Les Crises Les Crises
9.octobre.20209.10.2020 // Les Crises

Arménie/Azerbaïdjan : Amnesty dénonce l’utilisation de bombes à sous-munitions interdites

Merci 101
J'envoie

Source : Amnesty International – 05/10/2020
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

La protection des civils pris dans l’escalade du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan au sujet de la région du Haut-Karabakh doit être une priorité, a déclaré Amnesty International, après avoir corroboré l’utilisation de bombes à sous-munitions interdites.

Les autorités de la région ont publié des images correspondant à l’utilisation de bombes à sous-munitions dans la ville de Stepanakert, capitale du Haut-Karabakh. Elles ont également fait état d’un nombre non identifié de victimes civiles après de nouveaux bombardements à Stepanakert et dans la ville de Shushi.

Les experts d’Amnesty International ont pu localiser les scènes photographiées. Elles correspondent à des zones résidentielles de Stepanakert. Ces mêmes experts ont également identifié des armes à sous-munitions M095 DPICM de fabrication israélienne qui semblent avoir été tirées par les forces azerbaïdjanaises.

« L’utilisation de bombes à sous-munitions, quelles que soient les circonstances, est interdite par le droit humanitaire international. Leur utilisation pour attaquer des zones civiles est donc particulièrement dangereuse et ne fera que provoquer de nouveaux morts et blessés« , a déclaré Denis Krivosheev, responsable par intérim du programme Europe de l’Est et Asie centrale d’Amnesty International.

« Les bombes à sous-munitions sont des armes qui frappent sans discrimination et leur déploiement dans des zones résidentielles est absolument épouvantable et inacceptable. Alors que les combats continuent de s’intensifier, les civils doivent être protégés, et non pas délibérément pris pour cible ou mis en danger de manière imprudente ».

Amnesty International a appelé toutes les parties au conflit à respecter pleinement le droit international humanitaire et à protéger les civils des effets des hostilités.

Contexte

Le 27 septembre, de violents combats ont éclaté entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie et les forces soutenues par l’Arménie dans la région sécessionniste du Haut-Karabakh de l’Azerbaïdjan. Ces derniers jours, les deux parties impliquées dans le conflit ont échangé des tirs d’artillerie et de roquettes.

L’Azerbaïdjan a rapporté que les forces arméniennes ont attaqué des zones civiles dans la deuxième plus grande ville du pays, Ganja, ainsi que d’autres villes. Bien que les experts d’Amnesty International aient vérifié que des systèmes d’artillerie à roquettes Smerch de 300 mm semblent avoir été utilisés par les forces arméniennes, les preuves photographiques et vidéo disponibles du côté azerbaïdjanais ne permettent pas encore d’analyser de manière concluante ses cibles spécifiques, ni de savoir si les têtes de roquettes contenaient des armes à sous-munitions.

Bombes à sous-munitions

Les bombes à sous-munitions sont des armes qui frappent sans discrimination et infligent des souffrances aux populations civiles des années après leur utilisation. Elles sont interdites au niveau international par un traité soutenu par plus de 100 États. Amnesty International appelle l’Arménie et l’Azerbaïdjan à rejoindre la Convention sur les armes à sous-munitions.

Les armes à sous-munitions dispersent des centaines de bombes, ou sous-munitions, sur une vaste zone. On estime qu’entre 5 et 20 % des bombes à sous-munitions n’explosent pas. Elles sont alors laissées sur place, ce qui représente pour les civils une menace similaire à celle des mines terrestres antipersonnel.

L’utilisation de ces bombes enfreint l’interdiction d’attaquer sans discrimination en raison de la vaste zone couverte par les nombreuses petites bombes larguées et du danger qu’elles représentent pour tous ceux qui entrent en contact avec les munitions non explosées.

Source : Amnesty International – 05/10/2020
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Commentaire recommandé

Alfred // 09.10.2020 à 07h52

Deux compléments:
1- Israël ne fournit pas seulement des bombes à sous munitions que l’Azerbaïdjan a effectivement utilisé contre des zones résidentielles ; Israël fournit surtout à l’Azerbaïdjan l’équipement qui change la donne dans ce conflit (et sans doute dans les conflits futurs): des munitions « flaneuses » (loitering ambition). Autrement dit des drones suicides de type « harop ». Ces engins sont responsables d’une grande partie des pertes d’équipements difficilement remplaçables pour les armeniens (chars, canons avec les pertes humaines qui vont avec). Les avancées azeries n’auraient jamais eu lieu dans ces engins bien plus efficaces que la chair à canon des mercenaires syriens.
2. Les « experts » d’Amnesty passent sous silence aux moins trois occurrences de mises en scènes ridicules des azeris. Par exemple la mise en scène de l’attaque du gazoduc avec des sous munitions (celles la même qu’Israël n’a vendu qu’aux azeris) empilées en tas sur le sol (c’est pas vraiment leur mode de dispersion). Ou l’attaque d’objectifs avec un type de missile en montrant des restes d’un autre type de missiles. Ou des incohérences sur les portées.
Bref. Le côté « tant L’Arménie que l’Azerbaïdjan » d’Amnesty (bien qu’on y soit habitué) est insupportable car il est mensonger.
Comme en Syrie tout le monde ment mais certains mieux que d’autres. Et certains agressent et d’autres se défendent. Mettre tout le monde sur le même plan n’est pas de l’équité. Être juste c’est dire le vrai.

20 réactions et commentaires

  • Alfred // 09.10.2020 à 07h52

    Deux compléments:
    1- Israël ne fournit pas seulement des bombes à sous munitions que l’Azerbaïdjan a effectivement utilisé contre des zones résidentielles ; Israël fournit surtout à l’Azerbaïdjan l’équipement qui change la donne dans ce conflit (et sans doute dans les conflits futurs): des munitions « flaneuses » (loitering ambition). Autrement dit des drones suicides de type « harop ». Ces engins sont responsables d’une grande partie des pertes d’équipements difficilement remplaçables pour les armeniens (chars, canons avec les pertes humaines qui vont avec). Les avancées azeries n’auraient jamais eu lieu dans ces engins bien plus efficaces que la chair à canon des mercenaires syriens.
    2. Les « experts » d’Amnesty passent sous silence aux moins trois occurrences de mises en scènes ridicules des azeris. Par exemple la mise en scène de l’attaque du gazoduc avec des sous munitions (celles la même qu’Israël n’a vendu qu’aux azeris) empilées en tas sur le sol (c’est pas vraiment leur mode de dispersion). Ou l’attaque d’objectifs avec un type de missile en montrant des restes d’un autre type de missiles. Ou des incohérences sur les portées.
    Bref. Le côté « tant L’Arménie que l’Azerbaïdjan » d’Amnesty (bien qu’on y soit habitué) est insupportable car il est mensonger.
    Comme en Syrie tout le monde ment mais certains mieux que d’autres. Et certains agressent et d’autres se défendent. Mettre tout le monde sur le même plan n’est pas de l’équité. Être juste c’est dire le vrai.

      +40

    Alerter
    • RGT // 09.10.2020 à 10h23

      Vous risquez de vous attirer, par ce commentaire d’une grande objectivité que je partage totalement, les foudres des représentants du « peuple élu » qui veillent en permanence sur toute information ou opinion qui pourrait mettre en cause la « bienveillance » et la « légitimité » de la « nation la plus démocratique de cette planète ».

      Si une compagnie de trolls se réveille votre commentaire risquera de se trouver supprimé pour que les modérateurs de ce site ne soient submergés de « corrections bienveillantes » à un commentaire qui n’avait strictement rien d’agressif pour quiconque.

      J’ai déjà connu ces attaques lors de commentaires tout à fait factuels et sans aucune animosité et je me demande encore pourquoi je n’ai pas encore reçu la visite de représentants de la LDJ à mon domicile.

      Ce n’est pas parce les fidèles d’une RELIGION ont été victimes de massacres atroces (que je ne nie pas) que leurs « décideurs » politiques se comportent comme les pires voyous au prétexte que certains de leurs ancêtres ont été victimes d’actes qu’ils commettent sans complexes.

      Si tous les peuples se comportaient de même la terre entière ne serait qu’un théâtre de conflits sans fin.

      De plus, les véritables responsables de ces massacres ne sont pas les « gueux » mais les « élites » qui les dirigent par la force et par la ruse en réussissant dans la plupart des cas à passer entre les mailles du filet de la véritable justice.
      En étant préservés par les dirigeants « ennemis » qui ne souhaitent surtout pas que leur population se réveille et les fasse eux-mêmes passer devant une justice populaire.

        +15

      Alerter
    • LibEgaFra // 09.10.2020 à 11h21

      Et donc Israël participe activement si ce n’est à un nouveau génocide des Arméniens, du moins à un nouveau nettoyage ethnique – le précédent avait commencé à Deir Yassine. On peut également s’étonner qu’Israël se trouve aux côtés d’Erdogan dont les liens avec les Frères Musulmans sont connus. Sauf que la cible, c’est l’Iran.

      La morale, c’est qu’il n’y en a aucune.

        +12

      Alerter
  • RGT // 09.10.2020 à 08h58

    Les « experts » d’Amnesty International auraient été bien inspirés de se réveiller quand les USA ont attaqué de nombreux pays avec des armements qui étaient déjà interdits.

    Comme l’essentiel des revenus de cette « association à but humanitaire » proviennent des USA ils ne vont surtout pas se tirer une balle dans le pied en mordant la main qui les nourrit.

    Pour contrebalancer les biais de cette association il faudrait créer son pendant financé cette fois par les russes et les chinois.
    En comparant les informations publiées par les DEUX associations ils serait possible de s’approcher enfin de la réalité des faits.

    Et surtout de comprendre que les guerres ne profitent toujours qu’aux « dirigeants charismatiques » et aux « marchands de canons », jamais aux peuples des deux camps qui financent par l’impôt et leur propre sang ces boucheries sans nom.

    C’est vraiment l’existence de gouvernements centralisés sans aucun contrôle de la population qui est depuis toujours à l’origine de ces problèmes ne l’oubliez pas.

    Et quelque soit le « parti politique » au pouvoir ou ceux qui sont en position de le remplacer de manière officielle la seule certitude que vous avez est que tous ces opportunistes ne changeront surtout pas la constitution, ni les lois, ni les « hauts fonctionnaires » et tous ceux qui naviguent à proximité du pouvoir pour en retirer des profits personnels au détriment de la population impuissante.

    Quand le ver est barricadé dans son bunker imprenable il est totalement impossible de l’en déloger par des moyens « légaux ».

      +22

    Alerter
    • rezibex // 09.10.2020 à 19h12

      « Et surtout de comprendre que les guerres ne profitent toujours qu’aux « dirigeants charismatiques » et aux « marchands de canons », jamais aux peuples des deux camps qui financent par l’impôt et leur propre sang ces boucheries sans nom. »

      Superbe. Vous avez su dire en peu de mots toute la tragédie de l’humanité. Honnetement, tout est là. Dans ce que vous avez dit.

      Plus de 4000 ans d’histoire montre que nous ne sommes que des larbins ou de la chair à canon pour ces gens là. Quand est-ce qu’on arretera de se laisser faire crever par l’aristocratie ? A quand une véritable démocratie ?

        +4

      Alerter
  • Jean-Do // 09.10.2020 à 11h09

    Amnesty (AI) intervient et la presse occidentale la relaie, deux indices qui font penser que les néo-cons américains, tel Joe Biden et les républicains en sa faveur, ont choisi leur camp et préparent tout doucement leur opinion à intervenir. Et comme les accusations portées par AI vont à l’encontre des Azerbaïdjanais, il est légitime de penser que leur cœur penche vers les Arméniens, peut-être parce qu’ils sont en train de perdre et que les va-t-en-guerre seraient heureux d’un conflit plus ou moins larvé qui gêne principalement la Russie.

    De toute façon, les guerres sont du tout-bénéfice pour le complexe militaro-industriel et néo-coloniale : l’argent du pétrole arabe revient pour faire tourner les usines occidentales de matériel improductif par excellence. Moins de chômeurs et plus de rentabilité des capitaux : joie et félicité, sauf pour les civils et la planète mais comme ça ne rapporte rien aux actionnaires…

      +6

    Alerter
  • Ellwyng // 09.10.2020 à 12h57

    Comme je l’écris depuis plusieurs années, suite à l’éclatement de l’URSS, des pays en ont profité pour se tailler des frontières sans aucun rapport avec leurs frontières réelles. Les exemple de la Géorgie, ou même de l’Ukraine et bien d’autres sont flagrants. Cette situation qui a déjà été rencontrée dans l’histoire a fait l’objet de nombreux arrêts de la Cour de Justice Internationale en particulier lors du démantèlement des empires coloniaux ou des Etats issus de colonisations différentes comme en Amérique du Sud entre Espagne et Portugal. La Cour ne s’est jamais penchée sur ces délimitations de frontières et les occidentaux ont entretenu la confusion entre frontières administratives et frontières réelles, l’exemple de la Crimée ou de l’Ossetie et de l’Abkhazie sont des cas d’école. Mais cette « négligence » avait un but, celui de pouvoir au gré des révolutions, aujourd’hui de couleur, agir sur les leviers à la périphérie de la Russie. Le levier azerbaidjanais fait le bonheur des délires ottomans d’Erdogan qui, il est assez évident pour moi, est ici manipulé par les USA, ce conflit avec l’Arménie a été, un hasard surement!, activé au moment où la Biélorussie n’a pas été déstabilisée par la manipulation occidentale avec cette « opposante » qui ne représente qu’elle et son mari. Tout cela relève une fois de plus du terrorisme international US qui, en totale déroute, allume des feux partout aux fins de faire éclater des guerres pour redresser son économie et rester intact pensant, comme toujours être en sécurité de par ses frontières maritimes et terrestres… jusqu’à quand?

      +6

    Alerter
  • Savonarole // 09.10.2020 à 14h06

    J’ai l’impression que ce conflit est une proxy war de plus.
    Il est difficile de trouver des raison objective à la résurgence de la violence après une période de 20 ans sans anicroches, pas de terrorisme ni de séparatisme, peu d’indépendantistes aux élections dans la période. Par contre, deux frontières (Russie+Iran), un gazoduc destination Europe, et deux des seules routes du coin pour traverser le Caucase entre le Levant et l’Asie (et ultimement couper un des relais terrestre possible de la BRI), le tout semble fort pratiques pour une stratégie d’encerclement tous azimuts dans le style qu’affectionne actuellement le DOS.
    Après, que les gens jouent au con avec des ordonnances pas jojo en cas de conflit, c’est pas vraiment nouveau sous le soleil , entre les gaz instrumentalisés en Syrie, les obus à flèches ou au phosphore lors de l’opération « plomb durci », l’utilisation à l’excès des mines AP et des IEDs en Afghanistan ; bref, la première loi de la guerre c’est qu’à la guerre il n’y a pas de lois … est-ce encore nécessaire de le rappeler ?
    Sinon, en se plongeant dans l’histoire du coin on comprend la motivation du pacha : finir ce qui n’a pas été fini en 1916 et qui n’est censé n’avoir jamais existé. Pourquoi tant de haine ? Je suis pas dans la tête du débile en question , on va donc laisser la question à ceux qui feraient mieux de faire un peu d’introspection avec leur dieu.

      +6

    Alerter
  • Kiwixar // 10.10.2020 à 05h24

    Il me semble que cette guerre a aussi pour fonction, pour les puissances régionales, de TESTER leur matériel (drones, brouillage, aviation) et leurs soldats en situation réelle.

    Ça a été, à mon avis, une des motivation pour la Russie d’intervenir en Syrie. Il me semble avoir lu que l’intégralité des pilotes russes ont fait des sorties au-dessus de la Syrie, en situation de combats (bombardements au sol) en environnement plutôt hostile. Bien mieux que des exercices.

    C’est un peu comme si, anticipant l’avidité en pétrole des années à venir (épuisement du pétrole de roche-mère US), tous les participants régionaux et mondiaux (US, Russie), s’apprêtent pour une déflagration proche inéluctable… qui permettra en plus un reset financier, une tentative pour l’occident d’aller re-diriger le Proche-Orient directement, déglobaliser, dépolluer (quelques milliards d’humains en moins).

      +0

    Alerter
    • Alfred // 10.10.2020 à 10h11

      On ne peut exclure cette composante du tableau pour les us, Israël et la Russie mais il me semble que l’aventurisme militaire turc dépasse ce cadre (bien que ce soit l’occasion de montrer les nouvelles compétences turques en matière de drones par exemple).
      Dans tous les cas on peut noter avec beaucoup d’inquiétude l’évolution de ces conflits entre la guerre du dombas (utilisation de drones commerciaux pour le renseignement et le réglage de l’artillerie), la guerre d’Irak et de Syrie (invention/ bidouillage de drones lacheurs de bombes à partir de drones commerciaux par Isis puis drones suicides contre les russes), le développement accéléré de drones armes par la Turquie (à un rythme beaucoup plus rapide que ce que la France a su produire elle même ou même acheter sur étagère), puis le développement de drones suicides par Israël et leur utilisation par les azeris. Cela fait longtemps que le Pentagone et consort « vendent » la guerre à distance et les essaims de drones coordonnés « pour bientôt ». Mais nous voyons déjà l’utilisation massive de drones suicides dont l’efficacité est impressionnante. Les Arméniens semblent démunis face à cette arme et ne semblent pas disposer de suffisamment de contre mesures (que la Russie pourrait leur fournir comme au dombas mais elle semble plus préoccupée de garder une position d’arbitre).
      Tout cela est inquiétant pour la France et sa capacité à se défendre sur son territoire même. La France possède la technologie pour se défendre de telles attaques de drones relativement « low tech » (accessibles…) mais ses élites ont pas montré ni anticipation ni loyauté dans ces matières.

        +2

      Alerter
  • christian gedeon // 10.10.2020 à 19h27

    Ah! Publié puis modéré. Il ne faut donc pas dire que le panturquisme est en marche. Il ne faut pas dire que l’Arlenie est un pays chrétien . Que l’Armenie est attaquée par deux pays turcs et musulmans. Il ne faut peut être pas dire non plus que les turcs et leurs affidés kurdes et déjà azéris avaient massacre les arméniens dès la fin du dixième siècle . Bref il ne faut pas dire. Je dis. Peut être serais je modéré. Ou pas. Selon qu’on peut dire ou pas.

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications