Les Crises Les Crises
2.septembre.20212.9.2021 // Les Crises

Afghanistan : Les Talibans au pouvoir – par Chris Hedges

Merci 34
J'envoie

Le retour des Talibans au pouvoir sera un indicateur de plus de la fin de l’Empire américain – et personne n’en sera tenu pour responsable.

Source : ScheerPost, Chris Hedges
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Illustration originale par Fish

La débâcle en Afghanistan, qui va dégénérer en chaos à la vitesse de l’éclair au cours des prochaines semaines et garantir le retour des Talibans au pouvoir, est un indicateur de plus de la fin de l’Empire américain. Les deux décennies de combat, les mille milliards de dollars dépensés, les 100 000 soldats déployés pour soumettre l’Afghanistan, les gadgets high-tech, l’intelligence artificielle, la cyberguerre, les drones Reaper armés de missiles Hellfire et de bombes GBU-30 et les drones Global Hawk équipés de caméras haute résolution, le Commandement des opérations spéciales composé d’unités d’élite, de SEALs [Forces spéciales de la Navy, NdT] et de commandos aéroportés, les sites noirs, la torture, la surveillance électronique, les satellites, les avions d’attaque, les armées mercenaires, les perfusions de millions de dollars pour acheter et corrompre les élites locales et former une armée afghane de 350 000 hommes qui n’a jamais manifesté la volonté de se battre, n’a pas réussi à vaincre une guérilla de 60 000 hommes qui s’est auto-financée par la production d’opium et l’extorsion dans l’un des pays les plus pauvres de la planète.

Comme tout empire en phase terminale de décomposition, personne n’aura à rendre de compte pour cette débâcle ou d’ailleurs pour les autres débâcles en Irak, en Syrie, en Libye, en Somalie, au Yémen ou ailleurs. Pas les généraux. Pas plus les politiciens. Ni d’ailleurs la CIA et les agences de renseignement. Mais pas non plus les diplomates. Même pas les courtisans obséquieux de la presse qui servent de pom pom girls pour la guerre. Ni les universitaires dociles et les spécialistes de la région. Mais pas non plus l’industrie de la défense.

Les empires quand ils arrivent à leur terme sont des mécaniques suicidaires de masse. Dans un empire en fin de vie, l’armée devient ingérable, n’a aucun compte à rendre et se perpétue indéfiniment, peu importe le nombre de fiascos, de bavures et de défaites qu’elle impose à la carcasse de la nation, ou la quantité d’argent qu’elle pille, appauvrissant la population et laissant les institutions gouvernementales et les infrastructures publiques en ruines.

La tragédie humaine – au moins 801 000 personnes ont été tuées au cours des violences directes de la guerre en Irak, Afghanistan, Syrie, Yémen et Pakistan, et 37 millions de personnes ont été déplacées tant au sein que depuis l’Afghanistan, l’Irak, le Pakistan, le Yémen, la Somalie, les Philippines, la Libye et la Syrie, selon l’Institut Watson de l’Université Brown – est ramenée à une note de bas de page que personne ne lit.

La quasi-totalité des quelques 70 empires des quatre derniers millénaires, y compris les empires grec, romain, chinois, ottoman, des Habsbourg, impérial allemand, impérial japonais, britannique, français, néerlandais, portugais et soviétique, se sont effondrés dans la même orgie de folie militaire. La République romaine, à son apogée, n’a duré que deux siècles. Nous sommes voués à nous désintégrer dans à peu près le même laps de temps. C’est pourquoi, au début de la Première Guerre mondiale en Allemagne, Karl Liebknecht a appelé les militaires allemands, qui l’ont emprisonné puis plus tard assassiné, « l’ennemi de l’intérieur ».

Mark Twain, qui s’opposait farouchement aux efforts visant à planter les graines de l’empire à Cuba, aux Philippines, à Guam, à Hawaï et à Porto Rico, a imaginé une histoire de l’Amérique au XXe siècle, dans laquelle il écrit que sa « soif de conquête » avait détruit « la Grande République […] [parce que] le fait de piétiner de pauvres gens sans défense à l’étranger lui avait appris, par un processus naturel, à supporter avec apathie ce qui se passait d’identique chez elle ; les foules qui avaient applaudi quand on écrasait les libertés des autres ont été condamnées à souffrir de leur erreur. »

Twain savait que les occupations par des pays étrangers, destinées à enrichir les élites dirigeantes, se servent des populations occupées comme de rats de laboratoire pour perfectionner les techniques de contrôle qui ne tardent pas à migrer vers la mère-patrie. Ce sont les pratiques policières coloniales brutales aux Philippines, qui comptaient un vaste réseau d’espionnage ainsi que la pratique courante de passages à tabac, de tortures et d’exécutions, qui ont servi de modèle à la centralisation de la police et de la collecte de renseignements aux États-Unis. Les industries israéliennes de l’armement, de la surveillance et des drones testent leurs produits sur les Palestiniens.

La sombre ironie de l’histoire est que c’est l’Empire américain, dirigé par le conseiller à la sécurité nationale de Jimmy Carter, Zbigniew Brzezinski, qui a engendré le désordre en Afghanistan. Brzezinski a supervisé une opération secrète de la CIA d’un coût de plusieurs milliards de dollars visant à armer, former et équiper les Talibans pour combattre les Soviétiques. Cette action clandestine a mis sur la touche l’opposition laïque démocratique et a permis la domination des Talibans en Afghanistan, tout comme la propagation de leur islam radical en Asie centrale soviétique, une fois les forces soviétiques repliées.

L’Empire américain allait, des années plus tard, se retrouver dans une situation où il essayait désespérément de détruire sa propre création. En avril 2017, dans un exemple classique de ce type de retour de boomerang absurde, les États-Unis ont largué la « mère de toutes les bombes » – la bombe conventionnelle la plus puissante de l’arsenal américain – sur un complexe de grottes de l’État islamique en Afghanistan que la CIA avait construit et fortifié à coups de millions de dollars.

Les attentats du 11 Septembre 2001 ne constituaient pas une menace existentielle pour les États-Unis. Ils n’étaient pas politiquement significatifs. Ils ne perturbaient pas l’équilibre du pouvoir mondial. Ils ne constituaient pas un acte de guerre. Ils s’agissait d’actes de terreur nihiliste.

La seule façon de combattre les terroristes est de les isoler au sein de leur propre société. J’étais au Moyen-Orient pour le New York Times après les attentats. La majeure partie du monde musulman était consternée et révoltée par les crimes contre l’humanité qui avaient été perpétrés au nom de l’islam. Si nous avions eu le courage de nous montrer vulnérables, de comprendre qu’il s’agissait d’une guerre du renseignement et non d’une guerre conventionnelle, nous serions aujourd’hui bien plus tranquilles et en sécurité. Ces guerres de l’ombre, comme ont pu le montrer les Israéliens lorsqu’ils ont traqué les responsables de l’assassinat de leurs athlètes lors des Jeux olympiques de Munich en 1972, demandent des mois, voire des années de travail.

Mais les attentats ont donné aux élites dirigeantes, avides de contrôler le Moyen-Orient, en particulier l’Irak, qui n’avait rien à voir avec les attentats, l’excuse pour commettre la plus grande bourde stratégique de l’histoire américaine – l’invasion de l’Afghanistan et de l’Irak. Les responsables de cette guerre, dont le sénateur Joe Biden, ne connaissaient pas grand chose concernant les pays qui étaient envahis, ne saisissaient pas les limites de la guerre industrielle et technocratique ni l’inévitable retour de bâton qui verrait les États-Unis honnis dans le monde musulman.

Ils pensaient pouvoir implanter par la force des gouvernements clientélistes dans toute la région, utiliser les revenus pétroliers de l’Irak, et puisque la guerre en Afghanistan serait terminée en quelques semaines, pouvoir financer la reconstruction et restaurer comme par magie l’hégémonie mondiale américaine. C’est le contraire qui s’est produit.

L’invasion de l’Irak et de l’Afghanistan, le largage de bombes à fragmentation métallique sur des villages et des villes, l’enlèvement, la torture et l’emprisonnement de dizaines de milliers de personnes, l’utilisation de drones pour semer la terreur depuis le ciel, ont ressuscité les djihadistes radicaux discrédités et se sont révélés être un puissant outil de recrutement dans la lutte contre les forces des États-Unis et de l’OTAN. Nous avons été pour les Talibans et à Al-Qaïda ce qui pouvait leur arriver de mieux.

Au sein des structures de pouvoir, il y a eu peu d’objections quant à ces invasions. Par 518 voix Pour et une seule Contre, le vote du Congrès a été en faveur de la décision de donner au président George W. Bush le pouvoir de déclencher une guerre, la représentante Barbara Lee étant la seule dissidente. Ceux d’entre nous qui avons protesté contre l’idiotie de la soif de sang imminente avons été vilipendés, privés de plateformes médiatiques et rejetés dans le désert, où la plupart d’entre nous sont restés. Ceux qui nous ont vendu la guerre ont gardé leurs mégaphones, une récompense pour avoir servi l’empire et le complexe militaro-industriel. Peu importe qu’ils aient été cyniques ou stupides.

Les historiens nomment « micro-militarisme » l’aventurisme militaire autodestructeur des empires défunts. Pendant la guerre du Péloponnèse (431-404 avant J.-C.), les Athéniens ont envahi la Sicile, subissant la perte de 200 navires et de milliers de soldats, et déclenchant des révoltes dans tout l’empire. La Grande-Bretagne a attaqué l’Égypte en 1956 dans le cadre d’un différend concernant la nationalisation du canal de Suez et a été humiliée lorsqu’elle a dû retirer ses forces, renforçant ainsi le statut des nationalistes arabes tels que Gamal Abdel Nasser en Égypte.

« Alors que les empires naissants sont souvent avisés, voire rationnels, dans l’application de la force armée pour la conquête et le contrôle de colonies d’outre-mer, les empires déclinants ont tendance à se lancer dans des démonstrations de puissance irréfléchies, rêvant de coups de maître militaires audacieux qui permettraient de récupérer d’une manière ou d’une autre le prestige et la puissance perdus », écrit l’historien Alfred McCoy dans In the Shadows of the American Century : The Rise and Decline of US Global Power (Les coulisses du siècle américain : la croissance et le déclin de l’hyper puissance américaine, Ndt). « Souvent irrationnelles, même d’un point de vue impérial, ces opérations micro-militaires peuvent entraîner des dépenses hémorragiques ou des défaites humiliantes qui ne font qu’accélérer le processus déjà en cours. »

Le coup de grâce à l’Empire américain sera, comme l’écrit McCoy, la perte du dollar comme monnaie de réserve mondiale. Cette perte plongera les États-Unis dans une dépression paralysante et prolongée. Elle obligera à une contraction massive de l’empreinte militaire mondiale.

Le visage hideux et sordide de l’empire, avec la perte du dollar comme monnaie de réserve, deviendra familier chez nous. Le sinistre paysage économique, accompagné de son déclin et de désespoir, accélérera un éventail de pathologies violentes et autodestructrices, notamment les fusillades de masse, les crimes motivés par la haine, les overdoses d’opioïdes et d’héroïne, l’obésité morbide, les suicides, l’addiction au jeu et l’alcoolisme. L’État se débarrassera de plus en plus de la fable de l’État de droit pour s’appuyer exclusivement sur une police militarisée, devenant en fait des armées d’occupation internes, ainsi que sur les prisons et les établissements pénitentiaires, qui comptent déjà 25 % des prisonniers du monde alors que les États-Unis représentent moins de 5 % de la population mondiale.

Notre disparition sera probablement plus rapide que nous ne l’imaginons. Lorsque les revenus diminuent ou s’effondrent, souligne McCoy, les empires deviennent « friables ». Une économie fortement dépendante des subventions massives de l’État pour produire principalement des armes et des munitions, ainsi que pour financer l’aventurisme militaire, tombera en chute libre et son dollar sera fortement déprécié, chutant à peut-être un tiers de sa valeur précédente. Les prix augmenteront de façon vertigineuse en raison de la forte hausse du coût des importations.

Les salaires en termes réels diminueront. La dévaluation des obligations du Trésor rendra le paiement de nos gigantesques déficits très compliqué, voire impossible. Le taux de chômage atteindra les niveaux qu’il avait connus de l’époque de la grande dépression. Les programmes d’aide sociale, en raison de la contraction du budget, seront fortement réduits ou supprimés.

Ce monde en dystopie alimentera la rage et l’hyper nationalisme qui ont placé Donald Trump à la Maison Blanche. Il engendrera un État autoritaire qui aura pour rôle le maintien de l’ordre et, il faut s’y attendre, un fascisme Chrétien [Le fascisme chrétien dénote l’intersection entre le fascisme et le christianisme, et englobe également les aspects fasciste, totalitaire et impérialiste de l’Église chrétienne. On l’appelle parfois «christofascisme», un néologisme inventé par la théologienne de la libération Dorothee Sölle en 1970, NdT].

Les outils de contrôle aux frontières de l’empire, qui font déjà partie de notre existence, deviendront omniprésents. La surveillance à grande échelle, l’abolition des libertés civiles fondamentales, une police militarisée autorisée à utiliser une force létale aveugle, l’utilisation de drones et de satellites pour nous contrôler et nous faire peur, ainsi que la censure de la presse et des médias sociaux, familiers aux Irakiens ou aux Afghans, seront ce qui définit l’Amérique. Nous ne sommes pas le premier empire à subir ce sort. C’est une fin habituelle.

L’impérialisme et le militarisme sont des poisons qui ont pour conséquence de faire disparaître la séparation des pouvoirs, pourtant conçue pour empêcher la tyrannie, et de miner la démocratie. Si ceux qui ont orchestré ces crimes ne sont pas tenus pour responsables, et cela implique l’organisation d’une résistance collective permanente, nous paierons le prix de leur hubris et de leur avidité, et il se pourrait que nous ayons à payer ce prix très bientôt.

Chris Hedges est journaliste. Lauréat du prix Pulitzer, il a été correspondant à l’étranger pendant 15 ans pour le New York Times, où il a occupé les postes de chef du bureau du Moyen-Orient et du bureau des Balkans. Il a auparavant travaillé à l’étranger pour le Dallas Morning News, le Christian Science Monitor et National Public Radio. Il est l’hôte de l’émission On Contact de Russia Today America, nominée aux Emmy Awards.

Source : ScheerPost, Chris Hedges, 26-07-2021
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LibEgaFra // 02.09.2021 à 09h38

« La tragédie humaine – au moins 801 000 personnes ont été tuées au cours des violences directes de la guerre en Irak, Afghanistan, Syrie, Yémen et Pakistan, »

C’est l’un des seuls qui parle – en les sous-estimant gravement – des conséquences non de « la » guerre, mais DES guerres d’agression menée par l’impérialisme yankee et ses valets (dont la France depuis Sarkozy) et qui oublie dans la liste la Yougoslavie, la Libye et l’Ukraine. « On » massacre au nom des droits humains, bien entendu. Quelle hypocrisie!

A quand un tribunal style Nuremberg ou Russell?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tribunal_Russell

Son absence démontre que certains « intellectuels » sont du côté du crime.

18 réactions et commentaires

  • calal // 02.09.2021 à 08h35

    toujours la meme chose avec chris edge: vous etes d’accord avec les 4/5 eme de l’article et a la fin vient la dose de poison:
    « Ce monde en dystopie alimentera la rage et l’hyper nationalisme qui ont placé Donald Trump à la Maison Blanche. Il engendrera un État autoritaire qui aura pour rôle le maintien de l’ordre et, il faut s’y attendre, un fascisme Chrétien »

    c’est trump qui a initie le retrait d’afghanistan.Quand au « fascisme chretien », si vous croyez que les hommes blancs vont continuer a payer des impots et des taxes pour que BLM pille les centre villes, que toute la population du sud vienne au nord et que les femmes blanches ne fassent plus d’enfants,oui,attendez vous a ce que les hommes blancs disent de plus en plus « non ». Et si vous voulez appelez ca du « facisme »,libre a vous…

      +20

    Alerter
    • Sandrine // 02.09.2021 à 09h14

      C’est peut-être pas du fascisme… Mais c’est quand même du racisme…
      Après, libre à vous bien entendu de penser le monde en termes de ségrégation raciale. Les anti-racialistes se comportent aussi de manière violente, inhumaine et totalitaire parfois. On le voit en ce moment.
      Pour autant, je pense que le monde de la ségrégation raciale appartient au passé et qu’il ne sera pas possible de revenir en arrière.
      Curieuse de voir si ce site, thuriféraire de Chomski accepte mon commentaire

        +10

      Alerter
    • Sandrine // 02.09.2021 à 09h25

      Ceci étant je suis tout à fait d’accord avec votre constat par rapport à l’auteur du texte.
      Mais je dirais que c’est un travers général de la gauche occidentale. Actuellement en tout cas.
      On est capable de faire des constats très lucides mais on n’est pas capable d’en tirer les conséquences quand celles-ci contredisent les dogmes hérités du passé. Un problème de crispation identitaire peut-être. Inhérent au progressisme peut-être aussi. Quand on prône la page blanche, la rupture, le mouvement vers de l’inédit, on est immanquablement confronté à un problème d’identité, d’enracinement, de stabilité.

        +10

      Alerter
    • vert-de-taire // 02.09.2021 à 09h54

      *** toujours la meme chose avec chris edge: vous etes d’accord avec les 4/5 eme de l’article ***

      Les 4/5èmes sont une performance correcte.
      Laissons de côté le religieux – l’outil d’asservissement premier, l’opium des ignorants lobotomisés – il reste une analyse suffisamment réaliste pour être appréciable et appréciée.
      Je trouve qu’il passe un peu vite sur la corruption cupide, le moteur de tout ce qu’il dénonce. En opposition à un système solidaire, démocratique… La notion d’Empire n’étant que l’effet d’une organisation réussie basée sur cette cupidité (fric et ou exacerbation égotique) avec de l’argent facile, obtenu par pillage monétaire, pillage de ressources, le tout extorqué par asservissements violents des populations (individus et États). Un Empire, s’il est asservissant, est par essence fragile puisqu’il dépend de sa capacité de chantage : tu te soumets et tu es tranquille sinon tu es asservi voire exterminé. Quand la capacité de chantage s’affaiblit, plus rien n’oblige chacun à le soutenir, d’où effondrement rapide. Je simplifie outrageusement (faire autrement ?) mais c’est indéniable.

      Le plus remarquable dans cet article est le côté simplement explicatif par la réécriture nécessaire de l’histoire. On a plus (+) l’habitude d’opposer une alternative puisque ce constat a été fait depuis longtemps. Anatole France dénonçait similairement ce même Empire en 1908 !
      L’asservissement tient surtout à l’ignorance populaire des possibles.

        +11

      Alerter
  • Guise // 02.09.2021 à 09h37

    « Mark Twain, qui s’opposait farouchement aux efforts visant à planter les graines de l’empire à Cuba, aux Philippines, à Guam, à Hawaï et à Porto Rico, a imaginé une histoire de l’Amérique au XXe siècle, dans laquelle il écrit que sa « soif de conquête » avait détruit « la Grande République […] [parce que] le fait de piétiner de pauvres gens sans défense à l’étranger lui avait appris, par un processus naturel, à supporter avec apathie ce qui se passait d’identique chez elle ; les foules qui avaient applaudi quand on écrasait les libertés des autres ont été condamnées à souffrir de leur erreur. » »
    Aimé Césaire aussi : « nul ne colonise innocemment, que nul non plus ne colonise impunément ; qu’une nation qui colonise, qu’une civilisation qui justifie la colonisation -donc la force- est déjà une civilisation malade, une civilisation moralement atteinte qui, irrésistiblement, de conséquence en conséquence, de reniement en reniement, appelle son Hi%ler, je veux dire son châtiment Colonisation, tête de pont dans une civilisation de la barbarie d’où, à n’importe quel moment, peut déboucher la négation pure et simple de la civilisation ».

    « Le fascisme chrétien dénote l’intersection entre le fascisme et le christianisme » : pourquoi intersection, ce vocabulaire à la mode chez les libéraux économiques qui se cachent derrière un verni d’éthique superficiellement de gauche, et qui sont de droite ? Pourquoi pas conjonction par exemple ? Les idées ne se situent pas sur une plaque horizontale, elles n’ont pas toutes la même force et ne suscitent pas la même urgence à agir.

      +6

    Alerter
    • vert-de-taire // 02.09.2021 à 10h54

      *** … pourquoi intersection, ce vocabulaire à la mode chez les libéraux économiques … Pourquoi pas conjonction par exemple ? ***

      Comme bcp d’autres religions, le christianisme est d’abord un apprentissage de la soumission à un incompris. On pense à l’arrêt brutal et durable du progrès de la connaissance du à l’avènement du christianisme. Ce fut aussi le passage de l’incompris de la nature complexe (genre animismes panthéismes) à celui d’une transcendance dominante, surnaturelle et omnisciente donc incontestable. Cette part explicative satisfait notre cerveau rationnel et la difficulté de contredire un dogme (aporie) semble avoir suffit à fabriquer des convictions tenaces et transgénérationnelles. Les rapprochements entre le fascisme et le christianisme sont frappants : soumission à une autorité détentrice du pouvoir au nom de son savoir, violences exterminatrices (terrorisme) envers les résistants, puits dogmatique de la pensée rendant la contestation difficile (aporie), ritualisme, symbolisme, perversion de l’expression par l’invention d’étymons abscons, maintient d’une école pour tous de l’ignorance, nécessité d’une élite dominante omnisciente servie par une armée (organisation institutionnelle – écoles supérieures de tromperie, pardon de communication, de commerce, d’affairisme) de propagandistes déversant, et par là normalisant, une pensée unique.

        +3

      Alerter
  • LibEgaFra // 02.09.2021 à 09h38

    « La tragédie humaine – au moins 801 000 personnes ont été tuées au cours des violences directes de la guerre en Irak, Afghanistan, Syrie, Yémen et Pakistan, »

    C’est l’un des seuls qui parle – en les sous-estimant gravement – des conséquences non de « la » guerre, mais DES guerres d’agression menée par l’impérialisme yankee et ses valets (dont la France depuis Sarkozy) et qui oublie dans la liste la Yougoslavie, la Libye et l’Ukraine. « On » massacre au nom des droits humains, bien entendu. Quelle hypocrisie!

    A quand un tribunal style Nuremberg ou Russell?

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Tribunal_Russell

    Son absence démontre que certains « intellectuels » sont du côté du crime.

      +21

    Alerter
  • Gaspard des Montagnes // 02.09.2021 à 09h49

    Juste pour éclairer le débat, il faut savoir que Chris Hedges est fils de pasteur et lui-même pasteur presbytérien.
    Les crises ont publié son sermon fait en l’église de Claremont dans la métropole de Los Angeles :

    https://www.les-crises.fr/l-ere-du-mal-radical-par-chris-hedges/

      +13

    Alerter
  • Aurioliste // 02.09.2021 à 10h08

    Cet article mène à une interprétation prémonitoire et inquiétante :
    N’est-ce pas du Sahel et d’Afrique noire que nous revient un nommé Bolloré Vincent ?

      +5

    Alerter
  • JNNT // 02.09.2021 à 14h09

    D’accord avec ce qui est dit de l’effondrement financier quand le privilège du dollar disparaîtra. Mais ne nous réjouissons pas de cette perspective : si les USA dégringolent, ce sera interprété comme un effondrement de l’occident, nous compris, nous les Français. Nous dégringolerons aussi.

    Débâcle militaire en Afghanistan ? Pas sûr. Ce pays est dans l’état final rercherché, comme l’Irak, la Syrie et d’autres. Ruiné et ingouvernable pour 50 ans. Les Talibans ne sont d’ailleurs guère capables de le relever. Après la victoire, le vainqueur a son compte, comme disait Napoléon. Ça va se voir très vite.

    Et le complexe militaro-industriel a exporté massivement le seul type de biens made in USA : les bombes et missiles. Tout baigne, donc, sauf pour les morts et mutilés.

    La pire menace pour les USA, c’est la dégradation de son outil militaire qui ne lui permet plus d’affronter ses adversaires majeurs (Russie, Chine) actuellement et pas avant que l’armée chinoise ne les ait surclassés. Pas de guerre préventive envisageable.

    Bien vu aussi l’idée reprise de Marc Twain que les violences exercées sur d’autres peuples augurent de celle infligées au peuple prédateur. D’ailleurs les matériels rapatriés d’Afghanistan sont largement mis à disposition des forces de police aux USA.

      +5

    Alerter
    • Blabla // 02.09.2021 à 21h50

      Le mot Occident cache l’Empire US, donc oui, l’effondrement des USA signifie celui de l’Occident.
      Le peuple français en profitera peut-être à long terme.

        +2

      Alerter
  • Myrkur34 // 02.09.2021 à 16h32

    Pour ce qui est de la justice américaine pour les ultras riches et………. pour les autres, nous avons ceci…..

    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/09/02/crise-des-opiaces-la-justice-americaine-valide-le-plan-de-faillite-du-laboratoire-purdue_6093062_3210.html

    Alors je fais 11 milliards de bénéfices en empoisonnant sciemment des centaines de milliers de compatriotes sur 20 ans (donc beaucoup sont morts ou devenus accros puissance 10 ou sdf ) et j’en garde la moitié avec abandon de toutes poursuites futures.

    Et confisquer l’entreprise, saisir tous les biens propres et condamner à de la prison ferme ?
    Ben non.

      +15

    Alerter
  • Avunimes // 02.09.2021 à 17h36

    Les USA ont beaucoup de ressources pour se maintenir à flot, en particulier des taxes mondiales sur les pays soumis à l’empire. Les ventes d’armes à ses amis obligés, mais aussi dorénavant, sa vente de vaccin périodique qui rapportent 100 milliard par ans au service de la servitude.

      +9

    Alerter
  • 78 ans +1 // 02.09.2021 à 22h00

    Pandémie incontrôlée, système de santé débordé, économie au ralenti (euphémisme gentil), crise climatique accentuée vers les extrêmes (feu, eau, ouragans, tornades, neige au sud, etc.), coûts des destructions climatiques ruineux, débâcle et humiliante défaite en Afghanistan, retrait précipité et chaotique après 20 ans de guerre, dépenses militaires ruineuses, sa superbe de nouveau flétrie, perte d’autorité et de prestige, statut impérial contesté, infrastructures délabrées, désuétude omniprésente… difficile, en un temps si court, de se livrer à pareille orgie alimentaire sans s’étouffer!

    Or rien ne sert de se réfugier dans le déni, si absolu soit-il, devant une telle accumulation de faits incontestables connus du monde entier. Fragile, vulnérable, à sa tête même, voyez: l’Empire vacille!

      +4

    Alerter
  • Araok // 02.09.2021 à 22h03

    Les chinois achètent tout l’or se trouvant sur le marché.
    Est-ce pour avoir une monnaie convertible, par opposition au dollar ? Et déclancher une guerre des monnaies visant à mettre en difficulté l’économie américaine ?
    Si telle est l’intention de l’Empire du Milieu il faut attacher nos ceintures…

      +3

    Alerter
  • Suzanne // 03.09.2021 à 09h37

    Entre parenthèses : très bon texte en français, très belle traduction, bravo à l’équipe !

      +6

    Alerter
  • Saïd Herta // 03.09.2021 à 14h35

    Chris a encore oublié cette riche tradition US qui consiste à se taper sur le coin de la tronche avant tout quand on est pas d’accord avec quelqu’un.
    Donc, exit l’abandon du dollar en préalable, les usagers de swift en dehors des USA n’iront vers une alternative que contraints et forcés. Pour l’instant, à part les chinois et les russes, personne ne dédolarise encore, pas même les cubains ou les vénézuéliens. Par contre si, comme je le crois, ça finit par partir en sécession et en guerre civile (la tradition j’vous dis) et que l’un des camps sort du dollar, la oui, la messe sera dite et les alternatives fleuriront.
    Le dollar est un torche cul qui vaut rien et en lequel personne n’a confiance , mais les alternatives genre crypos sont pire et le système dollar est un des piliers sur lequel repose le mondialisme … en gros c’est tellement pratique que ça gomme tout les inconvénients…tant qu’il y a du collatéral en face.

      +3

    Alerter
  • Bruno // 08.09.2021 à 11h27

    Nous avons tous besoin de pétrole et nous avons lâchement sous-traiter aux USA le soin de sécuriser les approvisionnements par tous les moyens légaux et illégaux.
    Tout le reste c’est de la littérature [modéré]

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications