Un peu de pub pour un site / magazine qui aide à aiguiser son esprit critique : Ruptures 🙂

Source : Ruptures, Laurent Dauré, 03-03-2017

« Les dirigeants européens recherchent l’inspiration auprès du pape ». À la lecture de ce titre, on pense à une nouvelle facétie du Gorafi. Pourtant l’article en question ne provient pas du site d’information parodique mais d’EurActiv, un média en ligne spécialisé dans l’actualité européenne (comme Ruptures mais… avec une ligne éditoriale légèrement différente). Notre confrère rend compte très sérieusement des espoirs que suscite le pape François à Bruxelles, ce « grand Européen » – selon l’expression consacrée – étant sollicité pour une mission à sa mesure : sauver l’UE.

Le 25 mars prochain, les dirigeants européens se réuniront dans la capitale italienne pour un sommet à l’occasion du 60e anniversaire du traité de Rome. L’objectif est ambitieux : insuffler un nouvel élan à la construction européenne, confrontée à des crises multiples et à la défiance grandissante des peuples. Dès lors on comprend qu’il puisse être utile de consulter une autorité religieuse bénéficiant d’une connexion haut débit avec Dieu.

Les chefs d’État ou de gouvernement européens rencontreront le souverain pontife au Vatican la veille des célébrations. Entre deux questions sur la façon de redéfinir l’UE après les deux épisodes euro-traumatiques de 2016 – la victoire du Brexit et l’élection de Donald Trump –, le pape François sera probablement invité à résoudre le dilemme central qui tourmente Bruxelles : Comment faire aimer la construction européenne ?

Lors d’un forum sur les relations de voisinage de l’UE organisé à la Valette – capitale de Malte – le 27 février, Joseph Muscat, le Premier ministre du pays hôte (qui assure jusqu’en juin la présidence tournante du Conseil de l’UE), a précisé la mission de la task force papale : « fournir une direction qui manque aux personnalités politiques ». Et il a ajouté : « Je pense que [le pape]est le dirigeant le plus à même, étant donné les circonstances, d’avoir les compétences et la vision de tenir un discours transcendant l’évidence et les banalités que nous proférons tous, en politique ». M. Muscat nous dit en somme que les dirigeants européens sont incompétents et ennuyeux. Le poison populiste gagne décidément du terrain.

Le Vatican a soutenu la construction européenne depuis le début.

Affirmant être venu « en pasteur », le pape avait établi un diagnostic préoccupant – pour les eurobéats – le 25 novembre 2014 lors d’un discours au Parlement européen à Strasbourg (qui mérite d’être lu dans le détail) : il évoquait « une Europe grand-mère et non plus féconde et vivante ». Pour réveiller cette créature « vieille et fatiguée », il en appelait à un retour aux « grands idéaux qui ont inspiré l’Europe ». Pour éviter l’hospice, l’UE doit donc suivre les divins conseils du locataire du Vatican, un État qui, il est vrai, a soutenu la construction européenne depuis le début (lire ce texte on ne peut plus explicite de la Conférence des évêques de France). Le pape François, qui appelle l’Europe à un retour à « l’esprit de ses Pères fondateurs », a d’ailleurs reçu le prix Charlemagne le 6 mai 2016 ; cette distinction récompense les personnalités de premier plan ayant œuvré activement à l’unification européenne.

À Strasbourg, le pape avait alerté sur les dangers qui menacent l’édifice bruxellois : « Les grands idéaux qui ont inspiré l’Europe semblent avoir perdu leur force attractive en faveur de la technique bureaucratique de ses institutions ». Il avait insisté sur le besoin de créer de l’emploi, sans toutefois préciser la marche à suivre. Il s’est montré plus disert pour prodiguer un vade-mecum écologiste dans son encyclique « sur la sauvegarde de la maison commune » (cf. notre critique de ce texte publié en amont de la COP 21 dans l’édition de Ruptures du 27 octobre 2015).

EurActiv écrit : « Selon Yves Bertoncini, le directeur de l’institut Jacques Delors, depuis la fin du mandat de Barack Obama, le pape est la seule autorité morale en mesure de servir de guide aux dirigeants européens. » Une déclaration édifiante à plus d’un titre. Après avoir suivi comme de fidèles disciples l’ancien président des États-Unis, il s’agirait maintenant pour les dirigeants européens de se reporter sur le pape François, Donald Trump n’étant pas un berger fiable. Puisqu’il est établi – sans aucune preuve mais c’est un détail – que Vladimir Poutine est responsable de l’élection du milliardaire à la Maison Blanche, on peut en conclure que le président russe est également la cause de ce nouvel enthousiasme pour la parole vaticane. L’histoire réserve des rebondissements surprenants.

En attendant, les dignitaires européens pourront (enfin) annoncer une bonne nouvelle aux peuples lors des festivités du 60e anniversaire du traité de Rome : « Habemus papam. »

Laurent Dauré

Source : Ruptures, Laurent Dauré, 03-03-2017

---

23 réponses à Papeuropéen, par Laurent Dauré

Commentaires recommandés

2nid Le 11 mars 2017 à 02h30

Ben voila, on en est à brûler des cierges pour sauver l’UE.

  1. 2nid Le 11 mars 2017 à 02h30
    Afficher/Masquer

    Ben voila, on en est à brûler des cierges pour sauver l’UE.


    • visiteur Le 11 mars 2017 à 23h10
      Afficher/Masquer

      Pas tout à fait — on n’a pas encore atteint ce degré du désespoir.

      Il faut remarquer que les pontes de l’UE reconnaissent que le pape a “les compétences et la vision de tenir un discours transcendant l’évidence et les banalités que nous proférons tous, en politique”.

      Ce qu’ils cherchent donc est un bon rétheur qui puisse embobiner le populo et le convaincre d’adhérer au projet UE grâce à quelques sophismes imparables.

      Leur choix n’est pas mauvais : le pape actuel est jésuite…


  2. Bertrand Le 11 mars 2017 à 02h41
    Afficher/Masquer

    Quand on voit la liste du prix Charlemagne, il est en bonne compagnie, notre François 1er… N’empêche que la démission du précédent Pontife qui était si détesté des médias pour faire la place à ce Pape ultra-médiatique semble tout sauf fortuite quand on lit cet article.

    Une courte vidéo hors sujet mais amusante : les problèmes techniques récurrents de CNN à chaque fois que quelqu’un dit quelque chose qui contredit leur propagande : https://youtu.be/l3hjV6prBt4


    • Michel Ickx Le 11 mars 2017 à 07h33
      Afficher/Masquer

      @Bertrand

      En suivant votre lien vers les problèmes “techniques” de la CNN
      je suis tombé sur cette video poignante de Pierre Lecorf, un français resté à Alep. Il lit la lettre qu’il a adressée à notre président ainsi qu’à d’autres hommes politiques français.

      J’encourage tout le monde à en écouter le texte:

      https://www.youtube.com/watch?v=1QtfI3H2oZ0&t=63s


      • bluetonga Le 11 mars 2017 à 12h49
        Afficher/Masquer

        Merci pour le lien Michel Ickx. Même si la vidéo est un peu fastidieuse, elle est surtout très sincère et résume admirablement ce que nous glanons sur le site les-crises depuis des années, le tout en témoignage oculaire de première main. On y apprend en passant l’implication des Allemands – aux côtés des usual suspects américains, français et anglais – dans la guerre de Syrie, sous forme de contrats aux “contractants”, ce qui nous ramène à cette Europe déboussolée, non pas européenne, mais mondialiste, atlantiste et ultra-libérale.

        Je ne veux rien dire mais ce serait une belle initiative de proposer cette vidéo de Pierre Le Corf en sujet d’un prochain article. Vu la grande visibilité du site, ce serait un sacré coup de pouce pour un humanitaire authentique qui contribue à dissiper les mensongers et à sauver l’honneur de la France.


        • Lysbeth Levy Le 12 mars 2017 à 20h54
          Afficher/Masquer

          Je plussoie, en plus d’avoir été trainé dans la boue par une journaliste ou “pseudo-journaliste” alors qu’il s’expose à la mort tous les jours, on peux suivre ces pérénigations sur son “réseau”, je crois que c’est la pire chose qu’il ai vécu dans ces voyages à travers le monde. Il est très en colère contre la France et ces politiciens du gâchis, des mensonges véhiculés par nos médias alors qu’il a “sous ces yeux” ébahis la vérité : un génocide, destruction d’un pays autrefois prospère, et les exactions des “barbus” financés par l’Occident dont la France. IL reconnait le matériel militaire et tous ce qu’utilisent les djihadistes, oui “écoeuré” il est ce jeune, quand il voit des Famas dans leurs mains. J’imagine que quand il va rentrer et témoigner il aura une meute de “hyènes médiatiques” sur le dos. Le seul français qui fait honneur là bas. et que l’on devra soutenir Un témoin capital a mon avis. Il sait déjà qu’il peux avoir des problèmes c’est dire.! . ..


      • Bertrand Le 11 mars 2017 à 13h46
        Afficher/Masquer

        Merci, il faut faire connaitre Pierre Le Corf car les médias le boycottent et préfèrent encenser les escrocs qu’on appelle “Casques Blancs” et qu’on célèbre en grande pompe à Hollywood.
        Justement, Pierre vient juste de visiter leur ancien QG hier et en a fait une vidéo que je vous conseille vivement : https://gaideclin.blogspot.fr/2017/03/alep-pierre-le-corf-visite-le-qg-des.html


    • FetNat1949 Le 12 mars 2017 à 10h57
      Afficher/Masquer

      On peut se demander pourquoi le pape précédent était si détesté des médias. Il empêchait quoi? J’en veux pour preuve la non information des médias au sujet des vrais raisons de sa démission. Le lien a disparu, mais j’ai gardé un document pdf de l’article que je peux transmettre.


  3. PatrickLuder Le 11 mars 2017 à 04h19
    Afficher/Masquer

    Un beau discours mais qui ne changera RIEN. Le mal est dans la structure même de l’union européenne: qui sont ceux qui décident et quelle est leur validité auprès des peuples? L’union européenne aura, peut-être, la capacité de tendre une carotte pour faire avancer, encore un peu, les ânes que nous sommes, mais l’amour ne sera pas au rendez-vous, c’est le moins que l’on puisse dire!


    • Christian gedeon Le 11 mars 2017 à 18h38
      Afficher/Masquer

      Ne pas sous estimer le Pape,en général.Celui là a clairement dit sa détestation de l ultra libéralisme …Un dictateur géorgien avait déjà dit le pape combien de divisions…on sait ce qu il en advint.si Sa Sainteté déclare la guerre à l’ultra libéralisme européen,on se gaussera encore de lui selon toute vraisemblance…et on aura tort.


  4. Gier 13 Le 11 mars 2017 à 06h56
    Afficher/Masquer

    Dieu est amour, dieu est paix, dieu est proche des sans dent, dieu aime les gens modestes. Regardez Jésus, il était pote avec des pêcheurs et des putes. Dieu ne peut donc pas aimer la construction européenne.
    Fillon l’européiste clame sa croyance en dieu, mais personne n’a entendu dieu clamer sa croyance en Fillon et dans l’UE !

    Avec la loi El Khomri on a assisté au retour vers le XIX° siècle.
    La vieille morale sur la sexualité refait surface.
    Et là avec le retour en fanfare de l’interpénétration du séculier et du temporel c’est le retour au XVII° siècle … la modernisation comme ils disent.


  5. Dids Le 11 mars 2017 à 07h02
    Afficher/Masquer

    Les églises catholiques sont désertées , ferment, et sont détruites ou transformées en musées … Et notre bon pape télégénique va jouer les Don Camillo pour l’Europe ! L’extrême onction est aussi dans ses attributions, pour enterrer des traités impopulaires que nos élites dévergondées auraient aussi bien pu écrire en latin. Les maçons et autres bâtisseurs d’abus sociaux semblent en mode panique pour en arriver à sortir leur joker maximus , détourneur de droit divin depuis des millénaires …


  6. wuwei Le 11 mars 2017 à 08h34
    Afficher/Masquer

    Supprimons les députés et la commission européenne et demandons au cardinaux de diriger l’U.E. La laïcité européenne pour les nuls !


  7. RGT Le 11 mars 2017 à 09h32
    Afficher/Masquer

    Le pape et toute la “haute autorité ecclésiastique” sont aussi totalement infiltrés et manipulés par l’oligarchie depuis des siècles (depuis le début, mais il semble que la laisse se relâche un peu ces derniers temps suite à l’hémorragie de fidèles).

    A moins d’un vrai miracle je ne vois pas ce qui pourrait changer dans la parole du Saint Siège.

    Ou peut-être dieu lui-même a décidé d’intervenir sournoisement via son représentant terrestre pour finir de torpiller ce panier de crabes en “introduisant le loup dans la bergerie”…

    Ce serait trop beau, et je reste sceptique.

    On ne sait jamais, si le pape réussit à vaporiser l’UE j’envisagerais peut-être de croire à l’existence de dieu, qui sait ?

    En attendant il serait judicieux de rappeler à ce cher François qu’il ne s’appelle pas Mitterrand et qu’il n’a donc pas l’obligation de trahir les peuples.


  8. R. Le 11 mars 2017 à 09h34
    Afficher/Masquer

    “Le Vatican a soutenu la construction européenne depuis le début.”

    Clairement, même l’idée d’un empire germano-européen a séduit le vatican.


  9. Age du faire Le 11 mars 2017 à 10h52
    Afficher/Masquer

    Oui j’ai bien entendu cette énormité hier!
    Croyante j’en suis très affligée exactement comme lorsque j’ai découvert des photos du cardinal Suhard avec de vrais SS alors qu’il venait de présider le pélé de Chartres apr-s la guerre..
    Depuis longtemps cependant je ne mets plus le pied dans les églises lors des célébrations.
    La moralité recule complètement et les gens sont bien désespérés.
    Je garde pourtant l’espérance au coeur quand je lis certains commentaires très dignes comme sur ce blog et la France peut surprendre par des sursauts bienfaisants.


  10. Fritz Le 11 mars 2017 à 11h31
    Afficher/Masquer

    Bon, étant croyant et protestant, je ne suis pas impartial sur ce sujet… Je dirai seulement que l’européisme est un décalque de la supranationalité de l’église romaine, bien que les catholiques ne soient pas tous des européistes, loin de là. L’inspiration catholique et mariale du drapeau européen est évidente : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ars%C3%A8ne_Heitz

    Emmanuel Todd remarquait que l’européisme s’est accentué chez les catholiques qui ont perdu la foi (L’illusion économique, Gallimard, 1997, p. 226), alors qu’il était plus modéré chez les fondateurs qui croyaient en Dieu (Adenauer, De Gasperi, Robert Schuman). L’eurolâtrie serait une idolâtrie remplaçant la foi perdue. Ce serait un catholicisme déchristianisé.

    Le Danemark avait voté non à Maastricht en 1992, et c’est un autre pays de tradition protestante qui a montré la voie d’une sortie de l’UE en 2016.


  11. Dahool Le 11 mars 2017 à 14h40
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    “Sauver l’UE”

    Laquelle ?
    Celle des peuples qui n’a jamais existé ou celle des “autres” ?

    Si l’UE n’a plus que le paranormal pour se sauver, c’est qu’elle est morte il y a déjà bien longtemps.
    Et devinez quoi ?
    Ça sera de la faute des peuples qui n’ont pas compris le projet…
    Ça sera encore les peuples qui se foutront sur la gueule, bien manipulés en ce sens.
    C’est à ce moment qu’il ne faudra pas être dupe pour ne pas se tromper de cible. Les vrais responsables de la débâcle à venir (si ça continue comme ça…) sont identifiés.

    C’est malheureux, tout aurait pu être nettement mieux fait, au final, un fiasco.
    Un hasard ou un prétexte pour la guerre à venir ?


  12. Lysbeth Levy Le 11 mars 2017 à 16h11
    Afficher/Masquer

    Rien d’étonnant en vérité, si quelqu’un se rappelle de Jean Paul II soit Karol Wojtyla c’est la coutume “d’élire” un Pape en fonction des évènements à venir ..Connaissez vous l’histoire pas très “catholique” de ce pape là ? Oh pardon de vous embêter avec l’Histoire, mais il faut connaitre l’histoire d’une personne pour expliquer son comportement : http://www.courrierinternational.com/article/2013/03/14/jorge-bergoglio-n-est-pas-le-pape-des-pauvres certains historiens peu oublieux de la dictature argentine proche des Usa ont un point de vu hautement critique du personnage…Mais bon ce seraient des mensonges ? http://www.lepoint.fr/monde/dictature-argentine-ce-qu-on-reproche-exactement-au-pape-francois-14-03-2013-1639925_24.php
    Forcemment il y a des choses masquées comme pour le Pape Karol Wojtyla que l’on préfère cacher pour la “bonne cause” ..


  13. Guillaume Le 12 mars 2017 à 00h59
    Afficher/Masquer

    Sachant que le Pape s’est opposé au capitalisme à outrance à Strasbourg, je comprends les “grands idéaux qui ont inspiré l’Europe” comme les valeurs de paix, d’entraide et de coopération entre les 6 pays du traité de Rome.
    Ce n’étaient sûrement pas les motivations principales pour ceux qui ont oeuvré à faire de l’Europe ce qu’elle est, mais ce sont les idéaux qui ont été vendus à tout les Européens.
    Bref, comme ils disent en face, “wait & see”. Personnellement je fais confiance au Pape pour ne pas abonder dans le sens de l’oligarchie en place.


  14. Narm Le 12 mars 2017 à 20h27
    Afficher/Masquer

    d’accord Guillaume , ce Pape semble différent.

    mais ce qu’on oublie dans l’article et les commentaires c’est que le “vatican” est un état à part

    et que financièrement, il y a aussi sa banque, ses fonds et ses mystères

    donc quid de la finance du vaticant ?

    https://blogs.mediapart.fr/theo-rifumeuse/blog/110314/une-promenade-dans-les-chiffres-du-vatican

    https://www.cai.org/fr/etudes-bibliques/les-milliards-vatican

    https://www.matierevolution.fr/spip.php?article1249

    ( tout comme le Pape a beaucoup de difficultés à nettoyer certains secteurs, voir la démission des victimes au sein de la commission pour reprimer la pedophilie)


  15. Perlinpinpin Le 12 mars 2017 à 22h31
    Afficher/Masquer

    Personnellement, j’ai toujours considéré le Vatican comme étant avant tout soucieux de maintenir un rôle de premier plan sur le continent européen et dans le monde. C’est une machine qui fonctionne depuis des siècles, mettant en place des rois et des reines, bénissant leur union et veillant à combattre l’influence protestante entre autres. En ce sens, la communauté européenne lui offre un excellent moyen de communication. Plus le monde change, moins il change en fait. Avec l’importance de l’Allemagne, cela évoque pour moi un retour au Saint Empire germanique?


Charte de modérations des commentaires