Les Crises Les Crises
19.juin.201919.6.2019 // Les Crises

Facebook crée une IA capable de copier la voix de n’importe qui

Merci 290
J'envoie

Source : Le Siècle Digital, Valentin Climino, 11-06-2019

Les équipes de chercheurs testent actuellement leur algorithme avec la voix de Bill Gates.

Un nouveau synthétiseur vocal, capable de copier la voix de n’importe qui au monde, vient de voir le jour. Ce petit bijou technologique est le fruit des équipes de recherche de la division IA de Facebook. Une machine appelée MelNet, qui ouvre le spectre d’une nouvelle ère des contenus audio.

Une technologie très pointue

Jusqu’à présent, le machine learning avait du mal à faire des prouesses sur le terrain de la synthèse vocale. Reproduire des modèles de parole réels est quelque chose de très compliqué, nécessitant une gigantesque base de données audio. Sean Vasquez et Mike Lewis, chercheurs chez Facebook AI, ont tenté une approche différente de celles testées précédemment.

Au lieu de se servir de formes d’ondes audio, les deux chercheurs ont utilisé des spectrogrammes pour former leur réseau de neurones profonds. L’avantage des spectrogrammes, c’est qu’ils enregistrent tout le spectre des fréquences audio et leur évolution dans le temps. L’information audio est bien plus dense et permet donc de se rapprocher d’un rythme et d’une intonation réels.

Ils précisent que : « ce système d’apprentissage permet à nos modèles de spectrogrammes de générer des échantillons de parole et de musique inconditionnels avec une constance de plusieurs secondes ». Les résultats sont impressionnants, MelNet est capable de reproduire la voix de n’importe qui. Différents tests avec la voix de Bill Gates ont été réalisés :

De nouvelles perspectives

Récemment, une équipe de recherche de l’Université du Zhejiang et le Fuxi AI Lab de NetEase, mettait au point un système très intéressant, qui permet de générer une animation faciale à partir d’une piste audio. Aujourd’hui avec l’invention de Facebook AI, la combinaison de ces deux intelligences artificielles pourrait nous emmener beaucoup plus loin.

Nous pourrions imaginer qu’une piste audio avec la voix de Bill Gates soit animée par son visage en mouvement. Ça, c’est pour le côté amusant. En revanche, avec une telle intelligence artificielle, de sombres scénarios sont aussi envisageables. Imaginez que des pirates soient en mesure de reproduire la voix de Donald Trump et de passer un appel téléphonique à Xi Jinping pour tenter d’envenimer un peu plus les relations entre les deux pays.

Source : Le Siècle Digital, Valentin Climino, 11-06-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Wakizashi // 19.06.2019 à 07h43

Les intelligences artificielles sont tout sauf intelligentes, ce sont juste des algorithmes pas plus intelligents qu’une pelle ou un rouleau de PQ. Cette appellation héritée du globish est un hymne à la novlangue à elle toute seule.

65 réactions et commentaires

  • Kallas // 19.06.2019 à 07h26

    Oui bon super, j’ai de la peine à comprendre en quoi ses recherches peuvent nous servir, à part + de manipulation (ohh un dirigeant mort qui continue à donner des ordres à la nation (genre Equilibrium)), sinon je ne vois pas d’utilité pour nous. En attendant : Confirmations/commandes vocales et procédés identiques = Poubelle !

      +12

    Alerter
  • Fabrice // 19.06.2019 à 07h31

    Que dire ils vont tuer l’image on pouvait déjà arranger en faveur ou défaveur un interview, un reportage donc rien de nouveau cela va inciter désormais encore plus pour s’informer à revenir à la lecture, à recouper les sources donc à faire un minimum de travail, si on se contente de gober tout ce que l’on voit rien ne changera, sans un minimum de sens critique on sera le dindon de la farce car les images n’ont jamais été fiables (Roumanie, Irak,…).

      +17

    Alerter
  • Calal // 19.06.2019 à 07h33

    Comment le droit et la justice peuvent suivre?

      +8

    Alerter
  • Wakizashi // 19.06.2019 à 07h43

    Les intelligences artificielles sont tout sauf intelligentes, ce sont juste des algorithmes pas plus intelligents qu’une pelle ou un rouleau de PQ. Cette appellation héritée du globish est un hymne à la novlangue à elle toute seule.

      +44

    Alerter
    • Pinouille // 19.06.2019 à 07h57

      “Les intelligences artificielles sont tout sauf intelligentes”
      C’était vrai.
      Ca l’est de moins en moins.
      Cela ne le sera plus.

        +7

      Alerter
      • Subotai // 19.06.2019 à 08h20

        Ça reste de la programmation dépendant d’une énergie artificielle fournie.
        Pour l’instant la seule machine intelligente capable à elle seule d’approvisionner son besoin d’énergie sur la planète c’est l’animal.

          +17

        Alerter
        • Bouddha Vert // 19.06.2019 à 14h17

          Les seuls êtres a être totalement indépendant sur la planète, hormis de notre soleil, sont les êtres autotrophes, c’est à dire les être assurant la photosynthèse: un peut de carbone (CO2), un peut d’énergie, le spectre solaire, et ensuite seulement les prédateurs peuvent enfin s’engager dans la ronde.
          Le terme “intelligence artificielle” n’est, à mon sens, pas trop mal choisi, l’artifice est en effet le nôtre!

          Quand à l’intelligence, sa définition n’étant pas très clairement définie… pourquoi pas.

          L’intelligence obéissant, si je ne me trompe, à une suite de circuits logiques pour arriver à une fin.

          Après, il existe le désir, l’envie, qui ne semble pour l’instant pas synthétisable.

            +3

          Alerter
      • RGT // 19.06.2019 à 08h21

        Pour l’instant les “IA” n’ont même pas atteint le niveau de conscience d’une simple bactérie.

        Ces “IA” sont basées sur un apprentissage profond (“deep learning”) de réseaux de “neurones” mais les modèles utilisés sont très éloignés de la réalité biologique.
        Encore faut-il préciser que le fonctionnement d’un seul neurone n’est toujours pas élucidé, alors comment les humains pourraient-ils “copier” le fonctionnement de systèmes qu’ils ne comprennent pas ?

        Les “avancées incroyables” de “l’intelligence artificielle” ne sont en fait que des bidouilles qui permettent de vaguement résoudre (à condition de ne pas regarder de trop près) des problèmes triviaux très simples avec des résultats qui dépassent rarement le seuil du hasard statistique.

        Et surtout, si l’on modifie juste un petit paramètre insignifiant qui serait négligé par une intelligence biologique (exception faite des énarques, des banquiers et des politiciens) ces modèles partent complètement en vrille (ils “voient” des poissons à la place de chatons par exemple).

        Et quand le “diagnostic” est correct, on ne sait jamais si résultat provient d’une analyse correcte, que le problème a été posé pour obtenir à coup sûr la “bonne réponse” ou qu’il s’agit d’un coup de bol.

        Pour l’instant, ceux qui “créent” ces “intelligences” ont surtout pour objectif un business model permettant de réaliser des profits faramineux en jouant sur la crédulité crasse de personnes qui ne rêvent quant à elles que d’augmenter leurs profits en remplaçant des humains “peu fiables” (et coûteux surtout) par des machines bien serviles.

          +14

        Alerter
        • Catalina // 19.06.2019 à 11h29

          et ils vont nous servir du olivoud en veux-tu en voilà avec des amours entre IA et humains pour faire rêver et humaniser leurs boites de conserves…..

            +6

          Alerter
        • Vladimir K // 19.06.2019 à 16h58

          En fait, ce qui nous sauve encore pour le moment, c’est que cet apprentissage est très gourmand en ressources, et que l’apprentissage d’un seul modèle (par exemple reconnaitre une voix) peut prendre des heures, voire des semaines

          Pour ces mêmes raisons cela prendra encore un peu de temps avant qu’une intelligence artificielle soit capable de faire plusieurs choses en même temps (à l’instar du cerveau humain qui peut reconnaitre une voix, une image, une odeur… le tout en même temps avec un apprentissage très rapide.

          En revanche, là où l’on peut s’inquiéter, c’est que certes ces technos n’atteindront pas le grand public rapidement (encore que…), elles seront en revanches accessibles aux plus fortunés, plus à même de s’en servir dans de sales affaires (trucage de vidéo-surveillance et autres preuves factices).

            +1

          Alerter
        • Nico // 22.06.2019 à 11h39

          Vous exagérez.
          Il n’y a rien de magique derrière le deep learning : il s’agit de résoudre une equation par approximation en étudiant un grand nombre de cas existant.

          Si j’ai un nombre suffisant de lignes de type :
          Parametre 1, Parametre 2… Parametre N => Resultat A

          Alors, par l’analyse de ces lignes, le deep learning peut connaitre le résultat avec une probabilité suffisamment élevée de succès (variant généralement de 90% ou +) quand on lui donne en entrée une autre combinaison de paramètres.

          Ces algos ne sont certes pas intelligents, mais il ne faut pas sous-estimer : ils savent résoudre des problèmes à N dimensions alors que le cerveau humain en est incapable.
          Quand vous dites que ca ne concerne que des problèmes triviaux”, c’est faux. Ces algos permettent de résoudre des problèmes que le cerveau humain est incapable de résoudre tellement ils ont de paramètres.

          Avec un nombre de données suffisantes et un “dataset” suffisamment conséquent, vous pouvez donc, avec ce type d’algo, prédire ou prévoir n’importe quoi.

          Pour donner un exemple, récemment, des chercheurs ont été capables de prédire des crises cardiaques par l’analyse de plus de 50 paramètres du corps humain, relevés sur une durée suffisamment longue. L’humain est parfaitement incapable de réaliser ça sans ces algos.
          Alors oui, il faut un nombre de données suffisant. Mais il n’y a fondamentalement pas de limite, et ce que permet ces algos, c’est simplement de pouvoir résoudre n’importe quel problème peu importe le nombre de paramètres, peu importe sa complexité.
          C’est ça l’avancée majeur !

            +2

          Alerter
          • vert-de-taire // 26.06.2019 à 07h29

            Oui c’est une recherche de prédiction SANS ANALYSE-SYNTHÈSE mais statistique.
            Le danger est la soumission à l’outil.
            On a vu comment nous avons accepté la soumission du politique à l”économie” comme science, on va voir comment évoluera ce nouveau “savoir” statistique versus notre libre-arbitre.

            Rappel : sous prétexte que tel phénomène économique est prouvé comme inefficace par la soit-disant science économique, il n’est donc pas utilisable par le politique.
            La fausse science s’impose au politique. Une vraie escroquerie socio-politique.
            Avec l’IA, ce genre de mode de prise de décision en matière de politique deviendra déterminant.

            Sachant pertinemment qu’il est impossible de PROUVER ce savoir-faire (par exemple insertions d’exceptions/anomalies indétectables), tout comme il échappe totalement aux populations, c’est une nouvelle perte de souveraineté, un éloignement de plus de formes démocratiques de gouvernement.

            Dans nos sociétés a-démocratiques l’IA est, sera aussi un asservissement.

              +0

            Alerter
        • Lonewolf // 26.06.2019 à 10h32

          Ma position personnelle consiste à penser que nous manquons de principes et de valeurs, notamment et surtout en la matière.
          Quand bien même l’IA progresserait remarquablement au point, d’une part, de commencer à fonctionner de manière analogique au cerveau humain (et non par les méthodes actuelles), d’autre part d’en atteindre les capacités (expertise, analyse voire intuition), il me semble répréhensible de choisir une telle voie. Pour un nombre de raisons assez importantes, les premières étant liées aux 3 règles d’Asimov.
          Je trouve que les sociétés humaines actuelles ne fonctionnent plus que sur un principe : “la fin justifie les moyens”. Il n’y a rien de plus redoutable. (c’est ainsi par exemple qu’on tue la liberté au nom de la sécurité…).

            +0

          Alerter
      • eb303 // 19.06.2019 à 08h57

        Non, non, il n’y a rien d’intelligent dans les IA. En fait l’expression “intelligence artificielle” est une traduction bête de l’anglais “artificial intelligence”, où “intelligence” est plutôt à prendre au sens du I de CIA: c’est de la compilation de renseignements automatisée. Les techniques de base pour ça n’ont pas changé depuis des décennies. Ce qui a changé par contre, c’est la quantité de renseignements disponibles. Ce n’est d’ailleurs pas étonnant que les progrès faits dans ce domaine aient été faits par les plus gros compilateurs de données que sont Google et Facebook. Mais les algos sous-jacents sont quasiment les mêmes que ceux utilisés dans les années 80, et n’ont rien d’intelligent, vraiment…

          +23

        Alerter
        • Themisto // 19.06.2019 à 09h26

          Le concept exact est “machine à réaction” où la réaction est le résultat de l’apprentissage (basé sur le renseignement). Effectivement, il n’y a rier d’intélligent là-dedans.

            +3

          Alerter
          • Sandrine // 19.06.2019 à 10h00

            C’est le principe de “boucle de rétro-action” sur lequel est basé la cybernétique. Dire qu’il n’y a rien d’intelligent la-dedans est peut-être un peu exagéré… En revanche, il est à mon humble avis parfaitement illusoire de s’imaginer qu’on va pouvoir modéliser la totalité de l’intelligence humaine uniquement sur la base de mécanismes de ce ce genre (ce qui, il faut cependant le noter, était l’idée et l’ambition de nombreux théoriciens de la cybernétique, N. Wiener en tete)

              +5

            Alerter
      • Sandrine // 19.06.2019 à 09h17

        “cela ne le sera plus”
        Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer ça?

        Intelligence en anglais n’a pas le même sens qu’en français. L’idée contenue au départ dans ce terme d’intelligence artificielle est comme le dit eb303 celle de “renseignement”. Elle remonte aux années 50 et aux efforts du courant cybernétique de l’époque pour trouver un moyen scientifique de “gouverner” les hommes.
        FaceBook, Google, etc. s’inscrivent à ce titre dans la droite ligne de ce projet et sont devenue une gigantesque machine à produire du “renseignent” .

          +8

        Alerter
      • Wakizashi // 19.06.2019 à 09h46

        @ Pinouille

        S’il y a bien une caractéristique de la novlangue, c’est de désigner quelque chose par un mot signifiant son exact contraire. Par exemple nommer « démocratie » un régime oligarchique… ou bien nommer « intelligent » un objet inanimé.

        Pour l’instant et jusqu’à preuve du contraire, qui dit intelligence dit vie. On ne connaît rien d’intelligent qui ne soit pas vivant. Nommer « intelligence artificielle » des machines est une des plus belle entourloupes de l’histoire humaine. Rien que le fait d’accoler les mots « intelligence » et « artificielle » est un procédé qui en dit long : cela signifie en creux que l’homme serait capable de fabriquer de l’intelligence, ce qui sous-entend fabriquer de la conscience, pour ne pas dire de la vie. C’est le trip de l’homme démiurge qui se prend pour Dieu, qui prétend vivre indéfiniment en tuant la mort, bref, toute l’idéologie du transhumanisme résumée en une simple expression : « IA ».

        Pour l’instant on ne sait pas ce qu’est l’intelligence, et encore moins la conscience. Difficile d’imaginer fabriquer quelque chose dont on ignore la nature. Les ingénieurs et les neuros travaillant sur l’ « IA » partagent tous la même croyance implicite que plus les algos et les réseaux de neurones seront complexes, plus la probabilité de voir une conscience émerger sera forte, sans avoir la moindre idée de comment une telle chose pourrait se produire. C’est magique. Mais cette croyance-là, basée sur la croyance que le cerveau produit la conscience, personne ne la remet jamais en question.

          +14

        Alerter
        • Sandrine // 19.06.2019 à 11h23

          Ce que vous dites est intéressant et globalement je suis d’accord avec vous mais pour autant il n’y a rien qui prouve que que l’intelligence soit liée uniquement à la vie. D’autant que point de votre raisonnement est en contradiction avec ce que vous écrivez à la fin de votre message (Vous semblez regretter que l’on puisse considérer comme vérité établie que le cerveau produise la conscience. Mais le cerveau est un organe vivant, donc il n’y a pas d’absurdité à penser qu’il peut être source d’intelligence ou de conscience)
          Rien n’interdit de penser que la vie elle-même est issue de la matière inanimée (par un processus qui nous est encore inconnu) ; après-tout nous sommes constitués à partir des mêmes particules élémentaires que les étoiles.

            +2

          Alerter
          • Bouddha Vert // 19.06.2019 à 14h28

            En quoi un processus encore inconnu expliquerait que la vie n’émerge pas de la matière “inanimée”?
            A part Dieu, je ne vois pas, mais je peux me tromper.

            Utiliser le terme de “matière inanimée” n’est peut être pas très heureux car les atomes qui nous constituent le sont tout autant, c’est leur organisation spatiale qui leurs confèrent le caractère dit de “vivant”.

              +1

            Alerter
            • Sandrine // 19.06.2019 à 16h46

              Voir dans la vie un phénomène “en rupture” avec le reste du monde matériel n’implique pas forcément que l’on postule l’existence de Dieu.
              La postulât de Dieu peut aussi s’avérer nécessaire pour expliquer l’existence de l’ensemble du monde matériel (“pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien”).
              La singularité de la vie, à mon avis, pose plutôt la question de l’ame; ou plus exactement celle de l’esprit (en termes matérialistes, on parlerait plutôt aujourd’hui de conscience). Qu’est-ce qui fait qu’un tas de matière organisé peut être doué d’esprit et un autre non? Une cellule peut-elle mieux qu’une molécule héberger (ou générer?) une parcelle d’esprit? Qu’est-ce qui différencie fondamentalement une cellule d’une molécule au delà de la question de la reproduction?

                +1

              Alerter
          • RGT // 19.06.2019 à 19h34

            “Rien n’interdit de penser que la vie elle-même est issue de la matière inanimée…”

            La vie EST issue de la matière inanimée.

            Un être vivant est une “machine” chimique basée sur des molécules organiques (atome de carbone).
            Molécules qui sont produites tout à fait naturellement dans l’univers, même dans l’espace intergalactique.
            Et sans AUCUNE “Intervention Divine” n’en déplaise à tous les théistes.

            Ce qui fait quand-même incontestablement la supériorité des systèmes vivants, c’est qu’ils sont très économes en énergie, et surtout qu’ils sont capables de se reproduire sans intervention extérieure en se modifiant légèrement à chaque génération.

            Ce qui fait que TOUS les êtres vivants existants aujourd’hui sont TOUS issus de lignées très évoluées (même les plus simples bactéries) et vont continuer à évoluer jusqu’à la destruction de leur biotope.

            Ce qui n’est pas le cas pour les machines qui n’évoluent pas (même si certains illuminés le prétendent), sont incapables de se reproduire ou de se réparer par elles-mêmes.
            Et “cerise sur le gâteau”, les machines sont surtout très énergivores comparées aux êtres vivants.

            Une “IA” robot de combat peut certes exterminer les hommes, mais une fois cette mission accomplie, comment fait-elle pour se réparer et surtout pour se réapprovisionner en énergie ?

            Finalement, en cas de problème il suffit de se planquer et d’attendre qu’elle tombe en “panne d’essence”.

            Le problème n’est pas au niveau des machines, il est au niveau des êtres vivants qui les contrôlent.

              +2

            Alerter
            • lon // 19.06.2019 à 22h35

              @ RGT
              Une “IA” robot de combat peut certes exterminer les hommes, mais une fois cette mission accomplie, comment fait-elle pour se réparer et surtout pour se réapprovisionner en énergie ?

              Je pense que vous avez sérieusement besoin de mettre à jour vos connaissances :

              https://www.penguinrandomhouse.com/books/576967/genius-weapons-by-louis-a-del-monte/9781633884526/

                +0

              Alerter
            • Sandrine // 19.06.2019 à 22h50

              Ce que vous dites est contradictoire: d’un côté vous dites qu’il n’y a guère de différence entre un homme et une pierre et de l’autre vous dites qu’une machine n’arrivera jamais à se reproduire… mais alors comment à-t- “on” fait pour passer des pierres aux organismes vivants?

                +0

              Alerter
        • Pinouille // 19.06.2019 à 16h26

          Pour ma part, je ne suis d’accord en rien avec vos propos.

          “On ne connaît rien d’intelligent qui ne soit pas vivant.”
          Cela n’implique aucunement que l’on ne puisse pas créer une intelligence artificielle. Le cas échéant, ce serait une première.

          “cela signifie en creux que l’homme serait capable de fabriquer de l’intelligence, ce qui sous-entend fabriquer de la conscience, pour ne pas dire de la vie”
          Quel est le lien de causalité entre intelligence, conscience et vie?
          Vous partez du constat que l’intelligence provient actuellement exclusivement du vivant (alors que l’on essaye d’en créer une artificielle) pour en arriver à la conclusion que créer une intelligence revient à créer la vie. Cela n’engage que vous.

          “C’est le trip de l’homme démiurge qui se prend pour Dieu”
          C’est plutôt le trip de scientifiques qui essayent de créer une intelligence artificielle. L’analogie avec la mythologie n’engage, là aussi, que vous.

          “qui prétend vivre indéfiniment en tuant la mort”
          Non: qui essaye de créer une intelligence artificielle. Ce n’est pas la même chose.

          “Pour l’instant on ne sait pas ce qu’est l’intelligence”
          Si. Il en existe plusieurs définitions. L’une d’entre elles: c’est l’aptitude à créer des liens. Des algorithmes sont déjà en mesure de faire des liens de manière autonome (suite à une série d’apprentissages) qui permettent, par exemple, d’identifier des tumeurs qui échappent à l’attention des médecins spécialistes les plus réputés.

          “et encore moins la conscience”
          En effet, mais on ne parle pas (encore) de conscience artificielle. Juste d’intelligence.

            +1

          Alerter
          • RGT // 19.06.2019 à 19h54

            “Cela n’implique aucunement que l’on ne puisse pas créer une intelligence artificielle”

            Certes, mais il faut quand-même relativiser les choses… Il y a une grande différence entre “possible” et “réalisable”.

            En premier lieu il faudrait savoir EXACTEMENT ce qu’est l’essence même de l’intelligence… Et là, c’est pas gagné car on ne sait même pas comment fonctionne réellement un neurone.
            Certains scientifiques de très haut niveau connaissent les MANIFESTATIONS de l’activité neuronale pour un stimuli particulier mais ne savent toujours pas comment un neurone traite les très nombreuses informations qu’il reçoit de son environnement.
            Par analogie, c’est comme si on voit une grosse boîte scellée avec de très nombreux boutons et des voyants. En bidouillant on parvient à allumer un voyant en appuyant sur un bouton mais on ne sait pas comment se fait la liaison entre ces deux éléments. Ni comment elle évolue dans le temps en fonction des stimulation des autres boutons…

            Quant à savoir comment se comportent de VRAIS neurones fortement interconnectés, c’est le mystère absolu. On sait que telle zone (de quelques milliers ou millions de neurones) s’active quand un être vivant reçoit un stimuli ou décide d’une action (volontaire ou non), mais on est incapable de savoir comment…

              +0

            Alerter
            • RGT // 19.06.2019 à 20h17

              Les machines ne sont que de pâles copies du fonctionnement procédural (séquentiel) du raisonnement mathématique qui ne mobilise qu’une infime partie du système nerveux.

              Par contre, le fonctionnement intuitif (“lubie” ou “idée de génie”) bien plus puissant mobilise une part ÉNORME du système nerveux et reste totalement inconnu.

              De plus, ce fonctionnement varie énormément d’un individu à l’autre et il est strictement impossible de prédire ses résultats ni d’analyser ce fonctionnement qui diffère profondément selon l’individu.

              Nous ne sommes pas près de voir une machine présenter la plus simple des activités intellectuelles de tous les êtres vivants qui possèdent un système nerveux : Le rêve.

              TOUS les animaux rêvent. Pour s’en assurer il suffit simplement de les observer pendant leur sommeil : Ils bougent, ils “parlent”…
              Même mes poules, quand je vais leur rendre des visites discrètes la nuit pour m’assurer que tout va bien émettent des “côôôt côôôt” discrets alors qu’elles sont profondément endormies.
              Et je ne vous parle pas des mammifères, les chiens en particulier, qui ont des nuits très agitées pendant leurs rêves.

              Avant de prétendre créer des “intelligences artificielles” il serait judicieux de commencer par SAVOIR ce qu’est l’intelligence et comment elle fonctionne.
              Pour l’instant, c’est pas gagné.
              Quant à la CONSCIENCE, qui est loin d’être le “propre de l’homme”, j’avoue que j’ai encore plus de doutes car c’est un élément essentiel à la survie.

              Et je ne vois pas comment un “être” qui n’est PAS vivant pourrait acquérir une caractéristique totalement inutile.

                +2

              Alerter
            • grumly // 19.06.2019 à 20h54

              Je pense qu’on aura des rêves d’IA crédibles assez vite, associer des images et des idées entre elles c’est facile, un ordinateur peut le faire. Il y a des projets d’hallucinations générées par une IA. Google avait sorti un projet DeepDream qui modifie des images avec d’autres images qu’il reconnaît, on trouve plein d’images et de vidéos générées, c’est assez flippant d’ailleurs, souvent ça rajoute des images d’animaux. Sur celle-là à partir de bruit aléatoire, au bout de 2 minutes on se retrouve avec des têtes de chiens https://www.youtube.com/watch?v=dbQh1I_uvjo

                +1

              Alerter
        • Pinouille // 19.06.2019 à 16h27

          Je peux comprendre que l’on se positionne contre ce type de recherche/développement ou transhumanisme ou…
          Quelques brillants scientifiques ont notamment déjà alerté sur les dangers potentiels de ce que pourrait advenir cette IA.
          Mais vos critiques, tout comme celles de nombreux commentaires répondant à mon premier, me semblent passer à côté de l’essentiel à force de mélanger/confondre des notions distinctes (intelligence/conscience/vie) et y mêler des dimensions symboliques/sacrées. Ce qui m’amène à considérer que la novlangue que vous dénoncez, se situe plutôt, malgré vous, de votre côté.
          Libre à chacun de considérer les nouveaux outils comme intelligents ou pas. Toujours est-il que ces outils donnent déjà des résultats qui surpassent certaines capacités humaines. Certains sauvent des vies. D’autres en élimineront certainement. Et le potentiel (l’avenir nous dira s’il se concrétise) est à la mesure des investissements réalisés: immense.

          Une chose est sûre: les chercheurs poursuivront leurs recherches indépendamment de l’avis de tel ou tel, et indépendamment des lois de tel ou tel pays. Parce que ce potentiel, s’il tient ses promesses, confèrera un avantage/puissance/argent/etc… considérable à ceux qui le maîtrisent. Et le monde changera. Que vous (ou quiconque) le vouliez ou non.

            +3

          Alerter
          • Wakizashi // 19.06.2019 à 16h59

            Une voiture surpasse de loin les capacités humaines : elle peut rouler à 150km/h. Est-elle pour autant intelligente ? Ma calculatrice peut calculer la racine cubique de n’importe quel nombre en quelques millièmes de seconde : est-elle intelligente ?

            Le problème de fond de ce genre de débat, et donc de l’expression « intelligence artificielle », c’est que l’on utilise des concepts dont on ignore le sens. On ne sait pas quelle est la nature de l’intelligence, ce qui permet beaucoup d’abus de langage. D’ailleurs si j’ai envie de dire que ma calculatrice est intelligente, pourquoi on m’en empêcherait ?

            Sinon, les entreprises les plus en pointe sur les recherches en IA sont toutes dirigées par des transhumanistes, à commencer par Google. Ce qui est normal puisque l’IA fait partie des technologies NBIC, lesquelles sont censées aider l’homme à devenir immortel…

              +3

            Alerter
            • RGT // 19.06.2019 à 20h38

              Ce sont surtout des technologies qui leur permettront de se faire un maximum de profits en surfant sur la vague des “nouvelles technologies”.

              Et de satisfaire les désirs de psychopathes cupides qui ne rêvent que de se débarrasser des “bouches inutiles et coûteuses” qui sont une entrave à leur quête de profits.

              Actuellement, comme l’énergie n’est vraiment pas chère, il est possible d’en dépenser des quantités considérables pour réaliser des machines qui remplaceraient les humains dans des tâches “intelligentes” qui ne sont même pas du niveau d’une simple bactérie.

              Quand le prix du kW va grimper en flèche, ces “grandes avancées” s’éteindront d’elles-mêmes car elles ne seront plus rentables pour ceux qui en profitent.

              À ce moment là, il faudra réapprendre à se servir d’un boulier ou d’une règle à calcul.

              Saviez-vous que tous les calculs des fusées du programme Apollo avaient été faits avec des règles à calcul ?
              Ainsi que le programme spatial de l’URSS de l’époque d’ailleurs.
              Les USA ont réussi à poser des hommes sur la Lune et à les ramener en vie avec des machines qui avaient été conçues avec des méthodes “archaïques”.

              Quant aux russes, ils utilisent TOUJOURS les lanceurs et les capsules Soyouz pour aller dans l’espace et ravitailler l’ISS.

              Le jour (totalement incertain) où une “intelligence artificielle” concevra un quelconque véhicule je laisserai d’abord ses inventeurs tester les capacités de cet engin. Je suis courageux mais pas suicidaire.

                +1

              Alerter
            • Pinouille // 19.06.2019 à 22h19

              “Une voiture surpasse de loin les capacités humaines”
              Je parlais pour ma part de capacités intellectuelles: l’homme est surpassé dans des domaines de plus en plus nombreux sur la base de stratégies qui ont été créées (on pourrait peut-être dire inventées) par un calculateur sur la base d’un apprentissage. Ex: au jeu de go, le calculateur a placé, à un moment de la partie contre le champion toutes catégories, un pion à un endroit jugé complètement incongru. Il s’est avéré bien plus tard dans la partie que ce pion a largement contribué à la victoire de l’IA.
              J’ai même entendu que les nouveaux programmes avaient une certaine autonomie procédurale pour apprendre tout seuls, voire se reprogrammer eux même…

              Force est de constater qu’il n’est pas indispensable de connaître dans le détail le fonctionnement du cerveau humain/animal pour établir les caractéristiques d’une intelligence exploitable et développer quelque chose d’artificiel qui dépasse l’homme dans des domaines de plus en plus nombreux.

              Ceci dit, il semble que chez certains, le fait d’être opposé à l’IA (position respectable) les pousse à la considérer pour ce qu’elle n’est pas: seraient-ils victimes (consentantes?) du biais de confirmation?

                +1

              Alerter
            • Wakizashi // 20.06.2019 à 08h15

              Le fait de « surpasser l’homme » dans tel ou tel domaine est loin d’être suffisant pour qualifier ça d’intelligence. Un des caractères fondamentaux de l’intelligence, c’est d’être transversale. Vous pouvez programmer une machine pour jouer au go, mais elle ne peut rien faire d’autre. Il n’y a pas de différence de nature avec ma calculatrice, qui calcule bien mieux et plus vite que moi, mais qui ne peut rien faire d’autre.

              Concernant les machines capables d’apprendre dont vous parlez (ça s’appelle le deep learning) : si vous présentez une image de bâton à un réseau de neurones en lui disant que c’est un bâton, il n’y a aucune chance que la prochaine image de bâton soit identifiée comme telle (contrairement à un enfant de 3 ans qui le reconnaîtra du premier coup), et il faudra au préalable contraindre le réseau en lui soumettant des milliers d’images de bâton pour qu’il les reconnaisse par analogie. Vous voyez un homme habillé en bleu faire du footing, mais où et comment se réalise cette unité de vision, sachant que ce sont des groupes de neurones différents qui traitent la couleur, la forme et le mouvement ? On n’en a aucune idée à l’heure actuelle.

              Enfin, personnellement je ne suis pas du tout opposé à l’ « IA ». Je suis opposé au transhumanisme, et au fait qu’il y ait tromperie sur la marchandise quand on nomme « intelligent » un truc qui ne l’est pas, c’est différent. Et enfin, je souligne la différence entre croire et savoir : croire que l’intelligence émerge à partir d’un certain niveau d’organisation de la matière, pourquoi pas, à condition de ne pas prétendre que c’est un fait avéré.

                +0

              Alerter
        • Wakizashi // 19.06.2019 à 16h42

          @ Bouddha Vert

          A partir du moment où le processus est inconnu… par définition il n’explique rien. Pour l’instant on en est au stade où l’on croit qu’à partir d’un certain niveau d’organisation (de complexité) de la matière, la vie, la conscience et/ou l’intelligence « émergent ». Le jour où il y aura une explication du « comment », on pourra réellement dire que ça « émerge ». Pour l’instant, on n’en sait rien, tout simplement.

          @ Sandrine

          Rien qui prouve que l’intelligence soit liée uniquement à la vie, non. Mais dans la mesure où on n’a jamais observé ou reconnu d’intelligence ailleurs que chez des êtres vivants, prétendre que le contraire est possible est un acte de foi.

          Sinon on parle d’organismes vivant, mais un dire qu’un organe seul est vivant a-t-il seulement un sens ?

            +1

          Alerter
          • Sandrine // 19.06.2019 à 18h44

            @wakizashi, l’organe fait partie de l’organisme. Dire que le cerveau seul produit les pensées n’a pas de sens, c’est le corps tout entier qui alimente le cerveau et qui donc comme tel produit (produirait) les pensées.

            @pinouille
            Une intelligence qui n’est pas consciente d’elle-meme est-elle vraiment une intelligence (intelligence au sens du mot anglais “cleverness”)? Ceci étant, vous avez raison, l’ambition de l’IA ne va pas aussi loin. Ceux qui croient à l’emergence d’une conscience à partir d’un organisme totalement artificiellement fabriqué par l’homme sont tres peu nombreux.

              +0

            Alerter
    • francois brigouleix // 19.06.2019 à 09h30

      “Les intelligences artificielles sont tout sauf intelligentes”
      Oui bien évidemment, et l’on peut rajouter que tout ça existe depuis une bonne vingtaine d’année, et notamment des systèmes capable d’appliquer des mouvements “synchro-labiales” a des modèles photo réalistes en image de synthèse. Ce qui a en revanche beaucoup évolué c’est la puissance et donc la rapidité de calcul, comme l’optimisation des soft pour y parvenir, mais cela relève de l’intelligence humaine ….

        +0

      Alerter
    • Haricophile // 20.06.2019 à 15h13

      Débat totalement stérile si on ne définit pas «LA» «intelligence» (comme si on pouvait définir des processus complexes avec des interaction complexes entre eux et pouvant être défini différemment dans de multiple domaines comme une chose monolithique).

      Commencer par définir ce qu’on entend par «intelligence» dans ce cas précis aiderait à ne pas débiter des tombereaux de stupidités trollesques. Ayez un peu de respect pour votre propre intelligence et pour celle des autres : Nous ne sommes pas des journalistes quand même !

        +0

      Alerter
  • Tots // 19.06.2019 à 09h03

    Dans le cas de l’IA, on appelle intelligent un truc capable de faire 1 milliard de fois plus vite des trucs bêtes.
    C’est tout.
    Et je parle même pas de l’importance de la méthode employée pour lui apprendre à faire ces trucs bêtes (parceque rien n’empêche que cette méthode soit elle aussi très limitée).

      +7

    Alerter
    • Actustragicus // 19.06.2019 à 11h10

      Tout à fait comme (une partie de) nos chère élites, au fond : brillants mais stupides – réflexion rapide mais pas d’imagination.

        +2

      Alerter
      • calal // 19.06.2019 à 13h00

        le probleme c’est que c’est comme avec le lion: pour lui echapper il ne faut pas courir plus vite que le lion mais plus vite que le moins rapide des autres proies potentielles.

        La c’est pareil: nos dominants peuvent etre stupides,si nous, domines, sommes plus stupides qu’eux,on n’ est pas avance. D’ou l’attente de notre salut qui viendra forcement de la concurrence des dominants etrangers.

          +1

        Alerter
    • AtomeCrochu // 19.06.2019 à 11h51

      Hahaha, excellent !

      C’est clair qu’empiler les fréquences crachées par un spectrogramme, c’est plus un TP de terminal qu’une percée technologique majeure…Pour mémoire, le principe du vocodeur soviétique est déjà détaillé dans le premier cercle de Soljenitsyne publié en 68 (et sur des faits largement antérieurs), il s’agit donc d’un concept qui n’est ni frais, ni original. Les vocaloids développées par Yamaha sont vieilles de 15 ans et ont plus de charme 🙂

      Le problème structurel des bestioles numériques, étant purement logiques et totalement dépourvues de bon sens, c’est qu’elles confondent coïncidence et corrélation. Les algos qui cracheront des publications scientifiques automatiquement d’ici quelques années auront cet énorme (et hilarant) handicap. Un flingue a un chien, Milou est un chien, Tintin est armé.

        +2

      Alerter
    • Haricophile // 20.06.2019 à 15h26

      Tu devrais te méfier, dans la nature, il existe des tas de choses très complexes fondés sur des «trucs» très «bêtes» qui possèdent des règles extrêmement élémentaires multipliées un grand nombre de fois.

      Le «jeu de la vie» et ses robots cellulaire en est une démonstration théorique très simple, mais quand on regarde dans la nature les fourmis ou les règles de croissance des plantes pour prendre deux cas très connus de tous, et si on fouille un peu plus loin en se demandant pas exemple comment les arbres communiquent entre eux et manifestent quelque chose qui ressemble a une certaine intelligence collective, je me dis qu’on est devant un territoire très peu exploré des sciences qui risque de remettre en question un certain nombre de nos «certitudes» actuelles.

      Dont le fait que plus on avance dans les sciences et les connaissances, plus on se rend compte que nous ne sommes pas le centre de l’univers ni une exception. S’il y a Dieu tout puissant, il n’a pas créé l’Univers autour de l’homme, mais un Univers dans lequel il y a des hommes. Nous faisons partie de cet univers : La modestie est la meilleure attitude.

        +1

      Alerter
  • charles // 19.06.2019 à 09h35

    nous entrons dans le monde de l’à peu près réel…. c’est le réel relatif selon que tu crois ou non à ce que tu vois et entends. Pas que l’on débattra du contenu des images ou des audios, mais de leur véracité, et pour nous confortez nous n’aurons plus de disponibles que d’autres sources d’informations dont on pourra toujours continuer de mettre en doute la véracité comme des poupée russes. Au final on sera certain de ne pas savoir, mais comme il faudra bien gouverner, nous n’aurons d’autres choix que de voir et d’écouter le doute personnifié permanent.

      +4

    Alerter
  • Loxosceles // 19.06.2019 à 09h57

    Je crois qu’il faut dépasser le débat sémantique sur “l’intelligence artificielle”, à propos de laquelle même ceux qui la programment nomment plutôt cela de la stupidité artificielle. En réalité, ces programmes hyper-spécialisés sont incapables d’accomplir quoique ce soit, si on ne leur indique pas quoi faire, comme un manchot qu’il faudrait nourrir à la cuiller. Ces algorithmes sont confinés dans une tâche précise, où ce qu’ils peuvent accomplir reste impressionnant et potentiellement préoccupant, pour peu que, derrière, il y ait une intention capable de nuire.

    Plutôt que de légiférer contre la liberté de la presse et la liberté d’expression, on ferait mieux de s’empresser d’encadrer ces développements techniques, autrement plus inquiétants qu’une interprétation des faits passée dans tel ou tel journal et qualifiée de “fake news”. Ceci dit, il faudrait aussi peut-être que les médias qui répandent de l’information sans esprit critique sur les IA pour faire du sensationnel, apprennent à comprendre de quoi ils parlent, pour que l’on puisse davantage faire la part des choses.

    Le fait est qu’avec ce type d’évolution, on pourrait à terme, par exemple, fabriquer des preuves judiciaires contre quelqu’un, fomenter des casus belli, ou Dieu sait quoi encore… Le problème n’est donc pas du tout dans la supposée autonomie de ces programmes, qui n’en ont aucune, mais dans les nouveaux dangers que ces outils apportent, entre les mauvaises mains qui ne manqueront pas de s’en servir, un jour.

      +14

    Alerter
    • Atomecrochu // 19.06.2019 à 12h07

      Cher ami, vous avez entièrement raison.
      Cependant, il est déjà bien trop tard, ces compétences archi connues ont déjà 10 ans !

      https://www.dailymotion.com/video/x12fgwk

      Casus belli grossiers, preuves bidonnées, aveux montés de toute pièce, traités humiliants sous contrainte…Purée, toute l’histoire de France est déjà jalonnée par ces sa*operies en provenance de nos envahisseurs successifs, alors une de plus ou de moins, aucune différence.

        +2

      Alerter
  • Catalina // 19.06.2019 à 11h35

    ” il faudrait aussi peut-être que les médias qui répandent de l’information sans esprit critique sur les IA pour faire du sensationnel, apprennent à comprendre de quoi ils parlent, pour que l’on puisse davantage faire la part des choses.”

    Les médias ? apparemment ils sont enfermés dans un fanatisme d’asservisssement à la pensée unique, aujourd”hui on peut affirmer que les médias ne servent à rien pour s’informer, rien du tout et même qu’il faut absolument les boycotter en masse.
    Si personne ne les achète, ils seront enterrés et ce sera un bienfait pour l’humanité toute entière

      +2

    Alerter
  • Ubu // 19.06.2019 à 11h36

    Ce qui me paraît intéressant dans cet article, c’est ce qui est dit sans être dit : FB capable de copier la voix de n’importe qui, c’est donc que FB est capable de reconnaitre la voix de tout le monde !

      +2

    Alerter
    • calahan // 19.06.2019 à 11h49

      Exact mais bonne chance pour constituer la base de données qui va avec pour associer voix/identité.
      Mais cela doit être le fantasme de plein de dictateurs en puissance (petits ou grands).

        +0

      Alerter
      • Ubu // 19.06.2019 à 11h56

        Pas si compliqué, associez dans un “checker”, compte FB, adresse IP, numéro de téléphone, mail, commandes vocales, secouez, et servez ce cocktail de choix, sur un plateau, à l’intelligence service qui en aura l’envie, et les moyens de se le payer.
        Je pense que c’est tout à fait réalisable.

          +3

        Alerter
    • Ubu // 19.06.2019 à 16h38

      Et avec ça, FB crée une crypto-monnaie, on est sur une mauvaise pente !

        +0

      Alerter
    • septique // 19.06.2019 à 18h17

      Ceci existe depuis longtemps ce n’est pas nouveau. C’est de cette façon mais pas seulement que les services de sécurité et de lutte contre le terrorisme identifient les participants aux conversations, peu importe l’endroit ou ils se trouvent ou le moyen utilisé.

      Il y a une différence fondamentale entre procéder a ce que l’on nomme un ‘sampling’ (une série de en fait) et à l’aide de celui-ci reconnaître un participant et constituer une conversation complète qui pourrait être reliée sans ambiguité grâce à un ‘sampling’ (une série de en fait) a un locuteur spécifique. C’est la différence entre construire une cabane de jardin…et construire un pont…Examples..

      Intercaler hésitations, raclement de gorge, bruits de mastiquation, accents, bruits de fond, pause de fumeur, etc..tout ceci est éliminé au sampling d’écoute
      [modéré]

        +0

      Alerter
  • winston smith // 19.06.2019 à 13h43

    Donc il sera bientôt possible de fabriquer des fakes audios et des fakes vidéos, pouvant faire dire n’importe quoi à n’importe qui.

    Comme pour les fakes news le réel danger ne provient pas d’une source alternative, ayant des moyens limités, mais bien des gouvernements ayant les médias à leurs bottes – qui s’arrogeront aussi le droit de “contrôler” ces nouvelles sortes de fakes news audio-visuelles.
    Le rêve de nombreux hommes politiques : vous pourrez ainsi discréditer, et mettre hors d’état de nuire, tout personne s’opposant à vos propres intérêts ou à ceux de vos amis. Et ce, en tout discrétion et impunité, avec le vernis de la démocratie mais aussi de la lutte… contre les fakes news.

      +4

    Alerter
    • Sandrine // 19.06.2019 à 14h21

      Tout à fait. Orwell en a rêvé (effacer puis réécrire l’histoire au gré des besoins politiques du moment) FB l’a fait.

        +4

      Alerter
      • Larousse // 19.06.2019 à 19h53

        Facebook ou d’autres, cherchent surtout à créer des chaînes radiodiffusées ou télévisées virtuelles autres que du genre FIP musiques ininterrompues à partir des nouvelles reçues des agences et sites d’informations. Ainsi, on aura la possibilité de se passer des commentaires d’Yves Calvi, d’Alba Ventura ou de Patrick Cohen etc… ceci peut arriver d’ici même 5 ans environ. Ce sera une économie d’échelle non négligeable de salaires.
        Et le contenu “mainstream” sera presque le même.

          +1

        Alerter
  • lon // 19.06.2019 à 19h03

    Quand des crétins de robots avec “un niveau de conscience inférieur à celle d’une bactérie” se mettent à développer des facultés comme la ruse et l’avidité

    https://www.technologyreview.com/s/414934/robots-evolve-the-ability-to-deceive/

    Ceux qui mettent en doute l’arrivée dans les prochaines décennies d’une IA dotée de conscience sont les mêmes qui ne croyaient pas à l’électricité , à la radio, à l’internet , et ne croient toujours pas à des civilisations extraterrestres autres que les 7 milliards de pingouins qui s’accrochent à leur petite planète .

      +2

    Alerter
    • septique // 19.06.2019 à 23h56

      Vous êtes le seul a saisir les enjeux et aussi a voir que nous avons changé de vitesse. J’ai fais un commentaire en ce sens, censuré.
      Votre source est aussi excellente. La revue du MIT a d’ailleurs publié plusieurs articles sur les mythes de la substitution énergétique que tout le monde devrait lire…
      Pour les extraterrestres a moins que les lois de la physique et avant tout la vitesse de la lumière soit fausse et que Einstein soit dans le fossé…nos chances de les voir sont disons relativement limités.L’univers étant en expansion ces civilisations s’éloignent…

        +1

      Alerter
      • Serge F. // 20.06.2019 à 09h07

        Extrait de l’article :

        « L’équipe a «développé» de nouvelles générations de robots en copiant et en combinant les réseaux de neurones artificiels des robots les plus performants. Les scientifiques ont également ajouté quelques modifications aléatoires à leur code pour imiter les mutations biologiques. »

        Une sélection assistée par l’humain aboutit comme par hasard à des robots qui « ont finalement appris à dissimuler leurs signaux visuels aux autres robots pour conserver la nourriture pour eux-mêmes ».

        Article intéressant en effet…

        Nos chances de voir des extraterrestes sont (très) limitées non pas du fait des lois de la physique (ou d’une expansion de l’univers très très lente à l’échelle temporelle humaine), mais du fait que lorsque nous trouverons les moyens scientifiques pour parvenir à visiter d’autres mondes, nous les utiliserons à coup sûr pour créer de nouvelles armes pour nous autodétruire. En son état élevé de bêtise, l’homme n’a pas à fourrer son nez dans les affaires des autres mondes. Il a créé assez de problèmes comme ça à son environnement et à ses congénères pour ne pas avoir à les exporter ailleurs dans l’univers.

          +0

        Alerter
        • septique // 20.06.2019 à 23h28

          Le taux d’expansion actuel – la vitesse d’expansion en quelque sorte avec les dernières mesures fournies par Hubble et en contradiction en partie avec la constante de Planck donnent des chiffres de l’ordre de 80 kilomètres par seconde… Ainsi, sur de très grandes distances, l’expansion de l’univers peut se dérouler à des vitesses supérieures à celle de la lumière dans le vide….. c’est la raison pour laquelle s’il reste encore des humains à ce moment…le ciel la nuit sera totalement noir dans disons 500 millions d’années…la lumière des étoiles que nous voyons maintenant nous est parvenue après le big bang…ce que nous ne voyons pas maintenant nous ne le verrons jamais…

          Et nous ne visiterons jamais aucune autre planète tout au plus des sauts de puces chez les voisins de notre système solaire, rien d’autre..sans possibilité d’y habiter et non pour les extra-terrestres…c’est de la science qui explique l’impossibilité de la rencontre pas des arguties morales sur les armes..

          Pour les moyens scientifiques on peut rappeler que la vitesse max a été celle de la fusée Titan (11 kilomètres à la seconde) et que pour faire des visites extra-terrestres il faut atteindre des vitesses proches de celle de la lumière…soit 30.000 fois plus..

          Voir aussi le paradoxe des jumeaux…

            +0

          Alerter
        • Lonewolf // 22.06.2019 à 10h02

          ” l’homme n’a pas (..) ne pas avoir à les exporter ailleurs dans l’univers.”

          Et pourtant c’est ce qu’il a fait constamment depuis l’aube des temps humains. De l’univers rift africain à l’univers continental eurasien et ainsi de suite. Les grandes migrations le caractérisent ; il passe toujours d’un univers à l’autre après avoir conquis le précédent, et rien ne l’a arrêté jusqu’à présent.

            +0

          Alerter
    • Haricophile // 20.06.2019 à 15h37

      Moi je le met en doute, non pas pour des raisons scientifiques ou techniques, mais parce que ça sous entends que notre civilisation va continuer comme elle va, et ça j’y crois de moins en moins !

      Je vais même aller plus loin : Objectivement, je vois de moins en moins de raison pour lesquelles ça serait possible, dont la première est que nous détruisons dans une accélération sans cesse grandissante avec une réflexion de plus en plus a court terme toutes les conditions qui permettraient notre survie.

      Tout peut se casser la gueule infiniment plus vite et plus tôt que tu semble le croire.

        +1

      Alerter
    • Lonewolf // 22.06.2019 à 10h12

      Parler de “civilisation extraterrestre” est d’une très haute ambition. Déjà, supposer une “forme de vie” est difficile. L’équation qui décrit cette potentialité (Drake) reste très discutée et contient une certaine forme d’optimisme car certains de ses 7 facteurs (excusez du peu) contiennent des variables et des évaluations dont la teneur n’a rien de formellement fixé. j’adore cette équation, mais il faut garder du recul.
      Et puis surtout, compte tenu des échelles de temps et d’espace, il existe une quasi certitude qui fait que l’établissement d’un contact est tout à fait inenvisageable. Si une ou plusieurs civilisations extraterrestres existent dans l’Univers, il est certain que l’humanité – et même tout autre forme de civilisation terrestre ultérieure – ne le saura jamais.

        +0

      Alerter
  • Serge F. // 20.06.2019 à 00h26

    Quand l’homo faber parle de progrès, on peut craindre le pire.

    http://agora.qc.ca/Documents/Homme–De_lhomo_faber_a_lhomo_sapiens_par_Jean_Proulx

      +1

    Alerter
    • Serge F. // 20.06.2019 à 09h11

      « Le mot progrès n’aura aucun sens tant qu’il y aura des enfants malheureux. » Albert Einstein

        +2

      Alerter
  • Lonewolf // 22.06.2019 à 09h57

    A qui profite le crime ? Quelle est l’intention initiale, qui mène à dépenser de véritables fortunes dans ces travaux de recherches ? Quel est le but ?

    Les réponses éventuelles ne sont pas évidentes, et pour tout dire, suspectes. Elles ne sont pas fournies non plus. Les GAFA ont un vaste réseau de structures qui font de la recherche à tout va dans des domaines extrêmement vastes. Quand on regarde d’un peu plus près, ce que l’on peut en apercevoir est déjà très inquiétant.

      +0

    Alerter
    • vert-de-taire // 26.06.2019 à 11h42

      Les GAFAM font ce qu’ils nous disent de faire : profiter de.
      Ils sont opportunistes et donc cherchent à optimiser et ou susciter du profit.
      La mécanique est assez simple, à l’échelle de leurs capacités, leur pouvoir d’agir.
      La seule différence avec nous : l’échelle des moyens donc de pouvoir.

      L’IA est un moyen de profit. L’informatique est ici productrice d’outils de création de rente. Que ce soit l’automatisation de taches existantes (remplacement de travailleurs par des machines) ou non. Peu importe la technique.

      Il est un peu tard de s’en inquiéter dans la mesure où nous n’avons plus rien à dire : nous avons consenti (en nous laissant tromper) à leur donner le pouvoir par l’accumulation de la richesse que nous avons produite dans le contexte capitaliste qui, par essence, favorise cette prédation. Notre choix.

      Nous pouvons juste tenter par nos comportements de masse, ne plus les nourrir. C’est à dire ne plus utiliser les outils qu’ils nous vendent. Ça marche pas … pour le moment.
      Il nous reste à attendre (pour les survivants) que le Système se casse la gueule … On sait ce que c’est : du chaos pour nous et le renforcement des puissances résiduelles .. Bref nous ne savons pas nous assembler pour nous organiser sans perdre le pouvoir “en commun”. On délègue ..

        +1

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications