Les Crises Les Crises
22.mai.201722.5.2017 // Les Crises

États-Unis : des innocents exécutés à cause de tests ADN du FBI erronés

Merci 35
J'envoie

Source : RTL, AFP, 20/04/2015

FBI (illustration)
Crédit : MANDEL NGAN / AFP

Le FBI fait son mea culpa. Le service de renseignement américain reconnaît des manquements par le passé dans ses analyses scientifiques, qui ont conduit à condamner à mort et faire exécuter plusieurs prisonniers. Il a publié dimanche 19 avril un communiqué, en réponse à un rapport de l’Inspection générale (OIG).

Selon ce document publié en juillet, 60 prisonniers auraient été condamnés à mort aux États-Unis à cause d’analyses scientifiques erronées et de témoignages douteux. Trois d’entre eux ont été exécutés. Les autres ont passé des années dans le couloir de la mort pour rien.

Des analyses plus précises

La police fédérale admet des “erreurs de scientifiques du FBI dans l’analyse de cheveux au microscope ou de rapports de laboratoires” dans des affaires criminelles.

Cela “n’arrive plus et le FBI emploie désormais les analyses ADN mitochondrial (transmis par la mère) des cheveux en plus des analyses au microscope”, selon un communiqué conjoint du ministère de la Justice et du FBI.

“Le ministère et le FBI s’engagent à s’assurer de la véracité des futures analyses de cheveux ainsi que de l’application de la plus grande rigueur dans les analyses criminelles” et déploient “des moyens considérables” à cette fin. Désormais, “le ministère et le FBI s’engagent à s’assurer que les prisonniers concernés soient notifiés des erreurs passées et que justice soit rendue dans chaque cas”.

27 ans de prison pour rien

L’un des trois prisonniers, exécuté au Texas en 1997, n’aurait pas encouru la peine capitale sans les éléments à charge défectueux.

Un autre détenu a été innocenté 27 ans après sa condamnation. Au moins cinq autres verdicts ont été annulés, après que les “analyses erronées et les témoignages scientifiquement intenables” d’un analyste du FBI ont été mis au jour.

Des affaires traitées à la légère

Dans ses recommandations au ministère de la Justice, l’OIG dresse la liste des condamnés dont les dossiers doivent être réexaminés. Leurs cas ont été revus par des scientifiques indépendants et posent question. L’institution demande donc aux autorités de revoir les pièces à conviction et de “prendre des mesures immédiates pour s’assurer que ces accusés soient bien alertés que leur peine a pu être entachée par des analyses et des témoignages peu fiables”.

En 1997, un premier rapport de l’OIG avait pointé des irrégularités graves commises dans des enquêtes judiciaires par treize analystes dulaboratoire du FBI à Quantico, en Virginie.

Mais 17 ans plus tard, le même OIG accuse le FBI de ne pas en avoir tiré les leçons et d’avoir traité à la légère les affaires de peine de mort dans les huit années qui ont suivi. Les autorités locales, la défense ou l’accusation n’ont pas été alertés, et trois hommes ont été exécutés, faute de réexamen de leur dossier.

Source : RTL, AFP, 20/04/2015

Voir aussi : FBI Testimony on Microscopic Hair Analysis Contained Errors in at Least 90 Percent of Cases in Ongoing Review

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Toff de Aix // 22.05.2017 à 07h41

Voilà pour les partisans du rétablissement de la peine de mort, Y COMPRIS pour les crimes les plus terribles. Je ne souhaite à personne d’être accusé à tort, une fois que le broyeur judiciaire est en marche, c’est pratiquement impossible, si vous n’avez pas les moyens de vous payer un ténor du barreau, de vous en sortir indemne. A voir, le terrible documentaire sur la question aux USA “the 13th”

Mais…Et chez nous ?

Outreau…

Combien de vies brisées ? Certes, l’erreur est humaine, mais qu’en est il des responsabilités ?

Un justiciable lambda doit toujours répondre de ses actes, en théorie nous sommes tous “egaux”. Dans le cas de ceux qui commettent les erreurs, et qui s’en tirent… Le juge Burgaud, par exemple, peu inquiété et confortablement recasé après cette abomination que fut Outreau.

Et ne parlons pas des inégalités de traitement : quand je vois la différence de peine entre une christine Lagarde (reconnue coupable mais pas condamnée “pour services rendus au niveau international”) et ce pauvre gars attrapé avec 20 centimes(!) d’euros volés sans effraction dans une voiture, et qui a pris un mois ferme (!!), au motif que” s’il y avait eu un billet de 100 euros, il l’aurait pris”….

Un monde sans justice est un monde en sursis.

18 réactions et commentaires

  • BEOTIEN // 22.05.2017 à 00h48

    Sûr à 99,99999 % ils nous disaient et nous disent encore ! On est décidément jamais assez parano avec qui prétendent savoir et décider pour nous.

      +21

    Alerter
    • Haricophile // 23.05.2017 à 09h21

      « Dans tout système parfait, il y a toujours des imbéciles pour se croire plus fort que les preuves scientifiques »

      Quelque soit le système “sûr à 99,99999%” il y a des failles qui ne sont pas forcément dues aux système lui même, mais à son implémentation ou à son utilisation par des imbéciles.

      De toute manière la société américaine est très entachée de convictions d’origines religieuses comme le prédéterminisme et une l’obsession de relation de cause à effet très “mécanisé” cf. les séries policières/avocat USA regardées avec un sens un peu critique, ou la perversité incroyable de la complexité de la mise au point du système de mise à mort par injection.

      Inversement si « j’ai réussi dans la vie », « Dieu n’aurait pas laissé faire si j’étais mauvais », donc « je suis bon et béni par Dieu » puisque j’ai gagné une compétition ou je me suis enrichi comme un porc. Après on se demande pourquoi il y en a qui se croient des êtres supérieurs…

        +0

      Alerter
  • DocteurGrosDois // 22.05.2017 à 02h32

    En dehors du FBI, il y a le cas récent d’Annie Dookhan, une chimiste experte judiciaire qui a volontairement falsifié plus de 34000 tests de dépistage de drogues, ce qui a conduit a presque autant de condamnations injustifiées. 21000 de ces condamnations ont été annulées le mois dernier.

    Mais j’imagine que la France n’est pas en reste. Il y a eu des cas d’experts avec de faux diplômes, des experts diplômés mais incompétents, des conflits d’intérêt… Il suffit de regarder “Faites Entrer l’Accusé” pour voir que les experts contribuent parfois à faire déraper une affaire.

      +27

    Alerter
    • Lehay elisabeth // 22.05.2017 à 09h06

      Tant que le système judiciaire sera corrompu dans son noyau par la présence d’un expert toujours inscrit sur la liste des experts orthopédistes de la cour de cassation française alors qu’il lui est interdit à vie d’excercer en Angleterre en cause ses multiples mutilations chirurgicales, tant qu’un autre expert orthopédiste étalera (publiquement constatée) sa désaprobation de la judiciarisation de la médecine et que les chirurgiens à cause de cette judiciarisation se heurtent à l’éthique médicale,celle-là même qui impose les règles de bonne pratique et de bonne conduite,( ce qui expliquent que 90% des contre-expertises concordent avec l’expertise première), tant que les avocats s’en tiendront à l’habitude des juges de donner raison à 2 expertises concordantes malgré les falsifications (tellement )grossières du dossier médical ,aucune victime de la chirurgie n’obtiendra en France réparation et les chirurgiens maladroits,mercantiles,fautifs,sans AUCUNE conscience professionnelle continueront de mutiler sans crainte.

        +5

      Alerter
  • J // 22.05.2017 à 04h30

    L’aveuglement et l’acharnement judiciaires existent aussi en France. On le sait quand ça finit par percer suite à des circonstances particulières, voir affaire Dils-Heaulme (qui vient justement d’être rejugée) http://daruc.pagesperso-orange.fr/divers/dils.htm

      +6

    Alerter
  • PatrickLuder // 22.05.2017 à 05h38

    De toute manière, la justice ne cherche pas la justice, elle suit juste des lois avec des apports de dossiers souvent fallacieux ou incomplets … Et si un avocat ne fait pas bien son travail, tant pis pour celui qu’il est sensé défendre … Et si un criminel a les moyens d’avoir un avocat hyperdoué, la justice suit le cours du dossier le mieux monté.

      +9

    Alerter
    • Haricophile // 23.05.2017 à 09h36

      Certains diraient qu’avec la police, elle est avant tout l’instrument de la normalisation sociale, celle de “l’ordre” et de la “paix sociale” selon et à l’usage de la minorité dirigeante sous des prétextes moraux ou charitables. Elle a un rôle à jouer de fait pour l’ensemble de la société, mais c’est avant tout pour maintenir cette “paix sociale” et pour faire oublier son rôle premier : Beaucoup de ses “dysfonctionnements” s’expliquent très très bien depuis ce point de vue.

      En tout cas, c’est un point de vue à ne pas négliger si on veut avoir l’espoir d’améliorer les choses plutôt que d’entrer en stupéfaction quand ça ne marche pas dans l’optique “la justice est neutre et indépendante et s’applique à tous les citoyens de manière égalitaire sans discrimination de race, de religion, de rang ou de richesse”.

        +1

      Alerter
  • Silk // 22.05.2017 à 07h15

    Oups. désolé on s’était trompé ..,
    Bon c’est pas la 1ère fois que les USA font des erreurs “tragiques”.
    Mais qu’on se rassure :
    “Le ministère et le FBI s’engagent à s’assurer de la véracité des futures analyses de cheveux ainsi que de l’application de la plus grande rigueur dans les analyses criminelles”.
    Ça veut dire qu’avant, le ministère et le FBI ne s’engageait pas à s’assurer de la véracité des analyses et n’étaient pas rigoureux dans les analyses criminelles ?

      +7

    Alerter
  • Toff de Aix // 22.05.2017 à 07h41

    Voilà pour les partisans du rétablissement de la peine de mort, Y COMPRIS pour les crimes les plus terribles. Je ne souhaite à personne d’être accusé à tort, une fois que le broyeur judiciaire est en marche, c’est pratiquement impossible, si vous n’avez pas les moyens de vous payer un ténor du barreau, de vous en sortir indemne. A voir, le terrible documentaire sur la question aux USA “the 13th”

    Mais…Et chez nous ?

    Outreau…

    Combien de vies brisées ? Certes, l’erreur est humaine, mais qu’en est il des responsabilités ?

    Un justiciable lambda doit toujours répondre de ses actes, en théorie nous sommes tous “egaux”. Dans le cas de ceux qui commettent les erreurs, et qui s’en tirent… Le juge Burgaud, par exemple, peu inquiété et confortablement recasé après cette abomination que fut Outreau.

    Et ne parlons pas des inégalités de traitement : quand je vois la différence de peine entre une christine Lagarde (reconnue coupable mais pas condamnée “pour services rendus au niveau international”) et ce pauvre gars attrapé avec 20 centimes(!) d’euros volés sans effraction dans une voiture, et qui a pris un mois ferme (!!), au motif que” s’il y avait eu un billet de 100 euros, il l’aurait pris”….

    Un monde sans justice est un monde en sursis.

      +30

    Alerter
    • Vince // 22.05.2017 à 09h46

      Combien de vies brisées à Outreau ?

      Celles des 12 enfants reconnus victimes pour commencer, qui eux, n’ont pas changé leur version des faits au fil des années.

      Cet exemple que vous donnez est particulièrement malsain je trouve.

      http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/02/27/26520901.html

        +6

      Alerter
    • Chalamov // 22.05.2017 à 20h58

      Je confirme la légereté du propos sur Outreau.
      Il est indispensable de visionner le film de Serge Garde “Outreau, l’autre vérité”, librement accessible sur internet, avant de juger de cette affaire. Nous avons collectivement été manipulé à un degré qui va vous stupéfier.

        +1

      Alerter
      • Toff de Aix // 23.05.2017 à 13h14

        ,En quoi le fait que je pointe les erreurs judiciaires sur la procédure d’outreau, fait de mon commentaire une justification, où une négation du statut de victimes des 12 enfants ? Certes je n’en ai pas parlé, et alors, cela veut-il dire que je cautionne ?

        Arrêtez vos ridicules procès d’intention : je voulais pointer UNIQUEMENT la catastrophique procédure ayant mené à Outreau, et à cette tragédie qui a vu des innocents condamnés, et se suicider en prison après une procédure pour le moins légère (pour le coup, là oui) et une instruction complètement bâclée et à charge, niant le droit des accusés à se faire entendre et à se défendre convenablement. Un enchaînement de légèretés et de fautes professionnelles qui ont détruit des vies, et dont les principaux coupables n’ont pas eu à rendre compte…

        Avec pour seules excuses celles du parquet et de chirac.

        Les droits des douze enfants victimes d’actes de pédophilie ont été reconnus, et c’est tant mieux (voilà, vous me l’avez fait dire vous êtes satisfaits ?)
        Qu’il y ait eu des manipulations et enfumages c’est indéniable :cela attenue-t-il pour autant l’irréparable, le suicide de gens comme vous et moi, qui ont passé des mois à clamer leur innocence et auxquels on a refusé toute parole ?

        Et le recasage de burgaud, et les seules excuses, ne seraient elles que celles du président, ne changeront rien au fait que des innocents sont morts par la faute de l’état et d’un juge sourd, muet et aveugle.

          +2

        Alerter
  • RGT // 22.05.2017 à 09h07

    “Selon que vous serez puissant ou misérable, – Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.”

    Fables (1668 à 1694), Livre septième, I, les Animaux malades de la peste de Jean de La Fontaine

    En quatre siècles les choses n’ont pas beaucoup changé, la seule différence concerne les “preuves” qui désormais sont “scientifiques”.

    Et entre les “preuves” et le jugement il y a toute une pléthore d’humains pour qui lesdites “preuves” serviront de justification à leurs opinions pré-établies ou qui seront “rejetées” pour cause de doute.

    Il n’est pas nécessaire de préciser les cas pour lesquels ces “preuves” seront ou non utilisées, les médias se chargeront d’influencer la plèbe sur LEUR vérité.

      +5

    Alerter
    • RGT // 22.05.2017 à 09h15

      Je trouve que la peine de mort est la pire abomination que puisse commettre un système judiciaire digne de ce nom.

      Par contre, les peines de “substitution” sont sans aucun doute tout aussi ignobles en cas d’erreur judiciaire car l’innocent se verra privé de liberté, tous ses biens devront être “liquidés” car il n’aura plus les moyens de pouvoir les conserver, et son acquittement qui viendra bien plus tard : on glisse sous le tapis et on évite les vagues.

      Et quand enfin la vérité surgit (si jamais le condamné est encore vivant après 10 à 30 ans d’emprisonnement) il se retrouve avec une “obole” qui lui permet juste de se payer un café à la sortie du tribunal, son “indemnisation” étant la simple reconnaissance de son innocence.

      Une VRAIE justice devrait permettre que les victimes innocentes de jugement bâclés puissent se retourner contre les responsables HUMAINS (enquêteurs, “experts”, juges, procureurs, médias, etc…) qui par leurs actes les ont mis dans cette situation, et obtenir une indemnisation correspondant à ce qu’ils ont perdu ET à ce qu’ils auraient gagné pendant ces années gâchées.

      Seulement voilà, “responsables mais pas coupables”…
      En attendant les responsables continuent d’être rémunérés malgré leurs erreurs terrifiantes.

        +8

      Alerter
  • woiliwoilou // 22.05.2017 à 11h51

    et on ose encore dire que ce pays est un ami…
    imaginez ce qu’on aurait dit sur la Russie dans de pareils circonstances…

      +8

    Alerter
  • PaleFace // 22.05.2017 à 13h51

    Quand on privatise l’univers carcéral, ça devient un business.
    Un business a besoin d’être certain volume pour être viable.

    A quand l’application de ce modèle en France, que l’on puisse nous aussi remercier le merveilleux monde néolibéral.

      +5

    Alerter
  • Jules Vallés // 22.05.2017 à 15h00

    Pas grave… Ils vont s’excuser, et sans rancune… Comme d’hab, il faut faire confiance aux décideurs, car eux ils savent, alors que nous les crétins décérébrés…. nous en sommes bêtement restés au Titanic, Malapasset,Tchernobyl, la navette columbia, le Concorde, Fukushima et toutes ses preuves de l’infaillibilité humaine!

      +1

    Alerter
  • Lysbeth Levy // 22.05.2017 à 15h07

    Déjà les Usa sont le pays ou les prisons ont le plus de “monde”, étant donné aussi la privatisation des prisons, devenu un “marché” et pour les remplir rien de tels que les plus discriminés dans cette société inégalitaire, ancien “pays d’apparteid”. ALors pour la peine de mort toujours en vigueur dans certains états du sud surtout, la privatisation du système et la “décomposition” de ce même système l’argent “faisant défaut” sur les enquêtes, il y a des dérives forcément. La justice là-bas est encore moins équitable que chez nous selon que vous ayez les moyens ou pas,Se sont les plus pauvres qui paient le prix “des erreurs du système”..Et les noirs ou hispaniques plus que les blancs car la hiérarchie “sociale-raciale” existe encore hélas. C’est dans les années 80 que tout a dérapé sous Reagan j’ai un livre qui date de cette époque et déjà il décrit le phénomène “d’injustice” totale de la Justice et la prison selon la classe sociale ou la race, l’ethnie des mis en prison et de ceux punis par la peine de mort ..la Chine vient de publier un état des lieux sur les droits de l’homme aux Usa ! Bah oui les Usa toujours prompts a dénoncer les autres pays sur ce sujet sont eux mêmes souvent pire.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications