Les médias Belges sont plus francs que les nôtres…

Source : Le Soir, Jurek Kuczkiewicz, 08-03-2016

Les 28 et la Turquie se sont entendus sur un schéma d’accord suite à une proposition surprise présentée par le chef de gouvernement turc.

Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu. © Photo News

Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu. © Photo News

Qui avait parlé d’une réunion cruciale ? Il y a quinze jours, à l’issue du sommet précédent, nombre de dirigeants européens avaient dit tout haut ou laissé entendre que d’ici la réunion extraordinaire de ce lundi, ils voulaient voir des résultats tangibles des efforts des autorités turques pour faire baisser les traversées de migrants et réfugiés par les réseaux de passeurs vers la mer Egée.

Un schéma d’accord

Qu’en est-il, à l’issue du sommet informel où les 28 se sont réunis à Bruxelles avec le premier ministre turc Davutoglu ? « Nous avons franchi une étape supplémentaire dans la bataille pour résoudre la crise des réfugiés », a commenté sobrement le premier ministre belge Charles Michel. Lequel avouait ensuite son « sentiment mitigé : je ne dis pas ‘eurêka ‘, nous avons trouvé la solution. C’est un pas dans la bonne direction. »

Les 28 et la Turquie se sont mis d’accord sur le cadre d’un nouveau plan, basé sur une proposition surprise présentée par le chef de gouvernement turc. L’élément le plus spectaculaire : la Turquie accepte désormais de se faire renvoyer par la Grèce tous les migrants qui y arriveront irrégulièrement. C’est-à-dire tant les migrants économiques qui ne peuvent prétendre à l’asile, que les réfugiés syriens. L’UE quant à elle acceptera d’accueillir directement à partir de la Turquie un réfugié syrien pour un Syrien réadmis par la Turquie.

Les contreparties acceptées par les Européens

L’UE va doubler – de 3 à 6 milliards d’euros – le montant de l’enveloppe qu’elle avait déjà consentie en novembre dernier pour venir en aide aux réfugiés présents en Turquie.« Ce n’est pas de l’argent pour la Turquie qui n’en a pas besoin et qui ne mendie rien, s’emportait M. Davutoglu en conférence de presse : c’est une répartition équitable de la charge. »

Par ailleurs, l’UE va accélérer la libéralisation des visas pour les ressortissants turcs. Cette mesure était prévue pour octobre dans le plan conjoint conclu avec la Turquie en novembre. Elle sera effective en juin, pour autant qu’Ankara adopte une série de lois liées à la sécurité de documents de voyage. « Mais cela va aussi de pair avec les réadmissions, ajoutait Charles Michel. De facto, il y aura d’abord les réadmissions par la Turquie, et ensuite seulement la libéralisation des visas. »

Enfin, l’UE laisse entrevoir l’ouverture de cinq nouveaux chapitres des négociations d’adhésion de la Turquie. L’ouverture d’un nouveau chapitre décidée dans le premier plan d’action EU-Turquie de novembre, avait déjà fait sensation, vu que ces négociations étaient gelées depuis des années, et que plus personne, de part et d’autre, ne croit sérieusement à une adhésion dans un avenir prévisible…

Tout cela ne reste encore à l’heure actuelle qu’un schéma d’accord. Les 28 ont chargé le président du Conseil européen Donald Tusk d’en « élaborer les détails avec la partie turque d’ici la prochaine réunion ordinaire du Conseil européen ». Celle-ci se tiendra dans dix jours, les 18 et 19 mars.

Par ailleurs, les 28 se sont entendus comme annoncé par Le Soir dimanche pour déclarer urbi et orbi « qu’il est mis fin au flux irrégulier de migrants sur la route des Balkans occidentaux » : la route qu’empruntaient les migrants pour remonter de Grèce vers l’Europe du Nord, et que l’Autriche et les pays de l’ex-Yougoslavie s’étaient entendus pour bloquer. Mais, comme l’avait souhaité la chancelière allemande, la phrase la plus dure (« cette route est maintenant fermée ») a été supprimée. Cela ne change rien à l’affaire : les 28 ont bel et bien décidé unanimement d’entériner les faits, et d’en faire un principe : les migrants et réfugiés ne pourront plus circuler sur cette route – et a priori sur d’autres non plus – conformément aux règles de Schengen et du règlement européen de Dublin sur l’asile qui avaient volé en éclat ces derniers mois.

Pléthore de doutes

Pour en revenir aux aspects neufs du « deal » avec la Turquie, il reste pléthore de doutes. À commencer par la base légale des renvois de réfugiés syriens vers la Turquie, pour les réadmettre ensuite en Europe. Selon Jean-Claude Juncker et ses services, la légalité est assurée, dans la mesure où la Turquie est considérée (en l’occurrence par la Grèce) comme un pays d’origine sûre. Mais nombre de diplomates ont des doutes, et Donald Tusk lui-même indiquait que « nous devons rester prudents à ce sujet ».

Mais tous les dirigeants et leurs collaborateurs assuraient que l’on a trouvé dans ce schéma de réadmission la meilleure façon de réduire le business modèle des passeurs et trafiquants. « Cela ne concernera probablement pas plus de 10.000 réfugiés syriens qui arriveront encore sur les îles grecques, expliquait une source européenne. Et ce n’est qu’un instrument temporaire pour ramener à zéro le flux de passages irréguliers. C’est cet accord qui permettra ensuite d’entamer le plan à grande échelle de réinstallation en Europe de réfugiés directement à partir de la Turquie, que nous avons planifié depuis longtemps. »

Un plan que le Premier ministre belge aurait voulu voir déjà « beaucoup plus opérationnel ». Notamment aussi sur le volet européen de partage de réfugiés, par relocalisations (à partir de la Grèce et l’Italie) ou par réinstallations (directement de Turquie). Mais les pays d’Europe centrale expriment toujours leurs réticences ou, dans le cas de la Hongrie, leur refus catégorique d’y participer. « J’ai rappelé que les fonds de cohésion (qui bénéficient aux pays ou régions les plus retardés, NDLR) représentent quelque 280 milliards d’euros. Alors qu’on parle par exemple de 3 ou 6 milliards d’aide aux réfugiés de Turquie », a insisté Charles Michel ; Lequel reproche aux pays d’Europe centrale d’avoir une conception d’Europe-Bancontact, mais de refuser de faire montre de solidarité envers les autres.

L’offre de la Turquie de mettre en œuvre à brève échéance la réadmission de tous les migrants qui arriveront désormais en Grèce est un véritable « game changer », soutenait encore notre source européenne. Qu’est-ce qui explique ce déblocage turc, auquel personne ne s’attendait ? « C’est l’aveu de leur impuissance à juguler les trafics des passeurs chez eux, confiait au Soir une source haut placée, et c’est notamment dû à l’extraordinaire corruption. » Et ce serait la longue négociation nocturne d’Ahmet Davutoglu avec Merkel et Rutte qui aurait produit la rédaction de l’offre turque, que beaucoup de diplomates pensent avoir été directement rédigée par les Allemands et les Néerlandais.

Au passage, nombre de délégations ne se sont pas privées pour critiquer en « off » la façon dont Donald Tusk a été débordé par le duo Merkel-Rutte, qui a négocié séparément avec Davutoglu pour débarquer au sommet avec un projet qu’ils pensaient faire accepter séance tenante par les autres. « C’est scandaleux », confiait un diplomate de haut rang, tandis qu’un collègue tout aussi haut placé qualifiait de « très rock’n’roll » le déroulement du sommet.

La Turquie et son adhésion à l’UE

Les 28 ont encore, selon la déclaration finale, « discuté de la situation de la presse en Turquie avec le Premier ministre turc ». Allusion à la descente et la prise de contrôle du quotidien d’opposition Zaman. Charles Michel s’est voulu plus offensif sur ce sujet : « Je ne change pas d’opinion. Je continue de penser que la Turquie est très très loin de rencontrer les conditions d’un processus comme celui de l’adhésion. La liberté de la presse est un droit intangible non négociable. Nous avons plaidé pour l’insertion d’une phrase à ce sujet [dans la déclaration finale]. Cette phrase est un pas dans la bonne direction, mais elle est à mon sens insuffisante. » En conférence de presse, après Ahmet Davutoglu qui assurait que « la liberté d’expression est une valeur de base pour nous » et que « personne ne peut accuser la Turquie d’en être privée », Donald Tusk a repris la parole brièvement pour clore à sa façon le sujet : « La liberté de la presse reste l’une des principales conditions à l’adhésion à l’UE ».

Façon de dire qu’on en est loin. Mais ce n’est clairement pas cela qui empêchera la coopération avec la Turquie pour endiguer le flux migratoire vers l’Europe, y compris des renvois massifs de migrants. Un haut dirigeant portait ce jugement lapidaire, après les douze heures de sommet avec ou autour de la Turquie : « Nous avons affaire à des maîtres chanteurs. Et ils savent très bien jouer de nos divisions et de nos faiblesses européennes. »

Source : Le Soir, Jurek Kuczkiewicz, 08-03-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

35 réponses à Accord turco-européen sur les migrants : “Nous avons affaire à des maîtres chanteurs”

Commentaires recommandés

Red'@rt Le 11 mars 2016 à 01h38

Objet: TTU (trés trés urgent) => La véritable histoire de la légion d’honneur du prince saoudien

https://www.causette.fr/le-mag/lire-article/article-1442/la-va-ritable-histoire-de-la-la-gion-da-honneur-du-prince-ha-ritier-saoudien.html

Prochaine étampé, le prix Nobel de la paix à Erdogan pour son action de lutte contre le terrorisme. Chiche! Mais en toute discrétion…

  1. Spectre Le 11 mars 2016 à 01h36
    Afficher/Masquer

    Et qu’est-ce qui empêchera le gouvernement turc, après ce 532è « sommet de la dernière chance » (note pour les médias perroquets : trouver d’urgence un nouvel élément de langage pour qualifier les péripéties grotesques du dernier acte de la tragédie européiste), de revenir toquer à la porte dans quelques semaines pour obtenir une autre rallonge ?

    Les dirigeants européens décadents réalisent-ils que ce qu’ils prétendent vaguement gagner d’une main, ils le perdent au carré de l’autre puisque personne ne veut d’une adhésion de la Turquie à l’Union européenne ? Sans compter l’histoire des visas — quelle riche idée par les temps qui courent…


  2. Red'@rt Le 11 mars 2016 à 01h38
    Afficher/Masquer

    Objet: TTU (trés trés urgent) => La véritable histoire de la légion d’honneur du prince saoudien

    https://www.causette.fr/le-mag/lire-article/article-1442/la-va-ritable-histoire-de-la-la-gion-da-honneur-du-prince-ha-ritier-saoudien.html

    Prochaine étampé, le prix Nobel de la paix à Erdogan pour son action de lutte contre le terrorisme. Chiche! Mais en toute discrétion…


  3. Kiwixar Le 11 mars 2016 à 02h04
    Afficher/Masquer

    Pas compris. L’UE s’engage à prendre 1 migrant depuis la Turquie pour chaque migrant que la Turquie accepte depuis l’UE (Grèce) + paye 6 milliards d’euros annuels à la Turquie (frais de transit?)?? Ce serait pas plus simple (je n’ai pas dit souhaitable) de les accueillir directement depuis la Grèce en exigeant que la Grèce paie ces 6 milliards en prenant sur leur budget santé et retraites, histoire de renvoyer le berceau de la démocratie aux conditions sanitaires de l’époque de Périclès ou de la 2eGM?

    6 milliards annuels, vraiment, il faut que les habitants des pays contributeurs nets au budget de l’UE (dont les Français) se révoltent, c’est pas possible d’être aussi cocus et couillons en même temps.


    • Eric83 Le 11 mars 2016 à 10h03
      Afficher/Masquer

      Notre erreur de commentateurs lucides est d’appréhender les décisions de nos gouvernants et/ou de leurs maîtres avec le prisme du bon sens, de la logique et du discernement.
      Pour tenter de comprendre leurs décisions qui nous sont invraisemblables, il nous faut trouver ce qu’elles cachent en réalité et le “à qui profite le crime ?”.

      Concernant les 6 milliards d’€ pour la Turuqie, une piste est avancée sur le site “chroniques du grand jeu”, l’Europe ivre.
      La Turquie investirait ces milliards donnés par l’UE… dans de l’armement.

      http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/03/l-europe-ivre.html


      • Renaud 2 Le 11 mars 2016 à 12h06
        Afficher/Masquer

        Merci pour le lien. Les dessins, contrairement à la plupart des miscellanées, sont toujours de bon goût, si j’ose dire, sur ce site. Il n’est pas étonnant qu’Erdogan réinvestisse tout cela en armement, il s’est tellement mis tout le monde à dos qu’il n’a plus qu’à compter sur lui-même pour “se défendre”, “se défendre” revenant pour Erdogan à éjecter Bachar El-Assad (qui contrarie ses projets énergétiques) et à exterminer les Kurdes.


    • LS Le 11 mars 2016 à 13h38
      Afficher/Masquer

      @ Kiwixar : Pourquoi ?
      6 milliards vous paraissent beaucoup ?
      J’ai lu plusieurs rapport d”évaluation du coût migratoire à (en très gros) 10 mds par tranche de 100000 migrants. Il s’agit du coût “d’investissement” avant que la hausse induite de PIB “finance” (dans les cas favorables) cet investissement.
      Dans le contexte actuel et par contexte j’inclue l’absence de volonté de nos politiques , il est bien possible que 6 mds soit rentable.
      Bref ici, comme sur beaucoup d’autres points, “l’industrie” européenne a un problème de compétitivité.

      SVP, prendre ceci au second degré ! La lâcheté n’a jamais rien acheté, ce sera le cas ici aussi.


  4. Pierre Le 11 mars 2016 à 02h35
    Afficher/Masquer

    Cette analyse sur RT m’a paru intéressante : https://francais.rt.com/opinions/16965-turcs-europeens-promesses-vides
    Le jugement de l’histoire sur la fin de règne de Mme Merkel (et encore plus sur messieurs Sarkozy & Hollande) sera lapidaire…


    • Macarel Le 11 mars 2016 à 08h29
      Afficher/Masquer

      Sarkozy et Hollande auront déshonoré la France, comme peu l’ont fait auparavant.

      Cela n’empêche pas le premier de vouloir revenir dans la course présidentielle en 2017, quant au second, l’on ne sait plus vraiment quel objectif il poursuit. Tant il aura trahi la parole donnée à ceux qui l’on porté au pouvoir.


      • Macarel Le 11 mars 2016 à 08h56
        Afficher/Masquer

        Ils auront déshonoré la France sur la scène internationale, mais aussi sur la scène intérieure.

        Déshonoré la France au sens propre du terme, en violant, tant l’un que l’autre, la volonté populaire exprimée lors du référendum du 29 mai 2005.

        Avec les conséquences délétères pour notre démocratie que l’on sait : montée du FN. Montée aggravée par le fait qu’en plus ces politiciens torves et retors, instrumentent ce parti d’extrême-droite, dans le but d’être, l’un ou l’autre, élu dans un fauteuil au second tour de la présidentielle.

        La honte et le déshonneur, en tout cas, ne les étouffe pas, eux !


        • Eric83 Le 11 mars 2016 à 13h26
          Afficher/Masquer

          Pour ce qui concerne le “devenir présidentiel” de Sarkozy, c’est plié. Il est d’une part rattrapé par ses affaires judiciaires et d’autre part, les “maîtres” ont fait leur choix depuis longtemps, c’est Juppé.

          Cerise sur le gâteau pour torpiller un peu plus la candidature NS, les attaques d’Obama contre NS et Cameron sur le fiasco libyen.

          http://www.romandie.com/news/Libye-les-critiques-dObama-contre-Cameron-et-Sarkozy/684521.rom


    • anne jordan Le 12 mars 2016 à 19h38
      Afficher/Masquer

      Ho , @pierre !
      merci pour cet article de R.T !
      mais voyez aussi celui ci : https://francais.rt.com/international/16979-obama–poutine-nest-pas-completement-idiot
      qui vous permettra de rire un bon coup , avant le ouiquende !
      ( surtout Sarko en lévitation … )


  5. Chevrier Michèle Le 11 mars 2016 à 06h08
    Afficher/Masquer

    Les Turcs ont presque gagné !!!
    3 Milliards puis 6 Milliards d’Euros, ils ne vont pas s’arrêter là, tant qu’il y a des cons qui paie.
    Leur principal objectif est de gagner des points pour entrer enfin dans l’Union Européenne, Angela Merkel qui les aime tant va les aider.
    le Sultan Erdogan se retrouverait ainsi à la tête de l’UE.


  6. Charles Michael Le 11 mars 2016 à 06h19
    Afficher/Masquer

    Devant la lâcheté et la stupidité de ces 28 “dirigeants” la rage m’étouffe.

    Maîtres chanteurs les Turcs ? bien sur et ils auraient tord de se géner ! mais le chantage de l’UE et en particulier de Merkel n’est-il pas à la base de ces fameux consensus ?

    Partenaires dans les crimes de Daesh, ces gens ont les mains sales et l’échine souple.
    Beurk.


    • Renaud 2 Le 11 mars 2016 à 09h55
      Afficher/Masquer

      Oui. En même temps, il y a une certaine cohérence, on décore un prince saoudien, on collabore avec Erdogan et Davotuglu. On entretient de bonnes relations avec ceux qui financent le terrorisme international. Et sinon, vous croyez que ça va finir par se voir que la lutte contre le terrorisme affichée est complètement contredite par les faits ? Je mise sur une nouvelle hausse de budget de la “communication”, euphémisme s’il en est pour désigner de la pure propagande.


      • chb Le 12 mars 2016 à 16h54
        Afficher/Masquer

        “de bonnes relations avec ceux qui financent le terrorisme international”
        Oui, bien sûr ! Mais n’oublions pas la part directe prise par le Quai d’Orsay, sous Juppé puis Fabius, dans le soutien octroyé aux “rebelles démocrates”, en Libye, en Syrie, et ailleurs.
        La Turquie est mauvaise (enfin, ses dirigeants le sont) mais, comme les affreuses dictatures wahhabites, elle agit sinon sur ordre du moins avec l’assentiment de l’empire. Ainsi lorsqu’elle a provoqué Poutine en abattant un Su-24, ou quand elle achetait les machines-outils volées à Alep et le pétrole de contrebande aux terroristes, et quand leur vendait des armes.
        Ce bakchich de 3, 6, … milliards pourrait d’ailleurs être une compensation au vu de “bons et loyaux” services.


  7. Quéniart Le 11 mars 2016 à 07h07
    Afficher/Masquer

    6 milliards pour engraisser la famille erdogan dont les turcs ne verront jamais la couleur


  8. Gilbert Le 11 mars 2016 à 07h52
    Afficher/Masquer

    Je m’attendais à ce que les Européens débattent du fait qu’Erdogan soutien le terrorisme contre les Syriens, débattent aussi de l’extermination des Kurdes, mais silence total, même pas un mot ! De par son soutien aux terroristes qui eux continuent leurs exactions contre le peuple syrien, Erdogan ne crée-t-il pas lui-même cet afflux de réfugiés ? Son comportement est totalement criminel et nous le soutenons en acceptant de nous faire extorquer des fonds de l’Europe. Les dirigeants, parlementaires etc de U.E. sont autant des criminels que ce Erdogan. Cette union européenne est une mafia et doit être autant exterminée que le terrorisme.


    • chb Le 12 mars 2016 à 17h07
      Afficher/Masquer

      Le “flot de réfugiés” initial avait été largement incité à franchir les frontières, au grand dam des populations miséreuses locales. Cela a apparemment permis de recruter des troupes de “rebelles”, qui ont ensuite pu passer de Turquie en Syrie pour faire le coup de feu, puis revenir se reposer, se soigner, s’équiper et se former (avec les américains, voire les français ?) et préparer les attaques suivantes.
      Il aurait été très étonnant que le débat porte sur
      le “fait qu’Erdogan soutient le terrorisme “.
      Le silence sur ce point (et sur le massacre de kurdes) confirme simplement que l’UE a fait de même. La menace de la part d’Erdogan de tout dévoiler a dû être un élément de pression pour doubler le montant du petit cadeau.


    • JOURDON Conseil Le 21 mars 2016 à 19h58
      Afficher/Masquer

      @Gilbert , non l’union européenne ne doit pas être exterminée , en effet elle porte une espérance que par ailleurs elle défend bien mal à cause des querelles de personne$ . Mais qu’elle soit une mafia ça mille fois oui!!!!!!!


  9. Phil Le 11 mars 2016 à 08h03
    Afficher/Masquer

    6 milliards pour la Turquie (qui ne contrôle pas ses frontières avec la Grèce) et combien pour le Liban qui accueille beaucoup plus de réfugié par rapport à la taille de sa population?


  10. Philippe30 Le 11 mars 2016 à 08h18
    Afficher/Masquer

    Question naïve
    Pourquoi on n’a pas donner cet argent à la Grèce ?

    Non on ne donne rien à la Grèce , elle doit de l’argent , il faut qu’elle paye ….

    Pas grave si en plus d’être étrangler par le FMI , elle va devoir surement donner une quote part à la Turquie au sujet des migrants , en plus elle doit gérer les afflux de migrants.

    Bientôt les frontières seront fermées entre l’Europe et la Grèce en comble du cynisme il faudrait imputer l’ensemble des 6 milliards pour la Turquie à la Grèce car elle n’a pas sur protéger ses frontières face aux migrants.

    Je croyais que les migrants étaient une bonne chose pour l’Europe d’après les dires de la présidente de l’Europe Mme Merkel …

    Philippe


  11. Macarel Le 11 mars 2016 à 08h19
    Afficher/Masquer

    Cizre sud-est de la Turquie, une ville détruite par la soldatesque d’Erdogan.

    http://www.wsj.com/video/residents-of-cizre-turkey-return-to-a-city-in-ruins/2EE719C7-AA6C-4501-B4FE-E6A6224FA1AE.html

    Mais, nous négocions avec le gouvernement d’Erdogan, pour être plus exact, nous cédons à son chantage. Les massacres et destructions perpétrés par les troupes d’Erdogan seraient plus acceptables que ceux perpétrés par celles d’Assad ?

    L’UE se déshonore chaque jour un peu plus, et le gouvernement français aussi qui décore des princes d’Arabie dont le régime est encore moins fréquentable que celui d’Erdogan. Voir aussi les exactions de ce régime, coupeur de têtes, au Yémen.

    Triste époque, qui rappelle l’esprit de Munich, et le temps du régime de Vichy. Renoncements, reniements, lâchetés qui nous déshonorèrent, et qui ne nous évitèrent pas la guerre avec Hitler. Pour paraphraser Churchill.


  12. BA Le 11 mars 2016 à 08h38
    Afficher/Masquer

    L’Union Européenne …

    La … quoi ?

    L’Union ?

    Quelle Union ?

    Où ça, l’Union ?

    Face à l’arrivée des migrants, tous les pays d’Europe centrale ont décidé de reprendre le contrôle de leurs frontières nationales. Même les pays scandinaves renforcent leurs frontières pour bloquer l’arrivée des migrants.

    http://www.lesechos.fr/medias/2016/03/06/1204963_refugies-les-europeens-essaient-de-barricader-leurs-frontieres-web-tete-021745104490.jpg

    Cette carte ci-dessus, c’est la carte de la mort de l’espace Schengen.

    Il n’y a pas d’espace Schengen.

    Il n’y a pas d’Union Européenne.

    L’Union Européenne, c’est un rêve rêvé par les doux rêveurs.

    Ce n’est pas une réalité.


  13. philbrasov Le 11 mars 2016 à 08h45
    Afficher/Masquer

    un info diffusée avant hier sur europe1 dans sa matinale, et qui n’a jamais ete reprise par les autres médias main stream.
    merkel et son équipe auraient rédigé cet accord SEULE sans que même la France en ait été informe.
    apparemment les sources de ce journaliste sur E1 semblent en beton…

    Si cela était vrai..la France est désormais vendue pieds et points lies a l’Allemagne
    mais ça on commence a le savoir…
    http://www.dailymotion.com/video/x3wpa87_le-couple-franco-allemand-a-explose-lors-du-sommet-de-bruxelles-les-experts-d-europe-1-vous-informen_news

    a partir de 2mn 20.


  14. Louis Robert Le 11 mars 2016 à 08h48
    Afficher/Masquer

    L’UE est complaisamment aux mains de maîtres chanteurs parce qu’elle n’a pas l’ombre de l’honnêteté d’un Chomsky et trahit ses “valeurs” en matière de droits humains, dixit le Commissaire responsable. Il en serait tout autrement si l’UE: 1. cessait enfin d’appeler faussement les millions de réfugiés des “migrants”, 2. reconnaissait enfin qu’ils “fuient les résultats de nos politiques” (Chomsky), 3. et enjoignait ses états membres à respecter leurs obligations internationales, à commencer par celle de leur accorder pleine et entière protection. — Bref, le problème de fond est cette démission européenne, spectacle international indigne et déshonorant. La génération de ces enfants réfugiés n’oubliera jamais l’accueil qu’elle reçoit aujourd’hui, dans des tentes inondées, dans la boue, et grelottant devant ces clôtures barbelées défendues par des forces armées… oui, cette leçon sur ce que sont véritablement cette Europe et ses soi-disant “valeurs”. Le temps venu, il ne faudra pas s’en surprendre.


  15. Chrls Le 11 mars 2016 à 09h29
    Afficher/Masquer

    Personnellement ,je reste convaincu que la vague de migrants qui a débute en 2015 a été facilitée pour noyer le mouvement grec qui a voté pour le non a l’austerité du FMI.
    Vu que le non prenait de l’ampleur en Europe ,cette vague a permis de faire oublier le reste.
    Je ne sais pas comment ca été possible ,je n’ai pas de preuves mais j’en ai la certitude.
    Refuser 3 milliards a la Grece pour ensuite en donner le double à la Turquie …..

    Quant aux Anglais qu’ils prennent leur part de migrants ;qu’on dénonce les accords du Touquet sous Sarkosy .Pendant la guerre d’Irak les morts civiles Irakiennes n’étaient que des dégats colateraux pour Blair .Et bien moi je suis pour construire un pont pieton au dessus de la Manche.L’angleterre est un cheval de Troie pour les autres pays.


  16. Reality Le 11 mars 2016 à 10h12
    Afficher/Masquer

    Vous savez, quand on sent que l’on se noie, plutôt que de calmer ses gestes et de faire la planche, on cède à la panique. La panique n’est jamais bonne conseillère.
    Gageons qu’il s’agit là, d’un mouvement de panique idéologique ! Peut être les derniers soubresauts d’une Union que l’Histoire ne retiendra que comme mauvais exemple à suivre (20 ans à l’échelle de l’humanité, qu’est-ce ?)
    Tout le débat reste dans la comptabilité des responsabilités et des pots cassés à payer, qui, comme souvent, seront facturés au peuple.
    L’Histoire, en fait, ne fait que commencer !


    • anne jordan Le 12 mars 2016 à 19h44
      Afficher/Masquer

      OUI , “panique ” est le mot qui convient !
      Personne ( sur ce blog ! ) ne sera étonné de la ” faillite morale de l’U.E ” , mais la date est à retenir : LE 7 MARS L UE EST MORTE ,
      la chose est à présent visible , même pour les européistes les plus bêtas
      Tout comme :
      LE 16 NOVEMBRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE EST MORTE .


  17. Cateminou29 Le 11 mars 2016 à 12h19
    Afficher/Masquer

    Tous ces flux migratoires, sous couvert d aide humanitaire, ne sont qu’une invasion pilotée du continent Européen.
    Tous les états achètent des armes, y compris la Chine, surement pas pour faire du stock.
    7 milliards d’habitants revendiquent leurs droits à “exister” : beaucoup trop pour les 1800 ultra riches qui contrôlent tout ce petit monde…
    Profitons, Carpe Diem du temps qu’il nous reste avant l’Armaguedon.


  18. LEFEVRE Le 11 mars 2016 à 13h12
    Afficher/Masquer

    Cet accord n’est pas finalisé et gagné par merkel. Certains états ruent dans les brancards, notamment la Hongrie :
    “Sommet UE-Turquie : La Hongrie met son véto au plan d’immigration totale de Merkel (Censure des médias français)”
    [Modération : la source citée n’est pas à l’origine de l’article mentionné]


    • Furax Le 11 mars 2016 à 13h42
      Afficher/Masquer

      En effet, Merkel peut toujours rédiger et signer tous les papiers qu’elle veut au bénéfice de la Turquie, il suffit du refus d’un pays sur 28 pour qu’elle n’ait plus qu’à aller se torcher avec. On l’a déjà vu avec l’affaire des quotas de migrants.

      Ce qui est donc vraiment étonnant, c’est cette incohérence absolue de personnes qui négocient des trucs qu’ils n’ont pas les moyens de faire approuver. Des 2 côtés. Car Erdogan, pas plus que Merkel, ne peut pas ignorer que ces accords n’ont aucune chance d’être approuvés ni même appliqués.

      C’est une crise du fonctionnement des institutions politiques de l’UE et de certains pays membres poussée au dernier degré avant le collapsus. Quand une machine se met à déconner de manière aussi grave et répétée, on finit par la débrancher et par la remiser au placard.


  19. triari Le 11 mars 2016 à 14h37
    Afficher/Masquer

    Excellentes nouvelles : si la Turquie rentrer dans l’UE, jamais celle-ci n’apparaîtra comme aussi impopulaire auprès des français (qu’on se souvienne de l’Arménie).


  20. Christian Gedeon Le 11 mars 2016 à 17h34
    Afficher/Masquer

    Oups ,encore modéré! OK,je résume. La diplomatie turque depuis les ottomans a toujours été très habile. Elle a même réussi à faire alliance avec un roi de France,le François UN,pour combattre les impériaux…Toulon a été livrée aux Ottomans. Et la flotte française a participé à d’épouvantables massacres,avec les turcs,sur toute la côte ouest de l’Italie. L’or turc a souvent été un élément fondamental de sa diplomatie et des ses succès. Je dis çà,je ne dis rien,comme on dit aujourd’hui.


  21. Pampita Le 11 mars 2016 à 20h06
    Afficher/Masquer

    L’Europe est bourré : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/03/l-europe-ivre.html
    Sa cuite dure depuis un certain temps déjà (putsch néo-nazi en Ukraine, soutien à AL Qaeda…)


  22. JOURDON Conseil Le 21 mars 2016 à 19h02
    Afficher/Masquer

    abject de poser une règle un syrien contre … ne serait-ce pas l’UE qui ferait du chantage ?


Charte de modérations des commentaires