On aura donc tout vu avec l’Ukraine… Un faussaire révisionniste accueilli en grande pompe à un colloque la Sorbonne/Assas.

Voilà pourquoi les soutiens français de ces nationalistes détestent tant ce blog – encore des choses non lues sur Le Monde 😉

  1. Un révisionniste ukrainien à la Sorbonne ce week-end + ACTION
  2. Volodymyr Viatrovich : l’historien qui blanchit le passé historique de l’Ukraine, par Josh Cohen  (lire ce billet pour voir qui est Volodymyr Viatrovich)
  3. Mensonges et légitimation dans la construction nationale en Ukraine (2005-2010), par Delphine Bechtel

L’historien négationniste ukrainien Volodymyr Viatrovich sera – a priori – à Paris samedi pour un colloque organisé par les pro-Maidan canal historique – ce qui a déclenché de vives réactions à l’international (attention NO NEWS en France) :

Le soutien d’un collaborateur nazi représente l’Ukraine à un colloque sur l’Holocauste, par The Times of Israel

Source : The Times of Israel, JTA, 07-03-2017 (version internationale, JTA)

Les Juifs ukrainiens protestent contre la présence de l’historien d’état Volodymyr Vyatrovych qui avait rendu hommage au leader du pays pendant la Deuxième guerre mondiale

Volodymyr Vyatrovych, historien à la tête d’un institut ukrainien public. (Crédit : CC BY-SA/Wikimedia)

Les Juifs ukrainiens protestent contre la participation à un colloque international consacré à l’Holocauste d’un historien d’état qui avait rendu hommage à un collaborateur nazi et chef d’escouade, dont les soldats avaient massacré des Juifs.

Eduard Dolinsky, directeur du comité juif ukrainien, a dénoncé la semaine dernière la présence attendue de Volodymyr Vyatrovych, directeur de l’Institut ukrainien de la mémoire nationale, lors d’une conférence organisée cette semaine à Paris et intitulée : « L’Holocauste en Ukraine : De nouvelles perspectives sur les maux du XXe siècle ».

Vyatrovych, à la tête de cette institution publique depuis 2014, « est un falsificateur et un manipulateur des faits historiques qui a non seulement reproché aux Juifs la Grande Famine, mais qui nie l’idéologie et les pratiques antisémites » de l’Organisation des nationalistes et de l’armée insurrectionnelle ukrainienne, a expliqué Dolinsky dans un communiqué.

Connus respectivement sous les sigles OUN et UPA, les deux groupes avaient combattu durant la première moitié du 20e siècle la domination soviétique et brièvement collaboré avec les forces d’occupation nazies avant de se retourner contre elles. Encouragées par les vitupérations antisémites d’un grand nombre de ses dirigeants, les troupes de l’UPA ont assassiné des milliers de Juifs dans les années 1940, selon le Centre Simon Wiesenthal.

Dans une interview publiée au mois de janvier dans le magazine Novoy Vremya, Vyatrovych avait nommé Roman Choukhevytch, ancien chef de l’UPA, comme étant l’une des cinq « personnalités éminentes ayant changé le cours de l’Histoire », aux côtés de Winston Churchill, Johannes Gutenberg, Vaclav Havel et Elon Musk. Selon certains historiens, l’épouse de Choukhevytch aurait porté secours à une femme juive durant l’Holocauste.

Selon le professeur d’histoire de l’université de Yale Timothy Snyder, les miliciens de l’UPA ont assassiné des milliers de Polonais et de Juifs sous les ordres de Choukhevytch.

Aujourd’hui, Choukhevytch et d’autres nationalistes de l’époque de l’Holocauste sont considérés en Ukraine comme des héros en raison de leur opposition aux Soviétiques. Ce sentiment s’est encore accru après le renversement, en 2014, de l’ancien président Viktor Yanukovych au cours d’une révolution menée par des nationalistes qui s’opposaient à sa corruption et à une subordination apparente du pays à la Russie.

Efraim Zuroff. (Crédit : JTA via Creative Commons)

La déférence devant les collaborateurs des nazis et les tentatives de placer à égalité nazisme et communisme ont proliféré dans les pays du bloc de l’est ces dernières années. Dans certains de ces pays, les tentatives visant à introduire de telles équivalences ont également servi à passer sous silence le soutien populaire et même l’enthousiasme qu’avait pu susciter le meurtre des Juifs durant l’Holocauste, selon Efraim Zuroff, directeur de la section Israël et Europe de l’est du Centre Simon Wiesenthal .

La semaine dernière, le gouvernement de la Croatie, pays dont le gouvernement avait collaboré avec les nazis, a établi un organisme qui sera responsable de l’émission de « recommandations pour la régulation légale de l’utilisation […] des insignes et des symboles des régimes non-démocratiques », un langage qui partout ailleurs dans la région a été utilisé dans des législations interdisant les symboles nazis et communistes.

En Slovaquie, une institution publique scientifique et culturelle a retiré le mois dernier d’internet une vidéo qu’elle avait produite, affirmant que les Juifs du pays auraient été tués même sans la formation du protectorat slovaque du collaborateur nazi Jozef Tiso. La vidéo, intitulée « sans le 14 mars », en référence à la date à laquelle l’Etat avait été établi en 1939, avait été rapidement dénoncée par des groupes antifascistes et par plusieurs organisations juives.

La même institution, Matica Slovenská, a annoncé qu’elle prévoyait de diffuser une nouvelle vidéo consacrée aux atrocités soviétiques.

Source : The Times of Israel, JTA, 07-03-2017

============================================

Une pétition de grands universitaires circulent contre la venue de ce révisionniste

“Nous sommes inquiets du fait que Volodymyr Viatrovych, le directeur de l’Institut Ukrainien de la Mémoire Nationale, parlera au colloque « La Shoah en Ukraine. Nouvelles perspectives sur les malheurs du XXe siècle » qui aura lieu du 9 au 11 mars 2017. Il a été largement démontré que ses publications ne correspondent pas aux critères académiques internationaux et qu’elles sont au service d’un agenda politique nationaliste.

Il a joué un rôle clef dans l’élaboration de lois qui ont été sévèrement critiquées dans la communauté académique internationale pour leur fort potentiel à asphyxier un débat libre sur l’Histoire du nationalisme Ukrainien, surtout durant la Seconde Guerre mondiale. Nous comprenons le besoin d’une discussion ouverte et controversée, mais nous croyons que l’invitation de Volodymyr Viatrovych à parler sur ce sujet à votre conférence risque de normaliser et de légitimer des tentatives politisées de minimiser l’importance des idées et actions antisémites des nationalistes Ukrainiens surant la Seconde Guerre mondiale.” (Source)

Signatures :

Delphine Bechtel, Université Paris-Sorbonne (Paris IV), UFR d’Etudes germaniques et Nordiques et CIRCE – Centre Interdisciplinaire de Recherches Centre-Européennes

Annie Epelboin, Université Paris VIII

Charles Urjewicz, Professeur émérite à lNALCO

Felix Ackermann, German Historical Institute, Warsaw

Tarik Cyril Amar, Associate Professor, Department of History, Columbia University

Volodymyr Artiukh, PhD Candidate, Central European University, Budapest

Omer Bartov, John P. Birkelund Distinguished Professor of European History, Department of History

Elissa Bemporad, Jerry and William Ungar Chair in East European Jewish History and the Holocaust, Associate Professor, Department of History, Queens College and the CUNY Graduate Center

Waitman Wade Beorn, PhD Lecturer, Corcoran Department of History, University of Virginia

Jeffrey Burds, Associate Professor of History, Northeastern University

Johan Dietsch, Lund University, Sweden

Rossen Djagalov, Assistant Professor of Russian and Slavic Studies, NYU

Elżbieta Janicka, Institut of Slavic Studies, Polish Academy of Sciences

Olga Linkiewicz, Tadeusz Manteuffel Institute of History, Warsaw

Christian Ganzer, PhD Candidate, Leipzig University

J. Arch Getty, Distinguished Research Professor of Russian History, UCLA

Jan Grabowski, Professor/Professeur titulaire, Department of History/Département d’histoire, University of Ottawa/Université d’Ottawa

Jan T. Gross, Norman B. Tomlinson ’16 and ’48 Professor of War and Society, Professor of History, Princeton University

Jared McBride, Lecturer, History Department, UCLA

Mykhailo Minakov, D. Habil., Associate Professor, Department of Philosophy and Religious Studies, University of Kyiv-Mohyla Academy, Editor-in-chief, Ideology and Politics Journal, President, Foundation for Good Politics/Eastern European Analytical Group

Dr. Alexander Prusin, Professor of History, Humanities Department, New Mexico Tech

David Alan Rich, Lecturer and Visiting Researcher, Catholic University of America

Brandon M. Schechter, Elihu Rose Scholar in Modern Military History, History Department, New York University

Helene Sinnreich, Fern and Manfred Steinfeld Associate Professor in Judaic Studies, University of Tennessee at Knoxville

Richard Steigmann-Gall, PhD, Associate Professor of History, Director of Jewish Studies, 2004-2010, Kent State University

Per Anders Rudling, Associate Professor, Lund University, Senior Visiting Fellow, National University of Singapore

Rakefet Zalashik, Edinburgh University

[…]

============================================

ACTION pour alerter

Je vous propose d’agir pour m’aider à alerter à propos de la venue de ce révisionniste ukrainien, invité par Galia ACKERMAN et Philippe de LARA (le colloque se tient vendredi à la Sorbonne, et samedi à Panthéon Assas).

Je ne demande pour ma part pas forcément à ce qu’il ne s’exprime pas, mais qu’au moins tout le monde soit bien conscient de qui est vraiment ce personnage que nous invitons. Je reste cependant dubitatif sur la conformité à la loi Gayssot des propos qu’il tient régulièrement.

Le programme est là

Si quelqu’un y va, ce serait bien de veiller à ce que les propos soient enregistrés.

Il est intéressant de voir que les mêmes réseaux néo-conservateurs ont fait annuler un colloque sur la Syrie à le Sorbonne il y a quelques semaines…

Je vous propose donc, si vous le souhaitez, d’envoyer ce mail très vite :

Madame, Monsieur

je découvre que Monsieur Volodymyr Viatrovich interviendra a priori samedi 11 mars dans une conférence à la Sorbonne/ Paris Assas que vous organisez/parrainez/soutenez :

http://www.fondationshoah.org/sites/default/files/IMG/pdf/Programme

Vous n’êtes pas sans savoir que cet “historien” ukrainien est hautement controversé, étant accusé par de nombreux pairs d’être un faussaire, de manipuler les archives, de ne pas respecter les règles déontologiques de la profession, et de nier le rôle des nationalistes ukrainiens dans la Shoah.

C’est expliqué par exemple ici :

http://www.les-crises.fr/?p=165201

et là :

http://www.les-crises.fr/?p=165115

Une pétition d’universitaires remet en cause sa venue comme vous le voyez.

Avouez qu’un révisionniste à une conférence nommée “La Shoah en Ukraine. Nouvelles perspectives” a en effet de quoi inquiéter.

Sans forcément demander à ce qu’on attente à sa liberté d’expression (certains pouvant estimer qu’un débat puisse être utile), je souhaitais avoir vos explications et réponses à ces remarques, afin de connaitre la position de votre institution sur ce sujet.

En particulier, je souhaiterais avoir votre analyse sur la conformité de tels propos avec la loi Gayssot.

Je vous remercie par avance.

Bien cordialement.

à ces adresses :

1/ http://www.paris-sorbonne.fr/l-universite/nous-contacter/

(Sorbonne : 01 40 46 20 19 – email : ceremonies.sorbonne@ac-paris.fr)

@SorbonneParis1 , @Paris_Sorbonne@AssasParisII

2/ http://www.fondationshoah.org/contact

(Fondation pour la Mémoire de la Shoah  – 01 53 42 63 10)

@Fondation_Shoah

3/ licra@licra.org,  01.45.08.08.08

4/ camille.andronik@inalco.fr pour l’Inalco

Il est temps de cesser enfin la complaisance avec l’extrême-droite ukrainienne.

Allez, on compte sur vous ! Et si certains veulent aller voir de plus près samedi…

============================================

Pour bien illustrer, la vision du Comité Ukraine de Libération :

viatrovych

(tu m’étonnes qu’il va être nouveau le regard…)

Un nouveau regard sur la Shoah en Ukraine

Source : Libération, Renaud Rebardy, 23-02-2017

Babi Yar en 1941 par un photographe de la Wehrmacht. Document fourni par Willy Malizsewski

Un colloque à Paris, début mars, va se pencher sur le thème très sensible des relations entre les Ukrainiens et les Juifs durant la seconde guerre mondiale. Il s’agit pour les chercheurs d’établir les faits, encore mal connus, pour que puisse s’écrire une histoire commune.

Par Renaud Rebardy, journaliste

L’Université de Paris II Panthéon Assas et le Forum européen pour l’Ukraine organisent du 9 au 11 mars un colloque sur la Shoah en Ukraine, avec la participation de chercheurs venus d’Ukraine ainsi que des spécialistes français, tels Nicolas Werth et Annette Wievorka, mais aussi américains, israéliens et anglais. En préambule, le 8 mars à 18h, dans les salons d’honneur de l’INALCO, à Paris, aura lieu une table ronde sur le thème : « Juifs et Ukrainiens : vers l’écriture d’une histoire commune ».

Ces deux rencontres procèdent de la même démarche. Elle vise à favoriser une meilleure connaissance des faits, alors que les événements tragiques de la seconde guerre mondiale « pèsent sur les relations entre Juifs et Ukrainiens à la fois en Ukraine et à l’étranger, en particulier en France où la légende noire de l’antisémitisme ukrainien a de profondes racines depuis le procès de l’assassin de Simon Petliura en 1926 », écrivent les organisateurs du colloque, Galia Ackerman et Philippe de Lara.

Ce colloque permettra de confronter les travaux d’historiens, spécialistes de la seconde guerre mondiale, comme Leonid Finberg, directeur du Centre Judaica, à l’Académie Mohyla de Kiev, ou Volodymyr Viatrovych, directeur de l’Institut de la Mémoire Nationale, en Ukraine. Ce dernier planchera par exemple sur « la question juive dans l’idéologie de l’OUN entre 1920 et 1950 ».

Il s’agit là d’un sujet très sensible. L’OUN, en effet, est l’organisation des nationalistes ukrainiens. Or toute une propagande soviétique visant à discréditer le mouvement national ukrainien, a voulu les peindre sous les traits d’antisémites maladifs. Qu’en était-il en réalité ? Parmi les nationalistes ukrainiens, y a-t-il eu réellement la volonté de promouvoir un discours antisémite ?

OB : Non, aucun “discours”, juste des dizaines de milliers de meurtres…

Qui ont été les Ukrainiens ayant participé à des massacres ? Certains étaient-ils des nationalistes et sont-ils passés de l’OUN à la collaboration ? Tels sont quelques-uns des sujets qu’il s’agit d’examiner, à la lumière des archives qui s’ouvrent et en tentant de porter dessus un regard neuf.

« Nous sommes convaincus que la mémoire, la compréhension mutuelle et le partage des témoignages doivent aller de pair avec un examen approfondi du contexte historique, y compris des questions controversées et douloureuses, telles que les collaborateurs locaux qui ont participé à l’extermination des juifs, ou l’attitude des résistants (nationalistes et communistes) face à l’extermination. Les tragédies du passé et les malentendus entourant ces tragédies ne peuvent être surmontés que par une recherche honnête et complète de la vérité », expliquent les organisateurs du colloque.

L’ensemble de ces manifestations sont gratuites et accessibles sur inscription. La table ronde est prévue le mercredi 8 mars 2017, de18h à 20h dans les Salons d’honneur de l’INALCO, 2 rue de Lille, 75006 Paris. Il faut s’inscrire auprès de galia.ackerman@gmail.com.

Le colloque se déroule ensuite du 9 au 10 mars, amphithéâtre Liard, à la Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne à Paris et se poursuivra le 11 mars à l’Université Panthéon-Assas,12 place du Panthéon, 75005 Paris. Le programme détaillé peut être obtenu auprès de raisa.s.ostapenko@gmail.com, qui est également en charge d’enregistrer les inscriptions.

Source : Libération, Renaud Rebardy, 23-02-2017

---

114 réponses à [Alerte] Un révisionniste ukrainien à la Sorbonne ce week-end + ACTION

Commentaires recommandés

Midoso Le 10 mars 2017 à 09h10

Ancien Etudiant en Russe à la Sorbonne puis à l’Inalco, ayant eu beaucoup de camarades ukrainiens je suis dépité de constater que nos universités ne sont aujourd’hui que le relai de la propagande neo-cons.

  1. Alfred Le 10 mars 2017 à 08h58
    Afficher/Masquer

    Nos ennemis (de classe) car c’est bien ainsi qu’il faut les appeler sont consternants. Ainsi que leurs domestiques (cf libération). Alors que l’accusation d’antisémitisme voire de révisionnisme a été utilisée partout ad nauseam contre la moindre voix dérangeante (Chomsky parmi des milliers, rappelez vous les syndicalistes danois “rouges bruns” d’après bhl (juste anti directive UE), voilà du vrai révisionnisme. Du vrai révisionnisme par un support de l’otan. Décrit par un laquais du système (Libé). AUCUN SOUCiS?!?. Ces gens ne si tu pas cons à la Audiard ils sont fous. Rendus fous par leur impunité.


  2. steph Le 10 mars 2017 à 09h03
    Afficher/Masquer

    S’il ne dit rien à l’encontre de la loi, il a le droit de parler le monsieur. S’il est des gens pour démonter ses arguments, qu’ils le défoncent.


    • Silk Le 10 mars 2017 à 09h32
      Afficher/Masquer

      Sauf que personne n’est invité pour démonter ses arguments et qu’on lui donne une légitimité à venir parler à la Sorbonne.
      C’est comme si vous invitiez papa Le Pen à un colloque pour un regard neuf sur “la collaboration en France” à La Sorbonne, et qu’il n’y avait personne pour le contredire, ou Robert Faurisson à un même colloque sur “le rôle des chambres à gaz dans l’extermination des juifs”.

      Pas sûr que le regard soit neuf, il sera même plutôt rance ! Et dans une des plus grande fac, sans contradicteur ? On a vu les contradicteurs lors de tels débats, ils sont tous d’accord entre eux.

      C’est une tentative de réécrire l’histoire.
      D’ailleurs pour arriver à communisme=nazisme, il faut augmenter les morts liés au stalinisme et diminuer ceux liés au nazisme (ainsi que l’adhésion des populations à de telles idées).
      C’est exactement ce qui se passe à La Sorbonne …


      • steph Le 10 mars 2017 à 20h52
        Afficher/Masquer

        ça ne change rien, tant qu’il reste dans le cadre de la loi, il dit ce qu’il veut le mec. Il existe assez d’intellectuels pour exposer leur point de vue. L’empêcher de parler, ça ne sert à rien, démontrer des faits, c’est mieux, je crois. Il faut le prendre dans ses contradictions, lui demander ses sources, où il a étudié, grandi,…mais le réduire au silence, non.


      • vauchot Le 10 mars 2017 à 21h23
        Afficher/Masquer

        Heureusement que la France est un pays ou le droit d’expression existe. Mais je me demande si c’est vraiment le cas…


      • Jarjes Le 11 mars 2017 à 00h00
        Afficher/Masquer

        La liberté d’expression est tout de même très encadré par la loi en France, et navrée de vous apprendre que loi et jurisprudence condamnent les propos de ce monsieur :

        “Ne pas tenir certains propos interdits par la loi : l’incitation à la haine raciale, ethnique ou religieuse, l’apologie de crimes de guerre ou du terrorisme, les propos discriminatoires à raison d’orientations sexuelles ou d’un handicap, l’incitation à l’usage de produits stupéfiants, le négationnisme.”

        http://eduscol.education.fr/internet-responsable/ressources/legamedia/liberte-d-expression-et-ses-limites.html

        Ainsi tout dépend de ce qu’il compte dire, mais les précédents le concernant portent à croire qu’une limitation de son droit à s’exprimer sur ce sujet est justifié, du moins légalement et conventionnellement (art 10 CEDH)


    • Nicolas Le 10 mars 2017 à 10h25
      Afficher/Masquer

      Et les citoyens ont le droit de protester auprès de l’université contre cette tribune donnée à un révisionniste et falsificateur notoire.


  3. Louis JULIA Le 10 mars 2017 à 09h08
    Afficher/Masquer

    Je lis “L’ensemble de ces manifestations sont gratuites et accessibles sur inscription. La table ronde est prévue le mercredi 8 mars 2017, de18h à 20h dans les Salons d’honneur de l’INALCO, 2 rue de Lille, 75006 Paris. Il faut s’inscrire auprès de galia.ackerman@gmail.com.”
    L’INALCO hébergeant cette table ronde, cela n’explique-t-il pas la présence et l’activité néfastes, dans les commentaires de Sputnik, d’un troll particulièrement virulent nommé Olivier Closse (parfois aussi Kazuo-Da-Ya), natif de Metz, qui s’est longtemps vanté de faire des études à l’INALCO.
    Sous le feu des réponses virulentes à ses affirmations révisionnistes, il a cessé de mentionner cela sur sa page facebook.


  4. Midoso Le 10 mars 2017 à 09h10
    Afficher/Masquer

    Ancien Etudiant en Russe à la Sorbonne puis à l’Inalco, ayant eu beaucoup de camarades ukrainiens je suis dépité de constater que nos universités ne sont aujourd’hui que le relai de la propagande neo-cons.


  5. Elysab Levy Le 10 mars 2017 à 09h22
    Afficher/Masquer

    Ah quand même au moins UN journaliste parle enfin de ce qui fâche depuis le début de cette “affaire” ukrainienne. Oui et en plus les sources de la CIA montrent bien qu’ils ont “récupérés” ces criminels collaborateurs des nazis pour la guerre froide et leur descendants sont au manettes dans leurs pays respectifs. Ici enfin la parole a Effraim Zuroff qui sait très bien ce qui se passe dans l”est européen dont l’Ukraine : la renaissance du fascisme, proche des anciens nazis et bien sur révisionnistes de l’Histoire selon Dovid Katz. Et dire qu’on condamne un simple “clown” et l’interdit partout alors qu’on laisse venir des vrais fascistes d’Ukraine ?. C’est la preuve que certains ont bien raison d’alerter sur cette union européenne..Mais il y a un lien idéologique plus ténu qu’on le croit entre nazisme et néoconservatisme !


  6. RST Le 10 mars 2017 à 09h43
    Afficher/Masquer

    Bien que mes très rares messages soient régulièrement supprimés, je tente une nouvelle fois le coup en espérant passer à travers la “modération”. Visiblement, soutenir “Les crises” en monnaie sonnante et trébuchante ne suffit pas pour avoir le droit de s’exprimer.

    Bref, je ne sais pas si vous avez raison dans le cas de ce Monsieur mais je suis un extrémiste de la liberté d’expression et, sauf si il contrevient aux lois en place (et encore) je ne vois pas au nom de quoi il faudrait l’empêcher de s’exprimer, même si c’est le dernier des salopards. Parce que aujourd’hui c’est vous qui décidez de le censurer mais demain ce seront d’autres qui vont essayer de faire de même avec vous, tout le monde bien persuadé d’être dans son bon droit !


    • Caramba! Le 10 mars 2017 à 12h44
      Afficher/Masquer

      Sauf qu’en l’occurrence c’est un discours qui sert à justifier et à provoquer des massacres et des assassinats qui ont lieu actuellement en Ukraine, comme ce qui s’est passé à Odessa de sinistre mémoire et où personne n’a été condamné.


      • Catalina Le 10 mars 2017 à 18h28
        Afficher/Masquer

        Caramba,
        et bien, il faut aller lui parler et entamer le débat. Par contre, le lieu est comment dire, mal choisit. Très mal choisit.


    • Bruno Kord Le 10 mars 2017 à 18h22
      Afficher/Masquer

      Il me semble qu’Olivier Berruyer ne demande pas de censurer ce Monsieur, mais qu’il demande aux organisateurs de s’expliquer sur le choix de la prise de parole par ce Monsieur.
      Par ailleurs, Olivier Berruyer demande si les organisateurs ont pris en considération la possibilité que les propos de ce Monsieur ne soient pas conformes à la loi Gayssot. Je peux être, comme vous, en faveur d’une liberté d’expression totale, force est de constater que cette loi existe et qu’elle doit s’appliquer aujourd’hui. Si les propos tenus par ce Monsieur sont bien ceux qui sont indiqués dans les textes mis en ligne sur ce blog, il me semble qu’ils seraient tout à fait condamnables au regard de cette loi. Par conséquent, il est normal d’en avertir les autorités compétentes.


    • Jarjes Le 11 mars 2017 à 00h04
      Afficher/Masquer

      1- OB ne dit pas, à aucun moment, que sa liberté d’expression doit lui être enlevé

      2- Je répète ce que j’ai dis plus haut : La liberté d’expression est tout de même très encadré par la loi en France, et navrée de vous apprendre que loi et jurisprudence condamnent les propos de ce monsieur :

      “Ne pas tenir certains propos interdits par la loi : l’incitation à la haine raciale, ethnique ou religieuse, l’apologie de crimes de guerre ou du terrorisme, les propos discriminatoires à raison d’orientations sexuelles ou d’un handicap, l’incitation à l’usage de produits stupéfiants, le négationnisme.”

      http://eduscol.education.fr/internet-responsable/ressources/legamedia/liberte-d-expression-et-ses-limites.html

      Ainsi tout dépend de ce qu’il compte dire, mais les précédents le concernant portent à croire qu’une limitation de son droit à s’exprimer sur ce sujet est justifié, du moins légalement et conventionnellement (art 10 CEDH)


    • Les-crises Le 11 mars 2017 à 00h34
      Afficher/Masquer

      C’est amusant de voir que, bien qu’on en ait parlé plusieurs fois, les gens confondent systématiquement “Liberté d’expression” et disons “Droit de Médiatisation”.

      Volodymyr représente un cas particulier, le révisionnisme – mais parlons d’un cas général pour ne pas embrouiller.

      Ma liberté d’expression consiste à pouvoir tenir un blog et m’y exprimer, sans pouvoir en être empêché. ENSUITE, je dois répondre de mes actes, si je n’ai pas respecté la loi – en espérant que les cas légaux soient le plus limités possible.

      Mais aller parler à la Sorbonne, ne relève nullement de je ne sais quelle “Liberté d’expression”. Les citoyens ont leur mot à dire sur le fait qu’un lieu public accueille un individu de la sorte.

      Autrement dit : je vous trouve chatouilleux, j’entends. Mais que faites vous pour défendre, dans votre vocabulaire, MA LIBERTÉ D’EXPRESSION, à savoir mon droit à ce que je sois au plus vite invité tous frais payés à aller m’exprimer à l’Université de Lviv – j’ai beaucoup de choses à leur dire là-bas…


      • Caramba! Le 11 mars 2017 à 01h22
        Afficher/Masquer

        ” l’Université de Lviv”

        Correction, s’il vous plait: l’Université de Lvov. Merci.


        • antoniob Le 11 mars 2017 à 15h03
          Afficher/Masquer

          Oui: Lvov. C’est l’usage français, de même que Cologne pour Köln, Munich pour München, Londres pour London, etc. Et donc Lvov, Tarnopol, Ivano-Frankovsk. Toutes villes d’ailleurs, sauf Lvov (Leopol à l’origine) fondées par la Pologne lors des guerres polono-tatares. La nation ukraienne étant à l’époque dans les steppes du centre. Les ukrainiens ne se gênent pas pour nommer Paris avec le nom russe! (Parije). Les ré-écritures et ultra-nationalismes passent aussi par les petites choses telle les choix terminologiques.


        • Krystyna Hawrot Le 11 mars 2017 à 21h31
          Afficher/Masquer

          Olivier, si vous voulez aller à Lvov, il faudra qu’on organise un service de protection pour vous! Etant donné la profusion de drapeaux du Pravy Sektor vus dans cette ville, je ne pense pas que votre sécurité y soit garantie! (le SBU sait très bien ce que vous faisons… n’oubliez pas Serge Lesou et sa fille, les Français qui ont été expulsés de l’aéroport d’Odessa le 2 mai 2016 dès leur arrivée alors qu’ils n’ avaient jamais auparavant mis les pieds en Ukraine! Le SBU savaient fort bien qui ils sont, des résistants venus aider le comité des Mères d’Odessa)


      • tepavac Le 11 mars 2017 à 02h01
        Afficher/Masquer

        euh , non pas d’accord vous n’y pourriez y revenir vu la prise de position.

        la conception des relations et du dialogue prôné par volodymyr viatrovich et par le gouvernement démocratique, et des droits de l’homme:
        http://www.fort-russ.com/2017/03/ukrainian-terrorist-network-lugansk.html


      • RST Le 11 mars 2017 à 12h11
        Afficher/Masquer

        @ Olivier
        “bien qu’on en ait parlé plusieurs fois” vous me permettrez quand même d’exprimer un avis divergent, avec tout le respect que je vous dois ?

        Ensuite “Sans forcément demander à ce qu’on attente à sa liberté d’expression” :vous envisagez donc qu’on puisse le faire

        Enfin, la liberté d’expression sans droit à la médiatisation comme vous dites c’est un peu comme …. le droit au logement sans l’appartement qui va avec (désolé, je n’ai pas trouvé mieux)

        Bref, vous jouez sur les mots. On dit “sophiste”, non ?


      • Thanos Le 11 mars 2017 à 17h13
        Afficher/Masquer

        [Modéré : “Désolé de penser que la controverse est plus fertile que la censure…”

        La controverse débile et diffamatoire datant de 1980, il est grand temps de passer à autre chose, et cesser de la faire revivre 37 ans après – ce n’est pas le sujet ici. D’où la modération. ]


      • master8 Le 13 mars 2017 à 09h34
        Afficher/Masquer

        Bonjour. Je suis partagé, je dois moi aussi être un extrémiste de la liberté d’expression . Je suis contre la loi Gayssot, contre son principe même, alors ça me gêne moi aussi d’y faire appel. Et si je comprends le concept, je n’adhère pas au droit de médiatisation d’olivier qui pour moi est juste une façon rhétorique de limiter la liberté d’expression . Cela dit, ce cas illustre bien effectivement le deux poids deux mesures du système, et comme Olivier ne demande pas qu’on fasse taire ce type mais juste des explications sur sa venue, je trouve que sa position est équilibrée.


    • BrianDuSysCat Le 11 mars 2017 à 04h59
      Afficher/Masquer

      RST, je comprends votre point de vue, mais qui a créé cette stupide loi Gayssot ? Il faut laisser personne tranquille avec ça, et surtout pas ceux qui l’approuvent mais en même temps l’outrepassent allègrement chaque fois qu’ils en ont l’occasion


      • Czerny Le 11 mars 2017 à 23h11
        Afficher/Masquer

        qui a créé cette stupide loi Gayssot ?….Bah, Gayssot pardi.


    • Alabama Le 12 mars 2017 à 10h27
      Afficher/Masquer

      Désolé mais il ne s’agit pas de liberté d’expression de n’importe quel citoyen lambdas. On ne parle pas de liberté d’expression a l’école, dans les universités mais Bien de l’Education national. Et quand on y invite les conférenciers s’exprimer devant les étudiants, il me semble qu’il s’agit de poursuivre dans la lignée du programme d’éducation national. La liberté d’expression n’a rien avoir là-dedans! Peu de gens connaissent l’histoire de l’Ukrane, de la Russie, de la Pologne. Si pour former les professeur de l’histoire on fait appel a n’importe qui sous prétexte de lui donner l’expression libre, il ne faut plus s’étonner que nos enfants deviennent de plus en plus incultes et perdu dans leur appréciation des événements présents.


  7. Elysab Levy Le 10 mars 2017 à 10h02
    Afficher/Masquer

    Selon ce “comité Ukraine” il faut réhabiliter Plétouria de ces crimes et rejuger le procès de son assassin, il faut dire ce qu’est ce comité Ukraine, une entreprise de ré-écriture de l’Histoire en faisant de génocidaires et criminels de guerre des bons héros pour la nouvelle jeunesse voir les noms des journalistes et personnalités du site et vous comprendrez “qui” tient ce comité :
    http://comite-ukraine.blogs.liberation.fr/2015/12/18/comite-ukraine/ et sur euromaidanpress il suffit de lire ce que prétends Volodomyr Vyatrovych contre les vrais coupables selon lui les “juifs bolchéviques” (vieille antienne nazie) et les russes de leurs propres crimes : http://euromaidanpress.com/2016/05/04/92324/ Oui cet historien est un pur escroc de l’Histoire qu’on accueille pour la bonne cause, “blanchir l’OUN UPA” de ces crimes odieux et quasi impunis du fait de l’ exfiltration de nombreux criminels banderistes après la guerre voir pendant : http://coat.ncf.ca/our_magazine/links/54/54_38-41.pdf


  8. tepavac Le 10 mars 2017 à 10h19
    Afficher/Masquer

    “compréhension mutuelle des évennements” gallia ackerman

    Et les soixante millions de tués, ils ont droit à une compréhension mutuelle des evennements?
    Ces rats ont attendu 70 ans et la disparition de tous les résistants pour sortir des poubelles de l’histoire et de tenter encore de justifier leur crimes.

    Ce qui choc, ce n’est pas tant la venue de ce révisionniste qui se prétend Ukrainien, ce qui choc l’entendement c’est qu’il puisse y avoir encore un débat sur ce sujet 60 ans après Nuremberg et surtout que la République permette à des apôtres du crime (g. ackerman) de pouvoir officier dans une quelconque école Nationale et de pourrir l’esprit des étudiants.
    Ce colloque et ces débats sont une honte pour notre civilisation et une offense envers les millions de victimes de cette idéologie criminelle.


  9. Tonton Poupou Le 10 mars 2017 à 10h26
    Afficher/Masquer

    Ukrainiens et  Juifs : vers l’écriture d’une histoire commune.
    Comme disait un célèbre cow boy dans un film non moins célèbre : “Tu vois, le monde se divise en deux catégories: ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses!”


  10. Vincent Le 10 mars 2017 à 10h30
    Afficher/Masquer

    steph à tout dit en une phrase.
    Si ce qu’il dit est faux, il faut le contredire, et non pas l’empêcher de parler.

    J’étais un lecteur attentif et très régulier de votre blog depuis 2012, jusqu’à votre appel à interdire de parler Zemmour. Je ne viens plus que de temps en temps pour me tenir au jus.

    Je vous soutiens dans votre combat contre la censure du Decodex.
    Je ne vous soutiens pas dans vos appels successifs à la censure.


    • Micmac Le 10 mars 2017 à 17h37
      Afficher/Masquer

      J’étais d’accord avec Olivier sur Zémour, je suis à nouveau d’accord sur ce sujet ci…

      Il ne s’agit pas d’empêcher les gens de s’exprimer, il s’agit de se poser des questions sur les (nombreux) endroits où ont les laisse s’exprimer.

      Zémour a son rond de serviette partout, y compris sur des médias de service public, et il peut s’exprimer sans contradictions. Pour ma part, il me semble qu’on l’entend beaucoup raconter des c… et qu’on entend beaucoup moins des gens beaucoup plus intéressant. Todd au hasard…

      Et en ce qui concerne le sujet qui nous occupe ici, le gars ne va pas faire un colloque dans une MJC ou dans un café philo douteux. On s’en ficherait complètement. Non, il fait une conférence à la Sorbonne, qui est, je vous le rappelle, une des plus ancienne et des plus réputée université au monde. Ce qui révèle aussi l’influence des néocons sur notre université, donc oui, il faut le dénoncer. C’est absolument nécessaire.


    • Fabrice Le 11 mars 2017 à 00h07
      Afficher/Masquer

      Entre demander à ce que l’on demande que Zemmour assume devant la justice et que les médias n’avancent pas ses dires sans quasiment une once de contradiction voir en lui donnant toutes les facilités pour diffuser sa haine et demander à ce qu’on l’empêche totalement de parler Vincent il y a une marge.

      J’ai parfois reproché à Olivier de lui accorder une tribune car pour moi il n’y a rien à tirer de ce triste individu en cherchant vous trouverez ces articles sur des sujets anti – européens que l’on peut admettre.

      Je suis je le reconnais parfois un peu manichéen sur certains individus mais je l’ai peu constaté chez Olivier tant que les propos restent dans une limite qui n’est pas dangereux pour notre société (à défaut de terme plus adapté ).


    • Jarjes Le 11 mars 2017 à 00h11
      Afficher/Masquer

      1- Il va falloir apprendre à se calmer, se poser et réfléchir ! Il y a une grande différence entre appeler à condamner des propos (déjà tenu, donc d’un type qui a usé de sa liberté!) qui sont dans le cadre d’une violation de la loi et du dépassement de l’encadrement légal de la liberté d’expression, et tout simplement l’empêcher de s’exprimer.

      2- Dans ce billet, non seulement il ne demande pas à ce qu’il soit empêché de s’exprimer mais en plus il écrit noir sur blanc (enfin sur bleu) que ce n’est pas son intention…

      3- La liberté d’expression n’est pas totale en France, c’est ainsi, c’est dans les textes à tous les niveaux.

      4- S’insurger contre les propos de quelqu’un ce n’est pas demander à ce qu’il ne s’exprime plus (ex: on peut tout à fait détester les caricatures de Charlie Hebdo, et les critiquer, tout en défendant la liberté d’expression du journal)


  11. Michel R Le 10 mars 2017 à 11h05
    Afficher/Masquer

    après envoi du copié collé, voici la réponse:
    Rachel Matalon
    Chargée de communication
    Fondation pour la Mémoire de la Shoah
    10, avenue Percier 75008 Paris
    Madame, Monsieur,

    “Merci pour votre message.

    Dans le cadre de son soutien à la recherche historique, la Fondation pour la Mémoire de la Shoah a participé au financement du colloque sur la Shoah en Ukraine qui se tiendra du 9 au 11 mars à Paris. Elle n’est associée à aucune autre manifestation organisée autour de cette rencontre.

    Plusieurs personnes nous ont fait part de leurs préoccupations concernant la participation à cet événement d’un historien officiel ukrainien. Nous pouvons comprendre ces préoccupations.

    Nous rappelons que cette rencontre internationale donnera la parole à de nombreux historiens, notamment ukrainiens, dont l’intégrité et la démarche scientifique ne sauraient être remises en cause. Nul doute que ces derniers ne manqueront pas d’intervenir au cours des débats contradictoires.

    La Fondation pour la Mémoire de la Shoah respecte la recherche de la vérité historique et n’accepte pas que l’histoire soit falsifiée pour servir des desseins politiques.

    Nous savons que les organisateurs seront particulièrement attentifs à ce qui sera dit à la tribune et vous assurons de notre vigilance.”


    • Nicolas Le 10 mars 2017 à 13h51
      Afficher/Masquer

      “dont l’intégrité et la démarche scientifique ne sauraient être remises en cause.”
      Yen a qui ne doutent de rien !


  12. kkun Le 10 mars 2017 à 11h05
    Afficher/Masquer

    In memoriam :

    http://www.acrimed.org/Interdiction-de-la-conference-avec-Stephane-Hessel-a-l-ENS-quand-la-censure

    A nazi nazi et demi?

    Ah que c’est compliqué la “censure”…


  13. Maisoui Le 10 mars 2017 à 11h24
    Afficher/Masquer

    Avant que j’envoie le mail que vous proposez :
    “falsificateur”, “faussaire révisionniste” . Quelles sont les pièces falsifiées et les faux produits?
    “Il a été largement démontré que ses publications ne correspondent pas aux critères académiques internationaux et qu’elles sont au service d’un agenda politique nationaliste.” On peut voir la large démonstration ? Qui sont composent ces académies internationales? Comment les académies internationales déterminent leurs critères?
    On est à l’ère de la post-vérité, après tout 🙂


    • Nicolas Le 10 mars 2017 à 13h55
      Afficher/Masquer

      Exemple : lors d’une exposition sur l’Holodomor, il a présenté 6 photos dont 4 avaient été prises ailleurs qu’en Ukraine.
      L’article auquel vous répondez fait partie d’une série de 3. Le premier donne le contexte, et le second concerne Vyatrovitch, lisez le pour mieux comprendre qui est ce larron. Il y a énormément à dire sur Vyatrovitch (l’article de Josh Cohen ne fait qu’éfleurer le personnage), et vraiment pas grand chose de bon…


      • Maisoui Le 10 mars 2017 à 15h48
        Afficher/Masquer

        Merci. Est-ce que tu as le lien vers les 6 photos et la liste des autres pièces falsifiées et faux produits ainsi que les sources correspondantes? Le portrait du personnage est en effet édifiant. Puant même. Mais je pressens qu’il est inutilement chargé : Ils sont quand même aller jusqu’à y coller des pages Wikipedia en source. C’est pas encore interdit par la convention de Genève, mais quand même!


  14. kkun Le 10 mars 2017 à 11h42
    Afficher/Masquer

    La moindre des choses est de publier ce point de vue, car il pose une vraie question…!
    Ah que c’est compliqué la “censure”…
    —————-
    In memoriam :

    http://www.acrimed.org/Interdiction-de-la-conference-avec-Stephane-Hessel-a-l-ENS-quand-la-censure

    A nazi nazi et demi?

    Ah que c’est compliqué la “censure”…


  15. Duracuir Le 10 mars 2017 à 11h45
    Afficher/Masquer

    Lisez un peu les oeuvres de ce “comité ukraine”. 80% de ses articles ne sont pas “pro” Ukraine mais tout simplement anti-Russes et clairement russophobes.


    • Louis Robert Le 10 mars 2017 à 14h16
      Afficher/Masquer

      Alors l’impératif moral est de combattre. Censure et interdiction ne sont que démission, une injure à l’esprit.


  16. Pegaz Le 10 mars 2017 à 11h59
    Afficher/Masquer

    Il serait question d’une conférence ou seule cette personne exposerait son “analyse”, je pourrais, peut-être éventuellement, faire entorse à la liberté d’expression. Ici, il est question d’un colloque “international” ou cette personne prendra la parole parmi 26 autres participants.
    Les participants ont-ils été invités ou sur inscription, qui en a fait la sélection ? Pourquoi ne réagir que maintenant ?

    European Forum For Ukraine constituée en mars 2014. La liste des auteurs (bas de page) et leur prise de position dans le conflit ukrainien n’est pas anodine.
    http://evroforum.com/?p=217&lang=fr

    De plus en consultant la liste des participants via le programme, ceci m’amène à penser que le colloque lui-même pourrait être empreint d’une forme de révisionnisme (du présent), et que Volodymyr Vyatrovych en est indésirable, car trop extrême et visible !


    • Pegaz Le 10 mars 2017 à 16h04
      Afficher/Masquer

      De fil en aiguille, du sponsor ou initiateur que serait l’ European Forum For Ukraine, on découvre au travers de l’un de leur article ” StopFake release” http://evroforum.com/?p=2381&lang=fr qu’un site spécialement dédié à “La lutte contre les informations falsifiées sur les événements en Ukraine” est en activité depuis le 2 mars 2014, http://www.stopfake.org/fr/accueil/ Projet financé par “International Renaissance Foundation” organisation non gouvernementale ukrainienne créée en avril 1990, intégrée au sein de l’Open Society Foundations, toutes deux créées par George Soros et financées en grande partie par le congrès américain, via la National Endowment for Democracy.
      Comment font-ils pour perdre “la guerre de l’information” !


      • tepavac Le 10 mars 2017 à 20h30
        Afficher/Masquer

        Comment font-ils pour perdre “la guerre de l’information” !

        d’après les renseignements des 16 agences Américaines et de macron, c’est à cause de Poutine.

        Je crois que les faits sont têtus, simplement.

        Mais il faut reconnaitre qu’a force de retrouver toujours les mêmes protagonistes dans les guerres, on fini par croire que les soros, brezinski, clinton, bhl….


  17. christian gedeon Le 10 mars 2017 à 13h36
    Afficher/Masquer

    On assiste depuis quelques années au retour,presqu’en fanfare,d’un antisémitisme ancien,avec de nouveaux oripeaux,et notamment l’anti israélisme militant tous horizons…la lutte pour le peuple palestinien semble désormais justifier tous les dérapages…le même phénomène pouvant être observé en ce qui concerne la “lutte ” anti Donbass et bien entendu anti Poutine…le juif affameur au grand nez et doigts crochus est de retour,sans qu’on s’en formalise plus que çà…le complot judéo maçonnique et ses errements a de nouveau droit de cité! C’est non seulement une honte absolue,mais c’est aussi l’annonce de tragédies à venir! Qu’un Henry Lévy(!) tout à sa haine de Poutine continue à soutenir mordicus un gouvernement de plus en plus ouvertement neo nazi et ethniciste en diable montre bien à quel point on a perdu tout sens commun….çà fait des années que je mets en garde cintre la remontée progressive de la haine du”juif”! Qu’on se le dise,la complicité active ou passive avec des mouvements qui répandent la haine du “juif ” sous prétexte de lutter contre Israël ou Poutine est de la folie pure…Décidément, la bête n’est pas morte,elle se porte même de mieux en mieux…c’est juste dégueulasse.


    • Maisoui Le 10 mars 2017 à 14h55
      Afficher/Masquer

      A revoir : https://www.youtube.com/watch?v=eeavBv4CvhU
      Moment d’anthologie ou Bricmont s’étonnant d’être taxé d’antisémitisme demande que le mot soit défini, et où il lui est répondu qu’il a échoué à définir le mot. Du pur Shadock.
      “Puisque vous parler antisémitisme, moi j’aimerais bien que le mot soit défini…” à 13:42
      “M. Bricmont vous êtes aussi mauvais pour la définition définition de l’antisémitisme que vous l’étiez déjà en philosophie…” à 20:43.
      Mon opinion : Après la guerre l’antisémitisme a sévèrement et durablement reculé. Aujourd’hui quand on parle d’antisémitisme, il est souvent précisé de “nouvel” antisémitisme. C’est simplement parce ce le mot a été redéfini, récupéré, pour son pouvoir infamant. Le mot ne désigne plus uniquement les opinions qu’il désignait à l’origine. En élargissant sa définition – qui reste flou dans les débats (voir le lien plus haut) – il peut devenir une arme pour neutraliser le débat d’idée. De plus, dénoncer la “haine” dans un débat c’est aussi très stigmatisant et utile pour éviter d’avoir a avancer et répondre à des arguments rationnels.


    • Micmac Le 10 mars 2017 à 17h49
      Afficher/Masquer

      Désolé M Gédéon, mais non, je ne suis pas d’accord. Je me fous complètement des juifs (et des autres religions), je ne pense pas qu’ils dirigent le monde (parmi nos chers oligarques, très peu sont juifs, il n’y en a proportionnellement pas plus qu’ailleurs), ni les médias (les journalistes n’ont pas besoin d’être juifs pour être complètement nuls).

      Par contre, oui, je trouve que l’État d’Israël applique une monstrueuse politique d’apartheid et de domination coloniale, qui a contribué et continue à contribuer à déstabiliser tout le moyen Orient.

      Suis-je antisémite d’après vous?


  18. Louis Robert Le 10 mars 2017 à 14h00
    Afficher/Masquer

    En appui aux lecteurs qui se sont déjà exprimés en ce sens plus haut, je crois fermement que l’on doit respecter le droit de parole de l’historien Volodymyr Viatrovich et traiter cette personne correctement, plus encore en ces circonstances et en ce lieu qu’en toutes autres, et que nulle part ailleurs. La censure et l’interdiction de s’exprimer n’établissent ni ne rétablissent la vérité; elles ne sont que faiblesse et indigence spirituelle. Il faut avoir le courage de ses convictions, à armes égales, contre tout adversaire spirituel et moral, surtout si l’on croit savoir que l’on est dans son bon droit.

    Je viens de vérifier, c’est une triste et cruelle ironie que le nom d’un maître exceptionnel de la liberté d’expression, Noam Chomsky, lui-même honteusement boudé par l’Assemblée Nationale française, apparaisse toujours en exergue de ce blog, suivi d’appels non seulement à la censure mais en outre à l’interdiction de participer au débat.

    Comme toujours, je souhaiterais être témoin ici de davantage de cohérence en la matière.


  19. Fox 23 Le 10 mars 2017 à 14h09
    Afficher/Masquer

    Mon cher Pegaz, cette faiblesse ne vous honore pas. Dans le cas de l’antisémitisme ou des autres anti se finissant par isme, même une conférence d’une seule personne est déjà de trop.

    Alors que nos aveugles habituels s’apprêtent à passer un événement historique comme la Révolution Russe sous la table ou la déformer tellement que rien ne sera compréhensible aux jeunes générations, aucune marge de manœuvre ne doit être laissée aux falsificateurs de l’Histoire, quelque soit le sujet traité.

    Merci à Olivier de relayer cette démarche contre tous les négationnismes. D’ailleurs le mal est déjà partiellement fait, relisez les commentaires des gens suivant les Crises, les moins portés, je l’espère, à ce genre de débordements… sans compter les petites saloperies habituelles de Libé, “un nouveau regard…”


    • Catalina Le 10 mars 2017 à 18h48
      Afficher/Masquer

      Fox,23,
      Je pense qu’il a le droit de s’exprimer mais pas invité par La Sorbonne, nous devons préserver nos symboles aujourd’hui bien menacés.
      Il nous reste si peu.


    • Pegaz Le 11 mars 2017 à 15h23
      Afficher/Masquer

      Fox 23,
      Vous citez l’article de LIbé « Un nouveau regard sur la Shoah en Ukraine », que vous qualifiez crûment. Il semble en effet quelques peu orienté, je cite « Il s’agit là d’un sujet très sensible. L’OUN, en effet, est l’organisation des nationalistes ukrainiens. Or toute une propagande soviétique visant à discréditer le mouvement national ukrainien, a voulu les peindre sous les traits d’antisémites maladifs. Qu’en était-il en réalité ? » On est en droit de s’interroger d’autant plus quand il apparait que l’auteur en est « Le Comité Ukraine » ou l’on y retrouve Galia Ackerman ! D’autant plus quand cet article est relayé sur la page de la « Fondation pour la Mémoire de la Shoah » promotionnant le colloque ! http://www.fondationshoah.org/recherche/la-shoah-en-ukraine-nouvelles-perspectives-sur-les-malheurs-du-xxe-siecle
      Sur cette page il est également dit : « Ce colloque est organisé par l’Université Paris II Panthéon-Assas et Euroforum (European Forum for Ukraine) avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. »
      A cet article et cette dichotomie des faits, je maintiens qu’ à la stigmatisation d’un révisionnisme dur pourrait se dissimuler un soft révisionnisme venant servir les politiques ukrainiennes présente !


  20. Kirby Le 10 mars 2017 à 14h38
    Afficher/Masquer

    J’invite les lecteurs de ce commentaire à s’interroger sur l’effet que le Décodex a eu sur la fréquentation des blogs incriminés et à mettre en parallèle la présente démarche.


  21. Bourdeaux Le 10 mars 2017 à 14h42
    Afficher/Masquer

    Désolé mais je ne suis pas. L’action proposée par Olivier est, à mon humble avis, parfaitement inappropriée. C’est par les arguments qu’on répond à une falsification, pas par la censure. Si la Sorbonne organise ce colloque, je pars du principe que ce sont des grands garçons et de grandes filles, et qu’ils sont en plus des professionnels du sujet. Ce type de démarche aboutit invariablement au résultat inverse à celui recherché : une censure aujourd’hui fait plus d’écho qu’un colloque.
    Enfin, au sujet de la question “hiérarchique” entre nazisme et communisme, les pays d’Europe de l’est ayant senti de près le cadenas totalitaire soviétique, je ne vois pas en quoi, moi, je devrais me sentir autorisé à leur infliger un discours moralisateur à peu de frais; nos pays n’ont pas vécu l’histoire du XX° siècle de la même manière, c’est tout.


    • Nicolas Le 10 mars 2017 à 15h24
      Afficher/Masquer

      Même les grands garçons se font couilloner. Vous imaginez que Galia Ackerman est allée voir les responsables de la Fondation de la Shoah pour leur demander du pognon en leur expliquant bien qu’ils invitaient Vyatrovitch et qui est cette crapule ?
      Selon Vyatrovitch les 2 plus grands héros du 20ème siècle en Europe sont Churchill et Choukhevitch, qui a massacré des milliers de Juifs. Vous imaginez que Galia Ackerman a bien expliqué que le pognon de la Fondation de la Shoah allait servir à donner une tribune aux idées d’un type qui idôlatre un massacreur de Juifs ?
      Je crois qu’elle a présenté ça de façon différente, en omettant de parler de Vyatrovitch.


      • Bourdeaux Le 10 mars 2017 à 15h42
        Afficher/Masquer

        Faire de l’histoire consiste d’abord à tenter de comprendre le passé et les mentalités de nos ancêtres. Alors oui, l’interprétation historique faite par des gens qui ne l’ont pas vue depuis la même fenêtre que la nôtre peut parfois choquer, mais je préfère les écouter et essayer de comprendre POURQUOI nos points de vue diffèrent tant. On ne fait de l’histoire ni en robe de bure, ni en wagon-lit.


        • Nicolas Le 10 mars 2017 à 15h52
          Afficher/Masquer

          Avec Vyatrovitch il ne s’agit pas d’interprétations mais de falsifications pures et simples : L’Holodomor est un génocide organisé par les Juifs contre les Ukrainiens, et pendant WWII les Juifs se sont massacrés entre eux et les nationalistes ont essayé de les sauver. Vous voulez vraiment écouter des délires pareils ???


          • Maisoui Le 10 mars 2017 à 16h13
            Afficher/Masquer

            On peut l’écouter sans le croire, sans préjuger qu’il s’agit d’un délire. Puis juger de la valeur des preuves et arguments qu’il avance face à des contradicteurs. C’est ça un débat. Non? Qu’auriez vous à craindre?


    • Bruno Kord Le 10 mars 2017 à 18h31
      Afficher/Masquer

      Je suis étonné, et, je vous l’avoue, un peu atterré, par le fait que manifestement plusieurs commentateurs n’ont pas lu la pétition rédigée par O.B.
      Il ne demande pas de censurer cette personne. C’est écrit noir sur blanc dans le texte de la pétition.
      Il attire l’attention sur les propos déjà tenus par cette personne et sur le fait que ces propos pourraient être condamnés dans le cadre de la loi Gayssot.


      • Bourdeaux Le 10 mars 2017 à 19h52
        Afficher/Masquer

        Je vous suis. Mais entre réclamer une censure et “attirer l’attention sur le fait…condamnés par la loi gayssot”, vous avouerez que la différence est mince. Quant à la loi gayssot, je ne serais pas étonné qu’elle ait engendré plus de négationnistes qu’elle n’en a empêché de naître. Je suis vraiment surpris qu’à notre époque on n’ai pas encore compris ce qui me semble évident : en empêchant l’expression d’une opinion, si détestable soit-elle, vous lui assurez un public élargi; nous ne sommes plus au XVI° Siècle…


      • tepavac Le 10 mars 2017 à 21h07
        Afficher/Masquer

        les “commentateurs” dont vous parlez se moquent de nous de la façon la plus flagrante qui soit.
        Non seulement ils ne lisent l’exposé, mais tentent de faire croire à des prises de positions malhonnêtes du blog.

        Certains vont même jusque nous accabler de pas “écouter” les délires d’un homme de 35 ans qui idéalise une situation qu’il n’a pas connu, parce que vielle de 75 ans…
        Sur le sujet, les seuls que j’ai écouté, c’est ceux qui ont vécu ces drames, pas ceux qui les imaginent.
        Enfin, j’avoue, j’ai cette faiblesse de croire que débattre avec des personnes de mauvaises foi n’apporte rien de bon, mais si de surcroit elles ont pour pour critère de résolution, le meurtre, alors je ne vois pas quel genre de débat on puisse avoir, peut-être le duel, au sabre, au revolver???


    • antoniob Le 11 mars 2017 à 15h19
      Afficher/Masquer

      Le stalinisme n’excuse pas l’Holocauste. Et il n’y a pas d’équivalence conceptuelle entre l’inhumanité aléatoire de l’esclavagisme industriel accessoirement inhumain du bolchévisme/stalinisme et le racisme biologisant total du nazisme. Primo Levi déjà en son temps avait souligné la différence conceptuelle. Ces idéologues ukrainiens peuvent s’exprimer mais leur participation à un colloque universitaire est tangent avec la reconnaissance d’une légitimité de leur discours. Note sur le Golodomor: le Kazakhstan s’est inquiété d’un détournement car avant la RSS Ukraine et le sud agricole de la RSS de Russie (Rostov) c’est la RSS du Kazakhstan qui a subi de plein fouet l’horreur de la collectivisation forcée, dès 1934, avec 50% de perte démographique.


  22. Ratchadamri Le 10 mars 2017 à 15h32
    Afficher/Masquer

    Au moins trois des participants du Comité Ukraine (Eltchaninoff, Arjakovksy et Ackerman) appartiennent à l’association ACER-MJO – une organisation qui est sensé de promouvoir la foi religieuse orthodoxe en Occident et par ailleurs créer un environnement culturel pour les enfants issues de l’émigration russe (première vague post révolution 1917). Ces gens-là ont attendu longtemps que le pouvoir communiste disparaisse en espérant que la Russie retrouve un jour sa voie spirituelle perdue. Et ben, on pourrait penser qu’aujourd’hui ils devraient être contents avec le regain du sentiment religieux en Russie et la position plutôt privilégiée dont bénéficie l’Église Orthodoxe en ce moment. Et ben non ! Ça leur pose un problème, car le Patriarcat de Moscou souhaite réintégrer les paroisses orthodoxes occidentales de rite russe dans son sein (normale, car l’église est une organisation hiérarchique par construction et c’est dans l’esprit de sa création, et aussi parce que la séparation a été induite par les éventements tragiques de la révolution). Et tout chrétien convaincu doit souhaiter la réunification (surtout quand il n’y a aucune différence dogmatique et canonique) Et ben non, parce que ces gens pensent qu’ils sont plus russes que les russes restés en Russie, et ils représentent mieux la culture russe et son esprit, qu’un Poutine mal léché ou les autres émigrants plus tardifs.


    • Ratchadamri Le 10 mars 2017 à 15h33
      Afficher/Masquer

      Par ailleurs, comme il y avait quand même quelques personnes plus modérées et raisonnables au sein de cette asso cela a provoqué une scission chez eux. Bref, vous pouvez visiter leur site internet et leur forum pour constater par vous-mêmes à quel point les passions se déchainent.


    • Ratchadamri Le 10 mars 2017 à 15h50
      Afficher/Masquer

      Et Constantin Sigov en fait aussi partie… 20% d’ACER-MJO au sein du Comité Ukraine c’est quand même significatif.
      Voici un des exemples des articles avec lesquels le Patriarcat de Moscou est attaqué.
      http://est-et-ouest.fr/chronique/2016/160308.html


    • V_Parlier Le 13 mars 2017 à 17h32
      Afficher/Masquer

      Vous venez de faire là une excellente description de la situation. Je la vois exactement comme ça!
      J’ajouterais que j’ai été plusieurs fois sollicité, en tant qu’orthodoxe, pour financer cette association. Mais je ne leur verserai jamais un seul centime, pas question.


  23. Regards Extérieurs Le 10 mars 2017 à 17h05
    Afficher/Masquer

    Jacques, journaliste et historien, spécialiste de l’Ukraine, raconte plus en détails ce qu’il faut savoir de ce monsieur Vyatrovitch.
    https://www.youtube.com/watch?v=ZqpMzH9JTnc


    • Catalina Le 10 mars 2017 à 19h20
      Afficher/Masquer

      Libération offre une plateforme pour Comité Ukraine, “ils présentent ça comme un mouvement de démocratisation. Lutte contre la corruption, ect…, Libération, ils y comprennent que dalle…”


      • Catalina Le 11 mars 2017 à 05h19
        Afficher/Masquer

        Regards Extérieur,
        Etonnant que vous n’ayez que deux pouces alors que vous apportez un vrai regard d’historien sur l’Ukraine et que vous apportez des éléments factuels concernant ce monsieur, Etonnant car c’est le seul commentaire qui approfondit la personnalité de ce monsieur.


        • Lysbeth Levy Le 11 mars 2017 à 12h31
          Afficher/Masquer

          Et pourtant très critiqué “ailleurs” qu’en France ou on le présentera comme un “héros” et héraut du Maidan/révolution Orange 2004 révolution pacifique. Déjà que BHL “minimise” le rôle de Bandera dans les massacres de masses alors on peux penser que tout est possible. De fait cette “histoire” a été préparée lors de la visite de Reagan au cimetière SS de Bitburg et ou il y a eu Ernest Nolte encensé pour son livre révisionniste, puis Snyder ayant pris la suite : http://defendinghistory.com/ernst-noltes-grandson/39530 ces gens là sèment les graines de la haine et ré-écrivent l’histoire en rebalançant la responsabilité de leurs crimes (OUN UPA, Bandera, Shoushkevytch, Konovalets, etc) sur les victimes et les bolchéviques ou “judéo-bolchéviques” qui est la vielle antienne des Nazis en Europe ou Amérique avec Hearst l’ami de Goebbels par excellence, qui a désinformé déjà à l’époque, et dont Reagan, R. Service, Nolte ont repris le thème. C’est d’ailleurs aux Usa, Canada que l’histoire de l’Ukraine s’est décidé Sieur Viyatrovich ayant été a Harvard il es proche du SBU et décide pour la “décommunisation” forcée du pays ! Sur ces idées très discutables ils en parlent sur wiki : https://en.wikipedia.org/wiki/Volodymyr_Viatrovych Ah oui on a bien invité un criminel de l’ATO Andreï Bilesky a Strasbourg alors pourquoi pas un criminel révisionniste, qui est pour l’agression des russophones à l’est ??


        • Regards Extérieurs Le 11 mars 2017 à 16h40
          Afficher/Masquer

          Merci beaucoup pour ce compliment, c’était l’objectif recherché. C’est la première vidéo de la série (c’est donc la vidéo qui “essuie les plâtres” ), on ne s’attendait donc pas à des milliers de spectateurs. Si cela vous a intéressé, merci de partager, et à bientôt pour d’autres vidéos (vous pouvez vous abonner 🙂 )


    • Bourdeaux Le 12 mars 2017 à 22h46
      Afficher/Masquer

      @regards extérieurs: merci pour cette “lampe de poche”; du coup, j’ai bien envie de mouiller un peu mon vin sur la question soulevée par Olivier …En plus de l’exposé très factuel sur l’épisode bandera, j’ai aussi été très troublé par le petit portrait de Mme Ackermann.


      • Regards Extérieurs Le 13 mars 2017 à 14h13
        Afficher/Masquer

        Merci ! A bientôt pour d’autres sujets. Cependant, l’affaire Vyatrovitch n’est pas vraiment terminée. Vyatrovitch aurait expliqué à Paris pendant la conférence que dans l’histoire des massacres en Ukraine au XXème siècle, les torts sont partagés entre Juifs et Ukrainiens. Sauf qu’il n’y a eu aucun massacre d’Ukrainiens par des Juifs. Et un de ses compères aussi présent à Paris, mais pas encore évoqué (Iosif Zisels) ici, a expliqué sur Facebook que finalement, les Juifs sont un peu responsables de l’Holocauste.
        Je vous laisse constater l’énormité du fait qu’aucun grand média ne s’en indigne.


  24. Pegaz Le 10 mars 2017 à 18h38
    Afficher/Masquer

    Participant au colloque, Delphine Bechtel ” Mensonges et légitimation dans la construction nationale en Ukraine (2005-2010)” en trois chapitres
    – La construction d’un récit nationaliste galicien en Ukraine occidentale
    – L’historiographie comme entreprise étatique : les stratégies de légitimation scientifique de l’OUN/UPA
    – La présidence Iouchtchenko, un passé difficile à effacer ?

    ” 14) Il faut rappeler que, depuis des décennies, une vaste œuvre de propagande est menée par des idéologues des milieux ukrainiens immigrés notamment au Canada, en Angleterre et en Allemagne, qui vise à présenter l’histoire de l’OUN/UPA comme celle d’organisations démocratiques, pro-occidentales, voire philo-sémites. ”
    https://elh.revues.org/199

    Pourtant certain nous ont affirmés qu’ils n’ont rien vu et n’existe rien de tel !

    Gros complément au dossier réalisé par les Crises


  25. Elinor Popper Le 10 mars 2017 à 20h24
    Afficher/Masquer

    M. Viatrovytch n’a jamais tenu le moindre propos antisémite ou négationniste. Au contraire, il a été un des principaux organisateurs des commémorations et colloques pour le 75° anniversaire de Babi-yar à Kiev en Septembre 2016. Les historiens s’y sont librement exprimés dont M. T. Snyder, R. Naimark etc. Cette organisation s’est faite en liaison avec les principales organisations juives d’Ukraine, dont Le Vaad (“Crif” ukrainien). Le colloque à la Sorbonne est soutenu par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, ce que le Times of israël et vous-mêmes omettez de dire. Les photo ici publiées de la première page du programme st tronquées du logo de la FMS. Enfin, ce “comité juif ukrainien” de M. Dolinsky, n’est pas connu des grandes institutions juives ukrainiennes, représentées, elles, au colloque. En espérant ne pas être censurée…


    • Lysbeth Levy Le 11 mars 2017 à 10h15
      Afficher/Masquer

      Ah bon ? Aucun problème avec un révisionniste alors autant mettre Faurisson à la tête d’un colloque sur la mémoire en France ! Car en plus votre Viatrovytch a participé au Maidan et qu’il a bien proféré en privé des horreurs contre les moskals et autres insectes à brûler ce jour là. Voir la vidéo de Nicolas : http://institutfrancais-ukraine.com/uploads/files/booklet%20Lenin%20ukr%20A4_FR.pdf. Sinon désolée mais il a aussi expliqué qu’a son avis c’est la faute des polonais ou des russes surtout eux si il y a eu massacres. Et les autres intervenants sont déjà “connus” Ackermann, De Lara, béachéchéliens, Zissel du Congrès Mondial Us juif, qui nie les crimes antisémites du mouvement orange/Maidan qui n’est pas représentatif des juifs ukrainiens mais se présente comme tel, car il est acheté du début selon Dovid Katz . http://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/36301-140704-ukraine-russie-une-reunion-prevue-pour-samedi-a-minsk Non ce type de réunion ne va pas dans le sens de l’Histoire mais bien de blanchir les crimes de l’idéologie OUN UPA ! et relégitimer Bandera et Plétouria qui lui aussi va être blanchi de ces crimes. Sa réhabilitation est demandé par le “non officiel” Comité Ukraine défendu par ces journalistes anti-russes peu soucieux de vérité historique. C’est une mascarade tout au plus. Quel droit à ce “comité” à parler au nom des ukrainiens, en France, dans les bureaux de la Je-Set du pouvoir ou de Saint-Germain des Prés chez le “non officiel” représentant de la pensée française, BHL ??


    • Regards Extérieurs Le 11 mars 2017 à 11h48
      Afficher/Masquer

      Selon Vyatrovitch, Roman Choukhevitch est l’un des 5 plus grands personnages de l’Histoire. Je vous laisse vérifier qui était Choukhevitch et constater l’énormité de vos propos. En outre, le fait que Vyatrovitch est un falsificateur est incontestable.


    • antoniob Le 12 mars 2017 à 09h57
      Afficher/Masquer

      il ne s’agit de la tenue ou pas des propos antisémites, et nombre de négationnistes n’ont jamais tenu de propos antisémites. Il s’agit simplement d’un travail de ré-écriture de l’Histoire ainsi que toute une mouvance, galicienne essentiellement, participant au pouvoir, niant des faits établis depuis longtemps, de la collaboration active avec le nazisme, de l’antisémitisme virulent au 19è s. et les progroms massifs du début 20è s. Ils érigent les partis et groupes ultra-nationalistes galiciens, en figures éminentes de l’identité “ukrainienne”, alors même que la nature pluri-nationale du pays, comparable aux cas castillans/espagnols ou flamands/wallons ou finlandais/suédois ou romands/alémaniques, ne permet pas de le faire, sauf à imposer aux ruthéniens, russes, moldaves et autres hongrois de l’Ukraine actuelle une légende nationaliste qui n’est pas la leur.
      Ré-écriture de l’Histoire à plusieurs niveaux et négationnisme. Sans besoin d’utiliser l’argot antisémite.
      Que Viatrovitch et co. participent à la commémoration de Babi-Yar est une évidence, ils ne peuvent pas ne pas le faire, et cela s’inscrit justement dans une logique d’un côté conciliatrice afin de pouvoir de l’autre côté, procéder tranquillement à une ré-écriture discrète.


    • Regards Extérieurs Le 13 mars 2017 à 14h42
      Afficher/Masquer

      Ah, et puis si le comité juif ukrainien est connu du Pape qui a rencontré le président du comité M. Feldman comme en témoigne cette photo du 30 juin 2015.
      https://www.facebook.com/UkrainianJewishCommittee/photos/rpp.253485991447257/707791402683378/?type=3&theater
      [modéré]


  26. Aktaro Le 10 mars 2017 à 20h27
    Afficher/Masquer

    Ce monsieur représente-t-il quelque chose? Vu sa position officielle et le contexte ukrainien, oui. S’il est ce qu’Olivier en dit, et je n’ai pas de raison d’en douter, il se fera éparpillé par la contradiction.
    Tant qu’il est mis en contradiction, c’est plutôt une bonne chose de l’inviter. C’est bien aussi d’alerter, et c’est bien qu’Olivier le fasse sans comme les autres pétitionnaires, appeller à l’annulation de sa venue. Ce colloque et OB ont permis via cette série, à moi et à certainement beaucoup de lecteurs non spécialistes de l’histoire de la région de se cultiver et de comprendre des éléments de discours et de culture importants dans le contexte actuel de cette région. En attente du compte-rendu.


    • tepavac Le 10 mars 2017 à 21h42
      Afficher/Masquer

      Vos propos vous honores, néanmoins il y a cette affirmation;
      “il se fera éparpillé par la contradiction”
      Dans un débat, face à des “communicants” les spectateurs que nous sommes, sont totalement désarmés.
      C’est une espèce hors norme, vous en connaissez quelques uns, les cahuzac, clinton,ou sarkozy, vous vous rappelez les dégâts qu’ils peuvent occasionner avec leur faconde!

      Les détracteurs sur le sujet de l’amiante dans les années 70/80, ceux contre les produit monsanto, ceux contre le nazisme, tous ceux-là avaient des arguments et pourtant…


      • Maisoui Le 11 mars 2017 à 17h26
        Afficher/Masquer

        Dans votre raisonnement, nous les spectateurs sommes incompétents devant les professionnels de l’enfumage. Notre recours ne peut pas être de faire confiance à des intermédiaires professionnels du décryptage. Parce, bien sur, un professionnel de l’intox se positionnerait comme professionnel du décryptage. La seule issue à cette situation : A chacun d’exercer, aguerrir son esprit critique. Et militer pour la liberté d’expression, qui par essence ne doit connaître aucune limite.


        • tepavac Le 11 mars 2017 à 21h41
          Afficher/Masquer

          Aucune limite!
          je vous conseil de lire plus attentivement l’article XI de la Déclaration de 1789.

          Nous sommes en France, pas au USA.
          Si vous tenez tant à ce “privilège” d’outre atlantique, ne vous traumatisez pas en devant supporter ce “vieux continent” avec ses vieilles règles. Prenez courage pour l’aventure vers un monde nouveau et que la vie vous soit prospère.


          • Maisoui Le 11 mars 2017 à 22h04
            Afficher/Masquer

            Art 11 ->”La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi”.

            « si la liberté d’expression se limite aux opinions qui ne vous choquent pas, ce n’est pas la liberté d’expression » – Noam Chomsky.

            Donc la liberté d’expression doit être totale.
            Or l’article 11 précise que la liberté d’expression peut être limitée par la loi. Donc la liberté d’expression peut être détruite par la loi. Le lit du totalitarisme était déjà prêt.

            Attention aux d’amalgames. Ce n’est pas parce qu’on est pour la liberté d’expression qu’on est pour l’adoption pour toute la panoplie législative étasunienne.


            • tepavac Le 12 mars 2017 à 20h52
              Afficher/Masquer

              “il peut devenir une arme pour neutraliser le débat d’idée.”
              Maisoui Le 10 mars 2017 à 14h55

              c’est je l’avoue assez choquant de constater que sur un même sujet, on puisse à la fois défendre une idée, et une autre dont les prolongements infirment la première.
              Ce paradoxe qui anime votre discours devrait vous faire sentir le danger de la totale “liberté d’expression” !

              Ce n’est pas à la légère que nos aïeux y joint des limites. L’expérience ayant montré la facilité avec laquelle certains en abusent au détriment des plus démunis.

              Portez votre regard sur les deux dernières élections, qu’importe le bien ou le mal que les deux larrons aient pu faire, le fait est qu’ils ont tous deux accédés au plus haut poste du pouvoir sur les populations”, par le biais d’une “liberté d’expression sans limite”, sans contrainte aucune, sans conséquence pénalisante.

              Seule la certitude d’une sanction permet d’arrêter la mauvaise pensée. Inconsciemment vous l’admettez, en vous bornant vous même à la retenue, lorsque en face, le risque est grand de prendre une correction morale ou physique.
              Par conséquent, il y a toujours un frein, soit la loi, ou la correction…


    • Regards Extérieurs Le 13 mars 2017 à 14h49
      Afficher/Masquer

      Résumé du compte rendu (par Dolinsky) des propos du gugusse : Pour ce qui est des massacres en Ukraine au XXème siècle, les torts sont partagés, entre Juifs et Ukrainiens (je précise, il n’y a pas eu de massacres d’Ukrainiens par des Juifs)
      Il y avait un second compère du même tonneau (Zisels) : celui-ci a affirmé sur FB, qu’après son pélerinage à la rue Racine, lieu du meurtre (par un Juif) en 1926 de Simon Petlioura, nationaliste auteur de pogroms en 1919, il a beaucoup réfléchi et est arrivé à la conclusion que quand même, les Juifs sont un peu responsables de l’Holocauste.
      Voilà voilà, tout va bien, non non messieurs les employés des grands médias français, surtout n’en parlez pas, on pourrait croire que vous êtes journalistes.


      • Lysbeth Levy Le 13 mars 2017 à 19h53
        Afficher/Masquer

        Merci pour la traduction, oui Zissel est bien un “pion” utile a la nouvelle idéologie de mettre à égalité les coupables et les victimes, que dénonce Dovid Katz a propos de la théorie du “double génocide” qui finit par nier les vrais coupables, puisqu’au final on mettra tout sur le dos des “judéo-bolchéviques” soit ce qu’il appelle “l’obsfucation” ou “brouillard” En 2008 La Déclaration de Prague contenait déjà la confusion en mettant les deux “régimes égaux” a bannir or qu’est qu’il reste ?: http://www.didier-bertin.org/pages/prague-s-process-danger/les-declarations-de-prague-et-du-parlement-europeen-et-leurs-consequences-partie-1-2.html : “Les lettres d’encouragement de Margaret Thatcher, de Nicolas Sarkozy, et de Zbigniew Brzezinski, partisan de l’hégémonie américaine par immixtion dans les affaires européennes, laissaient prévoir l’orientation de la déclaration de Prague et du processus qui en a résulté. Seule compte la condamnation du communisme : https://en.wikipedia.org/wiki/Prague_Declaration_on_European_Conscience_and_Communism
        Un boulevard pour les anciens collaborateurs et les nouvelles générations élevés au nazisme fascisme à l’Est surtout..Le projet Prométhéen dans toute sa splendeur.


  27. Lysbeth Levy Le 10 mars 2017 à 20h39
    Afficher/Masquer

    ce qui est inquiétant dans l’affaire est qu’aucune personnalité “russe” n’est invité à ce colloque ! Car la plupart des intervenants sont connus pour être proche du pouvoir ukrainien ou de la sphère de la diaspora, ou d’intellectuels néocons totalement anti-russe comme autrefois ils étaient anti-soviétiques. C’est très tendancieux et dangereux au fond car c’est bien une sorte d’entente cordiale qui risque de se faire comme l’avait dénoncé Dovid Katz sur son site “defendre l’Histoire” defending History :http://defendinghistory.com/scholars-issue-public-letter-on-ukrainian-holocaust-revisionist-participation-in-9-11-march-2017-paris-conference/86944
    Zissel celui qui représente les juifs en Ukraine est aussi proche de la sphère américaine nécon il a son rond de serviette a la Règle du Jeu et a été proche du Maidan : https://jewsandtheukranianrevolution.wordpress.com/category/josef-zissels/ Il est d’ailleurs pas d’accord avec les juifs russes non plus. N’oublions pas que l


    • Lysbeth Levy Le 10 mars 2017 à 21h01
      Afficher/Masquer

      Pardon, suite : que Dovid Katz accuse les responsables de diverses réunions, de faire de “l’anti-Poutinisme” un moyen pour ré-écrire l’Histoire, n’ayant pas été invité à Auschwitcz pour fêter la libération du camps par “les méchants soviétiques” !Ou selon Yats ce sont des ukrainiens “sympas” qui “ont libéré” ce camps. Question ré-écriture on est servie là ..http://jewishcurrents.org/when-putin-becomes-an-excuse-for-hitler-glorification/ Et selon lui et d’autres indépendants le Congrès Américain pèse lourdement sur ces colloques pour influencer l’Histoire, on le savait à travers Annie Lacroix-Riz mais là on voit nettement que c’est général..http://defendinghistory.com/70th-anniversary-day/66615


  28. Ratchadamri Le 10 mars 2017 à 21h47
    Afficher/Masquer

    Je vous signale un autre évènement très curieux qui a lieu cette semaine à Paris
    Le festival des films russes: Quand les russes chantes du 6 au 14 mars! Avec du très lourd dans la liste des invités: Pavel Lounguin, Andreï Konchalovsky, Karen Chakhnazarov, Alexandre Adabachian.

    Mais alors… du très très lourd dans la liste des invités du festival : notre amie Caroline Fourest, et Iegor Gran (si, si, celui qui travaille dans un grand journal qui a publié des caricatures immondes sur l’avion russe qui s’est écrasé dans la mer Noire)

    http://www.quandlesrusses.com/les-invites-du-festival

    C’est curieux, non ?


  29. Perret Le 11 mars 2017 à 08h10
    Afficher/Masquer

    Erreur : l’adresse http://www.paris-sorbonne.fr est celle de l’université Paris 4 Sorbonne. Paris 2 Panthéon Assas a pour adresse http://www.u-paris2.fr

    il y a une adresse de contact pour la presse : presse@u-paris2.fr


  30. JC Le 11 mars 2017 à 10h50
    Afficher/Masquer

    Et bien moi je veux entendre les révisionnistes, je veux comprendre ce qui a conduit à ces folies meurtrières, qui a commencé, comment les amalgames ont pu être faits, savoir qui a raison, sachant que quelle que soit la position de l’interlocuteur, il est de toute façon du côté de meurtriers puisqu’il y en a eu de tout bord (si on amalgames des époques et contextes différents). Ce débat n’a plus lieu en France que sur Internet, ce qui isole et fanatise, au lieu de réconcilier et amener au pardon et au respect mutuel. Olivier, vous n’êtes peut-être pas le plus passionné du sujet mais vous relayez un point de vue qui touche au sommet de la passion, en jetant le résultat, le crime de masse, à la figure de ceux qui ne sont pas d’accord avec vous, ce qui n’est pas fait pour calmer un débat. Je ne suis pas omniscient et je n’ai pas le temps de creuser mais le camp d’en face, pour ainsi dire, m’a montré également des crimes de masses, par exemple bolcheviques, qui si cette présentation est vraie, a certainement suscité des traumatismes immenses et une réaction terrible. Donc faites ce que vous voulez, moi je veux entendre ce que les taxés d’antisémitisme ont à dire, et je perçois la haine surtout du côté médiatiquement dominant des anti-“antisémites”.


    • Regards Extérieurs Le 11 mars 2017 à 11h34
      Afficher/Masquer

      La question n’est pas de nier les crimes du “camp d’en face” mais de signaler qu’une grande Université parisienne offre une tribune importante à un négationniste et falsificateur notoire. Cf. la vidéo que j’ai indiqué ci-dessus qui explique un peu plus en détails qui est ce Vyatrovitch (et bien sûr l’article précédent sur ce blog).


      • Maisoui Le 11 mars 2017 à 17h34
        Afficher/Masquer

        Pourquoi ne voyez vous pas dans cette tribune une nouvelle occasion de présenter les preuves de falsification et de pointer les raisonnements biaisés?


    • Lysbeth Levy Le 11 mars 2017 à 13h17
      Afficher/Masquer

      Rien ne vous empêche de les inviter chez vous dans votre cuisine ! Mais ici il s’agit d’une école prestigieuse ou des personnalités déjà très discutés et discutables n’auraient en principe rien à y faire a moins d’inviter aussi Faurisson ce qui revient au même. Sachez que ce spécialiste est plus un “militant” de la cause “Banderiste” ou défense de “l’OUN UPA” dont les crimes sont avérés depuis longtemps. Et que je sache les polonais aussi commencent a s’agiter sur le sujet étant donné que le héraut” prétends que les victimes polonaises se seraient rebellées contre le pouvoir d’ou leurs massacres. D’autre part d’autres historiens sont critiques envers ce monsieur : http://www.taraskuzio.com/Files/Kuzio_Columbia.pdf et ces énièmes réunions sont préparées avec toujours les mêmes gens impliqués dans la propagande pro-otan Anna Collin Lebedev et autres Galia Ackerman, l’amie des “maidanites” : http://sciencessociales.uottawa.ca/ukraine/chaire-bref/nouvelles/liste-ukrainienne-ukl-475-10-octobre-2015 de colloque en réunions internationale qui décident à la place du peuple ukrainien leur “propre” Histoire. Encore une fois, le peuple n’a pas son mot a dire car le sieur Vyatrovytch a le pouvoir de les faire taire, il joue un rôle dans la propagande et la décommunisation du pays, surtout à l’Est bien sur ..


      • JC Le 13 mars 2017 à 18h21
        Afficher/Masquer

        Mais moi je ne le connais pas, y’a que par des publications que je peux en entendre parler, c’est comme vous en fait.
        Vous me dites que c’est “plus un militant de la cause Banderiste”, mais ça ne dit pas si c’est une corrélation ou une causalité : sa cause est-elle importante au point qu’il puisse mentir pour elle ? Ou est-ce que le sujet en question est tellement tendu qu’il est normal de ne trouver que des militants pour oser encore le traiter, ce qui ne permet pas a priori d’affirmer qu’ils vont chercher à tromper ?
        D’autre part, comment peut-on refuser la relativité des points de vue ? La raison pour laquelle ce monsieur cherche à imposer sa vision des choses est la même qui nous conduit à essayer d’interdire son expression. Ne peut-on pas briser ce mur, et lui dire calmement suite à son exposé ce qui nous dérange ?
        Vous évoquez Faurisson, et pour le coup je ne sais pas pour quelle cause politique il militerait.
        Il se passe en Ukraine le miroir de chez nous en gros, mais moi je n’ai pas de passion engagée là-dedans, je n’ai aucun problème à écouter des versions contradictoires s’affronter. C’est vrai que je n’ai rien à gagner non plus à imposer une version, mais comme la grande majorité non ? Plutôt que d’entretenir ces fractures et haines…


    • Les-crises Le 11 mars 2017 à 17h32
      Afficher/Masquer

      “moi je veux entendre ce que les taxés d’antisémitisme ont à dire”

      Je vous recommande Lviv en Ukraine pour vos prochaines vacances – vous allez A-DO-RER. Ne manquez pas le clou, avec la marche pour honorer la mémoire de la Division Waffen SS Galicie.

      https://www.youtube.com/watch?v=OJvLHNwT5DA


      • Maisoui Le 11 mars 2017 à 17h54
        Afficher/Masquer

        Très sarcastique. Et comme argument, pas très pertinent . Bien sur, qu’on est pas obligé d’aller à Lvov pour entendre les propos de ces personnes. Et pour autant qu’on veuille les entendre, on n’est pas non plus obligé d’adhérer à leurs discours.


      • Pegaz Le 11 mars 2017 à 20h38
        Afficher/Masquer

        Donc, ce Volodymyr Vyatrovych n’est qu’un pion bien visible d’une démarche, qui si l’on en croit votre dossier sur le sujet et celui de Delphine Bechtel, participante au colloque, il est question d’un processus de longue date qui a eu ces conséquences et effets directs sur les politiques ukrainiennes menées dès les débuts du Maïden.
        ” 14) Il faut rappeler que, depuis des décennies, une vaste œuvre de propagande est menée par des idéologues des milieux ukrainiens immigrés notamment au Canada, en Angleterre et en Allemagne, qui vise à présenter l’histoire de l’OUN/UPA comme celle d’organisations démocratiques, pro-occidentales, voire philosémites. ” https://elh.revues.org/199
        Aux constats que l’European Forum for Ukraine (blog hébergé à ces débuts par http://laregledujeu.org/ ) en est co-organisateur http://www.fondationshoah.org/recherche/la-shoah-en-ukraine-nouvelles-perspectives-sur-les-malheurs-du-xxe-siecle que sur cette même page de cette fondation soutenant ce colloque il est proposé un article du « Le Comité Ukraine » exprimant ceci : http://comite-ukraine.blogs.liberation.fr/2017/02/23/un-nouveau-regard-sur-la-shoah-en-ukraine/
        J’en vient a considérer qu’il existe un hard et un soft « révisionnisme » et que la stigmatisation de Volodymyr Vyatrovych pourrait n’être qu’un écran de fumée.


        • Catalina Le 11 mars 2017 à 22h51
          Afficher/Masquer

          Pégaz,

          si vous regardiez la vidéo proposée par Regards Extérieurs, vous verriez que cet homme sévissait déjà pendant la première révolution orange made soros en 2005. C’est un vrai historien qui en parle.


          • Pegaz Le 12 mars 2017 à 00h37
            Afficher/Masquer

            Vidéo vue et écoutée. Lisez ” Mensonges et légitimation dans la construction nationale en Ukraine (2005-2010)” de Delphine Bechtel, https://elh.revues.org/199 informations qui vous permettront d’apprécier de l’importance ou non de Volodymyr Vyatrovych dans ce processus révisionniste.


        • Lysbeth Levy Le 12 mars 2017 à 09h55
          Afficher/Masquer

          On pourrait en rire mais le Comité Ukraine qui n’hésite pas à désinformer sur des films indépendants comme celui de Paul Moreira a tenté de faire interdire son film, l’accusant d’être pro-poutine. Ce film qui d.ieu merci désigne les personnalités bien “nazis”, des marcheurs aux flambeaux a la gloire de Bandera le grand héros et dont les descendants physiques ou idéologiques sont aux manettes :http://comite-ukraine.blogs.liberation.fr/2016/01/29/canal-met-en-images-le-discours-du-kremlin/ Et de temps en temps ce beau monde se retrouve dans une “pizzeria” avec les emblèmes sacrés de l’ancienne guerre toujours “Gloire aux héros mort aux ennemis” :http://comite-ukraine.blogs.liberation.fr/2017/02/17/une-pizzeria-remede-aux-maux-de-la-guerre/ En attendant eux ont bien attaqué Paul Moreira pour son film pourtant salué internationalement : http://www.pltv.fr/fr/paul-moreira-repond-aux-critiques-sur-son-film/ Galia Ackerman, Anna Colin Lebedev, Philippe de Lara, et autres Benoit Vitkine, des relais médiatiques de la révolution de couleur orange puis sous le nom de Maidan ou notre pseudo-historien a participé : http://www.cdvr.org.ua/content/volodymyr-viatrovych-we-must-come-out-maidan-organized-power%E2%80%9D Ah oui l’histoire est en “bonne main” là et notre pseudo-philosophe est de la partie.


      • JC Le 13 mars 2017 à 18h38
        Afficher/Masquer

        Ce n’est pas le sujet, il me semble… On ne parle ni de crime, ni de parade, mais de conférence. Je vais plutôt lire vos deux articles sur le sujet et voir s’ils sont intéressants et peuvent m’en apprendre plus. Mais me sortir des SS n’est pas un argument d’autorité que j’accepte, sachant encore une fois que d’une part le bolchevisme est antérieur au nazisme, et d’autre part que du coup ça fait un point de vue totalement relativisé et différent, que je suis prêt à respecter, n’ayant rien à reprocher à une croyance et un folklore, que je sais distinguer d’un crime. Le paradeur en SS est bien plus mon proche que le tueur en rose rouge, vous voyez ?
        Nous omettons bien, nous aussi, de rappeler les crimes de la libération, parce qu’on les explique par ce qui s’est passé avant, et bien c’est pareil je pense. Est-ce qu’il y aurait une [Alerte] contre BHL, qui a provoqué et soutenu des massacres et catastrophes ? On le laisse bien exposer son point de vue jusque dans les cinémas pourtant. Et il croit sûrement bien faire.


    • Subotai Le 11 mars 2017 à 23h17
      Afficher/Masquer

      Histoire de la seconde guerre mondiale
      Sir Basil H. Liddell Hart
      Un livre que tout le monde devrait avoir lu avant de dire quoi que ce soit sur la 2e GM

      Dans toute les bonnes librairies.


  31. moshedayan Le 11 mars 2017 à 13h09
    Afficher/Masquer

    La video slovaque Matica Slovenska sur les atrocités du communisme est déjà en ligne
    https://www.youtube.com/tvmatica
    Elle est élaborée sur un mélange entre les répressions contre des opposants par les Services de sécurité slovaque et les répressions contre les éléments proches de l’OUN-UPA et slovaques d’origine “ukrainienne” qui étaient partisans de cette mouvance dans la région subcarpathique. Elle ajoute aussi les répressions contre des religieux qui avaient la plupart étaient favorables et activistes du régime collaborationniste de Mgr Tiszo. En bref, là aussi un bel exercice de “réécriture” et falsification de l’Histoire.
    ps. Je ne crois pas que les habitants de Banska Bistrica, Humenne, Kosice ou Presov apprécient majoritairement cette vidéo (même chez des catholiques honnêtes).


    • Lysbeth Levy Le 11 mars 2017 à 14h04
      Afficher/Masquer

      Par contre un film qui ne va pas plaire aux ukrainiens banderist c’est celui ci sur les massacres de polonais en Volhynie : https://www.youtube.com/watch?v=5OJyKyinpks Il y a aussi un film retraçant cette histoire qui fait problème aux ukrainiens. Sinon c’est reconnu dans les médias anglo-saxons qu’il y volonté d’effacer la vraie histoire de collaborateurs des nazis : https://www.theguardian.com/world/2015/apr/20/ukraine-decommunisation-law-soviet Pourtant la CIA a déclassifié son aide a ce mouvement très tôt dans l’histoire a travers leurs rapports avec les nazis : https://www.cia.gov/library/readingroom/docs/STUDIES%20IN%20INTELLIGENCE%20NAZI%20-%20RELATED%20ARTICLES_0015.pdf ce sont des sources américaines en plus. “OpérationPaper-clip” des centaines de milliers d’anciens SS ou nazis, scientifiques et collaborateurs des “escadrons de la mort” ont bien été employés lors de la guerre froide et jusqu’en 1953 en Ukraine a travers des tentatives d’insurrection contre l’Urss avec des membres de l’OUN-UPA ! Plutôt nazis que rouge a été le maitre mot des Usa, quand on sait que le KKK et “partis nazis n’ont jamais été interdit et prolifère cela ne m’étonne pas.


  32. Nanker Le 12 mars 2017 à 10h38
    Afficher/Masquer

    “Galia ACKERMAN” la chouchoute de médias “intellos” type RFI ou Arte…

    Galia ACKERMAN constamment invitée par ces médias pour éclairer les gens sur la crise ukrainienne. Sa thèse essentielle : TOUT est de la faute de Poutine, ce criminel, ce psychopathe.

    Les spécialistes des relations entre UE et Russie émettent vraiment une drôle d’odeur.


  33. Alabama Le 12 mars 2017 à 10h49
    Afficher/Masquer

    Quelle liberté d’expression? Il ne s’agit pas de s’exprimer à la tele mais dans nos Universités! Olivier, je trouve qu’on vis un triste temps ou pour faire connaître l’histoire il faut faire les billets d’histoire sur des blogs et non sur les bancs des écoles ou les universites! Je répète, il s’agit des former les professeurs de l’histoire dans les universites et on n’y invité pas n’importe qui pour s’exprimer, s’est une politique éducative! Qui sait par ailleurs que les premiers pogroms dans l’Est avaient eu lieu au XVI et en Pologne par un fils d’un noble polonais, Bogdan Khmelnitsky qui s’alliant avec des ukrainiens ( des vrais pour le coup, car Lvov etait une ville polonaise) avait provoqué la chute de République Lituano- polonaise? L’idée a été repris par l’Allemagne pour en finir au XX siècle en horreur. Qu’on arrête de nous bassiner avec les russes instigateurs des pogroms…


  34. jef Le 14 mars 2017 à 00h02
    Afficher/Masquer

    J’en parle d’autant plus librement que plus d’un de mes posts, y compris récents, s’est retrouvé à la trappe…Mon sentiment est que ce blog gagne en crédit ET influence. Effet imprévu des attaques des adversaires de ce blog? Certes. .Mais aussi prise en compte par OB de nos soutiens, remarques et …critiques.


Charte de modérations des commentaires