Les Crises Les Crises
24.janvier.201924.1.2019 // Les Crises

[COUP D’ÉTAT] Comprendre la nouvelle offensive contre le Venezuela, par Romain Migus

Merci 537
J'envoie

Nous y sommes, un coup d’État est donc en cours au Venezuela. Pour comprendre la situation, nous vous proposons un autre regard, bien informé, sur ce pays. Il a été publié le 9 janvier dernier par le journaliste Romain Migus.

Rappelons enfin une chose importante : sur ce site, nous ne “soutenons” aucun gouvernement à l’étranger par principe. En effet, nous voyons mal comment il pourrait en être autrement. Nous n’avons pas la prétention de connaitre l’intégralité de l’Histoire, la situation contemporaine, et de la culture d’un autre pays – ce qui est pourtant nécessaires à un tel positionnement politique. Comme très souvent, la situation est très complexe, et les opinions de tous les Venezueliens ont la même valeur, comme toujours en Démocratie.

Nous ne sommes ni “pour” ou “contre” Maduro ; nous soutenons simplement le Droit des Venezueliens (et des Chinois, et des Saoudiens…) à choisir leur gouvernement dans des conditions démocratiques, et à voir leurs Droits humains élémentaires respectés. Et nous condamnons bien sûr toutes les violences ; le meilleur moyen de les limiter et d’encourager la stabilité et le dialogue.

Nous sommes aussi particulièrement attachés au principe de non ingérence dans les affaires des autres pays – vu que nous n’apprécions pas quand d’autres pays s’ingèrent dans les nôtres…

Enfin, soulignons que ce genre d’ingérence (= le fait que des dirigeants politiques étrangers reconnaissent le résultat d’un coup d’État) entraîne généralement des déstabilisations importantes dans les pays concernés (Libye, Syrie, Ukraine…) et nuisent gravement à la qualité des relations diplomatiques sur la Planète.

Source : Romainmigus.info, 9 janvier 2019

L’investiture de Nicolas Maduro, ce 10 janvier, provoque déjà des remous politiques et médiatiques. Élu le 20 mai 2018, le président vénézuélien doit faire face à une opération concertée et planifiée des États-Unis et de leurs alliés. Prenant pour prétexte initial les conditions électorales qui ont permis la victoire de Maduro, une poignée de gouvernements, repeinte pour l’occasion en «communauté internationale» par le truchement des transnationales de la communication, a décidé d’augmenter d’un cran la pression sur le Venezuela bolivarien.

Comme c’est devenu l’habitude dans le cas du Venezuela, la plupart des médias dominants se vautrent dans les fausses informations et oublient jusqu’au sens même de la déontologie journalistique.

Il convient, pour le lecteur scrupuleux et avide de démêler le vrai du faux, d’exposer les faits, de revenir sur les conditions de l’élection de Maduro, et d’analyser la stratégie de Washington pour punir un peuple jugé, depuis maintenant 20 ans, trop rebelle et encombrant.

Des prétextes fallacieux pour une nouvelle offensive politique

Dans ce nouveau scénario de déstabilisation du Venezuela, les justifications principales invoquées par les gouvernements opposés à Caracas tournent toutes autour des conditions de l’élection de Nicolas Maduro en mai dernier.

Afin de comprendre ces prétextes fallacieux, il nous faut revenir un peu en arrière.

En mai 2016, quelques mois après la victoire de l’opposition aux élections législatives, un processus de dialogue entre le chavisme et ses opposants a débuté en République Dominicaine. Une série de 150 réunions, sous l’égide de l’ancien président du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, de l’ancien président de la République Dominicaine, Leonel Fernandez et l’ancien président du Panama, Martin Torrijos, a abouti en janvier 2018, à la rédaction d’un accord portant sur la convocation à une élection présidentielle anticipée ainsi que sur ses garanties électorales.

Or comme l’a souligné Jorge Rodriguez, chef de la commission de dialogue pour le gouvernement : «Tout était prêt [pour la signature de l’accord] jusqu’au pupitre où nous devions faire nos déclarations officielles. Et puis, dans l’après-midi, Julio Borges, l’ancien président de droite de l’Assemblée nationale, a reçu un appel téléphonique de la Colombie de l’ancien secrétaire d’État américain, Rex Tillerson […] L’opposition nous a alors annoncé qu’elle ne signerait pas l’accord. De retour à Caracas, José Luis Rodriguez Zapatero a envoyé une lettre à l’opposition pour lui demander quelle était son alternative dès lors qu’elle refusait de participer à une élection présentant les garanties sur lesquelles elle avait elle-même travaillé.»1Cathy Dos Santos, “Venezuela. «Il faut diversifier notre économie sans toucher au social »”, L´Humanité, 03/04/2018, https://www.humanite.fr/venezuela-il-faut-diversifier-notre-economie-sans-toucher-au-social-652993 .

L’opposition vénézuélienne se scinde sur la stratégie à adopter. Alors que sa frange la plus radicale décide de ne pas participer, la partie de l’opposition qui n’a pas renoncé à reconquérir le pouvoir par la voie démocratique présentera un candidat, Henri Falcón. Deux autres prétendants participeront à cette élection2Bertucci, pasteur évangélique mouillé dans le scandale des Panama Papers se présentera en candidat indépendant, ainsi que Reynaldo Quijada, soutenu par une fraction du trotskysme vénézuélien. Ils réaliseront respectivement 10,82% et 0,39% des voix.

Notons ici que le score de Bertucci s’explique plus par la nouveauté de cette offre électorale dans un climat de méfiance face aux partis politique que par une percée de l’évangélisme politique au Venezuela. En effet, le vote des évangélistes est lui-même divisé. Le parti évangéliste Organisación Renovadora Auténtica (ORA) soutenait Nicolas Maduro. . Il est donc tout simplement faux de prétendre que l’opposition a boycotté ce scrutin ou que Nicolas Maduro s’est présenté tout seul.3À propos de la fake news sur l’interdiction des partis politiques au Venezuela, lire Thierry Deronne, “L’interdiction d’un parti qui n’existe pas”, Venezuela Infos, 29/01/2018, https://venezuelainfos.wordpress.com/2018/01/29/venezuela-linterdiction-dun-parti-qui-nexiste-pas/ Il s’agit là d’un story-telling obéissant à des desseins politiques bien peu démocratiques.

Un système électoral transparent et démocratique

Une des rengaines de Washington et de ses satellites latino-américains ou européens est d’affirmer que les élections au Venezuela ne s’alignent pas sur les standards internationaux en la matière. Ce qui est évidemment faux, mais nécessaire dans ce processus politico-médiatique visant à ne pas reconnaître la légalité de l’élection du 20 mai 2018, et la légitimité du résultat. Pour saisir l’hypocrisie de ces gouvernements sur le pied de guerre, attardons-nous un instant sur les conditions électorales offertes au peuple vénézuélien depuis l’approbation par référendum de la Constitution bolivarienne, le 15 décembre 1999. Notre lecteur pourra aisément se faire une idée de la transparence des élections au Venezuela en comparant ces mécanismes électoraux avec ceux à l’oeuvre dans son propre pays.

Au Venezuela, pour éviter les fraudes, les élections ne sont pas organisées par l’exécutif via le ministère de l’Intérieur. La Constitution de 1999, qui reconnaît l’existence de cinq pouvoirs indépendants – l’exécutif, le législatif, le judiciaire, le moral et le pouvoir électoral- laisse à ce dernier la tâche d’organiser les processus électoraux, en fonction de la Loi organique des processus électoraux.

Ce cadre légal, adopté en 2009, n’a pas été modifié depuis4Cette loi complète la loi Organique du Pouvoir électoral approuvée en 2002.. Il a notamment permis l’élection de multiples représentants de l’opposition à des pouvoirs publics. Aucun d’entre eux n’a d’ailleurs jamais émis de doute sur le bon déroulement du suffrage qui l’a donné vainqueur, et l’opposition n’a elle-même jamais remis en cause le cadre légal des processus électoraux. Ce qu’elle aurait pourtant pu faire au moyen d’un référendum d’initiative citoyenne, prévu pour abroger des lois par l’article 74 de la Constitution. Elle s’est toujours contentée de dénoncer les résultats des élections lorsqu’elle perdait, ou préventivement lorsqu’elle savait qu’elle allait perdre.

En ce qui concerne le vote des citoyens5L’auteur de ces lignes a déjà participé aux élections municipales et régionales de 2013., le Venezuela utilise un double système électronique et manuel. Lorsqu’on entre dans le bureau de vote, on s’identifie aux assesseurs avec sa carte d’identité et l’on active la machine à voter au moyen d’une reconnaissance biométrique. Il est donc impossible de voter deux fois. Après avoir choisi le candidat de son choix, la machine à voter émet un ticket avec le nom du candidat, que l’électeur place dans une enveloppe et dépose dans une urne. Pour finir, après avoir signé le registre électoral, il trempe son petit doigt dans de l’encre indélébile pour s’assurer une deuxième fois qu’il ne répètera pas son vote.

Dans les jours précédant l’élection, Le Centre National Électoral (CNE), organe recteur du pouvoir électoral, convoque tous les partis politiques participants à l’élection à une série de 14 audits préalables. Ainsi, sont mis à l’épreuve les listes d’électeurs, le logiciel utilisé pour la collecte des données électorales, les machines à voter ainsi que leur mode d’assemblage, le système biométrique de reconnaissance des électeurs, l’encre indélébile, le réseau de transmission des données électorales ainsi que le système de totalisation des données.6Lire la liste des audits sur le site du Centre National Electoral, http://www.cne.gov.ve/web/sistema_electoral/tecnologia_electoral_auditorias.php
Nous invitons les lecteurs courageux à se plonger plus en profondeur dans ces systèmes d’audit en lisant les longs rapports techniques du CNE (en espagnol) http://www.cne.gov.ve/web/media/biblioteca/AUDITORIAS/libro-auditorias-del-sistema-automatizado-de-votacion.pdf

Des observateurs de chaque parti politique participent à ces différents audits précédant le vote des citoyens. Chaque étape doit être approuvée préalablement par tous les participants pour assurer la plus grande transparence de l’élection. Et de fait, elles ont toujours été acceptées jusqu’à maintenant. Ajoutons à cela que tous les partis politiques en présence ont le droit de postuler leurs partisans comme assesseurs, ainsi que de faire participer les observateurs nationaux et internationaux de leurs choix à la surveillance des bureaux de vote.

Le soir des résultats, le CNE procédera à un nouvel audit où seront tirés au sort, devant les responsables des différents partis, 54,4% (au minimum selon la loi) des bureaux de vote ou l’on vérifiera le résultat électronique. Il s’agira alors de comparer les résultats obtenus dans l’urne après dépouillement avec le résultat électronique. Jamais une erreur n’a été détectée au cours des multiples processus électoraux.

Ces garanties pour garantir le résultat ont conduit l’ancien président étasunien Jimmy Carter à définir le système électoral vénézuélien comme étant «le meilleur du monde».7“Jimmy Carter: “El sistema electoral venezolano es el mejor del mundo”, RT, 20/09/2012, https://actualidad.rt.com/actualidad/view/54145-jimmy-carter-sistema-electoral-venezolano-mejor-mundo

Ce sont les mêmes procédures qui ont assuré la transparence de toutes les élections au Venezuela, que se soit par exemple, pour les élections législatives du 5 décembre 2015 (gagnées par l’opposition) ou pour l’élection présidentielle du 20 mai 2018 (gagné par le chavisme).

Comme on peut le voir, le Venezuela apporte plus de garanties électorales que dans de nombreux pays occidentaux, pour ne pas parler des pays du groupe de Lima. La transparence de l’élection de Nicolas Maduro a d’ailleurs été validée par plus de 2000 observateurs internationaux provenant notamment de la Communauté Caribéenne (Caricom), de l’Union Africaine et du Conseil des Experts Électoraux Latino-Américains (Ceela).

Au vu de ce système, on comprend aussi pourquoi une partie de l’opposition a refusé de se présenter à une élection qu’elle aurait perdue. Accepter de participer aux élections revient à s’associer aux audits et à valider la transparence du système électoral vénézuélien. Ce refus de prendre part au processus démocratique a ouvert la voie à la tentative de déstabilisation que nous voyons aujourd’hui.

Au soir de l’élection présidentielle

Au-delà des garanties électorales, les pays qui contestent la légitimité du président vénézuélien s’emploient à critiquer les résultats de l’élection présidentielle. Une fois encore, il ne s’agit que d’un prétexte pour légitimer la déstabilisation du Venezuela. Attardons-nous un instant sur ces résultats.

L’élection présidentielle au Venezuela est une élection au suffrage universel direct à un tour. Le président est élu non pas en fonction d’accords parlementaires ou par le choix de « grands électeurs » mais directement par le peuple.

Le 20 mai 2018, 9 389 056 électeurs se sont exprimés dans les urnes, soit 46,07% des citoyens inscrits sur les listes électorales. Le taux d’abstention élevé est encore aujourd’hui utilisé par les adversaires de la Révolution Bolivarienne pour disqualifier la victoire de Nicolas Maduro. Bien évidemment aucun de ces critiques ne mentionnera les dizaines de sanctions financières et de rétorsions à l’économie du pays depuis 2014.8Romain Migus, “Chronologie des sanctions économiques contre le Venezuela”,Venezuela en Vivo, actualisé le 07/01/2019, https://www.romainmigus.info/2019/01/chronologie-des-sanctions-economiques.html Une persécution qui a fortement découragé nombre de Vénézuéliens, et a augmenté leur défiance face à une solution électorale de sortie de crise. De plus, l’appel au boycott des urnes par plusieurs partis de l’opposition a eu aussi une conséquence sur le taux de participation.

Malgré cela, 30,45% des électeurs inscrits ont voté pour Nicolas Maduro au premier tour. Soit un résultat supérieur à ceux du président chilien Sebastián Piñera (26,5%), du président argentin Mauricio Macri (26,8%) ou du président Donald Trump (27,20%). Sans parler des scores réalisés au premier tour par le président colombien (21%) ou par le président Emmanuel Macron (18,19%). Personne évidemment ne conteste la légitimité de leurs élections malgré la faible proportion d’électeurs qui les a choisis.

Une stratégie coordonnée et planifiée depuis Washington

Dès l’élection de Nicolas Maduro, les États-Unis vont renforcer la coalition contre le Venezuela dans la région. Le 27 juin 2018, le vice-président américain, Mike Pence, annonçait déjà la couleur depuis le Brésil : «La liberté et la démocratie seront restaurés au Venezuela. Les États-Unis demandent au Brésil d’adopter une attitude ferme contre le régime de Nicolas Maduro.»9“Mike Pence : La libertad será restaurada en Venezuela”, El Nacional, 27/06/2018, http://www.el-nacional.com/noticias/latinoamerica/mike-pence-libertad-sera-restaurada-venezuela_241757 Lui faisant écho, le secrétaire d’État, Mike Pompeo, affirmera, le 21 septembre 2018, que les États-Unis «continueront d’accroître le niveau de pression» contre le pays bolivarien. Ce même Pompeo réalisera plusieurs rencontres avec les responsables des gouvernements brésiliens, péruviens et colombiens afin de préparer l’opération du 10 janvier.

Mais c’est la réunion du Groupe de Lima, tenue le 4 janvier 2019, qui va véritablement définir le scénario. Au cours de ce cénacle, les gouvernements membres de cette internationale anti-bolivarienne10Les gouvernements membres du groupe de Lima sont ceux d’Argentine, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Guatemala, Guyana, Honduras, Panama, Paraguay, Pérou et Sainte Lucie. Ainsi que celui du Mexique qui a refusé de signer la dernière déclaration. , se sont accordés sur une série d’actions à mener contre Caracas. Notons que le gouvernement mexicain, désormais dirigé par le président progressiste Andrés Manuel López Obrador, n’a pas souscrit à ce document et a réaffirmé la volonté de son pays de ne pas s’immiscer dans les affaires internes d’une autre nation, tranchant avec les positions bellicistes du gouvernement précédent et du groupe de Lima.

Le document approuvé à Lima est une véritable déclaration de guerre.11Document disponible sur https://www.gob.pe/institucion/rree/noticias/24270-declaracion-del-grupo-de-lima En présence du secrétaire d’État des États-Unis (par visioconférence), les gouvernements opposés à la révolution bolivarienne se sont entendus pour augmenter la pression diplomatique contre le Venezuela, et persévérer dans leur intention de faire ouvrir une enquête à la Cour Pénale Internationale contre l’État vénézuélien. Une demande soutenue, d’ailleurs, par la France.12Palais de l’Elysée, “Communiqué relatif à la situation au Venezuela”, 30/09/2018, disponible sur https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2018/09/30/communique-relatif-a-la-situation-au-venezuela

Les membres du groupe de Lima condamnent la crise économique au Venezuela, mais adoptent une résolution pour renforcer le blocus financier contre ce pays. Le texte adopté prévoit d’établir des listes de personnalités juridiques avec lesquels ces pays «ne devront pas travailler, devront empêcher l’accès à leur système financier, et si nécessaire congeler leurs actifs et ressources économiques». De même, la résolution oblige les pays membres du groupe de Lima à faire pression sur les organismes financiers internationaux auxquels ils appartiennent pour empêcher l’octroi de nouveaux crédits à la République bolivarienne du Venezuela.

Plus surprenant encore, cette déclaration commune exige que le gouvernement «de Nicolas Maduro et les Forces armées du Venezuela renoncent à tous types d’actions qui violeraient la souveraineté de ses voisins». Cette accusation se base sur une réaction récente du Venezuela à une exploration pétrolière autorisée par le Guyana dans une zone territoriale réclamée par les deux nations voisines.13Manuel Palma, “Los buques de la discordia: Venezuela y Guyana reavivan la disputa por su diferendo territorial”, RT, 28/12/2018, https://actualidad.rt.com/actualidad/300448-buques-discordia-venezuela-guyana-reavivar Il s’agit là encore d’un prétexte qui fait écho à des fait dénoncés par le président du Venezuela, le 12 décembre 2018.

Lors d’une allocution télévisée, Nicolas Maduro avait parlé de la présence de 734 mercenaires sur les bases militaires d’Eglin en Floride et de Tolemaida en Colombie. Selon lui, leur but supposé aurait été d’agresser le Venezuela ou de préparer une attaque dans le but de justifier une intervention militaire contre la nation bolivarienne. Maduro a aussi déclaré que le conseiller national à la sécurité des États-Unis, John Bolton aurait incité le nouveau vice-président brésilien, Hamilton Mourao, à organiser des provocations militaires à la frontière avec le Venezuela.14Luigino Bracci, Maduro denuncia: Más de 700 paramilitares entrenan en Colombia para ejecutar golpe de Estado en su contra”, AlbaCiudad,12/12/2018, http://albaciudad.org/2018/12/maduro-golpe-de-estado-john-bolton/ La déclaration du Groupe de Lima semble donc renforcer les suspicions d’agression émises par l’État vénézuélien.

Après avoir rappelé que l’élection de Nicolas Maduro était illégitime, le groupe de Lima exhorte le président vénézuélien à ne pas assumer la présidence et à « transférer le pouvoir exécutif, de manière provisoire, à l’Assemblée nationale ». Peu importe que Nicolas Maduro ait été élu grâce au même système électoral qui a permis l’élection du pouvoir législatif. Le but recherché par Washington et ses alliés n’est pas d’ordre démocratique, il est politique : remettre l’opposition à la tête du pays pétrolier.

Cette tentative de coup d’État institutionnel, déjà mise en œuvre dans d’autres pays de la région15Notamment au Honduras (2009), au Paraguay (2012), au Brésil (2016) ou en Equateur (2017). , s’inscrit dans une stratégie de substitution des pouvoirs politiques légitimes. Dès juillet 2017, en toute illégalité, l’opposition a créé un Tribunal Suprême de Justice «en exil» basé au Panama, ainsi qu’un poste de Procureur Général de la Nation «en exil» depuis Bogota. Ces instances fantoches essaient depuis de se substituer aux pouvoirs légitimes vénézuéliens.

En lien avec une Assemblée nationale, elle-même déclarée en outrage judiciaire en mars 201716Après l’élection des députés en décembre 2015, une plainte a été déposé par les candidats du Psuv dans l’Etat d’Amazonie pour achat de voix de la part de leurs opposants élus. Le tribunal judiciaire ayant sanctionné par la suite cette malversation, le tribunal du pouvoir électoral a exigé que l’élection de ces trois postes de députés soit à refaire. La présidence de l’Assemblée Nationale ayant refusé de se plier aux pouvoirs judiciaire et électoral, l’Assemblée Nationale a été déclaré en outrage judiciaire. Les décisions et votes qui émanent du pouvoir législatif sont donc nuls et non avenus tant que la présidence de l’Assemblée Nationale n’autorise pas le retour aux urnes. Précisons que l’opposition détient une majorité absolue de 122 députés sur 167 postes. , ces parodies de pouvoirs publics réaliseront un simulacre de procès depuis le siège du Parlement colombien (sic), et condamneront le président vénézuélien Nicolas Maduro à une peine de 18 ans et 3 mois de prison.17TSJ en el exilio condenó a Maduro a 18 años y 3 meses de prisión”, El Nacional, 15/08/2018, http://www.el-nacional.com/noticias/crisis-humanitaria/tsj-exilio-condeno-maduro-anos-meses-prision_248160

Pour illustrer cette situation saugrenue, imaginons un instant qu’un groupe de Gilets jaunes français désigne un Garde des Sceaux et une Cour de Cassation «en exil» et que celles-ci organisent un simulacre de procès pour condamner Emmanuel Macron à 18 ans de prison depuis la Douma russe. Cela prêterait à sourire, mais que se passerait-il si plusieurs états de par le monde reconnaissaient comme légitimes ces pouvoirs judiciaires «en exil» ? Il y a fort à parier que l’on entendrait un grand nombre de voix crier, à juste titre, à l’ingérence étrangère voire à la tentative de coup d’État. L’exemple que nous venons de mentionner peut paraître ridicule, mais c’est bien ce qui est en train de se dérouler au Venezuela.

Il ne faut pas prendre ces manœuvres à la légère. L’attentat manqué au moyen d’un drone chargé d’explosifs C4, qui a eu lieu le 4 août 2018, ne visait pas seulement à éliminer Nicolas Maduro mais tous les pouvoirs publics de la nation, dans le but de leur substituer leurs homologues fantoches et illégaux.18Romain Migus, ”Le drone médiatique explose en plein vol”, Venezuela en Vivo, 08/08/2018, https://www.romainmigus.info/2018/08/le-drone-mediatique-explose-en-plein-vol.html La constitution de pouvoirs parallèles n’est pas un cirque politico-médiatique mais fait partie intégrante d’un coup d’État institutionnel en préparation.

De même, déclarer Nicolas Maduro illégitime est un message virulent pour les principaux partenaires économiques de Caracas (la Chine, la Russie ou la Turquie) leur notifiant que les accords signés avec le gouvernement bolivarien ne seront pas reconnus dès lors que Nicolas Maduro aura été renversé. Un conflit avec le pays caribéen pourrait avoir des répercussions bien au-delà de ses frontières. Sergueï Riabkov, le vice-ministre des Affaires étrangères russes a, en ce sens, appelé «les exaltés de Washington à ne pas tomber dans la tentation d’une intervention militaire» au Venezuela.19“El Gobierno ruso advirtió a Estados Unidos contra una posible intervención militar en Venezuela”, SputnikNews, 09/01/2019, https://mundo.sputniknews.com/politica/201901091084610873-politica-de-eeuu-respecto-venezuela/

D’autre part, c’est aussi un message destiné aux Forces armées nationales, car, si le président Maduro est illégitime, cela revient à décapiter le pouvoir militaire de son commandant en chef.

C’est dans cette optique qu’il convient de décrypter le scénario élaboré par les États-Unis et ses alliés. En conformité avec la résolution du Groupe de Lima, l’Assemblée Nationale du Venezuela, en outrage judiciaire et dont les décisions sont nulles et non avenues20Voir explication en point 16. , a déclaré que la prise de fonction de Nicolas Maduro était une «usurpation de pouvoir». En conséquence, elle s’apprête illégalement à assumer le pouvoir exécutif durant «une période de transition». Le 8 janvier, une loi sur la transition a été discutée au sein de l’hémicycle vénézuélien dans le but de s’emparer du pouvoir exécutif à partir du 10 janvier.

Durant les discussions, le député Americo de Grazia a appelé tous les secteurs à s’aligner sur les autorités parallèles créées par l’opposition et appelé à prendre la rue pour «harmoniser les actions internationales, nationales et institutionnelles».21Maritza Villaroel, “Asamblea Nacional arranca proceso para Ley de Transición”, Site de l’Assemblée Nationale du Venezuela, 08/01/2019, http://www.asambleanacional.gob.ve/noticias/_asamblea-nacional-arranca-proceso-para-ley-de-transicion

Quant au nouveau président de l’instance législative, Juan Guaidó, il a appelé les militaires vénézuéliens à renverser le gouvernement à partir du 10 janvier.22“El golpismo venezolano no descansa”, Pagina12, 05/01/2019, https://www.pagina12.com.ar/166485-el-golpismo-venezolano-no-descansa?fbclid=IwAR3-4Oe_vnJzRq_FCnpTW0sbBoFUmWispXhMDOk0PxwTt82jbXm2sT2eHdM(traduction française disponible sur http://venesol.org/2019/01/07/juan-guadio-president-du-parlement-venezuelien-appelle-a-un-coup-detat-contre-nicolas-maduro/)

Le décor est planté. L’épreuve de force imminente. Reste à savoir quelles personnalités politiques et médiatiques justifieront la violation de la souveraineté du Venezuela et le non-respect de ses institutions.

Source : Romainmigus.info, 9 janvier 2019

Article initialement paru sur le site de RT France. Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT ou au site Les-Crises.fr.


L’analyse de Maurice Lemoine :


Commentaire Les-Crises.fr

Vous observerez comme, classiquement, on présente peu le contexte “international” et l’Histoire d’ingérences (directe ou indirecte) dans les affaires intérieures d’autres pays.

Ainsi, rappelons que le Président Obama a pris en mars 2015 un décret contre le Venezuela, en déclarant “l’urgence nationale” aux États-Unis, “en raison de la menace grave et inhabituelle contre la Sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis posée par la situation au Venezuela.” (Source : Maison Blanche) :

Ces décrets sont régulièrement re-confirmés depuis lors (voir notre article ici).

Le Venezuela est d’ailleurs depuis longtemps un centre d’intérêt pour les Américains (Source : Wikileaks – mais il ne faut pas tomber dans la monomanie “le pétrole, explique tout” ; bien entendu, l’aspect politique et géopolitique compte beaucoup aussi) :

Cette tentative de coup d’État intervient dans un contexte où, depuis plusieurs mois, l’opposition vénézuélienne mais aussi Donald Trump ont publiquement évoqué l’idée d’une ingérence étrangère pour renverser le Président Maduro.

L’opposition “démocratique” vénézuelienne

Le 22 janvier, le Vice-Président américain qualifie M. Maduro d’usurpateur, et soutien les manifestations du lendemain (voir la vidéo ici)

Les leaders de l’opposition de droite félicitant l’année dernière le président brésilien Bolsonaro pour son élection, et espérant qu’il ramènera “la Démocratie” au Venezuela…

Depuis hier, plusieurs pays ont reconnu le coup d’État :

Ça ressemble donc à ça désormais un Coup d’État sur Twitter…

Ca marche aussi pour le peuple français ?

Rappel :

Freddy Guevara, un des leaders de l’opposition vénézuélienne, était en France il y a quelques mois. On l’a souvent vu dans les manifestations au Venezuela (qui ne respectent pas les nouvelles normes françaises quand à l’équipement des manifestants)

En revanche, quand l’argent de la Françafrique irrigue bien notre pays, ce n’est pas la même chose – sans même reparler des Chinois :

Bref, ce sont bien les gens qui font voter des lois à cause de la supposée “inacceptable ingérence russe” qui posterait des messages sur Facebook ?

Ce n’est pas ironique du tout en fait… Ils sont probablement très mécontent que soit déstabilisé un autre de leur alliés. Source : L’Obs

Concluons par un exemple de l’habituel story-telling de la presse mainstream – où les soutiens à Maduro n’existent plus… (bien entendu, il ne faut pas tomber dans le story-telling inverse…)

Venezuela : « Cela fait longtemps que nous attendons un leader comme Juan Guaidó »

Source ; Le Parisien, Guylaine Roujol Perez, 24 janvier 2019

Au lendemain de manifestations qui ont drainé des centaines de milliers de personnes contre Nicolas Maduro, le leader de l’opposition se présente comme le « nouveau président par intérim ».

Un président autoproclamé et aussitôt reconnu par les Etats-Unis et plusieurs pays voisins, un ministre de la Défense qui assure que l’armée reste unie et opposée à un dirigeant « imposé sous d’obscurs intérêts », des centaines de milliers de manifestants ivres d’espoir reprenant en chœur un slogan symbole d’unité populaire « El pueblo, unido, jamás será vencido » (NDLR : le peuple, uni, ne sera jamais vaincu)

Soixante-et-un ans après le coup d’Etat qui avait fait tomber la dictature du général Marcos Pérez Jiménez, la journée du mercredi 23 janvier restera sans aucun doute dans l’histoire du Venezuela.

OB : La journaliste est au courant que ce n’est pas une dictature ? Il vient d’avoir des élections présidentielles, et l’opposition est majoritaire ua Parlement ! De quoi faire rêver un Chinois ou un Saoudien…

Alors que l’avenue Libertador de Caracas était noire de monde, Juan Guaidó, président de l’Assemblée nationale et leader de l’opposition, a rejoint les manifestants place Juan Pablo II de Chacaíto où il a exhorté les Vénézuéliens « à ne jamais se rendre ». Avant de jurer sur la Constitution et « devant dieu tout-puissant » d’assurer la charge de président dans un « gouvernement de transition » puis des élections libres, sous les vivats et les applaudissements d’une foule galvanisée comme une vague trop longtemps retenue. Des élections libres également appelées par l’Union européenne.

OB : Elle a appelée la Chine et la Saoudie aussi, ou le numéro était occupé ?

Une « vacance du pouvoir »

Deux jours après la tentative de soulèvement d’une poignée de militaires contre le régime de Nicolas Maduro, le très récent leader de l’opposition a promis de « résister jusqu’à la démocratie, jusqu’à la liberté » s’appuyant sur l’article 233 de la constitution du pays. Celle-ci prévoit que le président de l’Assemblée nationale assume le pouvoir exécutif en cas de vacance du pouvoir. Une vacance justifiée par les opposants au leader socialiste par la révocation populaire et les conditions troubles de son élection.

OB : Le Président qui vient d’être élu, et investi le 10 janvier est donc en vacance du pouvoir ?

Nicolas Maduro a de son côté ordonné l’arrestation du leader de l’opposition

OB : on peut se demander quelel serait la réaction de la presse si Marine Le Pen se déclarait Présidente légitime, soutenue par Salvini…

et donné 72 heures au personnel diplomatique des Etats-Unis, avec qui il a rompu les relations, pour quitter le pays.

Pour Eréndira, une journaliste qui vit dans la capitale, l’ambiance à Caracas durant cette journée était celle « d’une grande joie. Cela fait si longtemps que les gens attendent un leader comme Juan Guaidó… Quelqu’un à qui on ne connaît pas de casserole. C’est pour ça que les gens sont si enthousiastes ! »

OB : Précision, rigueur, objectivité, explication de la complexité des choses : du vrai journalisme à la française !

Les milices s’en mêlent

« Dans l’après-midi, il y a eu des gaz lacrymogènes et quelques affrontements entre la police et des gens qui partaient de quartiers de l’ouest de la ville pour rejoindre le cortège. Mais globalement, l’ambiance est à l’espoir, à la joie. Une manifestation était prévue avec les soutiens de Maduro, mais il semblerait qu’il y ait eu très peu de monde, trop peu pour l’appuyer. »

Les Vénézuéliens sont sortis dans la rue dans d’autres grandes villes du pays. « Mais certaines manifestations ont été réprimées par la Garde nationale, la police et des colectivos (NDLR : Des milices armées qui soutiennent le gouvernement) et on parle de 16 morts. » poursuit Eréndira.

Jorge a participé à celle de San Cristobal (État du Táchira) dans le nord-ouest du pays, où une foule habillée de blanc est partie de cinq points de rassemblements pour se diriger vers la place Bolivar, sans jamais rencontrer de manifestants pro gouvernement : « Nous voulons appuyer l’arrivée au pouvoir du président de l’Assemblée nationale. La manifestation s’est passée normalement, avec beaucoup d’espoir. A 13h30, les gardes nationaux ont lancé des bombes lacrymogènes pour nous disperser. Il y a eu quelques blessés mais à ma connaissance rien de grave. Par la suite, cela s’est corsé avec l’arrivée des colectivos qui étaient armés et ont tiré. J’ai vu deux personnes touchées, l’une à la tête, l’autre à l’épaule. Je viens d’apprendre qu’elles étaient décédées. Les blessés ont été évacués vers l’hôpital central. »

« Le début de la fin du cauchemar »

A Valencia (état de Carabobo), un Vénézuélien voyant la police se joindre aux manifestants commente la scène et finit en sanglots « C’est le début de la fin de ce cauchemar ». Quelques heures avant, comme un symbole fort rappelant d’autres soulèvements, la statue d’Hugo Chavez à San Félix (État du Bolivar) avait été brûlée puis pendue par-dessus un pont.

OB : c’est vrai que pour beaucoup de Vénézuéliens, la vie est très dure, un vrai cauchemar. Mais pourquoi ne pas parler des sanctions qui n’aident pas le pays ?

A l’extérieur du pays, la diaspora aussi était mobilisée. Pedro, exilé en Colombie et membre du mouvement Rumbo Libertad (en route vers la Liberté), a manifesté à Bogota. « Nous espérons vraiment sortir de cette dictature. Les Vénézuéliens qui vivent dans des conditions précaires aspirent à rentrer chez eux. En tant que membre du mouvement Rumbo Libertad, nous avons passé des accords avec l’opposition afin qu’il n’y ait pas de négociation avec les personnes actuellement au pouvoir mais un gouvernement de transition avec des élections libres et transparentes. » Le cortège d’environ 2000 personnes a terminé sa marche devant l’ambassade du Venezuela.

Source ; Le Parisien, Guylaine Roujol Perez, 24 janvier 2019

Une proximité un peu gênante peut-être…

(Billet édité)

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Notes   [ + ]

1. Cathy Dos Santos, “Venezuela. «Il faut diversifier notre économie sans toucher au social »”, L´Humanité, 03/04/2018, https://www.humanite.fr/venezuela-il-faut-diversifier-notre-economie-sans-toucher-au-social-652993
2. Bertucci, pasteur évangélique mouillé dans le scandale des Panama Papers se présentera en candidat indépendant, ainsi que Reynaldo Quijada, soutenu par une fraction du trotskysme vénézuélien. Ils réaliseront respectivement 10,82% et 0,39% des voix.

Notons ici que le score de Bertucci s’explique plus par la nouveauté de cette offre électorale dans un climat de méfiance face aux partis politique que par une percée de l’évangélisme politique au Venezuela. En effet, le vote des évangélistes est lui-même divisé. Le parti évangéliste Organisación Renovadora Auténtica (ORA) soutenait Nicolas Maduro.

3. À propos de la fake news sur l’interdiction des partis politiques au Venezuela, lire Thierry Deronne, “L’interdiction d’un parti qui n’existe pas”, Venezuela Infos, 29/01/2018, https://venezuelainfos.wordpress.com/2018/01/29/venezuela-linterdiction-dun-parti-qui-nexiste-pas/
4. Cette loi complète la loi Organique du Pouvoir électoral approuvée en 2002.
5. L’auteur de ces lignes a déjà participé aux élections municipales et régionales de 2013.
6. Lire la liste des audits sur le site du Centre National Electoral, http://www.cne.gov.ve/web/sistema_electoral/tecnologia_electoral_auditorias.php
Nous invitons les lecteurs courageux à se plonger plus en profondeur dans ces systèmes d’audit en lisant les longs rapports techniques du CNE (en espagnol) http://www.cne.gov.ve/web/media/biblioteca/AUDITORIAS/libro-auditorias-del-sistema-automatizado-de-votacion.pdf
7. “Jimmy Carter: “El sistema electoral venezolano es el mejor del mundo”, RT, 20/09/2012, https://actualidad.rt.com/actualidad/view/54145-jimmy-carter-sistema-electoral-venezolano-mejor-mundo
8. Romain Migus, “Chronologie des sanctions économiques contre le Venezuela”,Venezuela en Vivo, actualisé le 07/01/2019, https://www.romainmigus.info/2019/01/chronologie-des-sanctions-economiques.html
9. “Mike Pence : La libertad será restaurada en Venezuela”, El Nacional, 27/06/2018, http://www.el-nacional.com/noticias/latinoamerica/mike-pence-libertad-sera-restaurada-venezuela_241757
10. Les gouvernements membres du groupe de Lima sont ceux d’Argentine, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Guatemala, Guyana, Honduras, Panama, Paraguay, Pérou et Sainte Lucie. Ainsi que celui du Mexique qui a refusé de signer la dernière déclaration.
11. Document disponible sur https://www.gob.pe/institucion/rree/noticias/24270-declaracion-del-grupo-de-lima
12. Palais de l’Elysée, “Communiqué relatif à la situation au Venezuela”, 30/09/2018, disponible sur https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2018/09/30/communique-relatif-a-la-situation-au-venezuela
13. Manuel Palma, “Los buques de la discordia: Venezuela y Guyana reavivan la disputa por su diferendo territorial”, RT, 28/12/2018, https://actualidad.rt.com/actualidad/300448-buques-discordia-venezuela-guyana-reavivar
14. Luigino Bracci, Maduro denuncia: Más de 700 paramilitares entrenan en Colombia para ejecutar golpe de Estado en su contra”, AlbaCiudad,12/12/2018, http://albaciudad.org/2018/12/maduro-golpe-de-estado-john-bolton/
15. Notamment au Honduras (2009), au Paraguay (2012), au Brésil (2016) ou en Equateur (2017).
16. Après l’élection des députés en décembre 2015, une plainte a été déposé par les candidats du Psuv dans l’Etat d’Amazonie pour achat de voix de la part de leurs opposants élus. Le tribunal judiciaire ayant sanctionné par la suite cette malversation, le tribunal du pouvoir électoral a exigé que l’élection de ces trois postes de députés soit à refaire. La présidence de l’Assemblée Nationale ayant refusé de se plier aux pouvoirs judiciaire et électoral, l’Assemblée Nationale a été déclaré en outrage judiciaire. Les décisions et votes qui émanent du pouvoir législatif sont donc nuls et non avenus tant que la présidence de l’Assemblée Nationale n’autorise pas le retour aux urnes. Précisons que l’opposition détient une majorité absolue de 122 députés sur 167 postes.
17. TSJ en el exilio condenó a Maduro a 18 años y 3 meses de prisión”, El Nacional, 15/08/2018, http://www.el-nacional.com/noticias/crisis-humanitaria/tsj-exilio-condeno-maduro-anos-meses-prision_248160
18. Romain Migus, ”Le drone médiatique explose en plein vol”, Venezuela en Vivo, 08/08/2018, https://www.romainmigus.info/2018/08/le-drone-mediatique-explose-en-plein-vol.html
19. “El Gobierno ruso advirtió a Estados Unidos contra una posible intervención militar en Venezuela”, SputnikNews, 09/01/2019, https://mundo.sputniknews.com/politica/201901091084610873-politica-de-eeuu-respecto-venezuela/
20. Voir explication en point 16.
21. Maritza Villaroel, “Asamblea Nacional arranca proceso para Ley de Transición”, Site de l’Assemblée Nationale du Venezuela, 08/01/2019, http://www.asambleanacional.gob.ve/noticias/_asamblea-nacional-arranca-proceso-para-ley-de-transicion
22. “El golpismo venezolano no descansa”, Pagina12, 05/01/2019, https://www.pagina12.com.ar/166485-el-golpismo-venezolano-no-descansa?fbclid=IwAR3-4Oe_vnJzRq_FCnpTW0sbBoFUmWispXhMDOk0PxwTt82jbXm2sT2eHdM(traduction française disponible sur http://venesol.org/2019/01/07/juan-guadio-president-du-parlement-venezuelien-appelle-a-un-coup-detat-contre-nicolas-maduro/

Commentaire recommandé

Daniel // 24.01.2019 à 15h46

L’EU a dit :”la violence et le recours excessif à la force par les forces de sécurité sont totalement inacceptables et ne résoudront certainement pas la crise”.
“le peuple français (oups vénézuélien) a le droit de manifester pacifiquement , de choisir librement ses dirigeants et de décider de son avenir”
Donc GO GO GO GILETS JAUNES, l’UE soutien le mouvement pacifique pour renverser Macron !!!
Que le RIC Croque le krach !!!
– enquête judiciaire dans les Banques
– séparation bancaire stricte
– nettoyage des dettes non reliées au physique
– crédit productif public pour les projets de développement
et ainsi on se libère de l’occupation financière qui dicte à nos gouvernements occidentaux le soucis des riches au détriments de la vie des gens.

44 réactions et commentaires

  • Daniel // 24.01.2019 à 15h46

    L’EU a dit :”la violence et le recours excessif à la force par les forces de sécurité sont totalement inacceptables et ne résoudront certainement pas la crise”.
    “le peuple français (oups vénézuélien) a le droit de manifester pacifiquement , de choisir librement ses dirigeants et de décider de son avenir”
    Donc GO GO GO GILETS JAUNES, l’UE soutien le mouvement pacifique pour renverser Macron !!!
    Que le RIC Croque le krach !!!
    – enquête judiciaire dans les Banques
    – séparation bancaire stricte
    – nettoyage des dettes non reliées au physique
    – crédit productif public pour les projets de développement
    et ainsi on se libère de l’occupation financière qui dicte à nos gouvernements occidentaux le soucis des riches au détriments de la vie des gens.

      +114

    Alerter
    • Daniel // 24.01.2019 à 16h26

      Depuis le début du mouvement dit des « Gilets Jaunes » il y a eu à la date du 14 janvier :
      1 800 Personnes, participant ou non à ces manifestations, qui ont été blessées
      6 475 Manifestants interpellés
      5 339 Gardes à vue d’adultes et d’adolescents, lycéens notamment
      153 Mandats de dépôt
      14 Personnes éborgnées par des tirs de LBD 40 (« Lanceur de Balle de Défense », ex-Flashball)
      1 Décès à la suite d’un tir de grenade
      200 Signalements de violences policières déposés dans les postes de police et de gendarmerie
      78 Enquêtes ouvertes par l’IGPN

      en bref, pas de violence policière !

        +67

      Alerter
      • thecis // 25.01.2019 à 12h41

        Vous n’avez rien compris ! Ce sont les manifestants entre eux. C’est la police qui le dit.

          +1

        Alerter
      • zx81 // 25.01.2019 à 12h42

        L’ONU demande une enquête pour “usage excessif de la force” :
        https://francais.rt.com/international/58298-apres-washington-canada-oea-reconnaissent-autoproclame-president-interim-venezuela
        Et en même temps l’Allemagne, avec qui un certain micron vient de signer, prêt à reconnaître Juan Guaido !

        Contraste saisissant avec le silence assourdissant sur la situation en France.
        Nous pourrons créer une nouvelle expression : “le silence jaune” où quand on fait silence tout en sachant que la situation demande de prendre la parole.
        Non pas un silence d’or mais de pacotille, lâche et coupable.

          +6

        Alerter
    • Julie Péréa // 24.01.2019 à 20h58

      Daniel,
      La libération de l’occupation financière sera complète avec une vraie banque nationale !
      Bizarrement c’est un sujet clivant passé sous silence par les médias et les politiques …
      Reprendre le contrôle de l’argent aux banques privées devrait même être le premier débat sur lequel les Français devraient avoir à se prononcer !
      Pétition à lire, signer et partager …
      https://www.change.org/p/un-ric-pour-une-banque-nationale-et-se-lib%C3%A9rer-de-la-dette

        +17

      Alerter
  • Archangelus // 24.01.2019 à 16h01

    Le PARRAIN Américain veut toujours faire la loi en Amérique Latine comme partout dans le monde, sous l’illusion de démocratie, il fait pression et menace les libertés dans les pays qui ne se couchent pas devant lui comme des esclaves. Géoplitique et Pétrole en ligne de front.
    Cuba en est l’exemple type ainsi que la guerre du Kosovo de BHL… En Europe, même scénario via l’Otan. Heureusement que Poutine a les nerfs plus solides que Trump…tout ça en attendant le prochain krach financier mondial voulu par l’oligarchie commandée par les milliardaires, ROTHSCHILD en tête…

      +20

    Alerter
    • tepavac // 25.01.2019 à 13h35

      BHL !, comment dire, enfin voilà; selon son entretien par le média “Le Temps”, il affirme et tente de convaincre l’auditoire, “que la population ne doit pas être «le seul souverain» en Europe”.

      Sur le coup je me suis demandé ce qu’il y avait en dehors de la population qui serait légitime… à quoi au fond ?
      Peut être des robots ?, des E.T. venant d’une lointaine galaxie?, mais la souveraineté sur quoi ? sur nos vies ? nos modes de vie ?
      BHL fait-il parti de la population, qui n’en fait pas parti ?

      Face à cette énigme perdu dans l’âme absconse de l’héritier des Lumières égarées, je me demande si un gardien n’aurait pas par inadvertance ouvert les portes d’un asile d’aliénés et qui maintenant, les aliénés, vaquent tranquillement dans les allées du pouvoir et des médias ?
      Notez que leur nombre s’allonge de semaine en semaine, on peut même penser sérieusement à une épidémie d’,encéphalopathie spongiforme, triste et dramatique maladie de la “vache folle”.

      Peut-être, devons alerter l’OMS !

      https://www.letemps.ch/monde/bernardhenri-levy-europe-peuple-ne-seul-souverain

        +6

      Alerter
  • Charles Michael // 24.01.2019 à 16h39

    C’était un peu prévu.
    Les.crises fait bien de rappeler la doctrine Monroe: “l’Amérique aux Américains”
    doctrine d’ailleurs assorti, à l’époque d’un certain isolationisme.
    La formule d’un poête Mexicain ” pauvre Mexique si loin de Dieu, si près des USA” garde toute son actualité

    LEmpire en déclin, menacé d’une quasi exclusion du Moyen et Proche Orient, plus ou moins débouté de l’Asie, se replie sur son double continent
    tout en cherchant à s’en protéger par un Mur.

    Enfumé par le fracking et une plus grande indépendance aux importations de pétrole ?
    pas si sur, les USA ont assez d’expertise pour savoir que les 6 millions de barils jour de LTO (huiles légères) sont en phase finale: 2025 /2030. donc :
    au Brésil Bolsonnaro (rien d’un nationaliste, tout d’un laquais des US) promet de privatiser les gisements et ressources
    et bien sur reconnait le coup d’état.

    Chavez et Maduro ont fait quelques bonnes et imprudentes bêtises, les hules ultra-lourdes de l’Orénoques auraient bien besoin du LTO US pour les fluidifier.

    Des intérets pétroliers US, une doctrine isolationiste revivifiée mais en voulant garder son pouvoir hégémonique ; l’UE à la rescouce,

    et le Réziduel nous parle de Démocratie ?

      +12

    Alerter
    • Kiwixar // 25.01.2019 à 02h56

      “L’Amérique aux Américains”
      = L’Amérique du sud aux Zuniens.

      D’où l’intérêt du glissement EU = Europe.
      L’Europe aux Européens.
      = L’Europe géographique (incluant la Russie et ses hydrocarbures) aux EUiens…

      Une attaque russe (cyber-attaque false flag) contre l’Allemagne, et nous voilà (traité de l’Otan et Aix-la-chapelle) en guerre contre la Russie. Faudra commander des moufles et des slips fourrés.

        +7

      Alerter
  • Vladimir K // 24.01.2019 à 17h11

    Petite précision au passage pour les journalistes Main Stream : Maria Zakharova, malgré son talent n’est pas ministre des affaires étrangères, mais porte-parole du dit ministère, le ministre étant Sergey Lavrov.

      +22

    Alerter
  • Yannick // 24.01.2019 à 17h22

    Macron approuve…
    ok, si ça marche comme cela, j’auto-proclame Eric Drouet président par intérim de la République Française en attendant de nouvelles élections !

      +33

    Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 24.01.2019 à 17h49

      @ Yannick

      Il semblerait qu’à partir de maintenant et au vu des déclarations malheureuses du citoyen Macron vis à vis du peuple vénézuélien, chacune et chacun de nous, peut désormais s’autoproclamer présidente ou président de la France.

      En appuyant un putsch au Venezuela, le citoyen Macron ne fait que se démonétiser lui-même ici.

      Les déclarations incohérentes du citoyen Macron au vu de la fondation Carter qui a toujours validé les élections au Venezuela comme étant un modèle de démocratie électorale et sa servilité sans cesse répétée vis à vis de son suzerain, M. D.Trump – envers qui il a déjà obéi en bombardant la nation syrienne – ne fait que fragiliser le moineau.

      M.Macron aurait mieux fait de se taire une fois de plus.

      Il vient aujourd’hui paradoxalement de valider sur le territoire national le mouvement des Gilets Jaunes comme il ne l’avait encore jamais fait auparavant.

      – Macron Démission !
      – Dissolution de l’Assemblée nationale !

        +47

      Alerter
      • tepavac // 25.01.2019 à 12h44

        Je vous informe, face à la gravité de la situation et en réponse aux discours séditieux provoquant de multiples mutineries, que j’ai averti les autorités compétentes de ces crimes en joignant les preuves enregistrées de ces dit crimes.
        Je tiens à rappeler qu’il est strictement interdit de promouvoir les actions anti-démocratiques, notamment en contestant la légitimité d’un représentant du peuple légalement élu.

        Joint ci-après les deux preuves accusatoires

        https://twitter.com/willax213/status/1070955145851211776

          +1

        Alerter
  • NICOLE DE NICOMAQUE // 24.01.2019 à 17h37

    « La Banque d’Angleterre s’oppose à la demande vénézuélienne de restituer 550 millions de dollars en or »

    «  Auparavant, Caracas avait indiqué que le Venezuela cherchait à rapatrier environ 14 tonnes de barres d’or depuis le Royaume-Uni, craignant que ces métaux précieux puissent être affectés par les sévères sanctions états-uniennes contre le pays latino-américain. La Banque d’Angleterre refuse de rendre à Caracas les lingots d’or du Venezuela, d’une valeur approximative de 550 millions de dollars. »

    Voici une nouvelle pièce au dossier pour mieux comprendre certains mécanismes vicieux tels le vol par l’Angleterre de l’or Vénézuélien et le lourd blocus des USA envers le Venezuela qui a plongé le pays dans de graves difficultés économiques.

    http://bolivarinfos.over-blog.com/2018/11/venezuela-la-banque-d-angleterre-s-oppose-a-la-demande-venezuelienne-de-restituer-550-millions-de-dollars-en-or.html

      +30

    Alerter
  • Fritz // 24.01.2019 à 17h51

    Nicolás Maduro soutient les manifestants pacifiques en face du régime répressif d’Emmanuel Macron.
    Ça va ? J’ai bon ?
    https://www.ouest-france.fr/monde/venezuela/venezuela-emmanuel-macron-soutient-la-restauration-de-la-democratie-6193404
    Pfft… ces guignols des médias ont inversé les deux noms…

      +21

    Alerter
  • Volodia // 24.01.2019 à 19h04

    La guerre c’est la paix. La liberté c’est l’esclavage. L’ignorance c’est la force.
    Les trois slogans-phare du Parti imaginés par Orwell sont devenus réalité.
    Je me permettrai d’y ajouter
    – si les Peuples obéissent à leurs Maîtres: la dictature c’est la démocratie.
    – si les Peuples prétendent être libres: la démocratie c’est la dictature.

      +21

    Alerter
  • Macarel // 24.01.2019 à 19h06

    Le peuple qui marche dans les rues de Caracas contre Maduro, est un bon peuple, un peuple courageux, car il marche pour “sa liberté” !

    Le peuple des “gilets jaunes” qui marche depuis dix semaines dans les rues de France et de Navarre est un mauvais peuple, un peuple haineux, car il veut plus d’égalité et de justice sociale.

    Au moins les choses sont claires “Jupiter” a choisi le camp de la “liberté du renard dans le ‘libre poulailler’ “.

    Que dirait “Jupiter”, si Maduro déclarait que son élection en mai 2017 fut illégitime ?

    De quel droit un dirigeant d’un Etat (fusse via twitter), peut-il s’ingérer ainsi dans les affaires d’un autre Etat ? Pire ! De quel ascendant moral, “Jupiter” peut-il se prévaloir pour décerner des brevets de démocratie ? Alors qu’il contribue à malmener la démocratie dans son propre pays ? Quelle arrogance, quelle condescendance, quelle mentalité néo-coloniale finalement.

    Mais quand, tous ces dirigeants du “monde libre”, “Potus” en tête, vont-ils balayer devant leur porte ?

    “Les événements qui se déroulent actuellement au Vénézuéla, montrent bien l’attitude de l’occident vis à vis des standards du droit international”, comme l’a déclaré la ministre russe des affaires étrangères. En fait, dès qu’il y a une forte odeur de pétrole dans l’air, les “libres renard” de la “communauté internationale” ont les yeux qui brillent et le droit international devient chose, très, très, secondaire…

      +42

    Alerter
    • Casimir Ioulianov // 25.01.2019 à 13h03

      C’est pas Zeus (Jupiter) : C’est Œdipe.
      Œdipe est le fils du roi de Thèbes , à sa naissance , ses parents consulte l’Oracle qui leur apprennent qu’il tuera son père et épousera sa mère. Paniqués , ses parents décident d’envoyer le petit Œdipe étudier loin de chez eux (Science-po/ENA) pour éviter le funeste destin prédit par l’Oracle.
      Quelques années plus tard, le roi de Thèbes (Hollande) tombe en disgrâce auprès des Thébains qui se font terroriser par une Sphinge (Marine). Oedipe sent venir sa chance et s’en va donc saisir le pouvoir.
      En chemin , il croise celui qui est pour lui un inconnu au détours d’un cabinet ministérielle et ils s’embrouillent pour une sombre histoire de priorité politique à la Droite. Œdipe tue l’inconnu qui s’avère être en fait son père (Hollande donc… faut suivre).
      Il arrive à Thèbes et de résout l’énigme de la Sphinge. Les thébains lui confient donc le poste de Roi et lui proposent d’épouser l’ancienne Reine qui a de beaux restes (mais qui est en fait sa mère). Œdipe accepte le deal et se fait couronner Roi.
      Quelques temps plus tard , Œdipe se retrouve dans une situation fort fâcheuse avec une terrible peste (Jaune) qui s’abat sur la bonne ville de Thèbes. Désespéré, il envoie son oncle trouver l’Oracle qui lui apprend qu’il pourra sauver la situation en rendant justice à l’ancien Roi.
      Il finira par apprendre qu’il est ce dit meurtrier , qu’il a tué son père et épousé sa mère et ,selon les versions, se contraint au suicide ou à l’exile pour sauver les thébains. Pour l’instant le notre d’œdipe a pas choisit … et l’épidémie se propage.

        +8

      Alerter
  • s // 24.01.2019 à 20h11

    Les militaires soutiennent Maduro :
    https://elpais.com/internacional/2019/01/24/america/1548292779_591471.html
    « Vladimir Padrino López, ministro de Defensa de Venezuela, ha cerrado filas este jueves con Nicolás Maduro después que el jefe de la Asamblea Nacional, el opositor Juan Guaidó, se declarara el miércoles presidente interino del país sudamericano. “Quienes propician esta figura de un Gobierno de facto, paralelo, son muy peligrosos. Nosotros los hombres y mujeres de uniforme, seriamos indignos de portar nuestro uniforme si no defendiéramos nuestra Constitución y la soberanía”, dijo en una comparecencia televisada y rodeado del alto mando militar.»

    « Vladimir Padrino Lopez, ministre de la Défense du Venezuela, a affirmé aujourd’hui son soutien à Nicolas Maduro après que le président de l’Assemblée nationale, l’opposant Juan Guaido, s’est proclamé mercredi président par intérim. ” Ceux qui encouragent cette idée d’un gouvernement de fait, parallèle, sont des gens très dangereux. Nous qui portons l’uniforme serions indignes de le porter cet uniforme si nous ne défendions pas la Constitution et notre souveraineté, “a-t-il déclaré lors d’une apparition à la télévision, entouré du haut commandement militaire. »

      +13

    Alerter
  • Fritz // 24.01.2019 à 21h11

      +13

    Alerter
    • bluetonga // 25.01.2019 à 08h40

      Voyons, essayons de formuler ça avec élégance :

      Quousque tandem abutere, press stercore, patientia nostra?

        +3

      Alerter
  • Jaaz // 24.01.2019 à 21h24

    J’espère que le séditieux sera vite mis au cachot pour haute trahison et intelligence avec l.ennemi. Macron, notre banquier de la république, pourra toujours lui offrir l’asile, histoire d’éviter la caricature d’une fuite vers la Floride.

      +7

    Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 24.01.2019 à 22h06

      Oui, personnellement je ne doute pas que le citoyen Macron préfèrerait offrir l’asile à un putschiste vénézuélien plutôt que de l’offrir à des lanceurs d’alerte, que ce soit M.Julian Assange ou M.Edward Snowden. Quand on est l’un des pères de la loi du ” Secret-des-affaires-et-des-magouilles-en-silence “, on a vite choisi son camp…

        +27

      Alerter
  • NICOLE DE NICOMAQUE // 24.01.2019 à 22h14

    Ne pensez-vous pas que M.Migus est mieux averti pour analyser une réalité particulière au vu de son C.V plutôt que M.Christophe Barbier ?

    Pour rappel :

    ” Se confronter au terrain pollue l’esprit de l’éditorialiste. Aux reporters de rencontrer les gens, d’aller sur le terrain, aux éditorialistes de proposer une vision de notre époque. L’éditorialiste est un tuteur sur lequel le peuple, comme du lierre rampant peut s’élever “.

    Christophe Barbier – Interview du JDD / Avril 2017

      +8

    Alerter
  • Catalina // 24.01.2019 à 22h43

    Maria Zakharova n’est pas ministre des affaires étrangères, elle est la directrice de l’information et de la presse du ministère des Affaires étrangères de Russie depuis le 10 août 2015.
    Qu’est-ce qu’on peut lire de conneries et d’imprécisions dans la praisse unionéenne !!!
    Les USA veulent que leur “kent” remplace maduro, décidément, l’ingérence des usa maintenant suivis de leur caniche unionéen devient systématique, ou l’était déjà mais ça c’était avant. Maintenant, on sait et le scénario n’a rien de nouveau, à croire que seul l’état profond étasunien ne se rend pas compte que son scénario maintes fois utilisé aurait besoin de botox….

      +3

    Alerter
  • Paul Atreide // 25.01.2019 à 02h20

    encore

    combien de temps allons nous laisser cette empire diriger le monde à sa guise

    Les USA doivent s’écrouler pour le bien de l’humanité, ils font trop de tords

      +13

    Alerter
  • Cédric // 25.01.2019 à 08h12

    au vu de la situation française, le tweet de notre dictateur local est tout simplement sublime de foutage de gueule.

      +21

    Alerter
  • Koe Chip // 25.01.2019 à 08h32

    Scoop : je viens d’apprendre que Gérard Larcher s’était auto-proclamé Président de la République française ! Plusieurs pays l’ont déjà reconnu ! Les Etats-Unis dénoncent ce coup de force !

      +2

    Alerter
  • Theoltd // 25.01.2019 à 08h34

    En résumé, on pourrait dire:
    “Maduro doit partir!”

      +1

    Alerter
  • Catalina // 25.01.2019 à 08h48

    http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2019/01/peleas-a-caracas.html

    “Le pion de Washington, et accessoirement leader de l’opposition, vient de s’y auto-proclamer “président par intérim”, immédiatement reconnu par les Etats-Unis. Plus besoin d’élections désormais, c’est si pratique : les eurocrates en savent d’ailleurs quelque chose… Toute ressemblance avec un événement ou une situation existant ou ayant existé ne saurait être que fortuite, nous assurerait la CIA cinématographique, et seules les langues les plus mauvaises ou les esprits les plus taquins pourraient être tentés de dresser un parallèle avec un certain coup d’Etat il y a cinq ans, quelque part dans les grandes plaines (au hasard, l’Ukraine…)”

      +4

    Alerter
  • Catalina // 25.01.2019 à 08h54

    “Les vénézuélien(ne)s surprennent jusqu’à leurs propres structures partisanes quand ils descendent à pied des hauts plateaux, traversent des rivières, forcent des barrages d’extrême droite, pour élire une Assemblée Constituante ou, plus récemment, avec cette marche paysanne historique qui a parcouru 400 kilomètres pour soutenir Nicolás Maduro contre les secteurs conservateurs de l’Etat. ”
    https://venezuelainfos.wordpress.com/category/destabilisation-et-violences-de-la-droite/

      +5

    Alerter
  • Sinoué // 25.01.2019 à 09h33

    “Après l’élection illégitime de Nicolás Maduro en mai 2018, l’Europe soutient la restauration de la démocratie. Je salue le courage des centaines de milliers de Vénézuéliens qui marchent pour leur liberté.”

    Je trouve les propos de notre président hallucinants…conformes à ses convictions.

    Liberté mais sans égaloté, ni fraternité…

    Les gilets jaunes, s’il suivent le raisonnement de Monsieur Macron, devrait mettre une de leur sœur ou un de leur frère à sa place comme président légitime…

    Mais ils ne le feront pas parce que les gilets jaunes sont pour la démocratie et c’est par le RIC, véritablement démocratique, qu’ils veulent faire entendre leur voix, pour rejoindre à la liberté, l’égalité et la fraternité.

      +4

    Alerter
  • s // 25.01.2019 à 10h06

    Un site où l’on peut lire la presse vénézuélienne :
    http://www.presse.com/Journaux_Venezuela.htm

      +3

    Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 25.01.2019 à 21h19

      J’écoute les soi-disants ” Informés” sur France Info. Un vrai tissu de mensonges.

      Des informations tronquées, des fantasmes ridicules de journalistes distillés jusqu’à la nausée, des opinions personnelles de la part de ces mêmes journalistes invités comme si c’était la vérité vraie… c’est assez écœurant au final d’écouter ces personnes qui n’hésitent pas à bafouer les principes démocratiques internationaux tandis qu’ils valident entre les lignes les agissements d’un énième putschiste médiatique au Venezuela. Bien évidemment le Blocus US de 2016 vis à vis de ce pays, n’est jamais évoqué lors de cette émission peu déontologique et peu soucieuse de la généalogie des faits. Un fait pourtant majeur puisqu’il a précipité le pays dans la crise économique et politique actuelle. Les “informés” ne disent rien non plus sur le vol par la banque d’Angleterre de l’or vénézuelien qu’elle refuse de restituer au gouvernement légitime ; la bagatelle de 550 millions de dollars en or ! L’idée parallèle que le pétrole venezuelien nationalisé puisse décupler les instincts prédateurs du gouvernement ploutocratique de Washington n’effleure même pas le trio de journalistes invités, dont les membres répètent tous à peu près la même chose. On ne parle pas de ce qui est important, on dit lors de cette émission des banalités ou des mantras politiques fielleux. Pour l’analyse réelle, on repassera… Bref, l’émission mal nommée ” Les Informés ” sur France Info n’est qu’une énième émission d’opinion de la doxa néolibérale, rien de plus. Une propagande éminemment …déformante. C’est bien triste.

        +4

      Alerter
  • SanKuKai // 25.01.2019 à 10h49

    Aujourd’hui en France, les journaux et certains de mes collègues affirment qu’avec 50000 personnes selon le ministère de l’intérieur et plus de 300000 personnes selon les syndicats de police, le mouvement des gilets jaunes ne représente qu’une petite minorité des 66 millions de Francais.
    J’aimerais faire la comparaison avec le Vénézuela et ses 32 millions d’habitants mais je n’arrive pas à trouver les chiffres du nombre de personnes dans la rue, y compris pour les manifestations de 2017.

    D’apres BFM, des milliers de manifestants acclamaient le pseudo président Juan Guaido, mais je n’arrive pas á trouver combien.
    Quelqu’un aurait-il l’information?

      +4

    Alerter
  • yack2 // 25.01.2019 à 11h03

    Le traitement médiatique du Venezuela est une honte. Que penser d’un pays ou il faille aller sur RT pour avoir les éclairages de Mingus, Lemoine et autres pour entendre la voix du camp opposé.C’est parfaitement irréel, entendre sur F inter que l’opposition a été empêchée de se présenter aux présidentielles sans que personne ne moufte( allez dire ça au bolchevique Zapaterro) est un des multiples exemples de fake news déversées à longueur d’antenne.Il est parfaitement scandaleux qu’aucune contextualisation historique, économique ,culturelle ne soit faite. Par exemple ,la militarisation du pouvoir….Comme si le pays n’était pas en guerre depuis 20 ans, comme si le Venezuela n’était pas menacé d’une invasion militaire, comme si un gouvernement élu en guerre perpétuelle allait laisser les jojos d’extrême droite prendre le pouvoir par la force avec sa bénédiction….Mais on est tombé sur la tête. En parlant de contextualisation, les gilets jaunes sont un bon exemple de ce que peut devenir un gouvernement sous pression, pour compléter sur la dictature abominable de Maduro…Quelqu’un peut me dire ou sont les indépendantistes catalans et ou sont les députés d’opposition de Caracas? Les uns en tôle pour sédition ( et oubliés par les médias) pour avoir gagné un référendum, les autres pour appeler et voter pour une intervention militaire contre leur pays font les unes des journaux et sont présentés comme des démocrates. Non mais allo!!!

      +11

    Alerter
  • DocteurGrodois // 25.01.2019 à 11h27

    Les décideurs US ont quand même eu plus de 20 ans pour se rendre compte que leurs diverses sanctions et interventions qui ont fait passer la situation du désastre au chaos n’ont fait que renforcer leur adversaire.

    L’ironie de toute cette histoire c’est que sans aucune ingérence Américaine l’alternance aurait pu avoir lieu démocratiquement sur le seul bilan économique de Maduro, lui-même héritier de celui de Chavez et son exécutant le plus inintelligent. Ou pas. C’est la démocratie.

    De même, le leader de l’opposition peut légitimement douter des résultats d’une élection dans un pays dont plusieurs millions de citoyens sont réfugiés dans les pays voisins. Mais c’est difficile d’être crédible quand on a le nez soudé au postérieur de Trump, et qu’on est soutenu publiquement par un président qui a une quasi-révolution aux fesses.

      +2

    Alerter
  • Schwartz // 25.01.2019 à 11h49

    On nage en plein délire ! Pour l’instant, l’armée est du côté du pouvoir, mais pour combien de temps ? En cas de guerre avec la Colombie, le Brésil et les USA, je ne donne pas cher de la peau de l’aventure bolivarienne au Venezuela… Sauf à avoir un scénario style Ukraine ou Syrie, c’est à dire une guerre civilo-globale où les intervenants seront tellement embourbés qu’ils finiront par se dire que le jeu n’en valait pas la chandelle. Des heures sombres sont, je le crains, devant nous…

      +4

    Alerter
  • Sinoué // 25.01.2019 à 12h33

    Ce matin, France culture, “Culture Monde”, Vénézuéla,

    C’est la faute à Maduro, rhabillé en dictateur. Je ne dirai pas le nom du furieux qui l’a écorché vif pour faire de la publicité pour son livre qui vient de paraître.

    Et l’émission qui suit, devinez, c’est Brice Couturier, “Nouvelles menaces sur les démocraties”, pour enfoncer le clou l’air de rien sans en parler, au cas où à la pensée unique vers laquelle glisse de plus en plus France Culture depuis quelques temps, n’était pas assez évidente.

      +3

    Alerter
  • yack2 // 25.01.2019 à 13h47

    Période récente…..Afghanistan , Irak, Libye, Ukraine, Syrie…En finançant, armant que des groupuscules reconnus pour leur modération, leur progressisme, leur sens démocratique…..Avec des résultats absolument mirobolants, la paix et la prospérité pour tous ces peuples qui avaient fondamentalement besoin des lumières américaines….Ouf les américains interviennent au Venezuela!

      +5

    Alerter
  • Louis Robert // 25.01.2019 à 14h58

    Bravo. Nous en sommes rendus à soutenir, sinon à engendrer, régulièrement les coups d’état à l’étranger, tout en déplorant hypocritement, dans l’hystérie et les larmes, des interventions étrangères fictives dans nos processus électoraux prétendument «démocratiques »…

    Occident en déclin, cela ne saurait être plus clair.

      +7

    Alerter
  • Subotai // 25.01.2019 à 18h52

    Je pense que Macron, le Gouvernement et les autres personnes au Pouvoir actuellement devraient:
    1) Virer leurs Conseillers et Stratèges
    2) Lire ou se faire expliquer de toute urgence, l’Art de la Guerre (Sun zi) , Le Prince (Machiavel), le traité de la Servitude volontaire (La Boetie)
    Parce que la France EST actuellement dans la situation de se voir servir les mêmes recettes de déstabilisation que “l’Occident” utilise depuis des dizaines d’années.
    Nous n’avons pas de pétrole, mais certains pourraient trouver judicieux de… comme on dit aux Antilles : “je vais de donner une occupation” (traduit du Créole). Faites vous expliquer par un Antillais si vous ne comprenez pas.
    Sérieusement la France EST en danger : gaffe..!

      +3

    Alerter
  • NICOLE DE NICOMAQUE // 25.01.2019 à 20h33

    ” Yémen : l’ombre de l’armement français ” :

    “Des armes françaises sont-elles utilisées contre des civils par les pays de la coalition, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes, engagés dans la guerre au Yémen ? Les autorités françaises estiment que le risque est “sous contrôle”. Ce que contestent de nombreuses sources”

    France Culture / Émission de Benoît Collombat :
    https://www.franceculture.fr/geopolitique/yemen-lombre-de-larmement-francais

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications