Source : L’AAFC, Robert Charvin, 01-10-2016

Le 1er octobre 2016, le Professeur Robert Charvin, ancien doyen de la faculté de droit de Nice et par ailleurs vice-président de l’Association d’amitié franco-coréenne (AAFC), est intervenu à l’amphithéâtre Lefebvre de la Sorbonne, dans le cadre du séminaire “Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre”, organisé notamment par le Professeur Jean Salem. En traitant le thème “Comment peut-on être Coréen du Nord… ou Russe ? L’escamotage de la géopolitique” devant un public de 80 personnes, Robert Charvin est revenu sur une question qu’il a abordée dans plusieurs de ses ouvrages, notamment Comment peut-on être Coréen (du Nord) ? et Faut-il détester la Russie ? Nous présentons ci-après le point de vue de Robert Charvin.

L’Occidental n’aime plus personne – ni le Chinois, ni l’Arabe, ni l’Africain. Mais dans la hiérarchie des détestations, les Nord-Coréens et les Russes occupent une place particulière – toute société n’a-t-elle pas besoin de se fabriquer des ennemis ? Dans un contexte de confusion idéologique, le discours sur les droits de l’homme se pare d’une indignation sélective : si le droit d’ingérence est invoqué pour justifier des interventions au nom de la liberté d’expression et de la démocratie, jamais il ne servira à libérer des syndicalistes emprisonnés ou à faire respecter les droits des travailleurs. Les régimes autoritaires alliés des Occidentaux peuvent continuer de bafouer impunément les libertés démocratiques.

La Russie, et depuis bien plus longtemps la Corée du Nord, sont soumises à des embargos occidentaux : ces peuples, assiégés, se sont dès lors constitués en citadelles. Leurs réactions sont logiques au regard des principes universels de la géopolitique, malheureusement oubliés dans les pays occidentaux. Ainsi, la Corée du Nord, pays de 25 millions d’habitants entouré de puissants voisins, marqué par le double drame de la colonisation japonaise et de la guerre de Corée, a développé des capacités d’autodéfense (y compris nucléaires), dans une logique obsidionale qu’on retrouve dans d’autres pays et à d’autres époques – par exemple en France dans les relations avec l’Allemagne entre 1871 et 1914. La géopolitique est ainsi la mise en oeuvre de ce qui est possible et souhaitable dans les relations entre puissances dans l’ordre international : pour garantir la paix, la sécurité internationale et le développement des nations, il est utile que se constituent des pôles de puissance qui garantissent des équilibres. La Russie aspire légitimement à constituer l’un de ces pôles, ce que contredit l’installation de troupes de l’OTAN directement à ses frontières. Moscou et Pyongyang ont ainsi mis l’accent sur la souveraineté des nations, qui n’est en aucun cas un repli sur soi mais l’affirmation par chaque Etat de son droit à maîtriser ses propres décisions de politique étrangère, sans ingérence extérieure. Contrairement aux Américains, les Russes et les Nord-Coréens n’entendent pas, quant à eux, imposer leur système politique à d’autres pays.

La reconstitution d’une puissance militaire russe n’a pas davantage à être condamnée que l’augmentation des budgets militaires américain ou français. Les Russes, contrairement aux Occidentaux, assument pour leur part pleinement leur histoire, qui s’inscrit dans un patriotisme incompris en Occident. Leur culture eurasiatique, spécifique, ne justifie pas qu’ils soient rejetés dans un autre “barbare“, comme le font les prescripteurs d’opinion occidentaux. Manifestement, les Russes ne sont plus bolchéviques mais ont toujours le couteau entre les dents, étant stigmatisés comme “complices de la barbarie”. Quand les victimes civiles des guerres occidentales (forcément des guerres justes et des guerres propres) sont escamotées par les médias, celles des interventions militaires russes sont mises au premier plan.

S’agissant des Nord-Coréens, qu’ils le veuillent ou non, qu’ils l’assument ou pas, leur culture politique est profondément empreinte de confucianisme – ce qui génère des relations paternelles entre les dirigeants et le peuple. Ils ont choisi de ne compter que sur leurs propres forces et ont érigé ce principe en règle majeure d’un travail idéologique jugé fondamental, refusant déjà, hier, d’être membre du Conseil économique d’assistance mutuelle (CAEM) ou de relier leur réseau d’électricité à celui soviétique, comme le leur proposait Nikita Khrouchtchev. Ils ont payé le prix de cette indépendance lors des difficultés des années 1990, mais ont maintenu leur système politique et social.

La Corée du Nord offre un terrain privilégié pour permettre à des journalistes d’affirmer n’importe quoi, sans risque d’être contredit. Le discours hostile à la République populaire démocratique de Corée a même gagné les rangs des partisans de ceux qui se disent partisans du socialisme, quitte à oublier que, par la propriété collective des moyens de production, la Corée du Nord est bien un Etat socialiste. La détestation de la Corée du Nord a aussi une logique qu’explique la géopolitique : la nécessité pour les Etats-Unis de maintenir des troupes dans des positions avancées en Asie de l’Est, à proximité de la Russie et de la Chine, au prix de compromissions avec les dirigeants sud-coréens en matière de droits de l’homme.

Quand la France se permet de donner des leçons sur le nucléaire nord-coréen, alors qu’elle assume l’héritage gaullien de l’arme nucléaire comme garantie de son indépendance, l’histoire des négociations sur la question nucléaire en Corée montre le besoin de dialogue et de négociations, pour anticiper et prévenir les conflits – selon des principes conformes au droit international – et non l’invocation de pseudo-négociations après des interventions militaires et des ingérences dans les affaires intérieures d’autres pays.

Source : L’AAFC, Robert Charvin, 01-10-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

63 réponses à “Comment peut-on être Coréen du Nord… ou Russe ?” Conférence de Robert Charvin à la Sorbonne

Commentaires recommandés

Kiwixar Le 10 septembre 2017 à 09h41

Dire qu’il faut un Professeur, doyen d’université, pour expliquer à des adultes que des pays étrangers peuvent avoir un point de vue différent du nôtre. Dans une génération, il faudra un prix Nobel pour expliquer aux Occidentaux qu’il faut arroser les plantes avec de l’eau et non avec du Red Bull.

“Idiocracy” avec beaucoup beaucoup d’avance.

  1. politzer Le 10 septembre 2017 à 06h29
    Afficher/Masquer

    Socialisme oui mais “de caserne”! Comme le stigmatisaient les fondateurs du Marxisme.
    Quant au Confusianisme NC, n aurait il pas une petite ressemblance avec le délire stalinien dit “culte de la personnalité”?


    • Moi , BHL , intello Le 10 septembre 2017 à 07h03
      Afficher/Masquer

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Confucianisme

      Avant de réagir tournez 7 x votre bic dans votre main , ca vous évitera d’écrire n’importe quoi !
      Toujours cette prétention pathétique et bien occidentale de se croire supérieur aux autres !
      Une petite ressemblance avec le délire atlantiste du neo libéralisme ?
      Incorrigibles !!!
      De plus votre intervention ne répond en RIEN a l’article !


      • Vladimir Le 13 septembre 2017 à 06h28
        Afficher/Masquer

        @ POLITZER. Juste une question, QU’EST CE QUE ÇA PEUT VOUS FAIRE? Ah? Les Coréens, les Russes? L’époque stalinienne? C’est leur histoire, leur culture! D’ailleurs ils s’en déchirent du matin au soir dans des nombreux talk show politiques et ça depuis un trentaine d’années et surtout en ce moment. Mais j’ai jamais entendu parler les Russes des “pages sombres” de l’histoire de France, jamais! Et pourtant il y a de la matière, n’est ce pas? Si on commence sortir des cadavres des placards, l’Hexagone ne sera pas en reste et la liste sera longue. Faites une tentative de résister à lobotomisation façon DECODEX tant qu’il y’a encore du temps, enfin je l’espère!


    • Larousse Le 12 septembre 2017 à 15h35
      Afficher/Masquer

      Politzer : avant de juger sur le socialisme “de caserne” ou d’autres choses, que les partis de gauche français s’entendent pour construire “leur socialisme ” et qu’ils soient mis à l’épreuve. Cela fait depuis plus de 50 ans qu’on entend le même genre de jugement sur les “pays socialistes de toute sorte” (à tort ou à raison !), et les partis de la gauche française n’ont pas été plus capables d’avancer vers un “socialisme réel” (aîe ! le mot est tabou dans la tête des marxistes “qui chauffent du cerveau”).
      A mon avis, l’expérience Mitterrand n’a guère été brillante et le parcours de Robert Hue est aussi éloquent. Quant aux “révolutionnaires professionnels” suivez mon regard.


  2. bili Le 10 septembre 2017 à 07h12
    Afficher/Masquer

    J ai une envie de visité, la Corée du Nord
    J en suis sur que je serais agréablement surpris…
    Prochaine rdv des lecteurs du site là bas ?
    Ca vous dis ? ^^


    • openmind Le 10 septembre 2017 à 15h57
      Afficher/Masquer

      OUH LA LA!!!!

      Prise de position dangereuse petit bili!!!

      Tu es sur le chemin de la convergence, que dis-je de la congruence avec certains personnages qui ont osé récemment sauter le pas et ainsi proposer un témoignage allant contre la bien-pensance ou doxa actuelle….méfie toi et repends toi!

      En tout cas sur le film témoin, c’est très propre et les gens ont l’air plutôt calme, épanoui et fier de leur pays la Corée du Nord.


  3. Fritz Le 10 septembre 2017 à 07h12
    Afficher/Masquer

    Les gentils, ils ont le droit d’avoir la bombe atomique : c’est la dissuasion.
    Les méchants, ils n’ont pas le droit : car c’est de la prolifération.

    Et nous on est les gentils, et pis à la fin les gentils y tuent tous les méchants.
    Au fait, comment peut-on être méchant ?


    • charles-de Le 10 septembre 2017 à 18h13
      Afficher/Masquer

      Comme l’a écrit il y a longtemps La Fontaine :
      “Nous nous pardonnons tout, et rien aux autres hommes.”


      • LBSSO Le 10 septembre 2017 à 20h35
        Afficher/Masquer

        A noter @charles-de : le début du poème ,dont est extrait votre citation, “La Besace”, est le suivant:

        “Jupiter dit un jour : “Que tout ce qui respire
        S’en vienne comparaître aux pieds de ma grandeur : (…) “.
        🙂


      • christian BERNARD Le 11 septembre 2017 à 08h49
        Afficher/Masquer

        Malheureusement, il est dit que sa conférence connut 80 auditeurs, et je ne pense pas qu’elle trouve écho ailleurs qu’ici…


        • Schuss Le 12 septembre 2017 à 06h59
          Afficher/Masquer

          80 auditeurs ,c’est pas bcp. Mais faudrait tout de meme pas croire que tous ceux qui ne s’expriment pas dans les crises sont des ignares et ne s’interessent a rien. Il n’y a pas que les crises dans la vie. Il y aussi la vraie vie. Toujours vouloir reduire les francais a une masse de brutes sans conscience me fait herisser le poil. Dans la vie il y a parfois d’autres combats que celui d’etre systematiquement un opposant. On aussi le droit d’etre un acteur silencieux , efficace , et non condescendant avec les pouvoirs en place afin d’etre dans le renouveau sans compter sur un etat devenu mafieu…


    • Guillaume Le 10 septembre 2017 à 21h47
      Afficher/Masquer

      C’est facile, il suffit de refuser de commercer en dollars US…


      • rosecestlamort Le 11 septembre 2017 à 06h57
        Afficher/Masquer

        l’esperance de vie des dirigeants qui prennent cette voie est quand même très inférieure aux autres, c’est pire que de choper un cancer ^^


  4. Fabrice Le 10 septembre 2017 à 07h38
    Afficher/Masquer

    on connait le poème de Martin Niemöller :

    http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2008/10/03/1279906_martin-niemoller-quand-ils-sont-venus-cherchers-les-communistes-je-n-ai-rien-dit.html

    vu comment se passe la situation, en adaptant ce poème aux pays, je me demande vu nos relations parfois alambiqué avec le leader de l’Otan et l’image de notre refus d’intervenir dans la deuxième guerre d’Irak si nous n’avons pas frôlé à un moment la classification dans l’axe du “mal” et si certains ont préféré se coucher totalement pour ne pas être pris dans le fameux “vous êtes avec nous ou contre nous”.

    Le prix n’a-t-il pas été de perdre toute indépendance, de sacrifier notre rôle de pont entre les puissances en présence pour nous assurer que l’on ne soit pas du mauvais côté du colt ? Actuellement nous faisons le rôle de petit bras pour le boss du gang mais quelle part de peur joue dans notre aveuglement et cette volonté d’être plus absolutiste que le boss ?


    • Perret Le 10 septembre 2017 à 09h00
      Afficher/Masquer

      Tout à fait vrai. Lorsque Villepin a fait son discours à l’ONU sur l’Irak, discours négocié entre Chirac et lui d’un côté, GW Bush et Powell de l’autre (le rôle de la France étant d’enfumer le camp du refus de la guerre) il l’a légèrement modifié et Chirac a réagi en déclarant, pour reprendre barre sur Villepin, qu’il irait jusqu’à utiliser son droit de veto, ce qui ne faisait pas partie de l’accord passé avec Bush ! La réaction US fut violente. Dans les jours qui ont suivi, Chirac suait la peur et faisait appeler Bush plusieurs fois par jour sans succès. Au bout de 2 semaines, Bush a accepté de lui parler et Chirac s’est couché : engagement militaire en Afghanistan puis mise en route de la réintégration de la France dans l’OTAN (Sarkozy achève ce qui est commencé par Chirac).
      La bonne conduite apparente de Chirac dans cette affaire irakienne, c’est qu’il était tenu par Saddam (wagons de billets…) et que Chirac n’était pas Al Capone/Sarko : il n’a probablement pas envisagé d’assassiner Saddam (en avait-il les moyens ?) et n’avait d’autre solution pour éviter un scandale que de le soutenir en limitant les risques côté américain.


      • Fritz Le 10 septembre 2017 à 09h14
        Afficher/Masquer

        J’ignore si Chirac était “tenu” par Saddam Hussein. Mais deux points sont assurés :

        1) En réintégrant l’OTAN dès 1995, Chirac a fait rentrer la France dans le rang. Et il a compromis une éventuelle résistance ultérieure.

        2) En 2003, la France n’est pas allée jusqu’au bout de sa résistance à la guerre d’agression planifiée par Bush et Blair, loin de là. Un élément significatif et jamais rappelé : durant les six mois de crise ouverte (septembre 2002 – mars 2003), Villepin ne s’est JAMAIS rendu à Bagdad, alors que l’Irak était le premier pays concerné par cette crise ! Comme s’il voulait rester en bonne compagnie (la fameuse “communauté internationale”). Mais la diplomatie, cela consiste à parler avec tout le monde.

        En 2004 au plus tard, Chirac a tout fait pour satisfaire les Américains : vote de la résolution 1559 contre la Syrie, célébration outrancière du 60e anniversaire du débarquement, etc.


        • Perret Le 10 septembre 2017 à 09h23
          Afficher/Masquer

          Vous avez raison. Et Villepin a fait pire : lorsque Saddam a décidé, en septembre 2002, d’appeler des inspecteurs de l’ONU pour constater l’absence d’armes de destruction massive, il savait que cela n’avait aucune chance d’enrayer la marche à la guerre s’il le faisait directement. Il a alors proposé à Chirac de transmettre lui-même la demande à Koffi Annam et celui-ci a accepté et envoyé une mission de 3 députés (Julia, Mariani, Diard) mi-septembre 2002 à Badgad. Villepin, furieux, car pour faire son beau discours, il fallait que la guerre ait lieu, a envoyé un télégramme diplomatique désavouant la mission à Tarek Aziz lorsque le Falcon des députés était en vol pour Badgad. Saddam a dû se résoudre à envoyer lui-même la demande à l’ONU, elle a fait la rubrique des chiens écrasés dans les médias et la marche à la guerre est devenue irrésistible. Le beau discours de Villepin, qui devait lui permettre de devenir président de la République, a été prononcé…


          • Caracole Le 10 septembre 2017 à 13h25
            Afficher/Masquer

            Bonjour, je serai tres interessé par les sources de tout ce que vous racontez, je n’avais jamais entendu parler de tout ca!
            Merci!


            • Perret Le 10 septembre 2017 à 15h42
              Afficher/Masquer

              Diverses déclarations de Didier Julia et de Thierry Mariani (Eric Diard n’en a jamais parlé) et mes contacts avec eux deux. Sans compter plusieurs discussions avec un correspondant français (proche de Juppé) de la fondation Reagan et plusieurs conversations avec un ami irakien opposant à Saddam Hussein (proche d’Abdul Jabbar el-Kubaïsi) mais dont la famille était du premier cercle baasiste (ralliés aux américains en 2003 et ayant participé ensuite au “lancement” d’EI). En outre, la faiblesse extrême de caractère de Villepin (aussi extrême que son intelligence) qui lui valut de la part de Bernadette Chirac le surnom de Néron, pourrait permettre de déduire tout cela sans l’ombre d’un contact ni d’une source. Mais sources et contacts, il y a bien !


  5. Pascalcs Le 10 septembre 2017 à 07h42
    Afficher/Masquer

    “S’agissant des Nord-Coréens, leur culture politique est profondément empreinte de confucianisme – ce qui génère des relations paternelles entre les dirigeants et le peuple”. C’est le moins que l’on puisse dire.
    Ayant été parmi les 2000 visiteurs/an qui visitent la RPC je ne peux témoigner du vrai de ce constat mais également ajouter que l’on est bien au delà du paternalisme. On est dans une logique de secte ni plus ni moins. Les membres sont savamment endoctrinés, il y a 0 mm pour l’initiative individuelle. Et ce dès le plus jeune âge, les enfants étant souvent séparés des parents pour être formatés comme de besoin. Cela dit les Nord Coréens sont curieux des étrangers. Dans le métro à Pyongyang plusieurs fois ils engagèrent la conversation sous l’œil surveillant de mon guide et interprète. Mais pour tous (en apparence) la RPC est le centre du monde.


    • Pepin Lecourt Le 10 septembre 2017 à 09h28
      Afficher/Masquer

      ” Mais pour tous (en apparence) la RPC est le centre du monde.”””

      Ben comme l’occident pour nous !

      De toute façon, que les Coréens vivent comme bon leur semble et surtout qu’on leur foute la paix !

      Mais les occidentaux sont-ils capables d’admettre que d’autres peuples veuillent vivre différemment ?
      Les occidentaux sont-ils capables d’admettre qu’ils ne sont pas le camp du bien et les autres le camp du mal ?

      Depuis le XVème siècle au moins les occidentaux n’ont cessé d’emmerder le reste du monde, vont-ils enfin cesser ?


      • Pascalcs Le 11 septembre 2017 à 02h01
        Afficher/Masquer

        “Vivre comme bon leur semble” se résumait pour des milliers d’entre eux à traverser le fleuve gelé en hiver et qui fait frontière avec la Chine. Pour être capturés par les garde frontières chinois et ramenés en RPC où le comité d’accueil les attendait pour reformatage.
        Devant le flux, le pays à quasiment vidé tous les villages le long du fleuve pour en faire une zone d’exclusion. Sortez vous de la tête qu’ils vivent mais pour beaucoup, pas tout tout comme bon leur semble.


        • Fred79 Le 11 septembre 2017 à 09h07
          Afficher/Masquer

          ““Vivre comme bon leur semble” se résumait pour des milliers d’entre eux à traverser le fleuve gelé en hiver et qui fait frontière avec la Chine.”

          Question primordiale:
          Est-ce encore le cas aujourd’hui?


      • Pinouille Le 11 septembre 2017 à 10h55
        Afficher/Masquer

        “Mais les occidentaux sont-ils capables d’admettre que d’autres peuples veuillent vivre différemment ?”
        Même si l’on part de l’hypothèse pour le moins controversée (cf: https://www.alternatives-economiques.fr/coree-nord-famine-organisee/00073071) que le coréen du nord moyen ne changerait pour rien au monde son quotidien, je doute que le mode de vie nord coréen soit au centre des préoccupations américaines.
        En revanche, le niveau de vie américain est au centre des préoccupations américaines.
        Si les USA considèrent que ce qui se passe en Corée du Nord peut avoir un impact sur ce dernier (menace nucléaire par exemple), on peut vraisemblablement s’attendre à une réaction de leur part.
        Il me semble que la plupart du temps les combats idéologiques font paravent devant des sujets bien plus terre à terre.


    • Chris Le 10 septembre 2017 à 14h26
      Afficher/Masquer

      Les Japonais ont “souffert” (selon notre concept occidentalo-centré) du confucianisme : se rappeler l’aviation kamikase japonaise et leurs armées jusqu’au-boutistes dans le Pacifique***, lesquelles firent des dégâts si considérables et furieux (obéissance totale à l’Empereur alors considéré comme un Dieu) que Churchill et Roosevelt obtinrent de Staline de finir la guerre en Mandchourie, estimant que seuls les Soviétiques aguerris par X années de guerre et de sièges étaient capables de les vaincre sans trop de pertes.
      *** certains soldats ont réapparu des décennies plus tard, perdus dans des îles, persuadés que le Japon étaient toujours en guerre.
      Ce qui me fait penser que les Asiatiques, culturellement, pensent collectif et sur la longueur avec pour résultat l’abolition du temps : les exemples foisonnent.
      Dans l’exemple de la Corée du Nord, la mémoire collective est encore imprégnée des affres de l’occupation japonaise qui fut violente et encore plus violents la destruction totale du pays par les Américains en 1953 et les embargos qui s’ensuivirent.
      Sans oublier les pays voisins, eux aussi attaqués ou en conflit tel le Vietnam ex-Indochine, le Laos, la Thaïlande, Chine/Taiwan, etc…
      De fait, la seconde guerre mondiale s’est prolongé de longues années dans le Sud-Est asiatique.


    • dupontg Le 10 septembre 2017 à 20h01
      Afficher/Masquer

      avant de faire une fixation sur l’endoctrinement des autres ,il serait bien utile d’analyser le notre..
      Entre les films de cowboy d’hollywood d’hier destinés aux enfants et qui legitiment le massacre des indiens,en en faisant de la legitime defense.
      et la propagande insidieuse des emissions pour enfant aujourd’hui ,assorties de publicité du totalitarisme marchand.
      .le tout concocté par les meilleurs specialistes de la psychologie de l’enfance
      les nord coreens n’en sont qu’à la methode primaire du conditionnement:celui qui se voit facilement


      • Pascalcs Le 11 septembre 2017 à 01h54
        Afficher/Masquer

        Oui bien entendu, vous avez raison de souligner ce point. Cela dit, vous êtes libre de l’avancer comme contre argument et de protéger vos enfants contre. En RPC, vous ne pourriez ni écrire ce que vous dites et encore moins vous opposer à l’endoctrinement étatisé des enfants. Sans quoi vous comprendriez vite la dimension de la faute que vous commettez. Encore une fois, il est difficile, d’un côté de condamner les sectes et d’un autre, d’accepter que lorsque la secte est État, eh bien nous l’ admettons sous prétexte de non ingerence et que “nous” ne faisons pas différemment. En 1933 aussi, bon nombre fermaient les yeux.


        • Fred79 Le 11 septembre 2017 à 09h28
          Afficher/Masquer

          Je ne pense pas que la majorité des gens accepte que des populations soient maltraitées par leurs dirigeants, mais d’une part, les mensonges continuels des médias nous ont appris à nous méfier des informations qu’ils diffusent sur les pays qui résistent à la globalisation et d’autre part, nos ingérences causent plus de victimes que les régimes en place.
          Donc la ré-information quand elle est possible et la prudence de nos jugements doivent être de mise.
          “En 1933 aussi, bon nombre fermaient les yeux.” Attention au point Godwin!


          • amsterdammer Le 11 septembre 2017 à 21h24
            Afficher/Masquer

            Le point Godwin ne doit pas devenir un instrument pour interdir d’appeler un chat un chat…


    • christian BERNARD Le 11 septembre 2017 à 08h52
      Afficher/Masquer

      @Pascals :”Et ce dès le plus jeune âge, les enfants étant souvent séparés des parents pour être formatés comme de besoin”

      Chez nous aussi ; séries télé US+internet+Erasmus.


  6. Lysbeth Levy Le 10 septembre 2017 à 09h23
    Afficher/Masquer

    En tout cas je refuse d’être en guerre avec quelque pays que se soit, personne ne m’a fait de mal a part mon propre Etat et l’Union Européenne voir les Usa puisque nous sommes sous “occupation” depuis des lustres. Donc soyons logiques “nos” vrais ennemis sont “chez nous” ou sont “occidentaux” et non coréens ou russes, voir iraniens. https://www.legrandsoir.info/coree-du-nord-la-grande-tromperie.html cette idée que nous devrions épouser la haine de nos dirigeants, élus, élite vient de “haut” et pas question d’obéir : https://www.legrandsoir.info/le-battage-mediatique-contre-la-coree-du-nord-a-t-il-pour-but-de-relancer-la-guerre-des-etoiles-de-reagan.html Restons “indépendants d’esprit” et ouverts ne préparons pas les guerres de demain.


  7. El JEm Le 10 septembre 2017 à 09h28
    Afficher/Masquer

    Intéressant à écouter : les propos de Patrick Maurus sur france culture
    https://www.franceculture.fr/emissions/affaires-etrangeres/coree-du-nord-le-retour-de-la-menace-nucleaire


  8. Pierre Davoust Le 10 septembre 2017 à 09h30
    Afficher/Masquer

    La France, c’est un peu comme le Venezuela, mais vaincu ! Et l’Europe ? C’est l’Amérique du Sud avant qu’elle ne se bouge ??


  9. Kiwixar Le 10 septembre 2017 à 09h41
    Afficher/Masquer

    Dire qu’il faut un Professeur, doyen d’université, pour expliquer à des adultes que des pays étrangers peuvent avoir un point de vue différent du nôtre. Dans une génération, il faudra un prix Nobel pour expliquer aux Occidentaux qu’il faut arroser les plantes avec de l’eau et non avec du Red Bull.

    “Idiocracy” avec beaucoup beaucoup d’avance.


    • Vincent Le 10 septembre 2017 à 18h35
      Afficher/Masquer

      Il a tendance a minimiser les péripéties nord coréennes. Comme si faire survoler le pays voisins, que l’on menace régulièrement de detruire, avec des ICBM était un non événement.


      • Catalina Le 10 septembre 2017 à 23h51
        Afficher/Masquer

        les pays voisins qui étaient en train de faire une simulation d’invasion de la Corée du nord.

        “Ce que les médias n’ont pas mentionné, c’est que, au cours des trois dernières semaines, le Japon, la Corée du Sud et les États-Unis ont été engagés dans des exercices militaires conjoints à grande échelle sur l’île de Hokkaido et en Corée du Sud. Ces jeux de guerre inutilement provocateurs simulent une invasion de la Corée du Nord et une opération de « décapitation » pour supprimer le gouvernement du pays. Le chef suprême de la Corée du Nord, Kim Jong-un, a demandé aux États-Unis à plusieurs reprises de mettre fin à ces exercices militaires, mais les États-Unis ont obstinément refusé.”
        https://www.counterpunch.org/2017/09/04/what-the-media-isnt-telling-you-about-north-koreas-missile-tests/


        • Pinouille Le 11 septembre 2017 à 09h43
          Afficher/Masquer

          Ces exercices militaires côté sud peuvent être considérés comme des tentatives de pousser l’adversaire à la faute. Les USA ne peuvent se permettre d’engager le conflit de leur propre initiative sans un bon gros écart de conduite de l’autre, qui justifie aux yeux de l’opinion publique la mise à mort du régime infâme. Ex: invasion du Koweit + ADM en Irak.
          Kim Jong-un joue son va-tout avec le nucléaire: cet armement qui peut définitivement le mettre à l’abri de toute attaque est aussi celui qui, avant sa mise en place achevée, peut servir de justification à des représailles. La période actuelle est charnière.


      • Bellefontaine Le 12 septembre 2017 à 00h12
        Afficher/Masquer

        Malgré tout ce qu’on peut dire, Kim Jong-un a réussi son pari. Il peut maintenant opposer une force de dissuasion nucléaire et menacer la Corée du Sud et les 28 000 soldats américains qui s’y trouvent en plus du Japon, Guam et le continent américain. Ses explosions nucléaires et ses tests de missiles récents lui ont surtout servi à démontrer qu’il doit être pris au sérieux. Pouvait-il ne pas réagir aux exercices militaires conjoints des USA, Corée du Sud et Japon à la porte de son pays ?

        Aucun accord de paix n’a été conclu avec la Corée du Nord depuis l’armistice de 1953. Il y a bien eu suspension d’armes et un corridor de sécurité fut établi, mais les deux pays sont toujours officiellement en situation de guerre. Les derniers présidents US, qui n’ont pas cessé de le menacer en l’intégrant à leur axe du mal, n’auront fait que renforcer sa détermination à développer son arsenal.

        Peut-on lui reprocher de se doter de la seule force capable d’empêcher les États-unis, qui se croient maîtres du monde, de le renverser comme il l’ont fait avec Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi ? Leur effort de changement de régime en Syrie lui montre bien que la menace est réelle et qu’il est lui aussi dans le collimateur. Dictateur ou pas, sa légitimité repose sur sa capacité à défendre son pays.


  10. Jeanne L Le 10 septembre 2017 à 10h21
    Afficher/Masquer

    Le Professeur Robert Charvin , a mis en ligne en Août 2017 un résumé de sa fiche aux Renseignements Généraux qu’il a eu la patience de consulter.
    http://www.gauchemip.org/spip.php?article13156
    J’aime beaucoup le passage ironique où il fait le point sur la société niçoise :
    “J’imagine, avec horreur, les fiches concernant ces personnages (si nombreux sur la Côte d’Azur) qui blanchissent de l’argent pour diverses causes, qui trafiquent les marchés publics, financent des mercenaires, des trahisons et des divisions (dans les syndicats et ailleurs….). En comparaison, mon petit dossier doit paraître bien modeste… au point, d’ailleurs, qu’un commissaire des renseignements généraux n’a pas hésité à faire sur le tard une thèse de doctorat sous ma direction !”


    • Kiwixar Le 10 septembre 2017 à 10h47
      Afficher/Masquer

      Puisqu’on parle de la Corée du Nord, ça ne vous choque pas qu’un gouvernement établisse des fiches détaillées sur des citoyens qui n’ont commis aucun délit/crime?


      • V_Parlier Le 16 septembre 2017 à 15h44
        Afficher/Masquer

        Certes. (Et d’ailleurs il y a même bien pire que ça). Mais même si le pouvoir Nord Coréen d’aujourd’hui était de toute autre nature, ça ne changerait absolument rien à cette situation de conflit. Sauf, bien entendu, si ce pouvoir était vassalisé voire membre de l’OTAN.


  11. Kazhim Le 10 septembre 2017 à 15h35
    Afficher/Masquer

    Vidéo qui faudrait montrer en cours d’histoire dans les lycées,, ou cour de philo, car y a beaucoup beaucoup besoin de remettre les choses au claire, tant son nombreux élève, comme prof à imaginer le monde de façon binaire.

    Heureusement qu’il y a des esprits éclairé comme ceci, cela fait plaisir à entendre


  12. Vincent P. Le 10 septembre 2017 à 16h13
    Afficher/Masquer

    Tout le drame de notre culture moderne est d’être profondément marquée par le soft-power américain depuis l’après-guerre.
    Du coup, à leur image notre vision de l’Histoire se raccourcit (puisque eux n’en ont qu’une très brève, dont 224 ans de guerres en 241 ans d’existence) et les “valeurs” justifient le totalitarisme, ( 23% de la population carcérale mondiale est aux E.U avec 2,3 millions de prisonniers : une belle “Nation de la Liberté” indeed ! …).
    Effectivement l’Idiocratie progresse, au rythme de la démographie -cad de manière exponentielle- et selon l’agenda débilitant de l’éducation au “Progressisme” dans nos “Sociales Démocraties” :
    Ô Sainte Bienpensance ! Ô vertus de la Pensée Unique !
    L’arrogance de l’Occident (si bien incarnée par Macron) n’a d’égal que le degré d’inconscience dans lequel se complaisent ses peuples de consommateurs-électeurs, qui se renouvellent en s’informant sur BFM et apprenant la gestion des émotions via Hollywood, Twitter ou Facebook; Trump ou Valls (par exemple hein) étant sans doute de bons exemples de ce que cela peut donner, transposé sur le plan diplomatique ou politique.
    Un grand merci donc à MM. Poutine, Xi Jinping ou Kim Jong-Un parmi d’autres, de résister à la World-culture et de faire parvenir à nos esprits souvent démissionnaires, des bribes de ce que peut encore être un point de vue relatif, ou une notion du Temps Long !

    “La conscience est la lumière de l’intelligence pour distinguer le bien du mal.”
    Confucius


    • Pinouille Le 11 septembre 2017 à 17h11
      Afficher/Masquer

      Vous trouvez que la Chine résiste?
      https://www.essca.fr/wp-content/uploads/2013/08/01-shanghai-650px.jpg
      Mais les chinois se jettent à corps perdu dans le consumérisme.
      http://www.marketing-professionnel.fr/secteur/marche-chinois-empire-marques-occidentales.html
      Le gouvernement chinois, se rendant compte que les pays occidentaux ne sont plus à même de continuer à s’endetter indéfiniment pour acheter les produits made in China, recentre son économie sur la consommation intérieure.
      Et comme tout ceci se produit à vitesse grand V, des bulles de toutes sortes (immobilier, shadow banking, etc…) émergent et inquiètent les dirigeants.
      Nous connaissons les excès écœurants du consumérisme. Ils le découvriront bien assez tôt, mais pour l’instant, ils jouissent du bien-être (qu’il est inutile de refouler) qu’il procure.

      Ouvrez les frontières des 2 Corées. Que pensez-vous qu’il adviendra?
      Tous les coréens du sud affluant au nord pour travailler dans les champs et chanter à longueur de journée la gloire de Kim Jong Un?
      Ou une ruée du nord vers le sud pour aller/travailler/manger/consommer/s’exprimer en toute liberté?
      Petit indice: réunification allemande.


      • RV Le 11 septembre 2017 à 22h01
        Afficher/Masquer

        Petit indice : réunification allemande = pillage de la RDA


  13. Celavy Le 10 septembre 2017 à 17h50
    Afficher/Masquer

    Quand j’étais petite, j’avais du mal à ccomprendre comment les populations “de l’autre côté de la terre” pouvaient tenir debout !.. Il me semble que sur tous les sujets, nous avons tort de juger que nous sommes “autrement et meilleur qu’autrui”. Alors que nous sommes très ignorants des autres sociétés – humaines ou animales.
    Or, nos sociétés occidentales font tout le contraire du bon sens en contrariant nos profonds instincts d’humanité et de sympathie, en supprimant les différences de traditions, culture et langues… et même nos vertus d’accueil et de respect et même de croyances de l’Inconnu et autres étrangers…


    • geedorah Le 10 septembre 2017 à 18h50
      Afficher/Masquer

      nos sociétés occidentales font tout le contraire du bon sens en contrariant nos profonds instincts d’humanité et de sympathie, en supprimant les différences de traditions, culture et langues… et même nos vertus d’accueil et de respect et même de croyances de l’Inconnu et autres étrangers…

      point question de les supprimer, juste une uniformisation de masse

      suivez mon regard vers le soleil couchant :p


  14. David D Le 10 septembre 2017 à 19h26
    Afficher/Masquer

    Ce qui est comique dans le mépris de l’impérialisme occidental, c’est qu’on a réussi ce tour de force qui fait que les civilisations catholiques et protestantes n’ont aucun avenir. La dissolution est définitive, il en sortira autre chose, mais l’affaire est pliée. Au plan occidental, seule la culture orthodoxe va résister autour de la Russie. C’est la seule culture qui a un avenir, alors que l’occident catholique et protestant, au-delà de la question religieuse secondaire ici bien sûr, va à un moment donné subir de plein fouet le mouvement concurrentiel des civilisations humaines, car quand les niveaux de l’occident et de pays d’Asie vont être équivalents, le niveau occidental continuera de chuter librement et sera pris dans une dynamique qu’il ne pourra pas freiner d’un coup. L’occident est mort de chez mort.


    • Alfred Le 10 septembre 2017 à 21h19
      Afficher/Masquer

      À lire les discours malthusiens qu’on lit parfois ici vous avez peut être raison. Mais nul ne peut prévoir l’avenir.


    • Deir ez-Zor Donbass Le 10 septembre 2017 à 21h45
      Afficher/Masquer

      Oui, nous vivons effectivement une fin de civilisation en occident consumériste et le renouveau viendra d’ailleurs, certainement de ceux qui sont encore capables de renouveler leurs générations et leurs idées, l’affaire est pliée et ce sera probablement mieux ainsi, notre histoire est bien derrière nous alors que d’autres s’occupent déjà du futur.


      • Alfred Le 11 septembre 2017 à 15h24
        Afficher/Masquer

        Pourquoi êtes vous si défaitiste? Vous tournez casaque et fuyez ventre à terre?
        On peut aussi essayer de tenir sa place dans le rang et se battre. De Gaule a réussi à donner un beau sursaut à la France qui avait pourtant déjà sérieusement décliné; On a même pu croire qu’on se réinventait un futur à cette époque. Les “nouveaux beaux restes” de la France crées après guerre en quelques années on duré quelques décennies (la qualité en politique c’est très rentable et plus sensible sur le long terme que la médiocrité). Alors certes il n’y a personne de cette trempe à l’horizon mais l’histoire ne repasse pas les plats. Tout est encore possible mais différemment, en regardant vers le futur et non vers le passé.
        Votre pseudo montre que comme moi vous regardez vers l’est mais je ne vous suis pas dans l’exil avant l’effondrement total (et encore): en ce moment en Syrie ceux qui sont restés et se sont battu ont la dent dure contre les fuyards qui reviennent “Ce qui ne se sont pas battu pour leurs pays ne méritent pas d’y vivre”. Le renouveau vient d’ici ou il ne vient pas.


    • RV Le 11 septembre 2017 à 22h06
      Afficher/Masquer

      Nos civilisations, toutes celles existantes à ce jour, n’ont effectivement pas un grand avenir, mais j’en situe la cause dans la dégradation de notre écosystème plutôt que dans l’opposition entre telle ou telle.
      Comment espérer un renouveau, d’où qu’il vienne, si les conditions de notre survie ne sont plus assurées ?


  15. fanfan Le 10 septembre 2017 à 19h41
    Afficher/Masquer

    A pros de comment contourner l’interdiction des armes nucléaires, deux articles intéressants :

    L’un de Ben Cramer : https://www.athena21.org/polemologie-irenologie/proliferations-nucleaires/164-l-allemagne-prete-a-flirter-avec-la-bombe-francaise

    L’autre de Vincent Brousseau : https://www.upr.fr/actualite/france/se-cache-derriere-projet-euro-nukes-dossier-etabli-vincent-brousseau


  16. David D Le 10 septembre 2017 à 21h36
    Afficher/Masquer

    Question incarnation du Bien, la Russie nous a sauvé de l’empire mongol, elle a sauvé la Bulgarie, la Roumanie de l’empire ottoman, elle a gagné la Seconde Guerre Mondiale (les Etats-Unis ne faisant que partie des vainqueurs), elle a obligé Napoléon Premier à une fameuse retraite, sous l’ère soviétique elle fait un travail de fond pour la décolonisation en Afrique dont les africains se souviennent, elle a été du côté des serbes dans la guerre du Kosovo, elle a sauvé récemment le Proche Orient. Seulement, les russes sont habitués à l’ingratitude des bulgares, des roumains, des français. Les russes considèrent que l’ingratitude c’est la forme normale de l’humanité, et ils continuent leur bonhomme de chemin.


    • Pinouille Le 11 septembre 2017 à 15h37
      Afficher/Masquer

      Aucun pays n’est l’incarnation du bien.
      Pas plus les Etats-Unis (on sait pourquoi), que la Russie (Staline a ordonné la mort de 15 à 20 millions de personnes. Personne n’a fait mieux –> ingratitude?), que la Chine (nombre de victimes de la grande famine estimé à 36 millions), que la Corée du Nord (les estimations du nombre de victimes vont de 1,5 million à 3,5 millions de morts de faim ou de maladies liées à la famine, sur une population de 22 millions d’habitants), que la France, la Suisse, le Venezuela, le Zimbabwe ou que sais-je encore.
      Un pays défend ses intérêts en fonction de ses convictions du moment. Point.
      Difficile, par les temps qui courent, de résister à la tentation de diaboliser les Etats-Unis qui abusent de leur hégémonie sur le reste du monde. Est-ce pour autant pertinent d’idéaliser certains autres?
      La Chine, par exemple, commence à se servir de sa puissance pour revendiquer la propriété de rien moins que la totalité de la mer de Chine… Ce n’est que le début.


  17. cording Le 11 septembre 2017 à 11h02
    Afficher/Masquer

    Je comprends et admets que la Corée du Nord veuille se doter d’armes nucléaires pour assurer de façon décisive sa défense et ne pas subir le sort de l’Irak, la Libye, et la Syrie. Les Etats-Unis n’ont jamais rien fait pour empêcher la prolifération des armes nucléaires tant que les pays qui s’en dotaient étaient des amis, seuls les autres posent problèmes.
    Il n’en demeure pas moins, n’en déplaise au Professeur Robert Charvin, que la Corée du Nord est une implacable dictature communiste stalinienne, et qu’au sud il y a un autre pays son frère-jumeau, la Corée du sud qui a choisi une autre voie qui n’a jamais connu de famine comme dans le Nord il y a une vingtaine d’année.


  18. Christian Gedeon Le 11 septembre 2017 à 11h44
    Afficher/Masquer

    Rescapé des idéologies fumeuses de 68, admirateur zèle de Vergès ,admirateur de mao ,de la révolution culturelle,fan des khmers rouges…et c’est à cet homme que vous donnez la parole sur Les Crises? Avez vous perdu le sens commun?


    • Alfred Le 11 septembre 2017 à 15h45
      Afficher/Masquer

      C’est bien l’intérêt et l’honneur des crises de donner la parole à “des gens comme ça”. Et encore on pourrait rêver de voir “pire”. C’est le discours qui compte pas le fait qu’il provienne (éventuellement) de parfait débiles ou de fumiers. Le problème vient plutôt quand SEULES ces personnes tiennent un discours conforme à l’expérience de vérité des lecteurs: rappelez-vous de l’ukraine et du dombass: à part quelques rares communistes (très rares) et l’ultra droite il n’y avait pas grand monde au tout début pour sortir autre chose que la veritédesmédias… jusqu’çe ce qu’olivier s’en mèle, puis moreira, puis etc.. Dans le chaud des évèenements au tout début, y avait vraiment pas grand monde.. C’est pareil sur tout les sujets. Ici, le problème est plutôt qu’il faille recourir à un ex-fan des khmers rouges pour tenir un discours public de bon sens sur la Corée du Nord.
      Quand un ministre Nord Coréen renvoie la babale à Macron en lui demandant si la France “que personne ne menace ” (dixit) compte renoncer à ses missiles balistiques et à ses ogives nucléaires, il ne trouve pas trop d’echos en France. C’est plus choquant.


      • christian gedeon Le 11 septembre 2017 à 17h44
        Afficher/Masquer

        Votre réponse se tient,mais oui…mais non,en fait. On a en France une formidable indulgence pour les gens qui “se trompent “. Entre gens du même monde ,n’est ce pas,on ne se marche pas sur les pieds! Ensuite,il est loin d’être le seul à prêcher la voie de la raison et à rechercher celles de l’apaisement. Et pour terminer,faire le parallèlle entre Poutine et Kim,çà relève de la bouffonnerie,n’est ce pas?


        • Alfred Le 11 septembre 2017 à 19h10
          Afficher/Masquer

          Si vous avez vu dans mon propos un parallèle entre Poutine et Kim je vois assure que c’est à “l’insu de mon plein gré” (d’ailleurs vous n’y croyez pas vous même).
          On n’a pas en France une formidable indulgence pour les gens qui se trompent. On a une oligarchie avec ses obligés qui s’accrochent comme des berniques à leur pouvoir. Un “intellectuel” par ailleurs réalisateur de gros navets par exemple ne se trompe pas. Il n’a juste aucune espèce d’intérêt pour la vérité. Il n’a que des amis et des ennemis. Il l’a expliqué lui même.


          • Christian Gedeon Le 11 septembre 2017 à 23h43
            Afficher/Masquer

            Pas dans vos propos Alfred,mais dans ceux de ce Charvin qui a. Sur les mains le sang de ses admirations passés…j’ai dit passées?


        • Fritz Le 11 septembre 2017 à 20h19
          Afficher/Masquer

          Le paradoxe de notre époque, c’est qu’il faut écouter des marginaux pour entendre un discours de bon sens (sur la Corée du Nord, la Russie), quels que soient les errements passés de ces dissidents.

          Le sens commun a-t-il encore cours dans nos pays ? J’en doute : rappelez-vous le consensus délirant de 1999 (pour bombarder la Serbie “génocidaire”), 2011 (pour massacrer Kadhafi et démolir la Libye), 2014 (pour glorifier les putschistes de Kiev).


  19. cioyen du monde Le 11 septembre 2017 à 14h59
    Afficher/Masquer

    Formidable survol de l’histoire avec les analyses qui s’imposent.Ce n’est pas un point de vue mais une analyse des thèmes majeurs qui ont dominés l’histoire et la géopolitique depuis la seconde guerre. Je ne connaissait pas ce monsieur mais il m’a rendu la Corée du nord sympathique c.a.d; la légitimité de leur choix. Légitimité en fait alimentée par la position des puissances occidentales Japon y compris vis à vis du reste du monde. Faut-il venir des anciennes colonies, qui le sont toujours, pour ressentir violemment hégémonie des puissances occidentales. J’espère que non.
    Brillante démonstration du lien entre le franc CFA et la Corée du Nord en passant par Elstin , Poutin
    etc…


Charte de modérations des commentaires