Pour information, le sympathique Nicolas Doze m’a de nouveau invité à son émission Les Experts ce mercredi 12 octobre à 9h00, sur BFM Business (la radio filmée, pas BFM TV).

Je tiens à le remercier, peu de médias laissent vraiment de la place aux voix dissonantes dans le bourrage de crane ambiant, c’est donc tout à son honneur et à celui de BFM Business…

Rappelons-le : pas de démocratie sans information claire, donc sans journalistes courageux…

L’émission :

Oui, je sais, j’ai encore des progrès à faire sur la forme 😉

Je complète par une seconde vidéo d’Olivier Delamarche de mardi dernier, simplement excellente :

==========================================

N’hésitez pas à réagir en direct par mail sur cette émission via ce lien – Nicolas Doze consulte bien les mails en direct, et est très demandeur 😉 :

http://www.bfmbusiness.com/programmes-replay/emission/les-experts

(cliquez sur Contacter l’émission sous le logo)

==========================================

Par ailleurs, je suis invité par Stéphanie Antoine pour ma première intervention sur France 24. Enregistrée dans les conditions du direct, l’émission sera diffusée le 14 octobre à 16h10.

51 réponses à Intervention média : BFM Radio, Les Experts, n°4 – 12 octobre

  1. cgebe Le 10 octobre 2011 à 11h32
    Afficher/Masquer

    Bonjour
    Je vais suivre,avec un grand interet vos interventions sur ces médias !
    Votre vision réaliste et sncére,ne peuvent que nous “grandir” pour les
    difficiles moments a venir!
    Nous avons besoin de représentations cohérentes,sans “langue de bois”!

    Cordialement. 


  2. thrawn49 Le 10 octobre 2011 à 12h45
    Afficher/Masquer

    Bonjour Olivier,
    Tout d’abord félicitation pour votre livre intéressant, instructif et accessible; il est très agréable de pouvoir lire une vision divergente du “tout va s’arranger” perceptible dans la plupart dans média.
    J’ai de plus trouvé le 1er débat sur BFMTV très intéressant (bien qu’un peu court) et j’espère que ce 2e débat donnera l’occasion d’approfondir les sujets abordés!
    Bonne continuation
    Cordialement


    • step Le 11 octobre 2011 à 10h49
      Afficher/Masquer

      3eme débat sur BFM, vous en avez manqué 1 🙂


  3. raph Le 10 octobre 2011 à 15h43
    Afficher/Masquer

    Cher monsieur connaissez vous [modéré] il est aussi critique que vous sur la situation économique actuelle mais semble être du bord politque opposé.  Il est (par contre?/ logiquement?) sceptique quand au réchauffement climatique. Pour être honnête je ne sais pas vous départager. Il serait interessant de vous voir débattre tous les deux.

    bien à vous,

    raph


    • step Le 11 octobre 2011 à 10h51
      Afficher/Masquer

      Pour résumer, l’homme pétri de doutes passe toujours moins bien dans les médias que l’homme qui récite avec effets de communication sa leçon. C’est pourtant celui qu’il faut écouter le plus attentivement.


  4. JPS1827 Le 12 octobre 2011 à 12h17
    Afficher/Masquer

    Bonne émission ce matin, très intéressante. Le discours qui consiste à caricaturer la notion de démondialisation est comme d’habitude affligeant, j’ai envoyé un mail à Nicolas Doze (très bien pendant l’émission) à ce sujet. Vous n’avez malheureusement pas eu le temps de répondre de façon circonstancée, vous avez juste pu souligner l’aspect caricatural de l’argument.

    on attend la vidéo avec impatience !


  5. JPS1827 Le 12 octobre 2011 à 13h48
    Afficher/Masquer

    Mais sûrement en 5 minutes, vous l’avez déjà fait !
     


  6. Daniel Le 12 octobre 2011 à 16h23
    Afficher/Masquer

    J’ai remarque qu’un extrait de votre intervention a été donné au journal de 12h. (au sujet de l’idiotie du fesf).
    Déjà, félicitations, je trouve que c’est un nouveau pas dans la reconnaissance de vos idées.

    Mais en fait, je me demande si la signification derrière cela (alors que vous n’êtes pas a un poste permettant de vous apporter une valeur d’expertise indiscutable, comme pourrait l’être celle d’un responsable économique ou politique) n’est pas qu’ils ont besoin de vous pour renforcer les idées qui sont devenues maintenant les leurs (mais qui ne sont pas encore celles des responsables justement) ?
    Donc, autrement dit, est-ce que vous discutez avec la rédaction de bfm quand vous allez les voir et pouvez constater que leurs positions se rapprochent des votres ?
    Cela serait pour moi une excellente nouvelle, car ça voudrait dire que de plus en plus de personnes ouvrent les yeux, et donc qu’on va peut être enfin pouvoir commencer à réfléchir aux vraies solutions, les fausses (qui voulaient préserver le système existant) étant arrivées au bout.
    J’ai un peu eut la même impression hier soir avec C dans l’air, ou tous les intervenants sauf un semblaient (enfin) d’accord pour dire qu’on doit maintenant prendre acte que le système actuel est mort et qu’il faut réfléchir au “système d’après”.

     


  7. leopoldus Le 12 octobre 2011 à 16h53
    Afficher/Masquer

    Cher Olivier,
     
    B R A V O ! Restez en vie Olivier. Vous avez parfaitement bien parlé sur BFM. Il faut EXPLIQUER AU CITOYEN DE BASE ce qui se passe.
    Cela fait 10 ANS que je me tape la tete contre mon bureau de pauvre financier d’entreprise devant le CRIME de la dette-drogue. C’est marrant, mais on aurait bien aimé avoir des vrais fonds propres pour nos PME /ETI pour les développer, les emmener à l’international…. à la place, on a des boites sous LBO super leveragée et pompée par des blaireaux….
    … et un état qui a drogué le citoyen de dette-sécu-électricité pas chère….
     


  8. sylroll Le 12 octobre 2011 à 17h47
    Afficher/Masquer

    J’ai quand même été assez choqué par Vittori qui avait déjà enterré l’état providence et de se demander quelles entreprises allaient pouvoir reprendre les juteuses prérogatives pour faire de gras bénéfices ! Il se pose certainement la question de ses placements en bourse
    Ils n’ont même pas enterrés le défunt qu’ils se jettent déjà sur ses restes


  9. MBO CH Le 12 octobre 2011 à 18h11
    Afficher/Masquer

    Encore une très bonne émission. Par rapport à celle d’hier c’est une bouffée d’oxygène.

    Franchement je suis plutôt libéral au départ, chef d’entreprises donc pas vraiment “gauchiste” mais les arguments de Madelin deviennent de plus en plus indigestes à force de rester basés sur des dogmes totalement absurdes !

    La compétitivité à outrance ? Ok mais sur une course il n’y a qu’un seul gagnant ! Quid des autres participants ?

    Et puis donner en exemple Apple qui nous pousse à changer de téléphone portable tous les ans est d’une absurdité sans nom !

    Les chinois nous permettent d’acheter des chaussures à bas prix ? Ok peut-être mais avons nous besoin de 10 paires de chaussures ? Le pouvoir d’achat mon oeil ! Ce n’est pas de gadgets électroniques dont les gens ont vraiment besoin. Ils ont besoin d’avoir un logement, de manger a leur faim et de savoir qu’ils ne seront pas abandonnés quand ils ne seront plus “compétitifs” ! 

    La théorie de Madelin implique à consommer plus, toujours plus pour des choses dont nous n’avons pas besoin et que nous devons racheter à une fréquence de plus en plus effrénée. Les marchés nous ont pourtant prouvés qu’ils ne savaient pas se réguler d’eux-mêmes. Et bien non, continuons, la “compétitivité” régulera et malheur aux perdants.

    En dehors de ça Monsieur Madelin n’est absolument pas capable de remettre en cause ce principe absurde de croissance continue et exponentielle pour financer la dette. A moins de spéculer sur le fait que nous irons prochainement chercher du pétrole sur mars ou qu’une très hypothétique nouvelle évolution technologique nous permettra de continuer à consommer toujours plus, encore plus, ce système est condamner à s’effondrer de lui-même parce qu’il n’est tout simplement pas possible !

    Faisons comme Steve Jobs qu’il nous dit, achetons des trucs dont nous n’avons pas besoin tous les ans … tous les mois tant qu’on y est vu qu’ils sont pas cher ! Il faut être compétif qu’il nous dit, le reste suivra. Pourquoi ? Ben parce que c’est comme ça qu’il nous dit. Et tous les perdants de la course que deviennent-ils ? Ben ils n’avaient qu’à être compétitifs …

    Ridicule et pathétique !


  10. Fabrice Le 12 octobre 2011 à 19h18
    Afficher/Masquer

    Bonsoir,

    cette émission qui promettait ma laissé sur ma faim, j’ai trouvé que certains intervenants n’avaient pas d’arguments a part des phrases toutes faites, ont dispersé le débat dans des directions qui nuisent à l’intérêt de l’émission. 

    Une heure de plus n’aurait pas été inutile.

    Mais sinon on sent que vous êtes plus à votre aise et que vous désarçonnez ceux qui pensent vous destabiliser à coup de phrases qui fonctionnaient jusqu’à maintenant sur ceux qui ne se sont pas penchés sérieusement sur le sujet.

    Bravo        

     


  11. RonRon Le 13 octobre 2011 à 07h49
    Afficher/Masquer

    Génial une fois de plus, je n’ai jamais été trop choqué par ta virulence et le moins qu’on puisse dire, c’est que tu respectes tes interlocuteurs en les laissant débiter des anneries sans les couper : JM Vittori qui parle de la dé-mondialisation en stoppant net TOUS commerces, faut avoir du cran pour ne pas réagir … bon faut avouer qu’a ton tour, tu l’as juste tué :))

    Ce brave JMV quand tu l’écoute tous les matins sur France Inter, il est plutôt convaincant, mais quand il est en face de toi, il passe pour l’idiot du village.

    Il ne faudrait pas qu’ils te mettent en face d’Alain Madelin, ses métaphores libérales sur les paires de pompe et les iPhones voleraient vite en éclat.

    Enfin je trouve que ta sortie sur les assureurs vs CDS et banque, est  la preuve éclatante que la régulation est possible. D’ailleurs, j’ajouterai que les assurances ont eu à faire face à des VRAIES catastrophes sans pour autant devoir faire appel à l’aide de l’état. Ça n’a même pas été un sujet.

    C’est ahurissant que dans le système bien foutu des assurances, les vrais catastrophes “imprévisibles” ne soit pas un problème et que dans le système prédateur et mal foutu de la finance, un chômeur américain qui ne paie plus son crédit, peut mettre à plat l’économie mondiale


  12. François78 Le 13 octobre 2011 à 09h44
    Afficher/Masquer

    Encore un bon débat, bien sûr avec les inconvéneints du genre : on ne peut pas tout dire et refaire le monde en trente minutes, mais de grandes questions bien “contournées” dans des débats récents étaient sur la table.

    Chapeau pour l’intervention sur les assurances (et CDS, et sur le démontage de la démondialistion obtuse.

    J’espère que Nicolas Doze (lui aussi très bien, quoiqu’un peu plus interventioniste que la dernère fois) vous réinvitera, car ça donne de l’ooxygène.

    J’ai moins apprécié la forme de connivence entre “cher Jean Marc” et “cher Francis” pour se passer la brosse, en vous laissant de côté, fort impoliment.  


    • step Le 13 octobre 2011 à 12h50
      Afficher/Masquer

      oui vu aussi. Je pensais la même chose à ce moment là. Désormais va falloir qu’il balance du cher olivier 🙂


  13. yann Le 13 octobre 2011 à 11h31
    Afficher/Masquer

    “Le libéralisme, c’est la négociation et la réciprocité, la mondialisation ou il n’ ya aucune règle,  c’est l’arnarchie”. Bravo pour cette petite phrase qui  remet certaines choses à leur place. Belle leçon d’économie donnée à M VITTORI, qui  n’ a apparement  qu’une vision binaire de la chose (modialisation VS fermetures des frontières). Sur tout, Monsieur BERRUYER ne changer rien, vous êtes le porte parole de milliers de personnes qui ne peuvent s’exprimer dans le debat d’aujourd’hui.  Nous avons le droit qu’à la vision étriquée du PS, de l UMP, des banques, des boites du CAC40. Le reste est obligé de suivre. si par hazard,lorsque l’ on nous demande notre avis, et que l’on répond non  (vote sur les traités européens) alors les gouvernants et les décideurs européens négligent notre vote, ou bien font revoter avec obligation d’obtenir une réponse positive. Merci en tout cas pour votre ton sans concession, j’espère vous voir souvent dans les médias.


  14. JPS1827 Le 13 octobre 2011 à 11h53
    Afficher/Masquer

    e viens de regarder – une idée que j’ai trouvée intéressante sur la création de banques déprivatisées suivant un principe mutualiste, après le premier temps de nationalisation


  15. Bahut02 Le 13 octobre 2011 à 13h23
    Afficher/Masquer

    Je ne suis pas certain qu’il soit très productif de dire que la mondialisation néolibérale soit caractérisée par l’absence de règles. Elle est au contraire issue d’un corpus de règles et de normes mais dont beaucoup de subtilités échappent au contrôle (sinon à la connaissance même) du plus grand nombre au profit de cercles plus confidentiels. C’est bien pour celà que l’on parle aujourd’hui de déficit de démocratie. “On” découvre que les prérogatives qu’on a abandonnées avaient finalement un intérêt.  
    Sinon, j’ai apprécié vos interventions même si je reste persuadé que le format et les interlocuteurs sont tout à fait incompatibles avec le développement d’une réflexion et d’une argumentation véritablement pédagogiques.
    Merci en tout cas pour votre travail et bon courage
     


    • step Le 13 octobre 2011 à 13h34
      Afficher/Masquer

      la mondialisation néolibérale a plein de règles. Mais des règles sans punition c’est une non règle. Une règle que l’on a le droit de déroger si…. c’est aussi une non règle (car le si en question se “fabrique”).
      Vous faites la somme des 2 vous avez les trois quart de la “régularisation actuelle”.
      Effectivement la mondialisation est pleine de “non règles”. Mais cela revient à dire qu’elle n’en a pas.


  16. Seafreez Le 13 octobre 2011 à 13h38
    Afficher/Masquer

    Bonjour, et merci d’exister!
    j’ai trouvé le débat très intéressant et quasi compréhensible pour des non avertis dont je fais partie. le problème est que je me noie dans le flux d’information. j’ai l’impression que toutes les propositions faites, sont vouées à l’échec. Autrement dit, quoi qu’il arrive, nous iront à la catastrophe. Car en effet, pour s’en sortir, c’est tout un système qui doit être reconstruit en profondeur avec un temps trop limité. l’une des directions que nos dirigeants on l’air de prendre et de renflouer les caisses de la Grèce à l’aide de fonds européen probablement emprunté je ne sait ou avec en plus des intérêts à payer, ce qui revient à acheter très chère du temps. mais trop peu de temps pourquoi faire? tout cela ne peut qu’aboutir à encore plus d’austérité, dans un climat déjà bien plombé. les peuples ne pourront l’accepter, d’ailleurs entre parenthèse, regarder le net s’organiser peu à peu. Avaaz notamment, qui regroupe de plus en plus de signataire à l’encontre de wall street de part le monde. Sommes nous en train de vivre un début de révolte mondiale?
    Ensuite il me semble que l’on parle d’annuler une partie de la dette grecque. Qu’elle en seront les conséquences, est ce que cela revient a dire que la Grèce sera considérée en faillite et que les banques se retrouverez incapables de rembourser les CDS et donc à leur tour feront faillite entrainant chômage et révoltes?
    Mes propos sont peut être  simpliste, voire, une suite d’inepties, mais je crois qu’il est important que vous remettiez un peu les choses à plat, comme je vous le disais précédemment le flux d’information devient trop important, je comprend bien que tout est lié, du coup très difficile à expliquer. C’est pourquoi, je vous le demande, ne serait il pas utile pour tous que vous nous résumiez la situation, une sorte de récapitulatif. Certes, cela n’est peut être pas votre rôle, mais je crois que si ce blog existe c’est que vous avez soif de transmettre votre savoir.
    je viens de nulle part, ne suis jamais intervenue sur ce blog, et vous demande de votre temps, cela est quelque peu inélégant, je vous l’accorde. Mais je crois que je le fais au nom de tas de personnes qui cherche à comprendre, perdus dans le torrent médiatique. Peu importe la réponse qui me sera faite, en tout cas je vous remercie pour tout ce travail qui a déjà été fait.
    Bien à vous
     
     


  17. Toine Le 13 octobre 2011 à 15h33
    Afficher/Masquer

    Magnifique, moi je vote pour vous!
    Pourquoi “les gens qui nous gouvernent” n’arrivent pas à comprendre et mettre en application ce que vous dites? La faute aux Lobbys ou à leur manque d’intelligence?
    Merci en tout cas pour ce blog indispensable.


  18. Benoit Le 13 octobre 2011 à 17h43
    Afficher/Masquer

    Vous avez ete tres bon bravo.

    Merci pour votre lucidité 


  19. BA Le 13 octobre 2011 à 19h44
    Afficher/Masquer

    Les fonds propres ne constituent cependant que l’un des aspects de la solidité des banques, comme le montre le démantèlement actuel de la banque Dexia qui, bien qu’ayant passé avec succès les tests de résistance en juillet, en affichant un ratio de fonds propres « durs » de 10,4 % en cas de choc économique majeur, a chuté sur un manque de liquidités.
     
    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/banque/20111013trib000656325/banques-et-maintenant-l-addition-.html
     
    L’exemple de Dexia a montré qu’un niveau de 10,4 % de fonds propres durs, c’était insuffisant. Dexia avait 10,4 % de fonds propres durs, et pourtant Dexia est morte.
     
    En Suisse, les grandes banques devront avoir un niveau de fonds propres durs de 19 %.
     
    Le projet prévoit en substance que les banques trop grandes pour faire faillite, comme UBS et Credit Suisse, devront doubler le niveau de leurs fonds propres (19 % des actifs pondérés en fonction des risques, contre 8 % actuellement), remplir des exigences plus sévères en matière de liquidités, et améliorer la répartition des risques.
     
    http://www.tdg.ch/actu/suisse/national-serre-vis-face-grandes-banques-2011-09-19


  20. Grégory Le 14 octobre 2011 à 09h28
    Afficher/Masquer

    Je vous ai trouvé vraiment excellent – pour tout dire, dans le genre “sniper”, je vous ai trouvé au moins aussi jubilatoire que Delamarche, mais avec un fond d’opinion qui me séduit plus. Mention spécial au blanc sur pourquoi les assureurs font pas de CDS : une vérité évidente qui manquait jusque là aux débats, et pourtant il y en avait eu.


    • Nihil Le 14 octobre 2011 à 11h58
      Afficher/Masquer

      @ Grégory : “une vérité évidente qui manquait jusque là aux débats”
      Très juste !

      Olivier: …”C’est pas assurable, ces machins-là.”…
      N. Doze (visiblement interloqué) : “C’est fascinant, l’histoire….”


  21. Nihil Le 14 octobre 2011 à 12h14
    Afficher/Masquer

    Le passage sur le tout-noir/tout-blanc est plus que sensé, en réponse à l’intervention de Vittori qui est ….navrante (La Madelon nous ferme les frontières !).


  22. ourelko Le 14 octobre 2011 à 14h18
    Afficher/Masquer

    Malheureusement  j’étais devant “france 24” à 16h10 mais rien. Dommage


  23. Nicolas Le 14 octobre 2011 à 17h04
    Afficher/Masquer

    Je ne vous ai pas regardé en direct cette fois ci donc merci pour avoir mis la video en ligne.
    Encore une fois très très intéressant. Le ‘coup’ des CDS est effectivement extraordinaire et les 300 milliards (estimation par Goldman Sachs des défauts à anticiper, voir la tribune) ne seront pas remboursés par ces pseudo assureurs.
    Bravo pour redire encore une fois qu’un défaut de paiement remet l’état en ordre de marche et ne lèse que les créanciers.
    Vous auriez même pu rajouter que cela faciliterait grandement la prise de contrôle du système financier afin de remettre un peu de bon sens dans les règles de la finance mondiale.
    Je n’ai rien contre les banquiers car ils ne font, finalement, qu’abuser de la liberté que les politiques leur ont donné. C’est humain je dirais. Mais il est temps de refixer des limites.


  24. THIERRY Georges Le 14 octobre 2011 à 19h54
    Afficher/Masquer

    je vous ai trouvé une nouvelle fois particulièrement incisif sur BFM
    Il y a une question qui me rend perplexe
    Comment le FSFE peut il se procurer des milliards d’euros (avec effet multiplicateur comme dans les produits spéculatifs les + sophistiqués) pour prêter à la BCE qui prêtera aux Etats qui eux m preteront aux banques (technique dite du mille feuilles)
    N’est ce pas là l’exemple le + parfait d’une fuite en avant par création gigantesque de monnaie (sans aucune contrepartie) pour espérer colmater les fuites de + en + béantes du système (et éventuellement créer de l’inflation qui diminuerait la valeur des dettes)
    Merci et bon courage
    Ps : Vittori est d’habitude -manichéen : vous avez du le déstabiliser!
     


  25. Hervé Le 15 octobre 2011 à 11h56
    Afficher/Masquer

    Vous avez dit l’essentiel:
    On crève du manque total de responsabilité.
    Notre société procrastine en force, personne ne prend ses responsabilités, de l’entreprise au politique, du banquier au bonhomme qui vous abime votre voiture et ne laisse pas ses coordonnées… On peut voir cela PARTOUT, et je crois que c’est le signe le plus fort et le plus évident qu’on est au bout du système, et que ça va TRÈS MAL FINIR. Je ne veux pas passer pour l’oiseau de mauvais augure, mais je conseillerais à tout un chacun de se préparer en conscience au fait que le monde tel que nous le connaissons n’existera plus à court ou (très) moyen terme. Soyons adaptables et ouverts à ce changement qui pourrait être, finalement, salutaire pour l’humanité si celle-ci se responsabilise et accepte cette occasion de tout remettre à plat, de tout reconstruire et de sortir par le haut de cette sale affaire…
    Sinon, je ne donne pas cher de notre peau. On verra vite si nos tendances suicidaires l’emportent sur notre part d’empathie collective.
    Prenez votre temps pour parler, Olivier; ceux qui doivent entendre votre parole l’entendront mieux si vous prenez le temps de la dire, sans chercher à convaincre tout le monde. Les idiots (in)utiles le resteront (idiots).
    Bon courage à tous !


    • Seafreez Le 15 octobre 2011 à 14h44
      Afficher/Masquer

      j’adhère totalement à vos propos. Pour ma part je pense que c’est peut être La Chance à saisir, car ce système va à l’encontre de l’Humanité et de la terre, si bien que cette planète n’aura plus rien à nous offrir. Elle est en quelque sorte notre patrimoine, tel notre corps, et à ce rythme, bientôt nous ne pourrons plus marcher. Mais je suis réellement inquiet. Pour faire simple tout à commencé par un tsunami, qui à atteint le japon, les pays arabes, l’Europe, les États-Unis, la chine…. le monde est devenu très instable, trop instable. Des tension entre nations, entre peuple et dirigeant… et maintenant on officialise le fait que l’Iran construit la Bombe. je suis inquiet mais j’ai aussi beaucoup d’espoir, nous prenons consciences.


  26. Nihil Le 17 octobre 2011 à 11h39
    Afficher/Masquer

    N. Doze – Le fond du truc, l’enfer et la gueule enfarinée:
     
    http://leblogalupus.com/2011/10/14/nicolas-dozebfm-g20-la-recapitalisation-des-banques/

    (Merci, Lupus) 


Charte de modérations des commentaires