Article du site Hérodote

La Seconde Guerre mondiale se termine officiellement en Europe le 8 mai 1945, à 23h01, au lendemain de la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie, signée le 7 mai à Reims.

Défaite totale de l’Allemagne nazie

Le tournant de la guerre s’est produit lors de la bataille d’El-Alamein, en octobre 1942.

À partir de cette date, les armées allemandes subissent défaite sur défaite et reculent sur tous les fronts. En février 1945, Dresde est écrasée sous les bombes. La jonction des troupes soviétiques et anglo-américaines a lieu le 25 avril 1945 au milieu de l’Allemagne, sur l’Elbe.

Le 30 avril, le suicide de Hitler, terré dans son bunker de Berlin avec son dernier carré de fidèles, sonne le glas des espoirs allemands.

Il revient à son successeur, l’amiral Dönitz, de demander la cessation des combats aux puissances alliées. Celui-ci envoie le général Alfred Jodl, chef d’état-major de la Wehrmacht, à Reims, au quartier général des forces alliées du général Dwight Eisenhower.

Signature de la capitulation à Reims (7 mai)

Le général Alfred Jodl signe dans la nuit du 6 au 7 mai, à 2h41 du matin, lacapitulation sans condition de l’Allemagne. Quelques mois plus tard, il sera condamné à mort par le Tribunal de Nuremberg pour avoir contresigné des ordres d’exécution d’otages ou de prisonniers.

Le chef d’état-major du général Eisenhower, commandant suprême des Alliés, et le général soviétique Ivan Sousloparov signent l’acte de capitulation au nom des vainqueurs. Le général français François Sevez, chef d’état-major du général de Gaulle, est invité à le contresigner à la fin de la cérémonie en qualité de simple témoin.

La cessation des combats est fixée au lendemain 8 mai, à 23h01.

Ratification de la capitulation à Berlin (8 mai)

Pour Staline, il ne suffit pas que la capitulation ait été signée à Reims, dans la zone occupée par les Anglo-Saxons. Il faut aussi qu’elle soit ratifiée à Berlin, au coeur du IIIe Reich, et accessoirement dans la zone d’occupation soviétique. Cette formalité est accomplie le lendemain, au quartier général des forces soviétiques du maréchal Joukov.

Bien que la France se fût officiellement retirée de la guerre avec l’armistice du 22 juin 1940, le gouvernement du général de Gaulle est représenté à Berlin par le chef de la 1ère armée française, le général Jean de Lattre de Tassigny.

La capitulation n’est pas la paix

Les chefs d’État et de gouvernement alliés, dont le général de Gaulle, peuvent annoncer simultanément sur les radios la cessation officielle des hostilités en Europe.

Mais malgré la capitulation de l’Allemagne nazie, son allié le Japon poursuit un combat désespéré contre les Américains dans l’océan Pacifique. Il faudra les deux explosions atomiques de Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945, pour le contraindre à capituler, près de quatre mois après l’Allemagne.

La Capitulation vue de Paris

Les Français n’ayant eu aucune part à la capitulation militaire de l’Allemagne, à Reims, le 7 mai 1945, ils ont choisi par la suite de commémorer exclusivement la fin des combats, le 8 mai 1945.

En 1975, le président Giscard d’Estaing a souhaité mettre un terme à cette commémoration dans le désir de se réconcilier avec les Allemands… mais au grand scandale des associations d’anciens combattants.

En 1981, le président Mitterrand a voulu prendre le contrepied de son prédécesseur. Il ne s’est pas contenté de refaire du 8 mai un jour férié. Il en a aussi fait un jour chômé… sans rencontrer d’objections chez les citoyens (faut-il s’en étonner ? un jour de congé supplémentaire, ça ne se refuse pas). Cela fait, avec le 11 novembre, deux jours chômés pour autant de victoires sur nos « amis allemands » ! L’attention portée à cette célébration paraît d’autant plus incongrue que le 8 mai 1945 est aussi marqué par la répression sanglante de Sétif.

À noter que ni les Anglais, ni les Américains ne chôment le 8 mai bien qu’ils aient les meilleures raisons du monde de commémorer cet anniversaire. Quant aux Russes, c’est le 9 mai qu’ils célèbrent la capitulation de l’Allemagne, la cessation des combats ayant été enregistrée ce jour-là à Moscou en raison du décalage horaire.

Notons enfin que cette date du 8 mai 1945 marque avant tout une victoire militaire. Le nazisme proprement dit est mort avec son fondateur dans le bunker de Berlin, le 25 avril précédent.

Source : Hérodote, le 25 février 2015.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

34 réponses à Le 8 mai 1945, la fin de la guerre en Europe

Commentaires recommandés

burno Le 08 mai 2015 à 01h20

Victor Orban sera donc le seul leader européen à se rendre à Moscou pour les cérémonies du 9 mai
et ce malgré les menaces de Bruxelles ( à la rigueur ) et d Obama ( de quoi je me mêle ? )
J attends avec impatience qu Olivier nous fasse un jour le portrait de cet homme généralement qualifié de fasciste par les autres membres de l UE ; cette qualification me fait doucement rigoler puisque Orban serait donc un fasciste modéré et Porochenko un grand démocrate !
Comme le ridicule ne tue pas encore , je dis pourquoi pas ? ça a au moins l avantage d être rigolo !

  1. Rhubarbe Le 08 mai 2015 à 00h44
    Afficher/Masquer

    Habitant Reims, ma sieste a été troublée par le défilé des tanks américains vintage j’ai pas tout compris sur le coup. En tout cas, des chenilles ça te fout en l’air le bitume, refait à grands frais il y a quelques mois pour le tours de France.


  2. Héro Radote Le 08 mai 2015 à 00h56
    Afficher/Masquer

    « […] Il faudra les deux explosions atomiques de Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945, pour le contraindre à capituler, près de quatre mois après l’Allemagne. […] »

    NON !

    Le Japon capitulait de toute manière.
    Cette légende de l’« utilité » de ces crimes de masse jamais jugés est tenace…

    « À qui profite le crime ? »


    • Emmanuel Florac Le 08 mai 2015 à 12h43
      Afficher/Masquer

      Il est assez connu que les bombes ont été un essai “grandeur nature” (utilisation de deux bombes de technologies différentes, à l’uranium pour Hiroshima et au plutonium pour Nagasaki), sur deux villes qui étaient à peu près intactes (afin d’en mieux mesurer les effets), et dans le but premier d’effrayer les soviétiques (les Japonais ayant déjà proposé la capitulation quelques jours auparavant) . Même en cours d’histoire au lycée il y a 30 ans c’était une évidence… Mais ça doit faire partie de la même réécriture de l’histoire que “la victoire américaine sur les nazis”.


      • ty89 Le 08 mai 2015 à 23h17
        Afficher/Masquer

        Non je peu vous garantir que ce que j’ai appris a l’école c’est que ces deux bombes on forcé le Japon a capituler et ont ainsi permis a l’humanité de ne pas perdre des millions de vie de plus dans une guerre interminable.

        Tous ça ne relève pas l’estime que j’ai pour cette catégorie de débile formaté que sont les enseignants.


        • georges glise Le 09 mai 2015 à 16h30
          Afficher/Masquer

          c’est celui qui le dit qui l’est (ou qui y est.


    • theuric Le 08 mai 2015 à 14h18
      Afficher/Masquer

      Hiroshima et Nagasaki posent des questions philosophico-historique immenses, dont celle-là:
      Si ces deux villes japonaises n’avaient pas été atomiquement bombardé, aurions-nous survécu à la guerre froide ou, dit autrement, la guerre froide ne risquait-elle pas de devenir chaude?
      En vrai, c’est maintenant que les armes de destruction massive deviennent réellement dangereuses.


    • DLG Le 11 mai 2015 à 13h33
      Afficher/Masquer

      Tout à fait, la capitulation du Japon, là aussi on la doit aux Soviétiques, opération “Tempête d’Août”, ou l’offensive sur la Mandchourie qui écrase les Japs. Ces derniers ont du se dire que traiter avec les Américains était plus avantageux qu’avec les soviets, qui n’auraient pas fais grand cas de l’empereur… Alors ils ont signés avec les “bleus” avant que les “rouges” débarquent…


  3. burno Le 08 mai 2015 à 01h20
    Afficher/Masquer

    Victor Orban sera donc le seul leader européen à se rendre à Moscou pour les cérémonies du 9 mai
    et ce malgré les menaces de Bruxelles ( à la rigueur ) et d Obama ( de quoi je me mêle ? )
    J attends avec impatience qu Olivier nous fasse un jour le portrait de cet homme généralement qualifié de fasciste par les autres membres de l UE ; cette qualification me fait doucement rigoler puisque Orban serait donc un fasciste modéré et Porochenko un grand démocrate !
    Comme le ridicule ne tue pas encore , je dis pourquoi pas ? ça a au moins l avantage d être rigolo !


    • Alain V Le 08 mai 2015 à 08h45
      Afficher/Masquer

      Il me semble qu’il y aura Alexis Tsipras et Milos Zeman.


      • burno Le 08 mai 2015 à 23h51
        Afficher/Masquer

        Alexis Tsipras s est dégonflé !
        quant à Milos Zeman , il ira à titre personnel mais n assistera pas au défilé ; un peu comme Fabius , ne pas aller au défilé alors qu il n y a rien d autre à faire , c est plutôt loufoque ! surtout que c est un peu dommage : il y a le nouveau char russe en première présentation mondiale (rires)
        Le Monde d hier m a étonnement surpris en qualifiant dans un éditorial de faute politique majeure le fait de ne pas y aller ; comme quoi , il ne faut jamais désespérer de rien dans la vie…


  4. Janna Le 08 mai 2015 à 01h28
    Afficher/Masquer

    https://www.youtube.com/watch?v=gqYTaKfMlbU

    Chars russes sont à Washington .
    Barack Obama ne veut pas aller à la parade à Moscou, le défilé est venu à Washington.


  5. ISTINA Le 08 mai 2015 à 02h00
    Afficher/Masquer

    Cette date du 8 Mai, je ne l’ai jamais commémorée sauf une fois, pour raisons familiales en 2010.
    Personne ne nous avait expliqué que de Gaulle avait été contrarié, de la non participation des
    Français, seuls à être !!! présents en tant que témoins le 7 Mai 1945 à Reims.d’où DATE
    OFFICIELLE le 8 Ouf !!!!!

    Soixante dix ans pour être mis au courant, pourtant depuis 27 ans, je râle sur Internet, que
    l’armistice avait été signé le 7 Mai 1945 et non, le 8 Mai 1945 comme annoncé et commémoré officiellement depuis; le 8 Mai chaque année.Sans la moindre réaction de quiconque. J’en suis certain demain, une floppée nous rétorquera mais nous étions tous
    au courant !

    Il a donc fallu Attendre le 7 Mai 2015 , pour entendre ce SCOOP hier matin à R.M.C avec
    Monsieur Bourdin et, ensuite d’autres Médias pour enfin que les Français épatés, découvrent
    que l’armistice fut signé le 7 Mai et non le 8 Mai enfin, soulagés, cette Nouvelle !{{{ ARMISTICE de la guerre 1939/1945}}} Signature le etc…etc…
    Certes l’information en France, ça semble enfin fonctionner {{{ avec 70 Années de décalage.}}}.


    • john Le 08 mai 2015 à 10h27
      Afficher/Masquer

      Le 7 mai, c’est une capitulation qui a été signé et non un armistice, ce n’est pas du tout la même chose! Un armistice implique un futur traité de paix et que le pouvoir politique interne du vaincu ne change pas de mains.


  6. Mr K. Le 08 mai 2015 à 07h05
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Olivier, vous écrivez : “Il faudra les deux explosions atomiques de Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945, pour le contraindre à capituler, près de quatre mois après l’Allemagne.”

    La capitulation japonaise a peut-être à voir aussi (?) avec l’entrée en guerre de l’URSS contre le Japon et l’attaque sur trois fronts le 9 Aout 1945.

    “- L’invasion de la Mandchourie
    Devant les échecs des négociations, l’URSS déclare la guerre au Japon le 8 août, soit deux jours après le bombardement d’Hiroshima. Dès le lendemain, l’Armée Rouge envahit la Mandchourie, la Mongolie intérieure et le sud de l’île de Sakhaline, débarque aussi en Corée, occupée par les Japonais depuis 1910. Après le 15 août et l’annonce, par l’empereur Hiro-Hito, de la capitulation du Japon, les troupes progressent encore. Il faudra attendre le 20 août pour que le cessez-le-feu soit proclamé.

    Au moins 500 000 Japonais furent faits prisonniers par les Soviétiques, pendant ces quelques jours de combat et au moment de la redditioon. Ils furent internés dans des camps de travail.”

    Extrait du site :
    http://www.39-45.org/portailv2/articles/articles-14-119+8-ao-t-1945-l-urss-d-clare-la-guerre-au-jap.php

    Bien à vous.


    • Kiwixar Le 08 mai 2015 à 07h26
      Afficher/Masquer

      A propos de la capitulation du Japon, un prof au Japon nous avait raconté que :
      – grâce à leurs propres recherches sur le sujet atomique, les Japonais avaient bien compris ce qu’il s’était passé à Hiroshima et Nagasaki
      – une explosion EN ALTITUDE au-dessus de Tokyo aurait fait 0 morts, et aurait fait passé le même message
      – les Japonais ne savaient pas combien de bombes les Américains avaient de disponibles (ils n’en avaient que 2)
      – l’Empereur et son entourage souhaitaient capituler (la peur des Rouges, et peut-être un accord avec les Américains pour qu’il puisse conserver son trône), mais les militaires pas du tout : l’Empereur a fait un enregistrement de son discours sur disque vinyl, et le coursier qui devait amener le message à la station de radio pour diffusion s’est fait courser par les militaires qui souhaitaient mettre la main sur l’enregistrement (pour qu’il ne soit pas diffusé)
      – à la capitulation, le Ministère de l’Armement (une sorte de Waffen SS japonaise) à tiré toutes les indications et s’est rebaptisé en Ministère du Commerce International (MITI)… ça explique peut-être un peu l’agressivité économique du Japon après la guerre


      • Tatsuya Le 08 mai 2015 à 11h07
        Afficher/Masquer

        Je rappelle ce documentaire Princes of the yen:
        https://www.youtube.com/watch?v=p5Ac7ap_MAY

        qui a déjà été donné dans la revue de presse et qui est fort intéressant.
        Je ne vois pas de version française par contre.


      • Alain Le 09 mai 2015 à 00h53
        Afficher/Masquer

        Oui mais l’Empereur a bel et bien convaincu le conseil supreme et son enregistrement est bien arrivé à la radio. Dans cet enregistrement il parle de la bombe.


  7. Herby Le 08 mai 2015 à 07h06
    Afficher/Masquer

    “Il faudra les deux explosions atomiques de Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945, pour le contraindre à capituler”… Oh la jolie fable ! Il est bien évident que l’invasion de la Mandchourie par les soviétiques doit passer à la trappe. Il ne faudrait surtout pas que l’on puisse imaginer un instant que les ricains ne sont pas les seuls uniques glorieux vainqueurs de cette guerre !
    Pourtant, à la lecture des documents de l’époque, il s’avère que les japonais étaient bien plus préoccupés par l’avancée des soviétiques que les par les champignons atomiques qui, tout comme le bombardement de Tokyo au napalm quelques mois plus tôt, n’avaient que peu d’intérêt d’un point de vue militaire. Par contre, du point de vue de la barbarie, on pouvait difficilement trouver mieux !
    Pour résumer, pendant que nos héros américains faisaient des dizaines de milliers de morts civils de la manière la plus lâche et inhumaine qui soit sans avancée militaire significative, les vilains soviétiques menaient une opération militaire remarquable contre les japonais qui se conclura par la capture de presque 600.000 soldats nippons.


    • Rose-Marie Mukarutabana Le 08 mai 2015 à 12h29
      Afficher/Masquer

      Ne pas oublier non plus la Waffen-Grenadier Brigade de la SS Charlemagne (Französische Nr. 1)”
      “Collective name for units of French volunteers in the Wehrmacht and later Waffen-SS during World War II. From estimates of 7,400 to 11,000 at its peak in 1944.
      The original French unit in the German army was the Légion des Volontaires Français contre le Bolchévisme, or LVF), which fought well on the Ukraine front against the Soviets.
      They were one of the last German units to see action in a pitched battle during World War II, where they held central Berlin and the Führerbunker against the onslaught of Soviet infantry and armor. Knowing that they would not survive should Germany be defeated, they were among the LAST TO SURRENDER in the brutal house-to-house and street-to-street fighting, during the final days of the Battle in Berlin. http://en.wikipedia.org/wiki/33rd_Waffen_Grenadier_Division_of_the_SS_Charlemagne_%281st_French%29


  8. Alain Le 08 mai 2015 à 08h41
    Afficher/Masquer

    La France n’a pas moins de raisons de celebrer ce jour que les Anglo-Saxons. Votre maniere de decider qui l’a vraiment emporter ou qui a le plus contribué semble ne se fonder que sur un seul critere, le nombre de morts. Cette tentative de classement est vaine et revancharde. Contre quel fantome? On ne sait… Contre les cretins qui fabriquent les cretins a l’Education Nationale? Ils sont tous communistes… Votre argument du precedent article s’ecroule. Tout a fait vain… Comme l’a ete du reste votre comparaison entre la Bible et le Coran cousue de longues listes a la Prevert, sans recul, sans jugeote, sans maturité. Qu’est ce qu’on fait? On compte les points et on en a plus que vous Na et on vous fait la gueule sans vous parler a la récrée ? Allons Mr Berruyer, on aime vous lire mais parfois vous vous lancez dans des combats militants sans plus de valeurs que ceux des bobos que vous denoncez…


    • Alain V Le 08 mai 2015 à 08h50
      Afficher/Masquer

      L’article n’est pas d’Olivier Berruyer, mais d’Herodote, revue historique plutôt à droite.


      • Alain Le 08 mai 2015 à 23h47
        Afficher/Masquer

        Oups désolé Mr Berruyer.


    • theuric Le 08 mai 2015 à 14h30
      Afficher/Masquer

      J’aime ceux comprenant tellement bien la politique qu’ils voient encore bouger des communistes.
      Il va falloir vous réveiller, Monsieur Alain, les communistes ont disparu en 1991, avec l’U.R.S.S..
      Le P.S.?
      Appelez-le comme vous voulez mais ce parti n’est même plus de centre gauche, même Lutte-Ouvrière est plus à droite que le Parti-Socialiste d’hier, c’est pour dire.
      Je crois qu’un jour je donnerais des cours de politique théorique, moi et mon petit C.A.P., pas grand monde ne paraissant vraiment comprendre la marche du temps.
      Il est terrible qu’un peuple oublie son passé et pire encore quand il ne comprend pas son présent!


      • Alain Le 08 mai 2015 à 23h46
        Afficher/Masquer

        Oui les ouvriers passent au FN mais les pédagogues de l’EN sont bien rouges. Relisez Elisabeth Nuyt “l’École des illusionnistes ” . Effrayant


        • georges glise Le 09 mai 2015 à 16h43
          Afficher/Masquer

          je vous crois atteint(e) de daltonisme, alors les petits poissons rouges! non, les petits pois sont verts.et, si je ne m’abuse (docteur) l’un des san-antonio de frédéric dard a pour titre “le rouge est mis, mais je ne sais pas quel est le sens du verbe mettre dans ce titre.


    • Stéphane Grimier Le 08 mai 2015 à 14h58
      Afficher/Masquer

      On compte les points ?!? Cet argument est ridicule.
      Il s’agit de démontrer que les conclusions connues de la version officielle sont erronées (soyons gentils), et ce par des faits, c’est à dire des choses qui n’ont à priori rien à voir avec l’émotif ou l’opinion. Gardez votre énergie de contestataire pour ce qui est le danger : la guerre en préparation.


      • Alain Le 08 mai 2015 à 23h56
        Afficher/Masquer

        Les points, c’était en référence aux articles sur la Bible et le Coran.

        Ici, sur la guerre ce que je regrette c’est le basculement vers l’autre extrême. Argument unique: le plus grand nombre de morts. Rejet total de “le version officielle”, comme si… Mais de quel office, quel pouvoir, quelle officine, officier, officiel ? On n’a pas des pavés de Liddell Hart à notre disposition? ou le plus recent colossal Anthony Beevor?

        “Les Russes sont LE paria d’aujourd’hui, quelle injustice, donc je fais tout pour défendre la pauvre victime”. Attention à ne pas tomber dans cet émotivité que vous dénoncez.


  9. Alae Le 08 mai 2015 à 12h07
    Afficher/Masquer

    Comme d’autres commentaires le soulignent, apparemment, ce ne sont pas les bombes atomiques qui ont amené la capitulation du Japon. Les Américains étaient de toutes façons en train de bombarder des villes japonaises à tire-larigot sans changer quoi que ce soit à l’obstination des militaires japonais.
    C’est l’armée rouge qui a emporté le morceau.

    “The bomb didn’t beat Japan, Stalin did.”
    http://foreignpolicy.com/2013/05/30/the-bomb-didnt-beat-japan-stalin-did/


    • Alain Le 09 mai 2015 à 00h44
      Afficher/Masquer

      Très bon article, merci beaucoup. Il demeure quand même que si le 9 août les généraux discutaient de la possibilité d’une reddition c’est bien l’empereur qui a convaincu le conseil suprême le 14. Il avait même préparé des enregistrements pour la radio pour son discours de de capitulation. Enregistrements que dans une tentative de coup d’état les militaires recherchèrent dans le palais, sans rien trouver malgré l’assassinat du Lt Général Takeshi Mori, commandant la Garde Impériale.

      Il demeure aussi que dans ce même discours (enregistré la veille ou le matin même) l’empereur fait une reference a la bombe et une description explicite du pouvoir de la bombe atomique. Donc ne pas conclure trop vite qu’elle n’a été qu’une goutte d’eau dans une mer de bombardements conventionnels et que la Russie a tout fait “en 4 jours”.

      Il est bon d’apporter des nuances nouvelles et de preciser les forces et enfjeux mais il ne faut pas renverser complètement les faits afin de faire du sensationnel à peu de frais.


  10. Mariethé Le 08 mai 2015 à 14h22
    Afficher/Masquer

    a lire l’excellent article posté par Voltigeur ( chapeau bas )

    sur le site :les moutons enragés :ARIANE WALTER à MMS POUTINE et HOLLANDE au sujet
    du 9 mai à MOSCOU

    Un régal ne raté pas ça , et bonne journée a tous


  11. achriline Le 08 mai 2015 à 18h37
    Afficher/Masquer

    “Le tournant de la guerre s’est produit lors de la bataille d’El-Alamein, en octobre 1942”

    Encore une tentative de réécrire l’histoire l’air de rien. Si la bataille d’El-Alamein marque le tournant de la guerre du désert, elle n’aurait pas suffit à faire mettre à genoux l’armée allemande et ses alliés.
    Le vrai tournant, qui a eu lieu à la même époque, est l’échec de l’armée allemande devant Stalingrad et Moscou et les succès de l’armée rouge qui ont suivi.


  12. C'est la ouate qu'elle préfère Le 08 mai 2015 à 18h51
    Afficher/Masquer

    ” […] son allié le Japon poursuit un combat désespéré contre les Américains dans l’océan Pacifique. Il faudra les deux explosions atomiques de Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945, pour le contraindre à capituler […]”

    Ah ben, non.

    C’est une fable US, rangée juste à côté de la fiole d’anthrax de Colin Powell, du naufrage du Golfe du Tonkin et de la volonté d’abolition de l’esclavage de la Guerre de Sécession.

    Depuis le mois de mai 1945, les Japonais voulaient capituler, ils étaient à bout, affamés, en ruine et les Soviétiques qui avançaient sur leurs conquêtes asiatiques les terrorisaient. Ils préféraient capituler devant les USA (tu parles d’un meilleur choix !…)

    Leur condition unique, préserver l’Empereur qui était pour eux un dieu vivant, sans réel pouvoir politique, mais très important pour leur culture et leur identité. Les USA refusaient systématiquement. En fait, la bombe n’était pas prête : il fallait qu’elle explose pour faire peur aux Soviétiques.

    Dès le début du projet Manhattan, il était clair pour tout le monde que la bombe atomique était destinée à faire peur aux Soviétiques. Le général Groves, chef du projet, l’a su et dit dès les premiers jours et l’a toujours maintenu et personne n’a vraiment dit le contraire.

    D’ailleurs, une fois la capitulation obtenue par les USA, le Japon a pu garder son empereur. Le prétexte de faire sauter les bombes était pour “sauver 100 000 soldats US” puis 150 000, puis 500 000, puis 1 000 000 au fil des semaines de cette époque, sans expliquer la raison de cette inflation – hormis l’auto-justification de deux crimes contre l’humanité jamais punis, et même rarement qualifiés comme tels.

    Pour les Japonais, qu’une ville soit rasée par une seule bombe ou par 1000, ça ne changeait pas grand chose, ça faisait une ville rasée et des milliers de morts en plus. La différence, c’est qu’après le passage de l’Enola Gay – le petit nom de l’avion B-29 porteur de la première bombe – les Soviétiques savaient que ça existait.

    Par ailleurs, et ça on ne le dit jamais, Harry Truman, charmant personnage et président US de cette époque, a largement profité de l’aura de “la bombe” dans sa politique étrangère : “si vous ne faites pas comme on vous dit, nous avons des bombes atomiques…” Eh ouai, c’était ça, Truman, digne représentant des nouvelles fortunes construites sur la crise de 1929 et ses 4 millions de morts de faim (famine pas du tout pour des problèmes d’approvisionnement, mais pour la protection criminelle de la valeur des cours. D’ailleurs, plusieurs années de statistiques de recensement à partir de 1931 sont étrangement introuvables…)

    En fait, si les Soviétiques n’avaient pas fabriqué leur propre bombe (grâce à un espionnage scientifique et industriel des secrets américains, semble-t-il) la domination du monde par les US aurait été beaucoup plus rapide et brutale, avec probable anéantissement de l’URSS et peut-être d’autres pays avant 1960, sans doute avec l’aide de quelques bombes atomiques.

    Les Japonais ont subi les bombes autant par démonstration de force que par racisme et besoin de vengeance barbare (les USA ressentaient une haine des Japonais qui ferait passer l’islamophobie moderne, et même notre racisme anti-allemand de l’époque, pour de la tendresse romantique. Et contrairement à nous, eux n’avaient pas été occupés, humiliés et torturés par l’ennemi pendant 4 ans)

    Ca peut surprendre de voir la version officielle mise à l’envers aussi facilement, pourtant, voici le fait objectif : il aura suffit de 16 ans aux USA, déchainés après la chute de l’URSS (1991- 2007 et les subprimes) pour placer le monde entier au bord du gouffre de toutes les manières possibles, et engendrer un enfer orwellien.

    La capitulation japonaise était un prétexte et un mensonge éhonté.

    Etonnant, non ?


    • Alain Le 09 mai 2015 à 00h50
      Afficher/Masquer

      Voir mon post plus haut, ce n’est pas une fable meme si elle a, il est vrai, considérablement besoin d’etre nuancée.

      Relire le livre “requiem pour Nagasaki”


  13. gerard Colin Le 09 mai 2015 à 00h24
    Afficher/Masquer

    c’Est quoi ce résumé d’ignorant? Le “tournant” placé à El-Alamein?! C’est du délire total. Et pourquoi ne pas placer le tournant lors de l’envoi par le fond du croiseur “Graf Spee” pendant qu'”herodote” y est? Ce n’Est pas étonnant que 56% des francais croient que les américains ont contribué le plus fortement à la victoire alliée quand on ignore sciemment les batailles de Moscou et de Stalingrad en 42/43. Ils sont financés par qui à Hérodote? Par le département d’état US?


Charte de modérations des commentaires