Les Crises Les Crises
15.décembre.201815.12.2018 // Les Crises

Après avoir like, les Gilets jaunes vont-ils voter ?

Merci 83
J'envoie

Source : affordance.info, 05-12-2018

Le mouvement des Gilets Jaunes continue de (me) fasciner. Tant d’ailleurs sur le plan humain du voisinage que sur celui plus universitaire de l’analyse des interactions en ligne et du rôle de Facebook.

Rappel de mes articles précédents :

En plus des “grands” groupes déjà créés et visible sur Facebook (La France en colère, Fly Rider notamment) qui cumulent déjà des communautés de près de 200 000 personnes, un nouveau groupe est né récemment à l’intitulé programmatique :

Combien sommes-nous de gilets jaunes ?” (et titré : “Compteur officiel de gilets jaunes”)

Se compter. Connaître l’état des forces et des copains mobilisés. Se compter pour savoir sur qui on pourra compter. Réflexe aussi vieux que les luttes sociales le sont.


Et comme à chaque comptage, et même sur Facebook, des chiffres qui parfois diffèrent entre ceux de la police et ceux des organisateurs. La bandeau du groupe affiche ici plus de 2,5 millions de “gilets jaunes” mais le compteur des membres du groupe est – et c’est déjà considérable – de plus d’1,7 millions (gardez bien ces chiffres en tête, je vous en reparle plus bas, vous allez voir c’est édifiant ;-).

Mis à part certaines stars (du foot notamment) qui peuvent cumuler plusieurs dizaines ou centaines de millions de “fans” sur leur “page”, il est vraiment très rare qu’un “groupe” parvienne à plus d’un million et demi de membres en quelques jours.

Parmi les rares groupes à frôler le million, on citera le groupe “Wanted”, communauté d’entraide et de conseils qui compte 800 000 membres, et qui est l’une des plus grosses communautés Facebook en France.

L’adhésion à un groupe est différente de celle à une page Fan. Les pages de certaines célébrités, notamment dans le monde du Football, cumulent à plusieurs centaines de millions d’abonnés.

La “viralité” au sein de Facebook suit des chemins relativement différents selon qu’elle concerne un individu, une cause, une page, un groupe, etc. Même si le premier point commun de ces logiques virales reste leur capacité à jouer sur le registre émotionnel de l’indignation et de la colère qui sont les deux sentiments qui se propagent le mieux “naturellement”.

Mais souvenez-vous que la dimension du “défi” si elle est bien orchestrée est également capable de produire de spectaculaires incendies viraux. Ainsi en 2013 je vous racontais comment le défi consistant à récolter un million de Likes avait permis à trois petites têtes blondes de convaincre leurs parents récalcitrants d’acheter un chien, à un monsieur de convaincre sa femme d’avoir un enfant et à un ado de demander à sa copine d’avoir une relation sexuelle.

Mais revenons aux Gilets Jaunes. Et aux groupes.

Pour bien comprendre comment fonctionnent les effets d’audience et d’engagement sur Facebook il faut piger les trucs suivants. Facebook est un graphe géant. Avec différents niveaux. Et avec à chacun de ces niveaux différents “attracteurs”.

La brique de base du graphe c’est moi. Enfin vous. Enfin nous quoi. Chacun de nos profils. Et le graphe de ces 2,2 milliards de profils.

Chacun d’entre nous est en relation avec ce que l’on appelle des liens “forts” et des liens “faibles”. Les liens “forts” ce sont nos “vrais” amis / famille, les gens avec qui l’on interagit le plus souvent. Et les liens “faibles” sont “les amis de nos amis”, c’est à dire les cercles relationnels plus distants, mais dont la force et la capacité de prescription est également très efficace en cela qu’ils permettent d’avoir accès à d’autres cercles, d’autres réseaux. C’est la théorie de la force des liens faibles développée par Mark Granovetter en 1971 et dont Facebook est l’incarnation absolument parfaite.

Facebook dispose du graphe complet des liens forts et des liens faibles de chacun des 2,2 milliards de nos profils. C’est déjà fascinant (et angoissant) mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.

A un autre niveau du graphe on trouve les différentes “interactions” dont le célèbre “Like”. Et là encore, pour chacun d’entre nous, et au prisme de chacun de nos liens faibles ou forts, Facebook dispose de l’ensemble des “Like” que nous avons déposés et qui renseignent là encore assez admirablement sur nos opinions politiques, religieuses, sur notre situation sociale, sur nos intentions d’achats, sur nos goûts et nos dégoûts culturels, etc. Là encore les chiffres sont dantesques : 4,5 milliards de Likes distribués chaque jour, presque 5 milliards de contenus partagés chaque jour et plus de 10 milliards de message chaque jour. Bref “une version post-moderne de la Stasi” comme disait Julian Assange.

Et puis au milieu de tous ces graphes déjà tous reliés entre eux, il existe aussi, dans la structure du réseau lui-même, des points qui jouent le rôle “d’attracteurs”. Ces points peuvent être des profils individuels, par exemple les gens qui ont statistiquement beaucoup plus de liens forts ou de liens faibles que les autres, et qui sont donc, pour le dire très vite, plus “influents” ou qui sont des “aiguilleurs de viralité” beaucoup plus efficaces ; et puis il y a, donc, les pages et les groupes. Dont le Compteur officiel de gilets jaunes (“Combien sommes-nous de gilets jaunes ?“).

Le premier truc qui frappe avec ce groupe, c’est sa fonction de “révélateur”. Sans avoir besoin de s’y inscrire, on “voit” combien de nos amis en sont déjà membres. Faites le test. Et il n’est pas impossible que vous ayez certaines surprises dans vos liens forts ou faibles 😉

Le deuxième truc important c’est qu’il s’agisse d’un groupe (il faut s’y inscrire) et non d’une page (à laquelle on peut s’abonner ou que l’on peut “liker”). Un groupe, on y “entre”. Et une fois qu’on y est entré, l’algorithme de Facebook va faire le reste. Et comme le rappelait l’excellent Vincent Glad :

Le mouvement a été sans conteste aidé par le nouvel algorithme Facebook qui survalorise les contenus de groupes au détriment des contenus postés par des pages (et donc par les médias). Après quelques likes sur un groupe, on se retrouve submergé du contenu de ce groupe dans son fil d’actualités. Le nouvel algo a précipité les gilets jaunes dans une «bulle de filtre» où ils ne voient presque plus que du contenu jaune.

Mais au fait, Facebook sait-il compter ?

En rédigeant cet article j’échangeais sur Twitter avec Elsa Trujillo, qui vient de publier un article consacré aux groupes les plus actifs sur Facebook. Et nous n’avions pas du tout les mêmes chiffres pour le Compteur de gilets jaunes. De son côté elle avait l’information reprise sur le bandeau (2,7 millions) et moi j’avais (en cliquant sur le lien “à propos” dudit groupe) “seulement” 1,7 millions.

Donc nous en étions à WTF quand soudain j’ai compris. Quand on ne fait pas partie du groupe la partie “à propos” affiche 1,7 millions de membres. Et quand on le rejoint, la même partie “à propos” rajoute un million au compteur. La preuve avec les copies d’écran ci-dessous.

Vue en étant membre du groupe. + 1 million 🙂

Assez ahurissant non ? C’est pas la 1ère fois que Facebook bidouille les chiffres ceci dit, mais là … M’enfin, c’est le risque quand on est l’organisateur et en même temps la police 😉

Dans tous les cas la “croissance” en une semaine reste ahurissante, mais s’il fallait une énième preuve de la difficulté d’extrapoler à partir de chiffres uniquement fournis par la plateforme …

Et maintenant parlons un peu politique.

Difficile d’évoquer la mobilisation en ligne, Facebook et le mouvement des Gilets Jaunes sans convoquer en arrière-plan ce qui s’est passé dans le cadre de la campagne électorale de Trump ou du Brexit et de ce que l’on sait aujourd’hui de la manipulation de l’opinion orchestrée par Cambridge Analytica et du rôle que cela a joué (dans l’élection de Trump et dans le vote pour le Brexit donc).

Les Décodeurs du Monde ont repris les listes de revendications “officielles” des Gilets Jaunes et les ont complété par les mots d’ordre revenant régulièrement sur les réseaux sociaux ou dans les manifs pour obtenir une liste d’une cinquantaine de revendications, et les ont placées sur l’échiquier politique “de Mélenchon à Le Pen”. Vous pouvez vous-même voter “oui” ou “non” pour chacune des propositions et comparer cela avec la position des leaders des principaux partis politiques lors de la dernière campagne présidentielle. Bref c’est rigolo et assez instructif.

Naturellement, énormément de ces propositions sont apparues, dans Facebook, sous la forme de simples posts isolés et ont généré parfois des centaines de commentaires. Certaines ont aussi fait l’objet de points particuliers lors des différents Facebook Live de Fly Rider, ou d’Eric Drouet et de Priscilla Ludowsky qui sont les principaux “attracteurs” du mouvement sur Facebook depuis leurs comptes et pages respectives.

Pour Facebook il est donc très facile de très précisément savoir, à l’échelle de chaque profil individuel, qui a liké, commenté, approuvé ou désapprouvé tout ou partie des revendications, et de le faire revendication par revendication, profil par profil, avec un niveau de granularité très fin. Non seulement c’est très facile mais en plus c’est la base de son modèle économique, de son architecture technique, et de ses récents et récurrents ennuis …

Ces informations, Facebook est en capacité de les “vendre”, à tel ou tel parti politique dans le cadre de n’importe quelle élection. Pour être précis – c’est important – il ne “vendra” pas “le nom de Untel qui a liké telle proposition” mais il permettra à tel annonceur agissant pour tel parti politique ou tel lobby, d’afficher la bonne publicité ou le bon argument au bon moment sur le bon profil pour le convaincre que son candidat soutient cette idée. Bref très exactement ce qui s’est produit dans le cadre du scandale Cambridge Analytica (avec toute les histoires de “dark posts” et autres “shadow profiles”) et qui, sachons-le, va continuer de se produire puisque la seule décision de la plateforme après ledit scandale fut de promettre davantage de transparence.

#OhWait.

On a donc, une nouvelle fois un assez gros problème qui se profile à l’horizon pour autant que l’on soit attaché à une version républicaine de la démocratie. Parce que quelle que soit l’issue du mouvement des Gilets Jaunes et indépendamment de sa temporalité propre, il est absolument évident que les prochaines élections en France vont se jouer sur la cinquantaine de thèmes qui sont présentés ici. En commençant par ceux liés au pouvoir d’achat.

Quelle que soit l’issue du mouvement, la base de donnée “opinion” qui restera aux mains de Facebook est une bombe démocratique à retardement … Et nous n’avons à ce jour absolument aucune garantie qu’elle ne soit pas vendue à la découpe au(x) plus offrant(s).

Pour autant que l’hypothèse sociologique ramenant l’essentiel du mouvement des gilets jaunes aux classes populaires et aux professions intermédiaires soit valide (et je pense qu’elle l’est comme expliqué entre autres par ici), la suite est parfaitement connue, elle est même déjà écrite.

Le discrédit actuel des partis politiques “non radicaux” étant ce qu’il est, l’espoir de ne pas voir la France basculer sous présidence FN ne repose plus que sur le nombre de faux pas ou d’erreurs de communication que feront les leaders de ce parti fasciste et sur le charisme d’huître de leurs potentiels alliés. La seule alternative possible étant aujourd’hui à chercher du côté de la France Insoumise, à la seule condition que son leader charismatique parvienne à redescendre un peu sur terre.

Dans mon dernier article sur le sujet je concluais en soulignant la forme “d’émancipation paradoxale” que produisait Facebook en permettant aux Gilets Jaunes d’accéder à un espace, discursif, médiatique, organisationnel et situationnel dont ces gens-là se retrouvaient privés depuis l’effondrement des corps intermédiaires supposés les représenter.

Il n’est pas impossible que cette émancipation leur soit également volée parce qu’une nouvelle fois, il faut le dire, le répéter et le comprendre, Facebook facilite autant les révolutions sociales qu’il en compromet la victoire. Et qu’une plateforme commerciale privée se substituant à un espace de débat public a d’abord vocation à instrumentaliser toute forme d’expression singulière ou groupale au service de ses seuls intérêts économiques.

Ajoutez à cela le fait que voilà des décennies que l’action politique a privé et amputé les classes populaires et intermédiaires d’un peu de leur pouvoir d’achat et de beaucoup de leur dignité. Considérez également toutes ces années où la parole et la voix de ces mêmes classes populaires et intermédiaires, pour autant qu’on leur ait permis de l’exprimer, a été niée dans son expression même, notamment au moment du référendum européen de 2005. Et puis tant que vous y serez, n’oubliez pas d’ajouter aussi toutes ces années à refuser la proportionnelle et à déconnecter toujours davantage la votation de la représentation pour s’étonner ensuite de la montée des abstentions.

Ce que les Gilets Jaunes sont en train de tenter de rebâtir dans une errance politique qui n’est mesurable qu’à l’aune de leur désespérance idéologique c’est, simplement, fondamentalement et essentiellement, un espace réel de revendications. Rien d’autre. Autour de ronds-points qui sont leurs assemblées. Un espace réel de revendications toutes légitimes. Oui. Toutes légitimes car toutesrelevant d’un sentiment d’urgence. Et cette urgence est moins celle des fins de mois difficiles que celle d’une dignité à reconstruire.

Que la rationalité politique classique et les alcôves classiques du compromis (la fameuse “table des négociations”) paraissent tout à fait inatteignables n’est une surprise que pour ceux qui ont laissé ce fiasco s’organiser tant qu’il leur permettait de préserver leurs intérêts. Chaque plateau télé, chaque débat radiophonique confrontant les moins radicaux des Gilets Jaunes aux plus modérés des représentants politiques l’affirme avec l’évidence d’une formidable claque dans la gueule.

Source : affordance.info, 05-12-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

yack2 // 15.12.2018 à 09h20

Je commence a être agacé par cette théorie de la manipulation des élections….Faut-il à un américain de la rust belt des images subliminales dans une pub pour s’apercevoir que son usine est fermée…Faut-il à un GJ un maraboutage électronique pour s’apercevoir que son frigo est vide le 15 du mois….Il semblerait que sur les ronds points les idées essentielles émergent avec bon sens et sans manipulation…justice fiscale,répartition des richesses et RIC…Le reste est prendre les gens pour des imbéciles.

40 réactions et commentaires

  • Pierre D // 15.12.2018 à 07h42

    Les efforts des Décodeurs pour “systématiser” les Gilets Jaunes sont pathétiques.

    Après des décennies de déconstruction de la République sous couvert de dogme néolibéral dominant (sans alternative), le discours populiste a pénétré les nouvelles générations, jusqu’aux plus hautes instances de l’état: https://www.facebook.com/bfmpolitique/videos/265473907485313/

    Dans un pays ou le Chef de l’État clame à la fois que «le problème c’est l’état», «je suis le candidat antisystème» et «je suis “tous pourris”», il ne faut pas (en même temps) s’attendre à ce que les efforts des Décodeurs soient récompensés. La démagogie berne les foules et agace les citoyens.

    Dans le cas improbable où les Gilets Jaunes se “systématisent”, il est fort à parier que dans les minutes qui suivent un nouveau mouvement prenne le relaie… je propose “les pyjamas roses”.

      +17

    Alerter
  • Fritz // 15.12.2018 à 08h48

    Mais d’où qu’il parle, ce type ?
    « Difficile d’évoquer la mobilisation en ligne, Facebook et le mouvement des Gilets Jaunes sans convoquer en arrière-plan ce qui s’est passé dans le cadre de la campagne électorale de Trump ou du Brexit et de ce que l’on sait aujourd’hui de la manipulation de l’opinion orchestrée par Cambridge Analytica et du rôle que cela a joué (dans l’élection de Trump et dans le vote pour le Brexit donc). »

    Sérieusement, il s’imagine que l’élection européenne du 26 mai se jouera sur « une cinquantaine de thèmes » sélectionnés par Le Monde ? Et quand il parle de « parti fasciste », il pense à LREM ?

    Ce qui est sûr, c’est que les Gilets jaunes doivent continuer à se mobiliser, sur les ronds points, dans la rue, et dans les urnes, si le pouvoir en place n’interdit pas ces élections.

      +43

    Alerter
    • Chris // 15.12.2018 à 12h42

      Un excellent article qui démonte l’outil “réseau social”
      @Fritz
      Perso, je ne partage pas du tout votre avis.
      Oui, Facebook “permettra à tel annonceur agissant pour tel parti politique ou tel lobby, d’afficher la bonne publicité ou le bon argument au bon moment sur le bon profil pour le convaincre que son candidat soutient cette idée” (les revendications détectées par algorithmes).
      Oh bien sûr, cela n’altérera pas l’opinion des “2,36” millions de gilets jaunes (encore que ?!), mais confortera une opinion publique qui a passé l’hiver dans l’incertitude, chamboulée dans son confort consumériste, rassurée et pressée d’en finir pour que l’ordre revienne : bref le chant des sirènes qui susurrent “on vous a compris !”
      L’être humain a tant besoin de croire.
      Vous savez ces “fameux lendemains qui chantent” achetés à coup de promesses qu’un système politique néolibérales globalistes (les GOPE) est dans l’incapacité de tenir… Peut-il accepter de se saborder ? Non. Donc, il utilisera toutes les ruses et défausses possibles : c’est le coeur de métier des psyop et agences de merchandisation.
      Il va falloir être très vigilants et développer nos armes psychologiques pour démasquer les faux prophètes et illusionnistes du système : bien étudier les réseaux des nouveaux venus qui ne manqueront pas de surgir… On connait déjà les “prouesses” des actuels !
      Les gilets jaunes effectivement doivent continuer à se mobiliser et exiger la démission de Macron, chantre du “plus d’Europe”, c-à-d. de plus de servitudes et paupérisation au profit des riches.
      @Theoltd
      “Tout ramener aux élections” Hélas, ce sont les outils dont disposent les citoyens.
      Quid de la poule de l’oeuf ? Un référendum maintenant ne changera rien. Rappelez-vous le détournement de 2005 : ils sont prêts à recommencer. Observez le Brexit et les marchandages Salvini qui s’inscrivent dans le grécocide : très instructif.
      Les prochaines européennes sont une aubaine : élisons un maximum d’eurosceptiques (des vrais !) au Parlement Européen.

        +19

      Alerter
  • Theoltd // 15.12.2018 à 09h00

    Ces types veulent toujours tout ramener a des élections. Or comme le dit justement Chouard, les elections sont par nature, anti démocratiques. On peut le constater tout les jours, et la grogne actuelle le prouve. On veut des referendums.
    Ceux qui se nomment démocrates n’en veulent pas. Ce qui est bien la preuve que Etienne Chouard a raison.

      +64

    Alerter
  • Alfred // 15.12.2018 à 09h02

    Bon ben je suis gilet jaune et je n’ai pas cliqué. Et je compte aller voter. Et certainement pas gilet jaune (ce serait diviser le mouvement). Bien que le parti qui me plairait n’existe pas encore (écolo-souverainiste). C’est sans doute trop compliqué pour un expert.

      +21

    Alerter
    • Serge WASTERLAIN // 15.12.2018 à 11h02

      Bien vu, créer un parti “Gilets jaunes” ce serait faire le jeu de Macron et de son gouvernement !

        +21

      Alerter
    • Catalina // 15.12.2018 à 22h46

      Alfred je vous ai répondu sur l’article ” Contribution à la rupture….. etc.)
      :o)

        +0

      Alerter
    • Jean // 16.12.2018 à 03h41

      Les nouvelles modalités d’actions “écolo-souverainiste” des Gilets Jaunes qui vont vous plaire :

      Monsanto, L’Oréal, Amazon, BNP, Auchan : les gilets jaunes multiplient les actions contre des multinationales.

      Vous voulez adhérer à un parti politique qui n’existe pas encore ?
      Rien de plus facile, rejoignez le parti de la démocratie participative et concrétisez vos revendications !
      Disponible uniquement dans les espaces de libertés à partir de Juin 2019.
      Amicalement.

        +3

      Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 16.12.2018 à 19h19

      @ Alfred

      Cherchez bien, il existe bel et bien.

        +2

      Alerter
  • ima // 15.12.2018 à 09h07

    Un des avantages des Gilets Jaune aura été de permettre à des intellos campant à l’intérieur du périphérique de se lancer dans des élucubrations qu’ils sont les seuls à trouver intéressantes.
    C’est marrant, sur les ronds-points, l’étude de la vie sexuelle des diptères n’est pas le sujet le plus couru…

      +35

    Alerter
  • yack2 // 15.12.2018 à 09h20

    Je commence a être agacé par cette théorie de la manipulation des élections….Faut-il à un américain de la rust belt des images subliminales dans une pub pour s’apercevoir que son usine est fermée…Faut-il à un GJ un maraboutage électronique pour s’apercevoir que son frigo est vide le 15 du mois….Il semblerait que sur les ronds points les idées essentielles émergent avec bon sens et sans manipulation…justice fiscale,répartition des richesses et RIC…Le reste est prendre les gens pour des imbéciles.

      +78

    Alerter
    • Génissel Samuel // 15.12.2018 à 17h25

      Sauf que le passage à l’urne nécessitera un peu plus, que du ressentiment, de la colère ou de la révolte, il faut justement que cela refroidisse avec l’envie (plutôt que le découragement) d’y faire quelque chose et puis il y l’opprobre du vote sale (je suis convaincu que le premier vote fn est surtout un acte de colère et que par la suite on s’approprie son vote et les idées liés à son vote, faut limite du courage pour une femme noir d’assumer un vote Trump et il doit pourtant y en avoir). il y a avait une vidéo sur l’agora des savoirs, qui relaté une expérience, si vous allez voir les gens à 2 mois et pour s’inscrire sur les listes, 15 jours avant pour qu’elle ce souvienne de voter, le taux d’abstention diminue énormément.

        +1

      Alerter
      • Cédric // 15.12.2018 à 22h04

        un bon gros vote sale y’a rien de tel pour se détendre et enfin transformer sa colère.

        “Sauf que le passage à l’urne nécessitera un peu plus, que du ressentiment, de la colère ou de la révolte”

        et c’est bien là le problème !!! en dehors des élections, et des mouvements massifs de CONSOMMATEURS il n’y a RIEN, on a compris que la France avait les moyens militaires de ramener le calme OU le pouvoir voulait. (si ca crame dans les banlieues, c’est qu’ils laissent faire, CQFD)

          +2

        Alerter
    • Subotai // 15.12.2018 à 18h28

      C’est pas de ça qu’il parle.
      Ce qu’il dit, c’est que compte tenu de ce qu’on sait sur l’opinion d’un quidam, il sera facile de lui présenter des “pubs” qui le conforteront dans son opinion et qui orienteront ses actes dans une certaine direction.
      Par exemple: Tu es fan de modélisme naval.
      Et bien tu pourrais avoir une “pub” qui t’informe que Machin (une figure plus ou moins connue de ton entourage) est aussi amateur de petits bateaux et il se trouvera que Machin est aussi proche de Trucmuche – figure politique ou sociale favorable à la ligne politique de celui qui aura acheté à Facebook (ou autres) les données te concernant.
      Trucmuche (ou du moins ses Communicants) sauront produire l’extrait de son discours ou de ses activités correspondant à ce qui a ta faveur et qui apparaitra sur ta page, sous la forme par exemple de “Trucmuche, lors de son intervention sur le rond point de xxx, a déclaré bla bla bla (propos qui te caressent dans le sens du poil). Même si dans le même discours, Trucmuche a dit un truc qui te fout en rogne, tu ne le saura pas; sauf si tu fais l’effort d’écouter TOUT le (les) discours de Trucmuche et que tu laisse ton cerveau faire son boulot. 🙂
      Rien de plus classique. Sauf que c’est fait à grande échelle ET a des fins commerciales ET de manière automatisée.
      Quand on lutte pour sa survie on a guère de temps de cerveau disponible pour être un acteur dans la vie de la Cité (politique). Et c’est la dessus qu’ils comptent.
      Les gueux (Gilets Jaunes, prolos, etc…) doivent rester à la limite de l’étouffement, pour qu’il n’ait pas le temps, si la possibilité, ni la capacité de laisser fonctionner leur cerveau. C’est pour ça que les mouvements de révolte ne viennent jamais des plus pauvres de la société mais de ceux qui ont le “temps de cerveau disponible” pour que soit par conscience, soit par crainte de finir comme ça, ils finissent par trouver la situation insupportable.
      En souhaitant avoir répondu à votre attente 😀

        +5

      Alerter
      • Subotai // 15.12.2018 à 18h48

        Post Scriptum
        J’ai oublié de préciser que l’opération de propagande personnalisée ne garantissait pas que tu “voterais” au final pour Trucmuche, ou le poulain de la ligne politique à laquelle il appartient, mais tout aura été fait pour orienter ta décision à l’insu de ton plein gré.
        C’est ça la pub: il ne s’agit pas de convaincre un “hérétique”, mais d’orienter un indécis… quitte à lui offrir un faux choix pour lui faire croire à son libre arbitre.
        Mais ça c’est un autre histoire… 🙂

          +2

        Alerter
  • Jiojio // 15.12.2018 à 09h52

    L’auteur pose la question fondamentale de l’espace des revendications, qui n’existe plus vraiment en France. En allant sur le terrain des medias classiques les GJ courent un grand risque car c’est le terrain de l’ennemi, il n’est pas neutre. Paradoxalement (d’après lui) les medias sociaux comme FB sont une alternative..
    La vraie alternative est la rue, cela a marché et cela marchera.
    Par ailleurs l’espace des revendications comprend aussi la structure de nos institutions et nos représentants politiques, qu’il faudra aussi changer. Avec probablement plus de démocratie directe, de représentants élus au hasard, etc

      +16

    Alerter
  • Serge WASTERLAIN // 15.12.2018 à 10h59

    Moi je viens de m’inscrire sur face de bouc uniquement pour m’affilier à “Combien sommes nous ?”

      +10

    Alerter
  • RV // 15.12.2018 à 11h49

    “Et cette urgence est moins celle des fins de mois difficiles que celle d’une dignité à reconstruire.”

    Je dirai plutôt que ces deux préoccupations émergent parallèlement
    Il y en a une troisième c’est l’urgence démocratique exprimée à travers le Référendum d’initiative populaire.
    Cet article, fort intéressant, reste curieusement muet à son propos.
    Les GJ ont des revendications législatives et des revendications constituantes !

    La liste publiée par les Gilets jaunes comporte une quarantaine de revendications
    D’où vient donc la liste du Monde ?

      +9

    Alerter
    • Louis Robert // 15.12.2018 à 13h26

      « D’où vient donc la liste du Monde ? »

      Directement du bac de récupération.

        +6

      Alerter
  • Louis Robert // 15.12.2018 à 13h06

    « Vont-ils voter? »

    *

    Retour à la case départ (récupération): obsession du vote, substitut apprécié de la démocratie par l’enfermement de celui qui vote dans un rituel formel savamment corrompu, faussé, truqué qui permet au système totalitaire en place de se maintenir et perpétuer. En cas d’échec, les électeurs s’étant avisés une rare fois de « mal voter », le Pouvoir n’a plus qu’à passer outre, tout simplement.

    La démocratie, c’est l’ EXERCICE du pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple seul, unique souverain.

    Lorsque voter n’est si manifestement plus exercer ce pouvoir, le devoir citoyen exige que nous refusions catégoriquement de nous faire complices de pareille imposture, que nous refusons donc de voter. Cela explique la position des gilets jaunes, comme avant eux d’ Occupy. Ledit système se meurt de trop peu de participants. Ni le chantage au vote, ni même instituer l’obligation légale de voter ne sauvera ce système pourri.

    La démocratie ne s’impose pas. Ce qu’on s’acharne à imposer et que l’on s’obstine à appeler « démocratie » n’a rien à voir avec la démocratie. Il en est de même, du reste, de la soi-disant « communauté internationale », etc… qui relève de la même perversion du langage, et par là de la pensée, dans ce monde qui a tout «FAKE »… hélas!

      +14

    Alerter
    • Subotai // 15.12.2018 à 18h38

      “Lorsque voter n’est si manifestement plus exercer ce pouvoir,”
      A quel moment, voter n’a pas été manifester ce pouvoir?
      Encore faudrait il
      1) Aller voter
      2) Ne PAS voter pour celui qui “opprime”
      Imaginez:
      80% de votants, 52% de suffrages exprimés pour Poutou, Le Pen ou Mélenchon.
      Au lieu de 30% de votants et 52% de suffrage exprimé pour Macron

        +4

      Alerter
      • Louis Robert // 15.12.2018 à 22h44

        Subotai, un seul exemple, mais par excellence.

        Quand, dans ce système à la c.., le choix qui vous est donné, d’élection en élection, est constamment entre la peste et le choléra, entre le candidat téléguidé par le Pouvoir et celui de l’épouvantail FN, en votant vous n’exercez aucun pouvoir réel; bien plutôt, vous vous laissez manipuler à élire le candidat choisi pour vous par la classe politique au pouvoir. En fait, un chantage répété vous fait voter contre le FN et dire après que vous n’ « aviez pas le choix », ce que l’on entend 99% du temps, et des citoyens, et des médias, et de l’ensemble de la classe politique, etc.

        ESTIMER NE PAS AVOIR LE CHOIX, VOTER QUAND MÊME ET S’ESTIMER FORCÉ DE VOTER CONTRE LE CHOLÉRA, DONC (PAR DÉFAUT!) POUR LA PESTE, c’est précisément ne pas EXERCER DE VÉRITABLE POUVOIR.

        Cela explique que le peuple de France en soit là où, maintenant, ou bien, agenouillé, il continue de ramper, ou bien enfin debout, se soulevant de colère et de rage, il exige une nouvelle république et la démocratie directe. Le reste, qui doit nécessairement caractériser une société empreinte d’humanité et de justice pour TOUS, non seulement devrait suivre, mais assurément suivra.

        Tous comprennent dès lors la résistance acharnée, désespérée de ce Pouvoir qui s’est déshonoré et doit donc dégager, partir et se faire oublier.

          +7

        Alerter
        • Louis Robert // 15.12.2018 à 22h56

          ADDENDUM

          Macron règne par défaut avec le vote de 18% des électeurs inscrits.

            +1

          Alerter
        • Subotai // 16.12.2018 à 00h15

          Il y avait Poutou, Mélenchon voire Lassalle comme challenger à Le Pen et Macron.
          Pour tout dire j’ai voté pour celui qui avait le plus de chance d’être “Contre” au 2e tour: Mélenchon.
          Et je serai allé voter Le Pen (au 2e tour) si elle n’avait pas montré par sa prestation désastreuse qu’elle ne voulait pas (de gré ou de force) du pouvoir.
          Mélenchon élu nous avions une Révolution de Juré
          Le Pen élue nous avions une Révolution de Facto
          Insoumis de nature, le programme l’Avenir en Commun me parle suffisamment pour que je vote pour son/ses porte parole actuels, quitte à le/les virer à la première occasion si leurs actes au Pouvoir ne me plaisent pas. Et je pense que le principe de l’insoumission, porte en lui même le correctif au risque.
          Je suis toujours prêt à tenter une aventure, au lieu d’essayer de ME convaincre que celui qui a toujours fait d’une certaine manière changera soudain son comportement par magie; et revoter encore pour les mêmes. Je fais confiance à mon discernement et à ma volonté.
          Il ne faut pas se tromper. J’avais parlé ici de l’exaspération des gens. Elle a fini par les mettre dans la rue et pense que ce n’est absolument pas fini. Mais, il ne faut pas oublier que tous ces braves gens ne souhaitent qu’une chose : mettre au pouvoir un Chef qui leur assurera la tranquillité confortable minimum à laquelle nous aspirons tous (ce minimum étant des plus variable) par une délégation de responsabilité. C’est ainsi et c’est normal.
          Le risque est celui que donne Todd, que ce Chef soit agréé par la majorité des braves gens POUR ÊTRE UN TYRAN.
          C’est pourquoi actuellement au lieu des armes, la dissolution de l’Assemblée Nationale est le seul moyen de donner une respiration positive à la gouvernance.

            +5

          Alerter
          • Jean // 16.12.2018 à 04h14

            Si Mélenchon avait été opposé au candidat des médias au second tours vous auriez assisté à une campagne de propagande pour faire barrage au communisme, à la fin des libertés, à la mise sous tutelle du pays par Moscou, à de la corruption des apparatchiks, à la mort de la liberté de la presse(Ils l’auraient osé), aux tickets de rationnements alimentaires, à l’invasion d’une immigration incontrôlée…
            De quoi convaincre suffisamment de zombies et de militants de droite pour faire élire le candidat des médias dominants. Pile je gagne, face tu perds, retour à la case départ.

              +4

            Alerter
        • Jean // 16.12.2018 à 03h57

          Entièrement d’accord avec votre analyse si ce n’est que la France Insoumise est un autre parti épouvantail pouvant jouer le même rôle que le FN lors d’une élection présidentiel. Non pas parce que ces partis représentent un danger mortel pour notre pays mais parce “qu’en politique, ce qui est cru devient plus important que ce qui est vrai.” Talleyrand

            +2

          Alerter
  • TZYACK // 15.12.2018 à 15h41

    Nous aurons toujours un gilet jaune à sortir de notre boîte à gants !

      +3

    Alerter
  • Renaud // 15.12.2018 à 15h56

    Tout ceci est, bien sûr, intéressant à plus d’un titre.
    Cependant, @ Yack2 (15.12.2018 à 09h20) rappelle l’essentiel, certes, sans que les autres soient nécessairement des imbéciles, mais il faut toujours se recentrer. Car :
    le sujet qui, dans ce monde, détermine implacablement nos sociétés est celui de la monnaie. Surtout que ce – sujet – ne s’annonce jamais comme tel, tout en étant un domaine omniprésent et omnipotent!! Là se trouve le vrai pouvoir, le pouvoir réel, très matériel, mais on ne le voit pas…C’est donc celui de la création des moyens de paiements, c’est à dire de la – monnaie -, son mode de création et son contrôle, quelles que soient les formes visibles ou invisibles des monnaies.
    Toutes les sociétés productrices de tous les biens et de tous les services doivent (avec Facebook ou non) se donner la force de créer et contrôler leurs monnaies, sous peine d’être irrémédiablement réduites à l’impuissance et à l’exploitation, comme on l’a tant de fois vécu dans l’histoire et comme on le voit dans l’actualité. Les producteurs, toutes catégories confondues doivent, sous compétences financières évidemment, CRÉER LEURS MONNAIES, CAR LA MONNAIE DES BANQUIER – EST UNE MONNAIE QU’IL FAUT LEUR ACHETER OU LEUR LOUER TRÈS CHER -, c’est du vol. Mais on a donné ce droit-là aux banques. Marx a frôlé le sujet avec la plus valu, certes volée aux travailleurs par les patrons, mais Marx est passé à côté (ce n’est pas le sujet ici). Car, force est de constater que les sociétés productrices fabriquent tous les produits et tous les services pour vivre sauf une seule chose, ce qui sert à les acheter grâce à un pouvoir d’achat adéquat non entamé gravement et invisiblement (c’est ça le pire!) par la rémunération de l’argent du capital sorti du néant, dans ce cas, la chose la plus déterminante et décisive qui soit : c’est la monnaie de crédit. Alors? Ne nous laissons pas avoir comme tant de fois dans l’histoire !!

    Mes deux amis Étienne Chouard et Gérard Foucher pointent ici l’essentiel à intégrer pour ne pas se faire avoir :

    Attention,voici, ci-dessous, la pièce manquante que décrivent des 3 vidéos :

    Étienne Chouard, vidéo (14 minutes 30 sec.) (août 2018)

    https://www.facebook.com/le.message.org/videos/1781278415290571/

    et

    Gérard Foucher, vidéo (janvier 2017 mais de plus en plus d’actualité, voici ce à quoi nous sommes de plus en plus confrontés)
    (19 minutes)

    https://www.youtube.com/watch?v=AfQl_zZiN7Y

    Pour les plus pressés, Gérard Foucher, vidéo (3 minutes 33 sec.) (extraits du 26 novembre 2018)

    https://www.youtube.com/watch?v=i9V-LljUoNs

    Il y a de nombreuses vidéos de Gérard Foucher sur internet, je ne saurais trop recommander de les voir et surtout de les retenir.

      +5

    Alerter
  • Jérémie // 15.12.2018 à 16h22

    Je dois dire que je connais bien le verbe de M Ertzscheid, j’ai eu souvent l’occasion de le lire, ceci étant dû à mes études en documentation.

    Ses billets de blog témoignent de son enfermement de pensée, pensée incapable de se développer en dehors des champs sémantiques habituels du pouvoir, de la “démocratie” telle qu’elle nous est présentée par la classe dominante chaque jour.

    Ce qui donne quelque chose d’assez schizophrénique, à savoir : un “intellectuel”, en fait professeur d’université d’une science molle, qui dénonce le pouvoir avec les mêmes mots qu’utilisent ce pouvoir. Pas étonnant de le voir parler de manipulations d’opinions concernant l’élection de Trump par exemple, en évacuant complétement le vote colérique du travailleur licencié issu de la Rust Belt comme un commentateur l’a fait remarquer plus haut. Une autre phrase dans son article montre également qu’il est incapable de comprendre ce qui se passe aujourd’hui : “Et cette urgence est moins celle des fins de mois difficiles que celle d’une dignité à reconstruire.”

    Je vous invite à aller lire ses billets de blog, souvent émaillé d’une vulgarité indigeste et d’une pensée de la séparation universitaire pure. On lui demande de penser le mouvement comme il le fait, c’est-à-dire de façon “numérique” car c’est sa profession. Il serait bien incapable de sortir de son “logiciel”, et de se mettre “en mode” humain.

      +8

    Alerter
  • Frédéric // 15.12.2018 à 17h03

    Il y a une réalité sur laquelle on doit marcher: Facebook a sa logique commerciale, et c’est même une conditon vitale pour cette entreprise géante. En tant que marchand il vendra bien sûr des opinions aux partis poitiques. Or, comme pour Trump ou le brexit, ce n’est pas Facebook qui fait l’opinion, il ne fait que l’amplifier. D’ailleurs, avec les Gilets Jaunes, ce ne sont pas les équivalents de Trump ou Farrage qui ont été à l’initiative de la mise en public des idées conduisant aux scrutins décriés, mais la rue. Dans ce cas, les partis qui voudront acheter les infos sur les opinions des Français pourraient tout simplement se dire qu’ils feront des économies et liront tout simplement leurs futurs programmes gratuitement sur les réseaux sociaux! C’est peut-être ça la révolution idéale.

      +1

    Alerter
  • tournepierres // 15.12.2018 à 17h15

    Les Gilets Jaunes apprennent très rapidement a developper des techniques et des structures (horizontales) qui n’appartiennent pas a la société traditionnelle hiérarchisée. Ils doivent s’inspirer des travaux D’Etienne Chouard, de Jacques Testart (L’humanitude au pouvoir) et d’autres livres (“150 strong” a traduire, dont parlait Dmitri Orlov).

    En ce faisant ils obligent les hiérarchies de pouvoir a les rencontrer sur leur terrain, qu’elles ne comprennent pas, et non pas aller sur le terrain du pouvoir classique que celui ci domine. Je pense qu’ils en ont pris conscience. Mais ils doivent encore inventer des structures d’avenir (out of the box).

      +4

    Alerter
  • ab // 15.12.2018 à 17h33

    Comprenez vous que pour un certain nombre de personne, il leur faut absolument trouver une explication extérieure à ce qu’ils constatent dans la réalité (élection de Trump, Brexit, Gilet Jaune) parce que évidemment il ne peut pas y avoir là l’expression naturelle, spontanée d’un ras le bol général de ce que nous vendent à longueur de journée politique, média et autre intello à qui on ouvre les micros jusqu’à plus soif
    Parce que, hein ,le peuple est trop con, pour comprendre lui-même qu’on le trompe depuis des lustres
    C
    D’un certain coté ça les rassurent, ils préfèrent cela, plutôt qu’imaginer que la multitude puisse un tant soit peu réfléchir et surtout agir

      +4

    Alerter
    • Caliban // 15.12.2018 à 20h57

      “le peuple est trop con”
      C’est une idiotie évidemment. Mais l’inverse n’est pas forcément plus intelligent.

      Les technologies basées sur l’AI sont peut-être au-delà du débat peuple conscient / peuple abruti. Elles visent à manipuler notre inconscient.

      C’est comme ces gens qui passent leur temps à critiquer les journalistes et ne manquent jamais d’allumer leur poste pour assister à la Messe du 20h. Il baisse la garde, se remplit son temps de cerveau disponible.

        +1

      Alerter
  • Suzanne // 15.12.2018 à 18h27

    Pardon de mettre ça ici, mais je continue à être très perplexe pour le comptage. Pour toute la France, samedi soir dernier 36000, dimanche matin 136000, ce samedi 33000 peu après 77000. Hum.

      +3

    Alerter
  • RGT // 15.12.2018 à 19h27

    Je suis allé sur le site de l’Immonde et j’ai répondu au questionnaire (ne vous en faites pas, j’étais planqué derrière un VPN pour ne pas être identifié).

    Résultat : Je suis mélancho-hamo-lepéniste !!!

    Leur “sondage” est totalement bidon, en fait je suis anarchiste proudhonien…

    Donc je ne laisserai JAMAIS volontairement un quelconque “représentant” auto-proclamé décider à ma place de ce qui est “bon pour moi”.
    Et de mon vivant je n’accepterai jamais non plus une décision arbitraire dictatoriale obtenue grâce à une “majorité écrasante” de “suffrages exprimés” obtenue par des questions biaisées.

    Les seules VRAIES LOIS que devraient accepter TOUS les humains serait celles qu’ils auraient eux-mêmes rédigées et qui résulteraient d’un COMPROMIS qui permette de garantir qu’aucun citoyen ne soit lésé…

    C’est sûr, le nombre de lois se retrouverait drastiquement diminué mais une seule loi correctement rédigée et simple devrait remplacer des milliers d’articles dans lesquels les petits malins s’engouffrent pour contourner l’intérêt des autres.

    Exemple :
    “Il est STRICTEMENT INTERDIT de disperser, par QUELQUE MOYEN QUE CE SOIT, des produits liquides, solides ou gazeux qui pourraient s’avérer toxiques pour les êtres vivants. La peine qui sera appliquée SANS POSSIBILITÉ de remise de peine sera une peine de 10 ans de prison pour l’auteur de cet acte ET une déportation à vie dans le bagne de Cayenne pour le fabricant du produit dispersé.”

    Exit glyphosate, pesticides, dégazages dans les rivières ou dans l’atmosphère de déchets industriels toxiques… Le MEDEF en serait horrifié.

    Par contre, exit les véhicules à moteur aussi, même électriques ou à hydrogène, car ces derniers polluent certes moins que les diesels-qui-puent mais de manière bien plus insidieuse et tout aussi nuisible à l’environnement.

      +3

    Alerter
    • VVR // 15.12.2018 à 21h12

      ““Il est STRICTEMENT INTERDIT de disperser, par QUELQUE MOYEN QUE CE SOIT, des produits liquides, solides ou gazeux qui pourraient s’avérer toxiques pour les êtres vivants. ”

      Le problème c’est que votre definition recouvre un peu tout: Monoxyde de carbone bien sûr (du coup plus de bagnole), mais le dioxyde aussi, même si a plus haute dose. Sous pression , l’oxygène est toxique, et la vapeur d’eau peut vous faire mourrir par suffocation. En fait il n’y a pas grand chose qui soit sans danger.

      Notez bien que je ne suis pas hostile sur le fond, c’est juste qu’il faudrait faire attention a la forme, on peut se retrouver avec effets secondaires indésirables très facilement. C’est d’ailleurs une grande spécialité de nos dirigeants: écrire des lois anti-terroristes qui au final ne serviront qu’a empêcher une manifestation d’écologistes.

        +1

      Alerter
  • Cédric // 15.12.2018 à 21h58

    la récupération du mouvement par l’extrême gauche est encore plus fascinante que le mouvement en lui-même ^^ on en arrive à des revendications sociales ??? WTF LOL

      +1

    Alerter
  • Bouine // 16.12.2018 à 05h42

    En fait, ce que vous avez oublié de mentionner, les GJ ne veulent plus voter.
    Comme l’élection est le système qui conduit vers les partis et la corruption,
    les gilets jaunes établissent de nouvelles règles.

    Question: serez vous capable de les appréhender ?
    La suite dans le prochain épisode…

      +2

    Alerter
  • Jean-Paul B. // 16.12.2018 à 17h14

    Bonjour,
    la constitution d’une éventuelle liste “Gilets Jaunes” au élections des députés au “Parlement” Européen (dont il est bon de rappeler une nouvelle fois qu’il ne sert à rien) est portée en sous-main par la macronie (avec l’aide désintéressée de B.Tapie et J-M Baylet)
    Je m’explique,les Gilets Jaunes,quand ils votent (!),sont majoritairement plus proches de LFI et du RN qui les soutiennent que de LREM qui les combat.
    Donc l’oligarchie qui a bien compris que Macron a atteint son plafond de verre (aux alentours de 20% des votants),a également compris que la seule chance pour que son protégé et serviteur zélé arrive en tête aux “européennes”, c’est que le vote populaire (qu’elle craint!) soit détourné sur une liste dite “Gilets Jaunes” pour empêcher le RN,voire LFI,d’arriver devant la Team Macron et le mauvais tour est joué.
    Ce qui devrait nous alerter c’est que la liste dite “Gilets Jaunes” en préparation est parrainée par les chevaux de retour Bernard Tapie et Jean Michel Baylet (du PRG, ce parti dont des ministres de Macron sont membres!!!).
    Ces deux soutiens de Macron sont actuellement à la manoeuvre pour embrouiller les braves gens et permettre ainsi en mai prochain à la liste Macron d’arriver en tête.
    Pourquoi?
    Parce que si Macron arrive en tête cela lui permettra de clamer haut et fort dans les médias amis, qu’il est légitimé par le suffrage des français (quelle que soit la participation au vote!) et, à ce titre, il peut continuer librement son oeuvre de destruction des acquis sociaux (retraites,protection sociale,assurance chômage,pensions de réversion,diminution du Service Public,etc.)
    L’arnaque est visible comme le nez au milieu de la figure. C’est aux “Gilets Jaunes” d’abord et à tous les autres citoyens d’être vigilants pour ne pas se faire rouler dans la farine encore une fois.

      +3

    Alerter
  • jpc // 23.12.2018 à 04h39

    Un type qui prend comme rréférence les decodeurs du monde ne peut être ccompétent…

    Comment interpréter autrement ssont explication dde ddifférence de ccomptage des membres du groupe comme uune bbidouille de facebook, alors que c’est simplement llié aux paramètres de confidentialites de chacun ?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications