Les Crises Les Crises
17.mai.201917.5.2019 // Les Crises

Une loi contre la haine anti-Macron ? Par la Quadrature du net

Merci 496
J'envoie

Source : La Quadrature du net, 09-05-2019

Il y 6 semaine, la députée En Marche Laetitia Avia déposait une proposition de loi « contre la haine sur Internet ». Sa mesure phare est d’exiger des grandes plateformes qu’elles suppriment en 24 heures les propos de nature « haineuse » et « manifestement » illicites que leur signaleront le public ou la police, sous peine d’une amende de 4% de leur chiffre d’affaire.

Le but est purement et simplement de remplacer la justice publique par Facebook, Google et Twitter, en les laissant seuls maîtres de ce qui peut ou non être dit sur le Web. C’était déjà exactement la démarche prise dans le règlement antiterroriste récemment adopté en première lecture au Parlement européen (lire notre bilan sur ce texte).

Avant de quitter le secrétariat d’État au numérique, Mounir Mahjoubi actait déjà aux côtés de Marlène Schiappa cette alliance de l’État dans les bras de Facebook, présenté comme héros de l’Internet à la sagesse duquel nous devrions évidemment tous nous soumettre ! (lire notre analyse) Son successeur, Cédric O, n’a manifestement rien à redire à la trahison opérée par cette loi « anti-haine ». L’ensemble des députés brillent aussi par un silence coupable.

De son côté, le ministère de la justice, entièrement humilié et mis de côté dans ce grand chantier, vient de lancer son chant du cygne. Dans une circulaire publiée en avril dernier, il appelle à recourir davantage au juge pour lutter contre la haine en ligne, dénonçant l’ « usage abusif » pouvant être fait des « dispositions permettant d’engager la responsabilité des acteurs d’Internet ». En effet, alors que le gouvernement propose de contourner le juge pour gagner en « efficacité », cette circulaire constate que le ministère public ne saisit que bien trop peu la justice dans ces affaires.

Alors pourquoi confier la mission de justice à Facebook et Google, leur donnant autant de légitimité et de pouvoirs alors même qu’ils n’ont de cesse de violer la loi, de mentir et de détruire notre écosystème numérique ? L’analyse du règlement antiterroriste, qui repose sur la même volonté politique, donne une première piste : la notion européenne de « terrorisme » est tellement vague que ce règlement pousserait notamment Facebook et Google à censurer largement les revendications des mouvements sociaux (voir notre analyse appliquée aux gilets jaunes, dont les propos en ligne pourraient tomber sous la censure « anti-terroriste »).

Quand la police demande aux géants de défendre Macron

Un autre événement, cette fois-ci en matière de « haine », est encore plus éclairant : en début d’année, nos amis de NextInpact révélaient que la police française avait signalé à Google une caricature présentant Emmanuel Macron et son gouvernement sous les traits du dictateur Pinochet et de ses proches. Nous avons fait une demande CADA à la police pour comprendre les raisons de ce signalement et venons d’en recevoir la réponse.

Le 13 janvier 2019, vers 21h, une personne anonyme a signalé cette caricature et le message l’accompagnant à la police via sa plateforme PHAROS, dans la catégorie « incitation à la haine raciale ou provocation à la discrimination de personnes en raison de leurs origines, de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur handicap ». En réaction et en moins de 24 heures (tel que l’indique le site Lumen), la police a signalé à Google cette image, enregistrant son signalement dans la catégorie « injures et diffamations xénophobes ou discriminatoires » (voir la « fiche de signalement » ci-dessous).

Capture d’écran transmise par la police (cliquer pour agrandir)

Comment expliquer un tel zèle de la police pour une caricature aussi triviale, et ce alors que ses services comprenaientfin 2018 moins de trente agents pour recevoir quatre à cinq centaines de signalements par jours ? Comment expliquer les catégories pénales retenues ici — injures et diffamations xénophobes ou discriminatoires — alors qu’il ne s’agissait que d’une caricature critique du Président et de son gouvernement ? Fait révélateur, la police nous indique ne pas avoir saisi la justice de cette caricature qu’elle qualifiait pourtant d’infraction : elle en a laissé la censure à la libre appréciation de Google.

Fiche de signalement transmise par la police (cliquer pour agrandir)

 

À l’époque, Google n’avait pas censuré l’image (elle était publiée sur Google+ qui a fermé peu après). Toutefois, avec cette nouvelle proposition de loi « contre la haine », qui vise précisément le type d’infractions visées dans cette affaire, Google ou Facebook devront obligatoirement censurer en 24 heures les contenus « manifestement » illicites qui leur seront signalés, sous peine de sanctions allant jusqu’à 4% de leur chiffre d’affaire. Dans ces conditions, seront-ils vraiment capable de refuser de censurer les contenus signalés par la police ?

La justice indépendante, même si elle se fait parfois complice, est généralement mieux armée pour résister aux pressions du gouvernement. Elle doit être la seule à pouvoir actionner la censure publique. Toute alternative serait un renoncement plein et entier à la séparation des pouvoirs et à tout principe démocratique. En face, l’indépendance de Google et de Facebook est nulle : le président de Facebook, après avoir expliqué construire la régulation du Net main dans la main avec Emmanuel Macron, sera une nouvelle fois reçu demain comme un chef d’État à l’Élysée.

Tout acteur politique, de la majorité comme de l’opposition, qui ne s’opposera pas immédiatement et frontalement à cette privatisation de la justice en sera tenu responsable et dénoncé comme tel.

Lutter contre cette loi occupera lourdement La Quadrature du Net pour les mois à venir, et il nous reste bien d’autres aspects à aborder, tels que la promotion de la censure automatisée, du rôle du CSA ou de la censure administrative. Pourtant, notre budget annuel n’est aujourd’hui financé qu’à 70%, donc, au passage, vous pouvez nous faire un don pour nous permettre de continuer <3

Source : La Quadrature du net, 09-05-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 17.05.2019 à 07h06

La liberté est résumée à la liberté de commercer les autres sont sacrifiables car plus gênantes, pourtant même les armées de César ou de Napoléon avaient le droit de se moquer de leur chef.

Le ridicule est la pire hantise de nos dirigeants car elle ouvre les yeux sur leurs failles, eux qui se voient parfait et qui veulent que l’on croit à cette fable.

On le voit dans la chasse des comiques dans les médias où les procès d’intention ou réels se multiplient pour un calembour voir une simple phrase (voir récemment palmade) jugé offensant pour tel ou telle catégorie.

Les politiciens on trouvé des alliés précieux à la fois dans les réseaux sociaux mais aussi chez les neo-puritains qui veillent à sanctionner le moindre dérapage, chassons l’humour est le mot d’ordre pour ses hypocrites qui se disaient Charlie et faisaient condamner ceux qui refusaient de clamer ce ralliement.

31 réactions et commentaires

  • Fabrice // 17.05.2019 à 07h06

    La liberté est résumée à la liberté de commercer les autres sont sacrifiables car plus gênantes, pourtant même les armées de César ou de Napoléon avaient le droit de se moquer de leur chef.

    Le ridicule est la pire hantise de nos dirigeants car elle ouvre les yeux sur leurs failles, eux qui se voient parfait et qui veulent que l’on croit à cette fable.

    On le voit dans la chasse des comiques dans les médias où les procès d’intention ou réels se multiplient pour un calembour voir une simple phrase (voir récemment palmade) jugé offensant pour tel ou telle catégorie.

    Les politiciens on trouvé des alliés précieux à la fois dans les réseaux sociaux mais aussi chez les neo-puritains qui veillent à sanctionner le moindre dérapage, chassons l’humour est le mot d’ordre pour ses hypocrites qui se disaient Charlie et faisaient condamner ceux qui refusaient de clamer ce ralliement.

      +64

    Alerter
    • calal // 17.05.2019 à 08h16

      “La liberté est résumée à la liberté de commercer .”

      Non, l’union fachiste ETAT+Banque devient petit a petit totalitaire et attaque toutes les libertes .
      Ex en suisse:
      http://www.lefigaro.fr/international/la-suisse-va-t-elle-s-aligner-sur-la-legislation-europeenne-du-port-d-armes-20190404

      Dans ce pays de 8 millions d’habitants, 85% des civils possèdent une arme, ce qui représente, selon Small Arm Survey, une ONG genevoise, 2.332.000 civils en possession d’une arme. Seules 791.719 seraient toutefois enregistrées. En 2017, c’est 2,3 millions d’armes qui étaient d’après eux en circulation. A contrario, seulement 2% d’entre elles sont possédées par les forces de sécurité – Genève est d’ailleurs le seul canton où la police municipale n’a pas le droit de porter une arme. Cette forte possession d’armes aux mains des civils place la Suisse au 16e rang mondial, selon le rapport de Small Arm Survey.

      Les dictatures doivent d’abord desarmer les citoyens.

        +21

      Alerter
      • calal // 17.05.2019 à 08h23

        https://www.24heures.ch/suisse/schengen-c-lenjeu-loi-armes/story/11354988

        les Suisses diront le 19 mai s’ils acceptent d’adapter la loi sur les armes au droit européen. Cette révision compromet la tradition du tir, selon ses opposants. Un rejet mettra fin à la participation helvétique à l’espace Schengen, répondent les partisans du «oui».

        Tous les domaines de nos vies seront impactes et limites par le systeme totalitaire qui est en train de se mettre en place.Il n’y aura nul part ou se cacher.Accule,il faudra choisr entre se soumettre ou resister.Plus de gauche ni de droite,juste esclave ou homme libre.

          +23

        Alerter
      • Patrick // 17.05.2019 à 09h32

        la liberté de possèder une arme pour les citoyens est la première condition de leur liberté face à l’état.
        Quand le gouvernement a peur des citoyens , c’est une démocratie.
        Quand les citoyens ont peur du gouvernement , c’est une dictature.

        Et de toute façon , les voyous et les terroristes auront toujours des armes !!

          +33

        Alerter
        • Gbdc // 17.05.2019 à 13h03

          La première arme que doit posséder le citoyen c’est l’état. C’est à dire la souveraineté totale du citoyen sur sa représentation, ou sa délégation.
          C’est la base même de la seule démocratie réelle et d’une société pacifiée.

            +18

          Alerter
        • ellilou // 17.05.2019 à 19h12

          Ce que vous décrivez nous conduirait droit vers une société à l’américaine…j’en tremble rien que d’imaginer y vivre!

            +6

          Alerter
        • septique // 18.05.2019 à 01h48

          Les usa 340 millions d’habitants, plus de 400 millions d’armes (du 22 lr à la mitrailleuse de 50 mm), 14.000 tués par année aux usa par armes a feu, 250.000 blessés sont certains handicappés à vie, plus de 5 milliards de $ par année dépensés seulement en soins d’extrême urgence à la suite de l’utilisation d’armes à feu, une militarisation croissante de la police, armée jusqu’au dents, qui ne sait jamais le risque potentiel, des profs armés en classe, des enfants de 5 ans qui tuent leur frère ou leur soeur en jouant avec l’arme du père ou de la mère, des municipalités dans le sud des USA ou vous pouvez vous retrouver devant un juge…si vous n’avez pas une arme sur vous (concealed carry gun) en tout temps..

          https://www.youtube.com/watch?v=VbNOaZbWdwk (8 ans, tue sa soeur avec l’arme du père) un exemple au hasard parmi tant d’autres.

          Une idée de la démence…des amateurs de tirs au canon…aux usa..

          https://www.youtube.com/watch?v=6oiR7ieexhI&list=PLU90SZmWDH_BVKQcBxvSfk_nhKtAdkkHP

          Et la des amateurs s’exercant avec un canon de 40 mm contre les tanks…

          https://www.youtube.com/watch?v=CMm-k26qMaA

          Vous ne savez vraiment pas de quoi vous parlez. Et il se trouve 21 personnes pour vous approuver..avec l’argument habituel que j’entends ici…thugs and terrorists will always have weapons….(Et de toute façon , les voyous et les terroristes auront toujours des armes !!)

            +3

          Alerter
          • Catalina // 18.05.2019 à 07h11

            Alain Maroni, êtes-vous septique ? ou peut-être son “jumeau” parce que votre ton est le même qu’icelui.
            ;o)

              +1

            Alerter
          • Véronique // 19.05.2019 à 11h52

            Il serait intéressant de comparer avec la Suisse aussi.

              +2

            Alerter
    • Jac // 17.05.2019 à 15h44

      Eh oui ! L’enfer est paré de “bonnes intentions”…

        +0

      Alerter
  • Le Belge // 17.05.2019 à 07h08

    La Ve République est morte depuis l’élection de Macron. Depuis, vu de chez-moi, l’avénement du Second Etat français est en train de se faire. Pauvre France !

      +20

    Alerter
  • Fritz // 17.05.2019 à 07h53

    « injures et diffamations xénophobes ou discriminatoires » : il faut en finir avec ces catégories infamantes, ce langage outrancier manipulé par notre État policier. Louis Philippe caricaturé en poire, c’était quoi ?

    Si on laisse faire, on aura bientôt « injures et diffamations xénophobes ou discriminatoires en relation avec une entreprise terroriste, pour le compte d’une puissance étrangère ».

      +41

    Alerter
  • René Fabri // 17.05.2019 à 08h58

    Rien contre les virus, les mails destinés à escroquer, les publicités agressives, et les failles des logiciels.
    Pourtant, c’est ce que les citoyens attendent de son gouvernement quand il parle de cyber-sécurité.

    Il n’y a même pas de mesures efficaces ni de volonté d’agir contre les appels téléphoniques indésirables qui nous dérangent beaucoup plus que des caricatures sur des sites d’adolescents.

    A la place, on a de la censure pour une haine subjective.

      +39

    Alerter
  • Graindesel // 17.05.2019 à 09h16

    Je hais la politique du squatter de l’élysée.
    Je hais la politique de l’union européenne.
    Je hais le non respect de la constitution.
    Je hais l’accaparement du pouvoir par une minorité.
    Je hais la non représentativité du parlement.
    Je hais les mensonges.
    Je hais la violence.
    Vais-je être condamné pour incitation à la haine?

      +40

    Alerter
    • Louis Robert // 17.05.2019 à 15h15

      J’aime la politique du maître de l’Élysée.
      J’aime la politique de l’union européenne.
      J’aime le non respect de la constitution.
      J’aime l’accaparement du pouvoir par une minorité.
      J’aime la non représentativité du parlement.
      J’aime les mensonges.
      J’aime la violence.
      J’aime…
      J’aime! J’aime!! J’AIME!!!

      Serai-je épargné?

        +5

      Alerter
  • Patrick // 17.05.2019 à 09h28

    La démarche est toujours la même , on annonce une nouvelle loi pour lutter contre les méchants pédo-nazi trafiquants de drogue sur le net.
    Et puis , petit à petit on ajoute des cas d’application de la loi , en douce , chaque année on rogne un peu plus de libertés.
    Ce qui est pratique avec l “incitation à la haine ” , c’est que une simple remarque , le seul fait d’être contre devient facilement une incitation à la haine ou à la trucmuchophobie.

    La liberté d’expression est totale ou alors elle disparaît peu à peu.

      +35

    Alerter
  • Julien // 17.05.2019 à 09h29

    Ce qui est formidable dans ce pays c’est qu’on peut tout à fait se comporter comme un fasciste quand on est aux manettes tout en se faisant passer pour une personne qui lutte contre la haine. laissez Google ou Facebook seuls juges c’est également une idée totalement suicidaire. j’ai hâte que tout cela parte en cacahuètes définitivement, que tout ces gens qui nous pourrissent la vie dégagent. Je ne supporte plus le monde politique et journalistique. On atteint un niveau de bêtise et de mensonges proprement hallucinant. Et plus on avance moins ils se cachent et plus ils se victimisent. je trouve incroyable que personne dans le monde des médias “officiels” ne tire la sonnette d’alarme sur ce qu’ils se passe en ce moment. Récemment c’est le président du CRIF qui a convoqué le directeur de l’AFP pour lui donner ses consignes quand à la gestion médiatique du conflit israélo palestinien. Une organisation communautaire qui donne des consignés à une des plus grandes agence de presse. Tout va bien.

      +57

    Alerter
  • charles // 17.05.2019 à 09h35

    dans mon esprit fou je rapproches cela de la cérémonie aux invalides où pipiter c’est pris pour le boss en faisant la revue des troupes seuls sans accompagnements militaire, ce qui est inhabituel et non protocolaire, et selon moi, révélateur dès lors que les éléments à charge s’accumule.

      +11

    Alerter
    • Eric83 // 17.05.2019 à 09h54

      Quand le Général Delawarde se lâche, à lire et à partager !

      1) Mensonges de l’exécutif français sur l’emploi des armes françaises au Yemen?
      2) Géopolitique-Témoignage sur le dernier plus gros mensonge de la fin du XXème siècle : le Kosovo
      https://www.officierunjour.net/editoriaux/mensonges-d-etat/

        +10

      Alerter
    • Alfred // 17.05.2019 à 12h57

      C’est pour pouvoir donner à chacun le loisir de le huer (cela aurait été délicat s’il avait été accompagné d’un officier qui ne le mérite pas).

        +5

      Alerter
  • Pierre D // 17.05.2019 à 10h13

    Si l’artiste ne veut entendre que les applaudissements et faire taire les huées, il restera à côté de la plaque.

    Bien fait!

      +2

    Alerter
    • calahan // 17.05.2019 à 11h12

      Et pourtant il y eut bien des œuvres qui heurtèrent les consciences et les mœurs de leurs époques.

        +1

      Alerter
  • Denis // 17.05.2019 à 10h21

    Le pire est que la plupart des gens utilisent les outils qui les aliènent.
    On peut facilement se passer de google et de facebook,mais il faut
    faire un petit effort: être un imbécile semble être, bien souvent, la
    panacée.

      +8

    Alerter
  • Eric83 // 17.05.2019 à 10h24

    Force est de constater qu’à l’inverse de prendre la dystopie “1894” d’Orwell comme une menace à éviter, nos dirigeants ont décidé que c’était la meilleure façon pour eux d’asservir totalement le peuple pour asseoir et pérenniser leur pouvoir croissant.

    Chacun peut constater la mise en oeuvre effective et croissante de la novlangue, cette corruption du langage qui détourne, jusqu’à l’inversion totale, le sens des mots.
    Chacun peut constater la censure de plus en plus vaste et répressive de la parole et de la pensée ainsi que la répression de plus en plus violente des actes de contestation/rébellion.
    Chacun peut constater l’écriture de “l’histoire” où les narratives et autres “fake-news” destinées à manipuler l’opinion publique remplacent l’information basée sur la réalité des faits.
    Chacun peut constater l’avènement d’une caste dominante ultra-privilégiée et la création d’une plèbe qui ne cesse d’augmenter chaque année.
    Chacun peut constater la diversion opérée pour détourner l’attention du peuple grâce aux guerres créées de toutes pièces, notamment celle, sans fin, “contre le terrorisme”.
    Chacun peut constater également la diversion opérée pour détourner l’attention du peuple grâce à la création artificielle d’un prétendu ennemi qui voudrait nous envahir et qu’il faudrait combattre sans relâche sur tous les fronts et par tous moyens, politiques, économiques et militaires : la Russie.

      +26

    Alerter
  • Xavier // 17.05.2019 à 11h48

    Quand on m’aura définit la « haine » de manière rigoureuse on en reparle ?

    Tuer des centaines de milliers de civils sous des bombes (la « guerre sans l’aimer ») ça n’est pas haïr ?!…

    Si on a besoin de plus de contradictions je ne sais plus quoi dire.

      +7

    Alerter
  • Vincent P. // 17.05.2019 à 12h48

    Je suis en pleine double contrainte : à devenir fou !

    Cet article qui illustre la marche en avant vers la dystopie absurde que semblent tant souhaiter les Progressistes aliénés, fait courir en moi un sentiment de haine profonde, violente, difficile à exprimer tant le champs de cette haine recouvre tout ce que peuvent dire ou faire tous (article neutre non genré) ces cinglés plus dangereux ou débiles qu’un Valls en son temps, par exemple.

    Pour l’exprimer ici en étant respectueux du site, je dois mesurer mes propos, ne pas citer nommément les personnes que je hais, ne pas vous inviter à les haïr avec moi, ne pas souhaiter que cette haine que nous partagerions nous fasse exploser et franchir tous les Rubicons qui nous séparent de les haïr physiquement jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien à haïr…

    C’est fou comme j’aimerais pouvoir vous inciter à la haine pour qu’enfin cesse la haine !!!

      +8

    Alerter
  • Philvar // 17.05.2019 à 14h53

    Pour moi pas de haine simplement du mépris envers lui et aussi pour ses électeurs stupides.

      +9

    Alerter
  • Louis Robert // 17.05.2019 à 15h04

    Ni amour ni haine ne se commandent. Le « Je t’interdis de me haïr (de l’aimer)… », tout comme le « Je t’ordonne de me respecter (de le haïr, de m’aimer)… », est un ordre absurde auquel personne ne peut obéir.

    Mais moi, comme chacun ici le sait sans doute, j’AIME Macron… Oui oui! Et pas seulement. Entre Team Macron et moi, mais… c’est l’amour fou!

      +2

    Alerter
  • Toutatis // 17.05.2019 à 16h18

    Bon, d’un autre coté il existe déjà des plateformes complètement à l’abri de toute censure de l’état et des GAFA, des logiciels permettant de contrer toute tentative de blocage des fournisseurs d’accès internet, ou permettant de dialoguer de façon cryptée dans un anonymat complet. C’est déjà utilisé par certains gilets jaunes. ça va simplement s’étendre un peu partout.

      +4

    Alerter
  • serge // 17.05.2019 à 16h53

    Ce qui est navrant est qu’au même tire que l’empilement des lois sécuritaires de plus en plus draconiennes, ce genre de “dénonciation” n’est jamais à sens unique. Le jour où Macron et ses petits camarades de jeu seront partis, que diront-ils lorsque ces démarches, fort actées par des écrits et des sanctions, se retourneront contre eux car exercées par des opposants actuels?

      +4

    Alerter
    • Louis Robert // 17.05.2019 à 18h53

      Se rappelant et répétant, ils diront: « Il est dans la nature d’une arme de se retourner contre celui qui la porte. »

      (Lao Tse, « Tao Teh Ching »)

        +2

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications