Les Crises Les Crises
13.mai.201813.5.2018 // Les Crises

Des menteurs qui mentent sur presque tout. Par Phil Giraldi

Merci 7
J'envoie

Source : Phil Giraldi, Consortium News, 11-04-2018

Au moins depuis l’époque de Marcus Tullius Cicero à la fin de la République romaine, tout le monde a certainement compris que les politiciens mentent tout le temps. Certes, le président Donald Trump a été exceptionnel en ce sens qu’il a tenu certaines des promesses qu’il avait faites au cours de sa campagne, insistant périodiquement sur le fait qu’il doit faire ce qu’il avait dit qu’il ferait.

Malheureusement, les choix qu’il a faits pour assumer ses responsabilités envers ses partisans ont été épouvantables, y compris le déplacement de l’ambassade des États-Unis en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem, la menace de mettre fin à l’accord nucléaire iranien et la construction d’un mur le long de la frontière mexicaine. Le suivi de certaines autres promesses a été moins cohérent. Il a augmenté l’engagement militaire américain en Afghanistan et a remis la guerre aux généraux tout en hésitant dans sa promesse d’améliorer les relations avec la Russie.

L’avancée potentielle offerte par des échanges prometteurs lors d’appels téléphoniques à Vladimir Poutine a été annulée par des menaces, des sanctions et des expulsions pour satisfaire les membres hystériques du Congrès et les médias.

En ce qui concerne la Syrie, Trump a dit mardi dernier « Je veux en partir », promettant de retirer les troupes américaines très bientôt, mais a été rapidement rappelé à l’ordre par la pression du Congrès et un appel téléphonique du Premier ministre israélien.

Netanyahou : Le Congrès doit exécuter ses ordres. Ici s’adressant à une session conjointe, le 24 mai 2011 (Photo par Avi Ohayun/GPO)

Benjamin Netanyahou qui l’a contraint à changer d’avis dans les 24 heures. Israël veut le chaos en Syrie et son instrument de choix est l’armée américaine. Netanyahou a le Congrès pour faire exécuter ses ordres et, pour une raison ou une autre, semble aussi avoir Trump sous son joug.

Un très bon menteur.

Donald Trump s’avère donc être un très bon menteur, même s’il faut tenir compte du fait qu’il n’a souvent aucune idée de ce dont il parle. Mais le prix pour avoir menti à un niveau élevé doit aller aux Britanniques en ce qui concerne ce qui se passe à la fois au Moyen-Orient, avec la Russie, et aussi en Grande-Bretagne elle-même.

L’ancien Premier ministre Tony Blair a été le premier maître de la dissimulation en 2002 lorsque son chef du renseignement Sir Richard Dearlove lui a dit que la Maison-Blanche de Bush avait décidé de la guerre et que « les renseignements et les faits confirmaient la politique » concernant l’Irak, ce qui signifie qu’il ignorait l’information qui n’appuyait pas son désir de créer un prétexte pour envahir le pays et éliminer Saddam Hussein.

Blair aurait probablement pu faire capoter cette tragique invasion en refusant de participer à l’entreprise, qui était un crime de guerre, mais au lieu de cela, il a pleinement soutenu George W. Bush dans l’attaque. Il a ainsi été impliqué dans le pire désastre de politique étrangère de l’histoire de l’Amérique. En 2016, une enquête officielle du gouvernement britannique a déterminé que Bush et Blair s’étaient en effet précipités dans la guerre ensemble. La classe dirigeante mondiale a néanmoins récompensé Tony Blair pour sa loyauté par une générosité à la Clinton. Il a bénéficié d’un certain nombre de sinécures bien payées et vaut maintenant plus de 100 millions de dollars.

Création d’une crise à l’étranger

Pour en revenir au présent, nous avons la Première ministre Theresa May. May a eu de sérieux problèmes, politiquement parlant. Après les pertes subies lors des récentes élections parlementaires, elle s’accroche au pouvoir et est de plus en plus impopulaire, même au sein de son propre Parti conservateur. Alors, que faites-vous lorsque vous avez des problèmes à la maison ? Vous créez une crise extérieure à laquelle vous devez faire face.

May : Peu de raisons de sourire maintenant

Si vous êtes quelqu’un d’aussi vénal que l’ancien président américain et opportuniste Bill Clinton, vous y parviendrez en tirant quelques missiles de croisière sur une usine pharmaceutique au Soudan et sur des huttes de boue en Afghanistan. Si vous êtes May, vous augmentez considérablement la mise, en vous trouvant un ennemi puissant qui vous menace, ce qui vous permet d’apparaître à la fois résolu et fort face à un ennemi redoutable. C’est précisément ce que nous avons vu au cours du mois dernier au sujet de l’empoisonnement présumé de l’ancien agent double russe Sergei Skripal et de sa fille Ioulia.

Il y a quelque chose d’étrange dans l’affaire Skripal. Même le Guardian, journal de plus en plus néoconservateur, a admis que « le dossier britannique [contre la Russie] s’est jusqu’à présent davantage appuyé en public sur des preuves circonstancielles et des renseignements secrets ». Et les renseignements secrets, comme on les appelle, ont trop souvent été le dernier refuge de la canaille lorsqu’un gouvernement vend de la poudre de perlimpinpin au public. Dans cette affaire, le ministre des Affaires étrangères Boris Johnson s’est empressé de porter un jugement sur la Russie moins de quarante-huit heures après que les Skripal ont été trouvés inconscients sur un banc à Salisbury, en Angleterre, trop tôt pour qu’une analyse chimique de l’empoisonnement présumé ait pu avoir lieu.

Et encore une fois, accuser le Kremlin

May s’est adressée au Parlement peu de temps après pour accuser le Kremlin et exiger une réponse officielle russe à l’événement en 36 heures, même si elle a dû tergiverser considérablement, en disant que l’empoisonnement apparent était « très probablement » causé par un agent neurotoxique fabriqué en Russie et désigné par son nom générique de Novitchok. Elle a néanmoins rallié les députés d’arrière-ban au Parlement, qui ont répondu avec un grand enthousiasme approbateur « Écoutez ! Ecoutez ! »

Lorsque le chef travailliste Jeremy Corbyn a tenté de ralentir le train express en suggérant qu’il serait sage d’attendre et de voir ce que l’enquête policière a révélé, il a été hué. Les médias britanniques se sont rapidement mobilisés avec une ardeur renouvelée, répandant la ligne gouvernementale qu’une opération aussi délicate nécessiterait l’approbation du président Vladimir Poutine lui-même. L’expulsion des diplomates russes n’a pas tardé à suivre.

L’un des aspects les plus étranges de l’affaire Skripal est que la fille Yulia a été libérée de l’hôpital mardi. Elle a été gardée au secret et est « protégée » dans un endroit secret par le gouvernement britannique. C’est impossible de savoir si elle veut retourner à sa vie en Russie et est retenue contre sa volonté, non pas tant pour la protéger que pour la faire taire.

Corbyn : Essayant de freiner un train fou.

Sergei n’est plus dans un état critique. Une cousine Viktoria Skripal a offert de prendre l’avion depuis Moscou pour apporter son soutien à sa famille, mais s’est vu refuser un visa britannique. La télévision russe a diffusé un enregistrement d’un appel téléphonique entre les deux cousines dans lequel Ioulia a dit qu’elle était désorientée mais qu’elle s’améliorait et que ni elle ni son père n’avaient subi de dommages permanents à cause de l’empoisonnement. L’appel s’est terminé brusquement et Viktoria Skripal pense qu’il a été écrit par le gouvernement britannique et passé sur une ligne téléphonique contrôlée.

Les demandes répétées de la Russie pour obtenir un échantillon de l’agent neurotoxique présumé pour des tests ont été rejetées par le gouvernement britannique en dépit du fait qu’un agent neurotoxique de qualité militaire aurait sûrement tué les Skripals ainsi que n’importe qui d’autre dans un rayon de 100 mètres. Comme le dernier récit britannique de l’emplacement du poison présumé le place sur la poignée de la porte de la résidence des Skripals, l’élément horaire n’est pas convaincant non plus. Cela signifie que les deux auraient passé trois heures, y compris un arrêt à un pub et un déjeuner, avant de succomber sur un banc de parc. Les agents neurotoxiques de qualité militaire tuent instantanément et celui-ci est dit 8 fois plus puissant que le VX.

Une demande pour que les tests soient effectués par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, politiquement neutre, est en cours, mais il y a peu d’enthousiasme de la part des Britanniques, qui ne veulent pas qu’un observateur russe participe au processus. Le gouvernement de May a déjà établi sa propre version des faits et aurait certainement beaucoup à perdre si toute l’affaire se révélait avoir été fabriquée de toutes pièces. Et si elle a été fabriquée, c’est peut-être parce que l’agent neurotoxique, s’il existe réellement, aurait pu être fabriqué presque n’importe où.

Le directeur de la propre usine d’armes chimiques de la Grande-Bretagne, Porton Down, a contredit les affirmations de May, de Johnson et de l’ambassadeur britannique à Moscou, Laurie Bristow. Le directeur général du laboratoire, Gary Aitkenhead, a déclaré qu’il ne sait pas si l’agent neurotoxique a été effectivement produit en Russie, ce qui n’est pas surprenant puisque la formule chimique a été révélée au public dans un article scientifique en 1992 et qu’il y a une vingtaine de pays capables de le produire. Il y a également des stocks possibles de Novitchok restant dans des pays indépendants qui faisaient autrefois partie de l’Union soviétique, y compris l’ennemi du jour de la Russie, l’Ukraine, alors qu’une opération sous faux drapeau par les Britanniques eux-mêmes, la CIA ou le Mossad, n’est pas impensable.

Un discours gouvernemental orwellien

Le recours à une langue officielle orwellienne par les Britanniques est remarquable tout au long du processus, mais la lecture est particulièrement douloureuse en ce qui concerne le traitement des animaux de compagnie des Skripals, deux cochons d’Inde et un chat. Un porte-parole du ministère de l’Environnement a rapporté que « La propriété dans le Wiltshire a été scellée dans le cadre de l’enquête policière. Lorsqu’un vétérinaire a pu accéder à la propriété, deux cochons d’Inde étaient malheureusement morts. Un chat a également été trouvé dans un état de détresse et un vétérinaire a pris la décision d’euthanasier l’animal pour soulager ses souffrances. Cette décision a été prise dans le meilleur intérêt de l’animal et de son bien-être ».

Ainsi, la présence d’escadrons de techniciens et de flics dans la résidence ne permettait à personne de prendre une minute pour nourrir le chat et les cobayes. Et le chat a été tué dans un geste purement humanitaire – le « meilleur intérêt » était apparemment de mourir. Ça a quelque chose, de familier, n’est-ce pas ?

Enfin, le meilleur argument contre les esquives du gouvernement britannique au sujet de ce qui s’est passé à Salisbury le 4 mars reste la question du mobile.

Les Britanniques voudraient faire croire que Poutine a personnellement ordonné le meurtre d’un ancien agent double britannique qui avait été libéré d’une prison du Kremlin lors d’un échange d’espion et qui ne pouvait plus causer de dommages à la Russie. Il l’a fait en dépit du fait qu’il y avait une élection à venir et qu’il accueillerait la Coupe du monde cet été, événement qu’il voudrait voir se dérouler sans heurts. Il s’est donc délibérément tiré dans le pied sur ces deux points, prétendument parce qu’il voulait envoyer un message aux traîtres et aussi parce qu’il ne peut tout simplement pas s’en empêcher puisqu’il est un type du KGB vindicatif dont les impulsions sont le mal à l’état pur. Est-ce que cela a un sens pour le lecteur ? Pas pour moi.

Une version antérieure de cet article a été publiée sur la Revue Unz.

Philip Giraldi, ancien agent de la CIA, est directeur exécutif du Conseil pour l’intérêt national.

Source : Phil Giraldi, Consortium News, 11-04-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Aladin0248 // 13.05.2018 à 07h51

Le problème de ces “démocraties représentatives” en décomposition, c’est que les gens qui se font élire en prétendant représenter et promouvoir les intérêts de leurs électeurs, c’est à dire ce qu’on appelle “le peuple”, défendent d’abord les leurs et ceux de leur caste. C’est le mensonge original. Ensuite, fatalement, ils sont obligés de mentir tout le temps. C’est la fonction qui veut ça. Le cas des quelques individus honnêtes est vite réglé. Un honnête homme au milieu de canailles peine à y rester. Soit il dégage, soit il devient comme les autres. C’est structurel.

52 réactions et commentaires

  • Aladin0248 // 13.05.2018 à 07h51

    Le problème de ces “démocraties représentatives” en décomposition, c’est que les gens qui se font élire en prétendant représenter et promouvoir les intérêts de leurs électeurs, c’est à dire ce qu’on appelle “le peuple”, défendent d’abord les leurs et ceux de leur caste. C’est le mensonge original. Ensuite, fatalement, ils sont obligés de mentir tout le temps. C’est la fonction qui veut ça. Le cas des quelques individus honnêtes est vite réglé. Un honnête homme au milieu de canailles peine à y rester. Soit il dégage, soit il devient comme les autres. C’est structurel.

     107

    Alerter
    • LEFROD // 13.05.2018 à 09h33

      À mon humble avis, l’Empire «du bien», dont notre oligarchie est la zélée servante, s’écroule.

      La balance tend naturellement vers la multipolarité, fait que nos maîtres, convaincus du bien fondé de l’Imperium Mundi, ne peuvent accepter. Ils n’arrivent manifestement pas à admettre que les Chinois, qui vont inexorablement supplanter les USA, n’ont pas le désir d’imposer leur vision du monde. Ils défendent juste leurs intérêts biens compris.

      La meilleure preuve est qu’ils permettent à la Russie, leurs alliés (contraints d’ailleurs par notre politique imbécile d’isolement à leur égard)d’être en première ligne de la lutte, prenant le prestige, certes, mais aussi les coups.
      Le prestige, c’est bien, mais ça ne rapporte rien.

      Donc, au lieu d’accompagner cette transition pour qu’elle se passe bien, nos maîtres vont mettre le feu à la plaine, histoire de dissimuler à la Plèbe leur incompétence et leur manque de vision.
      «L’arrogance précède la ruine, l’ orgueil précède la chute»
      Ne varietur.

       30

      Alerter
    • RGT // 13.05.2018 à 11h10

      C’est bien ce que je répète à foison depuis plus de 40 ans, et vous pouvez contrôler ces faits sur les commentaires que je dépose sur ce site (si la modération ne les a pas effacés, je ne contrôle pas).

      Cette année, nous avons quand-même droit à un “président” qui ne nous a pas trop menti : Il n’avait RIEN promis, n’avait PAS de programme mais une “Vision” (divine ?), et son parcours ne laissait aucun doute sur ses intentions.

      J’avais bien expliqué à tous les “démocrates défenseurs de la République” ce qu’ils allaient subir en “votant bien” et je me suis fait insulter.

      Et les mêmes viennent désormais pleurer parce qu’ils ont (encore) été bernés… Ils auraient été bien inspirés s’ils avaient massivement voté Poutou au premier tour.

      Même si l’oligarchie considère cet homme comme “incompétent”, il aurait été largement moins néfaste pour la population que tous les autres candidats.

      Ensuite, mes cons-citoyens font ce qu’ils veulent, mais qu’ils ne viennent pas se plaindre si on les prend pour ce qu’ils sont : La catégorie de personnes qui avait été “encensée” par Audiard dans de nombreux films…

      La “démocratie représentative” n’est rien d’autre qu’une dictature repeinte avec des couleurs chatoyantes.
      Et notre nouveau “gouvernement”, avec ses “ordonnances” et ses lois votées par des assemblées bien serviles en est la quintessence suprême qui ferait rêver Staline et Hitler.

       25

      Alerter
      • Dmitry // 14.05.2018 à 11h02

        D’accord, mais il ne faut surtout pas entacher la mémoire de Staline. On peut dire n’importe quoi, en oubliant des simples vérités: Staline a grandement fait développer son pays qui était complètement détruit après la guerre. Il n’a rien volé (après lui il ne restaient comme héritage que sa veste usée et ses bottes éculées). Il a consacré toute sa vie à la cause qu’il croiait (au communisme). Il aimait le peuple, des gens d’en bas, des ouvriers, des paysants (il le disait au grand jour). Quelle différence avec les présidents actuels represéntant divers pays.

         6

        Alerter
        • Gryzor // 14.05.2018 à 21h01

          Je n’aime pas trop prendre la défense des dirigeants occidentaux actuels – pas du tout, même – mais si vous voulez une différence, il n’y a pas encore de goulag ni de déportation pour les dissidents politiques dans “nos” pays.
          On les fait simplement taire en muselant les médias.
          Ni d’arrestations nocturnes arbitraires (même si, sous l’etat d’urgence, il y avait de quoi s’inquieter).
          Je suis persuadé que nos régimes politiques – en tous cas en France – prennent chaque jour un peu plus la forme d’une “dictature douce”. Mais la comparaison avec le régime stalinien m’apparait tout de même (encore) tres hasardeuse !
          Ou bien éclairez moi sur des “détails de l’histoire” que j’aurais raté.

           2

          Alerter
    • gavrilo-sans-principe // 13.05.2018 à 23h13

      Ok, mais qui élit ces gens-là ? Pour qui avez-vous voté au deuxième tour de la présidentielle de l’année dernière : le système ou l’anti-système ?
      En démocratie, le peuple est responsable de la nullité de ses dirigeants…

       5

      Alerter
  • Grub // 13.05.2018 à 08h02

    La plupart des gens croient sûrement que les skripals sont morts.

     14

    Alerter
    • Aladin0248 // 13.05.2018 à 08h23

      La plupart des gens s’en foutent. On leur a vendu cette histoire comme un mauvais polar. Ça a permis de cracher sur Poutine. On est passé à autre chose. En dehors de quelques journaux qui servent une propagande structurée, l’information des MSM est d’abord futile. Chez nous, en ce moment, c’est Cannes. On s’en fout !

       58

      Alerter
  • Weilan // 13.05.2018 à 08h36

    “La plupart des gens croient sûrement que les Skripal sont morts”.
    Qu’importe ce que la masse des moutons bêlants croit ou ne croit pas. A mon humble avis, ces malheureux ne recouvreront jamais la liberté. Au mieux ils seront séquestrés à vie; au pire ils seront victimes d’une mystérieuse rechute ou d’un cancer particulièrement foudroyant. Il faut bien se mettre en tête qu’ils n’ont plus la moindre utilité et que leur retour à la liberté est inenvisageable pour le gouvernement britannique.
    De même la prétendue attaque chimique en Syrie s’enlisera dans les sables de l’oubli et restera sans preuve ni déni.
    Ne JAMAIS sous-estimer la capacité de ” l’axe du bien” à balayer sous le tapis les questions embarrassantes !

     70

    Alerter
    • Pegaz // 13.05.2018 à 11h17

      Affaire Skripal : Quelques mensonges ou contradictions supplémentaires du discours « officiel » révélés en 10 questions.

      L’un de ces point, le 4, concerne le rapport initial posté (5 mars) sur le site Web du Clinical Services Journal ou les symptômes des Skripal sont associés à une overdose d’un puissant opioïde, le fentanyl. (capture d’écran du post initial et de la correction ou la référence au fetanyl est supprimée mais pas le type de substance, opioïde)

      Le point 10, «  Le nettoyage des hotspots de Salisbury » nous apprends que l’auteur de ces lignes habite Salisbury

      http://www.entelekheia.fr/skripal-et-le-poison-de-poutine-la-theorie-du-complot-du-gouvernement-britannique/

       6

      Alerter
      • Madudu // 13.05.2018 à 14h06

        Fentanyl, molécule tellement puissante que l’inhalation d’un petit volume de poussières en suspension suffit à provoquer une overdose.

        Cette matière active est prescrite massivement aux états-unis pour des douleurs bénignes, ce qui a provoqué une gravissime explosion de la dépendance aux opiacées dans des populations habituellement très peu touchées.

        Le fentanyl étant extrêmement puissant, beaucoup plus que l’héroïne (!), les overdoses sont très fréquentes et obligent à une manipulation très précautionneuse.

        Le Monde Diplomatique a fait un très bon article à ce sujet. Un bel article de fond, détaillé et sourcé comme ce journal en a l’habitude. Rien à voir avec “le monde” tout-court.

         12

        Alerter
    • moshedayan // 13.05.2018 à 14h35

      Weilan, je crois que vous avez raison à 100%, rien ne m’étonnerait si l’on apprenait que les Britanniques ont offert aux Skripal une “prison dorée” (dans 50 ans !) ou s’ils les ont éliminés avec ce scénario d’un communiqué déjà écrit : “Suite aux séquelles liées à l’empoisonnement, le gouvernement britannique a le regret d’annoncer la mort des Skripals…” Pour peu qu’ils ne soient pas complètement idiots; les Skripals n’ont d’autres recours maintenant que de chercher par des voies détournées l’aide de la Norvège ou de la Suisse. Plutôt d’ailleurs de la Norvège, qui a quelques contentieux à régler avec la royauté britannique et qui pourra ainsi s’adresser aux autorités de Londres : “Something is rotten in the state of Denmark”.

       3

      Alerter
      • R.C. // 13.05.2018 à 23h06

        La Norvège ? Jens Stoltenberg, un Norvégien, si je ne m’abuse, est secrétaire général de l’Otan.
        Pour fuir les vilénies du clan atlantiste, on peut trouver mieux que cette Norvège, fer de lance de l’atlantisme. Les Skripal seraient sûrement plus en sécurité en Colombie ou même en Libye…

         5

        Alerter
  • LBSSO // 13.05.2018 à 08h40

    Le mensonge : un « instrument dangereux » et nécessaire.
    Le lien entre nous passe par la parole. « En vérité le mentir est un maudit vice.
    Nous ne sommes hommes et ne nous tenons les uns aux autres que par la parole » écrit Montaigne. Ne dit-on pas , pour instaurer la confiance, que l’on « donne sa parole » ?
    Le mensonge quand il sauve, nous l’appelons ruse. Que l’on pense à Ulysse face au Cyclope. La parole pour le héros est une ruse, pour le géant, un mensonge. Talentueux Ulysse .
    Ce qui m’interroge le plus dans le mensonge : la fascination qu’on lui porte (malgré ou à cause de notre culture judéo-chrétienne). Dans la série populaire « Columbo », nous connaissons dès le début de l’épisode le coupable. Il ment pour se sauver. Nous sommes alors tout autant fascinés par ses mensonges que par la perspicacité de l’inspecteur pour les démasquer. Nous voilà alors autant complices que juges …
    Le mensonge constitue un élément de notre liberté. Mentir, nécessite certes du talent, mais je ne peux m’empêcher d’estimer que convaincre sans mentir en demande davantage.Tous les hommes politiques en ont-ils suffisamment ?

     12

    Alerter
    • Kiwixar // 13.05.2018 à 09h57

      Ne pas mentir (dire la vérité) demande souvent du courage. Une vertu très peu commune. L’autre problème est que les populations préfèrent souvent un mensonge qui les réconforte, à une vérité qui les dérange. Comme des enfants.

      Et plus les oligarques nous infantilisent (nous les pécores), et plus leurs laquais politiciens doivent nous mentir pour ne pas nous froisser. C’est le serpent qui se mord la queue, et c’est mal barré pour la survie de l’humanité dans un biotope en voie de destruction.

       30

      Alerter
  • Eric83 // 13.05.2018 à 09h22

    “Benjamin Netanyahou qui l’a contraint à changer d’avis dans les 24 heures. Israël veut le chaos en Syrie et son instrument de choix est l’armée américaine. Netanyahou a le Congrès pour faire exécuter ses ordres et, pour une raison ou une autre, semble aussi avoir Trump sous son joug”.

    Quel pouvoir extraordinaire détiendrait Netanyahou pour faire exécuter ses ordres par le Congrès US et par Trump ?

     10

    Alerter
    • bluetonga // 13.05.2018 à 12h18

      Bonjour Eric83. Le même Philip Giraldi avait déjà répondu dans un de ses articles sur la Unz Review :

      http://www.unz.com/pgiraldi/americas-jews-are-driving-americas-wars/

      Le genre d’article qu’on ne trouvera strictement jamais dans les médias main stream, malgré la pertinence de la question. Un peu dans le style “le roi est nu”.

       14

      Alerter
      • Pegaz // 13.05.2018 à 17h20

        Un choix qui s’accompagne de sanctions, pour preuve l’encart de mise à jour de l’article. Un autre personnage, témoin et acteur de l’histoire, celle des guerres et de la politique tenait un discours similaire en 1961. Discours donné par Benjamin H. Freedman au nom d’un magazine de l’époque Common Sens à l’hôtel Willard de Washington DC.
        (En notes et références 3. [archive])

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Benjamin_Harrison_Freedman

         5

        Alerter
  • Duracuir // 13.05.2018 à 09h23

    J’avais lu, je me demande si c’est pas sur les crises d’ailleurs, un article hyper interessant d’un sociologue expliquant que nous avons récemment changé de mode sociétal.
    Nous étions dans un mode paranoïaque, marqué par l’affrontement direct, la brutalité et la violence dans les rapports et nous sommes passé dans un mode pervers.
    Et j’avoue qu’après avoir lu le livre d’Hirigoyen sur les pervers dis narcissiques, je retrouve tout à fait le mode d’action et le caractère du pervers dans les gouvernances(entreprise, associatif, politique, diplomatique) actuelles.
    Mais historiquement, les anglo-saxons ont toujours été d’effroyables menteurs. Qu’on se rappelle du légendaire “visage pâle, langue fourchue” de l’Indien, à la multi-séculaire “perfide Albion” récurrente dans l’Histoire de France.
    A ce titre il est intéressant de noter le mode d’emprise colonial des anglo-saxons, fort différent de ” l’approche” continentale en la matière. Français, Espagnols, Portugais envahissaient, commettaient des massacres, mettaient en coupe réglée et en quelques années prenaient le contrôle d’un territoire. Les Anglo-saxons étaient d’abord des partenaires commerciaux puis devenaient des alliées contre les ennemis locaux, puis devenaient des amis, puis s’immisçaient dans le gouvernement local, puis choisissait les dirigeants locaux puis enfin enlevaient le masque et prenaient le contrôle direct.

     17

    Alerter
    • Eric83 // 13.05.2018 à 10h51

      Cela fait un moment que je poste des commentaires sur ce site sur la dangerosité des pervers narcissiques – ou autrement dénommés manipulateurs destructeurs – qui gouvernent des Etats.
      Tant que l’on a pas cette clé de lecture des comportements qui se retrouvent chez nombre de gouvernants, voire carrément de mode de gouvernance pour des Etats, certains de leurs comportements et/ou de leurs décisions sont illisibles.
      Même si ce n’est qu’une clé, parmi d’autres, elle éclaire nombre de décisions et de comportements.
      Quand vous avez pu observer et subir à quel point un PN peut être destructeur pour son entourage et même pour sa propre famille, vous comprenez le danger pour le peuple que représente un PN à la tête d’un Etat, d’un gouvernement…
      A lire, par exemple, l’ouvrage de Anne-Clotilde Ziégler et ceux de Christel Petitcollin.

       13

      Alerter
      • calal // 13.05.2018 à 11h15

        Quelque part c’est toujours la meme histoire: vous etes au sommet,ou vous continuez de grimper ou vous jetez des cailloux sur ceux qui sont plus bas que vous pour les empecher de vous rejoindre. Vous pouvez aussi etre satisfait de ce que vous avez accompli et laissez les autres vous rejoindre voir les y aider.
        Nous sommes des animaux gregaires et la rivalite et/ou la soumission est un moyen de trouver son rang/place dans le troupeau etant donne que peu de gens peuvent survivre seuls loin du groupe.

         3

        Alerter
        • Eric83 // 13.05.2018 à 16h50

          Le comportement que vous décrivez n’est pas celui des PN. Pour un PN, vous n”êtes pas un sujet vous êtes un objet donc sans affects, sans droits, sans légitimité…Exemple, quelqu’un qui vous dirait que vous n’êtes rien.
          Le PN n’a que faire d’appartenir à tel ou tel groupe, sa seule préoccupation est de capter la lumière en toutes circonstances, y compris par toutes les impostures, et sa seule crainte est d’être démasqué.
          Corollaire de cette posture et de ces impostures, se prétendre victime dès que le PN est mis en difficulté et culpabiliser l’autre, c’est à dire tous ceux qui pourraient avoir l’outrecuidance de lui faire de l’ombre.
          Et ceci n’est que le côté le moins malveillant du PN car ne pouvant pas se permettre d’être démasqué, il tentera de détruire celui/celle qui oserait s’y employer.

           7

          Alerter
      • Monique // 13.05.2018 à 12h03

        Se souvenir d’Albert Jacquard : “… on est en train de sélectionner les gens les plus dangereux …” en 1994 dans l’émission de la RTBF “Noms de Dieux”.
        https://www.youtube.com/watch?v=9v9updAv018

         15

        Alerter
    • RGT // 13.05.2018 à 11h18

      Les politiques ne sont pas des menteurs, ils sont des imposteurs.

      Conférence de Roland Gori à l’université de Nantes en 201 (encore un complotiste) : https://www.youtube.com/watch?v=2FEtiA18lZU

      Ne venez pas dire qu’on ne vous avait pas prévenus, il suffisait de ne pas détourner le regard.

       13

      Alerter
    • bluetonga // 13.05.2018 à 12h46

      Je me méfie du terme pervers narcissique, je lui concéderai plus volontiers une valeur descriptive qu’explicative. Nous somme tous capables de mentir par intérêt, plus encore pour s’éviter de gros désagréments. Néanmoins, le sens de l’honneur et de la parole donnée ont complètement déserté nos sphères politiques. Elles ne sont désormais plus constituées majoritairement que de politiciens de métier, formés pour cela dans des “hautes” écoles élitistes et consensuelles, produisant en chaîne des technocrates affairistes et opportunistes dans l’âme. Ils calquent leur éthique sur celle du monde des affaires avec lequel ils sont en perpétuelle collusion: un accord ne tient que tant qu’on ne peut le rompre sans risque, trahir, c’est s’adapter. Ceux et celles qui font le choix du pouvoir se retranchent d’eux même des valeurs de loyauté et de solidarité propres aux petites communautés homogènes. Notre évolution vers des méga-sociétés mondialisées favorise l’émergence de cette caste prédatrice qui s’isole lentement mais sûrement des intérêts de l’humanité de son ensemble.

       8

      Alerter
    • GANDHI56 // 16.05.2018 à 17h53

      Avant de donner des leçons,que les Anglais balaient devant leur porte:

      Lassés par la russophobie incessante orchestrée par le Royaume Uni, la Russie par la voix de sa porte parole, Maria Zakharova, remet l’ensemble de ses dirigeants, passé et présents, et à venir, devant la glace. Quelle leçon, quelle claque, quelle honte !

      Un peu de décence et d’humilité amis Britishs, votre histoire n’a rien à envier à celle qu’est en train d’écrire le criminel Netanyahou en ce moment.

      Puisse Maria Zakharova prendre le temps, de préparer et de présenter le même historique pour l’ensemble des pays colonialistes occidentaux, à commencer par les USA et la France, qui collaborent entre autres à cette ignominieuse campagne russophobe, afin de les remettre à leur place!

      Maria Zakharova sur les crimes d’État britanniques, voir le lien ci dessous: à lire absolument et à partager, ne compter pas sur les médias mainstream pour le faire!

      https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/maria-zakharova-sur-les-crimes-d-203724
      [modéré]

       1

      Alerter
  • Isidor Ducasse // 13.05.2018 à 09h35

    “rappelé à l’ordre par la pression du Congrès et un appel téléphonique du Premier ministre israélien.”
    Ah bon ! Israël rappelle à l’ordre les USA ?
    Je vous invite à relire Tocqueville, plutôt que ce texte plein d’approximation, et de grand poncif.

    http://sos.philosophie.free.fr/tocquevi.php

     0

    Alerter
  • Macarel // 13.05.2018 à 09h52

    Trump et Nétanyahou (et derrière eux le “deep state”) veulent “un “regime change” à Téhéran. Pour arriver à leurs fins tous les mensonges sont bons.
    La guerre et la vérité ne font jamais bon ménage.
    Les USA et Israël, émanation d’une Europe, elle même, historiquement, grande colonisatrice devant l’éternel, sont des Etats colonialistes, C’est le propre des Etats colonialistes de s’occuper des affaires des autres, et de s’accaparer leurs ressources.
    Au coeur de ces deux Etats : un complexe militaro-industriel qui a besoin de la guerre pour prospérer, et un système de propagande très bien rodé pour conditionner les populations.
    L’Iran de Mossadegh, dans les années 50, avait déjà fait les frais des actions de déstabilisation menées par les Etats britanniques et américains, avec pour résultat l’accession du Shah au pouvoir en Iran.

    Le principal crime de Mossadegh :

    “Nationaliste farouche, Mossadegh arrive à la tête du gouvernement en avril 1951 avec la ferme intention de chasser les compagnies étrangères.

    Il rejette une offre de l’Anglo-Iranian Oil Company de partager par moitié les profits tirés de l’exploitation du pétrole et, dès le 1er mai 1951, fait voter la nationalisation des puits iraniens et l’expropriation de l’Anglo-Iranian.”

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mohammad_Mossadegh

    Les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts. Dans le monde contemporain, ces intérêts se confondent souvent avec ceux des multinationales issues de ces Etat. La raison d’Etat autorise toutes sortes de coups tordus.
    Les Etats se livrent en permanence des guerres souterraines (via leurs services secrets), lorsque la situation se tend trop ces guerres arrivent à la surface, et deviennent visibles pour les populations. Et là, surtout pour les Etats “démocratiques”, il faut intensifier la propagande de guerre pour justifier auprès de la population l’engagement dans une aventure guerrière, dont souvent la population ne veut pas spontanément. Car les peuples spontanément préfèrent vivre en paix.

     11

    Alerter
    • GANDHI56 // 16.05.2018 à 14h18

      ” …ces intérêts se confondent souvent avec ceux des multinationales…” Non! pas “souvent”, je préfère toujours et en tout temps!

       0

      Alerter
  • Duracuir // 13.05.2018 à 10h08

    Je crois sincèrement que de plus en plus, les gens se moquent de la vérité comme leur première chemise.
    On voit ça par exemple sur les forums avec l’application typique du seau de Freud: donne moi tes sources. Ceci n’est absolument pas une recherche de vérité qui pourrait faire changer d’avis mais juste un artifice qui permet de gagner du temps, puis, le cas échéant, de contester la source, puis enfin de passer à autre chose.
    Aujourd’hui, grâce au Net, les infos vont de plus en plus vite, un petit coup de google avec votre smartphone et vous avez vite fait de mettre un fait indiscutable, d’une source indiscutable face à votre interlocuteur. Regardez sa réaction, son regard se vide, sa bouche forme une moue et invariablement, frappée par la vérité, que va-t-il dire? “c’est vrai que…”? “Dans ces conditions, mon avis c’est que…”? ou pire encore “tu avais raison…”? Non, invariablement, les seuls réponses que vous aurez c’est:
    1: ” mais ce n’est pas le problème”
    2: “c’est plus compliqué que ça”.
    Le nombre de gens capable de forger un avis sur une étude rationnelle a toujours été faible, mais il l’est de plus en plus. Les communicants ont bien compris ça.
    Regardez même sur le forum des Crises. Un avis argumenté, étayé, sourcé qui ne va pas dans le sens commun des participants sera tout bonnement ignoré, aucun like, mais aussi aucune réponse. Par contre, une sentence à l’emporte pièce flattant l’avis du commun des participants sera plébiscitée et “débattu”(à la mode C dans l’Air) avec abondance.

     17

    Alerter
    • LEFROD // 13.05.2018 à 17h07

      Je crois surtout qu’il y a une question de timing à rajouter aux faits, pour un effet de pénétration optimal des esprits.
      Dans l’histoire humaine c’est toujours comme ça. Une idée pour rencontrer le plus grand nombre, ne doit pas seulement être bonne. Elle doit arriver à point nommé.

       2

      Alerter
      • Duracuir // 13.05.2018 à 18h10

        Je parle de fait, pas d’idée.
        Normalement, on devrait étudier les faits puis se faire une idée.
        En fait, nos émotions, notre vécu, notre histoire personnelle semblent dicter nos idées que nous justifions en recherchant les faits qui les “prouvent” ou plutôt en jouant sur la lumière, forte pour ceux qui les confortent, nuit noire noire pour ceux qui auraient tendance à les contredire. Ou carrément nous falsifions.
        C’est en ça que, pourtant fort passionné d’Histoire, je m’en méfie comme la peste.

         2

        Alerter
  • lon // 13.05.2018 à 11h00

    S’il y a bien une leçon à retenir des 20 dernières années c’est qu’on peut abreuver le public de mensonges plus gros les uns que les autres , et ça passe comme une lettre à la poste sauf pour quelques indignés sur internet . Suffit de matraquer au niveau médiatique, encore et encore, affirmer sans preuves , pointer les coupables potentiels, et le cerveau collectif se retrouve lavé par la vague géante . Les petits indignés sur le net seront classés dans la catégorie gogos/paranoïaques/complotistes , c’est pas encore l’internement psychiatrique comme en URSS mais on n’est pas loin .

     15

    Alerter
    • Duracuir // 13.05.2018 à 11h55

      Pourquoi “les 20 dernières” seulement?

       4

      Alerter
      • lon // 13.05.2018 à 20h15

        parce que je mets ça dans le contexte de l’internet grand public, qui a grosso modo 20 ans .

         4

        Alerter
  • Fabrice // 13.05.2018 à 11h10

    Je crois que l’on a mal compris notre société elle est passé d’un modèle de gouvernemental à un modèle mafieux ou le système ne cherche plus à gouverner un ensemble cohérent mais à répondre aux intérêts de celui qui a le plus de moyens et pour enrichir une catégorie prête à répondre à ses intérêts, tant que ce pacte est respecté tout est permis ou presque, de temps en temps on en fait sauter un pour relâcher la pression et continuer à maintenir l’illusion. Ce principe est généralisé tant sur le plan mondial qu’au plan local.

    Pour préserver ce modèle tout les acquis sociétaux seront petit à petit démontés si ils représentent un danger ou pervertis pour servir celui-ci, il y a deux possibilités la révolte mais je crains qu’elle ne serve qu’à mettre une nouvelle élite qui reprendra les mêmes travers ou un écroulement de l’intérieur car par principe ce modèle est autodestructeur car vorace et aveugle.

    On peut signaler cet interview récent : https://youtu.be/n1XS4iTT3FI

     17

    Alerter
  • gotoul // 13.05.2018 à 11h13

    “l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, politiquement neutre”
    Hum!
    Il y avait un très bon article dans ce blog le 2 mai 2018 sur son premier directeur général José Bustani :
    https://www.les-crises.fr/jose-bustani-lhomme-qui-a-dit-non-aux-americains-par-richard-labeviere/
    En plus court sur Wikipedia :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9_Bustani
    ou sur le Monde Diplomatique :
    https://www.monde-diplomatique.fr/2002/07/BOURRIER/9233
    Bonne journée

     7

    Alerter
  • Michel Ickx // 13.05.2018 à 11h51

    J’ai adoré l’humour cinglant de Giraldi. A l’instar de Dmitri Orlov, quand il tire, il ne laisse aucune marionnette debout. Je vais imprimer ce texte avec les commentaires pour le faire lire. Mais je crains de ne pouvoir convaincre mon entourage de la nature psychopathique du système.
    La majorité des gents, pourtant naturellement intelligents, ont abandonné leur sens critique dès la maternelle. Infantilisés par l’éducation. Ils ne peuvent concevoir le pouvoir, dont ils sont dépendants à vie, comme une pyramide avec les pires sociopathes au sommet. J’aimerais rencontrer ceux qui ont osé ouvrir les yeux, écouter et parler , à la différence des trois petits singes, pour trouver, avec eux, le moyen de convaincre une majorité capable de dévoiler la nature pathologique de nos soi-disant démocraties .

     9

    Alerter
  • Christian Gedeon // 13.05.2018 à 11h55

    Comme je suis un incurable optimiste,je pense que ces manœuvres anglaises n’ont pas atteint leur but partant du principe qu’on ne peut pas mentir à tout le monde et tout le temps. Je pense aussi que l’immense majorité des gens n’y a pas cru une seconde,malgre la propagande massive des mainstreams. Prendre les gens pour des cons,ça peut marcher mais pas tout le temps,ét pas partout.

     5

    Alerter
    • moshedayan // 13.05.2018 à 21h10

      Chez les “incurables sceptiques” vous avez raison, mais la majorité des Français, je le crains, a gôbé l’affaire “Skripal” et si ces malheureux, et je crois sincèrement que maintenant ce sont des malheureux, étaient éliminés pour de bon par les Britanniques, soyez sûr qu’à 7 heures, du matin, gmt Paris, votre Yves Calvi de RTL fera un édito sur la responsabilité de Poutine, qui a empoisonné ces malheureux. Seul un renversement de régime, ou une grande écriture d’un journaliste belge ou suisse serait capable d’obliger vos journalistes à dire la vérité ou à démissionner. Vous n’êtes pas près de voir ça.

       5

      Alerter
  • Pegaz // 13.05.2018 à 12h08

    Israël : Mensonges et/ou désinformation* ? 9 mai 2018, riposte et cibles iraniennes mais pas que !
    Dans cet article : https://fr.timesofisrael.com/tsahal-nos-raids-en-syrie-ont-fait-perdre-a-larmee-iranienne-plusieurs-mois/

    Cibles : L’armée a également déclaré qu’elle avait ciblé un certain nombre de systèmes de défense aérienne syriens – SA-5, SA-2, SA-22 et SA-17. Et bombardement israélien près de la frontière libanaise, un bastion notoire du Hezbollah. * les frappes israéliennes dans toute la Syrie ont été coordonnées à l’avance avec les forces russes présentes dans le pays !

    On peut également comparé cette carte (ni exhaustive ni précise quand aux bombardements) mais juste pour les zones bombardées d’avec les poches « rebelles », frontières du Golan et Jordanie, l’intéressante zone en verticalité de Deraa et une poche au sud-est de Damas. On pourrait croire à un soutien aérien !
    https://static.timesofisrael.com/fr/uploads/2018/05/DczsSfcW0AANuza-640×400.jpg

     2

    Alerter
  • Adéchoix // 13.05.2018 à 12h22

    La classe dirigeante est élue sur des mensonges de campagne, il est donc normal d’avoir à la tête des états, des menteurs.
    “La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force.”

     10

    Alerter
  • pouick // 13.05.2018 à 14h44

    La question du vrai, de l’exact, etc., a été évacué du champ social et politique. Il ne reste que des rapports de force et d’affiliations.On peut raconter n’importe quoi en étant de ces cercles, tout est affaire de tactiques. L’immoralité règne et tout est manipulations permanentes. Est-ce que cela peut s’arrêter ? Non, à moins d’une catastrophe qui emportera tout. Il faut s’y faire : à force d’accepter le relativisme moral sur les sujets les plus élémentaires, voilà où nous sommes. De même qu’à force d’accepter ces débats tronqués sur les extrêmes.

     3

    Alerter
    • Duracuir // 13.05.2018 à 18h19

      ça a vraiment toujours été le cas. Croyez vous que le vrai, l’exact, régnaient dans le champ politique et social d’un cadre du PC des années 50 à propos de l’URSS? Ou de l’esprit d’un officier du style ancien Action Française à propos de l’occupation? Croyez vous que la vérité dictait les mots les mots de César dans La Guerre des Gaules? Ou ceux de Tacite décrivant les “affreux barbares Celtes”? Croyez vous que le premier cercle du Duc de Guise était imbus d’esprit de vérité sur la France et le Catholicisme quand il se partageait les 400 000 écus d’or fournit par Philippe II pour faire exploser la France? Croyez vous vraiment que c’est l’esprit de vérité qui a fait inventé toutes ces débilités historiques aux dirigeants de la IIIe République balbutiante? Ou à ceux de la IVe quand ils ont lancé la France dans 20 ans d’épouvantables guerres coloniales?
      Je ne crois pas que c’était mieux avant. Il y a, par contre, eu prise de contrôle des contre-pouvoir par les dirigeants du système. Ils ont été soit éradiqués, soit achetés, soit marginalisés.
      Nous sommes en train d’inventer les nouveaux. Olivier est un des pionniers de cette gigantesque aventure qui commence.

       4

      Alerter
  • tchoo // 13.05.2018 à 17h52

    Ils ont mentis, ils mentent, et ils continueront de mentir
    Pourquoi s’en priver, ils sont toujours là, personne ne les délogent, et les médias les vénèrent

     5

    Alerter
    • GANDHI56 // 16.05.2018 à 13h59

      Non les médias ne les vénèrent pas, ils appartiennent à des oligarques, sont aux ordres, et donc dans l’obligation, de diffuser ce qu’on leur dit de diffuser, fake news y compris !

       2

      Alerter
  • STOP. // 13.05.2018 à 18h09

    “Des menteurs qui mentent sur presque tout.”

    Le principe de ces mensonges s’adresse aux cibles très clairement. Pour le peuple, c’est complètement secondaire, il compte pour du beurre. La guerre c’est pas beau…

    Pourquoi ne pas le comprendre ? Mystère !

     1

    Alerter
  • uées en uées par des agents à la solde de puissances occidentales principalement. // 13.05.2018 à 22h51

    Je pense que nous avons trop donné d’attention à ces discours anxiogènes,ils prennent les peuples ,nous ,moi en la circostance pour des débiles.
    Ils créent à volonté l’angoisse qui est annonciatrice de toujours plus d’atteintes aux libertés des citoyens.
    La théorie du choc sedécline en diers es procédures.
    Soit le choc anxiogene brutal soit la démarche homéopatique continue avec une augmentation progressive des doses.
    Il faut constater que l’ anguoisse grandit et ne regresse pas si de petits chocs sont crées en continu.
    Les incidences de ces chocs sur la vie démocratique et les libertés individuelles ne régressent qu’apres une période de calme.
    La méthode visant cette augmentation progressive et d’autant plus éfficientes quand les allégations du pouvoir concernant les faits ne sont pas vérifiables.
    Nous devons nous attendre es maintenant à des faits anxiogenes à proximité ou en periode électorale.
    La proposition de loi concernant les fakes new pourrait ne pas etre étrangère à la volonté de faire taire des sites ayant une approche trop différente de la version du pouvoir et des médias affidés!

     2

    Alerter
  • GANDHI56 // 16.05.2018 à 11h15

    Einstein.
    Il était né de parents juifs, et s’insurgeait déjà contre la politique Israélienne de son époque, tous comme d’autres éminentes personnalités juives de l’époque.
    On peut remarquer que de nos jours, des voix de juifs s’élèvent contre ces génocides gratuits, à commencer par Gilad Atzmon, jazzman de renommée internationale, qui à par ailleurs renoncé à sa nationalité Israélienne, et excusez moi du peu:
    Mikhaïl Warschawski, Mordechai Vanunu, Baroukh Kimerling, Abraham Borg, Avi Shlaim, Ilan Babeh, Yesrael Shamir, Simon Sabar, Ila Chouhot, Amira Has, Samidar Beri, Amos Oz, Vilitzia Kanger, Lia Tasmil, Tali Fahima, Daoud Tsimoh, Moshe Makhoufor, Ori Or, Samir Naccache, Naim Kattan, Sami Mikhael, Chamoun Balas, Amos Kinan, Yazhar Smilanski, A.B. Yahouchouh, Iyal Sevan, Tania Reinhart. Parmi les Juifs non israéliens, Daniel Barenboim, Noam Chomsky, Steven Rose et de nombreux autres.
    La dernière en date: Natalie Portman

    EINSTEIN, je cite:

    « Si nous nous révélons incapables de parvenir à une cohabitation et à des accords honnêtes avec les Arabes, alors nous n’aurons strictement rien appris pendant nos deux mille années de souffrances et mériterons tout ce qui nous arrivera ».

    « Par son organisation, ses méthodes, sa philosophie politique et son discours social le « Herout » (Parti politique ancêtre du Likoud, le Parti de Benyamin Netanyahou) ressemble aux partis nazis et fascistes [The “Freedom Party” (Tnuat Haherut), a political party closely akin in its organization, methods, political philosophy and social appeal to the Nazi and Fascist parties] ».

    Ce pays pratique l’apartheid au sens Sud Africain dans sa terminologie historique.
    Les sacrifiés de la Shoah doivent se retourner dans leurs tombes !!!! Ce qui se passe là bas est ignoble !!!

    Le Mossad, la CIA le MI5 et MI6 servent les menteurs qui déstabilisent le monde non seulement au Proche Orient mais dans le monde entier.

    Les nécons,les faucons et l’état profond américains savent très ce qu’ils font en instrumentalisant de Donald Trump, qui comme les israéliens en piétinant les résolutions onusiennes, renie la parole et les accords passés par Les USA, par le mensonge. Ce sont des fous qui nous préparent au pire. C’est triste à dire mais, ils risquent fort par leur jusqu’au-boutisme de se prendre avec les Russes et les Chinois, un retour de baton, qui risque de leur faire très mal, et nous par ricochet, car nos potiches-caniches européens, on choisi le camp de l’horreur au lieu de de celui de l’honneur !!!

     1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications