Les Crises Les Crises
1.septembre.20211.9.2021 // Les Crises

Fake State : Quand l’État devient l’esclave du marché

Merci 82
J'envoie

Intervention de l’excellent économiste Frédéric Farah sur Le Media : à voir et à revoir

Source : YouTube – Le Média – Frédéric Farah

En un an de crise sanitaire, nous avons assisté au triste spectacle du délabrement de l’Etat et de notre service public. Si le COVID-19 a révélé au grand jour ces carences, et dernièrement l’immense retard de la France dans la campagne vaccinale, le phénomène n’est pourtant pas nouveau : depuis plus de 40 ans, l’Etat s’est appliqué à organiser sa propre impuissance, en se soumettant aux logiques de marché et non plus des citoyens.

Ces derniers n’ont plus aucune voix au chapitre dans ces politiques néolibérales, que l’État fait appliquer en redoublant de violence, comme l’a montré la répression des gilets jaunes. C’est le sujet de l’ouvrage de Frédéric Farah, auteur de Fake State, l’impuissance organisée de l’Etat en France, avec qui nous revenons sur les événements avant-coureurs d’une catastrophe.

Source : YouTube – Le Média – Frédéric Farah – 13/03/2021

Commentaire recommandé

Micmac // 08.04.2021 à 11h21

Votre poste est révélateur : les abstentionnistes se trouvent plutôt à gauche. Ils ont été découragés, le coup de grâce ayant été donné par Hollande, qui n’a même pas fait semblant d’essayer d’appliquer son programme. Contrairement à Mitterrand, qui au moins a fait semblant d’essayer.

Les électeurs de droite, eux, ont toutes les raisons d’être satisfaits, et ne s’abstiennent pas. Ils ont même l’embarras du choix.

Pour ma part, je ne m’abstient pas (aux premiers tours) pour les raisons que je viens d’évoquer. Et je vote pour un programme, pas pour un homme (ou une femme). La seule qualité effective de cette personne est sa capacité (et son courage) à mettre en œuvre son programme. Le reste, c’est du vent, ça n’a pas d’importance.

D’ailleurs vous voulez vraiment votez pour quelqu’un qui n’est pas issu du sérail politique, Macron est votre homme.
Et puis, quelle serait la capacité d’agir de quelqu’un élu à la présidence, qui n’aurait aucune expérience politique? Quelle serait sa capacité à mobiliser les hauts fonctionnaires, avoir un majorité à l’assemblée, etc?

Il faut voté pour ses idées et pour leur mise en œuvre, pas pour récompenser une personne qui serait plus vertueuse que les autres.

Pour finir, il est surprenant que vous regrettiez Marchais qui faisait trembler les petits marquis, et que vous vous en preniez à Mélenchon, qui semble leur faire bien plus peur. On n’a jamais perquisitionné chez Marchais, par exemple.

73 réactions et commentaires

  • Jean-Do // 08.04.2021 à 08h34

    Pour ceux qui veulent plus de motivations écrites, en accès libre, avant de regarder la vidéo, il y a :
    – une brève recension du titre au Monde Diplomatique : https://www.monde-diplomatique.fr/2021/01/BARI/62679
    – Un extrait/résumé très significatif sur : https://theworldnews.net/fr-news/fake-state-les-raisons-de-l-impuissance-de-l-etat
    – une interview chez Marianne : https://www.marianne.net/economie/fake-state-la-social-democratie-s-est-retournee-contre-les-travailleurs
    Et enfin, une recension sur Babelio.com, le site des libraires : https://www.babelio.com/livres/Farah-Fake-state/1220890 avec la liste des autres ouvrages de l’auteur

      +24

    Alerter
  • RGT // 08.04.2021 à 10h19

    Monsieur Farah décrit très bien les causes originelles de la déliquescence de l’état actuel et des problèmes auxquels nous devons faire face aujourd’hui :

    C’est bien la trahison de la « gôôôche » sous Mitterrand (à partir de 83 – date à laquelle je me suis juré de ne plus JAMAIS participer à cette farce qu’on appelle « élection »).

    Je ne prétendrait jamais que la « droite » était plus « vertueuse », loin de là, mais au moins la population savait à quoi s’attendre.

    Et bien sûr, ce « cher » Mitterrand a réussi à exploser la seule force politique « sociale » qui pouvait faire barrage à ses aspirations et à l’avènement du néo-libéralisme décomplexé en explosant très habilement le PCF (marxistes que je n’apprécie pas particulièrement mais qui avaient une force de frappe suffisante pour faire reculer tout gouvernement trop « libéral ») et en transférant ses adhérents et sympathisants vers l’étron national, épouvantail utile (et complaisant tant que ses dirigeants s’en mettaient plein les poches) pour permettre d’éviter un retour en arrière de ce coup d’état.

    Quand on voit que la seule « opposition de gôôôche » est désormais sous la coupe e Mélenchon, pur produit du système des politicards professionnels et ancien éléphant du PS, il ne faut pas s’étonner qu’il n’y ait aucune alternative réelle à ce système de gouvernance qui défend que les intérêts des ploutocrates et du caca-rente.

    Je regrette sincèrement l’époque où Georges Marchais faisait trembler les dirigeants, les énarques et les éditocrates (Elkabach, taisez-vous ! – pour ceux qui s’en rappellent).
    Au moins il existait une barrière efficace contre le libéralisme prédateur.

    Nota : Pour ceux qui pensent que la chute de l’URSS a causé celle du PCF, ils se trompent totalement.
    Le PCF a été « vaporisé » par Mitterrand bien avant que Gorbatchev ne parvienne au pouvoir, et le PCF était déjà enterré quand l’URSS s’est effondrée.

      +30

    Alerter
    • Micmac // 08.04.2021 à 11h21

      Votre poste est révélateur : les abstentionnistes se trouvent plutôt à gauche. Ils ont été découragés, le coup de grâce ayant été donné par Hollande, qui n’a même pas fait semblant d’essayer d’appliquer son programme. Contrairement à Mitterrand, qui au moins a fait semblant d’essayer.

      Les électeurs de droite, eux, ont toutes les raisons d’être satisfaits, et ne s’abstiennent pas. Ils ont même l’embarras du choix.

      Pour ma part, je ne m’abstient pas (aux premiers tours) pour les raisons que je viens d’évoquer. Et je vote pour un programme, pas pour un homme (ou une femme). La seule qualité effective de cette personne est sa capacité (et son courage) à mettre en œuvre son programme. Le reste, c’est du vent, ça n’a pas d’importance.

      D’ailleurs vous voulez vraiment votez pour quelqu’un qui n’est pas issu du sérail politique, Macron est votre homme.
      Et puis, quelle serait la capacité d’agir de quelqu’un élu à la présidence, qui n’aurait aucune expérience politique? Quelle serait sa capacité à mobiliser les hauts fonctionnaires, avoir un majorité à l’assemblée, etc?

      Il faut voté pour ses idées et pour leur mise en œuvre, pas pour récompenser une personne qui serait plus vertueuse que les autres.

      Pour finir, il est surprenant que vous regrettiez Marchais qui faisait trembler les petits marquis, et que vous vous en preniez à Mélenchon, qui semble leur faire bien plus peur. On n’a jamais perquisitionné chez Marchais, par exemple.

        +47

      Alerter
      • Obscur // 08.04.2021 à 15h45

        On perquisitionne chez Mélenchon justement car on n’en a plus peur

          +4

        Alerter
        • James Whitney // 08.04.2021 à 16h54

          On a perquisitionné pas seulement Mélenchon mais un bon nombre d’autres insoumis et les bureaux du mouvement tous en même temps avec précisément l’intention de détruire un mouvement qu’ils estimaient une menace au système Macron.

            +28

          Alerter
          • RGT // 01.09.2021 à 11h56

            Les perquisitions fort médiatisées à l’encontre de Mélechon (que je n’apprécie pas car je pense qu’il est tout aussi menteur que les autres politicards) et d’autres membres de son parti ne sont que des « magouilles politicardes » pour créer une diversion afin d’éviter que la population ne se concentre pas sur les turpitudes des « élites » en place.

            Je ne suis pas du tout communiste mais au moins, quand le PCF faisait 25% de scores à toutes les élections ça faisait réfléchir les « élites » et les « calmait » dans leurs ardeurs.

            Le PCF ne valait pas mieux que tous les autres partis en termes de sincérité et d’honnêteté mais au moins il se tenait à sa posture anticapitaliste et dénonçait vraiment les scandales du « libéralisme ».

            Comme le disaient les russes après la chute de l’URSS, « tout ce que disaient les communistes au sujet du socialisme était faux, mais tout ce qu’ils disaient au sujet du capitalisme était vrai ».

            C’est la raison pour laquelle la première priorité de Mitterrand a été de planter un couteau dans le dos de son « allié politique » et qu’il a fait la promotion sournoise du FHaine car ce parti, totalement insignifiant au début, lui offrait la possibilité de « cultiver » une « opposition » qui lui permettrait d’avoir les mains totalement libres pour opérer son retournement (officiel) de veste et dévoiler sa vraie nature.

            Si vous connaissez UN SEUL prétendant à une fonction élective qui ne pense pas à 1000% à son intérêt personnel je mange mon casque de vélo (et je vous envoie la vidéo comme preuve).

              +12

            Alerter
      • Anfer // 08.04.2021 à 18h24

        Pourtant, quand en 2017 l’hypothèse d’un second tour Mélenchon / Le Pen à commencé à être envisagé comme une vraie possibilité, on a vu un déchaînement paniqué, et vu que le pen était donné perdante face à melenchon au second tour, c’est bien de lui qu’ils avaient peur.

        https://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/04/20/20002-20170420ARTFIG00335-un-second-tour-entre-marine-le-pen-et-jean-luc-melenchon-on-assisterait-a-une-panique-des-lundi.php

          +30

        Alerter
        • RGT // 01.09.2021 à 12h15

          Mélenchon n’a JAMAIS fait peur aux « élites » car il est un ancien « éléphant » du PS.

          Et qu’il aurait immédiatement retourné sa veste comme l’avait fait Mitterrand avant lui (retourné officiellement, mais en fait il n’a fait que révéler sa véritable nature).

          C’est bien la principale raison pour laquelle il mène une « chasse aux sorcières » permanente au sein de son mouvement » pour faire excommunier tous ceux qui pourraient lui faire ombrage ou le gêner en cas de retournement de veste opportuniste.

          Pour un politicard professionnel, le choix de ses « valeurs » ne dépend que de ses opportunités de carrière.
          La seule différence vient du fait que contrairement à un vendeur d’électroménager il lui est plus difficile de « changer de crèmerie » s’il se plante dans son choix initial.

          Au final, le résultat est bien le même : Il vous débite ses boniments afin de vous fourguer le « produit » sur lequel il aura la meilleure marge bénéficiaire et se fout totalement du fait que vous soyez déçu après votre achat. Il aura touché sa commission et pourra donc continuer à vivre un peu mieux (beaucoup mieux dans le cas d’un politicard professionnel).

          Quant aux « écolos » ils ne valent pas mieux. Au final leurs « grandes actions » ne sont destinées qu’à promouvoir leur carrière au détriment des gueux (gilets jaunes) qui doivent subir les conséquences de leurs décisions.
          Et comme ces décisions vont dans le sens des « investissements » choisis par les « élites » (trottinettes ou voitures à charbon électriques tout roule pour le mieux pour eux et tous ceux qui profitent des opportunités.

            +8

          Alerter
          • Ellilou // 01.09.2021 à 13h55

            « Mélenchon n’a JAMAIS fait peur aux « élites » car il est un ancien « éléphant » du PS. »
            Cette affirmation bien péremptoire mérite quelques nuances, camarade: il était certes une « figure » du PS mais très peu appréciée par ses petits camarades bien plus puissants (coucou Fabius, coucou Valls et bien d’autres…) et écoutés en interne que lui. On peut lui reprocher bien des choses mais il garde depuis des années (depuis sa rupture avec le PS ) un cap, il a su évoluer sur des questions fondamentales, notamment l’écologie. Après l’aimer ou pas là n’est vraiment pas la question (au printemps 2022 on n’élira pas « le meilleur pote de l’année », on nous a déjà fait le coup en 2012 avec ce baltringue de Hollande!) et le tir de barrage médiatique contre lui et son mouvement peut titiller (https://www.youtube.com/watch?v=vCfPC458V4Y) et faire qu’on peut se poser des questions. Alors je vous laisse à vos certitudes et à vos détestations et vous souhaite une excellente journée 🙂

              +18

            Alerter
            • Garibaldi2 // 02.09.2021 à 01h13

              A tous ceux qui disent que Mélenchon est un politicard comme les autres, je ferai remarquer que sur une question fondamentale il a pris ses responsabilités (et pas qu’un peu) en faisant une campagne virulente contre le TCE, dont la promotion était pourtant assurée par tous les médias, et son ancien parti ! Si le verdict populaire a été balayé par une honteuse décision du Congrès en février 2008, ce n’est pas la faute à Mélenchon mais au silence de tous ceux qui viennent aujourd’hui le traîner dans la m….., alors qu’à l’époque ils sont restés le cul dans leur fauteuil quand les parlementaires réunis à Versailles se torchaient avec le résultat du référendum.

              On peut reprocher bien des choses à Mélenchon, mais sur ce point majeur il a été à contre-courant de la majorité de la classe politique.

                +14

              Alerter
            • RGT // 06.09.2021 à 11h13

              @Garibaldi2

              Mélenchon n’a pas été le seul à s’opposer au TCE…
              Même Fabius (mais pour des raisons opportunistes afin de booster sa carrière) l’a fait, et ce n’est pas franchement une référence.

              Par contre, Philippe Séguin a depuis longtemps combattu tout seul et dans le désert la montée de l’€urolâtrerie et si vous vous souvenez bien il a été de loin le seul politicien important à s’être révolté contre le traité de Maastricht en 1992 pour des raisons de préservation des intérêts de la population française (ne parlons pas de Philippe De Villiers qui s’opposait pour des raisons plus « traditionalistes »).
              Philippe Ségin s’est retrouvé ostracisé suite à sa position « politiquement incorrecte » alors qu’il a été le seul à dénoncer ce qui allait ensuite advenir à l’indépendance politique de la France.
              Pendant ce temps, la tête de Mélenchon ne dépassait pas de la file de fauxcialistes qui suivaient béatement les « bulles pontificales » de Saint François…

              Mélechon s’est toujours positionné en fonction des meilleures opportunités de carrières et a eu beaucoup de « nez » pour sentir d’avance le sens que prendrait le vent.
              Si cette « clairvoyance » lui a été fort utile, il s’en est servi uniquement pour la promotion de sa propre carrière et pour satisfaire son ego démesuré.

              Cet homme est très intelligent (beaucoup plus que la majorité des politicards actuels), mais comme François Mitterrand cette intelligence n’est pas au service de la population dont il est censé « défendre les intérêts » mais elle est entièrement consacrée à favoriser sa carrière.

                +2

              Alerter
            • BOURGOGNE Dominique // 09.09.2021 à 00h21

              J’apprécie votre analyse et je la partage. Je ne suis une fan de M. MÉLENCHON mais à force d’observer ses interventions, d’analyser les vidéos et les textes, je suis convaincue maintenant qu’il appliquera le programme laec mis au point « démocratiquement » dans le mouvement. N’étant pas encartée FI (ni nulle part ailleurs), je fais sur ce point confiance. Ce mouvement pour moi, n’a rien d’extrême gauche. Avec le glissement monstrueux du PS dans le néolibéralisme depuis le 2nd mandat de Mitterrand, les seuls vrais socialistes qui restent sont FI. Nous avons été tellement pris pour des gogos-imbéciles par tous ces politicars que j’ai l’espoir en la sincérité de cet homme expérimenté, cultivé, courageux et tenace. Le grand problème reste les offensives, attaques des médias-tv et des politicars (y c. JADOT) qui le font passer pour un colérique, un extrêmisss-te ! Beaucoup trop d’électeurs les croient, ne vont plus voter… Aujourd’hui, le privé à remporté le marché du transport ferroviaire Marseille-Nice. Macron doit jubiler et moi, ancienne cheminotte je pleure pour l’avenir du service public, réduit à la portion congrue. 40 ans à ce qui est aujourd’hui SNCF voyageur, je sais ce qui se passe quelques années après ! Plus aucune homogénéité…

                +2

              Alerter
      • RGT // 01.09.2021 à 11h15

        « le coup de grâce ayant été donné par Hollande »…

        Non, le coup de grâce a été donné par Mitterrand en 1983 quand il a de manière « décomplexée » officiellement retourné sa veste (en fait il a toujours été opportuniste et a pris le contrôle de la SFIO qu’il a ensuite encore plus pourrie en évinçant les rares qui croyaient vraiment en la justice sociale).

        Ensuite le cercueil a été cloué par Jospin qui l’a si bien fermé et étanchéifié qu’il est désormais impossible que les bases sur lesquelles la « gôôôche » a été construite ne puisse plus jamais s’échapper.

        Flamby n’est pas responsable de la déliquescence de la « gôôôche » (un politicard étant par nature un menteur professionnel) et a simplement suivi les « actions de grâce » de ses prédécesseurs.

        Quant à Mélenchon, il ne fait que prononcer des discours racoleurs pour attirer un maximum de pigeons crédules afin de satisfaire son ego surdimensionné.

        Il suffit de constater toutes les « excommunications » qu’il décrète dictatorialement à l’encontre de tous ceux qui souhaitent simplement plus de démocratie dans le mouvement (et qui mettent en danger sa « sainteté » auprès de ses « adeptes ») pour comprendre que s’il trouve une opportunité de trahison qui soit utile à sa carrière il ne se gêner pas pour la saisir.

        N’oublions JAMAIS que cet individu a été membre influent du PS sous Mitterrand et Jospin. Ça devrait vous mettre la puce à l’oreille.

        On est bien loin d’une Arlette Laguiller (dont les idées peuvent être contestées) qui pendant toute sa « carrière » n’a jamais trahi ses idéaux, ce qui a été la principale raison pour laquelle elle est restée à la marge, étant « psychorigide » et totalement incorruptible.

        Elle était juste un pion (à son corps défendant) qui a servi aux « élites » à faire croire qu’il y avait en France une « liberté politique » et de donner du crédit au grand guignol des « élections libres et non faussées ».

          +4

        Alerter
      • Brian64 // 01.09.2021 à 12h28

        Vous votez pour un programme que les candidats une fois élus peuvent trahir sans conséquence, et il n’est d’ailleurs pas rare qu’ils le fassent.

          +5

        Alerter
      • arnobzh // 07.09.2021 à 21h20

        La gauche est liberale societale, et donc en accord avec la droite liberale, ceux sont les radicaux qui etaient socialiste !
        1983 : la rigueur et la création de sos racisme …. leur vrai visage !

        https://www.youtube.com/watch?v=PjCUoMbbS5g
        (le precepteur : michea )

          +1

        Alerter
    • Christian // 08.04.2021 à 13h09

      @RGT,
      Bonjour,
      Vous dites;
      « Au moins il existait une barrière efficace contre le libéralisme prédateur. »

      Preuve que cette barrière n’était pas très efficace, elle n’a strictement rien pût faire pour empêcher le virage neoliberal de 1983.

        +12

      Alerter
      • BOURDEAUX // 10.04.2021 à 14h42

        « le virage neoliberal de 1983. » Si, selon vous, la France vit le jour en 83 dans les braises de l’enfer neolibéral, je vous recommande vivement de faire un petit point rapide sur les caractéristiques d’un pays dit « neolibéral ». je ne sais pas quel âge vous avez mais vous êtes probablement assez jeune pour porter un jugement aussi placidement burlesque sur l’année 83, année où le gouvernement socialo-communiste s’est résigné à tirer les leçons de la dégradation fulgurante de l’économie nationale depuis 81, qui créa 1M de chômeurs.

          +4

        Alerter
        • Patrick // 01.09.2021 à 12h45

          ce terme « néolibéral » ne veut plus rien dire. Il est utiliser à tort et à travers , essentiellement pour masquer les faillites des états devenus obèses.

          A la base la théorie néolibérale consiste à diminuer le poids de l’état dans l’économie , or en France le poids de l’état est passé de 30 à 60% du PIB en 50 ans .. et on me bassine avec du néolibéralisme !! ça pourrait être risible si les conséquences n’étaient pas aussi graves.

            +0

          Alerter
          • utopiste // 01.09.2021 à 18h45

            En démocratie, l’état, c’est vous, moi et les autres. Si c’est officiellement une entité à part alors nous ne officiellement plus en démocratie (tant est que…). Maintenant si vous parlez de la dépense publique, il faut regarder de près de quoi elle est faite et pourquoi, parce qu’elle n’est pas homogène.
            Quand au PIB, c’est un outil financier qui sert principalement à construire une fausse représentation de la réalité.

              +9

            Alerter
            • Patrick // 02.09.2021 à 13h06

              l’état est une entité à laquelle nous déléguons un certain nombre de pouvoirs ( police , justice , sécurité … )
              Cette entité doit normalement travaillé pour le bien des citoyens, mais de plus en plus elle travaille juste pour elle-même en considérant qu les citoyens travaillent pour elle.

              Le PIB est effectivement un mauvais indicateur , mais pour l’instant tout le monde l’utilise.

                +2

              Alerter
            • RGT // 04.09.2021 à 10h55

              @Patrick
              Un état est une entité qui s’est auto-approprié TOUS les pouvoirs et dont le seul objectif consiste à préserver les intérêts de la caste qui en détient les commandes et qui n’ont de comptes à rendre à personne sauf à ses autres membres.
              C’est à dire les « hauts fonctionnaires compétents » (dans la préservation et l’amélioration de leurs propres intérêts et de ceux de leurs proches – on oublie de le préciser).

              La population n’a pas le droit de contester les décisions de ces « élites omniscientes » et a l’obligation de fermer sa gueule.

              Quant aux « divins élus », ils ne valent pas mieux car ils sont « conseillés » par ces mes « élites » qui ne vont pas se tirer une balle dans le pied.
              Et si d’aventure un gouvernement parvenait (par malheur pour ces « élites ») à faire passer une loi qui ne leur convient pas ils se contenteront de retarder son application par des subterfuges « légaux » en attendant qu’un gouvernement plus « compréhensif » annule cette « loi scandaleuse » en toute discrétion.

              Comme de plus une grande partie des « divins élus » des partis pouvant réellement être éligibles sont des « hauts fonctionnaires » (contentez-vous de compter les énarques à la tête de ces partis – Macron, Hollande, etc… en étant d’excellents exemples) ne vous attendez pas à ce qu’ils prennent des décisions qui pourraient porter préjudice à leur CASTE.

              Si par malheur un pays faisait le ménage parmi ses « hauts fonctionnaires » et qu’ils soient tenus de rendre des comptes à la population ce pays serait dès lors classé parmi les « dictatures » et ostracisé par tous les états « élitistes ».

                +0

              Alerter
        • Ellilou // 01.09.2021 à 14h01

          C’est quoi les caractéristiques d’un pays dit « néolibéral »? hâte de vous lire….camarade 🙂

            +0

          Alerter
      • Patrick // 02.09.2021 à 18h53

        « le virage neoliberal de 1983 »
        disons plutôt le retour sur terre des socialistes qui étaient en train de détruire le pays.
        En 83 , le choix était simple , soit le gouvernement changeait complètement de politique , soit il fallait demander de l’aide au FMI qui prenait alors le contrôle du pays.
        Tonton n’était pas stupide , la politique de gauche c’était juste pour prendre le pouvoir , il a vite laissé tomber.

          +1

        Alerter
        • RGT // 04.09.2021 à 11h30

          Tonton avait planifié ce retournement de veste depuis bien longtemps et s’est contenté de mener une politique « pseudo-sociale » qui a permis de se débarrasser de son aile gauche (PC et vrais socialistes) en envoyant le pays directement dans le mur.

          De plus, les nationalisations ont été une véritable escroquerie destinée à enfumer la population en rachetant à plein tarif des entreprises morobondes puis en les renflouant et en les remettant en état avec le fric des cons-tribuables tout en sachant pertinemment que toutes ces entreprises seraient bradées une fois de nouveau compétitives.
          Ce qui a ouvert les vannes de la privatisation de celles qui avaient été nationalisées par le CNR (banques, Renault) et celles qui avaient été créées par l’état à des fins de sécurisation de la nation (Elf, etc.)

          Cette destruction programmée a aussi permis de fournir des « arguments » aux ayatollahs de l’ultra-libéralisme qui se sont servis de cet « exemple » pour « exploser » un état qui jusqu’à présent offrait un minimum de services publics en échanges des impôts versés.

          Depuis, les pauvres payent de plus en plus d’impôts et les nantis en sont quasiment exemptés afin de ne pas « plomber l’économie ».

          Le « plantage » de 1983 a été une escroquerie stratosphérique uniquement destinée à nous imposer le virage ultra-libéral qui a suivi.

          Je n’aimais pas du tout Giscard mais s’il avait été ré-élu il n’aurait jamais osé commettre un tel crime contre la population car la « gôôche » et surtout le PCF auraient rué dans les brancards.

            +4

          Alerter
    • tchoo // 08.04.2021 à 19h47

      Et vlan C’est la faute à Mitterand
      Cette réthorique permet s’exonérer tous les suivants d’une quelconque responsabilité dans la déliquescence de l’état.
      Avec un petit effort vous auriez pu même remonter à Pompidou le pdt banquier bien avant Micron. Mais que probablement cela n’aurait pas bien servi vos desseins

        +8

      Alerter
    • Patrick // 09.04.2021 à 10h32

      Marchais était un phénomène médiatique, un as des médias, même les plus anticommunistes étaient devant leurs postes de TV.

        +2

      Alerter
      • Patrick // 01.09.2021 à 12h46

        on adorait Marchais et ses répliques cultes !!
        « Fais les valises , on rentre à Paris  »
        « Taisez-vous Elkabash !!  »
        Ce n’était pas la question … non mais c’est ma réponse !!!

        un showman extraordinaire

          +1

        Alerter
    • utopiste // 09.04.2021 à 13h54

      Et vous comptez mourir déçu ? Ou fomenter une révolution « à l’ancienne » ?
      La vérité est que chat échaudé craint l’eau froide.
      Ne pas bouger. Ne rien faire. Que demandent de plus les « libéraux ».

        +8

      Alerter
    • Garibaldi2 // 09.04.2021 à 16h44

       »Taisez-vous Elkabbach » n’est pas une phrase prononcée par Georges Marchais. Elle faisait partie d’un sketch de Pierre Douglas/Thierry Le Luron :

      https://www.bfmtv.com/politique/les-republicains/taisez-vous-elkabbach-plus-de-40-ans-d-interviews-politiques-houleuses_AN-201611180123.html

      Pour votre gouverne : on ne sauve pas les gens contre eux-mêmes. Nous nous dirigeons depuis longtemps vers un néo-fascisme. Puisque vous en êtes conscient, n’oubliez pas que ceux qui ont résisté en France entre 1940 et 1944, souvent les armes à la main, l’ont fait au risque d’y perdre leur peau, tandis que ceux qui ont résisté à Londres sont devenus  »La Résistance » ! Fort de cette connaissance, pensez à vous et à ceux que vous aimez, et laissez le troupeau suivre son chemin, car si vous vous y opposez, il vous piétinera.

        +7

      Alerter
      • vert-de-taire // 05.09.2021 à 18h46

        Attention pas de méprise ou d’ambiguités :
        Bcp de londonniens allaient en France ..
        et participaient activement à la résistance.

          +0

        Alerter
    • Bruno Kord // 01.09.2021 à 07h47

      RGT, les abstentionistes comme vous ont été les idiots utiles complices du libéralisme prédateur qui a triomphé.
      Votre abstentionisme n’est rien d’autre que de la lâcheté sublimée en pseudo dénonciation. Un art de ne jamais s’engager pour ne jamais prendre le risque de l’erreur et de l’échec. La quintessence de l’individualisme recherchant l’absolution de la société pour son inaction.

        +10

      Alerter
      • RGT // 04.09.2021 à 11h50

        Vous préférez sans doute apporter votre soutien à d’ignobles individus qui vous méprisent et qui ne pensent qu’à leur propre intérêt ?

        En ne participant pas à cette gigantesque escroquerie je « préserve mon pucelage » car de toutes façons le résultat des élections est déjà connu à l’avance : Le « vainqueur » sera de toutes façons un candidat (de « gauche » ou de « droite ») qui sera adoubé par la ploutocratie et la caste dirigeante (non élue, les « élus » n’étant que les « idiots utiles » destinés à appliquer les décisions des « élites »).

        Le seul moyen de mettre en évidence la véritable nature des démocrassies (bien crades) consiste simplement à ne plus apporter son soutien lors des « grand messes » afin que les « élus » se retrouvent à leur poste avec plus de 50% de boycott, ce qui mettrait leur « légitimité » dans un abîme insondable.

        À ce moment là, pour que les « élites » puissent continuer à exercer leur domination elles seront obligées de montrer ouvertement leur visage dictatorial.

        Et si vous comptez sur l’apparition spontanée d’un « candidat miracle » qui pourrait réellement défendre la population contre les « élites » je vous conseille vivement de vous replonger dans vos lectures infantiles.

        Un candidat qui pourrait mettre en péril les petites « affaires » des « élites » se retrouverait immédiatement ostracisé, qualifié de « rouge-brun », d’ogre mangeur d’enfants, de pédophilie (ou pire) et si cette propagande ne permet pas de faire haïr ce candidat par le population il restera toujours la possibilité d’un « accident de la vie » ou d’un « suicide ».

        Cette opinion n’engage que moi.

          +6

        Alerter
    • Garibaldi2 // 02.09.2021 à 01h32

      Au risque de vous décevoir, Marchais n’a jamais prononcé cette phrase, mais il a dit :  »Ecoutez Elkabbach … »

      https://www.dailymotion.com/video/xwywe

        +0

      Alerter
  • Maguy // 08.04.2021 à 12h20

    D’un autre côté si on ne vote pas au moins au premier tour pour désigner un vrai opposant au système en examinant un peu mieux ce qui est proposé de vraiment différent, on laisse systématiquement la place à ceux qui sont complices du système et qui savent manipuler médias et citoyens inconscients de la réalité ou qui se fourvoient politiquement.
    Pour ma part c’est au second tour que je n’ai pas voté entre la peste et le choléra. Là ça avait du sens. Le FN est utilisé comme épouvantail par les partisans du système libéral ultra financiarise qui a kidnappé l’Etat à ses propres intérêts des marchés triomphants, de privatisations forcenées, et de destruction totale des services publics et de notre vertueux système de sécurité sociale depuis 1945 qui permettaient au moins un minimum de répartition équitable et de conditions de vie vivables.

      +17

    Alerter
    • Savonarole // 08.04.2021 à 13h04

      Ha la démocratie « représentative », plus les gens y croient et plus on les encu… moi je veux qu’on sorte de l’Euro , je vote pour qui ?
      Les politiques , les « grand médias » et les tenants de l’ordre établis , j’ai pas envie de voter pour eux. Si c’est pour avoir encore un putain de bourge gâté-pourri pétri aux belles lettre et incapable de résoudre une équation à deux inconnus ou de comprendre un système dynamique complexe autant faire comme les Belges quand ils n’arrivent pas à se mettre d’accord ; un petit paquet de fonctionnaires avec un pouvoir limité à la gestion de l’existant. Bon, nos hauts fonctionnaires sont pas des flèches … faudra sans doute revoir ce point.

        +9

      Alerter
      • Blabla // 01.09.2021 à 08h26

        moi je veux qu’on sorte de l’Euro, je vote pour qui?
        Je donne des initiales : JC ou FA, deux candidats dont on n’entend jamais parler, sauf pour en dire du mal : le système sait se protéger du vrai danger.
        On dit même que leur nom serait suffisant pour censurer un message 🙂

          +7

        Alerter
        • Dominique65 // 01.09.2021 à 18h47

          Oui, c’est peut-être à cet embargo médiatique qu’on reconnaît ceux qui dérangent vraiment. A noter qu’une branche du PC français est également pour le frexit et qu’elle est aussi totalement exclue des médias.

            +2

          Alerter
          • Blabla // 02.09.2021 à 18h07

            Exact, je ne les citais pas car elle n’a, à ma connaissance, pas encore présenté de candidat à l’élection présidentielle. Il existe également pléthore d’associations, clubs, groupes plus ou moins formels prônant le frexit, mais très peu visibles.

              +1

            Alerter
      • RGT // 04.09.2021 à 12h17

        Celui qui sera élu est en fait celui qui aura profité de la meilleure campagne publicitaire promulguée par les « éditorialistes » et les « journalistes » (payés par qui ? – même si c’est avec « nos » impôts ?).

        Les « petits candidats » sont autorisés à se présenter car ils ne représentent aucun « danger » pour ceux qui se sont appropriés le pouvoir. Ils sont juste les « idiots utiles » nécessaires à donner l’illusion de « pluralité et de liberté de choix » lors des « élections libres et non faussées » dont le résultat est connu à l’avance et qui portera au pouvoir « l’homme providentiel » qui servira les intérêts des « élites ».

        Et les « élus » ne sont que les pantins qui devront « faire là où on leur impose de faire » le meilleur candidat étant celui qui le fera avec la meilleure « conviction ».

        Un politicien professionnel est d’abord un professionnel, et comme tout bon « salarié » il a l’obligation de suivre les instructions de sa hiérarchie s’il ne souhaite pas se faire virer sans indemnités. Et ni les électeurs ni la population floués n’ont le pouvoir de le « répudier ». Ce pouvoir est seulement réservé aux « élites ».

        J’ai plus confiance dans un con fini que dans un politicien car ce qu’affirmera ce con (même si c’est d’une stupidité effroyable) correspond réellement à ce qu’il pense.

        Avec un politicien professionnel, vous ne saurez jamais à quoi vous attendre car en dehors du fait qu’il soit un menteur patenté il changera d’opinion pour se rallier au dernier moment à celle du plus offrant.

        Et contrairement à un vendeur d’électroménager, il pourra vous imposer (tout à fait « légalement ») d’acheter le produit le plus avantageux pour sa carrière et sa rémunération.

          +2

        Alerter
  • Maguy // 08.04.2021 à 13h05

    Suite – c’est ainsi d’ailleurs qu’ils peuvent se faire élire avec un semblant de majorité sur le nombre de votants alors qu’il y a une forte proportion d’abstention et d’opposants au premier tour sur la totalité des inscrits. Un système électoral certes de plus en plus élaboré pour en arriver là.
    Mais justement, en attendant de pouvoir imposer un système électoral plus démocratique, le seul moyen de s’en sortir est de frapper un grand coup au premier tour, en étudiant les programmes électoraux (quand il y en a un vrai, structure pour permettre, travail, santé et sécurité sociale, services publics, études et débouches notamment grâce au développement de l’écologie et autres, ) bref qui tourne le dos à la main mise des marchés de la spéculation boursière sur la destruction sociale et toute la misère du monde, comme aux privatisations, pour une politique pour le bien de tous les citoyens, l’immense majorité des couches populaires comme des couches moyennes et petites et moyennes entreprises.
    Éviter de croire à la litanie issue des manipulations médiatiques démobilisatrices issues de l’idéologie libérale hypocrite qui consiste à répéter ils sont tous pareil ceux qui se présentent aux élections.
    Donnons nous la peine de chercher a comprendre et de réfléchir et comparer en s’informant à d’autres sources et directement par nous mêmes et pas par médias complices interposés qui font bien leur travail de brouillage des esprits, et de paresse ou défaitisme citoyen.

      +7

    Alerter
    • Ovni de Mars // 08.04.2021 à 20h17

      « Éviter de croire à la litanie issue des manipulations médiatiques démobilisatrices issues de l’idéologie libérale hypocrite qui consiste à répéter ils sont tous pareil ceux qui se présentent aux élections. »

      Bien d’accord avec vous mais quand on lit certains des commentaires ici, on voit bien que certains esprits peu futés se font bêtement avoir par cette manipulation qui rappelle le fameux « tous pourris » du FN ou du poujadisme

        +5

      Alerter
      • Patrick // 08.04.2021 à 20h50

        « tous pourris » !!
        il faut quand même se dire qu’une bonne partie de nos très chers politiciens font tout pour 🙂

        La question à se poser est  » avons-nous besoin de toute cette classe politique professionnelle ?

          +10

        Alerter
  • Dominique Gagnot // 08.04.2021 à 15h18

    L’Etat est au service des dominants qui selon les époques peuvent préférer le développement industriel (ce qui profite aussi aux citoyens) à celui des marchés, mais ça ne dure qu’un temps. Dans une société capitaliste il ne peut en être autrement.

    Pour s’en convaincre c’est ici : « Comprendre l’Arnaque capitaliste, Imaginer le système d’Après ! »
    http://bit.ly/capitalisme

      +5

    Alerter
  • Macarel // 08.04.2021 à 17h46

    Tout le monde convient qu’il n’existe pas de « peuple européen », mais après plus de quatre décennies de politiques néo-libérales appliquées à la France. Avec comme conséquences l’individualisme forcené et l’atomisation de la société qui en ont résulté, existe-t-il encore un « peuple français » ?
    Et donc, comment refaire société, à un moment où le séparatisme, la sécession des « zélites » deviennent flagrant ?

    Ces questions sont abordées dans la vidéo suivante :

    https://qg.media/emission/face-a-lautoritarisme-quartier-constituant-avec-daniele-sallenave/

      +2

    Alerter
    • Patrick // 08.04.2021 à 20h43

      l,individualisme est le résultat de l’état-nounou qui s’occupe de tout, réglemente tout et distribue du pognon.
      Nous n’avons plus besoin des autres , plus besoin de la famille , il suffit de remplir des cerfa et de se plaindre et ensuite de profiter du système… y’a pas plus égoiste qu’un système collectiviste, tout le monde croit pouvoir vivre aux crochets des autres.

        +2

      Alerter
      • Dominique65 // 01.09.2021 à 19h26

        Je t’invite à lire le recueil de témoignages qui s’appelle « la fin de l’homme rouge ». Cet ouvrage n’est pas une thèse, seulement des témoignages de russes, sous les époques soviétiques et post soviétiques. Ceux-ci démontent tes allégations.

          +8

        Alerter
  • Patrick // 08.04.2021 à 19h27

    L’état stratège ?
    C’est une fable , on a vu les résultats dans les décennies passées , le plan calcul , Bull, la Régie Renault .
    En ce moment tous nos politiciens sont en train de s’exciter sur les relocalisations alors qu’ils ont fait tout ce qu’il fallait pour tuer l’industrie. Comme ces maires qui pleurent parce que les centres villes perdent leurs commerces alors qu’ils ont fait tout ce qu’il fallait pour que ça se passe comme ça.
    Et vous voulez rajouter encore une couche d’état, de bureaucratie et de politique ??

    Que l’état remplisse correctement ses missions régaliennes, ce sera déjà un grand pas en avant.

      +2

    Alerter
    • Dominique65 // 01.09.2021 à 19h14

      Les USA sont un exemple fort de ce que peut réussir un État stratège (rappelons que les Gafam et la très lucrative industrie de l’armement n’existeraient pas sans le soutien public). Mais il n’y a pas qu’eux : la Chine, la Corée, l’Allemagne.
      Le seul grand succès français a été le nucléaire… planifié par de Gaulle.
      Et les seules réalisations européennes ont vu le jour lorsque les États planifiaient encore : Airbus, Ariane, Iter.
      J’ai entendu une émission de télé où on expliquait que seuls le privait avait crée des vaccins contre le Covid. Et horreur, même un syndicaliste sur le plateau était d’accord. Personne ne leur a dit que la recherche publique n’existant plus en occident, elle ne peut rien trouver, et que dans les pays où elle existe, elle a fabriqué plusieurs vaccins, boudés en occident, comme l’emblématique Spoutnik V, présenté chez nous comme une agression diplomatique.

        +10

      Alerter
      • Dominique65 // 01.09.2021 à 21h07

        Précision : je parlais dans mon post de la Corée du Sud, bien sûr, dont le développement a été coplanifié par les USA.

          +2

        Alerter
      • Patrick // 02.09.2021 à 10h25

         » très lucrative industrie de l’armement n’existeraient pas sans le soutien public »
        Un très bon exemple de l’état stratège !! le fameux complexe militaro-industriel.
        Avec corruption à tous les étages , guerres sans fin pour justifier les dépenses et au final, au bout de 50 l’incapacité de tout ce bazar à sortir des systèmes d’armes efficaces ( F35 totalement foiré , nouveaux porte-avions bons à rien .. )

        L’exemple même du copinage et de la corruption de tout un système par la complicité et la corruption de l’état avec ses potes de l’industrie

          +1

        Alerter
  • Cornélius // 09.04.2021 à 16h29

    Voir aussi l’entretien fait par Punch en février 2020, sur le sujet.
    https://www.youtube.com/watch?v=5LAyropXykY

      +0

    Alerter
  • Ernesto // 09.04.2021 à 18h43

    [modéré]
    On ne fait pas de politique pour se faire plaisir (à moins d’être irresponsable) mais pour être utile et efficace. La lucidité oblige à reconnaître que le rapport des forces actuel est très défavorable à la gauche : au niveau des votants (50%), extrême droite + droite + extrême centre + centre droit = 70% ; gauche (toutes tendances confondues y compris la fausse) = 30% ; abstentionnistes = 50% .

    Conclusion : ce sont ces derniers qu’il faut convaincre que « tout n’est pas foutu » et que ça vaut le coup d’y croire encore. Une seule condition, être acteur et non plus spectateur, renvoyer aux oubliettes la délégation de pouvoir (je vote pour vous, vous vous occupez du reste).

    Si dans l’année qui reste, une dynamique populaire de volonté de changement ne se manifeste pas dans des luttes pour gagner des avancées dans tous les domaines et pousser à l’union les forces progressistes (politiques,syndicales, associatives), pour assurer le débouché politique, le pire risque fort d’être la réalité de demain.

    Rappelons-nous aussi ce constat de François Ceyrac, ex président du patronat français : « On ne fait pas la même politique avec un PCF à 20% et un à 10% (à fortiori avec un à moins de 2%!).

      +5

    Alerter
  • Patrick // 01.09.2021 à 12h53

     » depuis plus de 40 ans, l’Etat s’est appliqué à organiser sa propre impuissance »

    eh oui , quand l’état grossit et veut s’occuper de tout il devient obèse et ne peut plus se bouger !!
    ça n’a rien à voir avec une stratégie sournoise pour avantager le méchant libéralisme , c’est juste la dérive normale de tout système bureaucratique qui finit étouffer sous son propre poids.
    La destruction du service de santé est directement lié aux couches de bureaucratie mises en place ces dernières années ( ARS !! combien de milliers de bureaucrates ? combien faudra-t-il virer de milliers de soignants pour faire de la place aux bureaucrates ? )

      +1

    Alerter
    • Dominique65 // 01.09.2021 à 19h08

      Sauf que tu as tout faux : C’est lorsque l’État était fort que les services de santé étaient bons (et enviables) en France. Depuis les maastrichtiens s’évertuent à casser ce bel édifice. Et à l’hôpital, les infirmières sont remplacées par des gestionnaires, qu’on appelle autrement.
      Et il n’y a qu’à regarder dans le reste du monde pour s’apercevoir que c’est dans las pays néolibéraux que le Covid fait des ravages.

        +9

      Alerter
      • Patrick // 02.09.2021 à 10h21

        arrêtez de dire « néolibéraux » sans arrêt, ça ne veut rien dire.
        Les gestionnaires à l’hôpital , les RAS et toute la folie bureaucratique ont été mis en place par des hauts fonctionnaires sortis de l’ENA ( je croix même qu’il y avait un dénommé Castex dans le coup ), des gars entièrement piquousés à l’étatisme français pur et dur.

        Néolibéral signifie « entre les mains des hauts fonctionnaires et de la bureaucratie ».

          +0

        Alerter
        • Havoc // 04.09.2021 à 12h31

          Vous confondez, fautivement à mon avis, la Bureaucratie et l’étatisme. Supprimer l’étatisme ne permettrait pas de se débarrasser de l’enflure bureaucratique, qui n’y est pas liée. On ne peut que conseiller les analyses du regretté David Graber contenues dans son ouvrage sur la bureaucratie.

            +1

          Alerter
          • Patrick // 05.09.2021 à 08h23

            Toutes les grosses organisations ont une « tentation bureaucratique ».
            Dans le cas des états, il n’y a rien pour s’y opposer, il suffit de prendre un peu plus de fric chaque année aux citoyens sans qu’il soit nécessaire de rendre un meilleur service.
            Toute bureaucratie aura donc tendance à enfler et à capter l’essentiel du budget pour son fonctionnement propre ( voir notre système de santé ).

              +0

            Alerter
    • gracques // 02.09.2021 à 07h11

      Mais ce que peu comprennent c’est que ‘la bureaucratie’ peut être aussi neoliberale, les ARS sont le produit d’une conception’idéologique libérale pour ‘contrôler les depenses’ et ‘faire plus avec moins’ c’est comme cela que l’on vitren ‘absurdistan’ .

        +7

      Alerter
  • christian gedeon // 02.09.2021 à 09h38

    Oui…et non! Oui,l’Etat est délabré. Mais en rejeter la faute sur le seul libéralisme,c’est une blague,n’est ce pas? L’Etat est devenu une vache à lait obèse depuis la fin des années 1970.Ses fonctions ‘essentielles ont été sapées au profit d’un clientélisme tous azimuts,un tonneau des Danaïdes . Là où on eut du renforcer les fonctions primordiales que sont l’enseignement,la santé,une vraie protection sociale,la police,la justice,la défense,on a dépensé sans compter dans des ministères plus farfelus les uns que les autres.Evidemment et grâce à Mitterand,çà a été la fête du slip,si j’ose cette trivialité. ca ne s’est jamais arrêté depuis. Aujourd’hui l' »education nationale »(sic!),la santé,la justice et la police sont à l’os. Comme dit un de mes amis très terre à terre,mais où est passé le pognon?

      +1

    Alerter
  • LS92 // 02.09.2021 à 11h01

    Je suis étonné que M. FARAH n’a pas réagi sur le fait que l’on compare les dépenses publiques au PIB (Ce dernier étant la somme des valeurs ajoutées).
    D’après Gael GIRAUD, lors d’un débat sur  » Le futur selon l’institut Rousseau » (le 11 mars 2021), les dépenses publiques représentent 56% du PIB, mais seulement 22% des dépenses totales (Public+privé) de la France:
    https://www.youtube.com/watch?v=7PKhooj60DA

      +1

    Alerter
    • Patrick // 02.09.2021 à 12h42

      le PIB est un très mauvais indicateur puisqu’il agglomère de la production de biens et de services et des dépenses de l’état .
      La production du privé prise en compte dans le PIB est le résultat de « CA production – dépenses », il est donc normal que les dépenses du privé soient plus élevées que celles du public , dans ce cas de figure il n’y a pas de comparaison à faire.
      Les dépenses de l’état peuvent correspondre à une production de services ( santé , éducation ) mais ça peut aussi être n’importe quoi. Si vous embauchez 1 million de fonctionnaires bien payés pour creuser et reboucher des trous , vous allez augmenter votre PIB mais pas votre production ou votre richesse.
      Donc quand les dépenses du public représentent 56% du PIB cela signifie juste qu’elles sont supérieures à la production de richesses par le privé . La différence étant comblée par les dividendes touchés par l’état et les emprunts.

        +0

      Alerter
    • christian gedeon // 02.09.2021 à 17h30

      Vous comparez des pommes et des poires là…décidemment on fait dire aux chiffres ce qu’on veut…la dépense privée est une ânerie. Pourquoi? Mais parce que c’est cette dépense privée qui génère les impôts et in fine le budget et la capacité d’endettement! Ce 22% qui nous est jeté à la figure est un pur produit des dogmatiques qui voudtraient que les dépenses publiques continuent à augmenter de façon exponetielle. Parcequ’il fait moins « peur  » que 56%!

        +1

      Alerter
  • Ernesto // 02.09.2021 à 19h06

    Il y a trop de dépenses publiques (selon la droite et les libéraux) mais nous ne sommes pas capables de fournir un vaccin anti-covid, le privé non plus, Sanofi ferme ses labos de recherche pas assez rentables pour les actionnaires. Dans l’éducation on peine à recruter (ex Capes d’allemand) pour cause de salaires à ras des pâquerettes, même problème dans des secteurs en tension de l’économie (BTP, restauration, services, saisonniers), toujours pas de revenu étudiant leur permettant l’autonomie financière, Macron ne renonce pas à s’attaquer aux indemnités chômage et aux retraites, les salaires des 5,5 millions de fonctionnaires sont gelés depuis 10 ans, on continue de fermer des lits à l’hôpital, les personnels sont à bout et désertent en masse. Mais Le Maire cajole le patronat à son université d’été, les profits du CAC 40 explosent à plus de 50 milliards, les riches n’ont jamais été aussi riches, les pauvres aussi pauvres. La vérité c’est que la bourgeoisie de droite libérale (ou la fausse gauche qui mène la même politique), colonise l’Etat depuis des décennies et l’utilise au service exclusif de ses intérêts. Actualité brûlante de la lutte des classes, tout le reste n’est que bavardages qui servent uniquement à occulter les vraies raisons de la situation.

      +6

    Alerter
  • Ernesto // 02.09.2021 à 19h27

    Gédéon nous prend pour des demeurés! Il n’y aurait qu’une insupportable dépense publique? Quand le privé verse des dividendes (fruits du travail des salariés) aux actionnaires, règle des frais financiers aux institutions prêteuses, c’est pas de la dépense?

    Depuis quand les travailleurs du secteur public ne paient-ils pas d’impôts et de taxes diverses et variées « qui génèrent in fine le budget et la capacité d’endettement?

    A trop vouloir prouver le faux on se ridiculise!

      +6

    Alerter
    • Patrick // 02.09.2021 à 22h07

      Les travailleurs du secteur public étant payés avec l’argent public , ils ne peuvent pas verser à l’état plus qu’il n’en reçoivent, donc ils ne génèrent rien au niveau du budget. Ils rendent tout au plus 20% ou 30 %de ce qu’ils reçoivent .

      Les travailleurs du privé sont payés, les cotisations sociales sont payées par les entreprises. Et le total des coûts salariaux est bien supérieur aux dividendes versés.
      A noter que l’état est un des plus gros actionnaires de France.

      Et la dépense publique a effectivement atteint des sommets pour un service rendu de plus en plus mauvais, et ce n’est pas une question de manque de moyens , les budgets n’ont jamais diminué.

        +1

      Alerter
      • Micmac // 03.09.2021 à 20h19

        C’est toujours amusant de lire les libéraux…

        L’argent avec lequel on paye les fonctionnaires, s’il n’est pas intégralement récupéré par l’impôt, et néanmoins réinjecté dans l’économie par les dépenses de ces même fonctionnaires. il n’a pas disparu.

        Par contre, une bonne partie de l’argent versé aux actionnaires disparait bel et bien dans le trou noir de l' »industrie financière » et de l' »optimisation fiscal », bien loin de notre beau pays.

        Ça m’amuse de lire les libéraux, parce qu’on a bien l’impression que dans leur esprit, l’argent public disparait au sens propre, tandis que l’argent privé serait une « création de richesse ». Magique! Gagner de l’argent, y compris par la spéculation, c’est « créer de la richesse », même si bien sûr tout cet argent circulait déjà… Tandis que les prélèvements de l’État feraient disparaitre de la richesse. Alors que non, le pognon est toujours là, et il est largement dépensé au profit du secteur privé, d’ailleurs.

        L’argent public n’est qu’une dérivation provisoire dans la circulation monétaire. L’argent prélevé par l’État retourne entièrement dans le circuit économique (la preuve, l’État est déficitaire), tandis qu’une bonne partie de l’argent gagné par le privé disparait dans les limbes financières ou les paradis fiscaux.

        L’économie n’est pas un bilan comptable, sinon on recruterait les hauts fonctionnaires au niveau BTS…

          +6

        Alerter
        • Havoc // 04.09.2021 à 12h35

          La façon dont les libéraux économiques parlent de la « Richesse » et de la « création de richesses » est absurde et souvent appuyée uniquement sur une définition de connivence de ce que serait cette fameuse « Richesse ». On aboutit au fait que sortir chaque année un nouvel Iphone avec des périphériques incompatibles avec tout ce qui existe sur le marché est de la « création de richesses », mais ouvrir des lits d’hôpitaux autour desquels travaillent des personnels payés par la collectivité pour venir en aide à tous les Citoyens qui en ont besoin est de la « Dépense ». C’est ridicule.

            +4

          Alerter
          • Patrick // 05.09.2021 à 08h18

            Les lits d’hôpitaux ce sont des services Indispensables qu’il faut financer, donc une dépense (indispensable ).
            Et pour financer cette dépense, il faut avoir produit et créer des richesses en amont.
            Pas de production en amont, pas de lits d’hôpitaux.

              +0

            Alerter
            • Ernesto // 05.09.2021 à 17h40

              Comme je le développe plus loin, vous posez le problème du financement des services publics, antérieur à la production, et non de leur paiement, postérieur à cette même production. D’où vient l’argent du financement? En partie de la création de richesses en amont générées par le travail: l’économiste Bernard Friot a démontré que l’équipement du pays en CHU au cours des années 60 avait pu se faire sans avoir recours ni aux banques, ni par endettement mais grâce au doublement de la cotisation sociale maladie. Mais l’Etat utilise aussi l’endettement et la création monétaire « ex nihilo » pour financer les besoins collectifs d’intérêt général (cf les centaines de milliards d’argent « magique » pour aider et relancer l’économie à l’arrêt du fait de la pandémie. L’essentiel étant qu’à cette augmentation de la masse monétaire en circulation, corresponde une création de richesses supplémentaires pour en annuler les effets pervers. Et qui crée ces richesses? Les personnels qui font « tourner » leur outil de travail et sans lesquels rien ne fonctionnerait. Les salariés du secteur public ne sont donc pas uniquement une dépense, mais ils sont aussi producteurs de richesses par leur travail.

                +3

              Alerter
            • Micmac // 05.09.2021 à 21h53

              Et lorsque les services de santé seront privatisés, magie! Les économistes libéraux les feront passer du statut de « dépense » au statut de « création de richesse »…

              L’invention de cette notion de « création de richesse » est quand même une sacré bonne blague.

                +1

              Alerter
    • Christian Gedeon // 03.09.2021 à 09h01

      Mais c’est exactement ce que je vous dis cher Ernesto. Je considère les fonctionnaires comme des personnes privées qui paient des impôts au titre de leurs revenus et dépenses privés pour alimenter eux aussi la dépense publique. Je demeure, donc.

        +0

      Alerter
  • Ernesto // 04.09.2021 à 14h48

    Nous sommes en vérité au cœur d’un débat de fond: la question est: les travailleurs du secteur public (la sphère non marchande) sont-ils (ou non) producteurs de valeur économique, donc de richesses? Patrick et Gédéon en bons libéraux pensent que non, fonctionnaires de l’Etat, de la santé, des collectivités, ils « dépensent » et coûtent mais ne rapportent rien. Ce qui les rémunère est opéré par une ponction opérée sur la valeur créée dans la sphère marchande privée. Autrement dit, pour produire de l’éducation, des soins ou des services collectifs, il faut que Renault vende des voitures. Remarquons en passant que d’anciens dogmes marxistes défendent la même position.

    Je pense pour ma part (avec d’autres), le contraire. Un enseignant produit de l’éducation, une infirmière des soins, un employé municipal des services, un artiste de la culture. Cette production de biens non marchands est cependant porteuse de valeur économique d’ailleurs prise en compte dans le PIB pour environ 30% de son montant. Les travailleurs du secteur public sont productifs, la valeur qu’ils créent (non marchande mais monétaire) permet de les rémunérer.

      +4

    Alerter
  • Ernesto // 04.09.2021 à 15h23

    Dans la sphère marchande, un capitaliste anticipe une production qu’il espère vendre sur le marché. A cet effet il investit dans des bâtiments, des machines, des matières premières, des salaires, des consommations intermédiaires pour lancer le cycle de production. En fin de cycle, le marché valide socialement la vente (ou non).

    Dans la sphère non marchande, la puissance publique anticipe des besoins collectifs à satisfaire, éducation, santé, services, culture… A cet effet elle mobilise des ressources matérielles et humaines. La validation est cette fois d’ordre politique, prise à l’échelon adéquat de responsabilité. Le financement est antérieur à la production (par endettement ou création monétaire), le paiement est post production par le biais des impôts.

    Les deux sphères sont donc en tension permanente d’intérêts concurrents, chacun comprend bien que ce que l’Etat accorde à l’une va manquer à l’autre pour le développement de son activité ( même si l’Etat ne se fait pas prier pour multiplier les aides au privé, cf la crise découlant de la pandémie).

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications