Les Crises Les Crises
31.mars.202031.3.2020 // Les Crises

Docteur Cymès et mister Michel, experts médiatiques en coronavirus

Merci 1467
J'envoie

Source : ACRIMED, Pauline Perrenot, 25-03-2020

Le soir du 16 mars, Emmanuel Macron annonce le renforcement des mesures de confinement. Après son intervention, l’émission « Vous avez la parole » (France 2) était consacrée au coronavirus et Michel Cymès, le bien nommé « médecin de la télé préféré du PAF », est (à nouveau) en plateau. L’expert admettait, quelques heures plus tôt sur France 5, avoir contribué à minimiser l’épidémie par ses prises de paroles médiatiques. Mais cela ne l’empêche visiblement pas de revenir en plateau pour culpabiliser « les Français indisciplinés » vis-à-vis des mesures de confinement… Voire de sermonner une infirmière membre du collectif Inter-Urgences, venue témoigner des conditions de travail actuelles et exiger des moyens. Car on le sait, les experts osent tout. Mais ce que l’on redécouvre, c’est que leur magistère ne connaît pas la crise.

Qu’ils sévissent dans le domaine de la médecine, de l’économie, de la sécurité, etc., les experts médiatiques ont en commun, on le sait, cette redoutable faculté de s’exprimer publiquement avec aplomb – et à longueur d’antenne – sans maîtriser le sujet dont ils parlent. Quitte à se corriger (ou non) d’une heure sur l’autre. Comme le dit Christophe Barbier, « la vérité de 6h50 n’est pas celle de midi ».

On aurait pu penser que la crise du coronavirus changerait la donne : dans la période actuelle, l’exigence d’une information grand public de qualité s’impose d’autant plus que les informations ont des conséquences vitales, tout particulièrement dans le domaine médical. Et que le rapport comme l’accès au savoir scientifique, médical, sont socialement discriminants. Dès lors, les tenants de la parole publique ont une responsabilité plus grande encore que d’ordinaire. Et pourtant, les grands médias n’ont pas l’air de vouloir changer leurs bonnes vieilles habitudes : recourir aux experts, les regarder se tromper, commenter leurs bourdes à coup d’articles tapageurs, et, sans l’ombre d’une hésitation, les réinviter.

En témoigne la fabuleuse histoire de Michel Cymès et du coronavirus. Le 15 mars, Arrêt sur images consacrait déjà un article au « médecin de la télé » sous le titre « Coronavirus : un Cymès matin, midi et soir ». Et de constater : « Plus rapide que la diffusion du coronavirus, la démultiplication de Michel Cymès sur les écrans. Depuis deux semaines, c’est matin, midi et soir sur France 2, RTL mais aussi France 5, TMC, La 1ere. […] Celui qui dit continuer ses consultations à l’hôpital deux matinées par semaine, passe surtout son temps dans les loges de maquillages. »

Pour y dire quoi ? Pour affirmer par exemple sur Quotidien, le 10 mars, que le coronavirus « reste une maladie virale comme on en a tous les ans » ou encore : « Il y a moins de risque [qu’en Italie], on est mieux préparés et puis je ne crois pas qu’un jour on va mettre toute la France en quarantaine ». Ou encore sur Europe 1 (le 10 mars également) : « Je ne suis absolument pas inquiet. C’est un virus de plus, on le dit souvent, c’est une forme de grippe. Je ne suis pas inquiet pour moi parce que je suis en bonne santé et que je ne fais pas partie des cas les plus graves. »

Avant de battre sa coulpe six jours plus tard, dans « C à vous » : « Je fais mon mea culpa aussi, j’ai probablement trop rassuré les Français (sic), mais en même temps, comment les inquiéter de façon excessive quand on n’a pas les données épidémiques à 15 jours ou 3 semaines qui permettent de dire que ça va être aussi catastrophique qu’aujourd’hui. » Certains lui rétorqueraient, sans doute, qu’ils disposaient de telles données. Mais quand bien même… et surtout : quand on ne sait pas, ou quand on affirme – comme Michel Cymès lui-même – que « chaque heure, ça change », pourquoi se précipiter sur tous les plateaux en tenue de sachant/savant ? Et si le temps de la connaissance scientifique ne coïncide pas avec le temps médiatique de l’information en continu, pourquoi chercher à tout prix à plaquer le premier sur le second ?

« C’est toute la difficulté de la communication, je suis bien placé pour vous le dire », ose Michel Cymès face à Anne-Élisabeth Lemoine sur France 5. C’est là tout le problème en effet : confondre l’information avec la communication permanente… et l’entrepreneuriat médiatique personnel.

Suite à un tel plantage, d’aucuns auraient pensé que Michel Cymès allait se faire discret, au moins pour quelque temps. Il n’en fut rien. Deux heures après l’émission de France 5, et des dizaines d’articles autour de son « mea culpa » plus tard, on le retrouve sur France 2 dans « Vous avez la parole » [1].

 

« Les Français sont indisciplinés, c’est pour ça qu’on en arrive là ! »

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’expert est droit dans ses bottes. Le confinement ? « C’est ce que tout le milieu médical et scientifique demande depuis un moment. » Mis à part, peut-être, un « expert » doutant de la possibilité de « mettre toute la France en quarantaine »… La justification du confinement ? « On l’a vu : les Français sont indisciplinés, c’est pour ça qu’on en arrive là ! » Un ton bien péremptoire, pour un message si simpliste… qu’il assénait déjà la veille sur la même chaîne, ou sur France 5 quelques heures plus tôt :

Ce n’est pas une solution qu’il fallait envisager il y a trois semaines, parce qu’on en n’était pas là. On comptait sur les Français pour avoir des gestes barrière, ils ne l’ont pas fait, bah maintenant, on le paye.

Et quid des commentateurs affirmant que le coronavirus n’était « qu’un virus de plus » ?

La petite musique sur « l’indiscipline » des Français mérite qu’on s’y arrête, tant elle a été reprise par de nombreux commentateurs médiatiques ces derniers jours. S’il n’est pas question – et ce ne serait de toute évidence pas le rôle d’Acrimed – de se positionner sur « l’irresponsabilité » de tel ou tel comportement, il est difficile d’ignorer le rôle de l’information dans le respect attendu (et nécessaire) des consignes sanitaires réclamées… à une population entière ! Pour qu’elle soit traduite dans les faits à si grande échelle, et intégrée au-delà de toute sorte d’entraves bien réelles (accès à l’information, aux connaissances scientifiques et médicales, rapport à la parole publique, etc.), le moins que l’on puisse attendre de cette information, c’est qu’elle soit claire.

Or, ni les discours médiatiques, ni les discours gouvernementaux ne furent clairs, ou à la hauteur de ce que devrait être une campagne d’information publique massive, pensée sur le long terme. De quoi relativiser « l’indiscipline des Français », qui, contrairement aux experts (en toupet), ne peuvent pas s’exprimer publiquement. Sans compter tout ce qu’un tel discours (individualisant, culpabilisateur et dépolitisé) permet de ne pas questionner : la communication gouvernementale, et la fabrique de l’information, pour ne donner que deux exemples de taille.

 

Foi d’expert : la critique n’a pas lieu d’être

Mais Michel Cymès ne saurait se contenter d’être un père-la-morale. Comme tout bon expert médiatique, il dispose également d’une casquette « chien de garde ». Un rôle qui lui permet de décréter ce qui peut être dit (ou non) sur un plateau, et sous quelle forme. Celle qui en fait les frais ? Juliette Richard, infirmière aux urgences de l’hôpital Robert Debré et membre du collectif Inter-Urgences [2].

Il se trouve que l’infirmière n’a pas mis sa colère au placard avant d’entrer en plateau. Colère concernant les conditions de travail des soignants, colère concernant les revendications demeurées insatisfaites. D’emblée, son discours se heurte aux rectifications hors sol des deux présentateurs, bien décidés à lui expliquer qu’Emmanuel Macron a tout prévu (dans son allocution) :

– Juliette Richard : Nous le collectif, on est un peu inquiets par rapport à ce qu’[Emmanuel Macron] a dit parce qu’en fait, ça fait un an qu’on alerte sur les conditions de travail, sur les dégradations de nos conditions de travail, le manque de lits, ce genre de choses. Là il nous promet des moyens dès demain, mais c’est déjà trop tard… [Coupée]

– Thomas Sotto : Beaucoup de moyens hein, les hôtels, les taxis réquisitionnés pour vous permettre de vous déplacer.

– Juliette Richard : Oui mais enfin à l’heure actuelle aujourd’hui il manque de masques à l’hôpital, les gens volent les masques, on n’a plus de gel, on n’a plus rien… [Coupée]

– Léa Salamé : Il a promis pour les masques, il a dit qu’ils seront livrés. [Juliette Richard : Aux pharmacies mais pas du tout dans les hôpitaux.] Il a dità partir de demain pour les 25 départements [les plus touchés] et ensuite mercredi.

– Juliette Richard : Bah oui mais c’est trop tard en fait ! Nous, nos supérieurs nous imposent de ne pas utiliser plus de tant de masques par jour parce qu’on n’en a pas assez ! Enfin… c’est juste pas normal. Le manque de lits, il est intolérable. Ils ont supprimé 17 500 lits en 9 ans et maintenant ils se retrouvent : « Ah bah oui, on est coincés ». En pédiatrie, la réa est en train de se préparer à accueillir de l’adulte.

Bien qu’en première ligne dans le combat contre le virus, Juliette Richard refuse donc de se soumettre aux injonctions à « l’union nationale », qui réclamerait que toute critique soit suspendue. Et c’est bien là ce qui dérange Michel Cymès. Toute honte bue, l’expert va donc rectifier pour l’infirmière… le sens des « priorités » :

– Léa Salamé : Michel, vous comprenez ce que dit Juliette ce soir ?

– Michel Cymès : Oui, je comprends tout à fait ce que dit Juliette. Et il faut vraiment rendre hommage à tout le personnel soignant et notamment aux infirmières qui alertent depuis longtemps. Je pense juste qu’aujourd’hui, la priorité c’est de sauver des vies. La priorité, c’est de sauver les patients qui vont venir, la priorité c’est de tout faire pour qu’il y ait le moins de morts possible parce qu’il va y en avoir malheureusement beaucoup. Encore une fois je suis tout à fait d’accord avec vous, et je travaille à l’hôpital donc je sais très bien ce qui s’y passe, mais je pense qu’il faut qu’on mette tout ça de côté un petit peu aujourd’hui.

– Juliette Richard : Moi je dis juste qu’à l’heure actuelle on est en train de faire des choix : « Toi tu vas mourir, toi tu vas vivre », c’est juste pas normal aujourd’hui.

– Michel Cymès : On n’en est pas là, franchement Juliette, on n’en est pas là.

– Juliette Richard : Il y a certains hôpitaux où ils en sont déjà là en réa.

– Michel Cymès : Non, je ne crois pas qu’on puisse dire aujourd’hui… Alors on va affoler les gens en disant : « Bah vous, vous êtes un peu trop vieux et vous avez une maladie, on n’est pas sûrs de vous en sortir (sic) on va vous mettre de côté. » On ne peut pas dire ça aujourd’hui.

On ne saurait que trop conseiller à Michel Cymès – une fois délivré de ses multiples émissions quotidiennes – de se pencher sur les témoignages émanant de « l’hôpital qu’il connaît si bien ». Témoignages que révélait, par exemple, un article du Parisien le 17 mars : « « Il va falloir choisir » entre les malades, admettent des soignants. Faute de places suffisantes en réanimation, des soignants dans les zones les plus touchées par l’épidémie nous confient avoir renoncé à intuber des patients de 70 ans, déjà malades. »

Alors, et alors seulement, peut-être « l’expert » sera-t-il en mesure de décréter ce qu’une soignante peut dire ou non, quels faits sont vrais ou non, et quel discours est entendable ou non sur les plateaux de télévision (qu’il a lui-même inondé d’informations peu fiables des jours durant).

Mais en attendant, une dernière préconisation :

Qu’il y ait un problème avec les tests, qu’on vous oblige à travailler alors que certaines d’entre vous sont souffrantes, là, il y a un vrai problème. Et il va falloir régler tout ça. Je dis juste qu’aujourd’hui, […], la priorité, elle est de sauver des vies. Vous le faites parfaitement, les infirmières sont en première ligne, […] les médecins aussi. Aujourd’hui, polarisons-nous, soyons focus comme on dit sur les vies à sauver. Tout le reste devra être réglé mais après que l’épidémie soit passée.

Les conseils du médecin sont formels : les revendications, c’est pour « après ». Quant à savoir ce que veut dire un « maintenant » sans masque et avec des soignants eux-mêmes malades…

 

***

Là où Michel Cymès bénéficiera, au cours de l’émission de France 2, de multiples interventions (sur plus de deux heures d’antenne), Juliette Richard ne s’exprimera environ que trois minutes. Un décalage énorme qui en dit long sur l’arbitrage des présentateurs quant à la répartition du temps de parole, à géométrie variable en fonction du contenu de cette parole et de celui ou celle qui la profère. Ainsi un expert en bourdes, multirécidiviste, s’astreignant à des propos dépolitisés bénéficiera d’un temps beaucoup plus important qu’une infirmière « sur le pont », réclamant des moyens immédiats face à la catastrophe sanitaire en cours.

Ainsi va la routine des grands médias, qui, par bien des aspects, n’a pas été bouleversée par la crise du coronavirus. Le « cas Cymès » est loin d’être isolé, et cet épisode interroge une fois de plus sur le rôle de « l’expert » de plateau, où l’estampille « médecin » (spécialité bagout) semble avoir valeur de sauf-conduit. Peu importe que la certification soit médiatique avant d’être « professionnelle » ; peu importe le degré réel d’exercice de la profession, ou la spécialité… pourvu qu’on ait l’eau tiède de « l’expertise » convenable !

Pauline Perrenot

Annexe. L’expertise éclairée de l’expertise : ce beau manège…

Notes

[1] Émission animée par Léa Salamé et Thomas Sotto.

[2] Autour du premier plateau également : Pr Djillali Annane, chef du service de réanimation à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches ; et Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste, autre grand habitué des médias.

Source : ACRIMED, Pauline Perrenot, 25-03-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

syko // 31.03.2020 à 06h30

C’est exactement pour cela que je n’ai plus de télévision.
Je n’entends plus ces clowns et surtout je ne leur verse aucune redevance.

C’est une forme de confinement sanitaire avant l’heure.

56 réactions et commentaires

  • syko // 31.03.2020 à 06h30

    C’est exactement pour cela que je n’ai plus de télévision.
    Je n’entends plus ces clowns et surtout je ne leur verse aucune redevance.

    C’est une forme de confinement sanitaire avant l’heure.

      +141

    Alerter
    • Basile // 31.03.2020 à 06h59

      ils sont payés pour meubler.

      Faut occuper le temps d’antenne sinon les gogos zappent, et ne reviennent plus.
      Et pour meubler, faut produire en masse au détriment de la qualité, D’où les mauvais humoristes (c’est impossible d’être drôle tous les jours), les mauvais débats; les mauvaises séries.

      et il n’y a pas que la télé. La radio c’est pareil. Les journalistes, pour meubler le peu qu’ils savent, en sont à interviewer les confinés, en sont revenus à faire du « Menie Grégoire » en transformant la radio en bureau des pleurs pour peuple désorienté ou inquiet. Un peuple infantilisé, c’est tout bénéf pour le pouvoir.

      pour ce qu’ils ont à dire à la radio, 1 heure d’émission par jour à heure fixe sans interruption publicitaire suffirait. Le reste du temps, signal coupé.

        +34

      Alerter
      • Rémi // 31.03.2020 à 17h00

        non et c’est plus grave.
        Ils sont formés à la responsabilité.
        Etre responsable c’est éviter que les gens ne paniquent.
        Diffuser l’information que l’on trie c’est risquer que la population agresse les hôpitaux pour faire passer leurs familles en priorité.
        Comme cela on reste aux passe droit habituels entre gens de bonne compagnie.
        Ca a un mérite, mais le boulot d’un journaliste devrait être d’informer pas de prendre les responsabilités pour nous.
        Cymes fait le job il évite la panique alors qu’avec l’incompétence gouvernementale il suffirait d’un rien pour avoir des émeutes du style « sauvez papi » devant les hopitaux.
        Le problême de cette métohode est qu’en l’absnce de pression les problèmes s’accumulent et ne sont pas réglés car la société civiles ne peux jouer son rôle.
        Les synidacts et partis d’opposition ayant également été liquidé ou peu s’en faut, L’état rest seul joueur face à la presse et comme celle ci n’informe pas il ne faut pas s’étonner que le système soit de plus en plus disfonctionnel

          +1

        Alerter
    • Christian Bernard // 31.03.2020 à 09h54

      La vente de temps de cerveaux disponibles ne se limite pas aux jeux débiles et autres ‘séries’ ..
      A moins qu’il s’agisse ici, de voir ce temps de cerveaux disponibles déjà utilisé, par le pouvoir ultralibéral qui nous mène à diverses pertes depuis 30 ans.

        +6

      Alerter
    • Alfred // 31.03.2020 à 10h06

      Idem mais ce n’est pas suffisant. Nous les payons encore à travers la pub pour les chocapic et à travers le reste des impôts. C’est pourquoi il faut militer et obtenir la fin de toutes les subventions à tous les médias. Seule la diffusion impartiale doit être payée par l’impôt à travers la nationalisation des messageries de presse et des relais de diffusion. Les structures médiatiques et les journalistes ne devraient vivre que de leurs clients. C’est le seul moyen pour qu’ils les respectent.

        +8

      Alerter
    • Farinet // 31.03.2020 à 10h55

      Attention la commission Discovery met en garde pour le traitement du Cymes Matin Midi et Soir.
      Il est impératif de respecter scrupuleusement la posologie.
      Tout dépassement est pire que l’utilisation de l’hydroxychloroquine du Professeur Raoult, même associé à un antibiotique de la famille des « macron leads» , Macrolide pardon, comme l’Azithromycine .
      En effet le Cymes-19 est un Coronard Virus qui se propage rapidement et à une toxicité pernicieuse irréversible.
      Le plus grand danger du Cymes-19 est qu’il s’attaque au cerveau et vous met la cervelle dans un État d’ Apathie chronique, au delà « ça la met «  aussi dans une perception erronée de la réalité.
      L’ Apathie chronique, c’est comme  entendre une tribune de chroniqueur idéologue, proférée dans le Salon d’un Barbier qui se servirait d’une écharpe comme cache sexe de la nudité de son ineptie, résidu du plasma coagulé d’une pensée décérébrée, atteinte par le Cymes-19 ou tout autre Coronard Virus de ce type.
      Une mesure de salubrité publique que pourrait prendre d’urgence sans que cela coûte cher Edouard Philippe et Olivier Veran the french Doctor est d’ordonner immédiatement le confinement de l’audio visuel français.

        +52

      Alerter
      • fanfan // 31.03.2020 à 12h47

        @Farinet
        Merci, votre contribution est magistrale, de salubrité publique…

          +2

        Alerter
  • sylvain // 31.03.2020 à 07h25

    Juste une remarque concernant la confiance que les Français peuvent avoir en leurs institutions.
    Depuis environ 35 ans nous ne pouvons plus avoir confiance en notre classe politique : affaire Elf, affaires du financement du Parti Socialiste, affaire Boulin…
    Depuis environ 25 ans nous ne pouvons plus avoir confiance en de nombreux membres de l’Eglise catholique (je suis catholique) suite à différents scandales de pédophilie. Depuis quelques années nous ne pouvons plus avoir confiance en la Police et la Justice au vu des différentes bavures policières et du traitement des gilets jaunes.
    Ne parlons pas de l’Éducation Nationale ni des mass media.
    De plus je ne veux pas me faire du mal en évoquant nos « nouveaux philosophes » qui ont supplanté des pointures comme Albert Camus.
    Enfin depuis le début de l’épidémie du COVID en France je découvre que je ne plus faire confiance à nombre de médecins.
    Ainsi en tant que citoyen français en cette année 2020 en quelle Institution puis-je garder ma confiance? Au-delà de ma personne, un pays peut-il fonctionner si ses citoyens ne peuvent aucune confiance en ses institutions?

      +57

    Alerter
    • Pepin Lecourt // 31.03.2020 à 09h05

      C’est le moment de vous tourner vers Dieu mon fils, agenouillez-vous et priez !

      Et n’oubliez pas Rocamadour, c’est en France, depuis 1148 des miracles ont eu lieu en son sein, et vu ce que les médecins ont à nous proposer comme traitement contre le covid-19 on n’est jamais assez prudent, en plus le site est magnifique, j’espère seulement qu’ils n’ont pas fermé les restos pour le réconfort des pèlerins !

        +6

      Alerter
    • jean 2 // 31.03.2020 à 09h07

      mon cher Sylvain, il ne reste qu’une institution en laquelle faire confiance : les
      pompes Funèbres, mais jusqu’à quand ?

      ,

      ,

        +14

      Alerter
    • Fpole // 31.03.2020 à 10h21

      Vous n’avez plus confiance depuis 25 ans. C’était mieux avant ? Il n’y avait pas d’affaires politico financières étouffées, pas de pédophilie chez les prêtres.
      De mémoire :
      Comment se finançaient les partis politiques ? Les gouvernements ne mentaient jamais, il n’y avait pas de bavures policières (Charonne, répressions aux Antilles des manifestations, officiellement 7 morts, officieusement 80).
      Dans le sud ouest de la France, dans les années 1950, les curés un peu trop caressants, doux euphémisme, étaient exportés en Amérique du Sud (témoignage de 1ere main) je me souviens également du témoignage de Daniel Gelin à ce sujet.
      La différence notable, c’est qu’aujourd’hui 90% des médias sont la propriété de quelques oligarques (oui je sais en France on doit dire milliardaire, philanthrope aux USA et oligarque en Russie).

        +9

      Alerter
      • sylvain // 31.03.2020 à 12h41

        J’ai limité à mon âge Fpole: je ne peux être affirmatif quant à une situation que je n’ai connu.

          +5

        Alerter
    • Karim Wilmotte // 31.03.2020 à 10h46

      Tant que vous laisserez des gens vous gouverner, vous aurrez raison de limiter votre confiance.

        +4

      Alerter
  • O moulin // 31.03.2020 à 07h42

    Un médecin refusait le qualificatif de héros. En gros il disait : on n’est pas des héros on fait notre job ou on essaie car on manque de tout. On nous traite de héros, sous-entendu le héros ne demande rien à personne il se suffit à lui-même. Non on ne veut pas tomber dans ce piège et exonérer une politique de fermeture d’hôpital, réduction du nombre de lit et de gestion à flux tendu. On n’est pas des héros mais du personnel soignant ayant besoin de masques, de respirateurs, de kits de détection,…

      +73

    Alerter
    • Chris // 31.03.2020 à 21h28

      31 mars 2020 – Les prescriptions d’hydroxychloroquine triplent pendant la nuit après l’approbation de la FDA
      https://www.zerohedge.com/geopolitical/hydroxychloroquine-demand-triples-overnight-following-fda-approval
      La FDA a approuvé lundi un plan de l’administration Trump visant à distribuer des millions de doses de médicaments antipaludiques aux hôpitaux du pays lundi, affirmant qu’il vaut le risque d’essayer des traitements non éprouvés pour essayer de ralentir la progression de la maladie.
      Le confinement n’est qu’un palliatif, pour tenter de compenser l’impréparation totale de l’Occident à une pandémie qu’il pensait jusque-là réservé à l’Asie (grippe aviaire, puis porcine, re-aviaire…) et Orient (MERS). A noter que les épidémies aviaires et porcines ont fait la bonheur des fournisseurs occidentaux (surtout US) qui suppléèrent à la rupture de cette chaine alimentaire.
      Seul le dépistage systématique permettant de faire un tri entre les sujets infectés et sains et bien sûr les thérapies adéquates est réellement efficace, tant en terme sanitaire qu’économique.
      Sauf que nous avons les mains vides…

        +2

      Alerter
  • vic29 // 31.03.2020 à 08h16

    Bonjour
    Quand le pouvoir perd pied il lâche les chiens qui n’ont aucune honte à diffamer, insulter toutes personnes qui ose relever la tête. Comme cohn bandit qui demande texto sur un plateau télé a monsieur raoult de :
     » fermer sa gueule »
    Le pouvoir vacille les chiens deviennent fous

      +56

    Alerter
    • sergeat // 31.03.2020 à 08h55

      outre Cohn-Bendit écoutez les inénarrables Barbier,Quatremer,Patrick Cohen,…..les » médecins « médiatiques Cimes,Ichou…..Griveau nous manque….Quand tous ces propagandistes vont être mis au chômage éternel ?

        +40

      Alerter
      • Christian Bernard // 31.03.2020 à 09h55

        Jamais, c’est comme un assaut d’infanterie : éliminez le premier rang, un deuxième rang se présente.. ad nauseam.

          +15

        Alerter
        • sergeat // 31.03.2020 à 11h12

          Je pense que vous vous trompez,un grand coup de pied dans le c.l,va être reçu par TOUTES nos institutions:médiatique,politique,économique,sociologique,…….de la part de NOTRE peuple.

            +3

          Alerter
          • Narm // 31.03.2020 à 13h22

            et le père Noël, vous y croyez ?

            cimes est un bon docteur sympa, le hero préféré des francs ces.
            jamais cela ne sera remis en question

            vou vous souvenez de la ré volution ?
            une révolution, c’est un tour et on recommence. De manière différente, peut-être?

              +3

            Alerter
      • Czerny // 01.04.2020 à 17h55

        Toute la clique que vous citez aura du mal à se balader tranquillement dans les rues de Paris ,une fois passé ce tsunami infectieux .

          +1

        Alerter
    • Dray // 31.03.2020 à 09h43

      Je n’ai jamais compris pourquoi les chaînes de télé invitent un tel idiot ,un pédophile, un trublions qui ne connaît
      moins bien Mai &Juin 68 qu’il le fait croire, Il est regrettable qu’un Cohen BENDIT parle de Mai &Juin 68 alors que les ouvriers ont étés représentés par les syndicats CGT et autres ! Aux négociations de GRENELLE, que les conquis sociaux sont les luttes des ouvriers, et techniciens, et que Cohen BENDIT n’est qu’un maillon des manifestants estudiantines plus semeur de trouble que tout le reste .alors messieurs les journaleux un peu de bon sens la 4 ieme semaine de congés payés ,le maintien de la sécurité SOCIALE, laugmentation du SMIG, 35% plus laugmentation des salaires et du taux horaire 15 % plus la reconnaissance du droit syndicale dans l’entreprise ! Mais vous avez le chic dinviter nimporte qui depuis toujours ,cest encore le cas aujourd’hui avec le Coronavirus car force est de constater que ce n’est pas avec un dentiste ou un kiné que vous pourrez parlez virologie

        +10

      Alerter
  • Malbrough // 31.03.2020 à 08h21

    Et en même temps il y a ces coupures de plages publicitaires qui semblent totalement déconnectées .
    Certains diront : « faut que tout le monde vive » mais là on a atteint Kafka .

      +12

    Alerter
    • sergeat // 31.03.2020 à 09h03

      Comme vous je n’ai toujours pas compris,surtout que notre chef suprême a dit qu’on est « en guerre. »

        +2

      Alerter
  • Bats0 // 31.03.2020 à 08h25

    C’est le cas de dire « Comme en 14 ». On envoie les soignants au casse-pipe, alors que ces derniers préviennent depuis des mois qu’ils manquent de moyens et conditions de travail (je sais de quoi ils parlent, j’ai été entre leurs mains il y a peu, et dans les mêmes services : pneumologie; et déjà, je pouvais constater que ce service (l’hiver 2017-18) été déjà saturé).
    Et aujourd’hui, on leur rajoute le manque de protection, tel le gel, les masques, et autres moyens de protection conventionnels dans de telles situations.
    Il y a un siècle c’était le commandement militaire qui donnait les directives pour aller « au combat » coûte que coûte, aujourd’hui ce sont les communiquant qui se charge de la besogne.
    Prenez soins de vous et courage. Merci au soignants.

      +25

    Alerter
    • Narm // 31.03.2020 à 13h25

      n’avez vous pas remarqué que l’hopital privé est préservé.

      Pour achever le public et repartir ensuite sur les structures privées

        +4

      Alerter
  • catherine // 31.03.2020 à 08h40

    Il y en a une autre qui n’est pas mal et qui qui assène des vérités sur un ton doucereux mais important et ferme. .

    Jusqu’à prétendre qu’il fallait dans un couple se méfier de la brosse à dent de l’autre et qu’il ne fallait pas que ces brosses à dent se touchent (chercher l’erreur).

    Ce n’est pas que ce gens là existent qui me dérange c’est qu’ils sont parole d’Évangile pour beaucoup.

      +10

    Alerter
  • calal // 31.03.2020 à 08h44

    On sait que ces experts sont payes pour « mentir quand ca devient serieux ». L’orchestre du titanic jouait pendant que le bateau coulait et que les plus « connectes » embarquaient sur les rares canots de sauvetage. Les couillons sous le pont,entendant la musique, se disaient que c’est surement pas grave puisque la musique continue de jouer.

    C’est un peu comme le cas Sibeth nDyaie, la porte parole du gouvernement. Je l’aimais bien Sibeth avant. Porte parole du gouvernement,fille de …., je savais qu’il ne fallait pas l’ecouter,comme tous ceux qui occupent ce poste. Mais elle m’apportait de la joie et un sourire avec ses tenues colorees et sa coiffure afro. Maintenant,avec son relookage « classe a la francaise », elle est toujours aussi inutile mais elle est aussi triste que ses predecesseurs…

      +3

    Alerter
    • Kasper // 31.03.2020 à 09h37

      Sibeth Ndiaye a cessé de me faire rire, même jaune. Dans le but de minimiser la faute du gvt dans la gestion de l’épidémie, elle s’est répandue en fausses nouvelles: prétendre que les masques ne servent à rien, que pour se transmettre le virus il faut rester au moins 15 minutes à moins d’un mètre l’un de l’autre…

      Prétendre que les masques ne servent à rien c’est comme prétendre que les préservatifs ne servent à rien contre les MST, c’est criminel.

      Je ne sais pas bien s’il y a encore des gens qui l’écoutent, mais à la louche elle a bien du déjà causer la mort d’au moins une personne…

      Avant ca elle ne méritait que le mépris, maintenant elle mérite la prison.

        +27

      Alerter
      • Owen // 31.03.2020 à 10h27

        Je serais bien triste si elle quittait le gouvernement, alors qu’elle est très utile: à chaque fois qu’elle parle, 300000 personnes de plus attendent la fin de l’épidémie pour aller chercher Macron.

          +10

        Alerter
      • Karim Wilmotte // 31.03.2020 à 10h51

        Ha, c’est parce qu’il faut 15′ à moins d’un mètre que la France est confinée ?
        Logique.

          +1

        Alerter
      • Chris // 31.03.2020 à 21h34

        Sibeht n’est pas la seule allumée de la com.
        Voyez Pelosi qui, début février, encourageait ses concitoyens à entrer dans les quartiers chinois pour donner l’accolade -et plus si affinités- afin de leur démontrer leur solidarité.
        Ces bobos sont tt d’abord des fêlés du bocal, qui arrivent même à croire en leurs contes de fées.

          +3

        Alerter
        • eric51454 // 02.04.2020 à 17h25

          Ça alors…..jusque là🤔🤔
          Les libéraux de gauche sont à l’ouest et perturbés de partout.🤔🤔

            +0

          Alerter
  • Pie vert // 31.03.2020 à 08h52

    Le plus triste dans tous ça, c’est de penser que rien ne changera et qu’ils seront encore là dans 6 mois.

      +33

    Alerter
  • moshedayan // 31.03.2020 à 09h23

    Effectivement, je crois qu’en France, vous avez un réel problème avec vos Grands Médias , en Slovaquie, l’information est contrôlée par 2 règles -soit rien n’est dit, soit c’est un strict minimum – probablement c’est culturel ou un reste du socialisme.
    Pourquoi je dis cela, parce en prenant ma chicorée j’ai entendu sur mon smartphone RTL et ensuite je viens de vérifier : toujours votre cher Y. Calvi a invité lune épidémiologiste Catherine Hill et elle a annoncé pour votre pays plus de 60 000 morts ! bilan total du Covid 19 à prévoir…
    Enfin , cette experte a fustigé votre peuple et à l’entendre, tous les Français devraient rester complètement confinés, sans bouger pendant des semaines et arrêter toutes les activités.
    En disant cela, elle a parlé des marchés publiques de légumes et on pensait même qu’elle voulait fermer les magasins d’alimentation. Incroyable non !!!
    Vous avez des cinglés ou des ayatollahs du confinement dans votre pays.
    Le confinement n’est pas une solution au-delà de 3-4 semaines si c’est plus les conséquences pour un pays seront très lourdes. Seuls les tests, les masques et de l’éducation prophylactique sont la solution. Je persiste et signe. (Taïwan l’a prouvé)

      +32

    Alerter
    • Narm // 31.03.2020 à 13h35

      exacte, comme l’a dit Raoult , test , masque pour tous et mise en retrait des atteints
      les coréens sont à la pointe. https://youtu.be/gAk7aX5hksU?t=640

      sinon, Catherine se plante un peu…. pour un simple idiot comme moi, elle prend comme exemple le bateau confiné….
      ses calculs sont donc automatiquement maximisé. ( 3x à 6x plus ? )

        +2

      Alerter
      • catherine // 31.03.2020 à 14h36

        J’ai rien dit moi 🙁 !!??

        J’ai jamais parlé de bateau ???

          +2

        Alerter
        • Narm // 03.04.2020 à 15h58

          moshedayan // 31.03.2020 à 09h23
          catherine hill

            +0

          Alerter
      • BayBee // 31.03.2020 à 18h28

        Je comprends pas, il a dit quoi Raoult ?

          +0

        Alerter
  • Jean Paul B. // 31.03.2020 à 10h14

    Réponse groupée à Michel Cymès médecin de plateau TV et à Olivier Berruyer pour ses articles à charge (pourquoi?) contre le Professeur Raoult, médecin-chercheur toujours en exercice dans un centre de recherches et de soins.
    Bonne lecture.
    https://www.legrandsoir.info/savoir-et-prevoir-premiere-chronologie-de-l-emergence-du-covid-19.html

      +8

    Alerter
    • Narm // 31.03.2020 à 13h39

      excellente lecture. On se demande à quoi servent nos spécialistes

        +1

      Alerter
  • Arcousan09 // 31.03.2020 à 10h50

    Le bal des faux-culs soigneusement formatés par le pouvoir pour entretenir soigneusement la psychose qui permet à Jupiter de régner par la terreur.
    Je n’écoute plus de radio ni télé depuis le début de cette manipulation de cervelles.

      +6

    Alerter
  • rolland // 31.03.2020 à 10h56

    Ces inversions sans fin, qu’elles concernent les informations et la réalité des faits, qu’elles concernent les valeurs, la morale, la justice, le sens des mots, la légitimité, le mérite, la promotion, la santé physique, la santé psychique, le bien-être du vivant, la vertu, les besoins naturels, la liberté, la gratitude, le bon sens……..ne sont que plus d’indicateurs annonçant un effondrement civilisationnel.
    L’ancien monde s’effondre.
    Vive le nouveau monde : Celui de qui verra la préservation et le bien-être du vivant devenir la priorité des priorités de nos prochaines politiques, qui j’espère seront ancrées sur la base de la responsabilité individuelle promouvant et permettant à chacun une liberté digne de ce nom pour un vivre ensemble respectueux et bénéfique pour tous.

      +3

    Alerter
  • Berrio // 31.03.2020 à 11h20

    https://minefi.hosting.augure.com/Augure_Minefi/r/ContenuEnLigne/Download?id=5CC60A10-408A-45B8-B86D-B6AB205C3B20&filename=119%20-%20Coronavirus%20-%20mobilisation%20des%20acteurs%20d%27internet%20.pdf

    Avant même de s’occuper a commander des masques, le gouvernement organisait sa campagne de censu…, je veux dire de communication
    Communiqué du 28/02

      +4

    Alerter
  • Lohr64 // 31.03.2020 à 11h42

    Pour vous remonter le moral:
    Trump vient d’annoncer que le secteur privé vient de faire un don de millions de doses de hydroxychloroquine.
    Vu le nombre de cas positif ici, on devrait être fixé assez vite quand a l’efficacité du protocole.
    Il a également forcé le CDC a accélérer l’homologation des masques fabriques aux USA.
    Il fait tomber les barrières administratives pour gagner un temps précieux.

    J’ai quelques copains en France, l’un deux m’a confié qu’il commencé un stock de tondeuses qui devrait se montrer utile a la sortie de crise….

      +6

    Alerter
  • Sybillin // 31.03.2020 à 11h51

    La télé c’est de la pollution au même titre que les particules fines . Au lieu d’attaquer les poumons elle attaque le cerveau. La télé c’est la grande lessive qui abolit tout esprit critique et formate la pensée et les comportements pour les rendre conformes à la doxa des décideurs (dans notre intérêt bien entendu!).
    Il y a plusieurs manières de travestir les faits : inventer une fake News ( très vilain mais vite démasqué) ne donner qu’une partie des éléments (celle qui va dans le sens de ce que l’on veut démontrer ) , sortir un fait de son contexte (phrase isolée qui ne reflète pas la pensée de l’auteur par exemple) et qui ne permet pas de comprendre la signification réelle de ce qui se passe…et bien d’autres encore. Certains sont fins dans la manipulation de l’info et d’autres plus grossiers… Sans être parano il faut être toujours méfiant surtout sans débat contradictoire équilibre.
    Quand aux experts du PAF type Cymes ils doivent faire preuve de prudence et adhérer à la doxa ambiante sinon eux aussi privés de télé ! Ils suivent la ligne qu’on leur a fixé et s’y soumettent allègrement. Si le professeur Raoult fait tâche dans le tableau c’est parce qu’il ose être indépendant. Le politiquement correct cela existe aussi en science et c’est le meilleur moyen de stériliser le progrès.

      +10

    Alerter
  • pseudo // 31.03.2020 à 11h56

    > Juliette Richard ne s’exprimera environ que trois minutes

    trois minutes qui comptaient pour elle. trois minute de repos supplémentaire sur une journée qui ne compte que 24 heures face à une épidémie qui réduit le temps au grès de sa vague exponentielle. Trois minutes où les français pouvaient tous ensemble recevoir et intégrer les informations du front nécessaire à la prise de décision éclairée. trois minutes, brève et vitale telle une bouffée d’oxygène pour se libérer des émanations pestilentielle de l’information continu d’un monde qui pourrit à l’air libre. trois minutes où les idiots n’ont pas manqués une occasion de se taire. trois minutes qu’ils ont dépensé à brasser du vent pendant qu’on crève de manquer d’air.

      +8

    Alerter
  • new bri // 31.03.2020 à 12h03

    Hier le journal de la 1 était plus critique que celui de la 2 ; ça en dit long sur l’objectivité de la nouvelle pravda.

    idem plus de france culture ! Guillaune ERNER pas assez docile ?

      +0

    Alerter
    • Ellilou // 31.03.2020 à 13h31

      Quant à la docilité de Guillaume Erner, elle n’est plus à prouver sinon il ne travaillerait pas là où il est 😉

        +0

      Alerter
    • Berrio // 31.03.2020 à 16h26

      Erner revient demain matin. Invité principal le médecin ambassadeur romancier JC Rufin. L’affrontement de deux brosses à reluire. Je suis certain de rater ça.
      Pour l’instant, le mieux c’est France Musique. Pas d’infos…

        +0

      Alerter
  • Vincent P. // 31.03.2020 à 14h45

    En ce qu’il gouverne la pensée de très nombreux français par son temps d’exposition et sa carte d’immunité médiatique, je renvoie M. Cymes au qualificatif employé dernièrement par M. Lordon à propos de ceux qui nous gouvernent.
    Et je vous prie de croire que c’est une forme sévère d’auto-modération !

      +2

    Alerter
  • Clode // 31.03.2020 à 16h39

    Michel Cymes, c’est :  » Expliquez moi ce dont vous avez besoin, ( masques, tests…) et je vous dirai comment vous en passer puisque c’est inutile. »
    Il va bientôt revenir en habits de superman après s’être mis au niveau des infirmières pour prodiguer des soins infirmiers.
    Comme il le dit si bien, les infirmières seront rassurées par sa présence…
    Comme quoi on a tous ou plutôt toutes besoin d’un Cymes chez soi

      +1

    Alerter
  • incognito // 31.03.2020 à 16h41

    Il y a des gens qui parlent avec leurs tripes, leur connaissance et leur expérience des faits.
    D’autres parlent avec une petite voix intérieure ‘Quelle est le discours le plus adapté pour plaire au pouvoir présent, afin que continue à tomber monnaie sonnante et trébuchante’. Ce bon docteur appartient indubitablement à cette seconde catégorie.

      +2

    Alerter
  • marc // 31.03.2020 à 18h28

    Michel Cymes avait raison de dire qu’il ne fallait pas paniquer, d’ailleurs Raoult le disait aussi n’est-ce pas…
    rappelons qu’on n’est pas obligé de boire les paroles médiatiques toujours tellement uniformes…
    de nombreux scientifiques essaient de dire que c’est pas si grave mais ils ne sont pas entendus…
    https://off-guardian.org/2020/03/24/12-experts-questioning-the-coronavirus-panic/
    tout ça semble correspondre à la définition de l’hystérie collective

      +0

    Alerter
  • Frexit // 31.03.2020 à 18h34

    J’ai un certain âge, un âge certain même.
    Quand nous étions jeunes, nos parents nous emmenaient au cirque. Et on riait aux numéros de clown. Et quand nous avions grandi, nous allions au café-théâtre voir un spectacle de chansonniers qui brocardaient les travers des politiques.
    Aujourd’hui, il suffit d’allumer la télé. Et c’est le spectacle permanent. Si on prend nos politiques, nos experts, nos communicants, nos présentateurs au second degré, on a du mal à réprimer un fou-rire. Ils sont pires que leurs caricatures. On n’a plus besoin d’humoristes.
    Mais voila; on les voit maintenant sur des sujets dramatiques. Et ce n’est plus le fou-rire qu’il faut réprimer mais la colère…

      +3

    Alerter
  • Myrkur34 // 01.04.2020 à 10h37

    Interview de Didier Raoult sur Radio Classique ce matin où il remet les choses et les journalistes à leur place.

    https://www.radioclassique.fr/radio/emissions/matinale-de-radio-classique/esprits-libres/

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications