La loi bancaire est en Discussion en séance publique à l’Assemblée.

Je ferai des petits commentaires sur le best of des échanges. Je parlerai du fond bientôt…

1er séance du 12 février

Je passe sur le flan du ministre.

Intéressons nous à la vision du président UMP (j’insiste) de la commission des finances.

mes chers collègues, nous avançons seuls. Si, aux États-Unis, en Allemagne et au Royaume-Uni, des dispositions sont à l’étude, elles n’entreront en application qu’à l’horizon 2018, 2019, voire 2020. Quant à l’Union européenne, elle travaille actuellement sur des orientations censées prendre la forme d’une directive, qui ne sortirait toutefois qu’à la fin de cette année.

Monsieur le ministre, il est essentiel que vous veilliez à ne pas pénaliser un secteur industriel qui représente 400 000 emplois et 30 000 embauches par an, dont la moitié de jeunes de moins de trente ans. Il ne faut pas que notre pays, en voulant toujours être le premier, en voulant se donner en exemple, nuise à ses propres entreprises.

Donc le monde entier réfléchit au sujet, mais on est les seuls, ok…

Il est vrai que nous sommes les premiers, mais comme la loi française ne change presque rien, contrairement aux projets des autres pays, il n’est pas étonnant qu’on puisse avancer plus vite…

L’argument des 400 000 emplois, repris de la FBF via Moscovici, est à pleurer de rire : c’est bien parce qu’il y a 400 000 emplois qu’il aurait fallu protéger le secteur ; en scindant les activités, on aurait créé de l’emploi, en doublonnant les fonctions.

Une partie des 30 000 embauches de jeunes est le problème : ce secteur détourne des talents de l’économie réelle pour les occuper à détruire le système financier – brillant…

Penser aussi aux 3 millions de chômeurs de l’économie réelle…

il faut également veiller à un deuxième aspect, à savoir le financement de nos entreprises. Les entreprises, y compris celles de taille moyenne, sont conduites à recourir de plus en plus aux marchés financiers.

Ça aussi, c’est une ânerie à arrêter d’urgence, il faut que nos banques financent l’économie, point barre.

je note que vous ne l’avez pas indiqué dans votre rapport, madame la rapporteure –, il faut savoir que, du seul fait de la garantie de l’État, 3 milliards d’euros de recettes budgétaires ont été mis en œuvre, entre la SFEF et la SPPE.

Alors là, on ne rêve pas : le président de la commission est content de la crise de 2008 qui, par miracle, a été contenue, et a rapporté un peu d’argent sur les 4 grandes banques. (moins que ce chiffre d’ailleurs). Bon, le million de chomeurs en plus est juste un dégat collatéral, hein… Eh bien alors, vivement la prochaine crise bancaire pour voir combien on va gagner…

Certes, il y a eu le problème Dexia,

Ah oui, flûte, la 5e banque a fait faillite. Bilan : 5 Md€ de pertes et 40 Md€ de garanties sur le stock restant… Flûte, 3-5 = -2, pas si rentable finalement les faillites bancaires…

alors, mes chers collègues, soyons plus modestes et connaissons nos limites : le politique n’est pas irréprochable.

Tu l’as dit, bouffi…

J’en viens à l’option choisie par le Gouvernement, celle du cantonnement des activités sans utilité pour l’économie. Je pense que cette option est la bonne, parce que c’est celle retenue par le rapport Liikanen, qui présidera probablement aux grandes orientations de la directive.

À ce stade, je voudrais faire deux observations, en commençant par la tenue de marché. Je pense qu’il est bon de conserver les activités de tenue de marché dans la banque commerciale. Notre rapporteure, qui a d’ailleurs rédigé un très bon rapport, que je vous invite à lire…

Charmant… Trop d’opposition tue l’opposition… Mais bon, c’est la même loi, en un peu moins ambitieuse que vient de proposer Angela Merkel en Allemagne – difficile de trop critiquer…

On va filialiser 25 moins que ce proposait le rapport Liikanen, mais bon, c’est une paille…

Le premier point que nous devons constater, c’est cette particularité française qui veut que les dépôts soient inférieurs aux crédits : les dépôts ne permettent pas de couvrir la totalité des prêts. Par conséquent, la banque doit faire appel aux marchés financiers.

Erreur totale, mais j’y reviendrai.

Tant que la banque fera appel aux marchés financiers, nous aurons ce problème de liquidités.

Erreur totale, deuxième. Faut se renseigner sur ce qu’est une banque avant de parler… Tant qu’elle accordera des crédits, elle sera en risque de liquidité…

Quant aux hedge funds, monsieur le ministre, j’ai bien aimé votre expression de « double face » pour les qualifier. Là aussi, il faut avoir une approche pragmatique. Les banques doivent prêter aux hedge funds, car elles trouvent dans ce type d’opérations une partie de leurs liquidités, ainsi que de la couverture des différents produits dérivés qu’elles détiennent. La solution que vous nous proposez, et qui consiste à n’accepter, dans la banque commerciale, que les relations sécurisées, me paraît être la bonne.

Charmant… Trop d’opposition tue l’opposition…

Dire que les hedge-funds apportent de la liquidité aux banques, c’est… stupéfiant.

Pour terminer, je voudrais insister sur un point : les banques de détail doivent rester rentables. Si une banque de détail n’est pas rentable, que fait-elle ? Elle se tourne vers les activités de marché, ou est conduite à une contraction de ses activités de financement de l’économie. En ce moment, alors que les taux d’intérêt sont bas et que la rentabilité tirée des dépôts est d’autant plus faible, nous devons être particulièrement attentifs à garder des banques de détail qui gagnent leur vie. À défaut, comme l’a très bien dit M. le ministre, c’est la présence de notre réseau bancaire sur tout le territoire qui sera mise en danger. En commission des finances, un certain nombre d’entre nous ont mis l’accent sur la concurrence, très préoccupante, des banques en ligne. Je le dis solennellement : l’industrie bancaire est un secteur qui marche, prenons garde à ne pas le déstabiliser.

Je reviendrai aussi sur la rentabilité des banques – faut pas s’inquiéter, tout va bien pour elles…

Amusant, la droite est donc contre la concurrence qui fait baisser les prix, ok, c’est nouveau, ça vient de sortir. Mais attention, ça n’est préoccupant que pour les banques, pour votre entreprise, no soucy, c’est “main invisible”, “concurrence libre et non faussée” et “démerdez-vous face aux chinois”.

J’ai été frappé, lors de l’audition de John Vickers, par le pragmatisme absolu de ce Britannique. [Il a dit :] “Nous devons avoir le maximum de hedge funds et être les plus performants possible sur les produits dérivés ». Voilà le pragmatisme anglais, mes chers collègues. Je souhaite que nous nous en inspirions pour sauvegarder nos 400 000 emplois.

Mais ouiiiiiiii, développons encore plus la spéculation et les hedge-funds, que c’est génial tout ça !!!!! Nous vouloir encore plus traders, plus pognon…

Le mot de la fin pour cette première séance :

M. François Brottes, président PS de la commission des affaires économiques. […] Si la thématique du texte peut faire consensus, ou presque, l’audace – je dis bien l’audace – de son contenu doit encore être expliquée, ce dont chacun conviendra. Là où certains souhaitent que l’on s’abstienne de légiférer, là où d’autres souhaitent, au contraire, un grand, soir, le Gouvernement a choisi de mettre en œuvre une politique financière de transparence, de prudence et d’efficacité, en tenant en quelque sorte la spéculation en lisière.

Le Gouvernement a également souhaité instaurer une régulation à la fois plus réactive et plus complète, ce qui permettra de prévenir tout risque de crise bancaire semblable à celles que l’on a pu connaître par le passé. Mieux vaut prévenir que guérir, et peut-être l’histoire retiendra-t-elle que la nouvelle régulation bancaire, ce n’est pas la fin des banques, c’est la fin de la banqueroute ! (Rires et applaudissements sur les bancs du groupe SRC.) […]

Pour conclure, monsieur le ministre, mes chers collègues, je ne peux que souhaiter l’enrichissement de ce texte – enrichissement non pas sans cause mais avec cause (Sourires) –, qui a déjà donné lieu à une très large concertation avec toutes les parties en présence et toutes les personnes intéressées, et qui, sans aucun doute, fera date dans la réglementation bancaire non seulement française, mais aussi européenne. Il s’agit pour nous non pas de donner des leçons mais de mettre en œuvre un engagement fort et salutaire.

Je m’arrête là, madame la présidente.

Mme la présidente. Je vous remercie, monsieur le président ; nous avons eu droit à un petit bonus. (Sourires).

Je pense que ces gens se droguent, ce n’est pas possible autrement.

Ils rient bien avec la sécurité de notre épargne et du financement de toute l’économie.

J’ai une pensée émue en me disant que je ressortirai probablement ce post dans 2 ou 3 ans, et qu’à ce moment, on rira beaucoup moins de la légèreté actuelle…

A suivre, pour une prochaine “ploilade”…

27 réponses à [Loi bancaire] Assemblée I Discussion 1

  1. vincentr Le 13 février 2013 à 14h34
    Afficher/Masquer

    Vu qu’ils se droguent avec notre épargne, ils ont tout intérêt à ce que les règles ne changent pas.

    A ce sujet, j’ai beaucoup aimé la vidéo du “Président” sur le site de Paul Jorion. je pense qu’on pourrait refaire la même scène avec nos députés actuels (il nous manquera le président par contre).


  2. Celimen Le 13 février 2013 à 14h41
    Afficher/Masquer

    On peut etre dubitatif sur les positions d’OB sur la reforme, mais là, ce Carrez, c’est…
    affligeant 🙁 …


  3. Eva Green Le 13 février 2013 à 14h55
    Afficher/Masquer

    Cher Olivier,
    vous avez le droit d’être en colère.
    Dans 2 ou 3 ans vous direz ce que dit Sœur Angélique Arnaud dans “Port-Royal”, l’intemporelle pièce de Montherlant :

    “Je pleure de la douleur d’avoir raison”.


  4. Arnould Le 13 février 2013 à 14h57
    Afficher/Masquer

    C’est proprement scandaleux: sur les deux “erreurs totales”, c’est ce que je pensais du fonctionnement des banques quand j’étais petit, mais alors tout petit, genre quand j’avais 10 ou 12 ans, il y a donc bien une quarantaine d’années… Gilles Carrez, il n’est tout de même pas sorti de l’école en 6ème, non?


  5. Hadrien Le 13 février 2013 à 15h20
    Afficher/Masquer

    GILLES CARREZ :
    – Le premier point que nous devons constater, c’est cette particularité française qui veut que les dépôts soient inférieurs aux crédits : les dépôts ne permettent pas de couvrir la totalité des prêts. Par conséquent, la banque doit faire appel aux marchés financiers.

    Effectivement, “Faut se renseigner sur ce qu’est une banque avant de parler…”
    On a du mal à penser que le président de la Commission des finances…
    puisse proférer une ânerie pareille!
    Avec un taux mulplicateur en pratique de dix, et théoriquement permissif jusqu’à cinquante (2% actuels de réserves obligatoires), il y a de la marge… d’autant que les français sont numéro 1 de l’épargne en Europe.
    On se demande si Gilles Carrez ne prend pas plutôt ses collègues pour des billes!


  6. Marcus Le 13 février 2013 à 15h30
    Afficher/Masquer

    Vous savez, le but d’un homme politique c’est :
    1/ de se faire élire
    2/ de se faire réélire.

    Le reste …


    • Casquette Le 13 février 2013 à 15h42
      Afficher/Masquer

      De se faire élire par les citoyens , pas par les banquiers.
      Mais c’est vrai que son intervention à l’Assemblée prête à confusion !


      • step Le 14 février 2013 à 09h36
        Afficher/Masquer

        pas de banquiers pas de sous pour la prochaine campagne… soyons clair dépendance au banquier > dépendance au citoyen chez un politique.


  7. Dan Le 13 février 2013 à 16h57
    Afficher/Masquer

    En fait, ceux qui veulent sauver les banques ou les protéger ce sont les adminisations étatiques elles-mêmes. Et comme, parmis elles, il y a les banques centrales, celles-ci viennent au secours des banques exclusivement pour qu’elles continuent à bailler des fonds au secteur public, poussant parfois l’arrongance jusqu’à recommander des restrictions de crédits pour ceux qui veulent investir, par exemple, dans leur propre entreprise. L’Etat se positionne ainsi en adversaire du peuple, pour conserver ce qui apparaît comme des privilèges. Il fait feu de tout bois pour encadrer sa trahison de la cause populaire d’une propagande écoeurante. Dans un tel cas, Robespierre estimait que l’insurection était un devoir relevant des droits de l’homme. Pour l’éviter, l’Etat dans sa fuite en avant qui lui reste : la guerre le mariage gay, la dépeinisation de la drogue, c’est pas durable! Ecran parfait pour la fuite en avant d’une élite qui aura squatté et pillé le pouvoir avant de laisser le pays en ruine et en conflit


  8. Fabrice Le 13 février 2013 à 16h59
    Afficher/Masquer

    Merci Dami1FR je vais regarder ça ce soir au calme ! 😉

    Mais quand je vois que les espoirs de modifier la loi repose sur le parlement, je déprime et franchement j’envie le punch d’Olivier avoir de tels interlocuteurs en face c’est inquiétant qu’ils gèrent notre futur sans avoir un contrôle derrière pour recadrer leur bêtise…


  9. BIGGLOP Le 13 février 2013 à 18h41
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier pour cette retranscription de ce premier débat.
    En conclusion, un grand principe politique : “tout doit changer pour que rien ne change”
    Pour la diffusion, tardive, de “Ce soir ou jamais”, j’ai apprécié le débat, vos interventions mais aussi celle d’Edgar Morin qui a souligné l’impérieuse nécessité de sortir du “cadre” actuel.
    L’inénarrable Marc Touati était présent, avec “l’expert” Lenglet et Valérie Rabault (ex-Socgen et BNP Paribas Arbitrage).

    Non accessoirement, B Obama a donné “le coup d’envoi” d’un accord transatlantique global sur le commerce et l’investissement avec l’Union européenne parce qu’un commerce libre et équitable de part et d’autre de l’Atlantique soutiendra des millions d’emplois américains bien payés.
    http://www.rtl.fr/actualites/info/economie/article/barack-obama-souhaite-une-zone-de-libre-echange-entre-etats-unis-et-europe-7758129752
    Il ne s’agit, rien de moins, que de la mise en place du Grand Marché Transatlantique pour 2014/2015
    Le lien “Pour une Europe intelligente” (partenaire Fondation R Schuman ?)
    http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1033
    JL Mélenchon : http://www.dailymotion.com/video/x9203t_jean-luc-melenchon-le-futur-grand-m_news#.URvQFvIwhR4


    • Marcus Le 13 février 2013 à 19h37
      Afficher/Masquer

      BIGGLOB, le discours d’Obama que tu relates où il a parlé d’une grande zone de commerce transatlantique, ou appelé Grand Marché Transatlantique, ça c’est du lourd !!!
      Je l’ai entendu vite fait sur France Info et puis plus rien. Je devrais peut-être écouter RTL puisque je vois que c’est sur leur site … LOL

      Quant à l’émission d’hier soir (ou ce matin tôt car il était minuit passé) “Ce soir (ou jamais)” je partage tes commentaires sur les différents intervenants.
      Olivier a été très bon !

      Bonne soirée à toutes et à tous.


  10. peyo Le 13 février 2013 à 19h00
    Afficher/Masquer

    les discours ne parlent que de protéger les banques, et leurs emplois. Les citoyens qu’ils sont censés représenter ils sont passés où ? L’oligarchie nous guette.


    • step Le 14 février 2013 à 09h41
      Afficher/Masquer

      l’oligarchie c’était déjà le passé, maintenant le jeu politique est qui dans l’oligarchie a la meilleure place (industriel/financier) pour mieux ramasser dans les années qui viennent.


  11. fabien775 Le 13 février 2013 à 19h37
    Afficher/Masquer

    Je suppose que le gouvernement actuel s’appuie sur les conseils de certains économistes qui j’espère ne sont pas les mêmes que sous l’ancien gouvernement. Je me trompe peut-être.


    • step Le 14 février 2013 à 09h42
      Afficher/Masquer

      ah si les mêmes, d’ou la même politique économique d’ailleurs. Avez vous entendu parler des vagues de licenciement à bercy sous le nouveau gouvernement ?


  12. Macarel Le 13 février 2013 à 21h47
    Afficher/Masquer

    Bérézina socialiste
    Réforme bancaire : comment le gouvernement s’est écrasé devant le monde de la finance
    Par Agnès Rousseaux (11 février 2013)

    http://www.bastamag.net/article2934.html

    Rien à attendre de ces “socialistes”, ou plutôt rien de bon à attendre…


    • Joseph Petit Le 13 février 2013 à 22h52
      Afficher/Masquer

      Une bonne synthèse.
      Excellent article, Macarel.

      Merci de l’avoir relayé ici.


  13. helicopter-ben Le 13 février 2013 à 21h50
    Afficher/Masquer

    Les politiques d’aujourd’hui sont consternantes…


  14. millesime Le 13 février 2013 à 22h22
    Afficher/Masquer

    une seule remarque : Est-ce que mon épargne où l’épargne de tous les déposants, ainsi que vôtre épargne est protégée dans cette réforme ?
    il me semble que c’est la seule question qui vaille..!


  15. fabien775 Le 13 février 2013 à 23h56
    Afficher/Masquer

    Quand Obama parle d’une zone libre échange avec l’ Europe, on risque fort d’être les dindons de la farce.
    C’est presque un retournement de veste et cela parait trop suspect pour être un deal honnête gagnant- gagnant. Il faut espérer que l’on ne va pas tomber dans ce piège. Je n’ai pas envie de manger du mais OGM ou du bœuf aux hormones.


    • step Le 14 février 2013 à 09h44
      Afficher/Masquer

      le libre échange tel qu’il est conçu actuellement (ie en intégrant les droits salariaux comme variable principale d’ajustement compétitif) n’est jamais “gagnant-gagnant”. La leçon européenne n’est pas encore totalement assumée visiblement.


  16. Erstam Le 15 février 2013 à 05h37
    Afficher/Masquer

    Confirmation par Nigel Farage que l’Europe emploie des “trolls” sur le net pour contredire les eurosceptiques.
    http://www.info-libre.fr/?p=835
    Je me demande combien Celimen et Chris06 sont payés chaque mois pour squatter sur ce blog… ^^’


    • celimen Le 15 février 2013 à 08h49
      Afficher/Masquer

      Effectivement, bonne mission de service public puisqu’il s’agit en fait de “corriger tout malentendu à propos de l’UE”.
      Permettra un certain contre-pouvoir aux outrages véhiculés par ce Farage…

      où signe t-on 😉 ?

      @Chris06: il faudra qu’on se coordonne beaucoup mieux, nos “employeurs” ne vont pas être satisfaits de certains de nos désaccords 🙂
      @Erstam: dans votre petite chasse (pro-pensée unique) aux sorcières vous avez oublié l’auteur de ce blog, qui reprend des articles du LEAP…c’est suspect :-))

      Bon, en tout cas bonne pub “trollesque” pour ce site, c’est votre blog? 🙂 🙂 🙂


  17. DIGUET Le 28 février 2013 à 10h19
    Afficher/Masquer

    la politique est constitué de personnes serviles et veules, Le projet est mené rondement par la ploutocratie, c ‘est gens ne st pas bête, ils st soumis, Warren buffett l’a dt c’est ca classe social qui fait la révolution, et vs vs etes encore a espionner les politiciens, non ms ca fait un mmt qu’on y croit plus, j’ai que 29 ans, j’avais déjà arrêter de voter depuis Ségo- Sarko, un droit pr vs enlever vos droits, dc oui oui ce soir ou jamais c’est pas mal du tt, ms ils ne vont jms assez loin.
    A partir du mmt ou on ne calcul pas la quantité d’énergie qu’il ns faut pr fabriqué un kilo de graine de blé. la biocapacité.
    Dc merci d’être indigné, ms va falloir se relever les manches les amis.


Charte de modérations des commentaires