus sensible à la peur d’une menace par les extrémistes, d’autant plus s’ils craignaient une submersion démographique de l’islam.”
            Je ne suis pas sûre qu’ils aient peur d’un débordement démographique par le natalisme de l’islam ou par l’immigration. En revanche, le favoritisme de l’État envers les musulmans les inquiétait. Ils avaient l’impression que la laïcité était devenue une doctrine de combat dirigée contre l’Église, alors que l’islam bénéficiait de passe-droits. Aujourd’hui, ils ont compris : l’islam n’était “apprécié” que par posturalisme antiraciste, rien de sincère…
            Sur le reste, vous avez raison, Anne. Ils parlaient également beaucoup des massacres de chrétiens d’orient, généralement en déplorant le silence des médias sur le sujet.


    • Buc Le 07 mai 2015 à 15h33
      Afficher/Masquer

      Bonjour à tous. J’ai lu le livre de Todd et je le trouve spectaculairement convaincant. Il reprend son analyse des deux France faites dans “L’invention de l’europe” et dans le “Mystère français” et l’applique aux manifestations du 11 janvier. Les deux nouveaux concepts que je trouve intéressants sont “la xénophobie universaliste vs la xénophobie différentialiste” et sa théorie selon laquelle les valeurs “anthropologiques” sont faiblement portées par les individus mais fortement ancrées dans les territoires. Son analyse politique et économique est comme toujours très percutante.

      Merci à Todd.


    • Phypsi Le 07 mai 2015 à 15h52
      Afficher/Masquer

      j’ai bien l’intension de le lire, mais attention, je ne fais pas une critique d’E. Todd. Je réagis aux propos de Valls justement sur le livre d’E. Todd


    • Crapaud Rouge Le 07 mai 2015 à 21h05
      Afficher/Masquer

      Alae, à propos de : “En gros, la France qui est aux commandes, c’est la France qui a été antidreyfusarde, catholique, vichyste.” : il se trouve que j’ai depuis très longtemps l’intuition ou l’impression que cette “France fascisante” existe, (qu’elle soit ou non au pouvoir). La France est profondément divisée, mais tout se passe en sourdine. Je n’ai jamais pu le prouver bien sûr, mais j’ai toujours pensé que des circonstances pourraient révéler cette division. Avec cette manifestation de masse derrière le chef, (qui prit 10 points dans les sondages), et avec plein d’autres chefs venus de l’étranger, on a vraiment l’impression que les Français étaient contents de manifester, comme à la “belle époque” du fascisme. Quant aux suites juridiques et judiciaires contre les anti-Charlie, elles le confirment aussi. C’est du fascisme inavoué, non reconnu, mais suivant une “ligne de fond” bien réelle.


    • Crapaud Rouge Le 07 mai 2015 à 21h11
      Afficher/Masquer

      Les “je suis Charlie” se sont fait entubés, c’est ça le problème. Ils sont comme les Allemands qui applaudissaient Hitler AVANT de comprendre où il conduirait l’Allemagne. Parce que tout n’était pas mauvais dans ses intentions : redresser le pays, lui rendre sa fierté, mettre les gens au travail, rétablir le moral de la nation, etc. etc. etc. Mais tout ça n’était qu’un vernis, exactement comme la “liberté d’expression” ou le “droit de caricaturer des symboles religieux”. L’essence de ce mouvement, comme le révèle Todd dans son bouquin, c’est le fascisme.


    • Didier Bous Le 08 mai 2015 à 08h50
      Afficher/Masquer

      “En gros, la France qui est aux commandes, c’est la France qui A ETE antidreyfusarde, CATHOLIQUE, vichyste”. Votre contresens est gigantesque.


    • Sébastien Le 08 mai 2015 à 23h59
      Afficher/Masquer

      De quels catholiques on parle?
      les Charlie ont en effet défilé: cathos progressistes de gauche qui vote en majorité UMPS.
      Les non-Charlie: cathos dits-intégristes qui ne votent pas ou votent FN, n’ont pas défilé.
      Si Todd fait l’amalgame, il est malhonnête: les deux groupes se détestent.


  5. Joanna Le 07 mai 2015 à 15h40
    Afficher/Masquer

    Ce livre d’Eammanuel Todd me parait bien intéressant (pas encore lu).

    Je signale cet autre livre sur le même sujet :
    La marche des Lemmings
    Enquête sur les attentats Charlie Hebdo : la manipulation du siècle

    “Le livre choc de Serge Federbusch qui explique comment le pouvoir socialiste a manipulé l’opinion au moment des attentats de janvier pour escamoter ses faillites et sa responsabilité. Et comment la manifestation monstre du 11 janvier résulte elle aussi d’un conditionnement pour dévier l’émotion populaire vers le “pas d’amalgame” en niant l’évidence des progrès du fondamentalisme musulman en France.”

    Je précise que je ne sais pas ce qu’il vaut.

    http://www.atlantico.fr/rdv/chroniques-pot-aux-roses/enquete-attentats-charlie-hebdo-manipulation-siecle-serge-federbusch-2129783.html

    A noter que « C.H. » vient de se voir décerner à New-York un prix de la liberté d’expression par la société littéraire américaine PEN.

    http://www.leparisien.fr/charlie-hebdo/a-new-york-charlie-hebdo-recoit-un-prix-de-la-liberte-d-expression-06-05-2015-4750029.php

    Salman Rushdie a largement milité pour l’obtention de ce prix. Aurait-il versé satanique ?


  6. Lynne Dufresne Le 07 mai 2015 à 15h44
    Afficher/Masquer

    Lorsque j’ai vu Netanyahou,et tous les Grands de ce monde marcher au nom de ”Je suis Charlie”,
    j’ai débarqué du mouvement. La droite Américaine s’empare présentement du ”Je peints des caricatures de Mahomet”. Mieux vaut ”Je suis palestinien”.


    • Krystyna Hawrot Le 07 mai 2015 à 18h11
      Afficher/Masquer

      Moi quand j’ai vu que le boucher Porochenko y serait, j’ai préparé mon panneau “Porochenko dégage”! Heureusement que finalement tout ce stress m’ont fait tomber malade et je n’y suis pas allée du tout…


  7. Phypsi Le 07 mai 2015 à 15h49
    Afficher/Masquer

    C’est toujours la même chose, dès qu’on bouscule l’ordre établi par nos “têtes bien pensantes” on est traîné dans la boue, on est catalogué de fasciste, de pessimiste, de véritable honte…
    Et suit cette magnifique réplique : “cela nous rappelle les heures les plus sombre de notre histoire”

    Et malheureusement E. Todd ne fait pas exception à la règle. Comme J. SAPIR avait bien été traité de fasciste par ce bras cassé de Moscovici…
    Et quand je vois ou lis les propos de notre grand démocrate aux bonnes valeurs sociallistes je me rappelle toujours de ceci :

    La famille paternelle de Manuel Valls est issue de la grande bourgeoisie catholique catalane.

    Parmi ses ancêtres, on trouve le fondateur d’une banque ou encore un des cofondateurs d’un quotidien catalan conservateur et catholique – El Mati (Le Matin). Le père de Manuel, Xavier Valls, né en 1923, fait des études artistiques durant la guerre et continue ses activités en Espagne franquiste jusqu’en 1949. À partir de cette date, et bénéficiant d’une bourse, il fait la navette entre Barcelone et Paris. Il s’installe en France en 1951 tout en continuant à faire des expositions en Espagne et à passer systématiquement des vacances d’été et de Noël dans la péninsule Ibérique. C’est d’ailleurs lors de vacances d’été que Manuel Valls naît à Barcelone, le 13 août 1962. Les véritables opposants au général Franco ont dû attendre sa mort, en 1975, pour pouvoir retourner dans leur pays d’origine. Précisons que la famille paternelle de sa mère suisse italienne, les Galfetti, doit sa fortune à l’exploitation de l’or en Sierra Leone. Fort de ces atouts, le petit Manuel a pu grandir rue de l’Hôtel-de-Ville dans le Marais, en face de l’île de la Cité.

    L’ascension de Manuel Valls commence dès ses études d’histoire à Tolbiac, au début des années 1980, grâce à des liens très étroits et durables avec Alain Bauer, futur grand maître du Grand Orient de France et « pape » de la politique sécuritaire, et avec Stéphane Fouks, appelé à travailler dans la communication politique et à devenir administrateur du CRIF. Cette collusion fut appelée « pacte de Tolbiac » par le journal Le Monde dans son édition du 27 novembre 2012. Cette politique de réseau ira en se développant et conduira Manuel Valls à intégrer le club très élitiste Le Siècle, ou encore à participer, en 2008, aux réunions du Bilderberg.

    Et après on se demande pourquoi un mec comme ça fait voter la loi sur le renseignement, ou bien combat avec tant d’ardeur l’ennemi invisible qu’est la finance…


  8. TigrouSuisse Le 07 mai 2015 à 16h04
    Afficher/Masquer

    Voici son interview de hier à la radio suisse romande, il a eu plus le temps de développer qu’à France Inter.

    http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/l-invite-du-journal/6739500-emmanuel-todd-historien-et-demographe-06-05-2015.html?f=player/popup


    • Lucas Le 07 mai 2015 à 21h08
      Afficher/Masquer

      Formidable interview! Merci pour le lien


  9. purefrancophone Le 07 mai 2015 à 16h19
    Afficher/Masquer

    Lorsqu’un Président de la République appelle les différents chefs d’Etat ou de gouvernement , y compris ceux qui ont du sang sur les mains , et ceux qui bâillonnent la liberté d’expression , à venir manifester pour cette liberté d’expression , il y a de quoi se poser la question sur notre réelle liberté .
    C’est bien la première fois que l’on voit un Président appeler ses homologues pour venir manifester !!
    Ajoutez à cela une loi qui autorise le premier Ministre à surveiller sa population , pas de doute , notre Démocratie est à l’agonie !

    Je vais lire ce livre , ainsi que “La marche des Lemmings” que je viens de commander chez mon libraire , mais je doute que les médias en fassent une publicité objective .


  10. francky99 Le 07 mai 2015 à 16h30
    Afficher/Masquer

    Il sera ce soir 7 mai au Grand Journal de Canal Plus : quelqu’un peut-il l’enregistrer pour que je le mette sur Dailymotion après ?
    Merci ( Olivier )

    Pas lu le livre encore…
    J’ai juste un log pour toi si tu veux enregistrer les émissions en replay. : http://captvty.fr/

    Très pratique.


    • Substance2004 Le 08 mai 2015 à 00h53
      Afficher/Masquer

      Il y a des solutions en libre (compatible GPLV2 ou 3 pour les connaisseurs) pour Linux comme :

      dPluzz, qui permet à partir d’une adresse dans Pluzz ou Canal+ de télécharger les vidéos.
      https://launchpad.net/~yoggic/+archive/ubuntu/dpluzz
      Ça ne marche pas en revanche pour i>Télé. Dommage.

      ou encore Quarte pour les vidéos d’Arte+7 qui a une super interface.
      https://launchpad.net/qarte


  11. Louis Robert Le 07 mai 2015 à 17h00
    Afficher/Masquer

    Bref:

    1. La classe politique française est sous l’emprise de la panique, d’autant plus qu’elle a perdu le contact avec la masse des Français, devenus l’ennemi intérieur. Rappel:

    http://www.mondialisation.ca/le-rassemblement-trompe-loeil-des-dirigeants-mondiaux-a-paris/5424910

    2. Massivement, cet ennemi intérieur se révèle chaque jour davantage terrorisé par ceux qui le mènent, et dans l’inhibition de l’action.

    3. Dans cette Europe de la “nouvelle normalité” et des nouvelles “valeurs européennes” (désormais si horriblement triomphantes en Ukraine…), trahie et se trahissant elle-même, la société française est aujourd’hui à la dérive.

    4. Xénophobie, racisme, arabophobie, islamophobie, délation, intimidation, accusations et condamnations arbitraires, tout y est. Oui, “c’est en train de devenir ça, la France”…

    5. Cela ne se voit que trop du reste: dans ce pays, un laïcisme totalitaire et fanatique déforme la réalité, la masque puis menace, main dans la main avec Big Brother.

    Un retour aux causes, voire à “la cause des causes” s’impose de plus en plus urgemment.


  12. Popa Le 07 mai 2015 à 18h20
    Afficher/Masquer

    Ils ont peur.
    He ben qu’ils continuent à avoir peur , et qu’ils espionnent histoire de se faire encore plus peur.
    C’est pas des gens incapable de mettre un million de personne au boulot qui arriveront à lutter contre des phénomènes sociaux actuels tels que le rejet global et massif des systèmes de gouvernements qui est en train de grandir de par le monde… même avec ce que Klausewitz appelait “la politique par d’autre moyens”.
    Il y aura des larmes , il y aura du sang … mais contez pas sur moi pour verser une larme sur leurs tombes ni une goute de sang pour éviter qu’ils y aillent.


    • RGT Le 08 mai 2015 à 12h07
      Afficher/Masquer

      “mais contez pas sur moi pour verser une larme sur leurs tombes ni une goute de sang pour éviter qu’ils y aillent.”

      J’airai lors de grandes vistes commémoratives arroser leur tombes, mais ce ne seront pas de larmes.

      On me remerciera pour venir décaper les pierres tombales au Kärcher et arroser les fleurs.


  13. remi Le 07 mai 2015 à 18h30
    Afficher/Masquer

    retouitage de ce que je disais de Todd sur le forum d’@si :

    D’une manière générale, je suis pas trop client de ses analyses sur famille souche, printemps arabes et salade de macédoine. Il a eu sans doute quelques intuitions justes (“après la démocratie”, j’en ai un assez bon souvenir), d’autres franchement moins (le “hollandisme révolutionnaire” haha). Mais là, je trouve surtout qu’il arrive à point nommé dans le dispositif médiatique pour jouer le rôle du bouc émissaire. Depuis le temps que Bourdieu est cané, fallait bien que quelqu’un s’y colle. Donc Todd qui se fait bâcher Sur France Inter, entre le rictus gourmand de Cohen et les regards par en dessous d’Aram. Todd qu’on vanne entre copains sur les antennes de France Culture (“bonobo huhu”). Todd, avec qui Philippe Val s’apprête prochainement à débattre (annonce t il en se pourléchant les babines). Todd qui va donc encore se prendre la fessée sur un plateau à la Taddeï, inaudible et ridicule avec ses statistiques sur la pratique catholique en pays de bocage opposée à la vertueuse indignation du collège médiatique (“mais enfin Monsieur Todd, on ne tue pas les gens, un point c’est tout !”).

    A la fois j’ai pitié de lui, et je lui en veux d’être assez bête ou narcissique pour se livrer à cette télé-réalité obscène : “L’intellectuel mis à nu par ses journalistes-memes”.
    Son erreur consiste sans doute à prétendre analyser les “Charlies” à partir de la sociologie des classes moyennes, alors qu’il faudrait voir plutôt dans le phénomène la cristallisation d’un dispositif médiatique voué à phagocyter toute analyse.
    Islamophobie est un mot bien trop réducteur pour désigner cette saloperie. Un mot-relais du dispositif. A travers le musulman arriéré, c’est bien la pensée critique qu’il s’agit d’abattre.

    Ce qui me frappe le plus, c’est la dimension circulaire du dispositif rhétorique, autrement dit son aporie. Si on prend la chronique d’Aram par exemple. Je ne connaissais pas cette Sophia Aram, j’imagine que c’est elle qui a remplacé Guillon, osef. En tout cas sans surprise elle était devenue ce matin la nouvelle égérie de Brice Couturier sur France Cul. Pas de mystère compte tenu de la gueule tétanisé de contrition d’Emmanuel Goldstein Todd après son intervention de deux minutes. A ça elle l’a bien mis à l’amende la beurette (de seconde génération nous précise t elle), en mettant en évidence sa “condescendance” envers les français immigrés. Et pour ce faire comment s’y prend elle ? Elle contrefait un accent de métèque méditerranéenne pour interpréter la jubilation d’une musulmane arriérée, ravie d’apprendre que comme elle Missieur Todd il pense que les nardihimouk de dessinateurs de Charlie Hebdo ils ont eu ce qu’ils méritent… Puis ensuite elle reprend sa voix suave de speakerine pour expliquer qu’en fait elle est une bonne maghrébine bien intégrée, qui bosse à la radio. Et que ce n’est pas rendre service aux français issus de l’immigration que de les encourager dans leurs délires rétrogrades.

    Sauf que.

    Repassons le film au ralenti : Todd fait un livre sur les français qui ont défilé avec une pancarte “je suis Charlie”, et il est accusé de faire un livre, il va sans dire un livre nourri d’angélisme, sur les français issus de l’immigration qui n’ont pas participé à cette manifestation (?)
    Todd serait condescendant envers les musulmans selon la meuf qui, à l’instant, vient de se fendre d’une imitation digne de Michel Leeb (??)
    – Attends oui mais elle c’est pas raciste hein : elle a sa patente du Djamel Comedy Club !
    Pas raciste sans doute, mais au fond qu’est ce qu’elle exprime à travers son personnage de harengère magrébine, sinon ses propres préjugés sociaux à l’égard de gens issus de l’immigration qui n’ont pas défilé avec la pancarte des “je suis Charlie” ?

    Et au fond c’est tout le problème. Quelques millions de français ont défilé avec des pancartes “je suis Charlie”. Disons une bruyante, tonitruante, minorité. Il va sans dire canalisée par des relais médiatiques. Néanmoins et dans le même temps quelques millions d’autres sont resté chez eux. Soit parce qu’ils avaient d’autres soucis, sous parce qu’en toute connaissance de cause, il ne se sentaient pas assez “Charlie” pour descendre dans la rue. A qui la faute ?

    Au sociologue certainement.

    Je veux dire, c’est complètement con, mais c’est l’idée autour de laquelle se retrouvent les Aram, Couturier, Fourest et Philippe Val… Je recommande particulièrement l’échange autrement plus consensuel entre Val et Couturier : “Ce que vous mettez en cause c’est l’influence de la sociologie bourdivine. – Oui exactement une sociologie qui blanchit totalement les coupables au motif qu’ils sont issus de milieux populaires…”
    Là encore, il faut dépasser la dégueulasserie de l’allégation pour souligner son extraordinaire aporie.
    1) Bourdieu est accusé de blanchir les criminels issus des classes populaires dans un livre, que tout le monde cite et qu’à l’évidence pas un n’a lu, consacré aux mécanismes de reproduction sociale dans les classes dominantes (“les héritiers”).
    2) En dédouanant supposément les criminels en raison de leur origine sociale, cette sociologie génèrerait par elle même des criminels dont, pourtant, on postule qu’ils sont des individus responsables de leurs actes. Autrement dit, il y a sans doute un déterminant à la maladie, mais ce déterminisme se rapporte à l’usage du thermomètre.

    Tu peux prendre Val, Fourest, Finkielkraut… C’est la même boucle mentale qui est à l’œuvre chez tous ces crétins, Et Todd s’offre à eux pour jouer le rôle de la toupie.


  14. olga Le 07 mai 2015 à 18h53
    Afficher/Masquer

    J ecoute Todd emission suisse je remercie de sa présence . Remi j ai lu votre commentaire soyez plus explicite… le Verbe doit etre trouver juste sans palabres ;


  15. Zasttava Le 07 mai 2015 à 19h54
    Afficher/Masquer

    Bon, ça faisait bien 3 ans que je ne regardais plus LGJ, comme on l’écrit.
    Alors j’ai branché la télé là-dessus.

    Et bien merci Olivier, car j’ai vu un Todd impeccable en dépit du dispositif particulier de cette émission.
    Il ne vous a pas oublié cependant : il vous a assuré un pub d’enfer en citant, précisément et sans coupures, le blog les-crises à 2 reprises !
    Pour le reste, c’est du Todd : assez peu de contradictions pertinentes, sauf de Natasha Polony, ce qui se comprend.
    Apathie était apathique (désolé). Les autres chroniqueurs je ne sais pas qui ils sont. Pas entendu non plus.

    Je pense toutefois que son message n’a pas du passer auprès du téléspectateur Canal moyen…

    Le tandem Berruyer-Todd me plait bien, puissiez-vous l’élargir à d’autres sujets que le 11 janvier !


  16. Macarel Le 07 mai 2015 à 20h05
    Afficher/Masquer

    “A la veille des années 1960 et 1970, il n’en était qu’une composante secondaire, très forte dans le Sud-Ouest, région d’héritier unique qui ne croit pas à l’égalité.” ???

    Là j’ai du mal à suivre, le Sud-Ouest est une terre radicale-socialiste, et en même temps on n’y croit pas à l’égalité ???

    Jaurès ne croyais pas à l’égalité ? Et il était d’une famille catholique modeste…

    Certes une hirondelle ne fait pas le printemps, et les conclusions de Todd se basent sur le fait que les familles souches sont plus inégalitaires que d’autres. Mais enfin…


    • Macarel Le 07 mai 2015 à 21h45
      Afficher/Masquer

      Dans le Sud-Ouest l’ “on” a arrêté les sarrazins devant Toulouse en 721, bien avant Charles Martel à Poitier.

      Puis l’ “on” a été terre d’hérésie cathare contre la Papauté romaine, ce qui “nous” a valu la croisade des albigeois, avec tous les massacres associés. Mais aussi l’ “on” a été terre d’hérétiques protestants, tout cela pour finir rad-soc, et finalement socialistes cassoulet.

      Bon j’arrête de divaguer, ce n’est pas au niveau de l’analyse toddienne.

      Ce que je crois c’est que les Charlies sont avant tout les enfants gâtés d’une France déchristianisée, matérialiste, boboïsée, composée selon la terminologie toddienne d’éduqués supérieurs qui ne soufrent pas vraiment de la crise, qui profitent plutôt de la globalisation, et qui ne voient dans la religion qu’une forme d’obscurantisme d’un autre âge, sur lequel, l’on peut se défouler sans entraves.


  17. Luzul Le 07 mai 2015 à 20h19
    Afficher/Masquer

    L’humain de demain n’aura ni dieu ni maître ou ne sera pas.


    • Roscanvel Le 07 mai 2015 à 21h52
      Afficher/Masquer

      Explicitez svp……L’humain de demain sera ce qu’il sera, avec dieu et maître , ou sans dieu et maître. Mais il sera!!! sauf catastrophe nucléaire…..


      • tocquelin Le 08 mai 2015 à 09h51
        Afficher/Masquer

        L’anticatholicisme exacerbé de Todd décrédibilise quelque peu une analyse pourtant fondamentale :soutenu par les bobos, les hautes classes protégées(haute fonction publique etc) le PS est un parti de privilégiés donc anti égalitaire (voir Guilluy et Michéa) et Valls est un très bon serviteur de la ploutocratie atlantiste
        L’alliance hystérique de Hollande avec les monarchies rétrogrades du Golfe et les neo nazis de Kiev en sont l’exemple Il faut craindre que Valls et consorts n’hésiteront à noyer par tous les moyens les aspirations des peuples comme le socialiste G Mollet en d’autres temps


  18. Doctorix Le 07 mai 2015 à 21h27
    Afficher/Masquer

    Le 11 Janvier?
    Un rassemblement de veaux, comme l’aurait dénoncé De Gaulle, et qui allait bien dans le sens voulu par nos élites dirigeantes.
    Un appel pleurnichard à la loi Valls sur le renseignement, une demande de verges pour se faire battre. Cet événement tombe aussi bien que le 11/9 pour le Patriot Act, et ça ne traîne pas plus…
    Exploitation de la sensiblerie populaire, qui ferait mieux de se préoccuper de nos libertés en péril, de nos massacres au Moyen-Orient, de notre soutien aux nazis de Kiev, de l’avènement du Tafta qui nous guette, et du risque de conflit nucléaire qui nous menace, cinq raisons de manifester qui n’auront pas autant de succès.
    On aura à l’esprit que, pour ne citer que l’Amérique, un américain a une chance sur 20 millions de périr dans un attentat terroriste, et que pour cette misère en terme de chiffre, ils auront dépensé 3.000 milliards de dollars et fait périr deux millions de personnes.
    Le terrorisme, c’est juste un truc pour vendre de la terreur étatique, faire marcher le commerce des armes, pervertir l’opinion publique dans le sens de la haine de l’autre, justifier des guerres ; ça n’a pas d’impact réel sur nos vies, sur notre sécurité. Cela n’influe que sur les lois qui vont piétiner nos libertés.


  19. georges glise Le 07 mai 2015 à 21h35
    Afficher/Masquer

    aux lecteurs de todd et à ses admirateurs, je suggère de lire l’analyse qu’en publie marianne cette semaine. , et bien sûr celle de charlie hebdo.la défense de la liberté d’expression et de la république n’a rien à voir avec la france que décrit monsieur todd. je l’invite à méditer cette pensée de rabelais: science sans conscience n’est que ruine de l’âme, et celle de voltaire: écrasons l’infâme.


    • kasper Le 08 mai 2015 à 01h24
      Afficher/Masquer

      Sauf que ni la république ni la liberté d’expression n’ont ete vraiment défendues par les charlies, au contraire.

      La preuve: des enfants de 8 ans au commissariat.


    • Old Ohm Le 08 mai 2015 à 04h34
      Afficher/Masquer

      «La gaminerie est une nuance de l’esprit gaulois.
      On pourrait dire que Voltaire gamine.»
      (Victor Hugo, Les Misérables)


  20. adrien Le 07 mai 2015 à 21h42
    Afficher/Masquer

    Couronnement newyorkais pour CH le 5 mai : L’association mondiale d’écrivains PEN – American Center lui a décerné le Prix Courage et Liberté d’expression .
    Mais 200 écrivains protestent contre ce choix qui ” valorise un contenu attisant les sentiments anti-islam, anti-Maghreb, anti-arabe, sentiments déjà très courants dans le monde occidental ” .

    Dans son interview du 4 mai sur France Inter, Todd répondait aux questions de Patrick Cohen, dont celle ci, affligeante : ” vous n’êtes pas loin d’expliquer au fond que Charlie a bien cherché ce qui lui est arrivé “.
    Quand l’émotion remplace la réflexion .
    Anomie : désorganisation sociale résultant de l’absence de normes communes dans une société .


  21. AL2015 Le 07 mai 2015 à 23h32
    Afficher/Masquer

    Todd a le grand mérite de donner un grand coup de pied dans l’ordinateur central de la Matrice et ça il n’aime pas trop mais la bonne vieille machine infernale s’en remettra.
    Pour ma part, je n’adhère pas à la théorie des deux France. S’il y a bien 2 camps, ce serait beaucoup plus façon « stratégie du choc » de Naomi Klein. Il n’est pas certain que Todd soit un grand fan de Naomi, c’est probablement trop sombre pour lui.
    Charlie serait alors le nom de code d’une opération de propagande rondement menée, à tous les égards un chef d’œuvre des compagnons du terrorisme étatique et para-étatique, lequel peut agir sur tous les continents. Une opération qui aurait parfaitement fonctionné, au delà de toute espérance, tant l’émotion qui parcourut le monde entier, fut vive. Un acte démoniaque, froidement planifié, dont le caractère absolument monstrueux ne trouverait personne pour le défendre. Si horrible que la raison et la réflexion disjoncteraient instantanément et feraient place nette à la peur et l’incompréhension les plus totales. Une utilisation magistrale des outils de communication d’aujourd’hui (l’effet viral des réseaux sociaux), couplée à une stratégie de communication professionnelle : un message simple et rassembleur. Et pour terminer, un faux débat : pour ou contre la liberté d’expression, dans lequel les « Charlie » seraient enfermés. Lorsque votre geôlier vient vous réveiller en pleine nuit et vous demande votre choix entre la chaise électrique et l’injection létale, à ce moment précis votre chance de connaître la lumière et la vérité se rapproche à zéro. Les « Charlie » ne connaîtront pas la vérité.
    Un débat piégeur comme l’a souligné Todd où des gens, bien sous tous rapports mais un peu racistes parfois, défilent pour défendre des caricatures pornographiques au nom d’une soit disant liberté d’expression. On mesure toute la perversité de la chose, marque de fabrique des grands fossoyeurs de l’oligarchie mondiale, qui n’a de cesse de semer la terreur et la désolation partout où elle s’aventure.


    • AL2015 Le 08 mai 2015 à 10h35
      Afficher/Masquer

      Il restait à signer l’œuvre. C’est ainsi qu’à l’occasion d’une journée que l’on pourrait qualifier par anticipation de « mémorielle », toutes les marionnettes du gouvernement mondial se sont alors réunies lors d’une photo-finish – gouvernement, qui les jours restant de la semaine, hors opérations exceptionnelles, apporte inlassablement la démocratie par lâchés de bombes un peu partout sur la planète.


  22. Encore lui Le 07 mai 2015 à 23h39
    Afficher/Masquer

    Je me demande comment au juste E.Todd s’y est pris pour faire cette catégorisation de l’immense foule des Charlies du défilé du 11.01 et en déduire ce qu’il en déduit. A savoir une appartenance polico-confessionnelle et ethnique se voulant comme une explication sociale de leur motivation profonde. Je trouve cela invraisemblablement tiré par les cheveux pour une ethnologue/socioloque de tirer ce genre de liaison.

    Todd aurait pu creuser du côté de la conjonction d’une omnipotence aujourd’hui atteinte par les réseaux de communication médiatiques et l’organisation politique concomitante de la peur et du choc, dans une sociéte individualiste, morcelée et largement démoralisée.


    • Joséphine Le 08 mai 2015 à 08h43
      Afficher/Masquer

      C’est vrai, Tod ne part pas de présupposés individualistes méthodologiques, mais en terme de structuralisme. Mais ce n’est qu’une grille de lecture; ça veut pas dire: eh, gens, vous n’échapperez pas à votre déterminisme socio-catholico-historique.


  23. burno Le 08 mai 2015 à 00h08
    Afficher/Masquer

    pour être clair et arrêter de tourner autour du pot
    en gros , ce qu il dit c est que la manif charlie du 11 janvier c était en fait une manif anti islam
    c est plus clair comme ça ?
    maintenant , on peut discuter à partir de cela !


  24. RABERIN Le 08 mai 2015 à 00h31
    Afficher/Masquer

    On reproche vraiment tout et le contraire de tout à Emmanuel Todd, même contradictoirement ses propres antinomies, comble ironique de l’incohérence, de l’absence de réflexion et du parti-pris idéologique le plus massif. La doxa de notre époque qui prétend défendre la ” liberté d’expression ” et ne supporte pourtant pas la moindre contradiction un peu réelle, celle qui met en cause l’ultra libéralisme, l’ oligarchie dirigeante et l’ immense masse ” des idiots utiles, alliés objectifs “, paniqués et travaillés inconsciemment par un trouble, pour ne pas dire un délire identitaire, toute la cohorte des bobos et de leurs affiliés directs ou indirects, soucieux sans pouvoir se l’ avouer, de préserver leurs prébendes et leurs privilèges… ” Je préfère être un homme à paradoxe qu’ un homme à préjugés ” écrivait déjà Rousseau dans l’ Emile. Sans partager nécessairement toutes les thèses d’ Emmanuel Todd, il faut souligner son courage, car il devait évidemment s’ attendre à la tempête médiatique haineuse qui se déchaine contre lui. Intellectuellement, il faudrait au moins accepter d’ ouvrir le débat sérieusement. Mais qui a d’ ailleurs lu son ouvrage génial : L’ origine des systèmes familiaux ? On le qualifie à ce sujet ” d’ essentialisme anthropologique”, lui issu d’ une vieille tradition empiriste anglaise (que je suis loin de partager pourtant ). Bref, on raconte n’ importe quoi, comme on accuse immédiatement tous ceux qui défendent une idée nationale, faute de mieux, contre l’hégémonie de l’ Union Européenne dominée par l’ Allemagne, un diagramme de pouvoir anti-démocratique, contempteur de ses propres peuples qu’elle prétend défendre, d’ être évidemment d’ ignobles ” fascistes”… C’est celui qui le dit qui l’ est, ” le barbare, c’est d’ abord l’ homme qui croit à la barbarie ” affirmait Lévi-Strauss dans Race et histoire. Bref, je trouve révoltant les attaques dont Emmanuel Todd est l’ objet et consternant le degré de nullité conceptuelle des pseudo-arguments utilisés.


  25. dissy Le 08 mai 2015 à 03h11
    Afficher/Masquer

    Grave accusation sur Hollande au sujet des attentats de Charlie Hebdo !

    https://www.youtube.com/watch?v=1pcvGAb2-28


  26. Joséphine Le 08 mai 2015 à 08h36
    Afficher/Masquer

    Vous évoquez la diversité des personnes qui habitent dans les territoires anciennement catholiques. Pas d’homogénéité pour eux, ils peuvent échapper au déterminisme que Tod voit et veut leur imposer. N’est ce pas?
    Par contre “ces populations « si fragiles »” des cités, sont elles parfaitement homogènes à vos yeux: elles se conduisent de manière évidemment homogène selon des stratégies, elles instaurent toutes sans exception des rapports de force. Pas de diversité dans les banlieues? pas de façons diverses d’être croyants?
    Le mépris de classe prend aujourd’hui la forme de l’islamophobie, voilà ce que dit Tod. Ce qu’on découvre c’est que le PS est profondément anti-républicain. Ce que je ne peux que confirmer: culte des diplômes/grandes écoles avec rien en dessous de bac+4 à des fonctions électives, instrumentalisation des rares militants ouvriers ou classe populaire avec promesse de strapontin lors d’élection, tout au bas de la liste; quant aux personnes “issues de l’immigration”: quota des “communautés” représentées. Donc oui, le PS est profondément anti républicain.


    • Laetizia Le 08 mai 2015 à 11h42
      Afficher/Masquer

      Oui bien évidemment dans les banlieues il y a différents parcours. Certains s’intègrent, travaillent, mais une proportion non négligeable vit des minimas sociaux et de trafics. Après on peut toujours affirmer le contraire. Mais je sais ce que j’ai observé de visu et in situ.


  27. Iznogood Le 08 mai 2015 à 09h09
    Afficher/Masquer

    Vous vous posez tant de questions… auxquelles le livre de Todd répond dès ses 1ères pages: méthodologie de son enquête, rappel des lois statistiques, etc etc. Lisez-le!


  28. christian gedeon Le 08 mai 2015 à 11h18
    Afficher/Masquer

    J’ai attendu attendu,et elle n’est pas venue…laïlaïlaï….je prends des précautions avant de poursuivre…je ne “suis pas charlie” au sens où on l’entend et j’ai en horreur les mouvements de foule,en général,et au plan “politique “(sic) en particulier.je n’ai pas les références “brillantes ” de beaucoup,mes maîtres à penser étant mes anciens profs jésuites…et Georges Brassens.Internet étant une chose formidable décidément,j’ai pris connaissance de l’opus de M. Todd…passons sur les cathos zombies,à chacun son obsession,çà ne se commande pas.Mais à part quelques lieux communs remarquables,du style les musulmans sont là pour rester en quelque sorte ( ce qui paraît pour le moins évident),et autres il faut “respecter “ceci ou celà,ne pas être intolérant,bref que des idées nouvelles…ben je suis désolé de dire que je n’y ai rien trouvé de spectaculaire…si je devais être méchant,je dirais que c’est de l’anti je suis charlie…comme on disait dans le temps béni du communisme soviétique,primaire… dans deux ou trois mois ,on ne parlera plus de tout çà,de toute façon,un clou chassant l’autre…l’unanimisme pro toddien reste un unanimisme…et par nature,je me méfies profondément de tous les unanimismes…aïe,je vais me faire un peu engueuler…mais je crois cependant à une de vos maximes favorites,M. Berruyer…si nous nous n’apprenons pas à vivre ensemble,ben nous mourrons ensemble,comme des idiots…dernière remarque,encore pas gentille…M. Todd,tout “révolutionnaire” qu’il soit,a toujours su faire sa place sous les prébendes publiques,régime après régime… je sais ,je sais,c’est une mauvaise flèche du parthe…mais c’est un peu vrai quand même,non? je pense qu’il faut “de-théoriser “tout ce qui s’est passé et se passe actuellement..rester au niveau du plancher des vaches humain…même si les grands emportements font plaisir…alors ni Charlie,ni pas Charlie. Juste une citoyenneté responsable…et çà ira.


  29. RGT Le 08 mai 2015 à 13h21
    Afficher/Masquer

    Encore bravo à Emmanuel Todd pour son analyse pertinente qui sort comme d’habitude des sentiers battus de la propagande “bien pensante”.

    Je pense qu’il a très bien analysé les origines culturelles des oligarques au pouvoir mais qu’il n’a pas poussé assez loin son analyse de la “catholicité” de nos chères élites.

    Ils sont certes issus de milieux catholiques que je pense rigides à l’extrême (milieux qui cherchaient plus dans le catholicisme une justification de leur comportement égoïste et dévastateur) mais comme leur carrière politique risquait de pâtir de cet héritage peu reluisant ils ont sombré dans un laïcardisme de façade sans pour autant renier au plus profond d’eux-même leur pensées hégémoniques.

    En fait ils ont des intégristes catholiques refoulés, ce qui est largement pire que les intégristes avérés car leurs discours publics sont diamétralement opposés à leurs positions réelles.
    Un véritable intégriste est très facile à détecter. Un intégriste refoulé est infiniment plus sournois car on ne pourra pas le détecter à temps et il pourra commettre ses forfaits sans être inquiété.

    La France est un pays de tradition catholique. Le nier serait effacer près de 20 siècles d’une culture profondément ancrée dans notre peuple.
    Par contre, cette tradition catholique populaire est diamétralement opposée à celle de nos élites : Il s’agit d’une tradition qui prône l’entraide, le respect d’autrui, la solidarité, l’empathie et de nombreuses qualités malheureusement discréditées par les intégristes catholiques refoulés car ces valeurs traditionnelles sont à l’opposé de leur cupidité maladive.

    La croyance religieuse est aussi vielle que l’homme et fait partie intgétrante de notre inconscient collectif.
    Quand on analyse les dogmes des courants politiques on s’apperçoit rapidement qu’ils utilisent strictement les mêmes ressorts que la pensée religieuse intégriste manipulatrice et les “joutes politiques” entre militants et dirigeants de partis politiques opposés ressemblent plus à des guerres de religion qu’à des débats réellement ouverts et objectifs.

    Je reconnais ouvertement avoir une culture catholique (la bonne, la “populaire”, qui influence ma conscience lorsque j’observe l’état de délabrement de notre société actuelle). Par contre je suis agnostique car je ne crois pas à l’existence d’un être supérieur.
    Et ces deux situations que l’on pourrait penser antagonistes ne le sont pas du tout. Elles me permettent d’avoir une opinion qui m’est propre, unique, et qui guide mes actes à chaque instant en m’obligeant à respecter et à aider tous ceux qui sont en difficulté. Je ne renierai JAMAIS cet héritage COMPRIS ET VOLONTAIREMENT PRÉSERVÉ car il fait partie intégrante de ma personalité.
    Par contre, ne me demandez SURTOUT pas d’aller manifester pour une cause qui me semble peu crédible. Vous serez alors très bien reçus.

    Si au lieu de la “Manif pour tous” il y avait eu une manif “Avant de faire diversion avec les LGBT occupons-nous des SDF, des pauvres, des chômeurs, des retraités, des précaires et de tous les exclus. Luttons réellement contre l’injustice sociale, la fraude fiscale, les abus financiers, la corruption politique et la propagande médiatique mensongère” je me serais joint au cortège et j’aurais gueulé des slogans très virulents.
    A mon avis (personnel) il y avait vraiment là une raison de manifester notre colère. vous avez entendu parler de ce type de manif vous? Moi non. Il faut quand-même préciser que ce genre de manif mettrait réellement en danger l’ensemble de la pyramide ripoux-blicaine.

    Mais ça commence à changer tout doucettement et j’espère être encore vivant quand le temps viendra pour aller dans la rue gueuler la colère au rythme des flonflons (et des tirs à balles réelles). Ce sera la “nouvelle Commune de Paris”, mais étendue à toute la France.

    A méditer :
    Question : Quelle fut le SEUL ET UNIQUE MOUVEMENT réellement populaire de TOUTE l’histoire de France ?

    Réponse : La Commune de Paris.
    La meilleure preuve : Il n’y avait AUCUN “chef”, aucun “meneur”…
    Vous pouvez vérifier, vous trouverez peut-être quels noms, mais il étaient des citoyen comme les autres, sans aucun pouvoir particulier.
    La suite de cet événement est d’ailleurs la meilleur preuve d’un mouvement populaire échappant totalement à l’oligarchie.
    Il a été réprimé sauvagement dans le sang pour éviter que ça ne se reproduise et la mémoire de cet événement a été soigneusement bannie de l’histoire officielle et de la conscience populaire.

    Les événements du Donbass me rappellent la Commune de Paris : Ce sont des civils qui défendent leur liberté contre des militaires aux ordres d’oligarques venus les mettre au pas dans un bain de sang.

    Ne manifestons pas avec des pancartes “Je suis XXXX”, portons simplement des pancartes “Stop Magouilles”.


    • Homère d'Allore Le 08 mai 2015 à 19h01
      Afficher/Masquer

      Bonjour, RGT

      À propos de la Commune de Paris, ne pensez-vous pas que c’est justement parce qu’elle manquait de “chefs” qu’elle fut écrasée ? Un peu d’uchronie: les pleins pouvoirs à Rossel dès début avril et les fédérés marchaient sur Versailles… Mais il ne voulait pas “le pouvoir”. Idem pour Serizier.
      Tout occupés à palabrer et à voter des lois sociales qui n’ont duré que quelques semaines, les communards ont laissé Versailles s’organiser et préparer la contre-attaque.

      Il faut des “chefs”. Blanqui le disait lui-même. L’armée a sur le peuple deux avantages: le fusil Chassepot et l’organisation.


  30. fabrice Le 08 mai 2015 à 14h23
    Afficher/Masquer

    Une idée qui me vient en voyant la vidéo, et auquel Todd n’a pas dû penser “pourquoi Valls fait de la publicité à mon livre ?”.

    ne serait-ce pas qu’il contribue au dessein de Valls ? Car justement si Todd utilisait son raisonnement pour déterminer ce que veut Valls, je pense que Todd aurait sa réponse.


  31. lon Le 08 mai 2015 à 15h55
    Afficher/Masquer

    La France du 11 janvier c’est la France des beaufs toute heureuse de pouvoir manifester en toute bonne conscience son racisme anti-immigrés/anti-musulmans en s’identifiant à des victimes dont la plupart ignoraient tout .


    • Sébastien Le 09 mai 2015 à 00h04
      Afficher/Masquer

      Votre mépris (haine?) des “beaufs” me révulse. L’appellation sort tout droit de Charlie-hebdo (feu Cabu) et de BHL.
      C’est la France Bobos qui a défilé le 11 janvier.


  32. Sid Ali Le 08 mai 2015 à 16h26
    Afficher/Masquer

    Emmanuel Todd explique à travers son livre, scientifiquement, ce que vivent les Français d’origine Maghrébine au quotidien : ils sont pris en étau par une France des classes populaires autochtones qui vote de plus en plus FN, et une France qui était Charlie le 11 janvier (surtout de gauche, mais de droite aussi). Etant d’origine Maghrébine, j’ai depuis mon adolescence pensé que la pire des deux Frances, pour l’enfant d’immigré que je suis, était la deuxième. Quand j’ai osé décrire une partie de ce constat dans un mémoire de master en économie en 2005, j’ai été interdit de soutenance dans une université Lyonnaise ancrée à gauche : un Français d’origine Maghrébine ne peut pas réfléchir autrement que selon les éléments restreints qu’on lui a fournis. Todd a réussi à expliquer scientifiquement donc ce que la nouvelle génération « instruite » de Français d’origine Maghrébine pense profondément. La gauche au pouvoir, constatant une émancipation et une intégration de plus en plus importantes de cette génération (alors qu’on en parle rarement), a mis en place une stratégie de domination pour stopper ce phénomène, laquelle stratégie émane de l’essence même de l’idéologie de la « gauche modifiée » comme l’explique si bien M. Todd. Cette minorité ne peut pas, pour la gauche, être actrice dans la société. Elle doit rester sujet, pour des raisons religieuses, et d’autres purement politiques. Par ailleurs, on tape aujourd’hui sur le « Musulman », pour taper en réalité sur l’Arabe d’hier, combien même ce “Musulman” est non pratiquant, voire athée. Ce livre a mis la gauche à nue, à tel point que Valls s’est senti obligé de répondre ! Merci Emmanuel Todd.


    • Homère d'Allore Le 08 mai 2015 à 20h51
      Afficher/Masquer

      Merci pour votre intervention, Sid Ali, elle illustre bien ce qu’a écrit Todd. J’espère que vous avez pu poursuivre malgré tout vos études. Je suis sûr qu’à l’EHESS, votre travail aurait intéressé certains enseignants.

      Je précise que, ancien élève de cet école, j’apprécie les analyses de Jacques Sapir et d”Emmanuel Todd sans aucun “esprit de corps”. Mais je crois que la transversalité des sciences sociales voulue par Braudel (et son concept d’Histoire Totale) a pu former des “têtes bien faites” et surtout libres.
      D’autres écoles (bien mieux prisées par nos élites) ne peuvent en dire autant.


      • Sadi Ali Le 08 mai 2015 à 23h52
        Afficher/Masquer

        Cette problématique me pourrissait la vie et je n’avais plus la force pour me battre contre un système de domination historique, fort et sophistiqué. Mon destin était tout tracé : depart au États-Unis, un PhD en poche et un poste à responsabilité dans une grande banque internationale. Tout ce que je n’aurais jamais pu avoir en France.


        • Homère d'Allore Le 09 mai 2015 à 09h43
          Afficher/Masquer

          L’important pour vous est d’avoir su contourner l’obstacle. Bravo et merci encore pour votre témoignage.


  33. Karl-Groucho D. Le 08 mai 2015 à 16h29
    Afficher/Masquer

    Au moins, cette sale histoire sert de révélateur.
    On en découvre tous les jours.
    Ma dernière surprise partie :
    http://in-girum-imus.blogg.org/emmanuel-todd-et-les-anti-charlie-a117572792
    Hop ! Un flux RSS en moins !


  34. Serge Le 08 mai 2015 à 16h38
    Afficher/Masquer

    Pourquoi mon commentaire a été supprimé ? Ne peut-on pas ici ,
    exprimer ce quI ne va pas dans le sens de cette fausse polémique ?
    Il y a un conformisme de l’anti-conformisme;
    Etre anti-anti peut aussi être une forme de sophisme …


  35. joebardoc Le 08 mai 2015 à 19h39
    Afficher/Masquer

    Merci monsieur TODD de dire tout haut (et avec les formes et l’argumentaire correct) ce que beaucoup pensent plutôt bas, car ce pays fonctionne de plus en plus comme une classe de maternelle. On ne doit pas dire le contraire des chefs (ou de l’opinion majoritaire) sous peine d’être mis à l’écart voire ostracisé. Il faut beaucoup de courage lorsqu’on est exposé médiatiquement pour donner son opinion sans les filtres habituels du politiquement correct.


  36. Alain Le 08 mai 2015 à 23h42
    Afficher/Masquer

    PS: c’est vrai qu’il est excellent. (Sans être d’accord avec tout ce qu’il dit)


  37. Jengi Le 09 mai 2015 à 10h38
    Afficher/Masquer

    Oui, ces catholiques-là, c’étaient ceux qui avaient leur place réservée à l’église, qui portaient beau, et qui exploitaient les pauvres en dehors de l’édifice. Je ne me reconnaît certainement pas en eux.
    A partir du moment où la religion ne leur a plus servi pour dominer la “populace”, ils sont devenus bobos.


  38. ouvrierpcf Le 09 mai 2015 à 12h20
    Afficher/Masquer

    le catholicisme égalitaire ah bon et le Pape lui est il l’égal des autres cathos??
    les évêques sont ils les égaux des pères des campagnes ,??


    • Alain Le 09 mai 2015 à 15h39
      Afficher/Masquer

      Bah le Pape est le serviteur des serviteurs de Dieu. Les Évêques c’est pareil. D’ailleurs le Pape est l’égal des autres évêques avec la seule différence qui a été donnée par le Christ à St Pierre de paître son troupeau et d’affermir la Foi de ses frères, tout le reste découle de là. Un berger quoi, c’est pas du pouvoir, c’est du service. Le Christ a d’ailleurs été très clair: le bon berger donne sa vie pour ses brebis, le mauvais berger mange et bois pendant que le propriétaire du troupeau n’est pas là et il s’enfuit quand le loup arrive. Ce n’est pas comme un roi ou un chef ou un dictateur qui tirent leur pouvoir de la force et de ce qu’ils sont en titre en eux-mêmes.


    • christian gedeon Le 13 mai 2015 à 11h46
      Afficher/Masquer

      Ben oui en fait… pour les catholiques,pape signifie notre père sur terre à tous…oh,on peut reprocher plein de choses à la papauté… Borgias patin,couffin etc… et évidemment la sempiternelle polémique sur Pie qui a été trop ceci et pas assez cela… et l’inquisition ,et la saint barth ,et j’en passe…oh les salauds!Comme c’est curieux,ces mêmes censeurs moraux et moralistes ne pensent jamais à reprocher,ne serait qu’un tant soit peu, à ceux qui en sont responsables, le massacre TOTAL de la chrétienté d’Afrique du Nord,de Turquie,et pour l’Albanie ,la Bosnie et Kosovo…le massacre presque total… les mêmes n’évoquent jamais ce que les Grecs ont subi aux mains des Ottomans,massacres sur massacres,que ce soit sur leur terre ou sur les îles ( chut pas un mot sur l’extermination du peule de la Crète ou de Chio)…et que dire des Arméniens….et de ce qui se passe aujourd’hui en Irak,en Syrie,mais aussi au Pakistan,mais aussi en Egypte où les Coptes sont en butte aux persécutions des crétins islamistes sans arrêt…Alors,arrêtez de tirer sur l’ambulance,en quelque sorte…au bout d’un moment,çà devient agaçant…laissez tomber vos attaques stupides contre le catholicisme…à moins que vous ne préfériez les protestants évangéliques,tellement tolérants,pas du tout cinglés…


      • Homère d'Allore Le 13 mai 2015 à 11h57
        Afficher/Masquer

        christian gedeon, on va simplifier le débat athées marxistes-catholiques.

        L’Eglise Catholique est presque tout à fait acceptable depuis Vatican II.

        Certes, on peut pinailler sur les couvents des Magdeleines Sisters en Irlande jusqu’en 1996…
        Mais on va dire que, globalement, les pires éléments sont passés chez les lefebvristes et que, aujourd’hui, il n’y a pas grand chose à reprocher à l’Eglise Catholique.

        Ayez donc la même mansuétude pour les marxistes et nous pourrons faire front commun contre L’Empire ( au sens que lui donne Antonio Negri). Sinon, on sera toujours en train de se reprocher tel ou tel massacre de la guerre d’Espagne ou caricaturer l’une ou l’autre des doctrines à coups de Borgia ou de Pol Pot…


  39. Tarek EZZAT Le 09 mai 2015 à 17h49
    Afficher/Masquer

    Point de vue d’un franco-égyptien, sans religion

    http://perspectivesnouvelles.blogspot.fr/2015/01/tuerie-charlie-hebdo.html


Charte de modérations des commentaires